Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 avril 2020 7 05 /04 /avril /2020 09:12

SAINT VINCENT FERRIER

 

de l'Ordre de Saint Dominique

5 avril

Vincent est né à Valence en Espagne en 1357. Il avait un frère, Boniface qui mourut général des Chartreux.

A douze ans, il commença les cours de philosophie et à quinze ceux de théologie. Il prit l'habit des dominicains en 1374.

Promu professeur de philosophie, il publia le traité des suppositions dialectiques alors qu'il n'avait pas encore vingt-quatre ans.

On l'envoya à Barcelone pour prêcher. C'est durant cette période que survint une famine, mais Vincent prédit l'arrivée de deux vaisseaux chargés de blé. Cet événement augmenta la vénération qu'on avait pour lui. Puis ce fut la Catalogne à Lérida, où il fut nommé docteur en 1384 des mains du cardinal Pierre de Lune, légat du pape Clément VII. Réclamé par son évêque, il retourna à Valence où il continua à prêcher.

Dieu permit qu'il fût tenté par l'intermédiaire d'une femme qui s'introduisit chez lui en prétextant une maladie, mais Vincent s'enfuit. La femme avoua avoir voulu pervertir Vincent.

Il écrivit le Traité de la vie spirituelle pour tous ceux qui voulaient étudier.

Il était depuis six ans à Valence quand le cardinal Pierre de Lune, légat du pape, fut envoyé auprès du roi de France, Charles VI. Il emmena avec lui Vincent. Pendant que le légat s'occupait de ses fonctions, Vincent prêchait. En 1394, le légat se rendit en Avignon pour rncontrer le pape Clément VII qui y résidait. Vincent, lui, retourna à Valence.

A la mort de Clément VII à Avignon, pendant le schisme,  Pierre de Lune  fut élu pape, grâce aux Espagnols et aux Français, sous le nom de Benoît XIII. Immédiatement il fit venir Vincent qui essaya d'influencer le pape pour mettre fin au schisme. N'obtenant pas satisfaction, Vincent demanda à être nommé missionnaire apostolique. Il obtint satisfaction avec les titres de légat et de vicaire du Saint Siège. En 1398 il rejoignit sa patrie puis prêcha dans toutes les provinces d'Espagne sauf la Galice.

 

 

Polyptyque de Saint Vincent Ferrier à Venise

Polyptyque de Saint Vincent Ferrier à Venise

Tous ceux qui l'avaient entendu prêcher se convertissaient: usuriers, blasphémateurs, femmes débauchées, pêcheurs endurcis. On compta même des juifs, des mahométans, des hérétiques et des schismatiques.

Puis Vincent passa en France: Languedoc, Provence, Dauphiné. L'Italie: Gênes, Lombardie, Piémont et la Savoie; sans oublier l'Allemagne vers le Haut-Rhin et la Flandre. Le roi d'Angleterre, Henri IV, le fit venir. Vincent parcourut le pays, l'Ecosse et l'Irlande. De là il revint en France, en Picardie et en Gascogne.

 

Parmi les miracles, nous citerons celui de Catalogne où il rendit l'usage de ses membres à un estropié dont les médecins avaient jugé la guérison impossible.

 

 Tout en menant une vie très active, Vincent vivait dans l'austérité, passant ses journées du confessionnal à la chaire. Il était suivi et aidé par cinq religieux de son Ordre. Il refusa toutes les dignités et toutes les places. Pendant le schisme du XIV et XV siècle, chaque obédience (c'est à dire des deux côtés du schisme) le recevait.

En Dauphiné, il se rendit dans la vallée de Vaupute où aucun missionnaire ne s'aventurait tellement la corruption était grande. Après son passage, la vallée s'appela Valpure ou vallée de la pureté.

 

On le retrouve ensuite en 1403 à Genève, puis à Lucerne et dans la vallée de l'Argentière au diocèse d'Embrun, ainsi que dans le canton de Vaud. Il réconcilia les Guelfes et les Gibelins, sans oublier la Vallée de la Tarentaise, Saint Jean de Maurienne et Grenoble.

 

Il retourna à Gênes, puis en Angleterre, en Poitou, en Gascogne, Languedoc, Provence et Auvergne. Partout il prêchait dans sa langue maternelle et était compris de tous. Entre 1409 et 1411, il parcourut l'Espagne. En 1412, à Salamanque, il ressuscita un mort, puis entra dans une synagogue, convertit les juifs qui transformèrent leur lieu de culte en église.

 

Jean V, duc de Bretagne, lui demanda de venir à Vannes où il résidait. Il y prêcha le carême de 1417. Il prédit à la duchesse de Bretagne, alors enceinte, qu'elle aurait un fils qui serait duc en son duché.

 

Il avait alors soixante ans. Epuisé, il voulait retourner dans son pays. S'étant mis en marche, il ne s'éloigna guère de Vannes tant il était faible. Lui et ses compagnons s'en retournèrent à la ville où les habitants les accueillirent de nouveau avec une grande joie; mais trois jours après son mal empira. Il prédit qu'il mourrait dans dix jours et voulut être enterré au couvent des Dominicains près de Vannes. Le dixième jour, le mercredi avant les Rameaux, il mourut, le cinq avril 1419 à l'âge de 62 ans.

 

 

 

Mort de Saint Vincent Ferrier

Mort de Saint Vincent Ferrier

La duchesse de Bretagne, Jeanne de France, fille de Charles VI, lava le corps du saint de ses propres mains. L'eau qui avait servi à la cérémonie opéra des miracles ainsi que l'attouchement des habits.

 

Vincent fut enterré dans la cathédrale.  Le pape Calixte III le canonisa en 1455. Les Espagnols voulurent voler le corps, mais la châsse fut cachée et découverte en 1637. On la déposa dans une chapelle de la cathédrale qui lui est dédiée.

 

On doit à Saint Vincent Ferrier de nombreux écrits….

Châsse de Saint Vincent Ferrier

Châsse de Saint Vincent Ferrier

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !