Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mars 2020 2 17 /03 /mars /2020 10:10

SAINT PATRICK

17 mars

SAINT PATRICK ou PATRICE

 

Patrick est né à Kill-Patrick (Kilpatrick) en Ecosse qu'il nomme dans sa Confession: Bonaven-Tabernice. Les différents auteurs placent sa naissance en 372, quant à sa mort nous retiendons celle de l'année 464,  la plus crédible.

 

Il se dit Romain et Breton (de G.B.). Son père Calphurnius était Romain (les Romains abandonnèrent la Grande Bretagne en 409). Sa mère s'appelait Concesse et était la nièce de Saint Martin de Tours.

 

Quand il avait  seize ans, une troupe de barbares les enleva et les emmena en esclavage en Irlande, lui son père et plusieurs notables. Ils y gardèrent les troupeaux. Patrick resta esclave du même maître pendant six ans en implorant Dieu de le délivrer. Il fut averti en songe qu'il devait retourner dans son pays, mais il était loin des côtes. Prenant tout son courage, il s'enfuit. Au bout de plusieurs jours, il parvint à un port où il réussit à s'embarquer sur un navire de païens. Au bout de trois jours de navigation, il arriva en Ecosse dans une région inconnue de tout le monde.

 Ses compagnons de voyage et lui errèrent pendant vingt-sept jours. Les marins, sachant qu'il était chrétien, lui demandèrent de prier son Dieu pour trouver de la nourriture. En effet, ils tombèrent sur un troupeau de porcs qui put les nourrir jusqu'à ce qu'ils parviennent à des lieux habités.

 

Dieu lui fit connaître ses desseins : Patrick  devait retourner en Irlande pour l'évangéliser. Cette contrée s'appelait alors l'Hibernie. Ses habitants étaient composés de Scots et de Bretons. La langue irlandaise a beaucoup de points communs avec celle des écossais.

 

Patrick entreprit d'abord plusieurs voyages au cours desquels il rencontra Saint Martin de Tours et Saint Germain d'Auxerre. Puis il revint dans son pays où, dans sa Confession, il explique avoir été ordonné diacre, prêtre et sacré évêque, avant d'aller évangéliser les Irlandais.

 

Arrivé dans l'île, il réussit à convertir un grand nombre d'habitants en allant même dans les endroits les plus reculés, mais avec beaucoup de mal et parfois même en étant persécuté, par exemple par un roitelet nommé Corotic qui régnait dans une partie du Pays de Galles. Ce dernier, bien que chrétien, fit une incursion en Irlande et lors d'une cérémonie de confirmation, présidée par Patrick, il massacra une partie des néophytes et enleva les autres qu'il vendit à des païens Scots et Pictes.

Malgré les suppliques de Patrick, le roitelet Corotic se moqua de lui et des Irlandais, car selon lui, ils n'avaient pas la même foi en Dieu que les Gallois. Alors Patrick écrivit une lettre publique qui racontait la conduite de Corotic vis à vis de ses frères chrétiens et par laquelle il l'excommuniait tant qu'il ne se serait pas amendé de ses crimes et fait réparation. Corotic finit par céder et se repentir.

Cette lettre est parvenue jusqu'à nous.

 

Patrick vieillissant, écrivit sa Confession qui raconte sa mission en Irlande et l'aveu de ses fautes. Il réunit plusieurs conciles dont les actes authentiques montrent plusieurs canons sur la pénitence. Par ces mêmes actes, on sait que son siège était à Armagh.

 

Sous son épiscopat, plusieurs princes irlandais se convertirent, entre autres, le père de Saint Bénigne. Ce dernier succédera à Saint Patrick. D'autres encore comme le roi de Dublin, de Munster et les sept fils du roi de Connaught.

 

A sa mort en 464, presque toute l'Irlande était catholique. Il fonda plusieurs monastères et de nombreuses églises ainsi que des écoles. Il fut enterré dans le comté de Down en Ultonie (Ulster ou Irlande du Nord). Son corps y fut trouvé en 1185.

 

Premier apôtre de l'Irlande, après quinze siècles, il est toujours vénéré par les Irlandais comme leur père dans la foi. Sa fête est d'obligation et en même temps fête nationale.

 

SAINT JOSEPH d'ARIMATHIE

Il se chargea de l'ensevelissement de Jésus.

 

LES SAINTS MARTYRS d'ALEXANDRIE

en 392

 

SAINT AGRICOLE ou AREGLE

Evêque de Chalon-sur-Saône.

 

SAINTE GERTRUDE

Abbesse de Nivelle en Brabant

 

 

Partager cet article

Repost0
16 mars 2020 1 16 /03 /mars /2020 10:10

SAINT JULIEN DE TARSE EN CILICIE

 

 

Saint Julien de Tarse

Saint Julien de Tarse

Julien est né à Anazarbe en Cilicie, d'un père sénateur de cette ville. Il fut élevé dans l'étude des saintes écritures et fut ministre de l'Eglise.

 

Le juge de la ville, lors de la persécution de Dioclétien, le promena pendant un an à travers les villes de la province pour montrer le chrétien qui ne voulait pas adorer les idoles. N'arrivant pas à le convaincre, le juge lui appliqua le supplice des parricides; il le fit jeter à la mer dans un sac avec des scorpions et des serpents. Sant Ulpien avait subi le même martyre mais avec un chien et un serpent.

 

Lorsque la mer rendit son corps, les fidèles le transportèrent à Alexandrie puis à Antioche où Saint Chrysostome prononça son panégyrique.

 

SAINT FINIAN ou LOBHAR le LEPREUX

VIè siècle

 

SAINTE EUSERIE ou YSOIE

Abbesse d'Haimage au diocèse d'Arras + vers 660

 

SAINT GREGOIRE d'ARMEMIE

Reclus à Pluviers dans la Beauce

 

SAINT HERIBERT

Archevêque de Cologne + 1022

Partager cet article

Repost0
15 mars 2020 7 15 /03 /mars /2020 10:07

SAINT ABRAHAM et SAINTE MARIE

 

vers 360

Saint Abraham et Sainte Marie sa nièce

Saint Abraham et Sainte Marie sa nièce

Abraham naquit à Chidane en Mésopotamie, près d'Edesse. Il reçut une excellente éducation et avait l'amour de la vertu.

Ses parents le marièrent de force. Il dit à son épouse le lendemain de ses noces qu'il avait l'intention de vivre dans la continence et  partit secrètement se perdre dans la nature. Sa famille et ses amis mirent dix-sept jours à le retrouver, mais il refusa de revenir dans le monde, mura la porte de sa cellule en ne laissant qu'un petite ouverture. Il avait en tout et pour tout , un manteau, une écuelle et un cilice. Il passa ainsi cinquante années dans la solitude.

 

Il y avait douze ans qu'il vivait ainsi lorsque ses parents moururent. Héritant de leur fortune, il la distribua aux pauvres et aux orphelins.

Le bruit de sa sainteté se répandait de plus en plus. Il y avait à côté d'Edesse une bourgade peuplée de païens. L'évêque Ephrem voulait qu'ils se convertissent .Il fit appel à Abraham, l'ordonna prêtre et l'envoya dans cette ville pour les évangéliser. Pendant trois ans, Abraham subit les humiliations des païens, mais sans cesse il revenait vers eux. Progressivement ils ouvrirent les yeux et demandèrent le baptême. Il resta encore un an avec eux puis retourna dans sa cellule.

 

Abraham avait un frère qui mourut peu de temps après son retour. Il laissait une fille, Marie. Le saint voulut bien l'instruire et l'installa dans une cellule à côté de la sienne. Marie fit rapidement de grands progrès et elle devint un modèle de vertu et de pénitence, mais le démon veillait.

 

 Un solitaire qui venait souvent voir Abraham pour lui demander des conseils. Ce misérable tendit des pièges à Marie et réussit à lui ravir sa chasteté. Cette dernière, au lieu de demander pardon à Dieu, s'abîma dans le désespoir, s'en alla à la ville et sombra dans la luxure.

Abraham priait Dieu pour retrouver sa nièce. Il n'obtint cette grâce qu'au bout de deux ans. Pour aller la trouver, il se revêtit d'un déguisement. Il entra dans la maison où vivait Marie  mais elle ne le reconnut pas. Alors il enleva son grand chapeau pour qu'elle le reconnaisse. Il l'exhorta à se confesser et à rentrer en grâce avec Dieu. Abraham l'assura que l'évêque Ephrem priait également pour elle.

Il réussit enfin à la convaincre de revenir vivre à côté de lui. Marie réintégra sa vie solitaire pendant les quinze dernières année qui lui restaient à vivre. Nuit et jour, elle pleurait la perte de son innocence et punissait son corps de différentes manières. Sa pénitence fut abrégée par Dieu qui, au bout de trois ans, la favorisa du don des miracles.

 

Selon le récit de Saint Ephrem, Saint Abraham survécut cinq ans à sa nièce. Après sa mort, les chrétiens qui purent se procurer certains morceaux de ses habits guérirent miraculeusement à leur contact.

Le nom de Sainte Marie est dans le calendrier grec, et celui de Saint Abraham dans ceux des grecs des latins et des coptes.

 

SAINT ZACHARIE

Pape + 762

Partager cet article

Repost0
14 mars 2020 6 14 /03 /mars /2020 10:10

SAINTE MATHILDE DE RINGLEHEIM

 

ou MAHAUT ou encore MAUDE

Sainte Mathilde

Sainte Mathilde

Elle était la fille du comte Thierri seigneur Saxon. Ses parents étaient chrétiens. Elle fut élevée dans la religion par sa grand-mère abbesse du monastère d'Erford.

Arrivée à l'âge de se marier, elle le fut en 913 à Henri Ier fils d'Othon duc de Saxe. Son mari en 919 fut élu pour succéder à Conrad roi de Germanie. Henri fut nommé l'Oiseleur car il aimait chasser avec des oiseaux de proie. Ce roi était très pieux et avait de très grandes qualités. Il était juste et prenait soin de son peuple.

 

Tandis que son mari faisait la guerre et châtiait les Hongrois et les Danois, Mathilde emportait d'autres victoires en pratiquant le prière et la méditation, la visite des malades et des pauvres.

Henri eut en 936 une attaque d'apoplexie (AVC) et en mourut quelques temps après.

 

Mathilde avait quatre enfants: Othon qui succéda à son père fut couronné à Rome en 962, Henri1 duc de Bavière, Brunon archevêque de Cologne et Gerberge (+ 968) reine de France, épouse de Louis IV d'Outremer (913-969).

Othon bien que couronné roi de Germanie était jalousé par son frère Henri soutenu par sa mère Mathilde. Les deux frères se disputèrent mais finirent par se réconcilier. Ils se tournèrent alors vers leur mère en l'accusant d'avoir épuisé le trésor par des aumônes inconsidérées. Ils la dépouillèrent de ses biens et l'accusèrent d'avoir mis la perturbation dans l'empire. Ainsi Dieu punit-il Mathilde d'avoir troublé la paix familiale. A la fin ils se réconcilièrent et rendirent ses biens à leur mère.

 

Ayant retrouvé sa fortune elle put fonder cinq monastères et plusieurs églises. Les deux plus grands sont ceux de Polden dans le duché de Brunswick et de Quedlinbourg dans le duché de Saxe, ce dernier pour les religieuses. Mathilde s'y retirait de temps à autre passant le reste de son temps à instruire les ignorants et soulager les pauvres.

 

Mathilde tomba malade  au monastère de Quedlinbourg, elle se confessa à Guillaume archevêque de Mayence, son petit-fils, puis quelques jours après, elle fit une confession publique en présence de prêtres, et de religieuses du monastère. Avant de mourir, elle reçut les derniers sacrements et  expira le 14 mars 968. Son corps est à Quedlinbourg.

 

1.- Le fils d'Henri, Saint Henri, devint empereur de Germanie sous le nom de Henri II. Sa femme était Sainte Cunégonde.

 

SAINT ACEPSIMAS, évêque

SAINT JOSEPH, prêtre

SAINT AITHILAHAS, diacre

Martyrs en 380

 

SAINT LUBIN

Evêque de Chartres + 557

 

SAINT BONIFACE

Evêque de Rosse en Ecosse + vers 630

 

 

 

Partager cet article

Repost0
13 mars 2020 5 13 /03 /mars /2020 10:10

SAINT NICEPHORE1

Saint Nicéphore, patriarche de Constantinople

Saint Nicéphore, patriarche de Constantinople

Théodore, père de Nicéphore, était secrétaire de l'empereur Copronyme, mais son attachement aux saintes images lui fit perdre sa fortune. L'empereur iconoclaste le priva de sa charge et le bannit.

Elevé dans la vrai religion, Nicéphore continua son chemin vers la sainteté à l'aide de sa mère Eudocie, son père étant mort en exil.

 

Bientôt son érudition et sa piété furent remarquées par Constantin et sa mère Irène qui lui confièrent la charge que son père avait exercée. L'assurant avec zèle, il mettait aussi toutes ses forces à défendre la vrai foi contre les iconoclastes. Il assista au septième concile général comme commissaire de l'empereur.

 

A la mort de Saint Taraise, patriarche de Constantinople, il fut désigné pour lui succéder en 806. Le jour de son sacre, il tint à la main pendant toute la cérémonie un texte de sa composition justifiant les images saintes qu'il déposa derrière l'autel, affirmant ainsi sa volonté de lutter contre les hérésies.

Nicéphore employa toute son énergie à lutter contre le vice. Ses ennemis ne tardèrent pas à le persécuter.

Léon l'Arménien, gouverneur d'Anatolie, proclamé empereur en 815, iconoclaste inconditionnel, s'occupa de répandre les erreurs. Il employa toute sa force et sa ruse pour imposer ses vues; mais Nicéphore lui affirma que toutes ses manigances étaient vaines et contre les traditions de l'Eglise.

Les iconoclastes qui adoraient la croix et le livre des évangiles ne pouvaient pas ne pas honorer les images saintes, ils étaient en contradiction avec eux-mêmes.

Léon, devant la résistance des évêques catholiques, assembla un prétendu concile avec des évêques iconoclastes et réussit à faire exiler Nicéphore. L'empereur Michel le Bègue qui succéda à Léon laissa Nicéphore en exil. Il y mourut le 2 juin 828 dans le monastère de Saint Théodore qu'il avait fait bâtir. Sa translation eut lieu le 13 mars.

Eglise Saint Nicéphore à Drummondville au Québec

Eglise Saint Nicéphore à Drummondville au Québec

Saint Nicéphore a laissé plusieurs écrits:

 

1. Abrégé d'histoire,

 

2.  Une chronologie depuis la création du monde

 

3. La Sticométrie, c'est à dire la liste des livres sacrés.

 

4. Les Antirrhétiques, des écrits contre les iconoclastes.

 

5. La dispute avec l'empereur Léon l' Arménien.

 

6. La Lettre au pape Léon III.

 

7. Dix-sept canons.

 

etc.

 

1. Un homme célèbre porte son nom: Nicéphore Niepce, inventeur de la photographie (1765-1833)

 

SAINTE EUPHRASIE ou EUPHRAXIE

Vierge en 410

 

SAINT MOCHOEMOC

Abbé en Irlande + 655

 

SAINT GERALD

Evêque en Irlande + 752

 

SAINTE KENNOQUE

Vierge en Ecosse + 1007

Partager cet article

Repost0
12 mars 2020 4 12 /03 /mars /2020 10:11
La messe pascale en grégorien

La messe pascale en grégorien

SAINT GREGOIRE LE GRAND ou 1er

 

Confesseur, pape et docteur de l'Eglise

 

Grégoire est né à Rome en 540. Gordien, son père, était sénateur et avait une grande fortune; mais il renonça au monde après la naissance de son fils, se fit ecclésiastique et mourut régionnaire, c'est à dire un des sept cardinaux diacres qui avait soin, chacun dans son quartier, des pauvres et des hôpitaux, ou des districts appelés diaconies. Sylvie sa mère suivit l'exemple de son mari et se consacra au service de Dieu dans un oratoire près du Portique de Saint Paul.

 

Grégoire, après des études brillantes, fut nommé préteur ou premier magistrat de Rome par l'empereur Justin II. Cette distinction l'obligea à porter un habit particulier appelé trabée,  en soie avec des broderies et garni de pierres précieuses. Malgré tout il était toujours tourné vers Dieu et n'estimait que les choses du ciel.

Après la mort de son père, il fonda six monastères en Sicile avec l'argent de son patrimoine et un à Rome dans sa maison sous l'invocation de Saint André, situé sur le Mont Scaurus. Il prit lui-même l'habit en 575 à l'âge de trente-cinq ans et se mit avec ardeur à l'étude des livres saints avec l'aide d'Eleuthère.

 

Lors d'un passage sur le marché de Rome, il vit des esclaves en vente qui étaient d'une grande beauté. Il demanda leur provenance et on lui répondit qu'ils venaient de la Grande-Bretagne et qu'ils étaient encore païens. Touché par cette misère, il demanda au pape Benoît Ier la permission d'aller convertir cette région, mais malgré l'accord du pape un contretemps l'en empêcha et il dut abréger son voyage. Ce n'était que partie remise. De retour à Rome, il fut nommé un des sept diacres de la ville. Peu de temps après, il fut envoyé à Constantinople comme nonce. C'est là qu'il écrivit Les morales sur Job en trente-cinq volumes,

12 mars

 qui comportent une explication de la vie intérieure. Saint Thomas et Saint Isidore y puiseront des maximes célèbres.

Grégoire réfuta avec succès l'erreur d'Eutychius qui mourut réconcilié avec l'Eglise en 582. En quittant Constantinople, Grégoire en rapporta un bras de Saint André et le chef de Saint Luc. Il fut élu abbé du monastère de Saint André, fonction qu'il garda même en étant plus tard secrétaire du pape.

 

En 590, le pape Pélage II étant mort de la peste, le clergé voulut le remplacer par Grégoire, mais celui-ci refusa et, déguisé en marchand, il s'enfuit de Rome. Alors tous les Romains se mirent en prière pour retrouver Grégoire. Un miracle le leur fit découvrir; Grégoire y voyant la main de Dieu fut sacré pape le 3 septembre 590. Cependant malgré l'insigne honneur que la chrétienté entière lui faisait, il se sentait triste et accablé par une telle charge. Alors, Jean, archevêque de Ravenne, vint à son aide. Grégoire, sortant de son accablement, écrivit le livre du Devoir des Pasteurs connu sous le nom de Pastoral. Ce fut sa première réforme, la deuxième étant le Sacramentaire. Il réforma aussi le chant de l'Eglise que l'on appellera le Grégorien. Il écrivit encore de nombreux ouvrages, dont des Dialogues, des lettres, l'Exposition au Cantique des Cantiques, etc.

 

Au milieu  de tout cela le pape Grégoire n'oubliait pas les pauvres dont il avait fait une liste pour que personne ne soit oublié. Un officier était chargé journellement de parcourir les rues à la recherche des pauvres et des malades et de lui en rendre compte. Il paya la rançon des prisonniers des Lombards en vendant une partie des trésors de l'Eglise. Il s'employa aussi à la conversion des hérétiques et montra une grande mansuétude envers les Juifs d'Istrie. Il ordonna à Pierre, évêque de Terracine, de leur rendre leur synagogue et d'arrêter toute violence. Il fit de même avec les Juifs de Sardaigne et de Sicile.

 

Malgré ce fond de douceur, Grégoire était ferme et inébranlable dans plusieurs occasions: il écrivit à Sabinien, nonce à Constantinople: Je souffre longtemps, mais lorsque ma patience est à bout, elle se transforme en force et j'affronte les dangers.

 

Le pontificat de Grégoire ne dura que treize ans, et bien qu'il fût d'une santé fragile, souvent malade et en prière plusieurs fois par jour, il arriva à réformer l'Eglise et à la maintenir dans le droit chemin, à la débarrasser des abus, des hérésies, à s'occuper des pauvres et des malades. Il s'occupa aussi de convertir  l'Angleterre, d'éradiquer l'Arianisme de l'Espagne visigothique et le Donatisme en Afrique du nord.

Lorsque Rome fur assiégée par les Lombards, c'est grâce aux négociations de Grégoire qu'ils n'entrèrent pas dans la ville, à  tel point que, par la suite, le roi Lombard Agilufe abjura l'Arianisme. Il lutta aussi contre les gouverneurs de province qui écrasaient les peuples d'impôts et maltraitaient leurs sujets, allant jusqu'à vendre leurs terres, comme en Corse.

 

Bien d'autres événements majeurs sont le fait du pape Grégoire, mais un livre serait insuffisant pour tout raconter.

A partir de 596 Saint Grégoire fut continuellement malade, ce qui ne l'empêchait pas de continuer à s'occuper activement des affaires de l'Eglise. Il mourut le 12 mars 604 vers l'âge de soixante-trois ans après avoir siégé treize ans et six mois. On a longtemps conservé son pallium, sa ceinture et le reliquaire qu'il portait autour du cou. Ses reliques sont au Vatican.

En Angleterre, le concile de Clif ou Clovestone de 747 ordonna que la fête de Saint Grégoire soit fêtée dans tous les monastères. Elle devint fête d'obligation pour tout le royaume en 1222 jusqu'à la prétendue réforme.

 

SAINT MAXIMILIEN

Martyr à Thébeste en Numidie en 296

 

SAINT PAUL

Premier évêque de Léon en Bretagne + 573

 

SAINT THEOPHANE

Abbé + 818

Messe de Saint Grégoire

Messe de Saint Grégoire

Partager cet article

Repost0
11 mars 2020 3 11 /03 /mars /2020 10:10

SAINT EULOGE DE CORDOUE

Décapitation de Saint Euloge

Décapitation de Saint Euloge

Saint Euloge était issu d'une des premières familles de Cordoba (Cordoue) en Espagne, alors capitale des Maures ou Sarrasins. Ces barbares musulmans,  en ruinant l'empire des Goths, avaient presque entièrement aboli le christianisme et en avaient jusqu'à présent toléré la pratique tout en exigeant un tribut de chaque chrétien payable à chaque nouvelle lune.

Euloge passa les premières années de sa vie parmi les clercs de l'église Saint Zoïle. Ayant été ordonné prêtre, il fut nommé directeur de l'école ecclésiastique de Cordoba, alors très célèbre.

 

Des chrétiens se révoltèrent et dirent publiquement qu'ils étaient contre Mahomet et sa religion, ce qui provoqua une nouvelle persécution en 850, la vingtième année du règne d'Abderrahmane III.

Un évêque félon, Reccafrède, se déclara contre cette révolte chrétienne. C'est par son entremise qu'on incarcéra l'évêque de Cordoba, plusieurs prêtres et fidèles au christianisme dont Euloge, car ce dernier encourageait les martyrs en les instruisant. C'est dans sa prison qu'il composa son Exhortation au martyre. Elle est adressée aux vierges  Flore et Marie qui furent décapitées le 24 novembre de l'année suivante.

Saintes Flore et Marie

Saintes Flore et Marie

Six jours après le martyre de ces deux vierges, Euloge et ses compagnons furent libérés de prison. Ils attribuèrent leur libération à l'intervention de Flore et de Marie maintenant au ciel.

 

D'autres massacres eurent lieu en 852, au cours desquels moururent Gumisond, Aurelius et Félix avec leurs femmes; Christophe, Légivilde, et d'autres encore. Cependant, comme l'Eglise craignait  la faiblesse de ses enfants, elle assembla un concile à Cordoba pour interdire à tout chrétien de se livrer aux persécuteurs.

La persécution continua sous Mohamed, fils et successeur d'Abderrahmane. Les moines Félix, Fandile et Anastase ainsi que trois nones, Digne, Colombe et Pompose moururent en 853. Euloge écrivit l'histoire de leur martyre en trois volumes le Mémorial des saints.

 

Les mahométans obligèrent Euloge, afin de faire taire son ardeur, à vivre avec Reccarède, ce loup vêtu en berger.  Ne pouvant refuser, Euloge s'interdit toute fonction, excepté d'annoncer la parole de Dieu et il s'abstint de dire la messe pour ne pas avoir de relation avec cet évêque inique.

En 858, à la mort de l'archevêque de Tolède, Euloge fut élu pour le remplacer, mais il ne put être sacré, en voici la raison:

Une vierge nommée Léocritie d'une famille musulmane s'était faite chrétienne. Un jour, son père et sa mère s'en aperçurent, alors elle se sauva de chez elle et  demanda à Euloge de la cacher. Il la cacha chez des amis, mais ses parents la retrouvèrent. Euloge et Léocritie furent présentés devant le juge qui ordonna qu'on les conduisît au palais du roi.  Euloge essaya de leur démontrer les avantage de la religion chrétienne et de la fausseté de celle de Mahomet; mais ils ne l'écoutèrent pas. Emmené à la mort, Euloge au passage fut giflé par un eunuque, alors il lui tendit l'autre joue et il reçut une deuxième gifle. Il fut martyrisé le 11 mars 859. Léocritie fut décapitée quatre jours après.

 

SAINT SOPHRONE

Patriarche de Jérusalem 639-644

 

SAINT CONSTANTIN

Martyr en Ecosse fin VIè siècle

 

SAINT VINDICIEN

Evêque d'Arras et de Cambrai + 705

 

SAINT EUTHYME

Evêque de Sardes en Lydie, martyr en 820

 

SAINT AENGUS

Evêque en Irlande + 824

Partager cet article

Repost0
10 mars 2020 2 10 /03 /mars /2020 10:10

LES QUARANTE MARTYRS DE SEBASTE

Les quarante martyrs de Sébaste ou Sébastée

Les quarante martyrs de Sébaste ou Sébastée

Ces saints martyrs souffrirent en 320 à Sébaste (aujourd'hui Sivas en Turquie), ville d'Arménie, sous l'empereur Licinius. Ils venaient de différents pays, mais tous enrôlés dans la Légion Fulminante qui selon les écrits de Saint Grégoire de Nysse, obtint du ciel une pluie miraculeuse sous l'empereur Marc-Aurèle. Ses légionnaires étaient tous braves et vaillants au combat.

Cette douzième légion avait alors ses quartiers en Arménie. Lysias en était le général et Agricola gouverneur de cette province.

Agricola signifia à l'armée un édit de Licinius qui ordonnait à tout le monde de sacrifier aux idoles. Quarante chrétiens se présentèrent, confessèrent qu'ils étaient chrétiens et qu'ils ne sacrifieraient pas aux idoles, même sous la torture. Comme d'habitude, le juge recourut d'abord à la douceur en essayant de les convaincre, puis sans résultat, il employa les menaces. Les futurs saints répondirent:

 

Quant à vos menaces, elles ne nous effraient pas. Vous n'avez de pouvoir que sur nos corps, que nous avons appris à mépriser, pour nos âmes, elles sont à l'abri de toutes les poursuites des hommes.

 

Le gouverneur surpris les fit fouetter et les soumit au supplice des crocs de fer, puis il les enchaîna.

Lysias, leur général, arrivé de Césarée à Sébaste, leur fit subir de nouvelles épreuves, mais qui restèrent sans effet. Il  fut honteux de ce qu'il avait fait subir à ses hommes.

En rage, le gouverneur imagina un supplice lent et rigoureux. C'était l'hiver : il gelait tellement fort qu'un étang situé à proximité de la ville était entièrement gelé. Nos vaillants légionnaires y furent exposés nus pendant trois nuits consécutives. Leurs membres gelaient les uns après les autres, car les bourreaux faisaient tout pour qu'ils restent en vie le plus longtemps possible. Le but n'étant pas de les tuer, mais de les obliger à sacrifier aux idoles.

De leur côté, les martyrs suppliaient le Seigneur de les aider à ne pas flancher. Pour que la tentation d'apostasier soit plus grande, les soldats avaient installé à côté un bain chaud pour ceux qui voulaient renier leur foi.

Malheureusement l'un d'eux succomba et  alla se jeter dans le bain chaud, mais il expira aussitôt, Dieu ne permit pas qu'il jouît longtemps de son apostasie.

Alors il se produisit un miracle. Le soldat à la garde de l'eau chaude vit des anges descendre du ciel distribuer des récompenses aux soldats martyrs. Le garde aussitôt  se déshabilla et alla rejoindre les trente-neuf autres en criant qu'il était chrétien comme eux.

A la levée du jour, le juge ordonna qu'on les jetât dans le feu. Ils étaient tous morts ou mourants, sauf  le plus jeune appelé Méliton. Selon le récit de Saint Ephrem, sa mère, présente, l'exhorta à rejoindre la charrette qui les emmenait.  Méliton rejoignit le reste de la troupe.

Après avoir brûlé les cadavres, on jeta leurs cendres  dans le fleuve, mais une partie fut achetée par des chrétiens. La ville de Césarée gardait ces reliques pour s'assurer contre les attaques des ennemis. Saint Basile et Sainte Emélie sa mère, Saint Grégoire de Nysse, Saint Pierre de Sébaste et Sainte Macrine se procurèrent une partie des reliques. Sainte Emélie les déposa dans une église qu'elle fit bâtir près du village d'Annessès, où des miracles s'opérèrent à cette occasion.

10 mars

SAINT CAIUS et SAINT ALEXANDRE

Martyrs à Apamée en Phrygie en 279

 

SAINT MACKESSOGE ou KESSOGE

Evêque des provinces de Levin et de Boyn en Ecosse VIè siècle

 

SAINT DROCTOVEE

Premier abbé de Saint Vincent, aujourd'hui Saint-Germain-des-Prés. + 580

 

SAINT ATTALE

Second abbé de Bobio en Italie + 627

Partager cet article

Repost0
9 mars 2020 1 09 /03 /mars /2020 10:10

SAINTE FRANCOISE ROMAINE

Sainte Françoise Romaine

Sainte Françoise Romaine

Françoise est née à Rome en 1384 de Paul de Buxo et de Jacqueline Refredeschi, tous deux de familles très distinguées.

Aimant la solitude, Françoise décida à l'âge de onze ans qu'elle se ferait religieuse, mais ses parents en décidèrent autrement et elle épousa en 1396 Laurent Ponzani, jeune seigneur romain et fortuné.

 

Dès que cela lui était possible, elle s'isolait pour prier, mais d'un autre côté elle accomplissait tous ses devoirs d'épouse. Pendant quarante ans les deux époux vécurent amoureusement sans que rien ne perturbât leur union.

La dévotion de Françoise allait jusqu'à visiter les églises, prier et méditer, mais lorsque son devoir d'épouse et de maîtresse de maison l'appelait, elle s'y rendait sans tarder. Elle prenait soin de l'éducation de ses enfants et traitait ses domestiques comme des frères et des soeurs en Jésus-Christ, en veillant à leur salut.

Avec la permission de son mari, elle se mortifia. Elle s'interdisait dans son alimentation tout ce qui lui faisait plaisir, ne se nourrissant que d'aliments légers, sauf en cas de maladie. Elle n'oubliait pas les pauvres à qui elle faisait l'aumône régulièrement.

9 mars

Elle ne portait que des habits simples et avait sur elle un cilice en permanence.

Son exemple entraîna plusieurs dames de ses amies à en faire autant,  renonçant aux pompes et aux vanités du siècle, sous la conduite des bénédictins du Mont Oliveto, qui avaient constitué une sorte de Tiers Ordre.

