Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 15:53

J'ai beaucoup de courrier.

 

 

Bien à vous tous.

 

Mortimer http://imdoc.fr/forum/images/perso/amandarine.gif

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Ewondo 30/09/2010 22:38



 juste un bout du texte est passé ... vais vous l'envoyer par mail .... désolé !


Pierre.



Ewondo 30/09/2010 22:07



Désolé, il se fait si tard, mais j'aurais tant aimé vous transmettre ce texte de Péguy à Notre Dame de Chartres pour la Bonne Nuit Polaire ... (à apprendre par coeur pour demain matin sans
faute ! ).


 


I. Prière de
résidence


 
Ô Reine voici donc après la longue route,
Avant de repartir par ce même chemin,
Le seul asile ouvert au creux de votre main,
Et le jardin secret où l'âme s'ouvre toute.

Voici le lourd pilier et la montante voûte ;
Et l'oubli pour hier, et l'oubli pour demain ;
Et l'inutilité de tout calcul humain ;
Et plus que le péché, la sagesse en déroute.

Voici le lieu du monde où tout devient facile,
Le regret, le départ, même l'événement,
Et l'adieu temporaire et le détournement,
Le seul coin de la terre où tout devient docile,

Et même ce vieux cœur qui faisait le rebelle ;
Et cette vieille tête et ses raisonnements ;
Et ces deux bras raidis dans les casernements ;
Et cette jeune enfant qui faisait trop la belle.

Voici le lieu du monde où tout est reconnu,
Et cette vieille tête et la source des larmes ;
Et ces deux bras raidis dans le métier des armes ;
Le seul coin de la terre où tout soit contenu.

Voici le lieu du monde où tout est revenu
Après tant de départs, après tant d'arrivées.
Voici le lieu du monde où tout est pauvre et nu
Après tant de hasards, après tant de corvées.

Voici le lieu du monde et la seule retraite,
Et l'unique retour et le recueillement,
Et la feuille et le fruit et le défeuillement,
Et les rameaux cueillis pour cette unique fête.

Voici le lieu du monde où tout rentre et se tait,
Et le silence et l'ombre et la charnelle absence,
Et le commencement d'éternelle présence,
Le seul réduit où l'âme est tout ce qu'elle était.

Voici le lieu du monde où la tentation
Se retourne elle-même et se met à l'envers.
Car ce qui tente ici c'est la soumission ;
Et c'est l'aveuglement dans l'immense univers.

Et le déposement est ici ce qui tente,
Et ce qui vient tout seul est l'abdication,
Et ce qui vient soi-même et ce qui se présente
N'est ici que grandesse et présentation.

C'est la révolte ici qui devient impossible,
Et ce qui se présente est la démission.
Et c'est l'effacement qui devient invincible.
Et tout n'est que bonjour et salutation.

Ce qui partout ailleurs est une accession
N'est ici qu'un total et sourd abrasement.
Ce qui partout ailleurs est un entassement
N'est ici que bassesse et que dépression.

Ce qui partout ailleurs est une oppression
N'est ici que l'effet d'un noble écrasement.
Ce qui partout ailleurs est un empressement
N'est ici qu'héritage et que succession.

Ce qui partout ailleurs est une rude guerre
N'est ici que la paix d'un long délaissement.
Ce qui partout ailleurs est un affaissement
Est ici la loi même et la norme vulgaire.

Ce qui partout ailleurs est une âpre bataille
Et sur le cou tendu le couteau du boucher,
Ce qui partout ailleurs est la greffe et la taille
N'est ici que la fleur et le fruit du pêcher.

Ce qui partout ailleurs est la rude montée
N'est ici que descente et qu'aboutissement.
Ce qui partout ailleurs est la mer démontée
N'est ici que bonace et qu'établissement.

Ce qui partout ailleurs est une dure loi
N'est ici qu'un beau pli sous vos commandements.
Et dans la liberté de nos amendements
Une fidélité plus tendre que la foi.

Ce qui partout ailleurs est une obsession
N'est ici sous vos lois qu'une place rendue.
Ce qui partout ailleurs est une âme vendue
N'est ici que prière et qu'intercession.

Ce qui partout ailleurs est une lassitude
N'est ici que des clefs sur un humble plateau.
Ce qui partout ailleurs est la vicissitude
N'est ici qu'une vigne à même le coteau.

Ce qui partout ailleurs est la longue habitude
Assise au coin du feu les poings sous le menton,
Ce qui partout ailleurs est une solitude
N'est ici qu'un vivace et ferme rejeton.

Ce qui partout ailleurs est la décrépitude
Assise au coin du feu les poings sur les genoux
N'est ici que tendresse et que sollicitude
Et deux bras maternels qui se tournent vers nous.

Nous nous sommes lavés d'une telle amertume,
Étoile de la mer et des récifs salés,
Nous nous sommes lavés d'une si basse écume,
Étoile de la barque et des souples filets.

Nous avons délavé nos malheureuses têtes
D'un tel fatras d'ordure et de raisonnement,
Nous voici désormais, ô Reine des prophètes,
Plus clairs que l'eau du puits de l'ancien testament.

Nous avons gouverné de si modestes arches,
Voile du seul vaisseau qui ne périra pas,
Nous avons consulté de si pauvres compas,
Arche du seul salut, Reine des patriarches.

Nous avons consommé de si lointains voyages,
Nous n'avons plus de goût pour les pays étranges.
Reine des confesseurs, des vierges et des anges,
Nous voici retournés dans nos premiers villages.

On nous en a tant dit, ô Reine des apôtres,
Nous n'avons plus de goût pour la péroraison.
Nous n'avons plus d'autels que ceux qui sont les vôtres,
Nous ne savons plus rien qu'une simple oraison.

Nous avons essuyé de si vastes naufrages,
Nous n'avons plus de goût pour le transbordement,
Nous voici revenus, au déclin de nos âges,
Étoile du seul Nord dans votre bâtiment.

Ce qui partout ailleurs est de dispersion
N'est ici que l'effet d'un beau rassemblement.
Ce qui partout ailleurs est un démembrement
N'est ici que cortège et que procession.

Ce qui partout ailleurs demande un examen
N'est ici que l'effet d'une pauvre jeunesse.
Ce qui partout ailleurs demande un lendemain
N'est ici que l'effet de soudaine faiblesse.

Ce qui partout ailleurs demande un parchemin
N'est ici que l'effet d'une pauvre tendresse.
Ce qui partout ailleurs demande un tour de main
N'est ici que l'effet d'une humble maladresse.

Ce qui partout ailleurs est un détraquement
N'est ici que justesse et que déclinaison.
Ce qui partout ailleurs est un baraquement
N'est ici qu'une épaisse et durable maison.

Ce qui partout ailleurs est la guerre et la paix
N'est ici que défaite et que reddition.
Ce qui partout ailleurs est de sédition
N'est ici qu'un beau peuple et dès épis épais.

Ce qui partout ailleurs est une immense armée
Avec ses trains de vivre et ses encombrements,
Et ses trains de bagage et ses retardements,
N'est ici que décence et bonne renommée.

Ce qui partout ailleurs est un effondrement
N'est ici qu'une lente et courbe inclinaison.
Ce qui partout ailleurs est de comparaison
Est ici sans pareil et sans redoublement.

Ce qui partout ailleurs est un accablement
N'est ici que l'effet de pauvre obéissance.
Ce qui partout ailleurs est un grand parlement
N'est ici que l'effet de la seule audience.

Ce qui partout ailleurs est un encadrement
N'est ici qu'un candide et calme reposoir.
Ce qui partout ailleurs est un ajournement
N'est ici que l'oubli du matin et du soir.

Les matins sont partis vers les temps révolus,
Et les soirs partiront vers le soir éternel,
Et les jours entreront dans un jour solennel,
Et les fils deviendront des hommes résolus.

Les âges rentreront dans un âge absolu,
Les fils retourneront vers le seuil paternel
Et raviront de force et l'amour fraternel
Et l'antique héritage et le bien dévolu.

Voici le lieu du monde où tout devient enfant,
Et surtout ce vieil homme avec sa barbe grise,
Et ses cheveux mêlés au souffle de la brise,
Et son regard modeste et jadis triomphant.

Voici le lieu du monde où to



Ewondo 30/09/2010 22:00



le bulletin de Noël ??? Faites gaffe, Dame Cath...o, vous compremettez gravement votre avenir sur la Banquise ...


Pierre (diplomate  !).






Cath...o 30/09/2010 21:37



Un grand merci Glycéra, je sens que je vais le commander pour mademoiselle ma fille : autant renforcer dès maintenant le bon sens qu'elle possède encore !!


 


Mon fils n'a jamais fait la première année de maternelle (celle des 3 ans) : il était déjà bien en avance sur ses petits camarades de bacs à sable, et sa petite soeur venant de naître j'ai
préféré le garder à la maison. Que n'ai-je pas entendu pendant cette année sur les risques que je lui faisais prendre : mais comment donc allait-il "suivre" (ouarf !!!) en moyenne section
!!!!  Une brave dame particulièrement choquée m'a même poursuivie jusqu'à ses débuts de CP, et je n'oublierai jamais
sa répartie lorsque je lui ai dit que tout se passait pour le mieux ... : "oui ? ... enfin bon .... va quand même falloir attendre le bulletin de Noêl pour savoir s'il n'a pas de retard "
!!!!!!!!


Pauvre France ....



Abbé IITimII, 3 30/09/2010 21:31



Moi z'aime bien le nouveau nom de Dame LR ! 


 


Le z'abbé -qui revient d'une rencontre avec les 6èmes - sympas les zeunes, mais des prénoms à la noix de coco... 



Glycéra 30/09/2010 21:23



Oh oui...


Car ce vieux monsieur croyait à son service, un apostolat presque auprès des petites têtes qui l'écoutaient en classe.


Il parle de son école à St Maur, près de Paris, et raconte ce que les anciens avaient tous un jour eu envie de donner à ces petits qui leur faisaient confiance.


 


C'était du temps où ils voyaient l'école (à 6 ans) comme une chance de "monter" s'ils étaient bons, et pouvaient choisir de continuer après 12 ans, au lieu d'être "mis au travail" comme on
disait.


Je suis d'une génération qui savait qu'à 14 ans, on pouvait quitter, et 50 % des élèves ne poursuivaient pas... Maintenant, l'école est ce bagne où l'on envoie les petits de 2 ans, vous parlez
d'une "école" à c't'âge ! et où on les garde quoiqu'ils pensent avoir envie de faire, jusqu'à 16 ans. D'autres pays c'est 18... et là zou ! majorité ma bonne dame ! Y sont fous ces fonctionnaires
!


 


Oui, la fraîcheur du récit de Monsieur Bled (prononcer "Blé", demande-t-il, comme on dit "pied") est une force pour traverser les miasmes des cours obligés avant de devenir "prof des écoles".
Aurait-il eu honte lui, d'être M'sieur le maître ?


 


Amicalement


Glycéra



Cath...o 30/09/2010 21:07



Glycéra, votre livre serait-il intéressant pour une jeune fille peut-être future "instit" qui en tout cas s'intéresse beaucoup à l'éducation et la pédagogie ?



Glycéra 30/09/2010 20:59



eh Général Pingouin...


Vous parlez à qui, là....


??


 


C'est pas commeça qu'vous retrouverez glace auprès de vos soldingoins !



Mortimer 30/09/2010 21:11



M'enfin Dame Glycéra !


Je répondais à la créature z'ailée !!!!!!


Avons nous vraiment besoin des citations du petit Nicolas ????





Bien à vous .


Mortimer



Ewondo 30/09/2010 20:59



 un très mauvais "karma" sans doute  : pas une seule fois dans ma vie je n'ai travaillé en gagnant un sou ...    Il m'est même arrivé de payer pour
bosser !!!


En plus et qui plus est, un ami (on n'est jamais trahi que par ses amis ! ) qui lit la Banquise sans y
intervenir, vient de me téléphoner, me disant que je faisait une fois de plus preuve d'une pédanterie insoutenable dans mon post précédent !!!


 


Rien de très compliqué dans les écritures des langues ... en revanche, vous me mettez devant la partition d' "Au clair de la lune, mon ami Pierrot ()" je suis sec ... et quand je vois des amis qui vous déchiffrent du Bach en direct sur clavecin ou au piano    ...


Aille ! âme épatède ...  ...


 


Pierre.



Glycéra 30/09/2010 20:56



Mes écoles, Robert Laffont, Paris, 1977. Recueil de souvenirs autobiographiques sur la vie scolaire


 


retrouvé entre temps dans les plis de la toile...



The Webmestre 30/09/2010 20:56



Encore une citation comme cela , et hop !


Vous sautez !


 


The Webmestre



Glycéra 30/09/2010 20:55



Dans un délicieux livre, que tous les "instits" qui ont envie d'être de vrais maîtres d'école devraient avoir appris par coeur, Monsieur Bled explique :


 


- Les punitions, c'est fait pour être fait, certes... Mais surtout c'est fait pour redresser la barre, tout de suite.


Un chahuteur attrappé ? Je lui donne à faire  ... 1 ligne, oui, une seule, mais je veux qu'elel soit parfaitement écrite. Parfaite, riend e moins que parfaite.


 


Si elle est imparfaite, alors, il y a besoin d'exercice, et pour ce faire, il y aura deux lignes... qui devront être parfaites... etc, en multipliant à chaque fois.


 


Une ligne, c'est vite fait ?


N'importe, un prof est un conducteur d'âme, pas un gardien de temps à dépenser. Alors, une ligne consciente et attentive, un travail aimé pour sa concentration et son harmonie.


 


Alors écrire une ligne :


"Ma vie, c'est rester près de Jésus le Sauveur"


est-ce que cela ne reste pas dans le coeur ?


 


 


Glycéra


économe et pratique !



Excellence Archange 30/09/2010 20:41



Finalement tonton, il applique la volonté de notre délicieux Président Adoré : Travailler plus pour gagner moins !



Ewondo 30/09/2010 20:32



 Tout à fait de votre avis, Dame LR et dans ce milieu d'enfants de familles "tradis", il faut dire que suis
privilégié quand les parents collent deux fois plus de punitions quand j'en donne une et soutiennent le professeur (ceci étant, les punitions sont rarissimes, grâce à Dieu !).


Par ailleurs, j'aime l'intérêt des enfants qui sont venus me demander à la pause de midi ... des cours de chinois !  ...


Bon, ce n'est pas dans le projet du collège, mais je leur ai dit que pendant les prochaines vacances, je serais disposé ... et ce en relation avec le professeur d'histoire avec lequel ils sont
encore à la préhistoire, aux peintures et gravures rupestres qui ont donné naissance aux premières écritures pictographiques, puis idéo-pictographiques et enfin idéographiques ... pour ensuite
parvenir à la naissance de l'alphabet avec la combinaison des phonétiques et des idéogrammes dans l'égyptien ... (on retrouve cette même combinaison dans le japonais moderne).


Tout cela à présenter en termes clairs à des enfants de 6ème ... c'est un défi à relever.


 


D'autant que par ailleurs, il a été montré que l'enseignement des langues purement idéographiques (chinois, par exemple) pouvait être un intéressant moteur de développement pour des enfants
présentant certains handicaps (dyslexie ...).


 


Pierre (au boulot !).



LR 30/09/2010 20:07



Faites gaffe aux moustiques, Pierre !...


Rigueur, rigueur, c'est le prof le chef, point final.


Mais c'est dur, aujourd'hui !


Un petit 6è, l'autre jour, a répondu carrément "NON" ! à une surveillante qui lui demandait de s'éloigner de tel endroit...


Ben il a pris deux heures de colle, bien fait.


Non mais quoi, à la fin ?????????????


Pfffffffffffffffffffffffffffffffff !


 


LR


 


LR



Dame Dzo 30/09/2010 20:07



Youhou,


ze débarque sur la banquise histoire de réunir tous les pingouins!!!!


Mortimer me dit que j'ai carte blanche pour être un pingouin incontrôlable.


Alors montrons lui de quoi nous sommes capable.


ze suis remontée plus que jamais pour que Morti revienne!!!!!!


Non mais! comme je lui ai dit , le pingouin est très persuasif alors tous à vos armes amis de la banquise.


Dame Dzo qui rit dans son coin



Ewondo 30/09/2010 20:05



 et de quatre !!! Le directeur de l'école, la prof de français, la comptable et maintenant le neveu avec le nez
rouge qui font snifffff !!! atttttchouououoummmmmm !


Pierre (mal entouré mais qui ne cèdera pas  devant l'épidémie).



Excellence Archange 30/09/2010 20:00



Z'avez quelque chose contre les gros rhumes ? Ca va pas... Snirflllllllllll....



Ewondo 30/09/2010 19:02



Ce matin comme dans l'après-midi, désolé



Ewondo 30/09/2010 19:01



 J'ai l'impression de revenir en classe, quand par moments, tout le monde parle en même temps !!!


 Et c'est trop bon ...


Bien, sur les conseils de Dame LR, ce matin dans l'après midi, avec un peu de rigueur (), on aurait entendu voler une
mouche ! Zéro pointé pour qui se fiche de la tronche du prof (je sais qu'il y a matière, mais bon !) en le transmettant sur petit papier au voisin () !


 


Pas de problèmes avec les mouches, mais la nuit, vais vaporiser un truc anti moustiques (ça ne vous intéresse pas, je le sais , mais quand vous habitez près d'une rivière !!!).


 


Pierre (rural)  !



Mirabelle 30/09/2010 18:56



Oui ,oui ça va aller .....


Le bisou est fait .


Mimi



LR 30/09/2010 18:47



Merci, Mimi...


Est-ce que notre Mortichou a repris un peu de moral ?


Faites-lui un gros bisou de notre part.


 


LR



Mirabelle 30/09/2010 18:44



Z'êtes excusée . Ze plaisaaaaaaaaaantais .


Mimi  



Mirabelle 30/09/2010 18:40



Voyez vous même !


Commentaire n°8 posté par LRMerci, l'abbé aujourd'hui à 18h37


Mimi



LR 30/09/2010 18:39



Vu !


 


Une fausse manoeuvre...un titre dans l'adresse, pffffffffffffffffff !


Je me confonds en excuses.........


 


LR



LRMerci, l'abbé 30/09/2010 18:37



???????????????


LR



Mirabelle 30/09/2010 18:31



Regardez votre pseudo  qui s'affiche sur vos commentaires .


Mimi



Cath...o 30/09/2010 18:28



Non mais si tout le monde parle en même temps on ne s'entend plus !!!


 


SILEEEEENCE !!!


 


Bon, reprenons ....


LR, à qui parlez-vous ??



LRMerci, l'abbé 30/09/2010 18:22



Je vous demande pardon, mais je ne comprends pas ce que vous dites présentement ???


 


LR



Cath...o 30/09/2010 18:21



Ouarf !!!!


 


Bon, pour ma part, je rentre à l'instant du boulot et tombe sur mon charmant voisin du dessus qui me demande si je suis passée hier voir son père (mon voisin du dessous, ça va, vous suivez ? je
suis encerclée, l'immeuble leur appartient !) à propos du chauffage.


- Ben, non, pourquoi ?  


- Ah ben parce que il a dû trifouiller quelque chose, vous savez, il commence à perdre un peu la mémoire ...


 


Euh .... voui .... l'immeuble étant ""Gas auf allen Etagen", je suis rassurée rassurée de l'apprendre ....


Gasp ....



Herbe de Provence 30/09/2010 18:17



ben, faut oser depuis hier...



Mirabelle 30/09/2010 18:12



Chère LR Merci l'abbé, auriez vous l'amabilité de vous présenter !


 


Mimi



LRMerci, l'abbé 30/09/2010 18:08



Avez-vous remarqué qu'il y a plus de commentaires quand Morti nous laisse une page blanche ???


Je me demande si je dois commenter......


 


LR



Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !