Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mai 2020 7 10 /05 /mai /2020 05:10
Apparition de Jésus aux Apôtres. Vitrail de la basilique de Paray-le-Monial

Apparition de Jésus aux Apôtres. Vitrail de la basilique de Paray-le-Monial

 

 

 

 

 

Enfin, on va pouvoir aller plus loin que le bout de sa rue! Je vais même pouvoir aller voir ma fille à Toulouse smiley ! Deo Gratias ! Ce  n’est pas encore la liberté retrouvée mais c’est un tout petit début frown

 

 

Alors, afin de retrouver un peu le moral, un "Te Deum" s’imposait. ! J’ai choisi celui que François Colin (ou Collin) de Blamont (1690-1760), surintendant de la musique de la Chambre du Roy, composa en 1726. Ce "Te Deum" fut joué de nombreuses fois à Versailles et ailleurs entre 1726 et 1758 pour célébrer les victoires des armées et les naissances royales.

 

 

 

Œuvre écrite pour 5 voix solistes (soprano, haute-contre, ténor, baryton et basse, choeurs - mixte à voix et orchestre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
3 mai 2020 7 03 /05 /mai /2020 05:18
Venise – San Giovanni in Bragora – Fonts baptismaux où a été baptisé Antonio Vivaldi

Venise – San Giovanni in Bragora – Fonts baptismaux où a été baptisé Antonio Vivaldi

A chaque fois que j’arrive à Venise, ma première visite est toujours pour lui : je vais prier dans l’église où il fut baptisé le 6 mai 1678 (il y a donc 342 ans presque jour pour jour wink).

 

 

 

 

 

J’aurais dû passer ces derniers jours à Venise, notamment pour aller écouter un opéra de mon cher Antonio Vivaldi.

 

Mais le coronamachin en a décidé autrement  angry!

 

Alors pour me consoler, en ce début du mois de Marie, je vous propose aujourd’hui d’écouter son Magnificat RV 611.

 

Antonio Vivaldi composa cette version du Magnificat vers la fin de sa vie, en 1739. C’est une version complètement remaniée de son Magnificat RV 610 composé dans les années 1713-1717, et  dans laquelle 5 nouveaux mouvements remplacent 3 mouvements de sa précédente composition.

 

 

 

Œuvre écrite pour 5 solistes (3 sopranos, 2 contraltos), chœur, orchestre à quatre parties et basse continue.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
26 avril 2020 7 26 /04 /avril /2020 04:25
Mosaïque du Bon Pasteur, à Ravenne (Ve siècle)

Mosaïque du Bon Pasteur, à Ravenne (Ve siècle)

 

 

 

 

 

Nous sommes dans le temps pascal, celui de la Résurrection du Christ. Nous sommes  toujours privés de messe et de sacrements crying, mais la musique sacrée est là pour nous mettre un peu de baume au cœur.

 

 

Aujourd’hui nous allons  écouter d’Heinrich Schütz (1585-1672) son oratorio « Historia der Auferstehung unsers Herren Jesu Christi (Histoire de la Résurrection de Notre Seigneur Jésus Christ) – Swv 50 » créé à Dresde en 1623. Cette œuvre est le premier oratorio allemand.

 

Schütz, qui avait fait un séjour de 3 ans à Venise où il fut l’élève de Giovanni Gabrieli, en avait rapporté ce genre nouveau à mi-chemin entre la cantate et l’opéra. 

 

 

Œuvre écrite pour 10 voix solistes (3 sopranos, 2 altos, 3 ténors, 2 basses),  2 chœurs : l’un à 6 voix, l’autre à 9 voix, orchestre avec cordes, 4 violes, basse continue

Livret en allemand

 

 

 

 

 

Et cette fois-ci la vidéo a intérêt à ne pas disparaître puis réapparaître angry. Sinon gare à Overblog ! Scrogneuneu winksad!

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
19 avril 2020 7 19 /04 /avril /2020 04:37
 Thomas l'incrédule (miniature du XIIe siècle)

Thomas l'incrédule (miniature du XIIe siècle)

 

 

 

Et, dans le nouvel Ordo, c’est le dimanche de la divine Miséricorde

Véritable tableau de Jésus Miséricordieux (par Eugeniusz Kazimirowski en 1934). Le seul qui ait été peint sous les indications de Sainte Faustine, contrairement au tableau d'Adolf Hyła peint en 1943 après la mort de Sainte Faustine et souvent plus connu.

Véritable tableau de Jésus Miséricordieux (par Eugeniusz Kazimirowski en 1934). Le seul qui ait été peint sous les indications de Sainte Faustine, contrairement au tableau d'Adolf Hyła peint en 1943 après la mort de Sainte Faustine et souvent plus connu.

 

 

 

 

 

Jean Sébastien Bach sort de son confinement wink pour célébrer avec nous la Résurrection du Christ !

 

 

En 1734, il composa pour le dimanche de Quasimodo la cantate « Halt im Gedächtnis Jesum Christ (Souviens-toi de Jésus Christ ressuscité d’entre les morts) » - Bwv 67.

 

Cantate exécutée pour la première fois le 16 avril 1734 à Leipzig.

Ecrite pour trois solistes (alto, ténor et basse), chœur à quatre voix, cor d'harmonie, flûte traversière, deux hautbois d'amour, deux violons, un alto et basse continue (orgue).

 

 

 

Elle comporte sept mouvements :

  1. chœur : Halt im Gedächtnis Jesum Christ
  2. aria (ténor) : Mein Jesus ist erstanden
  3. récitatif(alto) : Mein Jesu, heißest du des Todes Gift
  4. choral : Erschienen ist der herrlich Tag
  5. récitatif (alto) : Doch scheinet fast
  6. aria (basse) : Friede sei mit euch,
  7. choral : Du Friedefürst, Herr Jesu Christ

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
12 avril 2020 7 12 /04 /avril /2020 04:49

 

 

 

 

 

 

Bon et Saint Dimanche de Pâques à tous !

 

 

 

 

Le Christ est ressuscité ! Oui, il est vraiment ressuscité !

Alléluia ! Alléluia !

 

 

 

 

 

Noli me tangere – Fra Bartolomeo  (1472-1517) – Musée du Louvre

Noli me tangere – Fra Bartolomeo (1472-1517) – Musée du Louvre

 

 

 

Vendredi nous étions dans la désolation. Et voici qu’aujourd’hui nous exultons à l’annonce de la Résurrection du Christ.

 

Avec son Stabat Mater,  Marc Antoine Charpentier (1643-1704) nous avait  permis de prendre part à la douleur de la Vierge Marie, percée du glaive qu’avait prophétisé Siméon. Il est donc juste qu’aujourd’hui ce soit lui qui célèbre la joie de Pâques avec  « O Filii et Filiae : Chant joyeux du temps de Pâques » (H339).

 

Ce motet fut composé pour les fêtes de Pâques de 1685, alors que Charpentier était le maître de musique - compositeur et chanteur

(haute-contre) - de Mademoiselle de Guise.

 

 

Oeuvre écrite pour 8 solistes (4 sopranos, 1 haute-contre, 1 ténor, 1 baryton, 1 basse) , choeur mixte à 5 voix (2 sopranos, 1 alto, 1 ténor, 1 basse), cordes frottées, 2 violes, basse continue

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
5 avril 2020 7 05 /04 /avril /2020 05:12
Célébration de la fête des Rameaux à Moscou (1865), par Viatcheslav Schwartz, Musée russe, Saint-Pétersbourg

Célébration de la fête des Rameaux à Moscou (1865), par Viatcheslav Schwartz, Musée russe, Saint-Pétersbourg

 

 

 

 

 

Dimanche des Rameaux à la maison, ça fait bizarre sad. Pas de rameaux bénis crying

 

 

 

Pour nous permettre de nous préparer à la Semaine Sainte qui va débuter,  j’ai choisi cette semaine une œuvre de Palestrina, compositeur de la Renaissance dont je pense ne jamais vous avoir parlé, bien qu’il soit l’un des plus importants compositeurs de musique sacrée ! Son influence sur la musique d’église fut considérable et se fit sentir pendant très longtemps, y compris pendant la période baroque, où on qualifiait de « stile antico » les compositions qui s’inspiraient de Palestrina.

 

Giovanni Pierluigi da Palestrina naquit à Palestrina, près de Rome, (d’où son nom) vers 1525 et mourut à Rome en 1594. Sa carrière musicale se déroula entièrement à Rome, principalement au service des papes qui se succédèrent sur le trône de Saint Pierre pendant sa vie.

 

Quelques étapes de sa carrière :

En 1537 il est enfant de choeur à la basilique Sainte Marie Majeure à Rome.
 En 1544 il est nommé organiste et maître de chant de la cathédrale de Palestrina.
 En 1551, il est nommé par Jules III, maître de chant de la maîtrise de la chapelle Giulia, à la basilique Saint-Pierre de Rome.
 En 1555 Jules III le fait entrer à la Chapelle Sixtine, mais il est congédié la même année par le pape Paul IV car non célibataire et auteur d'oeuvres profanes. Il succède alors à Roland de Lassus comme maître de chapelle de Saint Jean de Latran.
 En 1561, il devient maître de chapelle à Sainte-Marie-Majeure, puis, en 1566, directeur de l'enseignement musical du nouveau séminaire romain.
 En 1571 il retourne au service du pape (Pie V) comme maître de chapelle.
 Il consacre le reste de sa vie à la composition et à la publication de ses oeuvres.

 

« Vexilla regis prodeunt (les étendards du roi s’avancent) » est une hymne du VIe sièble qui fut maintes fois mise en musique. Elle était chantée autrefois le Vendredi Saint. Aujourd’hui, c’est donc la version de Palestrina que vous allez entendre.

 

Chœur à 4 voix (soprano, alto, ténor, basse)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
29 mars 2020 7 29 /03 /mars /2020 05:10
Bon et Saint Dimanche de la Passion à tous !

 

 

 

 

Pendant le (très) long règne de Louis XIV, nombre de compositeurs talentueux se sont succédé à la Cour du Roi Soleil. Parmi eux un italien, Paolo Lorenzani (Rome, 1640 - Rome, 1713) travailla pendant 17 ans en France. Il fut notamment le maître de musique de la Reine Marie-Thérèse de 1678 jusqu’à la mort de cette dernière en 1683. En 1694, il regagna Rome, sa ville natale, où il poursuivit avec succès sa carrière de compositeur.

 

Ces « Litanie a quattro concertate » dédiées à la Vierge Marie que vous allez entendre auraient été composées après son retour à Rome. Elles sont écrites pour 4 solistes (soprano, alto, ténor et basse), un chœur à 4 parties, et basse continue.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
15 mars 2020 7 15 /03 /mars /2020 06:10

 

 

Ce matin notre Chanoine vient dire la messe à notre chapelle, mais nous avons été informés que c’était la dernière autorisée jusqu’à « nouvel ordre » !!!

Implorons l’aide du Ciel et prions la Vierge Marie pour qu’elle nous vienne en aide 

 

 

Exceptionnellement, mais les circonstances SONT exceptionnelles, j’ai remplacé l’image par une courte vidéo d’une prière à la Vierge Marie qui était chantée autrefois en temps d’épidémie :

 

Stélla cœli extirpávit,
Quæ lactávit Dóminum,

L’Etoile du Ciel, qui allaita le Seigneur, a extirpé la peste de la mort, qu’avaient plantée les premiers parents de l’homme.

 

 

Mórtis péstem, quam plantávit
Prímus párens hóminum.

.....

 

 

 

 

 

Et puisque nous sommes le 3e Dimanche de Carême, j’ai choisi de vous faire entendre « Alles, was von Gott geboren », seule cantate que Jean Sébastien Bach ait écrite pour cette période lorsqu’il était encore à  Weimar. En effet, à Leipzig, la musique était bannie par les Luthériens en temps de Carême.

 

Cette cantate écrite donc pour le Dimanche d’Oculi fut exécutée le 24 mars 1715. Malheureusement la musique en est maintenant perdue. Seul le texte nous en a été conservé. Mais !!! Comme Bach avait l’habitude de recycler ses cantates, il utilisa une grande partie de la musique de celle-ci (numérotée BWV 80a) pour une autre cantate donnée vers 1730 à Leipzig « Ein feste Burg ist unser Gott (BWV 80).

 

Ce que vous allez donc entendre aujourd’hui est ce qu’on appelle une reconstruction : c'est-à-dire que la partition a été entièrement reconstituée à partir des partitions d’autres cantates que Bach a composées en réutilisant cette première cantate.

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
8 mars 2020 7 08 /03 /mars /2020 06:10
Bon et Saint Dimanche à tous !

 

 

 

On ne va pas se laisser abattre par ce Coronamachin tout de même ! La prière est très puissante ! Notre Seigneur veille sur nous !

 

 

 

 

George Friedrich Haendel (vous savez l’Allemand naturalisé Anglais qui n’aimait que la musique italienne – je  sais, je radote ….. laugh) va ensoleiller notre dimanche! Et on en a bien besoin avec toute cette pluie qui tombe depuis des jours !!!

 

 

Après avoir écrit à Rome des motets pour ses protecteurs catholiques, Haendel, arrivé en Angleterre, composa des  « Anthems », l’équivalent anglican du motet latin, pour différentes circonstances.

 

Celui que vous allez entendre aujourd’hui est la cinquième et dernière version composée en 1738 de « As pants the hart (Comme un cerf altéré), Psaume 41 (psaume 42 pour les anglicans wink ). Cet « Anthem » fut initialement composé pour la Chapelle Royale de la Reine Anne en 1713. Les trois autres versions datent respectivement de 1718 et 1722 (avec deux versions successives cette année-là).

 

 

Anthem HWV 251e pour 3 solistes (soprano, ténor et basse), chœur à 3 voix (STB), hautbois, basson, cordes et basse continue (orgue)

 

 

La version que vous allez entendre aujourd'hui respecte la distribution d'origine, avec des chanteurs masculins uniquement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
1 mars 2020 7 01 /03 /mars /2020 06:10
Bon et Saint Dimanche à Tous !

 

 

 

 

 

Nous voilà entrés dans le vif du sujet, je veux dire, dans le Carême. Mais comme nous sommes dimanche, il est permis de se divertir sainement en écoutant de la musique wink.

 

 

Notre cher Pierre-Ewondo professant une admiration sans borne pour André Campra (1660-1744), j’ai pensé lui faire plaisir en lui offrant une œuvre de ce compositeur «  Exaudiat te Dominus ».

 

 

Cette œuvre fait partie des grands motets de Campra. On ne connaît pas précisément sa date de composition. Elle est estimée par les musicologues à la période située entre 1716 et 1722, et le motet fut remanié en 1728.

 

 

 

Œuvre écrite pour 5 solistes non précisés, chœur à 5 voix ( 2 sopranos, 1  alto, 1 ténor, 1 basse), orchestre, basse continue

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
23 février 2020 7 23 /02 /février /2020 06:16
Bon et Saint Dimanche de la Quinquagésime à tous !

 

 

 

 

Ça faisait longtemps qu’Overblog ne nous avait joué un aussi vilain tour !!! Mais fi des commentaires ! Seul compte le plaisir d’écouter de la musique qui charme nos oreilles wink!

 

Parmi les innombrables versions qui existent du Psaume 110 « Dixit Dominus », je me suis tournée aujourd’hui vers l’Italie, et plus précisément vers Baldassare Galuppi, dit le Buranello, parce que né à Burano, île située dans la lagune de Venise.

 

 

Baldassare Galuppi (1706-1785) est le dernier grand compositeur vénitien du XVIIIe siècle. Je dis dernier, non pas en qualité bien sûr, mais chronologiquement parlant. Il était 28 ans plus jeune qu’Antonio Vivaldi, donc une génération les séparait. Nous sommes à  la fin de l’ère baroque et déjà nous entrons dans l’ère classique.

 

On ne connaît malheureusement pas la date de composition du « Dixit Dominus » que vous allez entendre, car seule une copie provenant d’Europe Centrale nous est parvenue. Mais le style indique clairement que nous n’avons pas encore quitté la période baroque.

 

 

Œuvre composée pour 4 solistes (2 sopranos, 1 alto, 1 contralto), chœur, orchestre à cordes et basse continue

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

Partager cet article

Repost0
16 février 2020 7 16 /02 /février /2020 06:12

 

 

 

 

 

Joyeux anniversaire chère Dame Guenièvre !

 

 

 

 

 

Bon et Saint Dimanche de la Sexagésime à  tous !

 

 

 

 

 

 

Pour célébrer un anniversaire, nous avons besoin d’une musique festive, n’est-il pas wink? Donc aujourd’hui vous allez entendre une  œuvre de Sébastien de Brossard (Dompierre, Orne, 1655- Meaux 1730) qui célébrait une victoire !

 

Sébastien de Brossard, compositeur autodidacte, fut ordonné prêtre vers 1678. Il partit alors pour Paris où on le retrouve à Notre Dame. En 1685 il est appelé à Strasbourg. Il restera vicaire de la Cathédrale jusqu’en 1698.  C'est alors que Bossuet, son protecteur, le fait venir à Meaux pour devenir Grand Chapelain de la cathédrale et son maître de chapelle.

 

 

Avant de partir pour Meaux, une des dernières œuvres qu’il ait composées à Strasbourg est le grand motet « Canticum Eucharisticum pro Pace ». Celui-ci lui fut commandé pour célébrer la signature des traités de Ryswick en septembre et octobre 1697 qui mirent fin à la guerre entre la France et la ligue d’Augsbourg et qui rattachaient définitivement l’Alsace à la France. Il fut exécuté le 10 février 1698 à la chapelle Saint Louis du Collège Royal des Jésuites de Strasbourg.

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
9 février 2020 7 09 /02 /février /2020 06:10
Bon et Saint Dimanche de la Septuagésime à tous !

 

 

 

 

 

Aujourd’hui je suis à Bourges, ma ville natale que je découvre, n’y ayant pratiquement jamais mis les pieds depuis l’âge de trois ans !!!! Ça fait un certain temps comme aurait dit un humoriste bien connu laugh!

 

Je suis venue retrouver mon clan écossais ! On célèbre pour la deuxième fois en quinze jours l’anniversaire du grand poète écossais Robert Burns né le 25 janvier 1759! C'est une tradition en Ecosse smiley

 

Pourquoi à Bourges ? Quand j’aurai le temps (n’est-ce pas cher Morti wink) je vous raconterai les liens très étroits qui unissent le Berry et l’Ecosse !

 

 

Jean Sébastien Bach nous invite à nous préparer à entrer prochainement en Carême. Voici sa cantate (BWV 144) Nimm, was dein ist, und gehe hin (Prends ce qui est à toi et va-t-en !) qu’il composa à Leipzig pour le dimanche de la Septuagésime de 1724 qui tombait cette année-là le 6 février !

 

La cantate a été écrite pour trois voix solistes (soprano, alto, ténor), un chœur à quatre voix, et pour deux hautbois, hautbois d'amour, deux violons, alto et basse continue.

Elle comporte six mouvements :

  1. chœur : Nimm, was dein ist, und gehe hin
  2. aria (alto) : Murre nicht, lieber Christ
  3. choral : Was Gott tut, das ist wohlgetan
  4. récitatif (ténor) : Wo die Genügsamkeit regiert
  5. aria (soprano, hautbois d'amour) : Genügsamkeit ist ein Schatz in diesem Leben
  6. choral : Was mein Gott will, das g'scheh allzeit

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
2 février 2020 7 02 /02 /février /2020 06:10
Présentation de Jésus au temple, Andrea Mantegna, 1465

Présentation de Jésus au temple, Andrea Mantegna, 1465

 

 

 

 

Notre voyage musical va nous entraîner cette semaine en Catalogne, et plus précisément à l’Abbaye de Montserrat .

 

Dans la bibliothèque de l’abbaye se trouvent rassemblés des manuscrits datant de la fin du XIVe siècle, appelés le « Livre Vermeil (Llibre Vermell, en catalan) ». Cette appellation leur a été donnée, car à la fin du XIXe siècle, ils  étaient conservés dans une reliure de velours rouge.

 

Sur les 172 folios que la collection comportait à l’origine, 137 ont survécu à l’incendie du monastère en 1811. Au sein des documents administratifs ou liturgiques, se trouvent, du folio 21 au folio 27, dix cantiques anonymes. Bien que copiés vers 1399, leur style indique une origine nettement plus ancienne. Ils seraient issus de la tradition des XIe/XIIe siècles.

 

 

 

 

 

Une page du Livre Vermeil de Montserrat, le cantique "Mariam matrem virginem"

Une page du Livre Vermeil de Montserrat, le cantique "Mariam matrem virginem"

 

 

Sur les dix pièces, deux sont en catalan, huit en latin ; quatre sont monodiques, six sont polyphoniques à deux ou trois voix.

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2020 7 26 /01 /janvier /2020 06:46
Bon et saint dimanche à tous !

 

Photo reçue hier en provenance

 

de Roermond  ( Pays-Bas )  .

 

C'est l'endroit très froid ( cheeky ) d'où m'a

 

écrit madame Zouave pour m'avertir de son 

 

absence ce dimanche ..............angry

 

 

 

 

 

Elle est avec son Clan ! wink

 

 

 

 

 

 

Du coup, c'est sur les frêles z'épaules de votre

 

serviteur que repose la page musicale de ce jour .

 

 

 

 

 

 

 

Rien de religieux dans cette vidéo .

 

 

C'est juste superbe ! 

 

La musique bien sûr de Trévor Jones, sans oublier

 

Randy Edelman .

 

Les actrices et acteurs et ces paysages magnifiques !

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce film est sorti en 1992 . 

 

A voir, et à revoir . 

 

 

 

 

 

 

Et c'est à cause de madame Zouave ! cheeky

 

Chacun, son clan .

 

 

Prenez soin de vous et que Dieu 

 

nous bénisse .

 

 

 

 

Mortimer  

Partager cet article

Repost0
19 janvier 2020 7 19 /01 /janvier /2020 06:10
Bon et Saint Dimanche à tous !

 

 

 

 

 

Ah l’Angleterre ! Notre meilleur ennemi ! Elle ne regorge pas de grands compositeurs, mais en compte heureusement quelques uns d’excellents, comme Henry Purcell, par exemple. Je vais sûrement en fâcher quelques uns, mais je suis quand même obligée de dire que l’un des très grands de la musique baroque, Georg Friedrich Haendel, n’avait rien d’anglais. Comme le dit l’un de mes amis "Haendel était un compositeur allemand, de nationalité anglaise qui a écrit de la musique italienne !" winklaugh

 

Parmi les grands compositeurs anglais, donc, j’ai pensé vous faire (peut-être) découvrir John Dowland.

 

Né en 1563, soit en Irlande, soit en Angleterre, on ne sait pas trop, John Dowland était luthiste de formation et une bonne partie de son œuvre de compositeur est consacrée au luth. Il parcourut l’Europe pendant sa carrière musicale. En 1580 il partit pour Paris (où il se convertit au catholicisme), puis ce fut Cassel, Venise, Florence et enfin Nüremberg. Il revint à Londres en 1596. N’ayant pas obtenu le poste qu’il voulait, il repartit en 1598, cette fois-ci pour la Cour du Danemark. Il rentra définitivement en Angleterre en 1606. En 1612, il obtint enfin le poste qu’il convoitait depuis si longtemps : celui de luthiste à la Cour d’Angleterre . Il cessa alors presque complètement de composer et resta musicien de cour jusqu’à sa mort en 1626.

 

En dehors de ses compositions pour le luth et la viole de gambe, John Dowland est très connu pour ses chansons. Il écrivit également de la musique sacrée dont je vais vous donner un aperçu aujourd’hui avec quelques uns de ses « Songs and Psalms » pour 4 voix.

 

 

  1. Were every thought an eye - 1612  "A Pilgrimes Solace" No. 6
  2. An heart that's broken and contrite (1:55) - 1614
  3. Where Sinne, sore wounding (5:45) -1612 "A Pilgrimes Solace" No.17
  4. If that a sinner's sighs (7:54) - 1612  "A Pilgrimes Solace" No. 13
  5. O Lord, consider my distress (10:38) - 1597 "Henrici Noel Lamentation" No. 3 (Psaume 51)
  6. All people that on earth do dwell * (12:11) - 1592 "Whole Book of Psalms" No. 2 (Psaume 100)

 

 

 

* « All people that on earth do dwell » fut adapté par John Dowland d’une œuvre du compositeur français Loys Bourgeois, grand ami, hélas, de Jean Calvin (né vers 1510- mort après 1561).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
5 janvier 2020 7 05 /01 /janvier /2020 06:10
Les anges avec Les initiales IHS sur le vitrail de l'église St. Vedast alias Foster (1884) - Londres (Royaume Uni)

Les anges avec Les initiales IHS sur le vitrail de l'église St. Vedast alias Foster (1884) - Londres (Royaume Uni)

 

 

 

 

Bonne et Sainte année à toute la Banquise !

 

 

 

 

Pour commencer l’année, j’ai pensé que le Psaume 95 « Cantate Domino » ( Chantez à l’Éternel un cantique nouveau !) s'imposait !

 

Parmi les nombreux compositeurs qui l’ont mis en musique (notamment Monteverdi, Schütz, Charpentier, Lalande, etc …), j’ai choisi un compositeur peu connu de la fin de la Renaissance, Giovanni Croce, qui fut Maître de Chapelle de la Basilique Saint Marc à Venise.

 

Né à Chioggia (Vénétie) en 1557, d’où son surnom Il Chiozzotto,  Giovanni Croce vint à Venise à l’âge de 8 ans pour intégrer le chœur de la Basilique Saint Marc. Ordonné prêtre en 1585,  il desservait la paroisse de Santa Maria Formosa tout en continuant à chanter à Saint Marc. En 1590, il devint l’assistant du Maître de Chapelle Baldassare Donato. Il lui succéda en 1603, au décès de ce dernier. Il mourut quelques années plus tard, à Venise, le 15 mai 1609.

 

 

La date exacte de composition du motet « Cantate Domino » n’est pas connue, mais il fut publié en 1597 dans le recueil « Mottetti, Libro Primo ». C’est un motet écrit pour 4 voix a capella.

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2019 7 29 /12 /décembre /2019 06:10

 

 

 

Aujourd’hui, c’est jour de fête !

Nous célébrons DEUX anniversaires !

 

 

 

 

Joyeux anniversaire chère Ginette

 

Bon et Saint Dimanche à tous !

 

 

 

Joyeux anniversaire cher Seb

 

Bon et Saint Dimanche à tous !

 

 

 

 

Nous sommes dans l’octave de Noël et nous pouvons donc encore fêter Noël en musique laugh !

 

Et comme notre cher Chef l’a bien mérité, voici le cadeau que lui offre la "Page Musicale du Dimanche" : l’ « Oratorio de Noël » de Johann Sebastian Bach !

 

Le «Weihnachtsoratorium » (BWV 248) a été composé en 1734 à Leipzig. Il se compose de 6 cantates : les trois premières étaient chantées au moment de la fête de Noël, les 3 autres le 1er janvier, le premier dimanche de janvier et le jour de l’Epiphanie.

 

C’est donc les trois premières que nous allons entendre aujourd’hui.

 

 

ATTENTION !!! La vidéo ne fonctionne pas à partir du blog. Dans le message qui apparaît, CLIQUER sur "Regarder sur Youtube" et, là, la vidéo fonctionne parfaitement !

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2019 7 22 /12 /décembre /2019 06:15
Le voyage à Bethléem - Mosaïque byzantine du XIVe siècle – Eglise Saint-Sauveur in Chora – Istamboul (Turquie)

Le voyage à Bethléem - Mosaïque byzantine du XIVe siècle – Eglise Saint-Sauveur in Chora – Istamboul (Turquie)

 

 

 

 

Nous voilà arrivés presqu’au terme de l’Avent ! Pour nous préparer à l’arrivée du Messie, j’ai innové aujourd’hui. Pas de « grande » musique, mais des chants de Noël. Enfin, pas n’importe lesquels ! Des noëls traditionnels qui ont traversé les siècles.

 

A l’époque baroque, de nombreux compositeurs tels que Charpentier, de Lalande, Corrette, Dandrieu ou Daquin, ont créé des petits chefs-d’œuvre à partir de ces airs simples. Partons donc à leur découverte !

 

 

 

 

Quand Dieu naquit à Noël

Michel Corrette (1707-1795)

 

 

 

 

Or nous dites Marie

Louis-Claude Daquin (1694-1772)

 

 

 

 

Joseph est bien marié

Marc-Antoine Charpentier (1643-1704)

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2019 7 15 /12 /décembre /2019 06:10
La prédication de Saint Jean-Baptiste. École flamande vers 1610, Entourage de Pieter Balten

La prédication de Saint Jean-Baptiste. École flamande vers 1610, Entourage de Pieter Balten

 

 

 

Gaudete in Domino ! Réjouissez-vous dans le Seigneur ! Ce sont les premiers mots de l’Introït de ce jour. Oui, réjouissons-nous car Noël est proche !

 

 

Pour rester dans cette note de joie, j’ai choisi une œuvre de D. Antonio Vivaldi qui souligne l’allégresse que nous devons ressentir en ces jours d’Avent, le « Beatus Vir (RV 597) ». Celui-ci fait partie des œuvres composées pour l’église San Lorenzo in Damaso à Rome en 1720.  Il est écrit pour 5 solistes (2 sopranos, 1 alto, 1 ténor et 1 basse), deux chœurs à 4 voix, deux orchestres, et double basse continue, ce qui supposait un effectif très important. Vous remarquerez que les voix, les chœurs et les  orchestres se répondent, ce qui produit un effet d’écho remarquable. On peut également entendre occasionnellement 2 hautbois à l’orchestre I.

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !