Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 décembre 2021 1 20 /12 /décembre /2021 10:10

SAINT PHILOGONE

Patriarche d'Antioche en 323 (Archives)

20 décembre 2021
Partager cet article
Repost0
19 décembre 2021 7 19 /12 /décembre /2021 10:10
19 décembre 2021

SAINT NEMESION

Martyr à Alexandrie en 250 (Archives)

 

 

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2021 6 18 /12 /décembre /2021 10:10
ABBATIALE DE HEIDENHEIM

ABBATIALE DE HEIDENHEIM

SAINT WINEBAUD ou GOMBAUT

 

 

Winebaud était le fils de Saint Richard, roi Saxon1, et frère de Saint Guillebaud et de Sainte Walburge.

 

Le père voulait faire un pèlerinage à Rome. Il prit avec lui ses deux fils ; mais il mourut à Lucques vers l’an 722 et fut enterré dans l’église de Saint Frigidien2, Winebaud et Guillebaud continuèrent leur route. Le deuxième, après avoir passé quelque temps à Rome, entreprit le voyage vers la Terre Sainte. Le premier, d’une constitution plus faible, resta dans cette ville où il étudia pendant sept ans. Il y reçut la tonsure cléricale et se consacra tout entier au service de Dieu. De retour en Angleterre, il convainquit plusieurs des membres de sa famille et amis de l’accompagner dans un second pèlerinage qu’il fit à Rome. Lorsqu’ils furent arrivés dans cette ville, ils se firent religieux.

 

Saint Boniface, parent de Winebaud, vint à Rome en 728. Il prit notre saint avec lui pour l’emmener en Allemagne afin de partager ses travaux apostoliques. Ils allèrent ensemble en Thuringe. Winebaud fut ordonné prêtre et chargé de gouvernement de sept églises ou abbayes.

 

Saint Guillebaud, ayant été nommé évêque d’Eyschstat, attira son frère dans son diocèse. Winebaud se retira dans la forêt de Heidenheim. Il y défricha une portion de terrain et y construisit des cellules, et quelque temps après apparut une abbaye. Bientôt il y en eut une autre pour les femmes dont la direction fut confiée à Sainte Walburge.

 

En plus des attaques des idolâtres, Dieu l’éprouva avec diverses maladies. Parfois, ne pouvant pas aller à l’église pour dire sa messe, il la célébrait dans une chapelle particulière à côté de sa cellule. Une fois, il se trouva si mal que l’on crut à sa mort prochaine ; mais l’intervention de Saint Boniface lui redonna la santé. Un peu plus tard, sentant arriver sa dernière heure, il dit à ses disciples de garder la persévérance et la ferveur. Il mourut le 18 décembre 760 et fut enterré dans le cloître de son abbaye. Il s’opéra plusieurs guérisons sur son tombeau. Plusieurs églises d’Allemagne l’honorèrent d’un culte public, bien que son nom ne soit pas inséré dans le martyrologe romain.

 

L’abbaye de Heidenheim, située dans la province de Brandebourg-Anspach, a été détruite par les protestants puis reconstruite.

 

 

1. Fête le 7 février

 

2. Fête le 18 mars

 

INTERIEUR DE L'ABBATIALE

INTERIEUR DE L'ABBATIALE

18 décembre 2021

SAINT RUF et SAINT ZOZIME

Martyrs en 116 (Archives)

 

SAINT GATIEN

Premier évêque de Tours (Archives)

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2021 5 17 /12 /décembre /2021 10:10
17 décembre 2021
COLLEGIALE D'ANDENNE
COLLEGIALE D'ANDENNE

COLLEGIALE D'ANDENNE

SAINTE BEGGUE

 

 

Beggue était la fille de Pépin de Landen et sœur de Sainte Gertrude de Nivelle. Elle épousa Anségise, fils de Sant Arnoul, le même qui, après avoir été quelque temps Maire du Palais, fut élu évêque de Metz.

 

Son mari ayant été tué à la chasse, elle résolut de se consacrer à Dieu et de mener une vie retirée.

 

A son retour de Rome, où elle avait fait un pèlerinage, elle bâtit sept chapelles à Andenne-sur-Meuse, pour représenter les sept églises du monde chrétien. Elle fonda aussi au même endroit une abbaye dans le même genre que celle que gouvernait sa sœur Gertrude à Nivelle. C’est là qu’elle fit venir les premières religieuses.

 

Plusieurs auteurs attribuent à Sainte Beggue la fondation des Béguines qui avaient de nombreux établissements en Flandres, en Brabant et dans quelques provinces des Pays-Bas. Elles faisaient simplement un vœu de chasteté et observaient une Règle pour le temps où elles restaient dans cet état. Pour d’autres auteurs ,ce fut le prêtre Lambert Berggh de Liège leur fondateur ; mais les Béguines sont bien à Nivelle en 1207.

 

L’abbaye d’Andenne a depuis été changée en un chapitre de chanoinesses et de dix chanoines pour célébrer la messe. Elle est située dans la forêt des Ardennes au diocèse de Namur. Sainte Beggue mourut en 698. Elle est nommée dans le martyrologe Romain.

CHANOINESSE D'ANDENNE

CHANOINESSE D'ANDENNE

SAINTE OLYMPIADE

Veuve, vers l’an 410 (Archives)

 

SAINT STURMES

Abbé de Fulde, + en 779 (Archives)

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2021 4 16 /12 /décembre /2021 10:10
ABBAYE DE PAIMPONT

ABBAYE DE PAIMPONT

 

 

 

 

 

 

ABBATIALE ET ABBAYE DE SAINT MEEN LE GRAND
ABBATIALE ET ABBAYE DE SAINT MEEN LE GRAND

ABBATIALE ET ABBAYE DE SAINT MEEN LE GRAND

SAINT JUDICAËL ou GUIGUEL

 

Judual, prince de Domnonée1, recouvra ce pays par la victoire de Clotaire Ier sur Charamnus et Conomor. Judhaël, son fils et successeur, épousa Pritelle, dont il eut un grand nombre d’enfants.

 

Judicaël succéda à son père Judhaël dans la principauté et prit le titre de roi ; mais en 516 il se démit de sa souveraineté en faveur de l’un de ses frères et embrassa l’état religieux à Gaël, abbaye alors gouvernée par Saint Méen.

 

Peu de temps après, on l’obligea à reprendre le gouvernement de la principauté.

 

Entre les fondations pieuses qu’il établit, on distingue l’abbaye de Paimpont au diocèse de Saint Malo, laquelle a appartenu aux chanoines réguliers de la congrégation de France.

 

Pour éviter une guerre dangereuse, il se laissa persuader par Saint Eloi de rendre hommage à Dagobert, qui le reçut en cette occasion avec les honneurs dus à un roi.

 

Suivant Frédegaire et l’auteur anonyme de la geste de Dagobert2, la cérémonie se déroula à Clichy-la-Garenne (Aujourd'hui Clichy. A ne pas confondre avec Clichy-sous-Bois) près de Paris. Quelque temps après, Judicaël retourna au monastère de Gaël, qui porte le nom de saint Méen et se trouve dans le diocèse de Saint Malo. Il y mourut la nuit du 16 au 17 décembre vers le milieu du septième siècle.

 

En 878, ses reliques furent transférées chez les Bénédictins de l’abbaye de Marnes en Poitou, dite aujourd’hui d’Ansion ou de Saint Jovin, du nom du saint solitaire qui florissait dans le quatrième ou cinquième siècle et est honoré le 11 juin.

 

On invoquait Saint Judicaël dans les Litanies anglaises au septième siècle. Il est nommé en ce jour dans le martyrologe de France et dans celui des Bénédictins ; mais l’ancien calendrier de Saint Méen n’en fait mention que le lendemain.

 

1. La Domnonée (lat. Dumnonia) désigne au vie siècle un royaume brittonique centré sur le Sud-Ouest de l'Angleterre. Le terme est ensuite employé à partir du viiie siècle dans l’hagiographie bretonne pour désigner une partie de la péninsule armoricaine.

 

2. Voir La Chanson de l'Abbé Dagobert par Auguste Longnon dans Un vestige de l'épopée Mérovingienne

 

 

 

ABBAYE SAINT JOUIN OU JOVIN DE MARNES
ABBAYE SAINT JOUIN OU JOVIN DE MARNES
ABBAYE SAINT JOUIN OU JOVIN DE MARNES

ABBAYE SAINT JOUIN OU JOVIN DE MARNES

SAINT ADON

Archevêque de Vienne en Dauphiné en 875

(Archives)

 

SAINT MODESTE

Patriarche de Jérusalem en 633

(Archives)

 

SAINTE ADELAÏDE

Impératrice, + à Seltz en Alsace en 999

 

SAINT EUSEBE

Evêque de Verceil en Italie et martyr, + en 371

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2021 3 15 /12 /décembre /2021 10:10
ABBAYE SAINT MESMIN DE MICY EN 1707

ABBAYE SAINT MESMIN DE MICY EN 1707

BLASON DES FEUILLANTS. D'AZUR A LA VIERGE A L'ENFANT D'OR

BLASON DES FEUILLANTS. D'AZUR A LA VIERGE A L'ENFANT D'OR

SAINT MESMIN

 

 

Maximin, couramment appelé Mesmin, était le neveu de Saint Euspice, prêtre de Verdun, en faveur duquel le roi Clovis fonda en 508 la célèbre abbaye de Micy, près d’Orléans. Euspice gouverna deux ans ce monastère en qualité d’abbé. Son neveu lui succéda en 510. La réputation de sainteté dont il jouissait lui apporta un grand nombre de disciples. On distingue parmi eux plusieurs qui sont honorés dans l’Eglise tels Saint Avit, Saint Lifard, Saint Urbin, Saint Calais, Saint Théodemir, Saint Laumer, etc. Mesmin mourut en 520. Il est nommé dans le martyrologe Romain et dans les martyrologes de France. Ses reliques étaient gardées dans l’abbaye de Micy qui appartenait aux Feuillants1 et qui porte depuis longtemps le nom du saint.

 

Depuis 1939 l’abbaye Saint Mesmin de Micy est occupée par le Carmel d’Orléans fondé en 1617. Aujourd’hui l’abbaye est complètement détruite et le Carmel est installé au 18 rue Claude Joliot sur l’ancien site de l’abbaye. (Communes de Chapelle Saint Mesmin ou de Pryvé Saint Mesmin dans la banlieue d'Orléans)

 

1. L'ordre tenait son nom de l'abbaye cistercienne de Notre Dame de Feuillant dans l'ancien diocèse de Rieux près de Toulouse. Plusieurs villes ont une rue des Feuillants où se tenaient d'anciens couvents de cet Ordre.

CROIX DE SAINT MESMIN CONSTRUITE AVEC LES DERNIERES PIERRE DE L'ABBAYE (10 mètres de haut)

CROIX DE SAINT MESMIN CONSTRUITE AVEC LES DERNIERES PIERRE DE L'ABBAYE (10 mètres de haut)

Le socle de la croix porte l'inscription suivante : « Je m'élève sur les ruines du monastère de Micy fondé sous Clovis Ier, chrétien, roi des Francs. L'an du seigneur 1858, Pie IX étant pontife suprême, Napoléon III empereur, Félix Dupanloup, évêque d'Orléans, dédiait ce monument à la mémoire vénérée des Saints Euspice et Mesmin, fondateurs de l'abbaye de Micy »

 

 

 

 

 

CARMEL DE MICY D'ORLEANS

CARMEL DE MICY D'ORLEANS

SAINT EUSEBE

Evêque de Verceil, ers l’an 370 (Archives)

 

LA CHRETIENNE CAPTIVE ou CHRISTIANE

Apôtre des Ibériens sous Constantin (Archives)

 

SAINT PAUL DE LATRE

Anachorète, + en 956

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2021 2 14 /12 /décembre /2021 10:10
EGLISE DE LOC-EGUINER

EGLISE DE LOC-EGUINER

14 décembre 2021

SAINT FINGAR,

 

en Bretagne

 

SAINT GUIGNER

 

et ses compagnons martyrs.

 

 

Fingar était fils d’un roi d’Irlande. Il fut chassé par son père pour avoir embrassé le christianisme lorsque Saint Patrick est venu prêcher la foi dans son pays.

 

Il s’embarqua pour l’Armorique qui prit plus tard le nom de Petite Bretagne. Le prince ou gouverneur de cette contrée lui fit un accueil favorable. Quelques années après, à la mort de son père, il retourna dans sa patrie. Son séjour en Irlande fut très court. Il se rembarqua avec plusieurs autres chrétiens et vint aborder dans la Cornouaille armoricaine. Ils se fixèrent dans des lieux solitaires et pratiquèrent la vie ascétique conformément à l’enseignement de Saint Patrick. Selon certains récits, ils furent massacrés par haine de leur religion par un prince Breton appelé Théodoric ou plutôt Thewdric. Cet événement eut lieu en 455. Leur mort a été perpétuée non pas parce qu’ils étaient chrétiens, mais parce qu’ils étaient Scots ou Irlandais.

 

Parmi les compagnons de Saint Fingar on doit distinguer Piale, sa sœur et une vierge Irlandaise nommée Hia ou Jia, anciennement honorée dans un bourg de Cornouaille, qui porte encore aujourd’hui le nom de Sainte Jies. On célèbre en ce jour la fête de Saint Fingar dans le diocèse de Vannes. Il est titulaire d’une chapelle de la cathédrale de cette ville. On l’honore aussi au diocèse de Léon, dans la paroisse de Ploudiry, où il est le patron de l’église succursale de Loc-Eguiner, ainsi appelée par son nom.

EGLISE SAINT EGUINER A PLUVIGNER

EGLISE SAINT EGUINER A PLUVIGNER

SAINT SPIRIDION

Evêque de Trimythonte dans l’île de Chrypre

L’an 348 (Archives)

 

SAINT NICAISE

Evêque de Reims et ses compagnons martyrs

 

SAINT FOLCUIN

Evêque de Térouenne, + en 855

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2021 1 13 /12 /décembre /2021 10:10
SAINTE LUCIE DE SYRACUSE

SAINTE LUCIE DE SYRACUSE

TOMBEAU DE SAINTE LUCIE A METZ

TOMBEAU DE SAINTE LUCIE A METZ

SAINTE LUCIE ou LUCE

 

 

Lucie, célèbre dans l’histoire de l’Eglise de Sicile, était issue d’une famille noble de la ville de Syracuse. Elle eut le bonheur d’être élevée dans la religion chrétienne. Elle était encore enfant lorsqu’elle perdit son père. Euthychie, sa mère, continua son éducation chrétienne. Lucie voua très tôt sa virginité au Seigneur, mais elle en garda le secret. Sa mère lui proposa de se marier et Lucie chercha tous les moyens pour empêcher ce projet.

 

Sur ses entrefaites, sa mère tomba malade avec des flux de sang réguliers et abondants qui durèrent quatre ans. Les médecins étaient incapables de la guérir et Lucie proposa à sa mère d’aller à Catane pour demander la guérison au Seigneur par l’intermédiaire de Sainte Agathe. Toutes les deux s'y rendirent et à force de prières, la mère fut guérie. Alors Lucie révéla à sa mère son vœu le plus cher, garder sa virginité pour se consacrer à Dieu. En reconnaissance de sa guérison, Euthychie autorisa sa fille à suivre son chemin.

 

Mais le jeune homme à qui elle était promise,  païen, entra dans une grande colère et l’accusa d’être chrétienne devant le gouverneur Paschase. Nous sommes au temps de la persécution de Dioclétien. Le juge condamna  Lucie à être exposée dans un lieu de prostitution ; mais Dieu veilla à sa pudeur. Après avoir voulu la faire renier à l’aide d’instruments barbares, on la remit, couverte de plaies, en prison où elle mourut en 304. Ces faits sont prouvés dans le sacramentaire de Saint Grégoire : Lucie était au nombre des vierges ayant payé leur attachement à Dieu de leur sang.

 

Le corps de Sainte Lucie resta plusieurs années à Syracuse, puis on le transféra en Italie continentale. Nous apprenons de Sigebert de Gemblours que l’empereur Othon Ier le fit porter à Metz. Il y est exposé à la vénération publique dans une chapelle qui fait partie de l’église Saint Vincent. Une partie de ses reliques, qui se trouvaient à Constantinople, sont maintenant à Venise.

 

Certains disent que, pour ne pas épouser son fiancé, elle s’arracha les yeux qui constituaient toute sa beauté, pour les lui offrir. C’est pour cette raison qu’elle est représentée les yeux à la main.

 

Pourquoi Sainte Lucie a-t-elle aujourd’hui si peu d’imitatrices parmi les femmes chrétiennes ?

CHASSE DE SAINT LUCIE A VENISE

CHASSE DE SAINT LUCIE A VENISE

SANTA LUCIA A SYRACUSE

SANTA LUCIA A SYRACUSE

SAINT JOSSE

Prêtre en Ponthieu, + vers 668 (Archives)

 

SAINT AUBERT

Evêque de Cambrai et d’Arras, + en 668

 

SAINTE ODILE

Abbesse de Hohenbourg en Alsace, + vers 720

 

BIENHEUREUX JEAN MARINON

Théatin, + en 1562

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2021 7 12 /12 /décembre /2021 10:10
ABBAYE DE SAINT VALERY SUR SOMME

ABBAYE DE SAINT VALERY SUR SOMME

SAINT VALERY

 

Valéry est né en Auvergne, vers le milieu du sixième siècle. Il y gardait les troupeaux de son père. Lorsqu’il sut lire, il apprit le psautier par cœur. Il avait plaisir à le chanter à l’église et les louanges qu’il adressait au Seigneur lui firent une telle impression qu’il résolut de se consacrer entièrement à Dieu.

 

Il alla se présenter à l’abbaye d’ Autumon ou d’Antoin, située dans le voisinage ; mais son père empêcha qu’il y fût reçu. Enfin au bout d’un certain temps, l’abbé lui donna l’habit.

 

Il montrait tant de perfection qu’on le montra comme un modèle ; mais lui, ayant beaucoup d’humilité, se considérait en dessous de toutes les créatures et le dernier des frères.

 

Pour se perfectionner, il quitta son abbaye pour celle de Saint Germain d’Auxerre. Saint Aunaire, évêque de cette ville, à qui il l'avait demandé, lui permit de rester dans ce lieu.

 

La réputation des moines de Luxeuil l’attira, d’autant plus qu’il savait que Saint Colomban les gouvernait, un des plus grands maîtres de la vie spirituelle. Il resta plusieurs années dans cette communauté.

 

Saint Colomban fut obligé de quitter Luxeuil pour se soustraire à la persécution excitée contre lui. Valéry resta dans l’abbaye et en prit la défense. Saint Colomban se réfugia en Italie pendant que Valéry continuait de gérer l’abbaye.

 

Peu de temps après, Valéry et Waldolen s'éloignèrent pour différentes missions en province. Lorsqu’ils furent en Neustrie, ils demandèrent au roi Clotaire II un lieu où ils pourraient se retirer. Le roi leur donna la terre de Leuconay à l’embouchure de la Somme, dans le pays de Vimeu en Ponthieu. Berhard, évêque d’Amiens, leur permit d’y bâtir une chapelle avec deux cellules. Valéry y convertit beaucoup de monde par ses prédications. Devant l’afflux des vocations, il fut obligé de construire de nouvelles cellules. Après  une vie austère, il mourut le 12 décembre 622.

 

Sur le lieu de son ermitage fut bâtie une abbaye qui devint célèbre et prit son nom. En cet endroit s’est formée une ville qui porte aussi son nom.

 

Ses reliques furent portées dans différents lieux, puis revinrent dans son abbaye qui appartient à la congrégation de Saint Maur.

 

 

RESTE DE L'ANCIENNE ABBAYE DE SAINT VALERY. FERMEE EN 1790

RESTE DE L'ANCIENNE ABBAYE DE SAINT VALERY. FERMEE EN 1790

VILLE DE SAINT VALERY SUR SOMME.
VILLE DE SAINT VALERY SUR SOMME.

VILLE DE SAINT VALERY SUR SOMME.

SAINT EPIMAQUE

SAINT ALEXANDRE etc.

Martyrs à Alexandrie en 250 (Archives)

 

SAINT FINIEN

Evêque de Clonard en Irlande, + en 751

(Archives)

 

SAINT CORENTIN

Evêque et confesseur, Vè siècle.

Patron du diocèse de Quimper

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2021 6 11 /12 /décembre /2021 10:10
Situation de Samosate dans l'actuelle Turquie

Situation de Samosate dans l'actuelle Turquie

11 décembre 2021

 

SAINT DANIEL STYLISTE

 

Daniel, tout comme Siméon, choisit ce genre de vie très particulier. Cette singularité n’est pas de la vantardise, mais un choix de vie que tout le monde ne peut pas se permettre sans tomber dans un travers comme l’orgueil. C’est plutôt de l’humilité que chaque chrétien devrait admirer.

 

Daniel était de Marathe, près de Samosate (près de Samsat en Turquie; voir la carte ci dessus). Dès l’âge de douze ans, il se retira dans une abbaye. Longtemps après, l’abbé lui demanda de l’accompagner à Antioche. Ils passèrent par le mont Télanisse et allèrent voir sur sa colonne Saint Siméon qui les bénit etprédit à Daniel qu’il aurait à beaucoup souffrir.

 

A la mort de l'abbé, les moines élurent Daniel pour le remplacer ; mais Daniel prit la fuite et alla rejoindre Saint Siméon. Lorsqu’il eut passé quatorze jours dans la mandra (tente de berger), il entreprit un pèlerinage en Terre Sainte. Au cours de ce voyage, Saint Siméon lui apparut et lui dit de se rendre à Constantinople. Il obéit et passa sept jours dans l’église de Saint Michel hors les murs. De là il gagna Philempore et fixa sa demeure dans un petit temple en ruines. Il y resta neuf ans, puis décida d’imiter Saint Siméon mort en 459. Il gardait précieusement la coule de ce saint que lui avait donnée Serge, un de ses disciples.

 

Il choisit  un lieu éloigné pour sa solitude, situé dans le Pont-Euxin (Mer Noire) à 15 km du rivage et à 30 km au nord de Constantinople. Là, un de ses amis lui construisit deux colonnes reliées entre elles par des barres de fer. Par-dessus, on plaça une colonne plus petite surmontée d’une espèce de tonneau entouré d’une balustrade. C’est là qu’il s’installa. En plus de l’inconfort, il subissait les grands vents et  grands froids de l’hiver.

 

Vers 463, le seigneur du lieu lui fit construire une colonne plus grande. Pour se reposer, Daniel devait s’appuyer sur la balustrade mais, comme il était toujours debout, ses pieds et ses jambes enflèrent et il s’y forma des ulcères. Un hiver, il était tellement transi de froid que,le voyant mourir,  ses disciples montèrent au sommet de la colonne et le réchauffèrent en le frictionnant avec de l’eau chaude. Malgré cet accident, il continua ce genre de vie jusqu’à l’âge de quatre-vingts ans.

 

Gennade, évêque de Constantinople, l’ordonna prêtre. Il dit les prières au bas de la colonne et à la fin monta en haut de celle-ci pour l’onction. Danielcélébra sa messe sur la colonne et donna la communion à plusieurs personnes.

 

En 465, à Constantinople, un incendie réduisit en cendres huit quartiers de la ville. Daniel avait prévu cet incendie et avait demandé à l’évêque Gennade et à l’empereur Léon des prières deux fois par semaine afin de prévenir l’incendie, mais on ne l’écouta pas. Daniel pleura et exhorta les habitants à prier pour atténuer la colère du ciel.

 

L’empereur Léon venait souvent le voir et avait pour lui un grand respect. Il dut à ses prières la naissance d’un fils ; mais cet enfant mourut jeune, Dieu préférant l’avoir au ciel. Léon fit bâtir pour les disciples un petit monastère au pied de la colonne.

 

/…/

 

Plusieurs troubles agitèrent l’empire et l’empereur, qui avait perdu son trône, vint voir Daniel dès qu’il l’eut retrouvé. Notre saint qui était alors fort âgé prédit sa propre mort prochaine et donna comme instruction à ses disciples de pratiquer l’humilité, l’obéissance, l’hospitalité, la mortification et d’aimer la pauvreté, de vivre dans la paix et dans l’union, de faire tous les jours des progrès dans la charité, d’éviter les pièges de l’hérésie, d’obéir à l’Eglise, la mère commune des fidèles.

 

Trois jours avant sa mort, il offrit le Saint Sacrifice de la messe à minuit et  eut une vision où les anges le consolèrent. Le patriarche Euphémius qui l’assista dans ses derniers moments, le vit mourir sur sa colonne le 11 décembre 490.

 

11 décembre 2021

SAINT DAMASE

Pape, l’an 384 (Archives)

 

SAINT FUSCIEN

SAINT VICTORIC

SAINT GENTIEN

Martyrs près d’Amiens vers 286 (Archives)

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2021 5 10 /12 /décembre /2021 10:20
10 décembre 2021

SAINT MELCHIADE

 

 

Melchiade, ou Miltiade, succéda au Saint pape Eusèbe le 2 juillet 311 sous le règne de Maxence.

Après sa victoire sur ce tyran le 28 octobre de l’année suivante, Constantin publia des édits par lesquels il permettait aux chrétiens le libre exercice de leur religion et leur accordait la liberté de construire des églises ; mais pour ne pas effaroucher les païens mécontents de cette innovation, il promulgua, au commencement de l’année 313, un nouvel édit par lequel il laissait la liberté de conscience à ceux qui professaient d’autres religions ; il en  excepta les hérétiques.

 

Parmi les lois favorables au christianisme, il y en avait une qui exemptait le clergé du fardeau des charges civiles. Constantin obligea ses soldats à réciter tous les dimanches une prière adressée au seul Dieu ; et aucun païen n'hésita à suivre cette pratique.

 

Il abolit les fêtes païennes et la célébration des mystères profanes qui donnaient lieu à la corruption des mœurs, car les idolâtres se livraient aux impuretés les plus abominables ; la débauche était même portée à un tel point que plusieurs fuyaient les liens du mariage afin de pouvoir s’abandonner plus librement à leurs passions.

 

L’empereur crut que le moyen le plus efficace de remédier à ces désordres était d’encourager ses sujets à se marier, de les obliger même par la force des lois, et de menacer de peines sévères ceux qui refusaient d’obéir (loi Julia et loi Poppæa) ; mais les progrès que faisait journellement la religion chrétienne eurent bien plus de pouvoir que toutes les lois de l’empereur pour ramener la pureté des mœurs. Alors Constantin révoqua la loi pappienne en faveur du célibat. Il ordonna aussi la peine de mort contre l’adultère.

 

Le saint pape voyait se multiplier le nombre des enfants de l’Eglise et travaillait de toutes parts à étendre le royaume de Dieu ; mais sa joie fut troublée par les divisions du schisme des Donatistes qui avait pris naissance en Afrique. Les luttes devinrent dangereuses et le pape, sous les auspices de Constantin, convoqua un concile à Rome dans le palais de Latran le 2 octobre 313. Les évêques schismatiques Cécilien et Donat y assistèrent. Le premier fut déclaré innocent et on rejeta les accusations calomnieuses qui lui étaient attribuées, mais le second, Donat, fut condamné. Quant aux évêques schismatiques qui le suivaient, ils furent laissés sur leur siège à condition qu’ils reviennent sur leur hérésie.

 

Saint Augustin fait l’éloge de se saint pape qui a su rétablir la paix dans l’Eglise. Après sa mort, les Donatiste l’accusèrent de plusieurs malversations concernant les écritures, mais Saint Augustin justifia le pape Melchiade. Il mourut le 10 janvier 314, après avoir siégé deux ans et six mois. Il fut enterré sur la voie Appienne dans le cimetière de Calixte.

 

 

 

TRANSLATION DE LA SAINTE MAISON DE LORETTE

 

 

SAINTE EULALIE

Veuve et martyre à Mérida en Espagne sous Dioclétien

(Archives)

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2021 4 09 /12 /décembre /2021 10:10
SAINT CYPRIEN
SAINT CYPRIEN

SAINT CYPRIEN

SAINT CYPRIEN ou SUBRAN

 

 

Dès sa jeunesse, il se consacra au service de Dieu et prit l’habit dans une abbaye dont l’abbé se nommait Saval ou Savalon. Il vivait au temps de Clotaire Ier. Après s’être exercé dans les exercices de la vie cénobitique, il se retira dans la solitude près de la Dordogne. Il y construisit un ermitage qui a donné naissance à une ville nommée Saint Cyprien (au sud de Périgueux sur la Dordogne). Il mourut vers la fin du sixième siècle. Dieu, suivant Saint Grégoire de Tours, opéra divers miracles sous son intercession, tant de son vivant qu’après sa mort. Sa fête en ce jour est marquée dans les martyrologes d’Adon et d’Usuard, ainsi que dans le Romain.

 

 

INTERIEUR DE L'EGLISE DE SAINT CYPRIEN
INTERIEUR DE L'EGLISE DE SAINT CYPRIEN

INTERIEUR DE L'EGLISE DE SAINT CYPRIEN

SAINTE LEOCADIE

Vierge et martyre en Espagne sous Dioclétien (Archives)

 

SAINT HIPPARQUE, SAINT PHILOTHEE,

SAINT JACQUES, SAINT PARAGRUS,

SAINT HABIDE, SAINT ROMAIN,

et SAINT LOLLIEN

Martyrs à Samosate en 297 (Archives)

 

SAINTE WULFHILDE

Abbesse en Angleterre, + en 990

 

BIENHEUREUX PIERRE FOURRIER

Dit le Père Matincour

Général des Chanoines Réguliers de la Congrégation de Notre Seigneur, et fondateur de la Congrégation de Notre Dame. + en 1636

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2021 3 08 /12 /décembre /2021 10:10
ANCIENNE ABBATIALE DE CORBIE

ANCIENNE ABBATIALE DE CORBIE

8 décembre 2021

SAINT HILDEMAN

 

 

Hildeman était moine à Corbie et fut élevé sur le siège de Beauvais en 821. Nous ne savons presque rien de ses actions. Il assista Saint Adélard, abbé de Corbie, à sa dernière maladie et célébra la cérémonie des funérailles. Il compta au nombre des pères du concile qui se tint à Paris en 829. On l’accusa de s’être déclaré contre l’empereur et d’avoir pris le parti de Lothaire ; mais c’était une calomnie dont il se justifia dans le concile de Thionville en 835, et il se joignit aux évêques qui rétablirent l’empereur sur le trône. Depuis, il assista à d’autres conciles qui s’assemblèrent pour les affaires de l’Eglise et de l’état. On ne parle plus de lui après 845, ce qui fait penser qu’il était mort à cette date. Il est probable qu’il mourut un 8 décembre, jour auquel il est nommé dans le martyrologe gallican et dans celui des Bénédictins. Il fut enterré dans l’abbaye de Saint-Lucien-lès-Beauvais.

ABBAYE DE CORBIE A 15 KM D'AMIENS DANS LA SOMME

ABBAYE DE CORBIE A 15 KM D'AMIENS DANS LA SOMME

ANCIEN PORTAIL DE L'ABBAYE

ANCIEN PORTAIL DE L'ABBAYE

 

 

 

 

 

 

RUINES

DE L'ANCIENNE ABBAYE SAINT LUCIEN DE BEAUVAIS

8 décembre 2021
8 décembre 2021
8 décembre 2021
8 décembre 2021

LA CONCEPTION DE LA SAINTE VIERGE

ou

L’IMMACULEE CONCEPTION DE LA VIERGE MARIE.

(Archives)

 

SAINT ROMARIC

Abbé de Remiremont, + en 653 (Archives)

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2021 2 07 /12 /décembre /2021 11:02

UN COMPLEMENT

 

SUR

 

NOTRE DAME DE L'OSIER

 

 

LA PENSION DE FAMILLE
LA PENSION DE FAMILLE

LA PENSION DE FAMILLE

LA MAISON DE RETRAITES SPIRITUELLES

LA MAISON DE RETRAITES SPIRITUELLES

LE CONGRES DU 25 SEPTEMBRE 1910. LA BENEDICTION EPISCOPALE

LE CONGRES DU 25 SEPTEMBRE 1910. LA BENEDICTION EPISCOPALE

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2021 2 07 /12 /décembre /2021 10:10
7 décembre 2021
7 décembre 2021
7 décembre 2021

 

NOTRE DAME DE L’OSIER

 

 

- Pardon, Monsieur, avez-vous entendu parler de l’Osier ?

 

- J’ignore où cela se trouve. J’aimerais le savoir. Je regrette, je ne sais pas.

 

- Pardon Madame, j’ai besoin d’un renseignement. Connaissez-vous le village appelé « Les Plantées », aujourd’hui Notre-Dame de l’Osier ?

 

- Vaguement, ma grand-mère était croyante ; elle allait parfois à l’Osier ; elle avait confiance en Notre-Dame de l’Osier.

 

- Bonjour jeune homme ! Est-ce que vous connaissez bien Notre-Dame de l’Osier ?

 

- Un peu ! Enfant, avec des copains, nous avions fait une retraite à l’Osier. J’en ai gardé un très bon souvenir, mais je n’y suis jamais retourné. C’est près de Vinay, vous y serez vite.

 

Continuant mon enquête, j’ai appris ce qui s’était passé autrefois à l’Osier.

 

Le 25 mars 1649, fête de l’annonciation de Marie, jour de fête chômée durant lequel tout travail était interdit par la loi, un nommé Pierre Port-Combet, du hameau des Plantées décide de tailler son osier, malgré les suppliques de sa femme.

 

- Oh ! J’ai dû me blesser : l’osier est plein de sang.

 

Port-Combet va se laver ; il n’est pas blessé. Il appelle sa femme ; elle coupe l’osier. Rien. Pierre recommence ; l’osier saigne à nouveau. Un voisin vient couper des branches. L’osier ne saigne pas.

 

L’événement sera vite connu dans la région. De nombreux curieux viendront voir cet osier et bientôt des foules viendront au hameau des Plantées.

 

Un autre événement va bouleverser la vie de Port-Combet. En mars 1657, à près de deux cents mètres de l’osier. Port-Combet laboure. Une belle demoiselle engage la conversation :

 

- Vient-il beaucoup de monde ici ? Se fait-il des miracles ?

 

Pierre essaye d’éviter l’entretien, mais la belle demoiselle arrête les bœufs et lui parle sévèrement : elle l’incite à changer de vie (il est protestant) ; elle lui annonce sa fin prochaine. Pierre hésite. Il tombe malade. Il décide de changer de vie ; il se confesse, communie le 15 août, et meurt en paix le 22 août 1657. Selon son désir, il sera enterré au pied de son osier.

 

Ces événements sont raccourcis, car le procès de la reconnaissance de ces miracles sont l’objet d’un livre où toutes les paroles et actes de la femme et de Port-Combet sont consignés.

 

Aujourd’hui le lieu du miracle du sang sortant de l’osier et de l’apparition est devenu un village appelé Notre-Dame de l’Osier (sur la route entre Grenoble et Valence, rive droite de l’Isère). C’est un lieu de pèlerinage aujourd’hui délaissé. Il ne faut pas vexer nos frères protestants, et le culte de la Sainte Vierge est, tout du moins en ce lieu, presque abandonné…

 

On peut admirer le reliquaire contenant les restes de l'osier miraculeux et dans la crypte une source.

 

Il y eut des pèlerinages importants et une petite basilique a été construite. Les bâtiments qui accueillaient les pèlerins et les boutiques de « bondieuseries » ont été abandonnés dans les années 1960-70 faute de « clients ». En ces dernières années, il y avait encore des prêtres résidents…  Ces miracles dus à la Sainte Vierge sont actuellement presque totalement inconnus même dans le diocèse de Grenoble.

 

Nous devrions aller plus souvent prier Notre- Dame de l'Osier pour la conversion des infidèles.

Un opuscule de 80 pages avec photos a été publié pour la dernière fois en 1966 et écrit par le Père L. DELARUE O.M.I. et édité à Lyon par M. Lescuyer et Fils.

 

7 décembre 2021
7 décembre 2021
7 décembre 2021

SAINT AMBROISE

Archevêque de Milan, docteur de l’Eglise, l’an 397

(Archives)

 

SAINT MARTIN et SAINT EUTROPE

Abbés à Saintes, quatrième et cinquième siècles

(Archives)

 

SAINTE FARE

Abbesse de Faremoutiers en Brie, + en 655

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2021 1 06 /12 /décembre /2021 10:10
6 décembre 2021
6 décembre 2021
6 décembre 2021
HUNERIC

HUNERIC

VIGILE DE LA FETE DE SAINT AMBROISE

Docteur de l’Eglise

 

SAINT NICOLAS

Evêque de Myre en Lycie, l’an 342 (Archives)

 

SAINT THEOPHILE

Evêque d’Antioche, + vers 190 (Archives)

 

SAINT PIERRE PASCHAL

Religieux de la Mercy, puis évêque de Jaen et martyr, + en 1300

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2021 7 05 /12 /décembre /2021 10:10
5 décembre 2021

SAINT NICET ou NICETIUS ou encore NIZIER

 

 

Nicet reçut son instruction dans un monastère.  Ses qualités dans la science et la vertu le firent connaître à la cour. Le roi Thierri l’honora d’une estime particulière et lui fit accepter l’évêché de Trèves en 527.

 

Théodebert, fils et successeur de ce roi, eut pour Nicet les mêmes égards ; mais Clotaire Ier, oncle de Théodebert, ayant réuni autour de lui une cour française, n’eut pas les mêmes attentions pour l’évêque Nicet. Il le fit bannir à cause de sa rigueur, mais son exil ne dura pans longtemps, car Sigebert qui succéda à son père Clotaire  ne voulut prendre possession de son royaume que lorsque Nicet eut réintégré son évêché.

 

Les prédications de Nicet, ses bonnes œuvres et sa douceur le firent apprécier universellement et ses miracles s’ajoutaient à son éclat.

 

Il assista en 535 au second concile de Clermont et au cinquième d’Orléans en 549, puis au second de Paris en 551. Quatre ans après, il assembla lui-même un concile à Toul ; mais bien que protégé par le roi Sigebert il eut des contradicteurs. Il n’en continua pas moins à condamner les mariages incestueux et défendre la doctrine de l’Eglise contre les Ariens et les Eutychiens. Nous possédons encore deux lettres de lui à ce sujet.

 

La première écrite en 561 est adressée à Clodosinde, princesse catholique. Elle était fille de Clotaire Ier et avait épousé Alboin, roi des Lombards, un arien. Nicet lui avait demandé de convertir son mari à la foi catholique.

 

- Que le roi Alboin envoie à l’église de Saint Martin de Tours ses députés : si ceux-ci veulent y entrer, ils y verront les aveugles éclairés, les sourds entendre, les muets parler, les lépreux et autres malades guéris… Que dirai-je des saints évêques Germain, Hilaire et Loup, qui opèrent tant de miracles que nous ne pouvons les raconter tous ? Non : le démon n’exorcise pas le démon. Que n’avez-vous pas vu au tombeau des saints évêques Médard et Rémi ? Vous avez entendu raconter à votre aïeule Clotilde ce qu’elle fit pour convertir le roi Clovis.

 

La seconde lettre du saint évêque est adressée à l’empereur Justinien qui était tombé dans l’erreur des incorrupticoles. Ces hérétiques soutenaient que le corps de Jésus-Christ dans sa vie mortelle avait été impassible (qu'Il n'avait pas souffert). Nicet ne craignit pas de dire à Justinien que son nom était anathématisé en Italie, en Afrique, en Espagne et dans les Gaules, depuis la publication de l’édit où il ordonnait aux évêques de souscrire à son erreur.

 

On découvrit il y a quelques années deux autres ouvrages de notre saint. Le premier est un traité de la veille dans la prière, et le second est intitulé du bien ou de l’unité de la psalmodie.

 

Saint Nicet mourut vers l’an 566. Tous les grands hommes qui ont vécu en son temps lui rendent un hommage unanime.

 

 

SAINT SABAS

Abbé en Palestine, l’an 532 (Archives)

 

SAINTE CRISPINE

Martyre en Afrique en 304 (Archives)

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2021 6 04 /12 /décembre /2021 10:10
4 décembre 2021

 

SAINT CLEMENT D’ALEXANDRIE

 

Docteur de l’Eglise

 

 

Titus Flavius Clemens, dont quelques auteurs disent qu’il fut Athénien, commença ses études en Grèce, puis les continua en Italie, l’Asie-Mineure, la Palestine et les acheva en Egypte. C’est une soif de savoir qui lui fit parcourir toutes ces contrées.

 

Il eut cinq maîtres célèbres ; un en Grèce de la secte Ionique1, deux en Calabre et deux en Orient. Quoiqu’il fût très versé dans la philosophie de Platon, il donnait la préférence aux principes des Stoïciens ; mais il ne voulait faire partie d’aucune secte. Il choisissait ce qu’il y avait de meilleur partout où il se trouvait. Un de ses maîtres  en Palestine était un descendant de juifs, il parait même qu’il était chrétien. Le dernier qu’il écouta et qu’il met lui-même au-dessus des autres fut le célèbre Pantène, qui était à la tête de l’école des catéchèses d’Alexandrie.

 

Les études de Clément avaient pour objet la recherche de la vérité et de découvrir les erreurs de l’idolâtrie. Il vit briller à ses yeux la lumière de la foi. C’est ainsi qu’il se mit à étudier la théologie qui n’a d’autre but qu’une vie perfectionnée par toutes les vertus.

 

Clément nous dit qu’il a connu certains successeurs immédiats de Saint Pierre, Saint Paul et Saint Jacques.

 

Pantène ayant été envoyé dans les Indes par l’évêque Démétrius en 189, Clément lui succéda dans ses fonctions à Alexandrie. On compte parmi ses principaux disciples, Origène et Saint Alexandre qui sera évêque de Jérusalem et martyr.

 

Sa méthode d’enseignement était de partir de la philosophie païenne pour arriver progressivement à la chrétienne et inspirer ainsi le désir de l’embrasser.

 

Il fut ordonné prêtre vers le commencement du règne de Sévère ; car Eusèbe lui donne ce titre en 195.

 

Devant la persécution de 202, il dut abandonner son école. Il se retira en Cappadoce, puis à Jérusalem où il prêcha beaucoup. Il alla ensuite à Antioche et enfin retourna à Alexandrie.

 

Il écrivit une Exhortation des gentils où il fait sentir l’absurdité de l’idolâtrie. Puis il composa ses Stromates ou tapisseries, des écrits désordonnés, nous dirons plutôt des notes pour lui venir en aide. C’est un ouvrage d’une grande érudition et une grande variété de sujets de réflexion. Il y traite la morale, la métaphysique, les hérésies, le paganisme et la théologie. Il a écrit également un livre intitulé : Quel riche sera sauvé ? Et aussi le Pédagogue.

 

Saint Clément mourut à Alexandrie avant la fin du règne de Caracalla qui fut assassiné en 217.

 

1. La secte Ionique, fondée par Thalès, finit en la personne d’Archélaüs, maître de Socrate ; mais ceci doit s’entendre que de l’enseignement public. Il y eut encore longtemps après des particuliers qui suivirent la doctrine de cette secte.

 

4 décembre 2021
4 décembre 2021

SAINT PIERRE CHRYSOLOGUE

Archevêque de Ravenne, l’an 430 (Archives)

 

SAINTE BARBE

Vierge et martyre vers 235 (Archives)

 

SAINT MARUTHAS

Evêque en Mésopotamie, + milieu du cinquième siècle.

 

SAINT CIRAN

Abbé de Lonrey en Berry, + vers 657

 

SAINT ANNON

Archevêque de Cologne, + en 1075

 

SAINT OSMOND

Evêque de Salisbury, + en 1099

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2021 5 03 /12 /décembre /2021 10:10
3 décembre 2021

SAINT BIRINUS ou BIRIN

 

 

Prêtre de Rome, Birin demanda la permission au pape Honorius d’aller prêcher l’évangile aux idolâtres de la Grande Bretagne.

 

Honorius loua son zèle, et le fit sacrer évêque. Birin débarqua dans le royaume de Westsex ou des Saxons Occidentaux, y convertit un grand nombre de païens, entre autres le roi Cynegils qui régna de 611 à 642. C’était le cinquième successeur de Cerdic qui avait fondé ce royaume en 519. Birin fixa son siège à Dercis, aujourd’hui Dorchester, sur la Tamise, dans le comté d’Oxford, vers les frontières de celui de Berk1. Il opéra des conversions innombrables et bâtit beaucoup d’églises. Il mourut vers l’an 650 et fut enterré dans sa ville épiscopale. Ses reliques furent transférées à Winchester par l’évêque Hedda qui les déposa dans l’église de Saint Pierre et Saint Paul.

 

 

 

1. Le siège de Dorchester dont on forma ceux de Salisbury, d’Exeter, de Wells, de Litchfield, Worcester et Hereford, fut bientôt transféré à Winchester. Saint Birin fut remplacé par un Français nommé Agilbert qui retourna dans sa patrie en 660, parce qu’il ne comprenait pas bien la langue du pays. Wina ayant été fait évêque des Saxons Occidentaux, résida à Winchester.

 

CATHEDRALE DE WINCHESTER

CATHEDRALE DE WINCHESTER

SAINT FRANCOIS XAVIER

de la Compagnie de Jésus,  apôtre des Indes et du Japon

l’an 1552 (Archives)

 

SAINT LUCIUS

Roi en Grande Bretagne, fin deuxième siècle

(Archives)

 

SAINT SOL ou SOLA

Ermite en Allemagne, + en 790

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2021 4 02 /12 /décembre /2021 10:10
2 décembre 2021

SAINTE BIBIANE

 

 

Nous savons par d’Amiens Marcellin, historien païen du quatrième siècle et attaché au service de Julien l’Apostat, que cet empereur établit Apronien gouverneur de Rome en 363, et que ce même Apronien,  en route pour cette ville, eut le malheur de perdre un œil. Il attribua cet accident au pouvoir de la magie, et dans cette folle persuasion, il résolut d’exterminer les magiciens pour satisfaire sa vengeance et ses superstitions. Sous le nom de magicien, il faut comprendre les chrétiens, à cause des miracles qu’ils opéraient dans les premiers siècles de l’Eglise. Il y eut Sainte Bibiane parmi les martyrs.

 

C'était une vierge née à Rome qui vivait en odeur de sainteté. Elle était la fille de Flavien, Chevalier Romain et de Dafrose sa femme, tous deux chrétiens. Flavien fut arrêté et dépouillé de ses biens et de son emploi. On lui brûla le visage au fer rouge et on le bannit à Acqua-Pendente, qu’on appelait alors, Aquæ Taurinæ. Il mourut de ses souffrances peu de jours après. Sa mère, Dafrose, fut enfermée dans sa maison pour ensuite être décapitée.

 

Ayant tout perdu Bibiane et Démétrie, sa sœur, se virent abandonnées du monde. Elles souffrirent de la pauvreté pendant cinq mois. Apronien se venta de vaincre leur misère, en ce quoi il se trompait. Il les fit comparaître devant lui. Démétrie, après avoir courageusement confessé sa foi, tomba morte aux pieds du juge. Apronien confia Bibiane à une femme méchante nommée Rufine. Celle-ci employa la douceur et la méchanceté pour essayer de convertir Bibiane, mais sans succès. Alors Apronien la condamna à mort. Attachée à un pilier, elle devait être battue à mort à l’aide d’un fouet plombé. Elle souffrit ce supplice sans mot dire et mourut sous le fouet des bourreaux. On laissa son corps exposé aux bêtes féroces ; mais un prêtre, Jean, put enlever son corps au bout de deux jours et l’enterra près du palais de Licinius.

 

Les chrétiens érigèrent une chapelle sur son tombeau lorsqu’ils eurent de nouveau la liberté de pratiquer leur religion. En 465, le pape Simplice y fit construire une belle église, qu'on appela Olympina, du nom d’une dame pieuse qui avait payé la construction. Par la suite, Honorius III la fit réparer. Plus tard, comme elle tombait de nouveau en ruines, on l’unit à Sainte Marie Majeure. Urbain VIII la fit rebâtir en 1628 et y plaça les reliques de Sainte Bibiane, de Démétrie et de Dafrose, qui avaient été redécouvertes dans un cimetière appelé Sainte Bibiane.

EGLISE SAINTE BIBIANE DE RICHMOND AU QUEBEC

EGLISE SAINTE BIBIANE DE RICHMOND AU QUEBEC

2 décembre 2021

SAINT EUSEBE

Prêtre

SAINT MARCEL

Diacre

SAINT HIPPOLYTE

et leurs compagnons martyrs à Rome sous Valérien

(Archives)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !