Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juin 2020 5 19 /06 /juin /2020 05:10

 

Etude de caractères. Un stage de chant choral.

 

Côtoyer 70 personnes pendant une semaine !

Vaste champ d’étude…

 

Les compagnes de pupitre :

 

Nous sommes une bonne quinzaine :  chaque jour, nous prenons une nouvelle place dans le pupitre, histoire de se rendre compte déjà de la façon dont l’une et l’autre chantent afin de calculer qui on va choisir comme voisine le soir du concert !

 

Curieux mais vrai : rien qu’à voir la tête de la choriste, on sait tout de suite si elle va chanter ou faire semblant ! Cela ne s’explique pas.

Il y a les petites timorées, souriantes mais craintives, qui manifestement ne connaissent rien à la musique, démarrent toujours une seconde après les autres, cela s’entend ! Dans une musique où abondent les départs à contretemps, c’est ennuyeux !!

Dans notre pupitre d’alti, il y en avait trois ou quatre de ce genre. Heureusement, elles étaient de petite taille, ainsi le soir du concert on les place devant (il faut qu’elles voient le chef !). Au premier rang, elles seront malheureuses, les pauvres, je les plains, elle préféreraient se planquer au fond, derrière les autres, mais devant elles entendront très bien celles qui sont derrière elles et cela leur donnera un peu d’assurance. Les choristes placées au dernier rang ne peuvent compter que sur elles-mêmes.

 

Attention à celles qui côtoient les basses, nos voisins. Quand on n’a pas eu l’habitude de chanter à côté d’eux pendant les répétitions, il peut s’avérer très déstabilisant de les entendre rugir sur un air et un rythme différents des nôtres. C’est arrivé à une collègue mezzo qui s’est retrouvée le soir du concert trop près des ténors, ce dont elle n’avait pas l’habitude. Elle a dû s’accrocher !

 

Le chef nous disait que, de plus en plus, les gens recherchent le contact humain dans une société qui privilégie une communication toujours plus performante mais à distance ! Jamais les chorales n’ont aussi bien fonctionné. Le principe de ces semaines chantantes qu’il anime est de les ouvrir à tous. C’est louable. Cependant, un pupitre qui ne serait composé que de choristes débutants, ne lisant pas la musique, poserait problème.

 

Les repas :

 

Ah ! Voilà qui est intéressant !

Pendant les répétitions, nous côtoyons uniquement les différents choristes de nos pupitres respectifs, et de toute façon, ce n’est pas le moment de papoter !

Mais aux repas !

 

Ils sont pris dans ce qui sert de cantine scolaire au village. La salle n’est pas trop sonore, Dieu merci. De longues tables de 16 personnes, chacun s’installe là où il veut, quand il arrive. Les repas sont à heure fixe mais les arrivées s’échelonnent sur une dizaine de minutes. Ainsi, au fur et à mesure, on comble les places libres. Nous ne sommes donc pratiquement jamais à côté des mêmes personnes. Et l’on découvre…..

 

 

 

Les coincés :

 

Un couple, le mari choriste (basse), la femme non. Agés. Ne disent pas un mot, ni aux voisins, ni entre eux, conversation animée autour d’eux…rien, niente, pas un sourire aux éclats de rire, aucun commentaire…J’ai essayé à deux ou trois reprises de lancer la madame dans une discussion…la flammèche s’éteint aussitôt ! Triste à mourir.

 

Les « jesuissûrdemoi »

 

Pleins d’assurance, tiennent le crachoir, avec eux pas besoin de se creuser le crâne pour chercher un sujet de conversation, ils en ont toujours, en général, eux-mêmes…Leurs phrases commencent la plupart du temps par « moi je… »

Au demeurant, ils peuvent se révéler pleins de ressources, de dynamisme, et quand on a dépassé la première réaction d’agacement, on les trouve sympathiques.

Il y en a une dans mon pupitre, allergique aux chiens que cela n’en est pas possible, mais qui, ayant un pied à terre de vacances dans les PO, me demande mon adresse pour « débouler chez moi » l’été, sur sa route…Ben oui, mais chez moi, j’ai au moins un chien sinon deux ou trois…… ??????? Qu’est-ce qu’on fait ???

 

Les « discrets »

 

Effacés, ils susurrent ; il faut se pencher par-dessus la table pour saisir leurs propos. La plupart du temps ils sont intéressants, mais malheureusement, ils n’interviennent pas souvent. Si vous avez la malchance de les trouver à côté d’un « jesuisûrdemoi » c’est fichu ! Ils vont la boucler pour le temps du repas !!

 

Les pires !

 

Les m’astuvujesaistout !

C’est le genre « Je suis sûr de moi » poussé à la caricature…Il y en avait deux comme ça, je te me les ai évitées un max, après les avoir supportées une fois. J’aurais bien apprécié les boules Quiès ce soir-là !! Notez le féminin pluriel ! C’étaient des bonnes femmes !

 

Toujours un avis sur tout, parlant constamment, fort, avec suffisance, n’hésitant pas à massacrer le voisin…A fuir !

 

Les « super sympas rigolos »

 

Toujours une anecdote plaisante à raconter, le sourire jusqu’aux oreilles…Un régal !

 

Quand on les a repérés, il ne faut plus les lâcher !

Je me suis trouvé ainsi une voisine de pupitre justement, ça tombait bien, qui chantait juste, fort, et bien : nous formions un excellent tandem !

 

De Montbéliard, elle a un accent à couper au couteau, grande, forte, costaude, coiffée en brosse tête de loup…Le soir du concert, je lui dis «  Tu aurais pu te coiffer, tout de même ! »

Aussitôt, elle a hérissé un peu plus ses cheveux courts qui partaient déjà dans tous les sens et m’a rétorqué, royale et rigolarde : « c’est ma coiffure !! ».

 

 

Et moi, là-dedans ??

 

J’essaie d’écouter, j’essaie de placer mon mot, pas évident selon le voisin du jour !

 

Mais quelle richesse que ces contacts !

Ils sont éphémères, certes…

Pendant une semaine, nous créons des liens, sans savoir grand-chose  de l’autre, mais c’est justement ce qui fait la richesse de ces rencontres.

On se fiche du milieu, du métier même, on en parle parce que c’est intéressant, mais cela ne compte pas.

 

Seul compte l’amour du chant choral que nous partageons et cette atmosphère amicale, chaleureuse…Que de fous rires partagés, de complicité !!

 

Comme disait Mary, une anglaise, habitant –devinez ! – Bédarieux, c’est « magique ! »

C’était une de nos colocataires de chalet, nous deux, deux rouennaises très sympas et notre Mary.

Nous la rencontrons, nous lui demandons, question incontournable, d’où elle vient, elle nous dit « Bédarieux »…

Nous avons cru qu’à cause de son accent épouvantable elle avait mal prononcé…Eh bien non !

Elle habite sur le causse, avec Bob, son mari.

 

 

Tous les matins, je tapais à sa porte à 7h parce qu’elle avait oublié son réveil !

 

Quelle longue bafouille !

J’ai essayé de mettre par écrit cette expérience très enrichissante. A renouveler.

 

Avec le même chef de chœur, un bavard, lui aussi, qui passait son temps à interrompre les répétitions pour nous raconter une anecdote qui, le plus souvent, nous laissait écroulés de rire ! Au moins, cela avait le mérite de nous détendre.

 

Il a une manie rigolote : chaque fois qu’il nous donne le numéro de la mesure où il faut reprendre, il cite le nom de la préfecture, de la sous-préfecture, et le nombre de cantons !!

On n’est pas fils de postier pour rien !

Il est du nord : il ne dit pas « soixante-dix-sept » mais « septante-sept » …faut suivre !

 

  C'est le premier stage de chant choral que j'ai fait, il y a presque dix ans maintenant !

Passez une excellente journée.

 

 

LR

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

LR 19/06/2020 10:54

Ben non, Pierre, je n'ai pas trouvé !
LR

Ewondo 19/06/2020 12:23

Chère Dame LR, en fait ce ne sont pas du tout des oiseaux mais des ... raies manta ! Voilà pourquoi, avec leur squelette cartilagineux, elles sont les cousines non dangereusesdes ... requins !

La raie manta est nettement plus grosse que la raie bouclée que nous deguston en France avec du beurre noisette et des câpres à la grenobloise ... en effet elles peuvent faire huit mètres d'envergure et peser deux tonnes !

Mon père etait un adepte de la pêche au gros et un jour sur la côte du Golfe de Guinée l'une d'elles a littéralement survolé le bateau dont le propriétaire l'a estimée à une tonne ... un petit modèle en quelque sorte !

Elle aurait fracassé le bateau si elle avait mal visé ;-( ! Ceci étant on ignore pourquoi elles sautent ainsi. Il a été avancé que c'était pour se débarrasser de parasites cutanés.

Pierre

LR 19/06/2020 10:53

Je me classe bien, sans modestie aucune, parce que je suis autonome. Je ne compte jamais sur les voisines.
Ce n'est pas qu'ils ne savent pas chanter, c'est qu'ils n'osent pas chanter. Notre chef, excellentissime, n'arrête pas de nous répéter ; "trompez-vous mais chantez ! C'est ainsi que vous rectifierez vos erreurs". Il a parfaitement raison.
Ma mère était d'Yvetot : je vous l'avais dit mais vous avez oublié !
LR

Adeodat 19/06/2020 10:43

Excellent récit et plein d'humour !

On se demande ce que font dans une chorale des choristes qui ne savent pas chanter !

Où vous classez-vous chère LR ?

Vous êtes rouennaise ? Donc Normande ?

Adeodat

Ewondo 19/06/2020 19:43

J'aime beaucoup ce texte sur les menthes et leur impact sur les pratiques religieuses :
http://www.acd-serres.fr/fr-8825-4813-6919-sitemap-cultiver-menthe.html

On en parle pour le Judaïsme mais peu pour le Christianisme !

J'aime beaucoup le thé à la menthe (thé vert de Chine) et menthe locale qui se vend en énormes bottes au Maroc ...

Pierre

Ep 19/06/2020 18:23

Recette de la sauce menthe :

https://odelices.ouest-france.fr/recette/sauce-a-la-menthe-pour-agneau-recette-anglaise-r3476/

Super facile et qui plus est se conserve très longtemps ! Les Anglais sont grands producteurs de menthe sous toutes ses variétés dans le sud du pays : spearmint, pepermint etc.

Une autre spécialité de nos cousins anglais (et non germains ! ;-) ; l'After Eight, chocolat à la menthe que l'on trouve le soir sur son oreiller au coucher dans les bons hôtels. J'avoue avoir eu beaucoup de mal à m'y faire et trouvais qu'Albion était vraiment perfide ;-) ...

Pierre

Ewondo 19/06/2020 17:11

Voici le blason d'Yvetot aujourd'hui :
https://nsa40.casimages.com/img/2020/06/19/20061905003370571.png

La grande spécialité de la ville est le pot au feu de gigot d'agneau.

Il doit cuire sept heure pour pratiquement pouvoir se manger à la cuillère. Il est accompagné d'une sauce à la crème normande. Délicieux !

Les Normands ont emporté la recette avec eux en Angleterre et les Anglais l'y agrémentent d'une sauce menthe ... C'est surprenant la première fois mais on finit par aimer.

À Yvetot j'allais tous les ans à une foire de produits bios très bien fournie. Un jeune homme y proposait des planches à découper en hêtre mono-pièce qui ne se fendent jamais.

J'en ai une dont je me sers tout le temps pour fruits, légumes et produits animaux, fromages, oeufs etc.

Pierre

Ewondo 19/06/2020 11:53

Cher ami, Yvetot n'était pas tout à fait normande, un peu comme aujourd'hui la Principauté de Monaco n'est pas tout à fait française ... le statut de paradis fiscal note un parallèle entre ces deux enclaves :

Les origines d'Yvetot, et plus particulièrement du royaume d'Yvetot, restent obscures et de nombreuses hypothèses ont été avancées. Une chose est certaine, aux xive et xve siècles, des actes officiels mentionnent effectivement la qualification de « roi d'Yvetot ». Plus loin dans le temps, la Chronique de Fontenelle du ixe siècle ne cite pas ce lieu. Le nom d'Yvetot est cité pour la première fois dans une charte de donation du duc de Normandie Richard II, en 1021, aux religieux de l'abbaye de Saint-Wandrille. Plusieurs familles (dont la famille d'Yvetot jusqu'en 1401) tinrent la seigneurie d'Yvetot, avec le titre de roi (ou de prince, notamment à partir de Martin du Bellay, vers 1551). On en connaît les généalogies.

Ces seigneurs portent souvent le titre de roi, bénéficiant de tous les privilèges de souveraineté jusqu'en 1551. Ce titre de noblesse est attesté en 1024. Détaché de tout hommage, au moins depuis 1203, ce territoire reste une principauté jusqu'en 1789. Le descendant de la dernière famille régnante, le marquis d'Albon, prince d'Yvetot, est mort en mars 2015. Le territoire correspondant à cette principauté dépassait les limites actuelles de la commune d'Yvetot puisqu'il comprenait aussi les anciennes paroisses de Saint-Clair-sur-les-Monts et Sainte-Marie-des-Champs.

En octobre 1464, par ses lettres patentes, le roi Louis XI (1423-1483) confirme les droits de la seigneurie d'Yvetot[4].

Le royaume d'Yvetot est mentionné dans le testament de Jean Meslier, qui dit de lui qu'il est le seul royaume de la Terre qui puisse se voir du haut d'une montagne.

La prospérité de la ville est liée à un commerce fort développé dès le xviie siècle, grâce à son statut de paradis fiscal, et à des filatures de coton en pleine expansion après 1794. Au xixe siècle, la ville développe une production de tissu.

Pierre

Ewondo 19/06/2020 10:33

À propos des oiseaux de mer (qui ne chantent pas en plus comme des rossignols et heureusement pas comme des mouettes !) avez-vous trouvé ce qu'ils sont ?

Pierre

Ewondo 19/06/2020 10:08

Excellente journée à toute la Banquise et un très grand merci à Dame LR pour ces mémoires relatées avec tant de délicieux humour ! Cela aurait du être bon d'assister à ce concert en sachant les secrets des coulisses ...

Pierre

SebCaro 19/06/2020 09:56

Bonne journée à toute la Banquise.

Le style de ma chère tante dans toute sa splendeur ! J'aime. Merci chère Dame LR.

J'ai bien ri.

Caro.

Philomène 19/06/2020 09:36

Bonjour à la Banquise, et merci, chère Dame LR pour cette étude de caractère, tout est bien observé..... on en redemande !
Tout à l'heure adoration et messe au Sacré-Coeur avec Monseigneur Marceau -
Belle journée à tous !
Philomène

LR 19/06/2020 08:33

Bien entendu !
J'aime beaucoup étudier l'attitude des uns et des autres quand je suis dans un groupe.
LR

Sic transit 19/06/2020 08:32

On pourrait transposer ces réflexions à d'autres groupes...
Merci d'avoir exposé tout cela !

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !