Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 octobre 2019 2 22 /10 /octobre /2019 09:27
Différentes sortes de supplices comme celui de Saint Philippe

Différentes sortes de supplices comme celui de Saint Philippe

SAINT PHILIPPE

 

Philippe fut diacre puis prêtre, à Héraclée  en Thrace (pays à l'ouest de Constantinople), depuis des années et devant le zèle employé au service de l'Eglise, il fut nommé évêque à l'unanimité, jugé digne de l'être en ces temps apostoliques.

Il mena son Eglise d'une façon très habile lors des persécutions de Dioclétien et  forma de nombreux disciples comme le prêtre Sévère ou le diacre Hermès. Ce dernier avait été le premier magistrat de la ville, reconnu pour son zèle et sa charité.

Les premiers édits de Dioclétien contre la religion chrétienne à peine publiés, Aristomaque, commandant de la garnison, vint fermer l'église d'Héraclée. Le Saint évêque dit au commandant: Pensez-vous que notre Dieu est enfermé dans ses murs ? Vous ne savez donc pas que c'est surtout dans le coeur des ses serviteurs qu'Il fait sa demeure ?

Le lendemain, des officiers vinrent placer les scellés sur les livres saints et sur les vases sacrés. Les fidèles commencèrent à se mettre en colère, mais Philippe les apaisa par ses discours.

Le gouverneur Bassus fit arrêter Philippe avec plusieurs chrétiens et les fit paraître devant lui. Il demanda: Lequel d'entre vous est le docteur des chrétiens ? C'est moi, répondit Philippe.

Alors Bassus demanda qu'on lui livre les vases d'or et d'argent et les livres. L'évêque voulut bien lui remettre les vases par charité mais refusa de donner les livres saints. Devant ce refus, Bassus fit martyriser Philippe par un bourreau cruel, Muccapor. Entre-temps, le diacre Hermès essayait de démontrer à Bassus que la destruction des livres ne servirait à rien, car il ne pourrait jamais supprimer la parole de Dieu. Son zèle irrita Bassus qui le fit fouetter.

Hermès, accompagné de Publius ministre du gouverneur, se rendirent là où se trouvaient les vases et les livres sacrés. Sur place, Publius essaya d'en voler plusieurs mais le diacre le lui reprocha. En riposte, Publius mit en sang le visage d'Hermès en le frappant violemment.

Avert, Bassus condamna Publius et fit soigner Hermès, puis il distribua les vases et les livres à ses officiers. Pour plaire aux idolâtres, il fit enlever le toit de l'église et brûler les livres.

Pendant ce temps, Philippe prononça un discours devant le peuple présent :  même leurs temples d'idoles brûlaient, comme celui d'Hercule, protecteur de la ville…  Apparut alors Caliphronius,prêtre païen, avec tout un cortège suivi du gouverneur, acclamé par le peuple et même par certains juifs, pour se moquer des chrétiens.

Bassus demanda à Philippe de sacrifier au dieu Hercule devant une très belle statue qui le réprésentait. Philippe refusa, alors Bassus demanda à Hermès de le faire, mais ce dernier refusa aussi.

Le gouverneur donna l'ordre de les mettre en prison. Sur le parcours, on poussa Philippe à plusieurs reprises et à chaque fois il tombait dans la boue. Les martyrs entrèrent dans la prison en chantant des psaumes d'actions de grâces. Quelques jours après, ils eurent l'autorisation de se rendre dans la maison de Pancrace,située à côté. Alors beaucoup de chrétiens purent les voir. A cause de cela on les remit en prison. Cependant,  une issue secrète du côté du théâtre leur permettait de sortir la nuit pour voir leurs frères.

Bassus fut remplacé par Justin qui était beaucoup plus cruel envers les chrétiens.

Zoïle, magistrat de la ville, fit venir Philippe et,selon les ordres de l'empereur, lui demanda de sacrifier. Sur son refus, Justin le fit attacher par les pieds à une corde reliée à un cheval, et on le traîna ainsi dans la rue.

Le prêtre Sévère et le diacre Hermès furent aussi interrogés et subirent le même sort que leur évêque. On les enferma ensuite tous les trois pendant sept mois, puis on les sortit de prison pour les emmener à la campagne où ils furent enfermés dans une maison.

Le lendemain, Justin tint sa cour aux Thermes et ayant fait chercher Philippe, il le fit battre de verges si fort que l'on voyait ses entrailles. Hermès allaient subir le même sort mais les officiers de la cour demandèrent grâce pour lui car il avait été décurion ou principal magistrat d'Héraclée et qu'il avait toujours été très juste avec eux.

Ils furent reconduits en prison.

Trois jours après, de nouveau devant le tribunal on leur demanda à nouveau  de sacrifier.  Hermès essaya de convaincre Justin de son erreur idolâtre. Ce dernier, comprenant qu' Hermès voulait le convertir, se mit en colère. Ayant délibéré avec son conseil, ilcondamna Philippe et Hermès à être brûlés. Philippe fut porté au supplice car il ne pouvait plus marcher à cause des ses blessures. Hermès, souffrant des pieds, lui dit: Maître hâtons-nous d'aller au Seigneur, puis, se tournant vers ceux qui le suivaient, il leur dit: Le Seigneur m'a révélé que je dois souffrir. M'étant endormi, il y a quelques jours, il me sembla voir une colombe aussi blanche que la neige, qui entrant dans ma chambre vint se reposer sur la tête; elle descendit ensuite sur la poitrine et me présenta un mets d'un goût délicieux. (Fleury pense à l'eucharistie que les martyrs reçoivent avant le combat).

Arrivés au lieu du supplice, ils mirent Philippe enterré jusqu'aux genoux dans une fosse, les mains attachées à un pieu derrière le dos, puis ils allumèrent le bûcher.

Les corps furent retrouvés entiers. Philippe avait les bras étendus comme pour la prière et Hermès avait le visage intact. Julien ordonna de jeter les corps dans l'Hèbre, mais des chrétiens les récupérèrent et les cachèrent à Ogestiron, à deux milles de la ville.

Le prêtre Sévère, toujours en prison, subit le même sort trois jours après. 

Ces faits datent des premiers édits de Dioclétien.

 

SAINT MARC

Evêque de Jérusalem, martyr en 156

 

SAINT LOUVENT

Abbé de Saint Privat de Gabales ou de Javouls en Gévaudan (le siège épiscopal de Javouls a été transféré à Mende). Epoque d'Innocent comte du même nom.

 

SAINT MELLON

Evêque de Rouen + vers 310

 

SAINT MORAN

Evêque de Rennes, puis abbé en Italie, entre 719 et 730

 

SAINTES NUNILLON et ALODIE

Vierges et Martyres en Espagne + 851

Partager cet article

Repost0

commentaires

LR 22/10/2019 11:14

Ici tout va bien pour le moment : pluie légère et pas d'orage....nous surveillons la carte météo...
LR

Mortimer 22/10/2019 10:43

Pauvre Philippe .......

Le courant est revenu .
Mais quel orage !
Pas de dégâts visibles pour le moment ...


Mortimer

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !