Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juin 2019 6 01 /06 /juin /2019 09:35
Bonjour d'Angers !

 

Promenade matinale avant les 31°

 

annoncés 

 

 

Bon samedi à vous tous .

 

Mortimer, Mirabelle et Gustave  

Partager cet article
Repost0

commentaires

Ewondo 01/06/2019 21:01

Climat: des députés veulent mettre fin à certains vols domestiques trop polluants
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/climat-des-deputes-veulent-mettre-fin-a-certains-vols-domestiques-trop-polluants-20190601?utm_source=app&utm_medium=sms&utm_campaign=fr.playsoft.lefigarov3

D'accord sur le principe mais un bémol cependant : certains ont besoin de prendre un avion Marseille Orly ou Roisyy pour une connection rapide sur de longs vols internationaux.

Certains députés profitent d'avions privés et ils peuvent toujours crier "haro" sur le baudet !

Pierre .

Ewondo 01/06/2019 20:39

Il fera chaud pour les pèlerinages :

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/en-images-soleil-et-forte-chaleur-pour-ce-week-end-de-l-ascension-20190601?

utm_source=app&utm_medium=sms&utm_campaign=fr.playsoft.lefigarov3

Pierre.

Adeodat 01/06/2019 20:14

Demain je vous réserve une petite histoire sympa. sur le Bon Dieu
C'est normal c'est dimanche le jour du Seigneur.

A demain

Adeodat

Ewondo 01/06/2019 19:10

Chers Caroline et Sébastien, les connaissez-vous ?

y a 60 ans, sous la colline de la Croix-Rousse à Lyon, des agents de la voirie découvraient un étrange réseau souterrain en forme de squelette de poisson. Resté, depuis, une énigme pour les archéologues.
L'histoire commence en février 1959 rue des Fantasques (1er arrondissement), où la chaussée s'est effondrée. En sondant le sol, les services techniques de la Ville mettent au jour un puits vertigineux ouvrant, 34 mètres plus bas, sur environ deux kilomètres de galeries.

De part et d'autre d'une première artère - la "colonne vertébrale" - se déploient 16 paires de tunnels latéraux - les "arêtes" - en cul-de-sac. Le réseau descend progressivement vers le Rhône, le bas étant inondé.


En haut, il se raccorde à deux "antennes" parallèles, longues de 200 à 300 mètres, desservant de vastes salles voûtées pour la plupart effondrées.

Aucune trace dans les archives
Qui a construit pareil dédale ? Quand ? Pourquoi ? Le chantier n'a laissé aucune trace dans les archives, ni la mémoire lyonnaises.

"Il ne nous a pas été possible de découvrir l'origine de ces ouvrages: le service des Ponts et Chaussées et celui du Génie militaire les ignorent", écrivent les agents municipaux dans un rapport de 1959.

Six décennies plus tard, le mystère demeure entier, ou presque.

"Personne n'a jamais rien trouvé de semblable ailleurs", indique Emmanuel Bernot, du service archéologique municipal, lors d'une visite de l'endroit.

Le chantier n'a laissé aucune trace dans les archives

"Une seule certitude, la période, c'est antique"
Sans guide, on se perdrait aisément dans les échelles, passerelles et escaliers qui font passer d'un niveau à un autre. Les marches sont hautes, les barreaux glissent, c'est souvent bas de plafond et étroit. On progresse à la frontale dans un silence seulement troublé par un léger ruissellement.

Les souterrains de Clermont-Ferrand

Des conduites drainent aujourd'hui le sous-sol de la colline mais le réseau n'avait pas de fonction hydraulique à l'origine: les arêtes de poisson "n'ont rien à voir avec l'eau", affirme Bruno Pérez, responsable des galeries à la Métropole de Lyon.

A quoi servaient-elles ? Pour Emmanuel Bernot, "une seule certitude: la période. C'est antique".

L'accès est "normalement" interdit au public...

4 à 5 mètres cubes d'ossements
En 2008 pourtant, lors d'un diagnostic effectué avant de percer un second tunnel sous la Croix-Rousse, son service avait pensé à des souterrains de l'éphémère citadelle Saint-Jean, que Catherine de Médicis fit bâtir à la fin du XVIe siècle en surface.

Mais en 2013, patatras ! La datation au carbone 14 de pièces d'échafaudage en bois, retrouvées dans la maçonnerie, fait remonter la construction au changement d'ère, quand Lugdunum est promue capitale des trois Gaules par l'empire romain. La ville abonde d'ailleurs de vestiges du Ier siècle.

Plongée en images dans les souterrains de Bourges

"C'est le seul site au monde à avoir été daté, à cinq ans d'intervalle, de la Renaissance puis de l'Antiquité", ironise Walid Nazim.

Cet ex-cataphile - ils sont légion à s'aventurer dans les lieux, officiellement fermés au public - a écrit un livre sur le sujet. Il y a révélé notamment que 4 à 5 mètres cubes d'ossements humains, disparus et jamais analysés, avaient été découverts en 1959 dans une arête.D'étranges écritures sur les parois

Un trésor rapporté de la Terre Sainte?
Lui penche pour le Moyen Âge avec une thèse osée: le réseau aurait été conçu par les Templiers pour y cacher leur trésor rapporté de terre sainte. A une époque, la fin du 13e siècle, où le grand maître de l'Ordre - Guillaume de Beaujeu - possédait la Croix-Rousse mais aussi le Mâconnais au nord de Lyon, d'où provient la caractéristique pierre rouge des parois.

Walid Nazim rapporte aussi qu'au 19e siècle, les terrains en surface étaient la propriété du fondateur d'un rite franc-maçon se réclamant des Templiers. Bouchées puis débouchées, les arêtes auraient été vidées de leur contenu, selon lui, à cette période. Des fantasmes, critiquent ses détracteurs.

Une sorte de coffre-fort souterrain?
Dans un article publié en 2017, une archéologue de l'université de Grenoble, Djamila Fellague, a proposé une interprétation fondée sur la datation antique: à l'époque, Lyon abritait un atelier de frappe de monnaie romaine et ces galeries ont pu servir à stocker pièces et métaux précieux.

Pour Emmanuel Bernot, la clé de l'énigme réside dans les 16 puits, aujourd'hui comblés, qui desservaient le réseau à l'origine: "on s'oriente de plus en plus vers un système de monte-charge". Mais les recherches n'en sont qu'à leur début.

Un relevé précis du puits découvert en 1959, conservé sur toute sa longueur, doit être réalisé pour y déceler d'éventuels points d'ancrage. Des étudiants de l'École Centrale de Lyon vont plancher sur la structure d'ensemble et des spécialistes du monde romain vont se réunir, enfin, autour de ces étranges

Adeodat 01/06/2019 20:12

A force de chercher des conduites souterraines on tombes sur des égouts, des cloaques, quoi ! De la m.... de nos ancêtres…Pourquoi chercher midi à quatorze heures ?

Bon,
je sors

Adeodat

Ewondo 01/06/2019 14:10

Trois de mes recettes favorites ( j'en ai beaucomp d'autres) ou interviennent eau, lait, crème et huile de coco et en fait, j'en utilise beaucoup :

- poissons et fruits de mer à la polynésienne lavé au jus de citron jaune et "cuit"en marinade au jus de citrons verts avec des mini cubes du trio légumier : concombres, tomates cerise, poivrons rouges- piments doux,

- pintade d'Afrique piquée à la crème de coco avec une seringue à sauce, riz cuit à l'eau de coco, et bananes plantains,

- pigeons à la Chine du Sud, piqués à l'huile de sésame grillé et riz thaïlandais "jasmin" cuit au rice cooker idem dans du lait de coco ...

Pierre.

Ewondo 01/06/2019 13:53

Je vais essayer ;-) :

La tarte rustique aux fraises de Jean-François Piège
VIDÉO. Le chef du Grand Restaurant à Paris vous confie chaque samedi ses secrets. Aujourd'hui, une recette de son dernier ouvrage sur les tartes.

PAR THIBAUT DANANCHER ET GUILLAUME PARET

Jean-François Piège partage avec vous chaque samedi sur Le Point une gourmandise mettant sur le devant de l'assiette un produit de saison.

Après sa pâte tarte rustique de la semaine dernière, le chef 2 étoiles du Grand Restaurant à Paris vous dévoile aujourd'hui une recette issue de son dernier ouvrage Les Tartes de Jean-François Piège pour tous paru aux éditions Hachette pratique : sa fameuse tarte rustique aux fraises cuites.

Une abaisse de pâte à tarte rustique, des fraises, de la cassonade, du sucre glace et le tour est joué pour réaliser ce délice. C'est simple, rapide et inratable. Maintenant, c'est à vous de le refaire. Régalez-vous !

La recette : la tarte rustique aux fraises cuites de Jean-François Piège (4 à 6 personnes)

Au marché

1 abaisse de pâte à tarte rustique, 250 g de fraises, 2 cuillères à soupe de cassonade (ou sucre naturel), sucre glace

Au fourneau

Préchauffez votre four à 170 °C (thermostat 5-6). Étalez bien votre pâte à tarte rustique au rouleau à pâtisserie. Formez un rond de 24 cm de diamètre. Disposez-le sur une grande plaque de cuisson. Lavez vos fraises et équeutez-les. Coupez-les en fines lamelles. Répartissez-les harmonieusement sur la pâte à tarte rustique.

Saupoudrez l'ensemble de cassonade. Repliez les bords de la pâte à tarte rustique pour former cette fois un rond de 20 cm de diamètre. Enfournez pour 14 à 18 minutes de cuisson jusqu'à l'obtention d'une belle coloration. À la sortie dur four, déposez la tarte sur une grille.

Saupoudrez de sucre glace juste avant de servir.

Adeodat 01/06/2019 12:54

31°, mais ce n'est pas Angers mais Marseille ou Grenoble ! Je croyais que Angers étaient dans le "Grand Nord" ! Puif ! Encore une blague de marseillais !

Adeoadat

Ewondo 01/06/2019 13:35

Météo : attention, les grosses chaleurs arrivent

Les températures de ce samedi et de dimanche, premier week-end de juin, sont élevées, selon Météo-France. Un avant-goût de l'été, qui s'annonce très chaud.

LE POINT.FR, AVEC AFP

La journée de samedi s'annonce chaude, très chaude par endroits. Selon les prévisions de Météo-France, le soleil va briller très généreusement sur l'ensemble du pays pendant ce premier week-end de juin. Samedi, les quelques plaques de grisaille ont été bien vite dissipées dans la matinée.

Il y aura des passages nuageux sur le nord du territoire qui devraient être inoffensifs. Dans l'après-midi, quelques nuages bourgeonneront sur les reliefs, pouvant même engendrer des averses sur les Pyrénées et les Alpes.

Les températures maximales seront dignes d'une journée d'été samedi et atteindront 25 à 31 degrés du nord au sud, voire 31-33 degrés sur le quart sud-ouest, mais seulement 19 à 23 degrés sur le pourtour méditerranéen, balayé par un petit vent marin. Les températures minimales s'inscriront entre 10 et 16 degrés du nord au sud.

Une tendance qui devrait se retrouver sur la journée de dimanche avant que les températures ne rebaissent la semaine prochaine, peut-être dès lundi.

Toujours est-il que ces chaleurs laissent présager un baromètre élevé cet été. Dans un communiqué publié mercredi, Météo-France annonçait déjà que l'été 2019 serait plus chaud que la normale, après un été 2018 qui s'est avéré le plus chaud depuis 2003.

Les prévisions de l'agence ne permettent pas encore de connaître avec précision les températures des mois à venir, mais elles permettent de dégager les tendances sur les trois prochains mois.

Des prévisions plus fiables que par le passé
Et le bulletin pour juin, juillet et août est sans appel : l'Europe, dans une grande partie, va connaître une chaleur plus intense que d'habitude en raison de conditions anticycloniques dominantes. Selon Météo-France, la région méditerranéenne orientale devrait connaître un temps plus humide et plus instable que la normale, à l'inverse du nord de l'Europe. « La Grèce et la Turquie devraient connaître un temps plus humide qu'à l'accoutumée, un peu comme on a connu en mai en France », détaille, dans Le Parisien, Emmanuel Demaël, prévisionniste chez Météo-France, qui estime par ailleurs que « les prévisions saisonnières sont de plus en plus fiables » en raison d'un matériel utilisé bien plus performant qu'auparavant.

Dans les colonnes du quotidien, le responsable du site Meteo-paris.com, Guillaume Séchet, affirme par ailleurs que la capitale française devrait connaître un mois de juillet « plus chaud et plus sec qu'août ». « Dans les faits, ce genre de phénomène peut se traduire par des séquences où l'on atteint les 30 °C tous les jours à Paris, par exemple, avec des pics à plus de 35 °C ici et là en France. »

Ewondo 01/06/2019 13:27

Un article du Point vous a été recommandé
Météo : attention, les grosses chaleurs arrivent

http://www.lepoint.fr/tiny/1-2316312

Pierre.

Ewondo 01/06/2019 11:37

Un article de Madame Figaro sur les mythes culinaires :

http://madame.lefigaro.fr/cuisine/mythes-culinaires-sel-blancs-neige-cuillere-conservation-champagne-explication-chimiste-070618-149072?utm_source=app&utm_medium=sms&utm_campaign=fr.playsoft.lefigarov3

Pietre.

Ewondo 01/06/2019 11:17

Ce doit être ultra sympathiqe ... et ma foi, 31°C, nous ne serons pas tellement plus bas avec 29°C !

Bon déjeuner ce midi, ce sera certainement délicieux, connaissant la gastronomie angevine !

Pierre.

SebCaro 01/06/2019 10:49

Il est fier le Papie !
Profitez bien.

Caro.

LR 01/06/2019 10:38

Bonne promenade !
LR

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !