Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2017 5 10 /02 /février /2017 16:39
L'avez-vous vu ?

 

 

 

" Silence " est le dernier film de Martin Scorsese .

 

Pour en savoir plus :

 

XVIIème siècle, deux prêtres jésuites se rendent

au Japon pour retrouver leur mentor, le père Ferreira,

disparu alors qu’il tentait de répandre les enseignements

du  catholicisme.

 Au terme d’un dangereux voyage, ils découvrent

un pays où le christianisme est décrété illégal et

ses fidèles persécutés. Ils devront mener dans la

clandestinité cette quête périlleuse qui confrontera

leur foi aux pires épreuves.

 

 

"Silence" est l'adaptation du roman du même nom

écrit en 1966 par Shūsaku Endō, un écrivain catholique

japonais.

Le "Silence" du titre évoque le silence de Dieu face aux

souffrances vécues en son nom.

 

 

Source : Allociné 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai reçu de très bonnes critiques sur ce film .

 

Il faut avoir un certain courage pour réaliser

de nos jours un tel film !

Parce que le martyre des chrétiens qui se poursuit

en 2017, n'intéresse plus beaucoup de monde ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sans aucun rapport, je vous parlerai la semaine

prochaine d'un autre film qui sort

mercredi 15 février .

Pour ceux qui ont succombé à " la marche de l'Empereur"

c'est la suite !

Des images merveilleuses de la Banquise et des

Empereurs par milliers !!!

 

 

Bien à vous tous .

 

 

Mortimer 

Partager cet article

Repost 0
Publié par : Mortimer - dans Le billet de Mortimer
commenter cet article

commentaires

Julien 11/02/2017 19:39

Moi non plus, je ne l'ai pas vu. Inutile de rire, chef ! Mais il y a quelque chose qui me laisse un goût bizarre, soit que ça me désabuse, soit que cela soit susceptible d'entretenir notre espérance.

Je commence par faire mon dégoûté. Parmi les critiques qui portent ce film aux nues, je n'en vois aucune qui rappelle que Scorsese, aujourd'hui très en vogue au vatican, fut l'auteur de La dernière tentation du christ, qui fut à l'origine du battage dont on se souvient, provoqua l'incendie du cinéma du blvd Saint-Michel et mit en lumière les figures médiatiques de Mgrs Di fAlco et Gaillot. "Vanitas vanitatum". Tourne la roue de l'Histoire et tout est oublié. Mais l'encensoir catholique ne demande qu'à s'allumer. Scorsese fait un film presque apologétique et c'est le nouveau Pasolini.

Scorsese se serait-il converti? Supposons. Cela illustre une des idées que je trouve les plus originales et les plus stimulantes dans le livre de notre aumônier, "Délivrés, essai sur la liberté chrétienne": c'est que dans l'enclos du christ, la brebis chrétienne jouit de "la liberté d'aller et de venir", comme dirait la Déclaration des droits de l'homme. Elle a le droit d'entrer et de sortir de la bergerie, et même de "sortir du christ", ajoute notre aumônier.

Or j'incline à penser que Scorsese ne s'est pas converti et que sa perspective n'a pas changé. Le christ-Dieu a été un vrai Fils de l'Homme, qui ne s'est pas contenté d'être allégoriquement tenté trois fois dans le désert. Il a livré jusqu'au bout le combat contre la tentation et n'y a pas succombé, fût-ce en pensée, un peu comme le Saint-Antoine de flaubert, dont la Tentation est un long rêve érotique et hérétique, sans que La tentation de Saint-Antoine cesse d'être un livre chrétien, mais le livre d'un homme, Flaubert, sorti du christ, d'un homme culturellement chrétien, pour épouser une autre intuition de l'abbé de tanoüarn, en qui mûrit l'idée que nous devons d'autant plus défendre notre identité que nous sommes culturellement et non plus spirituellement chrétiens, que nous devons téter le lait du christianisme à partir de la culture. Comme si l'intuition de saint Jean-Paul II d'une évangélisation par le dialogue avec la culture connaissait un développement inattendu, par celui-là même qui l'avait imaginée, à savoir que ce qui est à évangéliser, c'est l'être culturel des parturiants chrétiens que nous demeurons malgré tout,

nous autres Européens, dont le devenir compte à proportion que nous avons reçu le christianisme dans les gènes, après l'orientalisation forcée de la romanité.

Je risque l'hypothèse que Scorsese n'a pas changé de perspective théologique. Ce qui me pousse à évoquer rétrospectivement une autre campagne, menée à propos d'un autre Scorsese, Romeo Castellucci. Vous souvenez-vous des "pièces sacrilèges" et de la curée qu'elles ont provoquées? Je me suis laissé entraîné à y participer. J'y cédai d'autant plus volontiers que je faisais mes premiers pas sur le FC, tout heureux, moi, l'anar de droite, mais le "chrétien de gauche", de pouvoir me compter avec quelques catholiques pleins d'allant qui avaient fébrilement besoin d'action. Tout à coup, le libertaire que j'étais se voyait surpris de demander que l'on censure un spectacle. Nous avions tous raison pour "Golgotha pique-niqu", pas du tout pour la pièce de romeo castelluci dont le ttitre évoquait "Le visage du christ" et maculait de cagade l'icône du crucifiéSauf qu'on n'entendait pas le discours théologique que portait Romeo castellucci. Pour lui, le Christ avait assumé notre condition jusqu'à non seulement mourir, mais accepter que son visage soit maculé de la cagade de tous ces blasphèmes qu'IL avait promis de nous pardonner à l'exception du péché contre l'Esprit, lequel consiste certainement, non à dire non à dieu, mais à ne plus Le voir, non à être athée, mais à être indifférent, non à ne pas savoir si nous croyons en Lui, non à être agnostiques, mais à n'être plus minés par cette question.

M'est donc avis que nous voilà devant deux artistes, Scorsese et Castellucci, qui se sont confrontés à la grande "remise en question" pour laquelle le Verbe affirme en Saint-Marc être descendu sur terre. Ils ont parfois dit non, parfois dit oui, mais ils n'étaient jamais de ces tièdes que Dieu vomit. A l'époque, l'abbé Grosjean avait invité les catholiques à engager un dialogue avec les acteurs culturels. Cette proposition l'a exposé et l'a lancé dans la carrière. Tant mieux pour lui, mais qu'en reste-t-il? Et que reste-t-il de nos campagnes, des torrents de boue que nous déversons sur les adversaires du christianisme comme de nos emballements? Je pose cette question avec d'autant plus de gourmandise que j'ai récemment lu sur la page Facebook de Koz, l'antiidentitaire de choc et des palais épiscopaux, que ce conservateur filloniste s'étonnait que tant de catholiques cèdent au mirage ONfray. Or je suis l'un des rares qui, à la lecture du Traité d'athéologie, ai tout de suite pensé que Michel ONfray serait un de nos contemporains majeurs. A quand, cher M. l'abbé comme je n'aime pas dire, cher Guillaume comme je trouve plus fraternel et filial de vous appeler, le débat que nous attendons depuis si longtemps entre vous et Michel ONfray? Quand l'inviterez-vous sur "radio courtoisie"?

LR 10/02/2017 19:20

Non point. Nous ne sommes guère cinéphiles...
LR

Mortimer 11/02/2017 20:21

Je l'attendais !
Et c'est venu .....

Je me fout de ce que Scorsese a pu faire avant !
Dans mon article, je ne parle que des persécutions que j'ignorai à cette époque au Japon .
Je laisse à d'autres beaucoup plus qualifiés, et qui n'aiment pas Scorsese, le soin de le démolir ....

Envoyer un article neutre devient désormais in acte de guerre ?

Faudrait que les parfaits qui polluent encore quelques journaux se calme !

Parce qu'on va vers l' abattoir tous !

Et certains continuent à ne pas s'en apercevoir .....

Mortimer

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !

Pages