Françoise fut éprouvée lors de l'invasion de Rome par Ladislas, roi de Naples, et pendant le schisme sous le pontificat de Jean XXIII. En 1413, son mari fut banni de la ville, ainsi que son beau-frère Paulucci. Ils furent enfermés et dépouillés de leurs biens. Son fils aîné fut gardé en otage. Françoise ne perdit rien de sa tranquillité et disait comme Job: Dieu m'a ôté ce qu'il m'avait donné.

 

A la fin du schisme, son mari retrouva ses biens et sa place. A partir de 1425, il la laissa entièrement à ses dévotions et l'autorisa à fonder un monastère pour les vierges et les femmes qui voulaient renoncer au monde, sous la règle de Saint Benoît et sous la surveillance des Olivetains.

Le monastère devenant trop petit, il fut agrandi en 1433 et ce nouvel Ordre fut approuvé en 1437 par le pape Eugène IV. les religieuses étaient des oblates appelées Collatines peut-être à cause du quartier de Rome où elles vivaient.

 A la mort de son mari, Françoise se présenta au couvent et fit son oblation le jour de la Saint Benoît de l'année 1437. Quelques années plus tard, elle fut élue supérieure du monastère. Dieu la récompensa par le don de prophétie. On sait qu'elle parlait avec son ange gardien.

Un jour, ayant été obligée de sortir de son monastère pour voir son fils Jean-Baptiste qui était malade, elle-même contracta la maladie et  en mourut. Elle expira le 9 mars 1440 à l'âge de cinquante-cinq ans.

Bientôt des miracles s'opérèrent sous son invocation et elle fut l'objet d'un culte public, bien qu'elle ne fût canonisée qu'en 1608. Son corps est à Rome dans une châsse magnifique.

 

 

 

9 mars

SAINT GREGOIRE DE NYSSE

Evêque vers 400

 

SAINT PACIEN

Evêque de Barcelone XVè siècle

 

SAINT CATHERINE

Vierge et abbesse des Clarisses de Bologne + 1463

Partager cet article

Repost0
7 mars 2020 6 07 /03 /mars /2020 09:26
Saint Jean de Dieu par Bartolome Esteban MURILLO

Saint Jean de Dieu par Bartolome Esteban MURILLO

SAINT JEAN DE DIEU

 

Confesseur

 

D'origine portugaise, Saint Jean de Dieu fut d'abord berger, puis soldat. Converti vers l'âge de quarante ans, il se consacra au service des aliénés et se montra, dans cette tâche ingrate, un véritable novateur en même temps qu'un saint d'un héroïsme surhumain. Il fonda l'Ordre des Frères Hospitaliers qui porte son nom et qui fut reconnu officiellement en 1586. Saint Jean est mort à Grenade le 8 mars 1550. Léon XIII l'a désigné comme patron des hospitaliers et des malades.

 

SAINT APOLLONE, SAINT PHILEMON etc.

Martyrs à Antinoé  (actuellement Sheikh' Ibada) en Egypte en 311

 

SAINT SENAN

Evêque en Irlande + 344

 

SAINT PSALMODE ou SAUMAY

Anachorète dans le Limousin en 589

 

SAINT FELIX

Evêque de Dunwich dans le Suffolk + 646

 

SAINT JULIEN

Archevêque de Tolède + 690

 

SAINT DUTHAC

Evêque de Ross en Ecosse + 1253

 

SAINTE ROSE DE VITERBE

Vierge du Tiers Ordre de Saint François + 1261

 

 

Châsse de Sainte Rose de Viterbe

Châsse de Sainte Rose de Viterbe

Partager cet article

Repost0
6 mars 2020 5 06 /03 /mars /2020 10:10
Saintes Perpétue et Félicité

Saintes Perpétue et Félicité

SAINTES PERPETUE et FELICITE

 

Le récit du martyre de Sainte Félicité et Sainte Perpétue est une des plus belles pages de l'histoire des premiers siècles, par les sentiments qu'il nous révèle chez ces deux femmes chrétiennes à l'annonce de leur condamnation au bêtes. Conscientes de leur faiblesse, mais sûres de leur force dans le Christ qui combattait pour elles, elles allèrent au martyre comme à un triomphe auquel le Christ lui-même les conviait. Elles furent exposées aux bêtes dans l'amphithéâtre de Carthage, en 203, et achevées par le glaive. Leurs noms figurent au canon de la messe.

 

SAINT CHRODEGANG

Evêque de Metz, l'an 766

 

SAINTE COLETTE

Réformatrice de l'Ordre de Sainte Claire, appelées Clarisses et dites Urbanistes (du pape Urbain IV). + 1447, canonisée en 1807.

 

SAINT FRIDOLIN

Abbé, patron du canton suisse de Glaris. + 538

 

SAINT BALDREDE

Evêque de Glasgow + 608

 

SAINTES KYNEBURGE, KYNESWIDE, KYNEDRIDE filles de Penda roi de Mercie et

SAINTE TIBRA, VIIè siècle.

 

SAINT CADROEL

Abbé + vers 975

 

 

Partager cet article

Repost0
5 mars 2020 4 05 /03 /mars /2020 10:10
Césarée de Philippe

Césarée de Philippe

SAINT ADRIEN et SAINT EUBULE

 

En 309,  septième année de la persécution de Dioclétien, continuée par Galère-Maximien, la Palestine avait comme gouverneur Firmilien qui venait de faire couler le sang de plusieurs martyrs.  Adrien et Eubule virent à Césarée pour visiter des prêtres.

 

A la porte de la ville, on leur demanda quel était le but de leur visite, comme c'était la coutume pour les étrangers. Il dirent la vérité,  ils furent alors aussitôt arrêtés et martyrisés.

 

Deux jours après, c'est à dire le 3 mars, alors que les païens célébraient la fête de la fortune, génie de la ville, Adrien fut exposé à un lion puis achevé d'un coup d'épée. Eubule subit le même sort le 7 mars,  pour avoir refusé de sacrifier aux idoles. Ce furent les derniers qui souffrirent à Césarée où la persécution avait duré sept ans sous les gouverneurs Flavien, Urbain et Firmilien. La même année Firmilien fut décapité sur ordre de l'empereur. Quant à Urbain, il avait déjà subi le même sort deux ans auparavant. Dieu s'était vengé.

 

SAINT KIARAN ou KENERIN nommé par les Bretons (de Cornouaille) SAINT PIRAN

Evêque en Irlande, vers 352

 

SAINT GERASIME

Abbé en Palestine + le 5 mars 475

 

SAINT THEOPHILE

Evêque de Césarée en Palestine, fin IIè siècle

 

SAINT VIRGILE

Evêque d'Arles + 610

 

SAINT DRAUSIN

Evêque de Soissons + 675

 

SAINT ROGER

Religieux franciscain + 1236

 

 

Partager cet article

Repost0
4 mars 2020 3 04 /03 /mars /2020 10:24
Saint Casimir, prince polonais

Saint Casimir, prince polonais

SAINT CASIMIR

 

Prince de Pologne

 

Casimir était le troisième fils des treize enfants de Casimir III, roi de Pologne et d'Elisabeth d'Autriche (+ 1505), fille de l'empereur Albert II.

Il est né le 5 octobre 1458, et eut pour précepteur Jean Dlugloss, dit Longin, chanoine de Cracovie, homme d'une grande piété et de beaucoup de connaissances qui refusa plusieurs évêchés. Toute la fratrie lui était attaché.

 

Stanislas, l'aîné, fut roi de Bohème en 1471, puis roi de Hongrie en 1490. Albert et Alexandre, deux autres de ses frères furent successivement rois de Pologne, respectivement en 1492 et 1501.

 

Casimir était très pieux. Tout en vivant à la cour, il menait une vie monacale. Il assistait à tous les offices canoniaux et avait une dévotion particulière envers la Sainte Vierge pour laquelle il composa un hymne dit " de Saint Casimir."

 

Les Hongrois, mécontents de leur roi Matthias voulurent placer Casimir sur leur trône en 1471, mais il n'avait que treize ans. Il accepta par obéissance au roi son père. Arrivé à la frontière de la Hongrie, il apprit que Matthias avait rassemblé une armée de seize mille hommes et que le pape Sixte IV s'était déclaré en faveur du roi détrôné. De plus, Matthias avait envoyé une ambassade au roi de Pologne pour lui demander de ne pas intervenir. Enchanté,Casimir demanda à son père de se retirer de cette entreprise, ce qui lui fut accordé. Pour ne pas vexer son père, au lieu d'aller tout droit à Cracovie, il se rendit au château de Dobzki et y passa trois mois. Malgré plusieurs demandes des Hongrois et de son père, Casimir refusa d'intervenir dans les affaires de Hongrie.

 

Casimir employa les douze dernières années de sa vie à se sanctifier en vivant toujours de façon monacale.

 

 

 

 

Saint Casimir

Saint Casimir

Il mourut de phtisie (tuberculose) à Wilna (Vilnius), capitale de la Lithuanie le 4 mars 1483 à l'âge de vingt-quatre ans. Il fut enterré dans l'église Saint Stanislas où, sur son tombeau, s'opérèrent un grand nombre de miracles . Le pape Léon X le canonisa en 1522. Cent-vingt ans après sa mort on trouva son corps sans corruption. Ses riches habits étaient en parfait état malgré l'humidité du caveau. Sur son tombeau fut construite une magnifique chapelle en marbre. Il est le patron de la Pologne.

Chapelle de Saint Casimir à Vilnius

Chapelle de Saint Casimir à Vilnius

A Saint-Germain-des-Prés à Paris, il existe une chapelle dédiée à Saint Casimir où, paraît-il, on peut voir son portrait peint d'après nature. Cette chapelle a été bâtie par Jean-Casimir Wasa, roi de Pologne et dernier prince de la maison de Wasa qui, après avoir abdiqué, se retira à Paris où il mourut abbé de Saint Germain-des-Prés en 1668.

Jean-Casimir Wasa, roi de Pologne

Jean-Casimir Wasa, roi de Pologne

 

SAINT LUCE

Pape et martyr l'an 253

 

SAINT BASIN

Evêque de Trèves + 700

 

SAINT ADRIEN

Evêque de Saint-André en Ecosse, martyr en 874

Partager cet article

Repost0
3 mars 2020 2 03 /03 /mars /2020 10:23
Sainte Cunégonde de Luxembourg

Sainte Cunégonde de Luxembourg

SAinte Cunégonde et Saint Henri

SAinte Cunégonde et Saint Henri

SAINTE CUNEGONDE

 

Cunégonde était la fille de Sigefroi premier comte du Luxembourg et de Hadeswidge (Hedwige) sa mère. Elevée pieusement dans la religion elle épousa Henri duc de Bavière qui après la mort de l'empereur Othon III fut élu roi des Romains et couronné à Mayence le 6 juin 1002. Cunégonde, quant à elle, fut couronnée à Paderborn le jour de la Saint Laurent.

En 1014 elle accompagna son mari à Rome et ils y reçurent la couronne impériale des mains du pape Benoît VIII.

Avant leur mariage, les époux avaient fait vœu de virginité perpétuelle. Ce qu'ils respectèrent scrupuleusement après leur union. Mais le démon veillait et Cunégonde fut accusée d'entretenir secrètement une liaison hors mariage. L'empereur y crut et conçut des soupçons sur son épouse. Pour prouver son innocence, elle marcha nu-pieds sur des socs de charrue chauffés au rouge (supplice courant dans cette circonstance à cette époque) . Elle ressortit de cette épreuve sans dommage. Henri demanda pardon à sa femme d'avoir pu douter d'elle. Ils vécurent en parfaite harmonie jusqu'à leur mort.

 

Cunégonde, lors d'une retraite dans la Hesse, tomba gravement malade. Dès son rétablissement, elle accomplit le vœu qu'elle avait fait de fonder une abbaye à Capungen, aujourd'hui Kaffungen ( Kaufungen près de Kassel dans le diocèse de Paderborn). Entre temps, l'empereur Henri mourut en 1024. Elle fit prier les religieuses pour son âme en leur disant qu'elle n'avait qu'une hâte,  rejoindre son mari.

 

A partir de ce moment là, elle employa ses trésors à fonder des évêchés, des monastères, à décorer des églises et à soulager la misère des pauvres. Jugeant que ce n'était pas suffisant, elle voulut embrasser la pauvreté évangélique.

 

 Le jour anniversaire de la mort de son mari, elle assembla un grand nombre d'évêques pour procéder à la dédicace de l'église de Kaffungen, assista à la cérémonie et offrit un morceau de la vraie croix. Lors de la messe, après la lecture de l'évangile, elle quitta ses vêtements d'impératrice pour revêtir une robe pauvre; on lui coupa les cheveux, l'évêque de Paderborn lui plaça le voile sur la tête et lui donna un anneau en gage de fidélité pour le divin Epoux. Elle passa ainsi les quinze dernières années de sa vie au couvent, partagée entre la pénitence et la consolation des malades.

 

A l'article de la mort, voyant qu'on récitait les prières des agonisants et qu'on préparait un drap mortuaire brodé d'or pour son enterrement, elle se redressa sur son lit et ordonna qu'on le range, parce qu'elle voulait être enterrée uniquement avec sa robe de religieuse. Elle expira le 3 mars 1040. Son corps fut transporté à Bamberg et inhumé à côté de l'empereur. Le pape innocent III la canonisa en 1200. Plusieurs miracles eurent lieu sur son tombeau. La plus grande partie de ses reliques se trouve toujours à Bamberg. 

 

SAINT MARIN et SAINT ASTERE ou ASTYRE

Martyrs vers l'an 272

 

SAINT EMETRE ou MARIR et SAINT CHELIDOINE

Soldats romains, martyrs à Calahorra en Espagne

 

SAINT GUIGNOLE (Guignolé)

en latin: Wiwaloëus ou Guinolé en français. Abbé de Landevenec en Bretagne + vers 527

 

SAINT LAMALISSE

de l'île d'Aran en Ecosse, VIIè siècle

Partager cet article

Repost0
1 mars 2020 7 01 /03 /mars /2020 09:22
Saint Swibert de l'île de Kaiseswerdt (Düsseldorf)

Saint Swibert de l'île de Kaiseswerdt (Düsseldorf)

SAINT SWIBERT

 

Swibert l'ancien naquit en Angleterre et vécut sous la conduite de Saint Egbert, prêtre et moine. Ils se fixèrent en Irlande, puis par la suite Egbert envoya Swibert et un compagnon, Willibord (qui par la suite sera canonisé), évangéliser la Frise pour la deuxième fois, espérant plus de succès. Ils s'embarquèrent en l'an 690. Arrivés à l'embouchure du Rhin,  ils allèrent jusqu'à Utrecht. Là, ils furent soutenus par Pépin de Héristal, maire du Palais de France qui était à cette époque le maître de la Frise.

Notre saint évangélisa les provinces qu'on appelle maintenant les Pays-Bas.

En 696, Saint Willibord fut sacré évêque d'Utrecht par le pape Serge I. Swibert fut également sacré évêque régionnaire en Angleterre par Wilfrid d'York en 697.

Après son sacre il retourna aux Pays-Bas pour continuer son apostolat et pénétra dans le territoire des Boructariens, connu aujourd'hui sous le nom de duché de Berg et comté de la Mark. Malheureusement ses travaux furent arrêtés par l'invasion des Saxons. Alors Swibert se retira dans une petite île sur un bras du Rhin du nom deKaiserswerdt (île de l'empereur) appartenant à Pépin. Il y fonda une abbaye où il  mourut le 1er mars 715. Cette île se situait à six milles de Düsseldorf. Aujourd'hui ce n'est plus une île, le bras du Rhin ayant changé son cours, elle est intégrée dans cette ville. Cette abbaye fut détruite 88 ans après. Dans ce qui était cette île il reste les ruines d'une importante forteresse.

 

SAINT SIVIARD ou SEVARD

Abbé de Saint Calais dans le Maine. VIIè VIIIè siècle.

 

SAINT LEON

Evêque de Bayonne, apôtre des Basques, martyrisé par les pirates vers 900.

 

SAINT NONAN

Martyr en Ecosse + 874

 

 

Partager cet article

Repost0
29 février 2020 6 29 /02 /février /2020 09:13
Saint David archvêque du Pays de Galles

Saint David archvêque du Pays de Galles

Cathédrale Saint David

Cathédrale Saint David

SAINT DAVID

 

David était fils de Xantus, prince de Cérédigion, aujourd'hui le Cardiganshire (comté du Pays de Galles).

Après une éducation chrétienne, il fut ordonné prêtre et se retira dans l'île Wight où il vécut sous la conduite d'un ancien,  Paulin, disciple de Saint Germain d'Auxerre. Son premier miracle est d'avoir rendu la vue à Paulin, devenu aveugle par la vieillesse, en faisant sur lui une prière et un signe de croix.

 

Au bout de quelques années, sortant de sa retraite, il alla prêcher les Bretons (de G.B.) et bâtit une chapelle à Glastenbury, lieu des premiers apôtres de la Grande-Bretagne. Par la suite, successivement il fonda douze abbayes dont la principale était celle de Ross près de Ménévie.

Les moines qui observaient la règle de David travaillaient aux champs sans l'aide d'animaux, devaient respecter le silence, se nourrir de fruits et légumes et de lait coupé d'eau. Pour tout vêtement, ils portaient des peaux de bêtes. Si un homme voulait entrer au couvent pour se faire moine, la porte ne s'ouvrait qu'au bout de dix jours.

 

Le Pélagianisme s'étant répandu une seconde fois, un concile fut convoqué en 519 à Brévy dans le Cardiganshire dont David faisait partie. Il vint à bout de l'hérésie par son éloquence et par ses miracles. Saint Dubrice profita de cette circonstance pour lui céder le gouvernement de son Eglise. Malgré ses réticences, il fut obligé d'accepter le poste. Le Siège, à sa demande, fut transféré de Caerléon à Ménévie, aujourd'hui Saint-David. Il réunit deux synodes. Les canons du premier furent confirmés et approuvés par l'Eglise Romaine au cours du deuxième synode. Ces canons régissaient l'Eglise de Grande Bretagne.

La réputation de David grandissait de jour en jour. Après un épiscopat long et laborieux il mourut vers 544.

Archevêque, il est le patron du Pays-de-Galles. Ses symboles sont le poireau et la jonquille.

 

SAINT AUBIN

Evêque d'Angers l'an 549

Partager cet article

Repost0
28 février 2020 5 28 /02 /février /2020 10:10
La peste

La peste

LES SAINTS MARTYRS

 

de 261, 262, 263

 

Tout   commença en 249 dans l'empire romain et se termina en 263: LA PESTE qui dépeupla une grande partie de l'empire romain.

 

A Alexandrie, l'évêque Saint Denys raconte que tout cela commença par une guerre civile des Alexandrins les uns contre les autres.

Partout c'était le trouble, la confusion et le carnage. Il eût été moins dangereux d'aller de l'empire d'orient à celui d'occident que d'un point à un autre de la ville.

A ce premier fléau, succéda la peste1 et il n'y avait pas une seule maison où elle ne fut entrée. Tout n'était que pourriture, même le vent apportait des vapeurs infectes du Nil.

 

 Dès les premiers symptômes de la maladie sur leur amis, les païens les jetaient moribonds dans les rues en les abandonnant alors que les chrétiens, qui avaient été persécutés sous Dèce, se dévouèrent à secourir les pestiférés. Ils les accompagnaient dans  leurs derniers instants et  les enterraient. C'est ainsi, comme le dit Saint Denys, que beaucoup de frères, de diacres et de prêtres périrent en s'occupant des malades et leurs souffrances ne diffèrent en rien du martyre. C'est pour cette raison que les morts au service des pestiférés sont inscrits dans le martyrologe.

 

SAINT ROMAIN et SAINT LUCIPIN

Fondateurs du monastère de Saint Claude du Mont-Jura en l'an 460, un des plus anciens des Gaules, dont l'abbatiale deviendra au XVIIIè siècle la cathédrale de Saint Claude.

Magnifiques stales de la cathédrale
Magnifiques stales de la cathédrale

Magnifiques stales de la cathédrale

L'ancienne abbatiale devenue cathédrale

L'ancienne abbatiale devenue cathédrale

SAINT PROTERE

Patriarche d'Alexandrie en 452.

 

1.-  La peste  fait penser à 1918 où éclata la dite "grippe espagnole" qui fit après cette guerre mondiale plus de morts que la guerre elle-même. Entre 25 et 50 millions dans le monde, dont 2 millions en Europe et 165 000 en France. Elle est arrivée en Europe avec le contingent de soldats américains originaire du Kansas.

Partager cet article

Repost0
27 février 2020 4 27 /02 /février /2020 10:33
Saint Léande de Séville

Saint Léande de Séville

SAINT LEANDRE

 

Léandre est né à Carthagène en Espagne. Ses deux frères furent Saint Fulgence évêque d'Ecija et Saint Isidore sur le siège de Séville où il lui succédera.

 

Léandre fut élu évêque de Séville, ville qui avait le titre de métropole depuis le troisième siècle, mais le pays était dominé par les Wisigoths Ariens depuis soixante-dix ans.

A force de prière et de luttes acharnées, Léandre réussit à faire régresser l'Arianisme, mais cela rendit furieux Lévilgilde roi des Wisigoths qui l'exila. Le roi était surtout en colère à cause de la conversion de son fils aîné et héritier de la couronne. Aussi ce roi cruel condamna-t-il son fils à mort parce qu'il refusait de recevoir la communion d'un évêque Arien. Pris de remords il fit rappeler Léandre de son exil et lui redonna son siège.

Tombé malade et se  sentant mourir, le roi fit appeler Léandre et lui demanda d'élever son fils Récarède dans la religion catholique.

Récarède, monté sur le trône réussit à éradiquer l'Arianisme chez les Wisigoths et les Suèves.

Les travaux de Léandre continuèrent par le concile de Séville en 590 pour corriger les abus et assista au concile de Tolède qui fit vingt-trois canons pour arrêter l'Arianisme. Un des canons défendait aux évêques, prêtres et diacres convertis au catholicisme d'habiter dans la même chambre et si possible dans la même maison que leurs femmes.

Léandre écrivit encore une lettre à sa soeur Florentine qui était en religion, sur le mépris du monde. Cette lettre s'appelle sa Règle monastique. Puis il réforma la liturgie en particulier en insérant le Symbole de Nicée dans la messe pour montrer qu'on détestait l'Arianisme. Peu de temps après cette coutume passa dans l'Eglise romaine.

 

Léandre mourut le 27 février 596.

 

SAINT GABRIEL DEL ADDOLORATA

Confesseur mort à 24 ans en 1862 et canonisé par Benoît XV en 1920

 

SAINTS JULIEN, CHRONION et BESAS

Martyrs sous Dèce

 

SAINT NESTOR

Martyr sous Dèce, évêque de Sidé en Pamphylie (aujourd'hui Sidé ou Selimiye)

 

SAINTE HONORINE

Vierge et martyre au Pays de Caux en Normandie, IVè siècle. Patronne de Conflans-Sainte-Honorine 

 

SAINT THALELEE

Solitaire en Syrie à Gabales vers 480

 

SAINT GALMIER

Serrurier, puis sous-diacre à Lyon, de son vrai nom Baldomer + vers 650

 

Partager cet article

Repost0
26 février 2020 3 26 /02 /février /2020 10:10
Saint Alexandre, patriarche d'Alexandrie

Saint Alexandre, patriarche d'Alexandrie

Alexandre succéda à Saint Achillas sur le siège d'Alexandrie en 313. Patriarche de cette ville et primat d'Egypte, c'est lui qui désignait tous les évêques de sa province selon leur foi et leurs mérites. Sous sa houlette l'idolâtrie reculait de plus en plus, mais le diable veillait, et la discorde vint d'un prêtre d'Alexandrie, Arius. Très instruit, il avait tout ce qu'il fallait pour séduire: connaissances, lettres humaines, dialectique et mortification; mais dans le fond c'était un hypocrite dominé par l'orgueil, la vaine gloire et l'ambition.

 

Dès l'an 300, il avait commencé à s'allier avec les schisme locaux de certains évêques, mais par la suite il avait fait amende honorable et était rentré si bien dans le rang que Saint Pierre, patriarche d'Alexandrie, l'avait ordonné diacre. Il recommença la même manœuvre avec Saint Achillas qui l'ordonna prêtre.

 

A la mort de Saint Achillas il espérait être nommé à sa place, mais ce fut Alexandre qui fut élu. Alors Arius en fit son plus mortel ennemi. Il se mit à prêcher en privé une doctrine contraire à la divinité de Jésus-Christ, puis, devant son succès, il le fit en public à partir de 319. Il entraîna avec lui un grand nombre de vierges, douze diacres, sept prêtres et deux évêques.

 

Collutus, curé d'Alexandrie, prêcha contre la nouvelle hérésie et les catholiques se divisèrent. Les fidèles à la doctrine furent appelés Collutiens et les autres Ariens.

Convoqué devant une assemblée réunissant le clergé d'Alexandrie, Arius refusa de renoncer à sa doctrine et fut excommunié par la suite lors du concile d'Alexandrie en 320. Ce concile était composé de 101 évêques.

 

Alors Arius se cacha, mais il fut découvert et s'enfuit en Palestine où il gagna à sa cause plusieurs évêques ainsi que Constantie, la soeur de Constantin. Avec l'aide de l'évêque de Nicomédie, il composa sa Thalie, poème rempli d'un tissu d'impiétés.

 

Entre temps, Alexandre écrivit au pape Saint Sylvestre, ainsi qu'à tous les évêques pour les mettre au courant. De son côté Arius écrivit aussi au pape pour qu'il lève l'excommunication. L'empereur Constantin se mêla aussi de l'histoire pour demander au pape de lever la sentence.

 

Le pape décida alors d'assembler un concile général qui s'ouvrit à Nicée en 325 dans le palais impérial. Il comportait trois-cent-dix-huit évêques. Les plus illustres étaient Saint Alexandre, Saint Eustathe, Saint Macaire, etc. Le pape, étant donné son grand âge, envoya des légats. L'empereur assista au concile après avoir demandé la permission aux évêques.

Après les joutes oratoires de part et d'autre, les pères du concile déclarèrent que le Fils de Dieu était CONSUBSTANTIEL au Père (d'où le Symbole de Nicée).Tous approuvèrent sauf Arius et ceux de son parti, à savoir en fin de compte, Théonas et Second. Constantin les exila en 'Illyrie avec Arius et quelques prêtres.

Les pères du concile votèrent encore vingt canons de discipline et se séparèrent le 25 août.

Alexandre reprit la route d'Alexandrie où tout le monde fêta sa victoire sur l'Arianisme. Il mourut peu de temps après, le 26 février 326, après avoir désigné Saint Athanase comme successeur.

 

SAINT PORPHYRE

Evêque de Gaza en 420

 

SAINT VICTOR, VICTRE ou VITRE

d'Arcis-sur-Aube en Champagne. VIè VIIè siècle

 

 

Partager cet article

Repost0
25 février 2020 2 25 /02 /février /2020 10:10
Saint Taraise de Constantinople

Saint Taraise de Constantinople

SAINT TARAISE

 

Taraise naquit au milieu du VIIIè siècle d'un père patricien,  Georges, et d'Eucratie, sa mère.  Il fut élevé dans la religion chrétienne.  Doué pour les études, il fut nommé consul puis premier secrétaire d'état sous Constantin et l'impératrice Irène, sa mère.

 

L'hérésie des iconoclastes avait  beaucoup progressé grâce à la protection des empereurs Léon l'Isaurien, Constantin Copronyme et Léon surnommé Chazare. Irène, femme de ce dernier, avait gardé malgré tout la foi catholique. A la mort de son mari en 780, elle se fit proclamer régente de son fils Constantin qui n'avait que dix ans et fit cesser la persécution contre les orthodoxes.

 

Paul III, patriarche de Constantinople, après avoir eu la faiblesse de laisser courir l'hérésie, se repentit et laissa son siège vacant pour se retirer dans un monastère. L'impératrice Irène essaya vainement de lui faire reprendre sa place.  Elle le pria donc de désigner un successeur. Paul III nomma Taraise comme  le plus digne de lui succéder. Peu de temps après, il mourut; mais Taraise ne voulut prendre la place qu'après la réunion d'un concile. Il fut sacré le jour de Noël 784. Dès qu'il fut installé, il en avisa le pape et les patriarches d'Antioche, d'Alexandrie et de Jérusalem.

 

Le pape lui répondit qu'il fallait qu'il fasse anathémiser les iconoclastes et rétablisse la sainte doctrine dans toute la Grèce. Il lui envoya des légats avec des lettres pour l'empereur. Les autres patriarches ne purent venir car ils étaient sous la domination des Sarrasins.

Le concile s'ouvrit en 786, mais  ne put avoir lieu à cause de la violence des iconoclastes. L'année suivante, les trois-cent-cinquante évêques, les abbés et certains prêtres se réunirent dans l'église Sainte Sophie de Nicée où il est dit, en outre, qu'on devait rétablir le culte des images des saints. On écrivit ensuite des lettres synodales à toutes les églises et au pape Adrien. Parmi les décisions du concile, on nota la condamnation de la simonie.

 

Taraise voulut vivre dans la simplicité. A son exemple, le clergé suivit ses instructions en bannissant tout le luxe ostentatoire, la vertu principale restant la charité envers les pauvres et les malades.

 

L'empereur Constantin, amoureux de Théodote, dame d'honneur de l'impératrice Marie sa femme, voulut divorcer pour l'épouser, mais Taraise s'y opposa. Alors Constantin prétendit que l'impératrice avait voulu l'empoisonner. Taraise, connaissant  la duplicité de l'empereur, resta sur ses positions. Ce dernier fit accomplir la cérémonie par Joseph,économe de l'église de Constantinople. Ce scandale eut des conséquences désastreuses : plusieurs seigneurs répudièrent leurs femmes pour se remarier parfois même avec de nombreuses épouses. Ce fut la débauche. Saint Platon et Saint Théodore se séparèrent de l'empereur et Taraise fut persécuté jusqu'à la fin de sa vie par des espions impériaux qui l'isolèrent de plus en plus.

 

Pendant ce temps, l'impératrice Irène luttait contre son fils et réussit avec une partie de l'armée à faire le emprisonner. Elle ordonna qu'on lui crève les yeux et il mourut des suites de ses blessures en 797. Irène monta sur le trône et régna pendant cinq ans, au bout desquels Nicéphore, trésorier général, la détrôna en 802 pour la cruauté dont elle avait fait preuve envers son fils et la relégua à Lesbos où elle mourut.

 

Taraise chassa Joseph coupable du mariage de l'empereur, et vécut en paix sous Nicéphore jusqu'à sa mort quelques années après, le 25 février 806. Dans les années qui suivirent, plusieurs miracles lui sont attribués.

 

SAINT VICTORIEN et ses COMPAGNONS

Martyrs en l'an 284

 

SAINT CESAIRE

Médecin + 369

 

SAINTE WALBURGE

Vierge et abbesse + 779

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !