Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 10:45

Le week-end dernier j’étais dans les terres de Beauce pour le 141e anniversaire de la bataille
de Loigny du 2 décembre 1870. C’est dans ce petit village que s’illustrèrent les Volontaires de
l’Ouest, anciens Zouaves Pontificaux, qui s’élancèrent derrière la bannière du Sacré Cœur aux
cris de « Vive la France ! Vive Pie IX ! »

Avent-2011 2270

 

Monument du Sacré-Coeur et l'église de Loigny

 

 

 

 

 



Histoire de la bannière du Sacré-Cœur à Loigny

 


Le 20 septembre 1870, ; Rome tombait aux mains de l’armée piémontaise et le pape
Pie IX se retrouvait prisonnier au Vatican. L’armée pontificale fut désarmée et les
Zouaves Pontificaux rentrèrent chez eux. En France, la république avait été proclamée
le 4 septembre, après la défaite de Sedan.

Le Lieutenant-Colonel Athanase de Charette, ainsi que tous les Zouaves Pontificaux
français restés avec lui, décida de se mettre au service de son pays. Il partit à Tours
pour rencontrer Gambetta qui accepta de créer un nouveau corps franc à condition
qu’ils changent de nom. Ils prirent alors le nom de « Légion des Volontaires de
l’Ouest ». Athanase de Charette en prit le commandement avec le grade de colonel.

GENERAL DE CHARETTE                                                              Athanase de Charette . 1871

Au début de la guerre de 1870, les Visitandines de Paray le Monial avaient décidé de
broder une bannière portant l’inscription « Cœur de Jésus Sauvez la France ».Cette
bannière était en moire blanche brodée d’or, portant en son centre l’image du Sacré
Cœur en velours rouge. Une fois terminée, cette bannière fut déposée pendant un mois
sur le tombeau de Sainte Marie-Marguerite Alacoque. Les Visitandines voulaient
la faire parvenir au Général Trochu qui défendait Paris. Elles chargèrent Monsieur
Dupont, le saint homme de Tours, de la lui faire parvenir, mais celui-ci les informa
que c’était impossible, Paris étant assiégé. Les Visitandines lui répondirent alors de la
donner aux « volontaires des contrées de l’Ouest ».

Monsieur Dupont apprenant que le Colonel de Charrette se trouvait à Tours avec
ses Volontaires de l’Ouest y vit un signe de la Providence et lui confia la bannière.
Le Colonel de Charrette l’accepta avec reconnaissance et fit broder au revers cette
inscription « Saint Martin, patron de la France, priez pour nous » et déposa la bannière
toute une nuit sur le tombeau du saint.

Les Visitandines ne se doutaient pas alors que cette bannière accompagnerait la charge
des Zouaves Pontificaux à Loigny et qu’elle reviendrait déchirée, trouée par les balles
et tachée du sang de ses vaillants défenseurs.

La bannière de Loigny tachée de sang (Merci à Beauceron pour cette photo)

 

VRAIE BANNIERE DE LOIGNY



A suivre : la bataille du 2 décembre à Loigny

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M

 


A bientôt cher Beauceron et merci d'avance.


 


Madame Zouave


 
Répondre
B

Je ne connais pas la date de prise de vue de cette photo mais si elle n'a pas été prise lors des commémorations, ce n'est pas "la vraie" et j'aurais tendance à dire cela...


La bannière n'est pas en grande forme mais je m'oppose personnellement à ce que soit exécuté la moindre restauration. Elle est, à mes yeux, beaucoup trop précieuse.


Je tacherai de vous faire parvenir une photo de la bannière, lorsque mon ... d'ordinateur (ou plutôt mon disque externe) sera en meilleure forme.


Alors chère Madame Zouave, à bientôt
Répondre
M

 


Merci cher Beauceron pour toutes ces précisions.


Sniff  , je croyais que votre photo
était celle de la vraie, l'unique.


Alors, celle postée par notre ami L.G. représente-t-elle la vraie?


 





 


Madame Zouave, curieuse
Répondre
B

Bonjour chers amis de la grande banquise,


Chère dame sic transit, j'avais parfaitement compris vos propos et c'était justement pour abonder dans ce sens que j'ai précisé qu'il était un petit peu "rude". Nous avons édité une petite
brochure sur sa vie et son oeuvre, avec en annexe son testament spirituel (qui n'a pas été respecté par les autorités diocésaines du moment...)


Si vos pas (et ceux d'autres membres de la banquise) vous conduisent dans la plaine de Beauce, n'hésitez pas à me faire signe (Morti c'est toujours me joindre) et je vous ferais découvrir le
décors (mais aussi son revers) avec grand plaisir.


Bien à vous


Beauceron (qui aujourd'hui a quand même un petit peu froid)
Répondre
S

Merci, Beauceron, pour ces détails que je communiquerai à mon mari.


 


Croyez-bien que je ne voulais dire de l'abbé Thévert rien de plus que l'impression qu'il m'avait laissée à mon unique approche, un peu "rude", comme vous le reconnaissez  vous-même, et que
je ne doute aucunement qu'il méritait d'être mieux connu.
Répondre
A

Hélas, monsieur Beauceron en a raison :  la médaille portée à la bataille du Littlebighorn par le beau et brave capitaine Keogh n'était pas celle du Pie IX, mais une
Agnus Dei, laquelle il portait toujours dans un petit sac suspendue à son cou.  J'ai oublié ce détaille, en confondant les médailles ... il y a longtemps que j'ai lu des récits de
la bataille ; mais il est vrai que les Indiens n'ont pas défiguré son cadavre, peut-être en raison de la médaille, pour les raisons données dans le commentaire antérieure.


 


Augustin Garryowen
Répondre
B

Bien que n'intervenant que très (trop) peu sur la banquise, ce n'est pas pour autant que je ne vous lis pas... Bien au contraire...


Quelques petites précisions toutefois :


concernant la bannière, celle présentée en photo n'est pas la "vraie" mias un fac-similé que nous avons fait réaliser. L'originale (qui au quand même 131 ans) est conservée à l'abri et n'est
sortie pour rejoindre son reliquaire que pour les cérémonie du 2 décembre.


Concernant la médaille Pro Petri Sede de Keogh, elle ne lui a pas été prise lors de la bataille de little big horn mais est toujours dans la famille de ce dernier. Personne ne sait au juste
comment est née cette légende.


Concernant le musée de Loigny (que j'administre), son histoire est bien plus ancienne. Monseigneur Theuré (curé de Loigny lors de la bataille), avait commencé à réunir des souvenirs, vestiges et
reliques de la bataille et des combattants. Il avait réuni tout cela dans une petite salle du presbytère. En 1907, son successeur, l'abbé Belaue lui a donné "officiellement" le nom de musée.
Enfin, en 1956, l'abbé Thévert a réorganisé l'ensemble et fait construire le bâtiment qui abrite aujourd'hui encore notre musée. Depuis son décès en 1990, c'est effectivement l'association des
Amis de Sonis-Loigny, en coopération avec la mairie, qui gère le musée et ses collections. Le musée n'a pas été (à proprement parlé) pillé à la fin des années 80 mais un certain nombre d'armes
avaient été volé, ainsi qu'un ciboire qui avait été offert par le Bienheureux Pie IX au régiment des zouaves pontificaux. Malheureusement, seuls les armes ont été retrouvées... la trace du
ciboire a été perdue aux Etats Unis.


Enfin, permettez moi de revenir un instant sur l'abbé Thévert, c'était un prêtre, certes rude, mais d'une très grande bonté et qui n'a vécu que pour le Bon Dieu et pour Loigny. Il se présentait
lui même comme l'ordonnance du Général de Sonis. Il a très mal vécu la tourmente des années 70-80 et est décédé peut de temps après que la charge de curé de Loigny lui ait été retiré. Il repose
dans le petit cimetière de Loigny, dans la même tombe que son prédecesseur l'abbé Belaue. Monseigneur Theuret, lui, repose dans la crypte de la chapelle mortuaire de l'église.


En union de prière avec toute la banquise


Beauceron, de la banquise du nord
Répondre
A

Merci pour le partage de la photo de Myles Keogh, Madame Zouave.  Comme elle démontre, le capitaine Keogh était un homme très beau, un grand favori des dames du 7e régiment de cavalerie ...
même Elizabeth Custer, l'épouse du fameux général ( et très amoureuse de son mari ... jamais le moindre souffle du scandale concernant sa vie privée ) écrivit -- e.g., dans Boots and
Saddles -- plusieurs fois de la beauté du fringant capitaine irlandais.


 


BNP,


Augustin
Répondre
M

 


Merci beaucoup cher Augustin de nous rappeler que des Américains se battirent pour le Saint Siège au XIXe siècle, en particulier Myles Keogh qui servit le Bienheureux Pie IX dans le bataillon
irlandais. Voici une photo de lui portant la médaille de Castelfidardo :


 





La médaille de Castelfidardo est celle de droite. Elle fut remise par le pape Pie IX à tous les soldats de l'armée pontificale qui avaient participé à la bataille de Castelfidardo le 18 septembre
1860.


 


Bonne Nuit Polaire.


 


Madame Zouave
Répondre
A

C'est une histoire très intéressante, Madame Zouave.  Merci pour le partage. 


 


Les vétérans de l'armée pontificale jouèrent aussi un rôle dans l'histoire des EUA.  Il y en avait plusieurs dans l'armée américaine de la seconde moitié du 19ème siècle, surtout entre
les Irlandais :  par exemple, l'un des officiers avec le fameux général Custer à la bataille du fleuve Littlebighorn, où le bataillon du général fut massacré par les Sioux, était le
capitaine Myles Keogh, qui portait sa médaille papale sur lui lorsque il fut tué par eux.  Le capitaine fut l'un des rares soldats de Custer dont les cadavres ne furent pas mutilés par
les Indiens après le combat, peut-être en raison de la médaille.  ( Beaucoup des Sioux étaient catholiques nominaux, grâce à leur évangélisation par le jésuite belge, le père De Smet, depuis
les 1840. )


 


C'est un monde grand et petit à la même fois.


Augustin


 


 


 


 
Répondre
T

 Merci Madame Zouave! Vivement la suite.
Répondre
S

Mme Zouave, dont le pseudo avait tout de suite éveillé mon attention, vous dira tout sur Sonis et Loigny, en ce 3 décembre.
Répondre
S

Il se trouve que je connais depuis longtemps ce qui s'est passé à Loigny, car mon mari s'intéresse à la guerre de 70 ( nous avons une abondante documentation à ce sujet, dont j'ai lu une partie).


 


Il était allé visiter le champ de bataille, et avait bénéficié du savoir du curé de l'époque (début des années 70), qui avait monté un petit musée (vandalisé plus tard, puis repris par une
association à la mort dudit curé, je crois).


J'y suis allée une fois moi aussi: le curé, pas commode, m'a recommandé de méditer la vie de Mme de Sonis...


La vie du général de Sonis a été lue par des générations d'élèves qui recevaient le livre en prix, mais c'est encore une lecture à faire et à comparer avec ce que nous vivons!
Répondre
M

C'est une partie de notre histoire que nous ne retrouverons dans aucun manuel scolaire .....


D'où l'intéret d'en parler pour que ces braves ne soient pas oubliés.


 


Mortimer
Répondre
L

Merci Madame Zouave ! C'est très intéressant, en effet.


 


LR
Répondre
M

Merci chère madame !


Nous attendons la suite ....


 



Répondre

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !