Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 décembre 2022 7 04 /12 /décembre /2022 15:00
Unsplash/David Weber
Au Ve siècle, un moine égyptien doute de la présence réelle du Christ dans l’eucharistie. Il voit l’hostie qu’il consacre devenir un morceau de chair

Parmi les apophtegmes des Pères du Désert (histoires édifiantes, paroles, prières, expériences spirituelles des moines du désert égyptien au IVe siècle), nous trouvons le récit d’un très ancien miracle eucharistique.

Un moine du monastère de Scété (Egypte, Wadri el Natrun), pieux et charitable, doutait depuis quelque temps de la vérité de la présence réelle du Christ dans le pain consacré lors de la messe. Il s’exprimait de la sorte : « Le pain que nous mangeons n’est pas réellement le Corps du Christ, mais un symbole ».

Un jour, deux prêtres âgés entendirent ces paroles. Sachant qu’elles venaient d’un homme bon, ils ne lui en tinrent pas rigueur mais engagèrent une discussion. Ils lui dirent : « Père, nous avons entendu dire que quelqu’un soutenait quelque chose de contraire à la foi : le pain que nous recevons ne serait pas réellement le Corps du Christ, mais un symbole ».

Le moine rétorqua : « C’est moi qui le dis ! ».

Ils se mirent à l’exhorter ainsi : « Tu ne dois pas croire à cela, mais à ce que l’Église a transmis. Nous croyons que ce pain est le Corps du Christ et que ce calice est le sang, réellement et non pas comme un symbole »…

« S'il n’arrive pas un fait pour me convaincre, je ne serai pas persuadé », leur répondit le solitaire de Scété. Et les deux pères de conclure : « Cette semaine nous prierons Dieu sur ce mystère et nous croyons que Dieu nous le révélera ».

Le dimanche suivant, les deux prêtres âgés se rendirent à l’oratoire où le contemplatif incrédule célébrait la messe. Ils se tinrent un peu à l’écart, mais dans un endroit où ils virent parfaitement le déroulement de la cérémonie.

Lorsque le pain fut posé sur l’autel en sacrifice, les deux visiteurs et le célébrant poussèrent un cri, frappés par ce que leurs yeux avaient vu à cet instant : à la place de l’hostie, se tenait maintenant sur l’autel « un petit enfant » en chair et en os.

Le prêtre de Scété continua de célébrer néanmoins. A l’instant où il rompit le pain, un ange apparut tenant une « épée » avec laquelle il immola l’enfant et versa le sang dans le calice. Comme si cela ne suffisait pas, lorsque le prêtre voulut rompre le pain en petits morceaux, l’ange préleva sur l’enfant des « petits morceaux » de chair. Quand les deux observateurs s’approchèrent pour communier, le célébrant qui avait douté de la présence réelle, reçut un morceau de chair saignante.

À cette vue il fut terrorisé et hurla : « Je crois Seigneur que ton pain est le Corps et que le calice est ton Sang ! ».

Aussitôt la chair qu’il avait dans sa main prit les apparences du pain. Il put communier en paix en remerciant Dieu.

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
En union de prières pour toutes les intentions de la Banquise, exprimées ici ou non.<br /> Cécilou
Répondre

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !