Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 09:50

Après Julien, c'est Assum qui se lance !

 

 

C'est déjà pas marrant d'avoir 15 ans, à l'hosto encore moins, certes on s'occupe de vous, un peu trop, à cet âge là on n'aime pas ça, on n'aime pas qu'on s'occupe trop de vous, on aime la liberté, la vraie, pas celle des vieux qui aiment tant diriger la liberté des autres, des autres en général et la nôtre en particulier, alors on regarde par la fenêtre et on soupire, vivement qu'on soit dehors !
 
Il y a plusieurs façons de se retrouver à l'hosto à 15 ans, aucune n'est la bonne, la mienne a été celle de la salle des accidentés, des vrais accidentés : le matin on virait ceux qui étaient morts pendant la nuit, ça faisait de la place pour les nouveaux arrivants, dont moi, ce jour là on était deux, mais pas arrivés ensemble, mon voisin est passé pendant la nuit, le matin il y avait une place de libre à côté de la mienne.
 
La salle des accidentés contenait une centaine de personne, c'était un autre pays, une autre époque, le pays c'était l'Italie, l'époque c'était quasiment le XIXe siècle. Le matin il y avait la visite solennelle du grand Professeur, entouré de ses élèves, qui délivrait son cours autour des lits des survivants, on avait viré les morts avant son arrivée, j'étais donc isolé près de la grande porte d'entrée en tant que dernier arrivé, il a commencé par moi, j'ai senti un soupçon d'humanité chez certains de ses élèves qui enduraient tout comme moi son cours interminable dont je ne voyais pas la fin, j'ai heureusement à nouveau perdu conscience avant celle-ci.
 
L'après-midi j'avais repris connaissance et je faisais déjà celle de mes voisins, on m'avait changé de place, j'avais quitté les abords de la porte de la mort, celle par laquelle on vous escamotait discrètement, mais je n'étais pas bien encore, je leur ai faussé compagnie, je suis retombé dans le coltar.
 
Je me suis réveillé en salle d'opération, on ne m'avait pas anesthésié, on ne m'avait pas achevé, j'avais mal mais c'était déjà fini, on m'a ramené dans la cour des miracles, la salle des accidentés où l'on avait l'air étonné de me revoir, moi aussi, j'étais entre le ciel et la terre, je suis retombé dans les vapes et me suis réveillé à nouveau, je n'ai pas ouvert les yeux tout de suite, j'entendais des clochettes, des chants, le prêtre dire la Messe, j'étais stupéfait, j'étais déjà au ciel, ça m'a fait drôle, j'ai fini par ouvrir les yeux, non loin de moi un prêtre disait la Messe sur un autel roulant entouré de deux enfants de choeur face aux malades assis dans leur lit d'un air très recueilli.
 
L'après-midi la salle ressemblait à un tripot, les mêmes malades se regroupaient autour de lits pour jouer aux cartes dans un épais nuage de fumée se servant de larges rasades de bouteilles colorées dans des verres à dent, on m'en a offert un verre qui m'a fait beaucoup de bien, je suis retombé dans le coltar.
 
Le jour suivant ça allait mieux, après la visite on est venu me voir, m'offrir une cigarette, me demander d'où je venais, j'allais m'en sortir, on ne s'approche pas du lit de ceux qui vont mourir, on se demandait ce que je faisais là, moi aussi, c'était une bonne salle d'hôpital, les gens étaient sympas, plusieurs étaient en pleine forme, complètement rétablis, prolongeant le séjour pour le plaisir, pour ainsi dire.
 
C'était un autre temps, une autre époque, c'était l'hôpital du moyen-âge avec toute son humanité, ses trafics continuels, les visites se succédaient toute la journée : le barbier, les Bonnes Soeurs, à peine le temps pour certains de cacher sous leur oreiller la revue cochonne que le barbier leur avait vendue, c'était un bordel inimaginable qui recommençait chaque jour dès que la visite officielle était passée, après c'était les visites en tous genres dans un brouhaha permanent indescriptible, quand j'ai reçu la mienne il s'est fait un grand silence d'un bout à l'autre de la salle, plus profond encore que lors de la visite du Professeur, c'était Rosalba, elle ressemblait à la Sainte Vierge des tableaux, ils l'ont reconnu tout de suite, il y avait son image partout sur les murs et les tables de nuit.
 
J'ai fini par quitter presque à regret mes compagnons d'infortune, moi aussi je commençais à m'habituer, mais il était temps de sortir, temps de commencer une convalescence nécessaire, le temps de la convalescence est un temps où l'on apprend beaucoup et où l'on n'oublie pas ce que l'on a appris, c'est un temps heureux.


Assum
Merci Assum,  et on se voit à la RIB à Paris !

Mortimer
Partager cet article
Repost0

commentaires

M

Ce n'est pas la première fois que cela arrive !


Oveblog part en vrille ........comme ce monde d'ailleurs !


Bonne nuit polaire néanmoinssss


 


Mortimer
Répondre
A

Salut à Jérémy et à tous ! je ne peux lire tous les commentaires : mon écran bloque au 9e !... peut-être pourrais-je lire la suite lundi sur l'ordi ultra-performant du boulot, sinon je
pourrais au moins me plaindre au patron
Répondre
M

Bonne nuit polaire la Puce !


Tu offres toutes tes souffrances au Ciel ....


On a du monde là haut pour les réceptionner !


 


Tonton Morti
Répondre
J

Bonsoir a vous , les J.O c'est pas mon truc .


Je préfère regardé les emission sur M6 ou autre


A demain les banquisards
Répondre
E


Répondre
M

 


Très beau texte, Assum. Merci.


 


Coucou du soir à Jérémy


 


Madame Zouave
Répondre
E

 C'est la "magie" de ces Jeux Olympique de pouvoir suivre, cher Jérémy, bien des épreuves sportives que l'on ne
suit jamais à la télé ... ce matin, c'était du "Beach Volley" entre Chine et Russie, actuellement du Badminton ... It's a must (in my opinion ..., restons mesurés ! ). Vous avez sans doute la télé dans votre chambre !


 


Pierre en UDP.
Répondre
E

rien à voir, mais deux moments forts de la nuit dernière ... Sa Majeste Elizabeth II qui saute en parachute avec
James Bond sur les Jeux Olympiques de Londres (non, mais franchement, il fallait avoir l'humour British pour l'inventer
... c'était du faux bien réalisé ). En plus, Sa Majesté avait daigné de se prêter au jeu ... Merci, Madame !


 


En plus la réalisation de Mr. Bean dans les Chariots de Feu ... pour parler anglais, c'était un "must" ... Autant pour le jeu pendant le concert de Vangelis que la poursuite sur la plage avec
toutes les tricheries possibles ...


 


Pierre. (hilare).


 


 
Répondre
E

Cher Jérémy, vous êtes toujours présent dans mes faibles prières et quand vous aurez passé cette douloureuse épreuve, Dieu vous rassasiera de vie comme il est écrit dans le livre de Job
...Nous avons tous confiance en Lui !


 


Cher Assum, votre texte est du Grand Assum et j'aime trop votre humour ! Ce "syndrome de Stockholm" avec l'hôpital, je l'ai connu à la clinique du Cèdre de Bois-Guillaume (ville natale
de notre Grand Quentin !) où, soignés pour de vilains crabes, nous étions super chouchoutés, une dame médecin nutritionniste qui passait tous les matins, établissait notre menu ... et c'était
super bon (pas de la gastronomie, mais tout frais, bien préparé comme dans un petit restau familial) ... Quand je fus bon pour le service, j'ai supplié pour rester un jour de plus, mais ils n'ont
pas marché dans la combine ... fallait dégager un lit ! (ne sais pas faire la scène 4 de l'acte III, où il faudrait
attendrir la statue de la commandeuse, faut croire !)


 


Bien des années auparavant, en 1961, j'étais hospitalisé dans un hôpital de Yaoundé, dont le staff de religieuses de Niederbronn (Alsace) de règle très stricte (des bonnes soeurs étaient
infirmières, quelques unes médecins, voire même chirurgien pour l'une d'entre-elles) ...


 


Je me souviens d'avoir vu des bonnes-soeurs fumer une cigarette sous la véranda quand elles étaient affectées par un cas dramatique ... Le cas était rare, mais la Mère supérieure leur avait donné
cette licence pour décompresser, sauf en Carême, bien sûr ...


 


Beaucoup plus tard, j'ai vu des patients (es) au CRLC de Montpellier avec tout leur équipement de traitement lourd, sortir pour fumer à la porte de l'hôpital ... ne suis pas, et de loin,
fanatique de l'anti-tabac, et qui plus est, je n'ai pas à juger ... mais tout de même ! Je ne dis rien, mais n'en pense pas moins .


 


Pierre.


 


 
Répondre
P

ze suis pas un litéraire mais prend des zozios pour Jérémy ! même que je me suis pris les pieds dans de la grosse
bouse bien liquide et qui pue


Fais comme l'oiseau, Fais comme l´oiseau
Ça vit d´air pur et d´eau fraîche, un oiseau
D´un peu de chasse et de pêche, un oiseau
Mais jamais rien ne l´empêche, l´oiseau, d´aller plus haut


 



Répondre
M

Mais bien sûr Jérémy !


Tu laisses faire tes docteurs qui sont les meilleurs !


Et puis, tu nous laisses faire !


Et toi, tu penses juste à l'instant merveilleux que tu vivras en sortant


de l'hôpital ......


Et même si tu es très fatigué lundi, pense toujours à ce moment .


Et puis nous, on sera toujours là avec toi .


Alors comme dirait un abbé de la Banquise ( en congès) , GO ! GO! GO !


 


Tonton et la Banquise, et les nombreux anonymes ......
Répondre
J

J'ai manger delicieusement bien , exquisement bien , ( oui j'invente des mots , mais il faut bien que je m'occupe )


Je vous remercies de m'avoir encourager a conbattre cette maladie au nom pourrie , je vais la battre mouhahahahahahaaaaa !
Répondre
M

J


Jérémy, je les vois tes commentaires, ne t'inquiètes pas tu vas les voir aussi .


Comme tu viens de me dire que l'on viens de t'apporter ton repas, nous te souhaitons un bon appétit.


Gros bisous .


A+


Tatie Mimi
Répondre
M


Même que tu avais fait un joli doublon !!!


Mais quand on aime, on ne compte pas .......


 






J

Merci Assum
Répondre

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !