Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 février 2018 5 23 /02 /février /2018 11:10
Lourdes 2008 ....

Un souvenir de Lourdes m'est revenu tout à l'heure. C'était en 2008 à Noël j'y étais allé pour les 150 ans des apparitions, y ayant fait un premier pèlerinage en 1958 pour les 100 ans des apparitions.

 


Lourdes à Noël est déserte et sibérienne. Le gave de Pau charrie des glaçons ... Pas un marchand du temple et très peu d'hôtels ouverts. J'étais descendu dans un hôtel près de la gare et juste en dessous de trouvait une boutique qui avait, chose tout à fait exceptionnelle à Lourdes, de très plaisants objets.


Le patron, extrêmement sympathique me dit qu'il tenait la Librairie Catholique internationale  dans le vieux Lourdes.

Dès que possible j'y suis allé et j'ai trouvé une véritable caverne d'Ali Baba avec une profusion d'ouvrages.

La Procure de Lourdes elle-même recommande  aux chercheurs de raretés cette adresse.
Près de la caisse, je vois un ouvrage récent à l’époque (mars 2008) sur mère Maravillas de Jésus, sainte carmélite espagnole contemporaine.

Convaincu par le patron, j'achète le livre et je ne l'ai pas regretté ... une sainte carmélite admirable avec beaucoup d'humour et des anecdotes très vivantes, chaleureuses et édifiantes.

Je le lisais donc devant un jurançon (en l’honneur du Verre Galant), assis sur un tabouret au bar confortable de l'hôtel  (je suis un pilier de bar), lequel était désert.

Tout d'un coup, je sens très nettement autour de moi un parfum féminin de haut de gamme, absolument délicieux. J'aime beaucoup les parfums féminins et celui-ci était vraiment  exceptionnel. Le phénomène ne provenait pas du livre qui sentait l'ouvrage imprimé avec photos, sans plus


Personne au bar et la serveuse était partie dans l’arrière salle depuis un petit moment préparer des canapés pour l'apéritif plus tard ...

 
Franchement étrange ... et là me vient l'idée de filer à la librairie  (à Lourdes les distances diminuent de moitié quand on n'a pas à se frayer un chemin dans la foule).

 

A l'entrée, le patron et sa longue barbe avec trois jeunes qui étaient assez excités car il leur était arrivé le même phénomène qu'à moi avec cet ouvrage !


Personne ne décrivait la même composition de fragrances mais ce qui est certain est que mère Maravillas est morte en odeur de sainteté et que son corps exhalait des senteurs exquises.

 

Plus tard j’ai prêté cet ouvrage à Jean-François qui a très peu d’odorat et lui aussi a ressenti un parfum. Il est évident qu’il faut vraiment se plonger dans la lecture de cet ouvrage pour que le phénomène se produise.


Je sais, à moi aussi si on me racontait cette anecdote je la trouverais difficilement crédible, et pourtant j'en témoigne.



Pierre..

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Ewondo 23/02/2018 20:17

Une tout autre histoire de parfum ni édifiante ni heureuse. Une de mes anciennes élèves en philosophie de l'acupuncture se fait arranger et confectionner par Guerlain son propre parfum selon son type et odeur de peau, sa personnalité etc.

Pauvre petite fille riche, suissesse dont le père est banquier vivant au Québec, un très discret multimillionnaire en Euros ou Dollars au choix. Ravissante, élégante et intellogente, médecin réputé à Montréal ... elle n'a jamais pris un avion d'une compagnie aérienne, ayant toujours pris le Falcon de papa.

Et elle est malheureuse comme les pierres, ne trouvant pas de conjoint fiable qui verrait en elle la femme et non la riche héritière (son dernier compagnon en date est du reste en prison pour avoir tenté de l'escroquer ... sympa !) Et j'ai bien du mal à la consoler, je ne sais que dire et préfère être à ma place qu'à la sienne.

Pierre.

grégoire 23/02/2018 23:37

Hé bien Pierre, on va finir par se demander ce que nous n'avez pas fait :) Je me permets de jouer les conseillers pour votre amie, mais certainement que des gens de son entourage lui auront donné les mêmes... Mais dans le doute ne t'abstiens pas ;) Il serait bon qu'elle devienne une anonyme lorsqu'elle sort, qu'elle enlève son habit de fille riche au sens propre comme au sen figuré... Les gens très riche ont un comportement , une façon de s'exprimer, une façon de s'habiller différentes des gens qui ne sont pas de la même caste sociale... (même si leurs habits ressemble aux nôtres, la marque, les accessoires, trahissent leur appartenance). Qu'elle se mette à prendre le chemin des gens normaux, les lignes aériennes lambda, le train, le métro, les transport en commun, concert, clubs sportifs, de danse de salon ( tango mais pas salsa, les garçons sont plus chauds...) qu'elle aille sur des plages moins privées, qu'elle visite des pays aux coutumes occidentales en voiture, en car, par le biais d'agence de voyage, mais en effaçant son origine sociale, voir son identité... ce doit être possible pour elle d'être une autre personne qu'elle même? L'Amour se rencontre par hasard, assez souvent, si elle est jolie fille elle aura l'occasion de rencontrer des hommes qui joueront de leur séduction mais pour l'avoir elle, d'abord parce qu'elle est jolie, ça c'est le petit amour, puis parce que sa personnalité est belle, ça c'est le grand Amour. Il ne tiendra qu'à elle de dire non, de comprendre aussi les hommes, les connaître afin de ne plus tomber dans le piège des renards de l'amour, de voir de quelle matière sera fait son interlocuteur ... Mais pour cela, il est absolument nécessaire qu'elle reste une autre que ce quelle est, pas dans le comportement relationnel, mais dans sa représentation cosmétologique, dans son langage, dans son habillement, et si elle devait tomber amoureuse, qu'elle reste forte dans l'obscurcissement de sa caste sociale et de son nom (avec internet et un nom on trouve vite qui fait quoi), que celui qui a la chance d'avoir son dévolu amoureux sache le plus tard possible qui elle est, qu'elle résiste à lui faire rencontrer ses amis, sa famille, qu'elle provoque de petites disputes afin de connaître le caractère, la force de l'Amour de l'autre... Je sais ce n'est pas très beau, mais si il est amoureux de sa personne il pardonnera, il comprendra lorsque le rideau se lèvera sur sa condition sociale et sur sa détresse amoureuse, il comprendra les craintes qui ont fait qu'elle puisse dissimuler qui elle est en vérité. L'Amour que l'on a pour son conjoint permet de supporter beaucoup de ses petits travers, parfois même les transforment en exceptions particulières qui font que l'autre est Aimé aussi pour ce petit bouton sur le nez :) Qu'elle essaie de sortir de son milieu, des fêtes, rencontres, de leur entre soit, car les rapaces, les chacals, les bonimenteurs, les beaux gosses avides d'argent, pareil pour les filles, sont aussi là, dans ces cercles de richesses. Si je voulais être encore plus précis, je dirai même qu'elle aille à la messe, qu'elle s'investisse dans des paroisses, des ordres caritatifs religieux, je crois que les hommes proches de Dieu son, un peu plus, honnêtes que les hommes athées, moins attirés par l'or et l'argent qui pourrissent les relations humaines... Un catholique esseulé ça existe!!! Le conseil de changement de personnalité et de mise sous le boisseau de sa condition sociale tient toujours avec le catholique, je ne connais pas tous les hommes catholiques et certains pourraient aussi préférer le portefeuille à la femme, l'argent rend fou, surtout quand notre milieux social ne nous à pas fait connaître, ni même imaginer, le monde dans lequel vit votre amie... Je lui souhaite bien du courage, car entre les personnes de sa caste qui ne donnent de la considération qu'en fonction de l'épaisseur du portefeuille, enfin peut être pas tous, et qui ne veulent pas d'une fille trop riche et intelligente car ça fait peur et en plus ça donne son avis et risquer d'avoir tord devant les amis, cela casse l'image du super business man... Puis il y a les tombeurs, les manipulateurs, les michtonneurs, qui se servent de leur connaissances des femmes, ou des hommes, pour les faire tomber. Votre amie brille trop pour avoir des relations normales avec les hommes qui l'entourent actuellement, il faut changer de planète...

Ewondo 23/02/2018 17:21

J'ai un ouvrage tiré des pensées de Sainte Maravillas de Jesus, la "Sainte Thérèse du XXème siècle", Autoportrait Pensées, Éditions Salvator-Diffusion, traduction française par une Carmélite, préface de Mgr Demetrio Fernandez.

Chaque petit chapitre ou pensée isolée appelle à quelques minutes de méditation, voire davantage. Une Sainte admirable aux multiples facettes.

Pierre.

LR 23/02/2018 16:48

Ces témoignages sont très réconfortants.
J'aimerais bien connaître une expérience particulière moi aussi....

LR

Grégoire 23/02/2018 12:54

Aïe, je dois être fatigué, je viens de faire d'affreuses fautes qui piquent les yeux... :)

Grégoire 23/02/2018 12:51

Au fait, Pierre, plutôt que de réécrire les arguments de Bernard lugant sur l'île de Gorée, je vous propose deux vidéos où il s'exprime, voici les liens qu'ils copier-coller dans la barre de recherche google: http://www.contre-info.com/fables-sur-lile-de-goree-ce-quen-dit-bernard-lugan
https://www.youtube.com/watch?v=UjJD5NIpJ0s


Ensuite et si vous avez le temps pour approfondir, le livre de Bernard Lugant sur l'Afrique et l'esclavage : https://books.google.fr/books?id=EBBHe7SHMuAC&pg=PA79&lpg=PA79&dq=ile+de+gorée+bernard+lugan&source=bl&ots=26ZtJJ2xcn&sig=Z2gR3HEarUjiT0j8DZRHeWOCrFY&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjC8J789rvZAhUFkRQKHVpuCWgQ6AEISDAF#v=onepage&q=ile%20de%20gorée%20bernard%20lugan&f=false

Et enfin si le copier-coller n'ai pas possible, je me permets d'en faire un de son argumentation écrite:


Comme tous les voyageurs de passage à Dakar, François Hollande devrait se rendre à Gorée, île inscrite au patrimoine de l’humanité par l’UNESCO. Or, ce n’est pas pour y visiter un des plus beaux sites de l’Afrique de l’Ouest, lieu dégageant une impression envoûtante, mais pour y sacrifier à la sempiternelle repentance.
Gorée est en effet présentée comme ayant été une des bases de la traite par laquelle des millions de malheureux esclaves auraient transité. Les voyagistes américains proposent même au public afro américain la visite pèlerinage de l’île qui aurait vu passer leurs ancêtres ; au mois de février 1992, lors d’un voyage au Sénégal, le Pape Jean-Paul II lui-même accrédita la légende de « Gorée l’île aux esclaves ».
Le « clou » de la visite est la tristement célèbre « Maison des esclaves » où les chaînes qui retenaient les captifs sont encore en place. L’histoire de ce bâtiment est racontée avec lyrisme par des guides auxquels aucun superlatif n’est étranger. Ils racontent ainsi qu’elle fut construite par les Hollandais au XVII° siècle, que ce fut à l’origine une « esclaverie », qu’elle fut le cœur du honteux système esclavagiste régional centré sur l’île de Gorée. Ses murs ont vu passer des centaines de milliers ou même des millions de Noirs arrachés à leur terre. La visite détaillée permet d’ailleurs de se faire une idée des épouvantables conditions de vie des malheureux. Elle se poursuit par la découverte des cellules des hommes, de celles des femmes et même, moment particulièrement émouvant, de celles des enfants. Le cachot n’est pas oublié dans lequel étaient enchaînés et enfermés les sujets rebelles.
Cette maison a fière allure depuis qu’elle a été restaurée. Une plaque apprend ainsi au visiteur que, parmi les mécènes figure une association prestigieuse, la Fondation France Liberté, présidée par Madame Danielle Mitterrand, veuve d’un ancien président de la république française.

Le seul problème, mais il est de taille, est que la « Maison des esclaves » n’en n’était pas une et que Gorée ne fut pas un centre important de la traite esclavagiste !
La véritable histoire de la « Maison des esclaves » a en effet été écrite notamment par deux historiens de l’IFAN (Institut fondamental de l’Afrique noire), Abdoulaye Camara, préhistorien et archéologue, ancien conservateur du Musée de Gorée puis du Musée d’Art africain de Dakar, et par le père jésuite Joseph Roger de Benoist, spécialiste de l’histoire du Sénégal. Le lecteur curieux pourra se reporter à ce sujet au journal Le Monde en date du 27 décembre 1996 et à l’article intitulé « Le mythe de la Maison des esclaves qui résiste à la réalité ».

L’histoire racontée par ces historiens est bien différente de la légende officielle de Gorée pieusement récitée par les guides locaux:

1) Ce ne seraient pas les Hollandais qui construisirent la « Maison des esclaves » au XVIIe siècle, mais les Français et cela en 1783, donc à une période où la traite européenne avait cessé dans la région de la Sénégambie depuis plusieurs décennies. Une traite subsistait certes à cette époque, mais elle était à destination de l’Afrique du Nord et elle était pratiquée par des esclavagistes arabo-musulmans. Gorée ne fut pas concernée par elle.
2) Cette maison aurait été commandée par Anna Colas, une signare, c’est à dire une riche métisse.
3) Les « cellules » auraient été en réalité des entrepôts de marchandises.
4) Comme toutes les demeures coloniales de cette époque, la maison abritait une nombreuse domesticité et certainement même des esclaves qui y assuraient les tâches les plus ingrates, mais ce n’était pas une « esclaverie ».
5) A l’époque de la traite florissante, Gorée ne fut pas un centre esclavagiste. Au maximum du mouvement, c’est à dire au XVIIe et peut-être au début des XVIIIe siècles, les historiens estiment en effet entre deux cents et cinq cents le nombre d’esclaves qui y transitaient annuellement.

Et pourtant, il ne manque pas de lieux, réels ceux-là, où il est possible de voir comment était véritablement organisé l’odieux commerce des esclaves.
J’en citerai un seul dans cette Afrique de l’Ouest littorale qui vit tant de royaumes africains esclavagistes vendre plusieurs millions d’hommes, de femmes et d’enfants à leurs partenaires européens. Il s’agit du fort de Cape Coast, situé au Ghana, à environ 200 kilomètres à l’ouest d’Accra et qui fut le principal point d’exportation des esclaves vendus par le royaume Fanti aux négriers anglais, hollandais et même suédois qui s’y succédèrent. Il serait également possible de citer, entre autres, Elmina à l’est de Cape Coast et Christiansborg (ou Osu) à Accra.

La « mauvaise monnaie chassant la bonne », les petits arrangements avec l’Histoire sont peut-être favorables à l’industrie touristique de Gorée, mais, outre le fait qu’ils décrédibilisent ceux qui les cautionnent, ils risquent de faire le lit de ceux qui nient la traite esclavagiste ou qui la relativisent.

Bernard Lugan
12/10/10

Grégoire 23/02/2018 12:23

... C'est extraordinaire, lorsque le Ciel se laisse entrevoir comme ceci, c'est la main de Dieu qui vient se poser sur notre épaule pour nous assurer qu'il ne faut pas désespérer... Il m'est arrivé une expérience que je trouve extraordinaire, il y a une semaine de ça, mon père avait perdu ses amplificateurs auditifs alors qu'il les avaient mis dans une boite pour partir... Il est donc parti sans et très handicapés par ce manque, une fois rentré il a "retourné" sa chambre de fond en comble, ouvert tous les tiroirs, boites, passé l'aspirateur, défait son lit, retiré le matelas, et ceci pendant une semaine... Il s'est résolu à commander de nouvelles prothèses qui coûtent, environs, 1200e PAR OREILLES et peu remboursées... Pour un retraité de l'armée cela devient un problème d'avoir cet argent... Je suis passé chez eux pour dire bonjour, je l'entends au téléphone parler avec les gens de la boutique, une fois qu'il raccroche je lui propose mon aide... Je regarde donc à l'extérieur de la chambre de mon père, rien, puis je m'arrête sur le pas de sa porte, je serre très fort entre mes doigts la médaille de Sainte Catherine Labouré et demande à la Sainte Vierge de m'aider à trouver cet appareillage auditif afin de peut être pouvoir convaincre mon père de l'existence de Dieu... Je lui pose une question, il me répond, je redirige vers son lit soulève la housse qui le recouvre, je regarde entre le matelas et le sommier... et je trouve les deux oreillettes!!! En moins de 3 minutes!!! J'ai remercier la Sainte Vierge, en ai été ému, et j'ai demandé à mon père, sidéré et me remerciant mille fois, d'aller brûler un cierge devant la Vierge Marie, lui qui doute beaucoup de l'existence de Dieu, car ce je suis convaincu que c'est le Ciel qui m'a guidé, ça a été trop facile de retrouver ce que mon père à chercher pendant une semaine. Je prie souvent pour la conversion de mes parents et peut être que c'est le chemin qu'a choisie la Sainte Vierge pour faire revenir mes parents vers son coeur immaculé, les oreillettes amènent au cierge, le cierge à l'église et peut être que... Sinon je vais essayer de lire vautrer livre, Pierre, en espérant très fort pouvoir me retrouvé dans votre cas. :)

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !