Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 février 2016 7 28 /02 /février /2016 05:43

 

 

 

à tous

 

 

 

 

 

Prague – Eglise Notre Dame des Victoires – Statue de cire du Petit Jésus de Prague

Prague – Eglise Notre Dame des Victoires – Statue de cire du Petit Jésus de Prague

 

 

 

 

Ah Prague ! Je n’y suis jamais allée, mais j’aimerais bien la visiter un jour. Les plus grands compositeurs du XVIIIe siècle y ont séjourné : le « Don Giovanni » de Mozart y fut joué pour la première fois le 28 octobre 1787, sur un livret de l’italien Lorenzo da Ponte. Plus de 50 ans auparavant (en 1730) Antonio Vivaldi y avait créé un de ses opéras : « Argippo ». La partition de celui-ci avait disparu depuis cette date et seul le livret subsistait. Grâce à l’acharnement d’un musicologue tchèque, la plus grande partie de cet opéra fut retrouvée en …. Allemagne, en 2006!, dans les archives de la grande famille Thurn und Taxi (celle qui a donné son nom à nos …. taxis !).

 

Et aujourd’hui je vous invite à la découverte d’une curiosité, celle d’une autre partition, perdue et retrouvée, une cantate écrite en commun par Wolfgang Mozart et Antonio Salieri. Pour ceux qui ont vu le film « Amadeus » sorti en 1984, oubliez tout ! Salieri n’a jamais fait empoisonner Mozart. C’est un délire de cinéaste. A part ça, le film est très intéressant et vaut la peine d’être regardé. Et donc, contrairement à la légende lancée par l’écrivain russe Pouchkine, Mozart et Salieri n’étaient pas ennemis et il leur arrivait même de travailler ensemble.

 

 

J’en reviens à la partition retrouvée il y a quelque temps dans les collections du Musée de la Musique à Prague et qui était perdue depuis 1785. On en connaissait l’existence depuis les années 50 du XXe siècle, sans en connaître l’auteur, car les noms étaient cryptés, pratique courante à l’époque. Ce n’est que très récemment qu’on a réussi à déchiffrer et identifier les noms et qu’on a découvert qu’il s’agissait de Mozart, Salieri et d’un certain Cornetti, sur un poème de Lorenzo da Ponte.

 

Cette cantate intitulée « Per la ricuperata salute di Offelia (pour la santé retrouvée d’Ophélie) »  avait été écrite pour célébrer le rétablissement d’une soprano anglaise, Nancy Storace, malade depuis plusieurs mois. Cette dernière devait créer l’année suivante, à Vienne, le rôle de Suzanne dans « les Noces de Figaro » de Mozart, également sur un livret de Lorenzo da Ponte.

 

Cornetti et Salieri ont mis chacun en musique une strophe du poème de da Ponte et Mozart est l’auteur des deux autres strophes de cette œuvre écrite en une semaine.

 

 

La partition retrouvée

La partition retrouvée

 

La musique de cette cantate, a été entendue, pour la première fois depuis plus de 200 ans, le 16 février dernier à Prague, jouée au clavecin. A quand une version chantée ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme cette vidéo est très courte, je vous invite à écouter en ce dimanche une œuvre complète de Mozart, les « Vesperae Solennes de Confessore »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

LR 28/02/2016 14:19

Eh bien...Mozart est de loin le compositeur que j'aime le moins....

Merci chère amie pour ces commentaires toujours très intéressants.
LR

Madame Zouave 28/02/2016 15:11

J'avoue que je ne suis pas "fana" non plus.

Madame Zouave

Mirabelle 28/02/2016 06:58

Bon et saint Dimanche à toutes et à tous .

Merci, chère amie pour cette belle page musicale et pour la photo du Petit Jésus de Prague qui est magnifique .

Nous avons toujours un temps de cochon, la pluie n'a pas cessé , les jardins sont assez arrosés . On veut du soleil !!!

Mimi qui va faire des oeufs mimosa pour mettre du soleil à table

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !