Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 06:50

 

 

 

à tous 

 

 

  http://vitrail.ndoduc.com/vitraux/img14/DSCN2507.JPG

 

 

 

 

 

Hier c'était la Sainte Cécile (coucou Cécilou ) qui, faut-il le rappeler, est la patronne de tous les musiciens. En son honneur, je vous invite à écouter  aujourd'hui une très belle oeuvre sacrée de Georg Friedrich Haendel.

 

 

Comme je l'ai déjà écrit ici, Haendel partit, au tout début de sa carrière, pour l'Italie où il passa 3 ans. Bien que luthérien, il fut amené pendant son séjour à mettre en musique pour l’Eglise catholique un certain nombre de psaumes et autres textes latins. Notamment son célèbre « Dixit Dominus » que je vous ai déjà proposé.

 

Aujourd’hui j’aimerais vous faire entendre un motet que Haendel composa à Rome en 1707, probablement  pour la fête du Mont Carmel célébrée le 16 juillet. Il s’agit du «  Saevat tellus inter rigores » (HWV 240) , motet interprété pendant les Vêpres et qui exhorte les Carmes à se placer sous la protection de la Sainte Vierge. Comme tous les motets, il se termine par un très bel « Alleluia »

 

1. Saeviat tellus inter rigores
Aria, en ré majeur, pour soprano avec 2 hautbois, 2 violons, alto et basse continue

 

1a. Carmelitarum ut confirmet ordinem
récitatif, pour soprano avec basse continue

 

 

2. O nux dulcis quies serena
Aria, en la majeur, pour soprano avec 2 hautbois, 2 violons, alto et basse continue
[Adagisssimo e pianissimo]

 

3. Stelle fide
Aria, en mi mineur, pour soprano avec basse continue

 

3a. Sub tantae virginis rutela
récitatif, pour soprano avec basse continue

 

4. Alleluia
Aria, en ré majeur, pour soprano avec 2 hautbois, 2 violons, alto et basse continue

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai 2 remarques à faire à propos de la vidéo. Tout d’abord, vous pouvez passer le générique et aller directement à 0:54. Ensuite, il vaut mieux éviter de regarder la cantatrice (qui chante par ailleurs très bien), car elle se croit à l’opéra, elle n’a pas du tout conscience d’interpréter une pièce religieuse, un motet écrit pour l’Eglise et non pas pour une scène d’opéra. Ces réserves mises à part, l’interprétation est excellente (et de toute façon je n’ai pas eu vraiment le choix sur YT).

 

 

 

Madame Zouave

Partager cet article

Repost0
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 06:53

 

 

 

à tous 

 

 

 

 

http://www.chateaudefontainebleau.net/Photos/trinite.jpg

 

Chapelle de la Sainte Trinité, Château de Fontainebleau

 

 

 

 

En ce 23e dimanche après la Pentecôte, revenons  à la musique baroque française avec le « Te Deum »  de Giovanni Battista Lulli, autrement dit Jean-Baptiste Lully en bon français ,

 

 

Ce très beau Te Deum fut exécuté pour la première fois le 9 septembre 1677 à la chapelle de la Sainte Trinité du Château de Fontainebleau. Lully l’avait composé  pour célébrer le baptême de Louis, son fils aîné, dont Louis XIV était le parrain. Ce Te Deumfut le premier à  être écrit pour un aussi grand effectif. Il nécessite en effet un petit chœur avec 5 solistes et un grand chœur à 5 voix, un orchestre à cordes avec trompettes et timbales, ainsi qu’un orgue positif (petit orgue utilisé en concert).

 

Il fut ensuite fréquemment joué pour différents évènements importants pendant le règne de Louis XIV, tels que le mariage de Marie-Louise d’Orléans, nièce du roi, avec le roi d’Espagne Charles II ou bien la guérison du roi en 1686.

 

 

« Te Deum laudamus,Te Dominum confitemur.

Te aeternum Patrem, Omnis terra veneratur »

 Nous te louons, Dieu, Nous t'acclamons, Seigneur.
Père éternel, Toute la Terre te vénère.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave 

 


Partager cet article

Repost0
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 06:30

 

 

 

 

 

à tous 

 

 

 

http://www.lepoint.fr/images/2012/04/26/avril-560606-jpg_1260219.JPG

 


 

 

 

Nous sommes en pleine RIB à Paris, mais la Page Musicale du Dimanche est au rendez-vous . C'est sur la suggestion de Dame LR (merci LR ) que je vous propose aujourd'hui d'écouter le « Hosanna » (composé en 1848-1849) de la messe en si mineur de Jean-Sébastien Bach.

 

La composition de cette messe (remarquez que Bach utilise toujours le mot « Messe » pourtant banni par les protestants) s'étala sur plus de 20 ans à partir de 1724 où il fit chanter le « Sanctus ». Il rajouta petit à petit des parties et en fait n'entendit jamais de son vivant la Messe chantée en entier. Il réutilisa, comme la plupart de ses contemporains d'ailleurs, des pièces qu'il avait composées pour d'autres œuvres et qu'il réarrangea. Seul un tiers de la Messe environ est une composition originale. Le manuscrit ne fut publié qu'en 1833, soit plus de 80 ans après sa mort, et la véritable création de la Messe en si mineur eut lieu semble-t-il en 1859 en Allemagne.

 

 

 

 

 


 

 

 

 

Madame Zouave

 


Partager cet article

Repost0
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 06:50

 

 

 

 

à tous 


 

 

 

Joyeux anniversaire à Dame Yvette, la maman de Mortimer

 

 

 http://i01.i.aliimg.com/photo/v0/241302181/birthday_flower_Spring_Basket.jpg

 

 

 

et

 

 

 

Très bon anniversaire à Monsieur l’abbé de Tanoüarn

 

 

 

http://img8.hostingpics.net/pics/289700.gateau_d_anniversaire.jpg


que nous aurons le plaisir de voir à Paris la semaine prochaine lors de la RIB.

 

 

 

 

 

 

 

Après Nicola Porpora il y a quelques semaines, je vous propose aujourd’hui un autre compositeur napolitain de la même époque : Leonardo Leo (1694-1744). Comme la plupart de ses contemporains en Italie, il consacra une grande partie de sa vie à la composition d’opéras, mais il nous a aussi laissé des œuvres de musique sacrée, tel ce « Salve Regina ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 


Partager cet article

Repost0
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 06:50

 

 

 

à tous 

 

 

 

 

 

http://i22.servimg.com/u/f22/09/04/27/32/cristo10.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Je reviens aujourd'hui à Antonio Vivaldi, avec un autre de ses petits bijoux, une courte pièce écrite pour des Vêpres. : «  Domine ad adjuvandum me festina» (RV 593)

 


Que voulez-vous, on ne se refait pas .

 


 

Traditionnellement, les Vêpres commençaient par l’entonnaison rituelle du verset « Deus in adjutorium meum intende (Dieu , viens à mon aide) » psalmodié par le célébrant et suivi par le répons des fidèles « Domine ad adjuvandum me festina  (Seigneur, hâte-toi de me secourir) ».


Pour quelles vêpres ce répons a-t-il été composé, pour quelle église ? Malheureusement nous l’ignorons. On sait seulement que Vivaldi composa un grand nombre d’œuvres pour l’Office des Vêpres dont il ne nous reste malheureusement que quelques pièces éparses, comme ce répons écrit pour soliste, double chœur et double orchestre, ce qui permet de mettre en écho les différentes parties de l’œuvre. Je vous laisse maintenant l’écouter.

 

 

 

 

 

 


 

 

 

Madame Zouave


Partager cet article

Repost0
19 octobre 2014 7 19 /10 /octobre /2014 05:54

 

 

à tous  

 

 

 

 

Très bon anniversaire cher Garg

 

 

 http://idata.over-blog.com/3/11/90/03/gif-anim-e-divers/47210395joyeux-anniversaire-gif.gif

 

 

 

 

 

Aujourd’hui, place à un compositeur baroque napolitain qui était bien oublié, mais qu’on redécouvre peu à peu pour notre plus grand plaisir : Nicola Porpora, né et mort à Naples (1686-1768).

 

Je ne vous raconterai pas ici sa vie pleine de péripéties. Juste quelques traits importants. Il était donc napolitain et l’un de ses professeurs de musique fut sans doute Alessandro Scarlatti dont je vous ai parlé il y a peu. Il fut en son temps un compositeur célèbre en Europe, connu principalement pour ses opéras. Il était également un très grand pédagogue et est considéré encore de nos jours comme l’un des plus grands professeurs de chant. C’est lui qui forma les castrats napolitains les plus célèbres de son époque : Fanirelli, Caffarelli, Porporino, etc… Il enseigna également la composition et Joseph Haydn fut son  élève à Vienne.

 

Si vous avez vu un jour le film « Farinelli » oubliez-le, même si on y entend quelques belles pages de musique ! Il est rempli d’invraisemblances et de contre-vérités sur Farinelli et Porpora. Seule la haine que se vouaient Haendel et Porpora est vraie. Par contre, je vous recommande la lecture du chef d’oeuvre de George Sand constitué de 2 livres qui en fait n’en font qu’un « Consuelo » et « La Comtesse de Rudolstadt ». Oubliez l’auteur et savourez l’œuvre dans laquelle Porpora joue un rôle important (attention le roman fait plus de 1000 pages, mais on en se lasse pas)

 

 

Je vous ai choisi pour ce dimanche non pas un extrait d’opéra, mais une œuvre de musique sacrée car on les entend bien moins souvent :

« De Profundis Clamavi  » (psaume 126), œuvre composée en 1744 pour l'Ospedale dei Derelitti de Venise où il était professeur.

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 


Partager cet article

Repost0
12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 05:50

 

 

 

à tous

 

 

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/14/Bataille_de_lepante.jpg/300px-Bataille_de_lepante.jpg

 

Allégorie de la Bataille de Lépante, par Paolo Veronese

 

En haut Saint Marc présente à la Vierge la ville de Venise.

A gauche on reconnaît Saint Pierre et Saint Roch

 

 

Le 7 octobre 1571, la Sainte Ligue, composée principalement des flottes pontificale, vénitienne et espagnole réunies par le Pape Pie V, anéantit les forces navales ottomanes dans le golfe de Patras (Grèce) en face d'une ville appelée alors Lepante. Ce fut l’une des plus grandes batailles navales de l’histoire. Le pape Pie V avait demandé à tous les catholiques de réciter un Rosaire universel pour demander à Dieu la victoire . Celle-ci fut totale. En action de grâces, Saint Pie V décida que le 7 octobre deviendrait la fête de Notre Dame de la Victoire de Lépante. Sur décision de Saint Jean XXIII en 1960 cette fête s'appelle maintenant Notre Dame du Rosaire.

 

Cette victoire fut célébrée tant par les peintres (voir le tableau de Véronese ci-dessus) que les compositeurs. L’un de ceux-ci le vénitien Andrea Gabrieli (1532/1533 – 1585) fut appelé à composer un madrigal pour célébrer à Venise la victoire à laquelle la flotte vénitienne avait pris une part décisive : " Aria della Battaglia per sonar d'Instrumenti da Fiato a 8" (4 trompettes, 3 trombones ténor, 1 trombone basse, orgue et timbales).

Ce madrigal est en fait une réutilisation de « la Guerre ou la bataille de Marignan », de Clément Janequin, que Dame LR et moi-même auront le grand plaisir de chanter en juillet 2015 en Bretagne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 06:00

 

En l'absence de madame Zouave ce dimanche, j'en profite

pour vous emmener badiner avec Jean-Sébastien Bach !

 

 

 

 

 

Je ne sais rien de plus sur cette badinerie, mais peut-être que

notre exceptionnelle musicologue nous éclairera dès son retour .

 

Et puis tout à l'heure à 11h 15, première messe marseillaise

pour un jeune prêtre de l'IBP à la chapelle du Bon-Jésus !


Là, c'est moi qui vous en dirai plus !

 

 

 

Bien à vous tous .

 

 

Mortimer ( qui travaille même le dimanche .... )

 

 


 

 

 


Partager cet article

Repost0
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 05:56

 

 

à tous

 

 

 

 

 

http://clubdumillenaire.fr/wp-content/uploads/2011/01/J%C3%A9rusalem.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Histoire de ne pas toujours parler des mêmes (Bach ou Vivaldi, au hasard ), j’aimerais vous faire découvrir aujourd’hui un compositeur allemand intéressant, même s’il ne fait pas partie des grands . Au moins, n’est-il pas oublié et on le joue encore de nos jours. Il s’agit de Johann David Heinichen (1683-1729) qui travailla principalement à la Cour de Dresde.

 

Je l’ai moi-même découvert un jour en écoutant Radio-Classique en voiture. Je n’aime pas beaucoup cette station, car on n’y fait entendre que des œuvres saucissonnées , mais comme je ne supporte pas les autres radios, je me contente de ce que j’ai. Ce jour-là on nous a proposé uniquement le final du « Concerto grande per l’orchestra di Dresda » . J’ai d’abord cru que c’était du Vivaldi en petite forme (je ne connais quand même pas par cœur les 450 concertos de Vivaldi). Jusqu’à ce que je vois le nom d’Heinichen s’afficher sur l’écran du tableau de bord . Ma curiosité a fait le reste. Ce compositeur (contemporain de Vivaldi) passa près de 7 ans à Venise, à une époque où Antonio Vivaldi commençait à être connu dans toute l’Europe. Heinichen, comme beaucoup de compositeurs de l'époque, s’inspira bien évidemment de ce qu’il avait entendu pendant des années à Venise, mais ce concerto en fa majeur s’écoute avec plaisir. Vous noterez bien évidemment qu'on est loin du style de son compatriote JS Bach .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

PS : Môssieur l'Archange est prié de ne pas écrire que Vivaldi n'existe pas


 

Partager cet article

Repost0
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 05:50

 

 

 

à tous

 

 

 

 

 

http://www.evaway.fr/s3/evawayus/photos/original/0C/0C-3E-2C-A1-18-A2-9C-BB-1A-F4-41-E1-21-AE-79-FA-E7-FD-51-3E.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Demain 15 septembre, on célèbrera Notre Dame des Sept Douleurs. Autrefois, le "Stabat Mater" était chanté lors de cette célébration. Aujourd’hui, c’est rarement le cas. On réserve plutôt le "Stabat Mater" au Vendredi Saint.

 

Mais je profite de l’occasion pour vous faire écouter celui composé par Scarlatti. Quel Scarlatti? me direz-vous, car il y en a deux : le père et le fils (je m'arrêterai là ) . Ici, il s’agit du père, Alessandro Scarlatti. Je vous parlerai de son fils, Domenico, une autre fois.

 

Alessandro Scarlatti (1660-1725) est surtout connu pour ses opéras. Il est considéré comme le "père" de l’école napolitaine de l’opéra qui culmina avec Leonardo Vinci et les castrats Farinelli et Caffarelli. L'opéra napolitain supplanta peu à peu en Italie les autres styles d’opéra, le vénitien en particulier. A. Scarlatti composa aussi de nombreuses pièces religieuses dont en 1724 ce "Stabat Mater" qui lui fut commandé par des Franciscains « Chevaliers de la Vierge des 7 douleurs ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 


Partager cet article

Repost0
7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 05:50

 

 

à tous

 

 

 

http://i39.servimg.com/u/f39/16/54/57/73/049810.jpg

 

Notre Dame de la Tronchaye, à Rochefort en Terre (Morbihan)

 

 

 

 

 

C'est la rentrée! Alors, nous commençons avec Georg Friedrich Haendel une nouvelle saison de découverte de la musique baroque sacrée .

 

 

Haendel est né la même année que Jean Sébastien Bach, c'est-à-dire en 1685, dans l’état allemand de Brandebourg. Contrairement à Bach qui ne sortit jamais de sa province, Haendel voyagea en Europe et passa plus de 3 ans en Italie entre 1706 et 1710, principalement à Rome, mais on sait qu’il fit également au moins un séjour à Venise où il créa son opéra «Agrippina ».

 

Bien que luthérien, il fut, grâce à son talent de claveciniste et d'organiste et bien sûr de compositeur, très bien accueilli à Rome. Il y créa en avril 1707 un « Dixit Dominus » (HWV 232), psaume qui était chanté aux Vêpres et qui fut mis en musique par nombre de compositeurs (dont Antonio Vivaldi pour ne pas le nommer ). J'aime beaucoup le premier verset de ce psaume dont la sonorité me touche beaucoup « Dixit Dominus Domineo meo : sede a dextris meis » « le Seigneur a dit à mon Seigneur : assieds-toi à ma droite ».

 

 

C’est une œuvre magnifique d’inspiration très vivaldienne . Ce n’est pas moi qui le dis, mais les musicologues. A vous de juger . En tout cas, Haendel avait le génie précoce quand on songe qu’il n’avait que 22 ans quand il composa ce « Dixit Dominus » .

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 


Partager cet article

Repost0
17 août 2014 7 17 /08 /août /2014 05:50

 

 

 

 

 

à tous

 

 

 

 

 

http://i39.servimg.com/u/f39/16/54/57/73/img_3811.jpg

 

 

 

 

Aujourd’hui, à la demande générale et unanime de ……. Monsieur le Webmestre , nous allons écouter Jean Sébastien Bach.

 

Sa cantate "Herz und Mund und Tat und Leben" (BWV 147) fut créée à Leipzig le 2 juillet 1723. Le chœur final appelé en français « Jésus, que ma joie demeure » est archi-connu, mais je vous assure que le reste mérite d’être écouté

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave


Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !