Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 juillet 2021 3 21 /07 /juillet /2021 09:10

SAINT VICTOR DE MARSEILLE

 

 

Marseille est une ville très recommandable pour avoir été empourprée du sang d’une infinité de martyrs, et nommément celui de Saint Victor, qui a été martyrisé cinq fois.

 

Ce fut en l’an 19 de l’empire de Dioclétien qu’il sera décrété, de démolir toutes les églises de l’empire, de brûler tous les livres saints et de déclarer les chrétiens dépossédés et rendus infâmes. Puis d’autre décrets suivirent qui ordonnaient l’arrestation des chrétiens, leur mise en prison, et qu’ils seraient tourmentés s’ils ne voulaient pas adorer les faux dieux ; mais tout cela, loin d’anéantir les chrétiens, les multipliait.

 

Victor était né à Marseille de parents nobles et illustres. Le début de sa vie nous est inconnu, jusqu’à ce que Dieu lui fasse faire sa première action.

Maximien visitant les principales villes de son empire, pour contrôler la bonne exécution de ses édits, vint à Marseille. Il se fit présenter tous les chrétiens qui étaient en prison. D’elles sortirent des hommes et des femmes de tout âge et de toute condition. C’est alors que Victor un saint homme honorablement connu prit la parole et leur dit :

 

- Où est ce courage, ô Athlètes de Jésus, et cette résolution ferme que vous protestiez avoir de mourir pour celui qui était mort pour vous, avant que l’empereur vint en ce pays ? N’aviez-vous pas entendu ses édits inhumains, dont vous vous étiez moqués ? Faut-il, maintenant que le temps est venu de faire preuve de votre constance et de votre patience, que vous sembliez reculer, comme si c’était vous qui deviez combattre, et non point Dieu en vous ? Non, non, courage : affrontons fortement ce tyran, qui vient pour nous dépouiller de nos biens et de nos vies ; ne redoutons pas sa puissance, qui ne peut s’étendre que sur nos richesses et sur nos corps, et non pas sur nos âmes. Mourons, mourons constamment, puisque aussi bien, il nous faut tous mourir, et laissons à la postérité un rare exemple de notre mort. Nos peines et nos tourments seront de peu de durée : mais la gloire et la récompense de les avoir soufferts ne finira jamais.

 

Victor, fut vite dénoncé à l’empereur qui commanda à son préfet Astérius de l’arrêter. Ce préfet employa toute sa science devant cet homme plein de fougue, afin de le raisonner et de lui faire adorer les idoles ; mais Victor répondit qu’il ne reconnaissait qu’un Dieu et que les protecteurs de l’empire n’étaient que des démons cachés dans des pierres ou des statues. Que les rois et les empereurs ne l’étaient que par la grâce de Dieu, car Lui, il régnait dans le ciel et sur la terre, et toute chose se faisait selon Sa volonté.

 

Aussitôt, le peuple demanda sa mort et les lieutenants de l’empereur, Astérius et Eustichius, en colère, auraient bien voulu le mettre à mort ; mais ils n’osèrent à cause du crédit et de l’autorité que Victor avait acquise. Ils en remirent leur jugement à l’empereur. Ce dernier fut étonné d’apprendre que Victor était chrétien car il le croyait un de ses plus fidèles serviteurs. Il le fit comparaître devant lui et de menaces alternées en pardons, Victor resta insensible aux propositions de Maximien. Au contraire, il se mit à parler de la majesté de Dieu de sa toute puissance, de sa bonté, de sa charité, et qu’il avait envoyé son fils pour nous racheter par son sang :

 

 - Sang, disait-il, ô empereur, qui est plus que capable d’expier tes forfaits et ceux de tes sujets infidèles, si  tant est que tu veuilles qu’il te soit appliqué, et que tu sois prêt de quitter le culte des idoles.

 

A peine, Victor peut-il fini de prononcer ces paroles qu’il fut attaché à la queue d’un cheval et traîné dans les rues de la ville. Une trainée sanguinolente attestait de son passage vers les faubourgs de la ville. Malgré tout, Victor ne mourut pas de son premier supplice et fut de nouveau présenté à l’empereur qui le menaça encore. Alors notre saint continua d’insulter les idoles et de magnifier Dieu. Maximien le remit entre les mains de ses bourreaux Astérius et Eustichius qui le firent fouetter puis attacher à une croix qui disloqua ses membres ; mais malgré tout il continuait à glorifier Dieu. Notre Seigneur lui apparut portant l’étendard de la croix et lui dit :

 

- Courage, Victor ; accomplis ce que marque ton nom ; soit fidèle jusqu’à la mort. Je suis Jésus-Christ, qui t’aiderai dans tes afflictions, et te protégerai en tous tes combats ; ne  craint point, car je suis avec toi, et je te donnerai une telle force et magnanimité, que tes ennemis diront publiquement, qu’en toi il y a quelque chose qui surpasse le commun des hommes.

 

/…/

 

Victor après plusieurs autres souffrances fut décapité. Il fut le dernier martyr car l’empereur Constantin arriva pour investir Marseille et Maximien craignant de tomber dans les mains de son ennemi se donna la mort.

 

 

SAINTE PRAXEDE

Vierge, l’an 154 (v. 2020)

 

 

LE SAINT PROPHETE DANIEL

 

SAINTE JULIE de TROYE

Vierge et martyre

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !