Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 août 2021 4 12 /08 /août /2021 09:06
12 août 2021

SAINT EUPLIUS

 

Le 12 août 304, sous le neuvième consulat de Dioclétien et le huitième de Maximien, Euplius, diacre de Catane en Sicile, fut conduit à la salle d’audience du gouverneur. Près du rideau1 qui fermait la salle d’audience où était le juge, il s’écria qu’il était chrétien, et désirait mourir pour le nom de Jésus-Christ. Le gouverneur Calvisien l’entendit et ordonna qu’on le fasse comparaître. Euplius tenait à la main le livre des évangiles. Un des amis du gouverneur,  Maxime, lui fit des reproches sur le fait qu’il osait paraître avec ce livre qui contenait une doctrine interdite par les édits de l’empereur.

 

- Où avez-vous pris ces écrits, lui demanda Calvisien ? Les apportez-vous de votre maison ?

 

- Je n’ai pas de maison; mais j’avais ce livre avec moi lorsque j’ai été arrêté.

 

Le juge lui ayant demandé d’en lire un passage, il l’ouvrit et lut les passages suivants :

 

- Bienheureux sont ceux qui souffrent persécution pour la justice ; car le royaume du ciel est à eux (Matth. V, 10). Celui qui veut venir après moi doit porter sa croix, et me suivre (Matth. XVI, 24).

 

Calvisien lui demanda ce que cela voulait dire.

 

- C’est la loi de mon Dieu qui m’a été donnée.

 

- Par qui ?

 

- Par Jésus-Christ, fils du Dieu vivant.

 

Le juge consulta ses assesseurs et déclara :

 

- La confession d’Euplius prouvant évidemment qu’il est chrétien, qu’on le livre aux bourreaux, et qu’on l’étende sur un chevalet. Ce qui fut exécuté sur le champ.

 

Au second interrogatoire qu’il subit toujours sur le chevalet, Calvisien lui demanda s’il persistait dans ses déclarations. Euplius traça un signe de croix et répondit :

 

- Je vous ai déclaré, et je vous déclare de nouveau que je suis chrétien et que je lis les Saintes Ecritures.

 

Calvisien ayant fait redoubler ses tourments, Euplius fit cette prière :

 

- Je vous rends grâce, Seigneur Jésus, de ce que je souffre pour vous : sauvez-moi, je vous en conjure.

 

- Quittez cette folie ; adorez nos dieux, et je vous ferai mettre en liberté.

 

- J’adore Jésus-Christ ; je déteste les démons. Faites ce qu’il vous plaira ; condamnez-moi, si vous le voulez à de nouveaux tourments, car je suis chrétien. Il y a longtemps que je désire être dans l’état où je me trouve.

 

Las de le voir souffrir, le juge ordonna aux bourreaux d’arrêter la torture et dit :

 

- Adore les dieux, idiot que tu es ; adore Mars, Apollon et Esculape.

 

- J’adore, le Père, le Fils et le Saint-Esprit ; j’adore la Sainte Trinité, il n’y a pas d’autre Dieu.

 

- Sacrifie, si tu veux avoir la vie.

 

- Je fais le sacrifice de moi-même à Jésus-Christ mon Dieu. Vous voulez inutilement me faire changer de résolution. Je suis chrétien.

 

Alors Calvisien donna l'ordre de continuer à le martyriser. Pendant ce temps-là, Euplius priait ainsi :

 

- Je vous rends grâce, ô mon Dieu ; Jésus, secourez-moi : c’est pour l’amour de vous que j’endure ces tortures.

 

Il répéta plusieurs fois cette prière, mais ses forces s’affaiblissant et on le voyait seulement remuer les lèvres. Enfin, passant derrière le rideau, le juge dicta la sentence qu’écrivit un greffier. Après, il revint avec ses tablettes à la main et lut ce qui suit :

 

- Nous ordonnons qu’Euplius, convaincu d’être chrétien, ait la tête tranchée, en punition de son opiniâtreté à mépriser les édits de l’empereur, et à blasphémer contre les dieux. Qu’on l’exécute.

 

On lui attacha au cou le livre des évangiles et, marchant devant lui, un crieur public disait à haute voix :

 

- Voilà Euplius, ce chrétien, cet ennemi des dieux et des empereurs.

 

Euplius ramassant le peu de forces qui lui restaient disait :

 

- Je vous rends grâce, Seigneur Jésus ; confirmez ce que vous avez opéré en moi.

 

Sur le lieu de l’exécution, le bourreau le fit mettre à genoux et lui trancha la tête. Les chrétiens l’embaumèrent et l’enterrèrent.

 

1. Il y avait derrière les juges un rideau qui formait une espèce de réduit. Les juges se retiraient là pour délibérer, ou pour écrire leurs jugements.

 

 

 

 

 

 

EGLISE SAINT EUPLIUS A MOSCOU

EGLISE SAINT EUPLIUS A MOSCOU

Consacrée à Saint-Euplius, elle a été construite au milieu du XVIIIe siècle sur la rue Miasnitskaïa. L’église était renommée pour avoir été la seule à ne jamais avoir cessé les services, même lorsque l’armée de Napoléon est entrée dans la ville en 1812.

Elle a été détruite pendant la première vague, en 1926, sous prétexte qu’il fallait construire un palais à la place. Aujourd’hui, l’un des bâtiments de l’École des hautes études en sciences économiques se trouve là où était l’église auparavant.

SAINTE CLAIRE

(Archives)

 

SAINT PORCAIRE

Abbé de Lérins et ses compagnons martyrs, vers 731

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !