Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juin 2019 7 23 /06 /juin /2019 05:11
Bon et Saint Dimanche à tous !

 

 

 

 

Nous allons aujourd'hui faire un petit tour en Europe Centrale, en Bohême très exactement, pour écouter une oeuvre de Jan Dismas Zelenka (1678-1745).

 

Voici l'un des quatre Dixit Dominus qui sont parvenus jusqu'à nous, le ZWV 66, composé en 1725.

 

Oeuvre pour 4 solistes (soprano, alto, ténor et basse), choeur, 2 hautbois, 2 violons, 2 violes et basse continue.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
16 juin 2019 7 16 /06 /juin /2019 05:10
Bon et Saint Dimanche de la Sainte Trinité à tous !

 

 

 

 

Jean Sébastien Bach, comme tout le monde le sait wink, était un fervent luthérien. Lorsqu’il devint Cantor de Leipzig, il lui incomba la tâche de composer une cantate pour chaque dimanche de l’année. C’est ainsi qu’on trouve dans son œuvre une cantate pour le dimanche de la Trinité ("sans" Sainte) «Höchsterwünschtes Freudenfest » (BWV 194) et d’autres cantates pour les dimanches suivants bien sûr. Chez les luthériens on ne compte pas les dimanches après la Pentecôte, mais après la Trinité.

 

La cantate «Höchsterwünschtes Freudenfest » («Jour de fête tant attendu ») fut donnée à Leipzig le 4 juin 1724 pour le dimanche de la Trinité, mais elle avait été déjà chantée le 2 novembre 1723 à Störmthal (village voisin de Leipzig) pour l’inauguration de l’orgue paroissial nouvellement restauré.

 

 

 

Œuvre écrite pour deux solistes (soprano, ténor) , chœur à quatre voix (soprano, alto, ténor et basse) trois hautbois, basson, deux violons, alto, orgue, basse continue

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
9 juin 2019 7 09 /06 /juin /2019 05:10
Bon dimanche de la Pentecôte à tous !

 

 

 

Pour célébrer la fête de la Pentecôte je vais vous faire entendre une messe écrite par un compositeur dont je ne vous ai encore jamais parlé : Nicolas Formé (1567-1638).

 

Nicolas Formé, qui était prêtre, fait partie de ces compositeurs qui sont nés  à la fin de la période de la polyphonie et des tout débuts du baroque. Il se fit d’abord connaître comme chanteur et son talent lui valut l’admiration de tous. En 1592 il fut nommé haute-contre de la Chapelle Royale. En 1609, il devint sous-maître et compositeur de cette même Chapelle Royale. Il était extrêmement apprécié de Louis XIII et du Cardinal de Richelieu.

 

Comme pour beaucoup de compositeurs, une grande partie de son œuvre est perdue. Parmi celles qui subsistent, on trouve une messe à deux chœurs, écrite peu de temps avant sa mort. Il est l’un des premiers compositeurs en France à avoir utilisé la structure à deux chœurs qui est née à la même époque à la Basilique Saint Marc de Venise.

 

 

Messe à deux chœurs : soprano, alto, ténor et basse pour chacun d’entre eux.

Dédiée à Louis XIII.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
2 juin 2019 7 02 /06 /juin /2019 05:10
Yvré l'Evêque - Eglise St Germain - Vitraux de la Chapelle des Zouaves

Yvré l'Evêque - Eglise St Germain - Vitraux de la Chapelle des Zouaves

 

 

Joyeux anniversaire à Estelle

l’une des Sœurettes 

 

 

 

 

A peine rentrée d’Ecosse, me voici déjà repartie sur les routes. Mais c’est pour la bonne cause : journée souvenir des Zouaves Pontificaux à Yvré l’Evêque (banlieue du Mans).

 

Celle-ci débute par une messe traditionnelle, célébrée dans l’église Saint-Germain. C’est en effet là que se trouve une chapelle consacrée aux anciens Zouaves Pontificaux qui, en 1870-1871,  se battirent dans l’armée française sous le nom de Volontaires de l’Ouest.

 

 

En cette période de joie pascale, avec la Résurrection de Notre Seigneur et son Ascencion, j’ai choisi pour notre page musicale une œuvre de louange,  un Te Deum.

 

Celui que vous allez entendre a été composé par Giovanni Battisti Martini (1706-1784), connu aussi sous le nom de Padre Martini. Je vous ai déjà parlé de lui, car il fut pendant plusieurs années le professeur de Johann Christian Bach lors du séjour de ce dernier à Bologne. Padre Martini n’est sans doute pas étranger à la conversion au catholicisme du plus jeune fils de Jean Sébastien Bach.

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
19 mai 2019 7 19 /05 /mai /2019 05:06

Pour madame Zouave ! wink

 

 

 

 

 

En fait j'ai visionné  un superbe film hier soir,

 

et j'ai regardé le très long cool générique de fin pour

 

savoir qui était le compositeur d'une partie de la

 

musique .

 

 

 

Bien sûr, on sent l'influence énorme de Bach,

 

mais c'est remarquable quand même !

 

( J'en profite, madame Zouave ne peut pas

 

 me répondre ! cheeky )

 

 

 

Bien à vous tous .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Place à Mirabelle ! 

 

 

 

Bonne fête à tous les Yves et à Yvette car

 

comme vous le savez st Yves est son saint Patron .

Bon et saint dimanche à tous !
Bon et saint dimanche à tous !

Quelqu'un connait-il l'arbre de la deuxième

 

photo et peut-il me donner son nom ?

 

 

 

Finalement malgré le ciel gris, hier, nous 

 

sommes allés chercher du thym avec 

 

Patricia et Jean-Paul . C'était une belle

 

promenade odorante .

 

 

 

 

Bon et saint dimanche à tous .

 

Prenez soin de vous et des vôtres !

 

 

Mirabelle

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
5 mai 2019 7 05 /05 /mai /2019 05:10
Le Bon Pasteur - bas-relief de la voûte du Gros Horloge à Rouen

Le Bon Pasteur - bas-relief de la voûte du Gros Horloge à Rouen

 

 

 

 

 

 

Très chers amis de la Banquise, le 2 mai, jour de mon anniversaire, j’étais à Venise pour fêter ça avec Antonio Vivaldi …. en tout bien tout honneur, évidemment winklaugh. J’ai en effet assisté au Théâtre Malibran à la représentation de l’un de ses opéras « Dorilla in Tempe » .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etant rentrée de voyage fort tard hier soir, je n’ai découvert qu’aujourd’hui vos messages de bons vœux d’anniversaire. Merci à tous, du fond du cœur heart

 

 

 

Et aujourd’hui, je ne pouvais faire autrement que de vous proposer une œuvre de Vivaldi : son Gloria (RV 589).

 

 

Dans cette vidéo,  vous allez pouvoir l’entendre tel qu’il a été chanté lors de sa création vers 1713 à l’Ospedale della Pietà, c'est-à-dire avec un chœur et un orchestre entièrement féminins. En effet,  comme dans cette institution on ne recevait que des filles, ce sont elles qui chantaient toutes les parties, y compris les plus graves. La vidéo a été d’ailleurs enregistrée à l’église de la Pietà, à Venise. dans les conditions de l’époque : les chanteuses et les instrumentistes se tiennent derrière des grilles dans des galeries surplombant les fidèles qui ne pouvaient donc les voir.

 

L’église actuelle de la Pietà a été reconstruite dans les années 1740. Elle a succédé à celle que Vivaldi avait connue, mais a conservé le même plan général. J’ai eu la chance de pouvoir visiter les galeries de l’église de la Pietà. C’est assez impressionnant quand on est là-haut.

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

Partager cet article

Repost0
28 avril 2019 7 28 /04 /avril /2019 05:10
Bon et Saint Dimanche in Albis à tous !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Psaume  110 « Dixit Dominus » est sans doute le psaume qui a été le plus souvent mis en musique, notamment à la période baroque. Aujourd’hui je vous propose celui composé par le compositeur napolitain Leonardo Leo (1694-1744).

 

Leonardo Leo fut nommé en 1713 organiste adjoint à la Chapelle Royale (du Royaume de Naples). Il resta toute sa vie au service de cette institution où il finit Maître de Chapelle à partir de 1744, quelques mois avant sa mort prématurée .

 

Leonardo Leo mena, comme beaucoup de compositeurs de l’époque, deux carrières parallèles : d’une part il écrivit de nombreuses pièces religieuses pour la Chapelle Royale, et d’autre part il composa pour le théâtre lyrique des opéras (le premier en 1714), des sérénades ou des prologues.

 

Ce « Dixit Dominus » à deux chœurs fut créé en 1741. Il est écrit pour 6 solistes (2 sopranos, alto, ténor et 2 basses), deux chœurs à 6 voix, violons I et violons II, 2 hautbois, 2 trompettes, 2 cors de chasse et basse continue (orgue)   

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
21 avril 2019 7 21 /04 /avril /2019 04:59
L’Anastasis ( Η Ανάστασις , en grec = le Relèvement) : représentation traditionnelle de l’Orient chrétien illustrant tout à la fois le Christ aux enfers et Sa Résurrection.

L’Anastasis ( Η Ανάστασις , en grec = le Relèvement) : représentation traditionnelle de l’Orient chrétien illustrant tout à la fois le Christ aux enfers et Sa Résurrection.

Eveille-toi, ô toi qui dors, relève-toi d’entre les morts, et le Christ t’illuminera !

 

 

 

 

 

 

Notre Dame de Paris a failli disparaître dans les flammes en ce début de Semaine Sainte. Mais -- merci Seigneur -- elle est toujours debout, même si elle est gravement endommagée.

 

L’aumônier des pompiers a sauvé les Saintes Espèces et la Couronne d’Epines. On craignait que les grandes orgues soient à jamais détruites. Mais heureusement il n’en est rien.

 

Je vous propose de lire (si vous ne l’avez déjà fait) un extrait d’une interview de l’organiste de la Cathédrale de Paris, Olivier Latry :


" L’organiste n’a qu’une hâte : rejouer à Notre-Dame. Quand ? Nul ne le sait aujourd’hui.

« Tant qu’il n’y a pas d’électricité, les soufflets ne fonctionnent pas donc impossible d’entendre l’instrument. Et il devra être nettoyé des cendres et de la poussière. Mais j’aimerais rejouer dès que possible, même dans la cathédrale éventrée. Il faut lancer un cri du

cœur de la Cathédrale, prouver qu’elle vit encore, qu’elle sera reconstruite. »

 

En attendant, Olivier Latry remercie Dieu d’avoir pu réaliser tout récemment une magnifique vidéo pour la promotion de son dernier disque « Bach to the Future » (La Dolce Volta) : une vidéo réalisée avec des drones circulant dans la nef, magnifiquement illuminée, magnifiquement filmée. « Un des derniers souvenirs de Notre Dame debout. »

"

 

Le Parisien, 17 avril 2019

http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/musique/l-orgue-de-notre-dame-epargne-il-est-l-ame-de-la-cathedrale-et-il-vit-toujours-17-04-2019-8055177.php

 

 

 

Il se trouve que l’œuvre jouée dans cette vidéo est, comme son titre l’indique, de Jean-Sébastien Bach !!! Toccata et Fugue en ré mineur ! Y’en a qui ont de la chance, n’est-ce pas cher Morti ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
14 avril 2019 7 14 /04 /avril /2019 05:10
Bon et Saint Dimanche des Rameaux à tous!

 

 

 

 

Je suis rentrée hier soir seulement de mon voyage, je suis "un peu" fatiguée, mais je ne voulais pas manquer la Page Musicale du Dimanche des Rameaux !

 

Par contre le présentations sera courte wink!

 

Voici donc aujourd'hui le "Te Deum" d'André Campra composé en 1721.

 

Oeuvre pour 3 solistes (soprano, haute-contre, ténor), choeur à 5 voix (soprano, haute-contre, ténor, baryton et basse), orchestre (flûtes, hautbois, trompettes, violons, timbales) et basse continue.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
31 mars 2019 7 31 /03 /mars /2019 05:10
Bon et Saint Dimanche de Laetare à tous !

 

 

 

 

 

Jeudi c’était la mi-carême. Avez-vous fait des crêpes ou autre pâtisserie? Pour ma part je n’ai rien cuisiné de spécial.

 

Comme le dimanche n’est pas inclus dans le jeûne du Carême et qu’en outre aujourd’hui c’est dimanche de Laetare, rien ne nous empêche de nous régaler avec de la musique. Et en plus, ça ne fait pas grossir !

 

Donc aujourd’hui, Alessandro Scarlatti est au menu avec son quatrième « Dixit Dominus (Psaume 109)». Considérant certaines caractéristiques de l’orchestration, celui fut très certainement composé pour Rome après 1715. Il a été écrit pour  trois voix solistes (Soprano, Alto et Basse), un chœur à quatre voix, cordes et basse continue. Il est stylistiquement proche du Dixit Dominus que Haendel composa en 1707, à Rome également.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
24 mars 2019 7 24 /03 /mars /2019 06:10
Bon et Saint Dimanche à  tous !

 

 

 

 

Il y a quelques jours, le printemps est arrivé smiley. Et le lendemain 21 mars, on célébrait le 334e anniversaire de la naissance de Jean Sébastien Bach à Eisenach. Je ne pouvais mettre de côté cet évènement wink.

 

En tant que Cantor de l’église de Saint Thomas à Leipzig, Jean Sébastien Bach a composé d’innombrables cantates pour tous les dimanches de l’année liturgique …. sauf pour les dimanches de Carême (à une exception près). En effet chez les luthériens, on ne chante pas pendant le Carême !

 

Donc à défaut d’une cantate pour temps de Carême, je me suis tournée vers ce qu’on appelle les motets allemands de Bach. Le motet allemand, contrairement au motet français ou italien, se chante a capella, c'est-à-dire sans accompagnement instrumental.

 

Le motet BWV 225 Singet dem Herrn ein neues Lied (Chantez au Seigneur un chant nouveau) est l’un de ceux-ci. Malheureusement (ou pas), je n’ai trouvé aucune vidéo où il est chanté a capella, mais uniquement des vidéos avec accompagnement. Dommage ! Mais ce type d’interprétation était possible. Dans ce cas l’orchestre  joue colla parte, c’est-à-dire de manière identique à la voix.

 

Pour la petite histoire, ce motet fit l’admiration de Mozart lorsqu’il l’entendit jouer à Leipzig en 1789.

 

 

 

Motet pour 2 chœurs à 4 voix (soprano, alto, ténor et basse)

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
17 mars 2019 7 17 /03 /mars /2019 06:10
Bon et Saint Dimanche à tous !

 

 

 

 

Je commençais à me languir sérieusement de la musique de mon Antonio Vivaldi préféré wink. Je vous ai donc sorti de ma collection un de ses "Beatus Vir", le RV 795.

 

Ce dernier a une histoire un peu particulière. Il fut identifié seulement en 1992 à Dresde qui est la ville où, après Turin, se trouvent conservée la plus grande quantité de compositions  vivaldiennes. Il faisait partie d’un lot de partitions attribuées au compositeur Baldassare Galuppi, natif de Burano, île de la lagune de Venise.

 

Par la suite on retrouva trois autres œuvres de Vivaldi au milieu de ce lot de partitions, dont le Dixit Dominus RV 807 que je vous ai déjà fait écouter.

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

Partager cet article

Repost0
10 mars 2019 7 10 /03 /mars /2019 06:10
Bon et Saint premier dimanche de Carême à tous !

 

 

 

 

 

L’âge baroque musical fut d’une extrême richesse. J’essaie de vous faire découvrir des compositeurs dont on parle moins, mais qui furent d’une manière ou d’une autre, importants par l’influence qu’ils exercèrent sur leurs contemporains ou immédiats successeurs.

 

Ce fut le cas de Nikolaus Bruhns né à Husum (non loin de Hambourg), en 1665 et mort dans la même ville en 1697.

 

Né dans une famille de musiciens, il apprit très tôt à jouer de l’orgue, puis partit pour Lübeck où il étudia le violon et la viole de gambe avec son oncle. Il approfondit sa pratique de l’orgue et étudia la composition avec le grand compositeur Dietrich Buxtehude. Sur la recommandation de ce dernier, Bruhns passa quelques années à Copenhague, avant de revenir en 1689 à Husum comme organiste de la Stadtkirche. C’est là qu’il mourut prématurément à l’âge de 32 ans.

 

La première biographie de Jean Sébastien Bach parue en 1802 à Leipzig nous apprend (grâce au témoignage de ses fils) que JS Bach connaissait et admirait Bruhns.

 

Du fait de sa courte vie, ses compositions ne sont pas très nombreuses. Mais il se trouve aussi que, malheureusement, la plus grande partie de celles-ci sont perdues. On en connaît l’existence à travers les documents d’époque. Seules 17 (dix sept) de ses œuvres sont parvenues jusqu’à nous : 12 cantates et 5 œuvres pour orgue !!!

 

 

 

Vous allez entendre aujourd’hui sa cantate  « Muss nicht der Mensch auf dieser Erden in stretem Streite sein » (l’homme ne doit pas être en lutte permanente sur cette terre)

 

 

 

Œuvre pour 4 voix (soprano, alto, ténor et basse), orchestre à cordes, 2 clarini (sorte de trompette aigüe) et basse continue

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
3 mars 2019 7 03 /03 /mars /2019 06:08
Bon et Saint Dimanche de la Quinquagésime à tous !

 

 

 

 

En ce dernier dimanche avant le Carême, j’aimerais que cette Page Musicale vous aide, dans la mesure de mes modestes moyens, à vous préparer à cette période si importante dans notre vie de chrétien.

 

J’ai trouvé ce "Miserere" d’un compositeur napolitain du XVIIIe siècle, Leonardo Leo.

 

Lionardo Oronzo Salvatore de Leo, dit Leonardo Leo, est né en 1694 près de Brindisi et mourut à Naples en 1744.

 

Après des études musicales au Conservatoire de la Pietà dei Turchini à Naples, il devint organiste adjoint à la Chapelle Royale en 1713. Il resta toute sa vie dans cette institution, gravissant tous les échelons et devint Maître de Chapelle en 1744 (l’année de sa mort). De ce fait il composa un grand nombre de pièces liturgiques, mais se consacra également à la composition d’un grand nombre d’opéras. Il  écrivit en fait des œuvres dans tous les genres musicaus, y compris de la musique instrumentale.

 

 

 

 Le motet que vous allez entendre aujourd’hui est d’une grande sobriété et suscite une grande ferveur. Il est écrit pour deux fois 4 voix (soprano, alto, ténor et basse), deux chœurs et orgue

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
17 février 2019 7 17 /02 /février /2019 06:10
Les Ouvriers de la Onzième Heure – Tableau de Jacobsz Lambert (1ère moitié du 17e siècle) – Rouen, Musée des Beaux-Arts

Les Ouvriers de la Onzième Heure – Tableau de Jacobsz Lambert (1ère moitié du 17e siècle) – Rouen, Musée des Beaux-Arts

 

 

 

 

 

Dans la génération qui précéda immédiatement Jean Sébastien Bach, un compositeur tint une place importante par la grande influence qu’il exerça sur ses contemporains et sur ses successeurs, y compris Bach : Johann Pachelbel (1653-1706).

 

Pachelbel naquit et mourut à Nüremberg. Après avoir occupé divers postes d’organiste à travers les états allemands, il revint définitivement à Nüremberg en 1695. Il fut un compositeur très fécond, notamment par le grand nombre d’œuvres de musique sacrée qu’il a laissées. Aujourd’hui je ne vais pas vous parler de l’œuvre qu’on appelle « Le canon de Pachelbel », tout le monde la connaît. Je voudrais vous faire découvrir plutôt l’une de ses introductions aux Vêpres (Ingressus) dont il a écrit 12 versions « Deus in adjutorium meum intende (Seigneur,  viens à mon aide) ».

 

 

 

Dans la vidéo d’aujourd’hui vous entendrez un Deus in adjutorium en Do majeur (3e version), écrite pour 5 solistes (2 sopranos, alto, ténor et basse), 4 trompettes, timbales, 2 violons, 3 violes de gambe, basson, orgue et basse continue

 

 

 

 

un

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
10 février 2019 7 10 /02 /février /2019 06:10
Parabole du bon grain et de l'ivraie - Fresque de Josef Kastner, 1906 - Eglise des Carmélites à Vienne

Parabole du bon grain et de l'ivraie - Fresque de Josef Kastner, 1906 - Eglise des Carmélites à Vienne

 

 

 

 

Notre promenade musicale en Europe continue. Cette fois nous allons en Italie, ou plutôt dans les Etats Pontificaux, pour faire connaissance avec un compositeur romain du XVIIe siècle : Giacomo Carissimi.

 

Carissimi était né à Marino (près de Rome) en 1605 et mourut à Rome en 1674. Il débuta en 1623 sa carrière musicale comme chanteur à la Cathédrale de Tivoli dont il devint en 1625 l’organiste. Après un passage à Assise, il fut nommé en 1629 Maître de Chapelle de la Basilique San Apollinaire du collège jésuite germanique de Rome. Il conserva ce poste jusqu’à la fin de sa vie. Il avait été ordonné prêtre en 1637.

 

Bien que son œuvre immense, messes, motets latins, cantates italiennes, oratorios, fût connue partout en Europe, il mena une vie simple et modeste, refusant toutes les offres prestigieuses que lui faisaient les cours étrangères. Son influence fut considérable parmi ses héritiers, dont Marc-Antoine Charpentier qui fut son élève à Rome dans les années 1665.

 

 

 

Je vous propose donc d’écouter un des ses oratorios en langue latine « Judicium extremum » (le Jugement dernier), basé sur les chapitres 24 et 25 de l’Evangile selon St Matthieu relatant la fin du monde et le Jugement dernier.

 

 

 

 

 

PS : l'Oratorio a été ici découpé en 2 parties, donc il y a deux vidéos wink

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
3 février 2019 7 03 /02 /février /2019 06:10
Bon et Saint Dimanche à tous !

 

 

 

 

Un peu de musique française nous changera de la musique allemande wink. A l’époque baroque (entre 1650 et 1750) la France fut riche en grands compositeurs : Lully, Campra, Charpentier, Couperin, Rameau, Delalande, etc…. Pour la page musicale de ce jour, j’ai choisi Michel-Richard Delalande qui fut à partir de 1683 un des compositeurs de la Chapelle Royale et de la Chambre du Roy. Progressivement il cumula toutes les fonctions, remplaçant peu à peu les trois autres compositeurs, ce qui fit de lui le plus puissant compositeur du Grand Siècle, surpassant même Lully.

 

Delalande écrivit de nombreux motets pour la Chapelle Royale. Aujourd’hui vous allez entendre le Psaume 94 « Venite Exultemus Domino » qui se chantait lors des matines du dimanche et  dont il composa une première version en 1700  qu’il remania en 1720.

 

 

 

Œuvre écrite pour 4 solistes (soprano, haute-contre, ténor et baryton), chœur et orchestre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2019 7 27 /01 /janvier /2019 06:10
Bon et Saint Dimanche à tous !

 

 

 

 

 

 

 

 

La semaine dernière nous étions en Allemagne avec Jean Sébastien Bach. Eh bien, cette semaine, nous y sommes encore ! Avec un de ses contemporains : Johann Mattheson.

 

Johann Mattheson est né à Hambourg en 1681 et y mourut en 1764 *. Après avoir été un enfant prodige en tant que chanteur et organiste, il commença en 1699 à composer des opéras dans lesquels il chantait. En 1703 il rencontra Georg Friedrich Haendel avec lequel il devint ami.  Cette amitié durera toute leur vie, même s’il leur arriva de se battre en duel pour une question musicale ! Mattheson chanta souvent les rôles principaux dans les opéras de Haendel, tandis que ce dernier tenait le clavecin.

 

En 1714 il obtint le poste de directeur de la musique de la cathédrale de Hambourg  et le resta jusqu’en 1728, année où il fut atteint de surdité. Il se consacra dès lors à la théorie, publiant de nombreux ouvrages.

 

Ses partitions et ses écrits étaient conservés à la Staatsbibliothek de Hambourg. On les croyait  disparus pendant la seconde guerre mondiale, jusqu’à ce qu’on les retrouve à Erevan, en Arménie, en 1998. L’Arménie les restitua à leur propriétaire légitime, la bibliothèque de Hambourg.

 

 

Si nous ne sommes plus tout à fait dans le temps de Noël, on n’en est pas très loin. Je vous propose donc d’écouter un oratorio de Johann Mattheson composé et créé à Hambourg en 1720 « Das Größte Kind in einem Oratorio auff Weynacht »

 

 

 

Composé pour 4 voix solistes (soprano, alto, ténor et basse), chœur à 4 voix, orchestre et basse continue

 

 

 

* Pour rappel  :

- Jean Sébastien Bach 1685-1750

- Georg Friedrich Haendel 1685-1759

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
20 janvier 2019 7 20 /01 /janvier /2019 06:10
Véronèse - Les Noces de Cana - détail (Jésus, Marie et le serviteur)

Véronèse - Les Noces de Cana - détail (Jésus, Marie et le serviteur)

 

 

 

 

 

Finalement Jean Sébastien Bach m’est très utile quand j’ai eu trop peu de temps pour rechercher un compositeur inédit pouvant illustrer cette page musicale wink . Etant donné l’importance de l’œuvre conservée de Bach, je peux toujours y puiser smiley . Mais histoire de changer un peu, c’est une œuvre profane que je vous propose aujourd’hui.

 

 

La plus grande partie de l'œuvre de Bach est consacrée à la musique religieuse. Rares sont ses œuvres profanes. Bach, quand il ne dirigeait pas une de ses cantates le dimanche, se laissait aller à diriger d’autres œuvres au Café Zimmermann avec son ensemble « Collegium musicum ». Le café était devenu une boisson à la mode et des « maisons de café » s’étaient ouvertes un peu partout, notamment à Leipzig. Bach donna régulièrement des concerts au Café Zimmermann à partir de 1729.

 

 

Font partie de ces compositions profanes la « Kaffee-Kantate » (BWV 211), appelée également « Schweigt stille, plaudert nicht (Faites silence ! Ne bavardez pas !) » qui fut créée avant le 9 septembre 1734.

 

 

 

Œuvre pour Soprano, Ténor et Basse solistes, flûte traversière, cordes, basse continue

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
13 janvier 2019 7 13 /01 /janvier /2019 06:10
Bon et Saint Dimanche de la Sainte Famille à tous !

 

 

 

 

Bonne et Sainte année 2019

à toutes les Banquisardes et tous les Banquisards

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout a une fin, même les voyageswink ! J’ai laissé l’Ecosse derrière moi, tout particulièrement Edimbourg où j’ai passé une dizaine de jours, incluant deux dimanches. La Providence a fait qu’une église catholique fût toute proche de l’endroit où je logeais et j’ai donc pu aller à la messe sans courir à l’autre bout de la ville.

 

La photo illustrant cette Page Musicale a  été prise dimanche dernier, jour de l’Epiphanie, dans l’église Saint-Patrick (Edimbourg).

 

 

 

 

Pour cette première « Page Musicale du Dimanche » de 2019, je suis « repartie » en Italie où j’ai trouvé un oratorio de Giovanni Battista Bassani (Padoue, 1657- Bergame, 1716) « la Tromba della Divina Misericordia » créé à Modène en 1676.

 

Bassani, violoniste renommé, organiste et compositeur, accomplit l’essentiel de sa carrière comme Maître de Chapelle dans diverses institutions de l’Italie du Nord. En 1676, il était maître de Chapelle de la Confraternità del Finale à Modène.

 

 

 

Cet oratorio a été écrit pour 4 voix solistes, chœur, orchestre et basse continue

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame Zouave

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !