Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2021 5 26 /02 /février /2021 10:10
26 février

SAINT PORPHYRE

 

 

Porphyre est né à Thessalonique en Macédoine d’une famille noble et riche. Il fut instruit dans la piété et l’étude des Belles-lettres. Cela lui permit par la suite d’avoir les arguments pour bien défendre la religion vis-à-vis des païens. En 378, à l’âge de 25 ans, il quitta son pays pour la solitude et s’installa dans le désert de Scété en Egypte (Ouadi Natrum ou Wadi Natrum). Après avoir passé cinq ans dans la solitude monastique, il entreprit un voyage pour visiter les lieux saints de Jérusalem et s’enferma dans une caverne sur les bords du Jourdain. Au bout de cinq ans, sa santé déclinant, il rejoignit Jérusalem. Chaque jour il parcourait les lieux saints, appuyé sur un bâton. Sur ces entrefaites, Marc, originaire d’Asie qui écrivit sa vie, arriva à Jérusalem. Porphyre allait tous les jours communier ; mais il n’avait pas encore vendu son bien, cela le tracassait. Il chargea Marc de le faire. Au bout de trois mois, Marc revint, la vente faite, avec 4500 pièces d’or, sans parler du reste. Porphyre embrassa son disciple qui  constata un grand changement : Porphyre était maintenant en pleine santé. S’apercevant de l’étonnement de son disciple, il lui dit :

 

- Ne sois pas surpris de l’état où je me trouve ; mais admire plutôt l’infinie bonté de Jésus-Christ qui peut aisément guérir ce que les hommes regardent comme incurable.

 

Marc lui demanda alors comment il avait été guéri. Porphyre lui répondit :

 

- Il y a quarante jours, ressentant une vive douleur, je me traînai sur le Mont Calvaire et y fus pris d’une faiblesse pendant laquelle j’eus une espèce d’extase. Il me semblait voir Notre-Seigneur attaché à la croix et le bon larron sur une autre croix, à côté de Lui ; alors je suppliai  Jésus-Christ : « Seigneur, souvenez-vous de moi dans votre royaume. » Le Seigneur commanda au bon larron de venir à mon secours. Celui-ci vint à moi, me leva de terre et m'enjoignit d’aller à Jésus-Christ. Quand je fus arrivé à Lui, Il descendit de la croix et me dit : « Prends ce bois et garde-le. » Je chargeai la croix sur mes épaules et la portai quelques pas. A ce moment-là, je revins à moi sans plus aucune maladie.

 

A partir de ce moment-là, Marc ne quitta plus Porphyre qui devint son modèle de piété et de vertu. Porphyre distribua toute sa fortune aux pauvres et n’eut plus bientôt que le fruit de son travail pour vivre. Pour subsister, il apprit à fabriquer des tentes et Marc devint copiste.

 Informé des vertus de notre saint, l’évêque de Jérusalem l’ordonna prêtre en 393 et lui donna comme mission de garder la croix du Sauveur. Porphyre avait alors quarante ans, se nourrissait de pain et de légumes et buvait de l’eau mêlée d’un peu de vin. Les jours de fête, il se permettait d’ajouter à sa nourriture du fromage et de l’huile mais ne mangeait qu’au coucher du soleil.

 

A la mort de l’évêque de Gaza en 396, le peuple de la ville s’adressa à Jean, évêque métropolitain de Césarée pour trouver un remplaçant. Jean s’adressa  au patriarche de Jérusalem pour lui demander un évêque. Le patriarche convoqua Porphyre. Notre saint dit alors à Marc avant de savoir ce qu’attendait de lui le patriarche :

 

- Que la volonté de Dieu soit faite. Allons mon frère, allons visiter les lieux saints et adorer la croix du Sauveur ; nous les reverrons de longtemps. Marc ne comprenant pas, il poursuivit : Le Seigneur m’est apparu la nuit dernière et Il m’a dit : « Rends le trésor de la croix qui t’a été confié ; Je veux te donner une épouse, qui à la vérité, est pauvre et paraît méprisable, mais qui est recommandable par sa piété et sa vertu. Aie soin de la bien orner, car bien qu’elle soit dans un état humiliant, elle est ma sœur. » Voilà, ajouta le saint, ce que Jésus-Christ m’a révélé la nuit dernière. Je crains bien d’être chargé des péchés des autres, tandis que je travaille à expier les miens ; mais il faut obéir à la volonté de Dieu.

 

Porphyre pria longtemps devant la vraie croix et vint en remettre les clés au patriarche. Le lendemain, il partit avec trois ou quatre personnes dont Marc et Barochas. Ils arrivèrent à Césarée un samedi soir. L’archevêque les retint à souper et le lendemain, il ordonna Porphyre évêque de Gaza. Trois jours après, Porphyre arriva à Gaza très fatigué à cause des embûches que les païens avaient placées sur son chemin.

 

Cette même année, le pays subit une grande sécheresse. Les infidèles l’attribuèrent à l’arrivée du nouvel évêque chrétien. Ils prétendirent que le dieu Marnas avait prédit que Porphyre serait le fléau de la ville. Le temple de cette divinité aurait dû être détruit mais l’empereur Théodose l’avait gardé car c’était une merveille architecturale ! Puis les gouverneurs permirent aux païens de le rouvrir. Au bout de deux mois, les païens s’assemblèrent dans le temple et offrirent des sacrifices à leur dieu qu’ils appelaient le maître de la pluie. Ils y firent des cérémonies sept jours de suite sans résultat et déjà la famine commençait à se faire sentir.

Le lendemain environ deux cent quatre-vingts chrétiens, avec à leur tête Porphyre, marchèrent en  procession jusqu'à  à l’église de Saint Timothée située hors les murs de la ville, où reposaient les corps des Saints Meuris et Thée, confesseurs. A leur retour, ils trouvèrent les portes de la ville fermées par les païens. Ils implorèrent alors la Miséricorde Divine. Le ciel se couvrit de nuages et la pluie tomba en abondance.   Devant ce miracle, les païens ouvrirent les portes de la ville et se mirent à crier :

 

- Le Christ a vaincu, lui seul est Dieu.

 

Ils se joignirent aux chrétiens et s’en allèrent tous à l’église pour remercier Dieu. Cent soixante-seize païens se convertirent. Le saint évêque les instruisit, puis les baptisa et les confirma. Il en convertit encore cent cinq autres avant la fin de l’année. Une femme païenne qui avait commencé son travail depuis sept jours et n’arrivait pas à accoucher fut miraculeusement délivrée par Porphyre. Elle et toute sa famille se convertirent, soit soixante-quatre personnes.

 

Cependant, les idolâtres voyaient d’un mauvais œil toutes ces conversions, d'autant plus qu’ils étaient de plus en plus écartés des charges et prenaient cela pour une insulte. Les chrétiens commencèrent à être persécutés par les païens. Alors Porphyre et d’autres membres du clergé allèrent demander la protection de l’empereur. Ils furent reçus par l’eunuque Amantius qui les présenta à l’impératrice. La princesse les reçut avec bonté, leur promit de les secourir en leur demandant de prier pour elle. Quelques jours après, elle accoucha d’un fils. Lors de la deuxième visite de Porphyre, elle voulut que celui-ci bénisse l’enfant en traçant un signe de croix sur son front. La cérémonie du baptême de son fils (Qui deviendra empereur sous le nom de Théodose-le-Jeune) lui parut propice pour demander à l’empereur la protection des évêques. L’empereur donna l’ordre à Cygènius de démolir immédiatement les temples païens de Gaza. Après les fêtes de Pâques, les deux évêques repartirent avec de multiples présents de la part de l’empereur.

 

Lorsqu’ils furent et retour en vue de la ville, les chrétiens s’assemblèrent pour les accueillir et une procession se forma. A l’entrée de la ville, se dressait  une statue de Vénus que les jeunes filles venaient voir afin de lui demander un heureux mariage ; mais les résultats étaient très rarement bons. Lors du passage de la procession, la statue tomba en miettes. A la vue de ce miracle trente-neuf païens se convertirent sur le champ.

 

Cygénius arriva à Gaza dix jours après, accompagné d’un consulaire, d’un commandant et d’une escorte de soldats ainsi que de magistrats. On lut les ordres de l’empereur et on procéda à la démolition des temples du Soleil, de Vénus, d’Apollon, de Proserpine, d’Hécate, de la Fortune et de Marnas. Ce dernier, le plus important, brûla pendant plusieurs jours. Ensuite, on perquisitionna les maisons pour en extraire les idoles qui furent jetées dans les décharges. Quant aux livres magiques, ils furent tous brûlés. Plusieurs païens demandèrent la baptême, mais Porphyre les fit d’abords instruire au catéchuménat.

 

 

EMPLACEMENT DE L'ANCIENNE EGLISE D'EUDOXIE A GAZA AUJOURD'HUI EGLISE SAINT PIERE EN GALLICANTE

EMPLACEMENT DE L'ANCIENNE EGLISE D'EUDOXIE A GAZA AUJOURD'HUI EGLISE SAINT PIERE EN GALLICANTE

Là où se dressait le temple de Marnas, on bâtit une magnifique église sur les plans ce l’impératrice Eudoxie. Elle envoya aussi de Constantinople des plaques de marbre et des colonnes. Les plaques de marbre restant du temple de Marnas furent réutilisées pour paver la place devant l’église, humiliant ainsi les païens ; le sol étant foulé par les hommes et les animaux.

 

Avant le début des travaux de l’église, on marcha en procession solennelle au chant du Venite exultemus Domino, et d’autres psaumes. Tous les chrétiens apportèrent des pierres qu’ils jetaient dans les tranchées des fondations. Ceci se passait en 403. Par la suite on reçut de l’impératrice trente colonnes dont deux étaient brillantes comme des émeraudes. L’église fut achevée au bout de cinq ans et  Porphyre en fit la dédicace le jour de Pâques. On distribua beaucoup d’aumônes aux pauvres. La nouvelle église fut appelée Eudoxienne

 

Porphyre continua tranquillement son ministère et mourut le 26 février 420 à l’âge de soixante-sept ans. Il est honoré par les Grecs et les Latins.

 

 

SAINT ALEXANDRE

Patriarche d’Alexandrie en l’an 326 (v. 2020)

 

 

SAINT VICTOR

D’Arcis-sur-Aube en Champagne + au VIè ou VIIè siècle.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !