Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2019 6 16 /11 /novembre /2019 07:11
Saint Edmond Rich, archevêque de Cantorbéry.

Saint Edmond Rich, archevêque de Cantorbéry.

Châsse de Saint Edond

Châsse de Saint Edond

SAINT EDMOND

 

Edmond Rich était le fils de Raymond Rich et de Mabile. Fils de marchand, il est né à Abingdon dans le Berkshire.

 

De parents très chrétiens, Edmond fut vite familiarisé avec la pratique de la religion. Il fit ses études à Oxford, puis fut envoyé à Paris avec son frère Robert pour les achever.

 

Sa mère à l'agonie le fit revenir en Angleterre et lui demanda de s'occuper de ses frères et soeurs. Ces dernières voulant entrer en religion, il leur choisit le couvent des Bénédictines de Catesby dans le Northampton, puis retourna à Paris continuer ses études.

 

Tous les jours, il assistait à l'office de nuit dans l'église de Saint Merri et entendait la messe tous les matins. Il venait souvent au secours des étudiants pauvres qui étaient malades, allant parfois passer plusieurs semaines avec eux jusqu'à leur guérison complète.

 

Edmond était très sévère avec lui-même, portant un cilice et les mêmes habits toute l'année. Il dormait rarement dans son lit, mais souvent par terre ou carrément dans la rue.

 

Ses études terminées avec le titre de Maître-ès-arts, il enseigna les mathématiques. Une nuit,  sa mère, au cours d'une vision, lui conseilla d'orienter sa vie vers la théologie. Il suivit son avis et fut bientôt reçu docteur dans cette nouvelle discipline.

 

Professeur, il expliquait l'Ecriture Sainte. Il fut ordonné prêtre et se mit à prêcher avec tant de talent qu'il suscita de nombreuses vocations parmi ses élèves dont certains entrèrent à l'abbaye de Cîteaux. Parmi eux, Etienne qui, par la suite sera abbé de Clairvaux et qui fondera le Collège des Bernardins à Paris. 

 

Edmond, de retour en Angleterre se fixa à Oxford et y resta de 1219 à 1226. Il y enseigna la logique d'Aristote, sans que cela ne l'empêche de continuer à prêcher dans les autres provinces comme Gloucester et Worcester. Il accepta le canonicat de la cathédrale de Salisbury, mais en distribua les revenus aux pauvres.

 

Peu de temps après, le pape le désigna pour prêcher la croisade contre les Sarrasins dans les provinces où il était habitué à le faire. Un jour qu'il prêchait en plein air, un orage violent tomba sur la ville, tout en épargnant Edmond et ceux qui l'écoutaient. Il réussit à ramener à la pratique de la religion Guillaume-longue-épée, comte de Salisbury qui menait une vie dissolue. 

 

Le pape Grégoire IX le nomma au Siège de Cantorbéry et le chapitre de cette église l'élut à l'unanimité, le roi Henri III ayant donné son consentement. Edmond, ignorant ces événements, voulut refuser, mais l'évêque de Salisbury réussit à le convaincre d'accepter. Il fut sacré le 2 avril 1234.

 

Il gouverna avec zèle et vint à bout des abus en publiant ses Constituttions divisées en trente-six canons. Mais la corruption était telle qu'une partie de son clergé se déclara contre lui, l'accusant d'être trop scrupuleux, ce qui au yeux de tous, était une faiblesse, voir un vice contraire à la perfection, car empreint de faiblesse.

 

Edmond était loin d'être faible, mais il préférait être persécuté que de tolérer des abus et se montrer complaisant vis à vis du relâchement des moeurs.

 

Le roi Henri III, ruiné par une mauvaise gestion du trésor, accapara  plusieurs revenus d'évêchés qu'il laissait volontairement vacants. Edmond en référa au pape, mais le roi ne tint pas compte des avis du pape ni de ceux d'Edmond. Alors ce dernier pour protester passa en France où il fut reçu par Saint Louis. De Paris, Edmond se rendit à l'abbaye de Pontigny, de l'Ordre de Cîteaux, dans le diocèse d'Auxerre où avaient été reçus par le passé Saint Thomas et Etienne Langton.

 

Allant prêcher dans les villages, sa santé commença à se dégrader. Les médecins lui dirent qu'il devait changer d'air. Alors il se rendit à leur avis et passa chez les chanoines réguliers de Soissy (Soisy-sous-Montmorency)  près de Provins en Champagne. Devant la tristesse des moines de Pontigny, il leur assura qu'il reviendrait chez eux à la fête de Saint Edmond martyr. Il entendait par là que son corps serait reporté à Pontigny, ce que l'événement justifia.

 

Comme sa maladie s'aggravait, il reçut le Saint Viatique, puis le lendemain l'Extrême-onction. Il expira à Soissy le 16 novembre 1242, ayant été huit ans archevêque de Cantorbéry. On enterra ses entrailles à Provins et son corps à Pontigny. Plusieurs guérisons miraculeuses eurent lieu et Innocent IV le canonisa en 1247.

 

L'année suivante, on fit solennellement la translation de ses reliques en présence de Saint Louis, de la reine Blanche, des princes ses frères, des princesses, d'un légat du Saint Siège, et de plusieurs évêques et abbés.

 

Les reliques sont toujours à Pontigny, qui a prit le nom de Saint Edmond de Pontigny.

 

L'abbatiale de Pontigny est la plus grande église cistercienne du monde.

 

Elle est la cathédrale de la Mission de France.

 

 

SAINT EUCHER

Evêque de Lyon en 441 

SAINT EDMOND ou EDME

Partager cet article
Repost0

commentaires

E
Merci infiniment, toujours passionnant.

Où se trouve cette église à la fin de vitre article ?

Pierre.
Répondre
A
A Pontigny dans l'Yonne.

Adeodat

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !