Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 janvier 2018 2 09 /01 /janvier /2018 09:42



 

 

La côte de Bimbia

Bimbia, ancien port négrier, se trouve au Cameroun anglophone, au sud-ouest du pays, sur la baie du Biafra et non loin de la frontière nigériane. Autant le littoral du Cameroun francophone est accueillant avec des plages de sable fin doré, autant les laves et les cendres noires du puissant Mont-Cameroun souvent en éruption ont bordé la côte de sable noir qui renforce le sentiment d’oppression, voire d’angoisse que le contexte historique du lieu procure. J’ai découvert les lieux en 2007.

 

 

A droite, une amie avec qui j’étais parti et au fond, l’île Nicholls où les esclaves étaient conduits  avant d’être embarqués vers le Nouveau Monde.

De  cette île Nicholls, les captifs ne pouvaient s’échapper à la nage, la côte étant infestée de requins.

Sur le continent, quelques ruines ci et là de bâtiments pour les prisonniers :

A gauche un petit hôtel et à droite la chapelle du souvenir (sans doute anglicane.

Les deux amies qui m’accompagnaient, toutes deux nommées Florence sur la presqu’île. Les rochers sont volcaniques et le canon n’est pas anglais mais allemand, quand l’ensemble du Cameroun est devenu colonie de l’empire germanique.

Pour se réconforter, dans un petit boui-boui, de délicieux poissons grillé péchés voici quelques instants dans cette mer qui n’a de sombre que l’apparence. Sur la plage, avec une bière 33 des Brasseries du Cameroun ou une bière du Royaume Uni brassée au Cameroun anglophone, une bonne salade de fruits frais et pour terminer, un arabica moka local, de quoi se remonter le moral après la visite.

L’esclavage fuit vraiment une période sombre de notre histoire de chrétiens, un véritable crime contre l’humanité qui persiste encore dans certains pays musulmans. Il était ici doublement le fait des locaux qui traquaient les futurs captifs dans la forêt et des négriers qui en venaient prendre livraison.

N’oublions pas cependant que la raison de la conquête de l’Algérie fut les razzias incessantes que les Algériens commettaient sur nos côte et ramenaient en Algérie des esclaves du sud de la France.

Sur l’esclavage dans cette région du Cameroun et de la Nigéria, le film anglo- américain Amazing Grace est très éloquent et le personnage de William Wilberforce, ancien négrier devenu opposant politique à la traite des esclaves, fort attachant. Si les paroles du fameux Amazing Grace sont celles d’un hymne anglican, la mélodie serait, selon certains, originaire de cette région.

J’avais déjà visité sur la côte africaine, en 1967, l’île de Gorée en face de Dakar, qui fut un des tristement célèbres hauts lieux de la traite des esclaves vers le Nouveau Monde :

   

  

L’île de Gorée vue d’avion à gauche et à droite la maison des esclaves, aujourd’hui parfaitement conservée.

Le fort d’Estrée dans l’île de Gorée




 

 

 

 

 

Pierre-Ewondo 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Madame Zouave 09/01/2018 23:48

Merci cher Pierre. Très instructif.
Et merci aussi à Grégoire pour ses informations.

Madame Zouave

Deodado 09/01/2018 14:53

Meilleurs voeux à tous les membres de la Banquise. Que chaque famille retrouve du bonheur de vivre, la santé et la prospérité.
Anne et Deodado

Ewondo 09/01/2018 14:08

J'ai envoyé ce document également à notre abbé venu hier me porter l'absolution après avoir reçu ma confession écrite ( je ne serai opéré que mercredi matin à l'aube comme toute bonne exécution qui se respecte ;-). J'ai promis une invitation à mon retour avec le plat national du Brésil, la Feijoada, le plat des esclaves. Cela va me prendre au moins deux jours de cuisine et je devrai inviter des fidèles de la paroisse cela ne peut être fait qu'en grosse quantité. C'est du cochon, quelques morceaux nobles mais surtout la part des esclaves, les bas morceaux, oreilles, queue et pied salés que j'irai chercher à Paris chez un traiteur brésilien.,

J'ai beaucoup aimé ce plat que j'ai dégusté au Brésil en 1971 dans la ville de Guaruja,plage de Sao Paulo, au bord de l'Atlantique. J'étais invité par ma famille juive brésilienne un dimanche ! Le patriarche était le chef de la communauté juive de Sao Paulo et je me suis tout de même étonné de cette entorse à la loi mosaïque surtout avec les bas morceaux de lard et de cochon. Tous m'ont répondu en chœur qu'ils étaient certes des Juifs mais avant tout des Brésiliens !

Pierre.

Ewondo 09/01/2018 13:36

Je rejoins tout à fait Grégoire sur la case des esclaves. Ce bâtiment n'a rien d'une prison, mais ressemble à une maison coloniale de style néo-Karnac, égyptien d'opérette, donc de toute évidence postérieure à la campagne napoléonienne d'Egypte. Donc certainement pas du dix-huitième siècle (encore moins du dix-septième). La Première République avait aboli l'esclavage, Napoléon Premier l'avait rétabli, mais de nouveau aboli lors des Cent Jours. La suite a été hoquetante, mais les grandes révoltes des esclaves dans les colonies des Amériques (pas seulement à l'est de Saint-Domingue, ou Haïti de Toussaint L'ouverture) on entraîné une chute de la traite définitivement éteinte avec la ferme abolition par la Monarchie de Juillet en 1848.

Ceci ne met pas en cause l'authenticité de la traite à l'île de Gorée, attestée par les documents d'époque, mais peut être la prison était-elle dans le fort, certes moins romantique pour l'imaginaire des touristes. À la grande époque de la traite, celle-ci a du avoir lieu à Saint-Louis du Sénégal, alors capitale du pays.

De même au Cameroun, si les ruines de Bimbia sont tout-à-fait crédibles de par leur architecture, l'essentiel de la traite a eu lieu à Douala selon les documents d'époque et les archéologues exhument des constructions très importantes.

Plusieurs amis qui ont visité l'Afrique orientale (je n'y connais que les Îles Bourbon et de France ;-) ;-) sont allés à Zanzibar qui fut un gros centre de la traite, aujourd'hui très pittoresque et coloré. D'autre part un ami abbé très dévoué à qui j'ai envoyé ce document a exercé son apostolat au Bénin, ancien royaume du Dahomey qui fut un gros centre de la traite. Or le Bénin est le berceau de l'animisme vaudou ou "vodon" en prononciation locale. C'est ainsi que le culte vaudou est passé dans les Amériques et pas uniquement en Haïti, mais dans d'autres îles et au Brésil. Je me souviens d'avoir vu à Rio en 1971, pourtant dans les quartiers huppés (Copacabana, Ipanema etc.) en pleine rue et au milieu de centaines de bougies, des cérémonies "macumba" assez prenantes, des cris, des extases, des danses assez sympas.

Pierre.

Grégoire 09/01/2018 10:57

Si vous regardez le dessin de la maison, vous n'y voyez pas d'esclaves enchaînés, mais des personnes qui on l'air d'être paisible, et vous remarquerez que pour placer des centaines d'esclaves, la place manque... Je crois.

Grégoire 09/01/2018 10:53

Bravo pour ce cours sur l'histoire des centres de détention d'esclaves du côté anglais... Mais, parce qu'il y a un mais, je crois que vous faites une erreur sur gorée... En effet, vous y êtes allé, vous avez vu et on vous a raconté mais d'après Bernard Lugan, grand Africaniste, sur l'île de gorée tout est faux, c'est une mythe fabriqué et qui sert à la culpabilisation des occidentaux, même les plus grands personnages y sont allés se recueillir en sachant, ou pas, ce qu'était réellement gorée. Je préciserai avec des arguments plus valables que ceux de ma mémoire, mais en gros la maison, car c'est une maison qui est postérieure à la traite dans la région...donc plus de traite, pas d'esclaves, pas de centre d'esclaves... Elle appartenait à une métisse et ce que l'on montre comme les salles où l'on torturait et emprisonnait les esclaves ne sont en réalité que les dépendances pour le personnel, pas assez de place. Vous avez dû voir la porte par laquelle on faisait transiter les esclaves vers les bateaux, comment peut faire passer des milliers de personnes par une porte qui ne laisse passer que deux personnes vraiment collées ? Je révise mes sources et préciserai tout ceci. Mais attention, il ne dit pas que la traite française n'a pas existée mais qu'il ne faut pas se tromper d'endroit... A bientôt.

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !