Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 avril 2019 3 03 /04 /avril /2019 05:30
Lyon, 3 mars 1918.

Lyon, 3 mars 1918.

Connaissez-vous l’histoire de la Foire de Lyon ?

Oyez, oyez braves gens ! Laissez-nous vous raconter l’histoire de la Foire de Lyon, dont l’origine remonte… au Moyen-Age. Lieu de commerce, de rencontres et de fête, les foires de Lyon avaient lieu plusieurs fois par an et rythmaient la vie économique et sociale de la ville ! La Foire de Lyon est l’héritière de cette tradition. Retour sur l’histoire de cette manifestation commerciale lyonnaise qui n’a cessé de grandir depuis sa recréation contemporaine, en 1916.

 

Aux origines de la Foire de Lyon

La Foire de Lyon est créée en plein cœur de ce qui sera appelé plus tard la « Grande Guerre ». Aux messages qui s'étalent sur les murs – « N’achetez pas les produits boches » –, le maire de la ville, Edouard Herriot, répond par la création d’un événement capable de concurrencer la fameuse Foire de Leipzig, en Allemagne. Un marché d’échantillons qui mettrait en avant les innovations françaises !

En ces temps de guerre, la première édition de la Foire de Lyon s’ouvre, bien sûr, sur l’air de la Marseillaise. Dès l’origine, seuls les fabricants peuvent exposer : ils sont plus de 1 340 à s’y donner rendez-vous ! Mais Paris se montre très vite envieuse de cette foire de province et se refuse à lui laisser le privilège de Foire française unique... malgré son énorme et indéniable succès immédiat.

 

Mille et un exposants et anecdotes : le succès grandissant de la Foire de Lyon

Dès 1917, la Foire de Lyon accueille 2 320 cabanons et stands de bois le long du Rhône, entre le parc de la Tête d’Or et les guinguettes des berges, sur une surface de 36 km² ! Le Comité organisateur caresse très vite l’idée de construire un Palais de la Foire, à la place de notre actuelle Cité Internationale. La première pierre de l’édifice et de ses 24 pavillons est posée le 3 mars 1918, la dernière en 1930[1931] Foire (A1935) (VA).jpg

 

 

 

En ce moment et ce jusqu'au 8 avril, c'est la foire de Lyon.

L'occasion de vous conter l'historique de ces journées annuelles très prisées par les lyonnais.

Demain, nous continuerons avec la foire, de nos jours.

 

 

Bonne journée à vous tous.

 

Caro.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Ewondo 03/04/2019 16:24

Article du Point :


À qui la faute ? #3

- Le pluriel des noms composés

PODCAST. Le pluriel des noms composés dépend de la nature des mots qui les composent, mais pas seulement. Petit rappel des bons accords.

PAR LOUISE CUNEO, EMMANUEL DURGET

Savoir accorder au pluriel les noms composés tourne parfois au calvaire… Lorsque deux noms représentent la même chose et que l'on peut écrire « qui est » ou « qui sont » entre les deux, les deux mots prennent la marque du pluriel : des « paquets cadeaux », ou encore des « films cultes ». C'est le cas également de deux noms, d'un adjectif et d'un nom accolés, ou même de deux adjectifs accolés, perçus comme un mot à part entière, avec une signification propre : il faut alors les lier d'un trait d'union, et les deux mots prendront la marque du pluriel, comme « médecins-chefs », « sacs-poubelles » et « romans-photos », ou encore « des grands-pères », « des coffres-forts » ou « des sourds-muets ».

Tous ne s'accordent pas

Lorsque le second nom est le complément du premier, il ne faut accorder que le premier. Ainsi, dans l'expression « des films catastrophe », « catastrophe » ne prend pas de « s », car ce ne sont pas les films qui sont des catastrophes. Il ne faut pas accorder non plus un adverbe, ou un adjectif à valeur d'adverbe, lorsqu'il est accolé à un nom : « les haut-parleurs, les arrière-boutiques ». On notera aussi que selon le sens, le nom peut également ne pas s'accorder : « des sans-patrie ». Le cas des mots composés avec un verbe, qu'il soit conjugué ou non, semble plus simple : il ne faut tout simplement pas mettre de « s » au verbe. Seul le nom peut alors prendre la marque du pluriel, et encore… pas systématiquement : tout dépend du sens (« des tire-bouchons », mais « des abat-jour »). Lorsque deux verbes sont accolés, qu'ils soient conjugués ou non, aucun ne prend la marque du pluriel (« des laissez-passer », « des savoir-faire »).

Dernier cas particulier : celui de l'adjectif de couleur composé, qui reste toujours invariable. Ainsi, « des robes bleu clair » n'auront de « s » ni à « bleu » ni à « clair »… et pas de « e » non plus d'ailleurs. Le pluriel a vraiment de quoi nous en faire voir de toutes les couleurs !

Ma mère, instit' de la vieille école m'avait avoué que c'était pour elle un mini cauchemar ...

Pierre.

Ewondo 03/04/2019 20:14

Fastoche, comme au singulier c'est BAL ! Juste l'initiale compte ...

Pierre.

Adeodat 03/04/2019 19:38

… et boîte aux lettres au pluriel ?

Adeodat

Philomène 03/04/2019 08:48

Bonjour à toute la Banquise !
.... petite pluie aujourd'hui sur Nice, ce va faire du bien -
adoration tout à l'heure chez les franciscains de Cimiez
très intéressant cet historique de la foire de Lyon -
Belle journée à tous !
Philomène

Adeodat 03/04/2019 19:32

Cela me rappelle le roman "Le calvaire de Cimiez" de Henri Bordeaux…

Adeodat

SebCaro 03/04/2019 08:48

Bonne journée à toute la Banquise.

Il pleut en ce moment.

Avec ce changement d'heure, nous sommes obligés d'allumer le matin.

Caro.

Adeodat 03/04/2019 07:41

SANCTORAL

SAINTE AGAPE, SAINTE CHIONIE, SAINTE IRENE, et leurs compagnes martyres, l'an 304. Ceci pour avoir caché les Sainte écritures et avoir refusé de manger des viandes immolées aux dieux. Il y avait aussi parmi elles CASIE, PHILIPPE, EUTYGHIE et AGATHON.

SAINT RICHARD, évêque de Chichester en Angleterre. L'an 1253. Il naquit au château de Wiche aujourd'hui Droitwich au comté de Chester. Il y a des sources d'eau salée desquelles ont extrait le sel qui sont appelées Wyche d'un mot anglo-saxon, d'où également les noms de Nantwich, Hantwich, Midlewich et Northwich. + 1253.

SAINT ULPIEN, martyr à Césarée en Palestine sous Urbain gouverneur de la province.

SAINT NICETAS, abbé en Bithynie du côté de la ville de Prusse au monastère du Mont Olympe fondé par Saint Nicéphore vers 770. + 824.

VENERABLE ETIENNE Pernet. Cofondateur de la Congrégation des Petites Soeurs de l'Assomption + 1899

SAINT JOSEPH Tuan, prêtre dominicain martyr + 1861

SAINT LOUIS Scrosoppi prêtre italien, fondateur des Soeurs de la Divine Providence + 1884

BIENHEUREUSE MARIA TERESA Casini religieuse italienne + 1937

BIENHEUREUX PIERRE-EDOUARD Dankowski prêtre polonais mort au camp de concentration d'Auschwitz + 1942

Adeodat 03/04/2019 07:12

Super, merci Caro.

Adeodat

LR 03/04/2019 06:34

Très intéressant. Merci, Caro.
LR

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !