Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 août 2021 5 06 /08 /août /2021 09:10
6 août 2021

SAINT SIXTE

 

Sixte, Grec de naissance, fut diacre de l’Eglise Romaine, sous le pape Saint Etienne, auquel il succéda en 257. Saint Denys d’Alexandrie lui écrivit trois lettres pour le consulter sur certaines difficultés, et le pria de supporter quelque temps les Africains et ceux des Asiatiques (Asie Mineure) qui soutenaient un sentiment erroné concernant la validité du baptême conféré aux hérétiques. Sixte les traita donc avec indulgence, et se contenta de les exhorter fortement à ne pas s’écarter de la vérité. Ses successeurs tinrent la même conduite ; mais l’erreur des rebaptisants progressant tous les jours fut à la fin proscrite et condamnée dans le concile plénier dont Saint Augustin parle souvent. Saint Cyprien donne à Sixte les titres d’évêque, amateur de la paix et excellent en toutes sortes de vertus.

 

Quelques auteurs disent qu’il fut pape pendant huit ans, d’autre qu’il ne siégea qu’un an.

 

L’empereur Dèce, l’un des plus violents persécuteurs du christianisme, méprisé par sa lâcheté, fut assassiné en 253 avec son fils Volusius et son collègue.

Æmilius prit alors la pourpre, mais le sénat de voulut pas le reconnaître, et il perdit l’empire et la vie au bout de quatre mois.

Valérien, homme d’une famille considérable, qui jouissait d’une grande réputation et qui avait été censeur à la tête du sénat, fut unanimement reconnu empereur. Il paraît qu’au commencement de son règne il fut favorable aux chrétiens, comme ne l’avait jamais été aucun de ses prédécesseurs, sans en excepter même les Philippes. Son palais se trouva bientôt rempli de fidèles. Il laissa l’Eglise dans cette paix pendant trois ans et demi ; et pendant ce temps-là, il se tint plusieurs conciles. Mais, en 257, il alluma le feu de la huitième, où, selon Sulpice Sévère, de la neuvième persécution générale, qui ne cessa que trois ans et demi après, quand l’empereur eut été fait prisonnier par les Perses.

 

Eusèbe attribue son changement à la superstition, ainsi qu’à l’influence d’un certain Macrien, qui était extrêmement attaché à la secte des mages de Perse. Cet homme que Saint Denys d’Alexandrie appelle chimage d’Egypte, était dans les bonnes grâces de l’empereur qui l’éleva aux premières dignités. Il persuada l’empereur que, par leur magie, les chrétiens  étaient ennemis des dieux et empêchaient la prospérité de l’empire. C’était prendre Valérien, pour un faible d’autant plus que des trente empereurs depuis Auguste, il ne s’en trouvait que six qui n’étaient pas morts de mort violente ; mais en se déclarant contre les serviteurs de Dieu, il ne faisait que hâter sa perte.

 

Son premier édit contre le christianisme parut en 257. Le pape Saint Etienne et plusieurs autres fidèles subirent le martyre. L’année suivante, la persécution s’intensifia.

Allant faire la guerre aux Perses, l’empereur envoya au sénat un nouveau rescrit, auquel il voulait donner force de loi. Saint Cyprien nous en fait connaître la teneur et les effets. Voici comment il s’exprime en s’adressant à l’évêque d’Afrique, Successus:

 

« Valérien a envoyé au sénat un ordre portant que les évêques, les prêtres et les diacres soient suppliciés sans délai (quand bien même ils voudraient obéir); que les sénateur, les personnes de qualité, et les chevaliers romains soient dépouillés de leur dignité et de leurs biens, et qu’au cas où ils refusent de sacrifier, on leur fasse perdre la tête ; que les dames romaines soient privées de tout ce qu’elles possèdent, et condamnées à l’exil ; que les officiers ou domestiques de l’empereur qui ont déjà confessé, ou qu’il confesseraient qu’ils sont chrétiens, soient envoyés chargés de chaînes travailler dans les fermes du prince, après la confiscation de leurs biens (appelés ad sciptii glebæ, donc esclaves). Valérien joint à cet ordre une copie de la lettre envoyée aux gouverneurs des provinces touchant les chrétiens. J’attends cette lettre, et bientôt elle parviendra jusqu’à vous… Vous saurez que Xyste (évêque de Rome) a souffert dans un cimetière, avec Quartus, le 6 août. Les magistrats de Rome servent bien la cruauté de l’empereur. Les personnes que l’on conduit devant eux sont sûres ou d’être condamnées à mort, ou d’être dépouillées de leurs biens. Je vous prie d’informer mes collègues de ces particularités, afin que nos frères se préparent de tous côtés au combat ; que nous puissions tous nous occuper de l’éternité, plutôt que de la mort ; que nous soyons pénétrés de joie, et non de crainte, dans la pensée de cette confession où nous savons que les soldats de Jésus-Christ sont moins massacrés qu’ils ne sont couronnés. »

 

Il est dit que Sixte souffrit dans un cimetière et que, dans ces temps-là, les chrétiens se retiraient dans les cimetières ou caves souterraines pour célébrer les divins mystères. Ils s’y assemblèrent, malgré l’édit de Valérien qui le défendait, et y furent découverts. Il paraît que Quartus, compagnon du martyre de Sixte, était prêtre ou diacre, autrement on ne l’aurait pas condamné sur le champ ; on aurait d’abord employé les supplices pour l’obliger à sacrifier. D’autres diacres souffrirent à Rome à la même époque : Prétextat, Félissime, Agapit et Laurent. Les trois premiers avec leur évêque et le quatrième après lui. Laurent était archidiacre de Saint Sixte.

 

Selon le calendrier de Libère, Saint Sixte fut décapité au cimetière de Calixte. Saint Cyprien fut martyrisé au mois de septembre suivant, et toutes les provinces de l’empire furent inondées de sang chrétien. La persécution de Valérien se concentra d’abord sur le clergé pour s’étendre ensuite à tous les fidèles. Tous y passèrent : riches, pauvres, soldats, laboureurs, esclaves et même les enfants.

 

EGLISE SAINT SIXTE A SAINT VINCENT DE LIGNON

EGLISE SAINT SIXTE A SAINT VINCENT DE LIGNON

EGLISE SAINT SIXTE A LIMERZEL EN BRETAGNE, NON LOIN DE VANNES

EGLISE SAINT SIXTE A LIMERZEL EN BRETAGNE, NON LOIN DE VANNES

TRANSFIGURATION DE NOTRE SEIGNEUR JESUS-CHRIST

(archives)

 

SAINT JUST et SAINT PASTEUR

Martyrs en Espagne en 304

 

SAINT GEZELIN ou SCOCELIN

Solitaire au diocèse de Trèves, + vers 1136

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !