Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 17:13

http://imdoc.fr/forum/images/perso/amandarine.gifhttp://imdoc.fr/forum/images/perso/amandarine.gifhttp://imdoc.fr/forum/images/perso/amandarine.gifhttp://imdoc.fr/forum/images/perso/amandarine.gifhttp://imdoc.fr/forum/images/perso/amandarine.gifhttp://imdoc.fr/forum/images/perso/amandarine.gifhttp://imdoc.fr/forum/images/perso/amandarine.gifhttp://imdoc.fr/forum/images/perso/amandarine.gifhttp://imdoc.fr/forum/images/perso/amandarine.gifhttp://imdoc.fr/forum/images/perso/amandarine.gifhttp://imdoc.fr/forum/images/perso/amandarine.gifhttp://imdoc.fr/forum/images/perso/amandarine.gifhttp://imdoc.fr/forum/images/perso/amandarine.gifhttp://imdoc.fr/forum/images/perso/amandarine.gifhttp://imdoc.fr/forum/images/perso/amandarine.gifhttp://imdoc.fr/forum/images/perso/amandarine.gifhttp://imdoc.fr/forum/images/perso/amandarine.gifhttp://imdoc.fr/forum/images/perso/amandarine.gifhttp://imdoc.fr/forum/images/perso/amandarine.gif

 

 

 

 

Vous avez le choix !

 

 

affiche2012

 

 

 

 

couverture internet

 

 

Bien à vous tous.

 

 

 

Mortimer http://imdoc.fr/forum/images/perso/amandarine.gif

Partager cet article
Repost0

commentaires

L

Mais il est grossier, ce personnage !


 


Non, le salon de l'agriculture n'est pas un lieu de pèlerinage, certes !


Nous sommes heureux à l'idée de voir toutes ces petites bêtes.


Je prendrai les vedettes en photo, "Berger" et "Valentine"..


 


Bisous à tous


 


LR
Répondre
M

Le salon de l'agriculture n'est pas un pèlerinage il me semble !


Sauf pour les mafieux politiques dont on se fout ici même ....


Bonne soirée et bonne nuit polaire !


 



Répondre
E
A propos de pélerinage, je signale à la Banquise que LR et le mari chasseur sont bien arrivés.....
Répondre
G

l'abbé Lamy, prophète ?


http://prophetesetmystiques.blogspot.com/2009/12/propheties-pere-jean-edouard-lamy.html


 
Répondre
G

OUps la la


 


Vos commentaires ne s'étaient pas affichés au "premier rabbort" ! ... Et maintenant ils se moquent de ma sottise.


N'importe...


Je l'aime votre chapelle !
Répondre
G

 


Et un peu plus ici sur l'abbé Lamy et sa fondation : 


http://www.mariedenazareth.com/8598.0.html?&L=0


Un résumé prélevé ici :


http://www.campingliez.com/fr/liez-nature-gourmande-sportive-decouverte-spirituelle/sites-religieux-autour-de-langres/notre-dame-des-bois-champagne-langres.html


 


 





NOTRE-DAMEDES BOIS









Découvrez la chapelle au coeur des bois de Champagne


Le Père Lamy, prêtre de la région de Langres, allait en pèlerinage à Notre Dame de Gray tous les ans suite à une guérison. Il eu une apparition lors de la célébration d’une
messe. 
La Vierge lui délivra deux messages :

- Mettre en place un pèlerinage à l’endroit qu’elle lui indiquerait (en l’occurrence ce qui deviendra Notre Dame des bois) « car ils n’ont rien dans ces contrées ». La Sainte
Vierge lui montra le lieu, la statue qu’il devait y mettre et la maison qui servirait de chapelle. La première vision eu lieu le 9 septembre 1909 et la première messe célébrée le 14 juin
1922.
- Fonder une nouvelle congrégation religieuse : la congrégation des Serviteurs de Jésus et Marie. Le Père Lamy n’y parvint pas mais ses successeurs réussirent finalement à implanter
la congrégation dans l’abbaye d’Ourscamp.

Notre Dame des Bois est un pèlerinage local mais c’est aussi un pèlerinage national. C’est le pèlerinage de la région, parce que la Sainte Vierge avait voulu être honorée dans cette
région. Et le Père Lamy aimait ajouter que ce n’était pas seulement la Haute-Marne, mais une directive plus haute, qui veut dire : la France. Il disait : en France on a le cœur, et il
n’hésitait pas à parler de la mission de la France : Dieu n’abandonnera pas les siens.



« Prière, Pureté, Silence »


Le message fort de Notre Dame des Bois est : « Prière, Pureté, Silence » (message inscrit sur la chapelle du lieu). Il faut ainsi savoir se laisser guider par la Vierge
vers notre Seigneur Jésus, chacun en ce lieu peut recevoir quelque chose, à la mesure de ses demandes. Ce lieu de recueillement est très important pour notre époque qui a besoin de
prière. Ce lieu est un lieu de guérisons, avant tout de guérison des âmes plus que du corps. Ainsi la Sainte Vierge se plaignait : « Ils me font travailler la matière. »
Elle préférerait qu'on Lui demandât le miracle d'une âme. « Je deviendrai le réconfort des âmes ». On y vient pour demander des grâces nouvelles.


Aujourd’hui encore des chrétiens se rassemblent à Notre-Dame des Bois. Tous les lundi, ils viennent prier le chapelet et participer à la messe. Un pèlerinage de tout le diocèse est
organisé le premier week-end de septembre.


 








Répondre
P

Violot, Notre-Dame des Bois :



Le Père Lamy et Notre Dame des Bois



La chapelle de Notre Dame des Bois est située sur la commune de Violot (Haute-Marne), dans le Bois-Guyotte. C’est un lieu tout simple, rustique même, qui décevra sans doute les artistes et les
amateurs de vieilles pierres : il n’y a là ni eau courante (sauf celle de la source, quand il y en a) ni électricité, ni magasin, ni restaurant, ni gardien, ni habitation quelconque. C’est, selon
le désir des fondateurs, un lieu « de silence, de prière, de pureté ».


 


Le pèlerinage fut fondé en 1914 par le père Jean-Edouard Lamy. Né au Pailly (Haute-Marne), Village voisin de Violot, le père Lamy (1853-1931) n’avait reçu qu’une instruction « à peine primaire ».
Entré en 1879 chez les oblats de Saint François de Sales, il y dirigea, à Troyes, l’œuvre de la Jeunesse et fut ordonné prêtre le 12 décembre 1886. En 1892, en raison de sa santé, il fut nommé
vicaire à Saint-Ouen près de Paris, puis en 1900 curé de la Courneuve. En 1923, il prit sa retraite au Pailly et put se consacrer davantage au pèlerinage qu’il avait fondé .Enfin, en 1930, il
fonda la Congrégation des Serviteurs de Jésus et de Marie pour l’évangélisation des jeunes, et il mourut le 1er décembre 1931. Son corps repose dans le cimetière paroissial de la Courneuve, où
les pèlerins viennent prier sur sa tombe.


 Invocations à Notre-Dame des Bois :



Invocations à Notre Dame des Bois



Notre Dame des Bois, conçue sans le péché originel, priez pour nous


Notre Dame des Bois, qui commandez aux démons, p.p.n.


Miraculeuse en vos saintes images, p.p.n.


Si chère aux pèlerins


Guide de la vie intérieure,


Sécurité dans les périls,


Consolatrice dans les afflictions,


Refuge dans les malheurs,


Libératrice dans les tentations,


Espérance des désespérés,


Refuge assuré des pécheurs,


Soutien des faibles,


Notre santé dans les maladies,


Protectrice des étudiants,


Bouclier du soldat,


Salut des nautoniers,


Tutelle des orphelins,


Doux espoir des mères,


Secours des enfants,


Lumière des aveugles,


Ouïe des sourds


Protectrice de l’Eglise ?


Reine du clergé,


Directrice des vocations,


Qui terrassez l’hérésie,


Qui avez condamné le modernisme,


Protectrice de la France,


Terreur de nos ennemis,


Qui avez promis de protéger nos contrées,


Reine du Saint Rosaire,


Notre secours pendant la vie et à l’heure de la mort


V.- Notre Dame des Bois, Vierge puissante, protégez-nous,


R.- Afin que nous soyons dignes des promesses de Notre Seigneur Jésus Christ.


 

Répondre
P

Histoire du pélerinage à Notre-Dame des Bois :



Histoire du pèlerinage de Notre Dame des Bois



Le Père Lamy a raconté les évènements qui furent à l’origine du pèlerinage de Notre Dame des Bois : son récit nous est rapporté par le compte Pul de Biver, dans le livre Apôtre et mystique : le
père Lamy (Ed. du Serviteur, 1988). Il est difficile de parler de cette fondation sans évoquer la manière plutôt extraordinaire dont les évènements se sont passés. Elle nous fait naviguer en
plein surnaturel, pour ne pas dire en plein merveilleux, et nous comprenons que le Père Lamy affirme qu’il y a bien peu de choses qui nous séparent du monde invisible qui nous entoure. Pour
l’écouter, il nous faut sans doute un cœur d’enfant, un cœur de pauvrfe, comme était celui du père Lamy, qui aimait s’appeler « un pauvre prêtre ». La Sainte Vierge n’est pas compliquée,
disait-il encore. Voici donc le récit de cette fondation.


 


1. LA PREMIERE INSPIRATION


Le Père Lamy allait en pèlerinage à Notre Dame de Gray tous les ans, au mois de septembre.


 


Le 9 septembre 1909, il était là comme chaque année. Pendant qu’il célébrait la messe, la Sainte Vierge lui apparut. (Sur ces évènements, nous nous soumettons, bien entendu, au jugement de
l’Eglise, qui ne s’est pas encore prononcée sur la surnaturalité des faits : nous nous contentons de rapporter le témoignage du père Lamy).


 


Marie descendait tout doucement, entourée de gloire, et elle souriait. Elle est restée pendant une grande partie de la messe et lui a parlé de beaucoup de choses : elle annonçait la guerre de
1914). Après cela, le père Lamy demandait toujours à ses paroissiens de prier pour éviter la guerre) : elle lui dit qu’elle désirait une congrégation nouvelle (les Serviteurs de Jésus et de
Marie) et elle lui demandait de fonder le pèlerinage de Notre Dame des Bois (« Ils n’ont rien dans ces contrées », disait-elle. C’est pourquoi le père Lamy aime dire que c’est la Sainte Vierge
qui a fondé ce pèlerinage). Elle lui a encore parlé de son enfance et montré comment elle l’avait protégé en bien des circonstances.


 


Pour le pèlerinage, la Sainte Vierge lui a montré le bois et la maison où elle voulait établir le pèlerinage. Le bois, c’est le Bois-Guyotte où se trouve toujours de pèlerinage. Le père Lamy l’a
reconnu tout de suite, puisqu’il y avait souvent été dans sa jeunesse.


 


Il a reconnu aussi la maison. Il ne la trouvait pas bien belle. C’était une masure, une maison abandonnée, qui avait servi de refuge aux chasseurs, et maintenant aux bûcherons. Le père Lamy
aurait préféré que ce soit plus près du Pailly sur la montagne, mais « c’était le choix de la Mère de Dieu ». Donc une cabane délabrée.


 


Puis la Sainte Vierge lui montre une statue, qui était bien laide aussi. Le père Lamy ne parvenait pas à croire qu’elle en ait choisi une pareille. D’ailleurs, dit-il, la Sainte Vierge elle-même
trouve souvent que ses statues ne sont pas belles, mais cela ne l’empêche pas de les aimer comme des signes de l’affection qu’on a pour elle, et de s’en servir comme canal pour ses grâces. Cela
nous montre à nous aussi que nous n’avons pas besoin de nous trouver beaux pour nous confier à la Sainte Vierge.


2. LA FONDATION


Le bois, la maison, la statue, le père Lamy les avait vus, mais il ne les avait pas encore. C’était en 1909.


 


C’est seulement en 1911  qu’il a vu la statue pour la première fois, à Paris, dans la devanture d’un magasin. Là, il s’est passé de nouveau un phénomène extraordinaire, peut-être parce que
le père Lamy ne trouvait pas la statue de son goût : lorsque la marchande eut posé la statue sur le comptoir, elle est devenue lumineuse, et la marchande l’a vue aussi. N’ayant pas d’argent, il
dut revenir le mois suivant la chercher.


 


Il fallut encore deux ans avant qu’il puisse acquérir le bois avec la « baraque ». Il n’avait pas d’argent, mais, dit-il, c’est la Sainte Vierge qui l’a pourvu de la somme, par des
intermédiaires. Il ajoute : « la Providence se sert toujours de petits moyens ; Une dame m’a donné bien 1500 francs, d’autres des sommes plus petites, 10 F, des pièces de 5 F, enfin ça s’est
arrangé : j’ai tout payé et je n’ai rien dépensé ».


 


Possédant le chalet, il pouvait songer à y porter la statue : c’est ce qu’il fit le 20 avril 1914. Remarquons que c’est juste avant la guerre que la Très Sainte Vierge a fait ouvrir cette maison
de pèlerinage. Et des foules de personnes sont venues y prier pendant toute la guerre de 1914-18.


 


Dans ce bois, la Sainte Vierge demande qu’il y ait de la pureté, du silence, et de la prière. « Elle désire des âmes vierges, qui viennent lui demander la pureté ». Elle a dit au père Lamy : « Je
deviendrai le réconfort des âmes ». Elle est le refuge des pécheurs, la consolatrice des affligés, le secours des chrétiens. Elle veut y distribuer des grâces spirituelles et temporelles .


 


Le jour où le père Lamy montait porter la statue, la Sainte Vierge a voulu lui montrer encore qu’elle était avec lui et que ce jour était une grande fête. Il arrivait avec sa statue toute
ficelée, d’abord dans du papier de soie puis dans du gros papier, et il montait la côte vers la maison du bois. Un moment, il s’arrête (ce qui est normal, car la côte est longue et raide), pose
sa canne, prend son couteau pour couper la ficelle du paquet. Il coupe et tout à coup les ficelles se détortillent toutes seules, le papier s’ouvre et la statue est toute dégagée. A ce moment, la
Vierge redevient lumineuse et il apparaît une procession de saints des villages avoisinants. Il en connaissait beaucoup par leur nom, il y avait son père, sa mère, sa grand-mère, des enfants, et
ils avaient des gloires de différentes grandeurs. Ils montaient en silence, comme pour accompagner la statue en procession, les hommes d’un côté, les femmes de l’autre, peut-être une centaine :
ils passaient à travers les branches sans qu’il les voie remuer. Tous ces gens sont apparus tels qu’ils étaient à l’époque de leur mort.  Arrivé en haut, le père Lamy se retourne et, avec la
statue, il fait un grand signe de croix en direction de Paris sur toute la France.


 


Notre Dame des Bois est un pèlerinage local et c’est aussi un pèlerinage national. C’est le pèlerinage de la région, parce que la Sainte Vierge avait voulu être honorée dans cette région : « ils
n’ont rien dans ces contrées : je deviendrai la protectrice de ces contrées ». Et le père aimait ajouter que ce n’était pas seulement la Haute-Marne, mais une directive plus haute, qui veut dire
: la France . Il disait : en France on a le cœur, et il n’hésitait pas à parler de la mission de la France : Dieu n’abandonnera pas les siens : c’est comme les juifs, qui sont dispersés dans tous
les pays, mais qui ne sont pas abandonnés.


 


ET LA SUITE


Le pèlerinage se construisit tout seul. Il y a dans la chapelle un autel, sur lequel se trouve la statue, dans une cloche de verre. Cet autel est venu tout seul, sans que le père Lamy s’en doute
: ce sont des gens qui l’ont amené, le lendemain même du jour où il a amené, le lendemain même du jour où il a amené la statue. « Il y a d’abord eu un autel en mousse, puis un en bois, enfin
celui en marbre a été donné en ex-voto. Ici encore, c’est la Sainte Vierge qui a tout réalisé. Je suis parti fonder ce pèlerinage sans argent, sans bois, sans chapelle, sans statue : la Sainte
Mère a pourvu à toute chose ».


 


La Sainte Vierge donne beaucoup. Il n’y a peut-être pas d’endroit au monde, dit le père Lamy, où elle donne avec tant d’abondance les grâces surnaturelles. Jamais on ne revient de Notre-dame sans
grâces nouvelles. Ah ! qu
Répondre
P

.... oui moi, je vais découvrir le pélerinage à Notre-Dame des Bois au mois de mai, avec les "Serviteurs de Jésus et
de Marie " ici : http://www.serviteurs.org/-Notre-Dame-des-Bois-.html
Répondre

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !