Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 janvier 2020 5 10 /01 /janvier /2020 10:00
Figures représentnat les différents instruments dont les païens se servaient pout tourmenter les martyrs

Figures représentnat les différents instruments dont les païens se servaient pout tourmenter les martyrs

EXPLICATION

 

Souvent nous vous parlons des martyrs et de leurs souffrances. Nous citons des instruments aux noms presque inconnus, dont le fonctionnement vous semble un peu nébuleux. Alors en voici les détails. C'est peut-être macabre mais cela fait partie du sanctoral.

 

FIGURE I

LE CHEVALET, appelé en latin equuleus, parce que c'était une espèce de cheval de bois. Le martyr était étendu sur les deux pièces de bois aa, jointes ensemble, ayant le visage tourné vers le haut, les jambes croisées et liées, ainsi que les bras, avec les cordes nommées en latin fidiculae. On serrait les cordes avec des poulies et des moulinets; par cette cruelle opération on disloquait les membres du martyr. En tournant à diverses reprises les cordes et les poulies, on faisant tomber son corps au-dessous des deux pièces de bois, qui s'entrouvraient aux points bb, et l'interrogatoire commençait lorsqu'il se trouvait suspendu par les pieds et par les bras au dessous des points cc.

 

FIGURE II,

 

N. I. LES ONGLES DE FER, ungulae. Cet instrument était une espèce de tenailles faite de deux branches de fer, dont la partie supérieure avait deux ou trois dents aigües, tellement disposées, qu'elles s'engrenaient l'une dans l'autre. On s'en servait pour déchirer les chairs des martyrs.

N.2. LE CROC, uncus, dont la pointe, qui était très affilée, sillonnait et déchirait le corps du martyr.

N.3. LA PEIGNE DE FER, pecten, qui servait à peu près au même usage que le croc.

 

FIGURE III.

 

N.1. LES VERGES, virgae, ou poignée de petites branches d'arbres liées ensemble.

N.2. FLAGRA, poignée de branches, plus épaisse que les verges.

N.3. LES BATONS, fustes, ordinairement pleins de nœuds.

N.4. LES COURROIES, lora, ou fouets de cuir.

N.5. LES SCORPIONS, scorpiones, ou fouets garnis de pointes. On appelait encore scorpiones, les baguettes remplies de pointes ou de nœuds.

N.6. LES FOUETS, garnis de balles de plomb, plumbatae.

LES NERVI étaient des nerfs d'animaux, et nommément de bœufs, ou de courroies de cuir tressées en forme de fouet.

LE NERVUS était une machine de bois destinée à tenir serrés les pieds, et quelquefois le cou et les mains des prisonniers. Il y avait sur cette machine plusieurs trous placés de distance en distance, et voilà pourquoi on lit dans les actes des martyrs qu'on leur tenait les jambes écartées jusqu'au quatrième et cinquième trou. Plusieurs d'entre eux restèrent longtemps dans cette douloureuse attitude, au milieu des cachots les plus infects et les plus obscurs.

 

FIGURE IV

 

N.1. LES TORCHES, taedae, faites de petits morceaux de pin, ou d'autres matières combustibles.

N.2 & 3. LES FLAMBEAUX, funalia, faits de chanvre, tors et enduits de poix ou de cire.

N.4. L'AIGUILLON, stimulus,  destiné à piquer les chairs.

Les LAMINAE étaient des lames de fer, qu'on faisait rougir pour en brûler les côtés des martyrs.

 

FIGURE V

 

N.1. LE GRIL DE FER, craticula ferrea.

N.2. LE LEBES, ou chaudière remplie d'huile bouillante, de poix, de cire et de plomb fondus.

N.5. LE LIT DE FER, lectus ferreus.

N.4. LE FOURNEAU, rempli de chaux brûlante.

 

FIGURE VI

 

N.1. LA HACHE. N.2. LE GLAIVE. N.3. LA BROCHE. N.4. LA SCIE.

N.5. LA ROUE, garnie de pointes recourbées.

N.6. Lieu couvert de morceaux de pots cassés.

 

FIGURE VII.

 

L'AMPHITHEÂTRE

Lieu de spectacle où plusieurs martyrs subissaient leurs supplices. Aa, représente la coupe. b, représente les vomitoria ou portes etc.

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Personnellement, je n'ai jamais pu lire jusqu'au bout le récit des visions de Maria Valtorta concernant les premiers martyrs du cirque romain -
vous pouvez vous en faire une idée sur le magnifique site consacré à Maria Valtorta :

http://www.maria-valtorta.org/Quaderni/461124.htm
Répondre
S
J'avais commencé, adolescente, la lecture d'une [i]Vie des saints[/i] appartenant à ma grand-mère, une vie par page, chaque page étant illustrée d'une gravure en rapport. Je me souviens avoir vite arrêté cette lecture, de même qu'ici j'ai fait défiler le texte sous le titre, en évitant de m'attarder sur l'illustration...
Mais je salue votre démarche documentaire !
Répondre
L
Maman !
Pourvu que je ne sois jamais confrontée à cela !
Dieu que les hommes peuvent être cruels...

LR
Répondre

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !