Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mars 2019 4 14 /03 /mars /2019 06:10
Hissez haut !!!!!!!

J'aime beaucoup le jeudi !

 

Je suis d'une génération où le jeudi était

 

le super jour de congés !!!!! smiley

 

 

On s'amusait avec les copains dans la petite

 

forêt qui bordait nos immeubles .

 

 

Il y avait 2 clans . 

Et il fallait préserver nos cabanes ......cool

 

 

Lance pierre, pièges divers, enfin c'était bien ! laugh

 

 

On embêtait même un garde d'une maison de maître

 

qui nous guettait comme le lait sur le feu !

 

 

 

Un colosse avec une casquette .

 

Pagnol n'était  pas loin . 

 

 

 

 

Sauf que le colosse défendait l'entrée du 

 

domaine comme un robocop de Gaztamer 

 

au lieu de nous offrir des douceurs .....frown

 

 

 

 

Et j'ai failli oublier les sarbacanes !!!!! wink

 

C'était moins dangereux que les LBD .........

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bref, je n'ai rien oublié ......

 

 

 

 

 

Belle journée à tous et prenez soin de vous .

 

 

Mortimer 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Ewondo 14/03/2019 18:34

Pour vous faire sourire, on me demande de venir témoigner dans un procès ...

Pas n'importe lequel, celui d'un gand chrétien, catholique fervent et militant engagé dans une grande cause : celle de la lutte contre la lèpre.

Le procès en question est celui de sa béatification. Il s'agit de Raoul Follereau. Il se trouve que je l'ai rencontré une fois sur un vol Paris/Douala/Brazzaville. Un homme d'une immense bonté avec un regard pénétrant tout à fait inoubliable !

Inoubliable aussi etait sa voix à Radio Brazzaville, vibrante de conviction et de remarquable persuasion.

Puisse ce procès aboutir positivement !

Pierre.

Ewondo 14/03/2019 19:22

Si c'est à Paris, j'aimerais beaucoup y assister.

Pierre.

Ewondo 14/03/2019 18:54

En principe je crois que le procès devrait avoir lieu à Paris.

Pierre.

Ewondo 14/03/2019 17:25

Mot Spirituel de l'abbé Forestier ;

Jeudi 14 mars : De la férie

LE COEUR DU
SACRIFICE

Il faut encore dire une dernière chose au sujet du sacrifice : Ce que Dieu regarde, ce qui compte surtout devant Lui, c’est le cœur avec lequel on fait son sacrifice… Ainsi Abel fut exaucé et Caïn ne le fut pas : leurs cœurs n'étaient pas identiques. Faisons alors nos offrandes avec une bonne volonté intérieure, pour que le sacrifice soit vrai devant Dieu. Quand la petite Anne de Guigné prépara sa première communion, on lui dit de faire beaucoup de sacrifices si elle voulait que son âme soit prête à la venue de Dieu. Et un jour la maîtresse qui préparait les enfants osa demanda aux enfants s’ils faisaient bien les sacrifices demandés, au cours de la journée.Oh oui madame ! répondirent-ils tous.Combien en font au moins deux par jour ? Presque tous levèrent la main.Combien en font au moins 5 ? Il y avait déjà moins de doigts levés…Combien en font 10 ? Anne de Guigné et une autre petite fille levèrent le doigt.Combien en font 15 ? Seule Anne levait encore la main…20 ? … 30 ? … 40 ?... 50 ?... Anne levait toujours la main, mais la maîtresse eût peur de continuer… Le cœur d'Anne était bon, elle avait pris le chemin du don de soi et du vrai amour.

Pratique : Combien de sacrifices dans notre journée ?

Ewondo 14/03/2019 14:50

Un artcle di Figaro qui me conforte dans ma haine viscérale des banques :

n'a pas fini de s'acharner sur vous
Publié le 3/14/2019 à 2:41 PM, par Bill Bonner

homme mains fermées
Recevez toutes nos chroniques directement dans votre boîte mail


JE M'INSCRIS
Je souhaite recevoir des offres de la part des partenaires de La Chronique Agora.
En cliquant sur le bouton ci-dessus, j'accepte que mon e-mail saisi soit utilisé et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite La Chronique Agora, je pourrai me désabonner à tout moment.
Les Etats sont des monstres froids qui n’hésitent pas à écraser leurs propres citoyens en cas de nécessité, disait Nietzche. Cette vérité, nous la constatons à nos dépends tous les jours.

Chaque jour, en déployant un arsenal colossal de règles toujours plus contraignantes, l’Etat empiète toujours plus sur notre liberté fondamentale. Depuis 10 ans nous assistons à une prodigieuse accélération de ce mouvement liberticide.

Par tous les moyens, avec une obstination acharnée et une volonté inébranlable, l’État hypertrophié et tentaculaire accroît son contrôle sur la population : vous !

A tel point que nous pouvons aujourd’hui affirmer sans hésiter qu’une forme de totalitarisme rampant s’est installé.

En France, les transactions en liquide sont interdites si elles dépassent les mille euros.

Dans les pays nordiques, les grandes banques militent pour une abolition pure et simple du cash. De même en Inde, en Chine et en Israël.

John Cryan, directeur de la Deutsche Bank, prévoit la disparition de toute forme de pièces et de billets d’ici dix ans.

Quel intérêt pour les grandes banques et pour l’Etat d’ainsi limiter votre liberté à des transactions numériques ?

C’est simple. Pensez au temps où les gens cachaient leurs économies en un tas de billets de banques, sous leur matelas. Ils n’étaient endettés envers personne. Il s’agissait bien de leurs économies.

Aujourd’hui, cette « dématérialisation » de votre argent vous oblige à le confier à des banques, sans avoir la possibilité d’épargner « de votre côté ». Tout est soigneusement conservé, sous forme de chiffres cryptés dans les ordinateurs des grandes banques. Vous n’y avez même pas accès.

Or, dans notre ère économique instable, les banques ont peur de faire faillite. C’est bien normal, et que font-elles dans ce cas ? Elles empruntent à leurs clients. Sans possibilité de les rembourser avant un temps abstrait, et sans réel engagement.

Quand on y pense, c’est du vol au sens propre du terme. Vous confiez votre argent à quelqu’un, qui peut tranquillement l’utiliser pour rembourser ses propres dettes, sans avoir à s’en faire quant à votre remboursement.

Mais l’Etat autorise cela. Pire, il l’encourage.

Peu importe quel parti est au pouvoir, peu importe qui est à la tête du pays, le représente et passe à la TV.

Ceux qui le dirigent réellement ne changent pas de visage. Ils sont ceux qu’on appelle le Deep State : vous savez, les technocrates, lobbyistes, hauts fonctionnaires et politiciens qui tirent les ficelles dans l’ombre.

Et quel que soit l’Etat en place, ils trouvent toujours un intérêt à pouvoir faire plus facilement main basse sur votre argent. C’est bien au-delà des taxes, c’est une capacité qu’ont les banques à se servir dans votre argent.

Vous pensez peut-être qu’il vous appartient ?

Pas du tout.

Si vous souhaitez en savoir d’avantage sur ce que les manigances que le Deep State vous réservent, et encore bien d’autres choses, je vous invite à renseigner votre adresse e-mail dans le champ ci-dessous…

Penchons-nous sur ce qu’est réellement un dépôt bancaire.

C’est une reconnaissance de dette de la part de votre banque. Elle reconnaît qu’elle vous doit la somme que vous lui avez remise. Rien de plus. Il faut avoir sacrément confiance dans le système bancaire, dites-moi…

Jadis, vous auriez pu avoir la sécurité de penser que vos économies dormaient bien au chaud sous votre matelas. Vous vivez désormais en sachant qu’elles sont accessibles à un système bancaire instable, qui peut s’y servir par simple entrée d’un code dans un système informatique auquel vous n’avez même pas accès.

Eh oui, l’image de Big Brother est tout aussi réaliste dans le monde du grand capital…

Au lieu de billets, les banques veulent nous forcer à utiliser des notations électroniques fidèlement enregistrées dans une banque réglementée par le gouvernement. Avez-vous déjà vu un de ces « billets électroniques », cher lecteur ? Nous non. Et nous nous méfions profondément de toute cette histoire.

La Banque centrale européenne et la Banque du Japon — tout comme les banques centrales du Danemark, de la Suède et de la Suisse — ont déjà imposé une « taxe » sous forme de taux d’intérêt négatifs sur les comptes que leurs confient les banques commerciales. Ces banques centrales espèrent que les banques commerciales répercuteront cette nouvelle taxe à leurs clients. C’est fréquent en Suisse et en Allemagne…

Ainsi, Alternative Bank Schweiz (ABS) facture des taux négatifs sur les dépôts de ses clients cette année. ABS prélèvera un intérêt annuel de 0,125% sur les dépôts de moins de 100 000 francs suisses et un intérêt annuel de 0,75% sur les dépôts de plus de 100 000 francs suisses. Dans les faits, ABS fait payer ses clients pour déposer leur argent chez elle.

Rendez-vous compte ! c’est un peu comme avoir un appartement… et devoir payer celui qui y habite pour qu’il veuille bien y vivre.

Résumons la situation :

L’argent que vous mettez en banque, la banque le fait « travailler pour SON compte ». Elle gagne de l’argent grâce à votre dépôt.
Et en plus, vous devez payer pour avoir le droit de déposer de l’argent en banque, puisqu’un taux d’intérêt négatif est de plus en plus prélevé ! Et je ne parle pas des frais en tous genres…
Le piège se referme

Fermez les yeux et imaginez un instant : si on met un million d’euros en banque, avec un taux négatif de 0,75% ; on revient un an plus tard et il ne restera plus que 992 500 euros. La banque a confisqué les 7 500 euros manquants. Voilà qui ressemble à une escroquerie. Non ?

Et comme les gouvernements abolissent le cash, vous comprenez soudainement que le piège est en train de se refermer sur vous !

Sans billets, vous n’aurez bientôt plus la liberté de choisir COMMENT conserver votre argent. Vous n’aurez pas d’autre choix que de laisser votre épargne en banque. Et la banque, véritable bras armé de l’état, pourra prélever sur votre compte sans obstacle, aucun.

Fort heureusement, il existe des moyens pour pallier à cette machination, et à toutes celles qui l’accompagnent. Les experts des Publications Agora s’échinent à trouver des solutions qui profitent à vous et moi, qui ne serons pas victimes d’un système bancaire pillard et défaillant.

Si notre service vous intéresse, je vous invite à renseigner votre adresse mail dans le champ ci-dessous :

Recevez toutes nos chroniques directement dans votre boîte mail


JE M'INSCRIS
Je souhaite recevoir des offres de la part des partenaires de La Chronique Agora.
En cliquant sur le bouton ci-dessus, j'accepte que mon e-mail saisi soit utilisé et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite La Chronique Agora, je pourrai me désabonner à tout moment.
Mais excusez-moi, je ne me suis pas présenté…

Je m’appelle Bill Bonner. Fondateur des Publications Agora aux États-Unis, j’en suis à la tête depuis 1978. Notre groupe n’a cessé de croître au fil des ans, et nous sommes également basés en France depuis 1997.

C’est avec plaisir que je vous fais découvrir notre maison aujourd’hui, au travers de l’article que vous venez de lire.

Le premier service que nous vous proposons : un abonnement à La Chronique Agora, notre principale newsletter. Nous y décortiquons l’actualité (en finance, politique, santé, technologie…) avec une seule idée maîtresse : préserver notre liberté et la vôtre.

Nous n’hésitons pas à y pointer du doigt la moindre défaillance du système économique et politique, surtout celles qui sont les mieux cachées du grand public…

Connais ton ennemi et connais-toi toi-même, disait Sun Tzu.

S’abonner à La Chronique Agora, c’est faire un pas conséquent vers la connaissance des éléments ennemis de notre société et la place où elle nous laisse. Et un autre vers notre affranchissement de ces mêmes éléments.

Personnellement, excédé de me faire gruger, j'ai viré tous mes comptes, ne conservant qu'un seul compte courant. Et encore je l'approvisionne au minimum car l'homme est le seul pigeon que les banques savent plumer plusirurs fois ;-(;-(;-(

Ewondo 14/03/2019 17:30

Désolé pour ce mavais copié collé. J'ai cliqué sur valider par mégarde trop tôt !

Pierre.

Ewondo 14/03/2019 14:30

Je prépare pour demain vendredi deux cakes au crabe chatka, coques au naturel, olives vertes et poivrons rouges en mini cubes, fumet de poissons bios, ail et fines herbes, huile de sésame ...

Un pour l'abbé Garnier et un autre pour Jean-François et Ginette.

Pierre (et sa rubrique culinaire ;-)

Ewondo 14/03/2019 13:18

Dans le même registre accidents, une amie Camerounaise doit se rendre prochainement à Biston retriuver sa grande amie américaine l'hilarante Hilary qui fut avec elle étudiante à l'université.

Je lui ai conseillé, au lieu de passer par Paris et suppoorter des frais importants, de passer par Abidjan (Douala/Abidjan/New York) par une excellente compagnie jusque peu de réputation sans faille : Ethiopian ...

Misère ... je suis sûr qu'elle est au courant cependant !

Il y a peu d'années un 737 s'était écrasé au décollage de Douala et il avait fallu une dizaine de jours pour retrouver la carcasse de l'appareil ... La compagnie Kenya Airways qui jusque là jouissait d'une réputation sans tache a depuis du plomd dans l'aile, sans mauvais jeu de mots.

Pierre.

LR 14/03/2019 13:12

Bonjour à tous !
Me revoilà.
Ce petit dalmatien est un amour de petit pâté !

LR

Ewondo 14/03/2019 13:03

«Grande America»: les côtes françaises sous la menace d'une pollution majeure
http://www.lefigaro.fr/sciences/2019/03/13/01008-20190313ARTFIG00155-naufrage-du-grande-america-45-conteneurs-contenant-des-matieres-dangereuses.php?utm_source=app&utm_medium=sms&utm_campaign=fr.playsoft.lefigarov3

À hurler !

Pierre.

Ewondo 14/03/2019 12:13

Excellente journée à toute la Banquise et merci pour cette belle photo.

Je me souviens du temps où le jeufi était libre, enfin jusqu'à la fin du catéchisme. Ensuite tiute l'année c'était piscine et tennis pour les amateurs. L'entraîneur, un homme délicieux, était l'entraîneur et oncle de Yannick Noah. Avec moi, il n'a pas eu de succès car j'étais une vraie quiche.

Mais avoir choisi le jeudi comme jour de repos était débile car déséquilibré. Trois joirs pleins avant et un jour et demi après, tandis que de l'autree côté de la frontière le jour de repos était le jeudi selon le modèle british ....

Pierre.

SebCaro 14/03/2019 09:10

Bonne journée à toute la Banquise.

Oui, j'ai connu le jeudi libre et le samedi après-midi sans cours.

Souvenirs quand tu nous tiens.

Caro.

Sic transit 14/03/2019 09:03

Ne pas oublier que pour les écoliers le samedi était un jour comme les autres (seuls les lycéens n'avaient pas cours l'après-midi, sauf s'ils étaient collés) : le jeudi était d'autant plus précieux.

Grégoire 14/03/2019 08:23

En effet, c'est presque du Pagnol que vous racontez là, moi j'étais en Afrique c'est un peu différent mais l'aventure était là aussi , bonne journée :)

Philomène 14/03/2019 07:52

Ah oui, beaucoup de souvenirs des jeudis !..... et surtout ce jeudi ou nous avons faillis, mon petit voisin et moi, être écrasés par un taureau fou furieux échappé de l'abattoir !
tout à l'heure messe chez les dominicains et prières
plein soleil sur Nice !
Philomène

Guenièvre 14/03/2019 06:57

Souvenir, souvenir !!!

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !