Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juin 2021 2 22 /06 /juin /2021 09:10
22 juin 2021
CATHEDRALE SAINT ALBAN A SAINT ALBANS. GRANDE BRETAGNE

CATHEDRALE SAINT ALBAN A SAINT ALBANS. GRANDE BRETAGNE

SAINT ALBAN

 

Premier martyr de Grande-Bretagne

 

 

La lumière de l’Evangile fut portée en Angleterre dès le temps des apôtres. Le nombre des chrétiens s’y accrut de beaucoup par la conversion du roi Lucius, qu’on place en 180. La rage des persécuteurs, excitée par le gouvernement romain, n’alla pas jusqu’en Angleterre, celle-ci constituant un nouveau monde par rapport au reste de l’empire, si bien que les nouveaux convertis se sentaient en sécurité ; mais ils ne purent se mettre à l’abri des persécutions de Dioclétien, et alors il y eut les premiers martyrs.

 

Le premier de ces héros fut Alban, dont la mort fut illustrée par plusieurs miracles et d’autres faits extraordinaires, dont le sang répandu a été une bénédiction pour l’Angleterre. La gloire de son martyre a été si éclatante, selon Fortunat, qu’elle s’est répandue dans toute l’Eglise. Les actes des premiers martyrs ont été rapportés par Ussérius, Bède et Gildas.

 

Selon ce qui est rapporté, Alban était Romain de haute naissance. Il est né à Vérulamium (dans le Hertfordshire), qui fut pendant plusieurs siècles une des plus grandes villes de la Grande-Bretagne. Elle sera détruite par les Saxons. Aujourd’hui la ville bâtie sur ses ruines porte le nom de Saint-Alban.

 

Alban se rendit à Rome pour se perfectionner dans la connaissance des belles-lettres. De retour en Angleterre, il s’établit à Vérulamium, étant un des principaux habitants de la ville.  Païen, mais d’une grande douceur, il fut amené progressivement par Dieu à la connaissance de la Vérité. Il était encore idolâtre lorsque les persécutions commencèrent il mais il cacha dans sa maison des chrétiens dont un, nommé Amphibalus, qui instruisit et convertit Alban. Bientôt le bruit se répandit que dans la maison d’Alban il y avait un chrétien. Alban le fit évader, en échangeant son habit contre le sien pour qu’il ne fût pas reconnu, car les ecclésiastique de l’époque se vêtaient d’une robe appelée caracalla1

 

Alban se présenta aux soldats, car il brûlait de verser son sang pour Jésus-Christ. Ils le conduisirent au juge qui était en train d’offrir un sacrifice à l’autel des idoles. Le juge se mit en colère en voyant son habit, et ayant ordonné qu'on le traînât devant les dieux, il lui dit :

 

- Puisque vous avez eu la hardiesse de cacher un sacrilège et un blasphémateur, vous souffrirez le supplice qui lui était destiné, si vous refusez de participer à nos cérémonies.

 

Alban répondit que jamais il ne sacrifierait aux dieux. Le magistrat lui demanda en suite de quelle famille il était.

 

- Dans quel but m’interrogez-vous sur ma famille ? Si vous voulez savoir quelle est ma religion, je suis chrétien.

 

- Quel est votre nom ?

 

- Je me nomme Alban et j’adore le seul vrai Dieu vivant qui a créé toutes choses.

 

- Sacrifiez aux grands dieux, ou attendez-vous à la mort.

 

- Vos sacrifices sont offerts aux démons, qui ne peuvent secourir leurs adorateurs, ni leur accorder l’effet de leurs prières. Les peines éternelles de l’enfer seront le partage de quiconque sacrifiera à vos idoles.

 

 Saisi d’une grande colère, le juge fit battre Alban, mais comme ce dernier souffrait sans se plaindre, il fut condamné à être décapité.

 

La plus grande partie du peuple sortit de la ville pour assister au supplice, le juge resta presque seul. Le chemin qui conduisait au lieu du supplice était barré par une rivière, rapide à cet endroit, car le lit y était encaissé. On ne pouvait approcher du pont à cause de la foule et il fallut attendre que tout le monde soit passé pour que le supplice ait lieu. Alors Alban s’avance vers la rivière, lève les yeux au ciel, fait une courte prière : aussitôt la rivière s’ouvre en deux et donne passage au Saint et au reste de la foule, soit un millier de personnes2.

 

A la vue de ce miracle, le bourreau se convertit, il baissa son glaive et se mit à genoux devant Alban puis demanda à mourir à sa place. Ceci retarda l’exécution. En même temps, le peuple accompagna Alban en haut de la colline, un lieu très bucolique. Alban se mit à genoux pour prier; de cet endroit  jaillit une source où il put boire. Alors il se présenta un nouveau bourreau qui le décapita ; mais Dieu  punit le bourreau en le rendant aveugle. Quant au premier bourreau, il fut décapité sur le champ. Capgrave le nomme Héraclius, d’autre l’appellent Araclius.

 

Plusieurs qui avaient assisté au martyre se convertirent. Avec le prêtre qui avait converti Alban, ils  passèrent en Pays de Galles et furent baptisés ; ils étaient environ mille ; mais ils furent massacrés par les idolâtres. Le prêtre fut lapidé à Ruburn à 10 km. de la ville de Saint-Alban. Geoffroi de Monmouth et d’autres auteurs le nomment Amphibalus ; d’autres disent qu’il était surnommé Caracalla à cause de son habillement. Saint Alban est mort en juin en 286 ou en 303 selon les auteurs, c’est-à-dire au début de la grande persécution de Dioclétien à laquelle Constance mit fin l’année suivante en Bretagne.

 

Sous le règne de Constantin le Grand fut bâtie une magnifique église sur le lieu du martyre de Saint Alban. Cette église devint célèbre à cause du grand nombre de miracles qui s’y opérèrent. Les Saxons l’ayant détruite, Offa, roi des Merciens, en fit bâtir une autre en 793 avec un monastère doté de grands revenus. Les papes accordèrent à ce monastère les plus grands privilèges et remirent à toutes les terres le romescot ou denier de Saint Pierre. Cette abbaye fut détruite sur l’ordre d’Henri VIII ; mais les habitants donnèrent une grosse somme d’argent pour que leur église ne soit pas détruite. Elle existe encore aujourd’hui3.

 

On sauva une partie des reliques de Saint Alban qui se trouvent chez les Anglais de Valladolid en Espagne, ainsi qu’une petite portion à Saint Omer.

 

1. La Caracalla était une robe longue à peu près semblable à l’habit de nos moines. Elle avait quelque fois un capuchon. Ce vêtement état d’origine gauloise. Antonius Basianus, fils de l’empereur Sévère en introduisit l’usage à Rome ce qui le fit surnommé Caracalla.

 

Thomas Walsingham dit que la caracalla de Saint Alban, faite de laine, se gardait à Fly dans le grand coffre qui fut ouvert en 1314 sous le règne d’Edouard II ; il ajoute que la partie supérieure du vêtement était encore teintée du sang du martyr, et que ce sang était aussi rouge que s’il venait de se répandre.

 

2. Il est dit que cette rivière était la Coln qui passe entre Vérulamium et la nouvelle ville de Saint Alban.

 

3. L’abbé de Saint-Alban siégeait au parlement à la tête de tous les abbés mitrés. Cette préséance avait été accordée par le pape Adrien IV en 1154.

CARTE DE LA GRANDE BRETAGNE

CARTE DE LA GRANDE BRETAGNE

RUINES DE LA VILLE  DE VERULAMIUM

RUINES DE LA VILLE DE VERULAMIUM

SAINT PAULIN DE NOLE

(v. 2020)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !