Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 décembre 2019 7 08 /12 /décembre /2019 10:10
L'immaculée conception

L'immaculée conception

LA CONCEPTION DE LA SAINTE VIERGE

 

Tels sont les précieux avantages que nous procure l'Incarnation du Fils de Dieu, tel est l'excès d'amour qu'Il a fait éclater dans ce mystère, qu'Il devait être l'objet principal et continuel de nos pensées, de nos louanges et de notre reconnaissance.

 

Nous célébrons aujourd'hui l'aurore de ce beau jour qui luira bientôt sur l'univers; nous honorons l'entrée que fait dans le monde la plus pure des créatures, avec les premières semences de grâce qui produisent dans son âme les fruits les plus admirables. Sa conception fut elle-même un mystère glorieux, une grande grâce, et le premier effet de sa prédestination.

 

Le Verbe éternel considéra dès lors la dignité sublime à laquelle Marie serait élevée. Il ne lui dit pas comme à Israël, qu'Elle était la servante dans laquelle Il se glorifierait; mais Il l'appela sa mère. Comme il était dans son sein, Il la combla des dons les plus précieux. Marie pouvait donc dire avec plus de raison qu'Isaïe: Le Seigneur m'a appelée dès le sein de ma mère; Il s'est souvenu de mon nom, lorsque j'étais encore dans ses entrailles. Le Fils de Dieu la destina, dès le premier instant de sa conception, à devenir son tabernacle.

 

Que le Seigneur n'exigeât-il pas pour la construction du temple d'Israël ? Alors bien plus pour celle qui devait devenir son tabernacle vivant: l'accomplissement du mystère de l'incarnation, et même plus, car Il lui demandera de venir au secours de ses enfants, nous les hommes.

 

Marie fut préservée de la moindre tache du péché, ce que même les grands saints ne pourront jamais atteindre. Elle fut même préservée du péché originel, immaculée dans sa conception.

 

En 1439, le concile de Bâle déclara que la croyance en l'Immaculée Conception était conforme à la doctrine, à la dévotion de l'Eglise, à la foi catholique et à l'écriture sainte. Ce décret du concile fut reçu par l'université de Paris et par un concile tenu en Avignon en 1457.

 

Le concile de Trente par décret dit qu'il fallait suivre le décret de Sixte IV sur ce point et le pape, en 1479, accorda des indulgences à ceux qui assisteraient à l'office et à la messe de la fête de la conception.

 

Les différents papes, Pie V, Paul V, Grégoire XV et bien d'autres, réaffirmèrent cette doctrine de l'Immaculée Conception, prêts à censurer ceux qui seraient contre.

 

Dans les cantiques (Cant. II.2), elle est la pureté de ce beau jour qui fit paraître parmi les filles d'Adam comme un lys au milieu des épines et Dieu dit au moment de sa conception (Cant. IV.7), Vous êtes toute belle, ma bien aimée, et il n'y a pas de tache en vous.

 

C'est la conception de la glorieuse Vierge Marie, issue du sang d'Abraham, de la tribu de Juda, de l'illustre maison de David, dont la vie, par son éclat, illustre toutes les églises.

 

SAINT ROMARIC

Abbé de Remiremont + 653

 

SAINT HILDEMAN

Evêque de Beauvais en 821

Partager cet article

Repost0
7 décembre 2019 6 07 /12 /décembre /2019 10:52
Saint Ambroise

Saint Ambroise

SAINT AMBROISE DE MILAN

 

La vie de Saint Ambroise est extrêmement détaillée et comporte un livre entier sans parler de ses oeuvres qui comportent au moins 35 ouvrages sur des sujets religieux les plus divers.

 

Citons-en quelques uns: l'Hexaméron, Caïn et Abel, le livre de Noé sur l'Arche, les commentaires des psaumes, plusieurs ouvrages sur la virginité, la mort de Satyre (son frère), plusieurs hymnes etc.

 

De sa vie nous vous proposons un petit résumé.

 

Ambroise, magistrat romain, gouverneur de la Ligurie et de l'Emilie, résidait à Milan quand il fut appelé par le peuple pour devenir évêque de cette ville pour contrer les Ariens. Grande figure de chef d'Eglise, il y joua un rôle considérable.

 

Il eut la gloire de baptiser et de convertir Saint Augustin, dont la conversion devait être si précieuse pour l'Eglise. Lui même est l'un des quatre grands docteurs de l'Eglise Latine, avec Saint Augustin, Saint Jérôme et Saint Grégoire-le-Grand. Il mourut le 4 avril 397. Le 7 décembre est le jour de sa consécration épiscopale à l'âge de 34 ans.

 

Marcelline sa soeur, a aussi été sanctifiée.

 

SAINT MARTIN et SAINT EUTROPE

Abbés à Saintes entre le IVè et Vè siècle

 

SAINTE FARE

Abbesse de Faremoutiers en Brie + 655 (Fondatrice de cette abbaye à côté de Coulommiers).

Partager cet article

Repost0
6 décembre 2019 5 06 /12 /décembre /2019 10:24
Basilique Normande de Saint Nicolas à Bari

Basilique Normande de Saint Nicolas à Bari

Buste reliquaire en argent de Saint Nicolas

Buste reliquaire en argent de Saint Nicolas

Procession de Saint Nicolas à Bari

Procession de Saint Nicolas à Bari

Crypte de la basilique Saint Nicolas à Bari

Crypte de la basilique Saint Nicolas à Bari

SAINT NICOLAS DE MYRA

 

Nicolas est né à Patara en Lycie (Province d'Anatolie en Turquie). Très pieux dès son plus jeune âge, il entra dès qu'il le put au monastère de Myra dans la même région. Il était très charitable. Il arriva qu'il sauva trois jeunes filles des mains des brigands et pourvut à leur avenir, d'où les histoires plus ou moins justes sur ce premier acte de notre futur saint...

 

La Lycie était une province d'Asie où Saint Paul avait prêché, la ville de Myra en était la capitale et le siège de l'évêché. Ce dernier étant devenu vacant, Nicolas  qui entre temps était devenu abbé de son monastère. fut élu comme nouvel évêque,

Dieu donna à Nicolas le don des miracles et de la piété, ce qui le rendit célèbre.

 

Les Grecs disent qu'il fut emprisonné pour sa foi vers la fin des persécutions de Dioclétien.

 

Il assista au concile général de Nicée où fut condamné l'Arianisme en 305.

 

Nicolas mourut à Myra et fut enterré dans sa cathédrale en 352. On érigea beaucoup d'églises en son nom bien avant que ses reliques soient transférées à Bari dans le sud de l'Italie. Les Moscovites ont depuis toujours emprunté aux Grecs la grande vénération qu'ils ont pour Saint Nicolas.

 

La translation des reliques de Saint Nicolas a été réalisée par des marchands du port de Bari. Se trouvant à commercer en Asie Mineure,  envahie par les Mahométans, ils craignaient que les reliques du saint ne soient profanées. Alors, ils attendirent que ces derniers se soient éloignés de l'église de Myra laissée à l'abandon pour briser le tombeau en marbre et se saisir des reliques. Les habitants coururent après eux mais ils s'embarquèrent rapidement sans pouvoir être rattrapés.

 

Ils abordèrent à Bari le 9 mai 1087. Les reliques furent déposées dans l'église Saint Etienne. Le premier jour d'exposition, trente personnes furent guéries de différentes maladies et depuis ce temps il s'établit le pèlerinage de Saint Nicolas à Bari.

 

Du tombeau de Saint Nicolas à Myra en Lycie et de ses reliques à Bari, sort une huile miraculeuse.

 

Saint Nicolas est le patron des enfants, car il aimait à les instruire dès leur plus jeune âge. Il est aussi celui des Lorrains, des Russes, des écoliers, des marins et des voyageurs.

 

Le "Père Noël" est une triste image païenne inspirée de Saint Nicolas.

 

Ce vieillard ignoble qui a pris la place d'un petit enfant !

 

D'ailleurs en Amérique il est appelé Santa Claus et il n'est autre que notre Saint Nicolas. Au début il était souvent habillé en vert mais sous l'action de Coca-Cola, dans les années 1930, il devint rouge !

 

Il est recommandé aux parents de dire à leurs enfants que le fameux imposteur n'existe pas et que c'est le Petit Jésus qui apporte les cadeaux en venant à la crèche.

 

En France dans les provinces d'Alsace-Lorraine, Saint Nicolas apporte des cadeaux aux enfants, mais il les donne aujourd'hui, le 6 décembre, jour de sa fête.

 

Le Marché de Noël en Allemagne et en Alsace remonte au XIVè siècle. Au début il était appelé Marché de Saint Nicolas et se déroulait au début de l'Avent en vue de préparer Noël.

 

A l'époque des rois de France, les cadeaux s'offraient à l'Epiphanie en souvenir des cadeaux offerts par les Rois Mages. Ce qui est plus logique.

 

 

SAINT THEOPHILE

Evêque d'Antioche + vers 190

 

SAINTES DENYSE, DATIVE, et LEONCE

SAINTS TERTUS, EMILIEN, BONIFACE et MAJORIC etc. martyrs sous les Vandales en Afrique + 484

 

SAINT PIERRE PASCAL

Religieux de la Mercy, puis évêque de Jaén en Andalousie, martyrisé par les Maures le 6 décembre 1300.

Partager cet article

Repost0
6 décembre 2019 5 06 /12 /décembre /2019 10:20
LIMINAIRE DE LA FÊTE DE SAINT AMBROISE

Ambroise, le père de notre saint dont histoire va être publiée demain, était préfet du prétoire des Gaules, et sa juridiction comprenait, outre la France, une partie considérable de l'Italie et de l'Allemagne, cinq provinces romaines dans la Grande-Bretagne, huit en Espagne, et la Mauritanie-Tingitane en Afrique. Il eut trois enfant, Marcelline, Satyre et Ambroise.

On donnait le nom de préteur à tout magistrat qui était juge des personnes et causes militaires, et qui commandait les troupes. Sa cour s'appelait prétoire. Le préfet du prétoire de Rome était commandant de la garde de l'empereur, dite prétorienne; il était chargé de maintenir la discipline et les bonnes moeurs; il recevait tous les appels des jugements des gouverneurs de province. Auguste avait créé cet office pour remplacer le magister militum, connu sous les dictateurs.

Constantin-le-Grand supprima les gardes prétoriennes, avec le prétoire de Rome, et établit quatre préfets de prétoire, deux pour l'Orient et deux pour l'Occident. Le premier des deux de l'Orient était appelé simplement préfet de l'Orient, et le second, préfet d'Illirye: on donnait à l'un ceux de l'Occident, le titre de préfet d'Italie, et à l'autre, le titre de préfet des Gaules. Ces magistrats suprêmes de l'empire avaient la première place après l'empereur. Tous les autres magistrats et les gouverneurs de province leur étaient soumis; ils commandaient aussi les armées. (selon Onuphrius, Hotoman et Gutherius)

Partager cet article

Repost0
5 décembre 2019 4 05 /12 /décembre /2019 10:17
Reliquaire de Saint Sabas dans le monastère du même nom

Reliquaire de Saint Sabas dans le monastère du même nom

Monastère de Mar Saba ou laure de Saint Sabas  appelée aussi Grande Laure est un monastère orthodoxe hiérosolymitain situé à quelques kilomètres de la ville de Bethléem dans le désert de Judée, en Cisjordanie. C'est un des plus anciens monastères chrétiens.

Monastère de Mar Saba ou laure de Saint Sabas appelée aussi Grande Laure est un monastère orthodoxe hiérosolymitain situé à quelques kilomètres de la ville de Bethléem dans le désert de Judée, en Cisjordanie. C'est un des plus anciens monastères chrétiens.

SAINT SABAS LE SANCTIFIE

 

Sabas est né en 439 à Mutalask (aujourd'hui Kayseri en Turquie), ses parents se nommaient Jean et Sophie.

Militaire, Jean fut muté à Alexandrie. Il y emmena sa femme et laissa Sabas à son beau-frère Hermias avec la charge de s'occuper de son fils et de gérer ses affaires. La femme d'Hermias étant trop dure avec Sabas, celui-ci se sauva pour se réfugier chez son oncle paternel Grégoire. Celui-ci voulait bien s'occuper de son neveu mais aussi des biens de son père.

 

Alors une querelle éclata entre les deux oncles qui se traduisit par une action en justice.  Devant le déchirement de sa famille, Sabas entra au monastère Flavinia à quelques kilomètres de Mutalask. Sa nouvelle condition lui allait parfaitement et il était très zélé dans l'accomplissement de ses tâches.

 

Un jour, sa robe étant mouillée, le boulanger du monastère la mit à sécher dans le four et  l'oublia. Le lendemain matin, il alluma le four en présence de Sabas.Ce dernier, voyant que sa robe commençait à brûler, alla la chercher et l'enfila tout en en sortant indemne du four

.

Un jour,  ayant eu la permission de se rendre à Jérusalem sur les lieux saints, Sabas fit étape au monastère de Passarion gouverné par Elpidius et voulut y rester, mais avec ses dix-huit ans, Elpidius le jugeait trop jeune. Il l'envoya au noviciat de l'abbé Théoctiste, à vingt kilomètres de Jérusalem.

 

Quelque temps après, son abbé l'envoya accompagner un frère à Alexandrie. Il y retrouva ses parents qui lui demandèrent de quitter l'habit et, pour le convaincre, ils lui offrirent une grosse somme d'argent. Sabas refusa et ne prit que trois pièces d'or qu'il remit à son abbé.

 

A trente ans, il passait déjà six jours sur sept dans une grotte en dehors du monastère. Il jeûnait tellement que son abbé, lors d'une visite, le trouva mourant. Alors l'abbé prit son bâton, en frappa le sol. Il en sortit de l'eau que Sabas but. Il retrouva à l'instant ses forces.

 

Bientôt la renommée de sa sainteté dépassa celle de sa région et on vint le voir de très loin.

 

A la mort de son père, sa mère vint au monastère de son fils avec tout son argent pour le lui donner. Avec cet argent, Sabas fit construire deux hôpitaux sur place et un à Jéricho avec un monastère nommé Castel, puis encore un autre plus petit pour les novices.

 

Salluste, patriarche de Jérusalem, nomma Sabas Exarque de tous les anachorètes de Palestine.

 

Salluste mourut en 493 et eut Elie comme successeur, mais les moines, comme ils l'avaient fait avec Salluste, se révoltèrent de nouveau contre Elie. Sabas informé de cette révolte, alla prier dans le désert. Il se logea dans une grotte sans se rendre compte que celle-ci était habitée par un lion. Il s'endormit. Le lion arriva et, le saisissant dans sa gueule, il le mit dehors. Ce fait arriva deux fois. Le saint dit alors au lion qu'il y avait de la place pour deux. Le lion alors s'en alla et ne revint jamais.

 

Au bout de quelque temps, Sabas revint au monastère, mais la révolte était toujours aussi importante, alors il repartit prier et s'installa cette fois ci sous un arbre. Le maître du champ le nourrissait et lui construisit une cabane qui bientôt devint un nouveau monastère. Cependant les moines rebelles, furieux, en abattirent une tour en essayant de le détruire entièrement. L'Eglise d'Orient était en piteux état.

 

L'empereur Anastase favorisait l'eutychianisme (Doctrine des eutychiens, opposée au nestorianisme, croyant en la fusion de la nature humaine et de la nature divine chez le Christ) et persécutait les évêques catholiques. Sabas fut envoyé à Constantinople avec d'autres moines pour faire fléchir l'empereur. Après des pourparlers qui durèrent plusieurs mois, l'empereur consentit à épargner le patriarche de Jérusalem. Heureusement, Justin successeur d'Anastase, revint à la doctrine catholique.

 

Pendant cinq ans une sécheresse accabla la Palestine; la pluie ne revint que lorsque Sabas se remit en prières. A quatre-vingt-onze ans il avait entrepris, à la demande du patriarche Pierre, un voyage à Constantinople. Devant Justinien, Sabas obtint tout ce qu'il demandait: Protection contre les Samaritains, un hôpital à Jérusalem, une forteresse de protection contre les invasions, des ornements d'Eglise, l'empereur lui donna tout.

 

Sabas revint à Jérusalem chargé des dons de l'empereur mais quelques temps après il tomba malade. Il vécut, à sa demande, quatre jours seul avec Dieu et rendit son âme le 5 décembre 532 à l'âge de quatre-vingt-quatorze ans.

 

SAINTE CRISPINE

Martyre en Afrique + 304

 

SAINT NICET ou NICIECE

Evêque de Trèves + vers 566

 

 

 

Partager cet article

Repost0
3 décembre 2019 2 03 /12 /décembre /2019 10:10
Reliquaire de Saint François Xavier à la cathédrale Sante Réparate à Nice.

Reliquaire de Saint François Xavier à la cathédrale Sante Réparate à Nice.

SAINT FRANCOIS XAVIER

 

Saint François Xavier, l'un des compagnons de Saint Ignace dans la fondation de la Compagnie de Jésus, fut le grand apôtre des Indes et du Japon. Au cours de ses voyages apostoliques, il multiplia les miracles et convertit un nombre incalculable de païens. Il mourut en 1552, à peine âgé de 46 ans, au moment où il songeait à pénétrer en Chine. Le pape Pie X a désigné Saint François Xavier comme patron des missionnaires et de toutes les missions.

 

SAINT LUCIUS

Roi de Grande Bretagne. Fin du IIè siècle.

 

SAINT BIRIN

Premier évêque de Dorchester + 650

 

SAINT SOL ou SOLA

Ermite en Allemagne + 3 décembre 790

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2019 7 01 /12 /décembre /2019 10:10
Sacre de Saint Eloi

Sacre de Saint Eloi

SAINT ELOI

 

Eloi, fils d'Eucher et de Terrigie, naquit à Chatelac près de Limoges. en 588. Son nom montre qu'il était issu d'une famille romaine établie dans les Gaules. Compte tenu des ses aptitudes, ses parents le placèrent en apprentissage chez l'orfèvre  Abbon. Ce dernier était maître de la monnaie de Limoges. Eloi, d'un naturel bon et doux, était aimé des personnes de son entourage. En bon chrétien, il pratiquait assidument sa religion.

 

Des affaires l'ayant amené en France, c'est à dire au nord de la Loire, il fit la connaissance de Bobon, trésorier de Clotaire II à Paris. Le prince, voyant son habileté, le chargea de lui fabriquer un trône orné d'or et de pierres précieuses. Avec l'or restant, Eloi en fabriqua un deuxième. A la suite de quoi il fut promu maître de la monnaie.

 

Outre ses fonctions officielles, Eloi fabriqua de belles châsses pour les reliques des saints comme le tombeau de saint Martin de Tours, celui de saint Denys évêque de Paris, de Saint Crépin et Crépinien de Soissons, etc. Tout en travaillant, il avait un livre des saintes écritures devant lui. Confit en dévotion,  toujours bien habillé de soie et de vêtements précieux, il portait un cilice en dessous.

 

Un jour, il alla voir un prêtre pour  une confession générale. Par la suite, il distribua ses biens aux pauvres, ainsi que ses riches vêtements, pour ne porter qu'une bure avec une corde comme ceinture. Tout ce que le roi lui donnait, il le distribuait. Il habillait et nourrissait toute une troupe de pauvres.

 

Il faisait enterrer les malfaiteurs et rachetait les esclaves par centaines, surtout les Saxons, qu'il laissait libres de retourner chez eux, de rester avec lui, ou de rentrer dans un monastère. Un des ces esclaves est honoré parmi les saints sous le mon de Théan. Nombreux sont ceux qui devinrent des personnages éminents.

 

Eloi priait tous les jours avec le support de l'office canonial.

 

A la mort de Clotaire en 628, son fils Dagobert lui succéda et témoigna la même estime à Eloi. Avant de prendre des décisions importantes, il lui demandait toujours conseil.

 

Le premier établissement fondé par Eloi avec l'aide du roi fut l'abbaye de Solignac, près de Limoges. On y compta jusqu'à cent cinquante religieux exerçant divers métiers. Le roi lui donna aussi une maison à Paris qu'il transforma en monastère de femmes, sous la conduite de Sainte Aure.

 

Les Bretons lançant des incursions fréquentes, le roi chargea Eloi d'aller les apaiser pour que cessent les dévastations. Il réussit si bien qu'il convainquit le prince des Bretons Judicaël à venir à Paris pour faire la paix.

 

A Eloi se joignit le futur Saint Ouen;  à eux deux, il convoquèrent le concile d'Orléans contre les hérétiques et firent chasser de Paris une troupe d'impies qui dogmatisait. Ils s'attaquèrent aussi à la simonie qui était courante en France depuis le règne de Brunehault. Comme amis, ils avaient aussi Didier et Sulpice dont l'un devint évêque de Cahors et l'autre archevêque de Bourges.

 

L'assemblée des évêques décida de sacrer Eloi. Le siège de Noyon* et de Tournai étant vacant, Eloi y fut placé. Ouen devint évêque de Rouen. Tous deux furent sacrés dans cette ville le dimanche avant la semaine des Rogations en 640.

 

Le diocèse d'Eloi était immense, il comprenait toute la Haute-Picardie et toutes les provinces situées entre ce pays et l'embouchure du Rhin. Il s'occupa de la conversion des habitants d'Anvers, des Saxons, des Suèves et de tous les habitants de Gand et Courtrai.

 

Prêchant contre les danses et autres dérèglements,il reçut des menaces de mort par le peuple qui était soutenu par les officiers des seigneurs locaux. Eloi, en punition, les retrancha de la communion des fidèles et il en livra cinquante à Satan, qui furent frappés par Dieu de façon visible. Par la suite, ces malheureux ayant fait pénitence, Eloi les délivra du Démon.

 

Eloi prophétisa que la monarchie française, à la mort de Clotaire II, serait divisée entre ses trois fils mais que Thierry, le plus jeune referait l'unité.

 

Il nous reste plusieurs fragments de ses sermons, d'un style net et clair.

 

Saint Eloi était depuis dix-neuf ans au gouvernement de son diocèse quand Dieu lui fit savoir que sa fin était proche. Six jours après, il expira en récitant le cantique Nunc dimittis… le premier décembre 659 à l'âge de soixante-dix ans.

 

Beaucoup voulurent emporter sa dépouille, mais les habitants de Noyon se battirent et la gardèrent.

 

Le reine Bathilde fit fondre ses bijoux en or pour en faire une croix sur le tombeau de Saint Eloi et le couvrir d'un dais d'or et d'argent qu'on nommait repa.

 

Les grands de ce monde offrirent des ornements somptueux pour vêtir la dépouille du saint. On s'aperçut vite que de ce vêtement une liqueur coulait. On la recueillit et elle servit à guérir plusieurs malades.

 

 

*Noyon est une jolie petite ville avec une immense cathédrale entourée en demi-cercle des maisons des chanoines, ce qui est rare. Lors de travaux dans le choeur, le jubé àaété retrouvé presque intact sous les dalles. Il a été remonté dans un bâtiment annexe.

La cathédrale de Noyon est desservie par des prêtres (en soutane) de la Communauté Saint Martin

Une épine dans le pied ce notre saint: Calvin est natif de Noyon et sa maison détruite ne 1914-18 a été reconstruite !!! 

 

 

SAINT LEONCE

Evêque de Fréjus en Provence + 432

 

SAINT CONSTANTIEN

Solitaire dans le Maine + vers 562

 

SAINT DOMNOLE

Evêque de Mans + 581

 

SAINT AGIRIC ou AIRI ou encore AGRI

Evêque de Verdun + 588

 

 

Partager cet article

Repost0
30 novembre 2019 6 30 /11 /novembre /2019 10:24
La collègiale Saint André de Grenoble au XVIII è siècle

La collègiale Saint André de Grenoble au XVIII è siècle

La collègiale Saint André aujourd'hui

La collègiale Saint André aujourd'hui

SAINT ANDRE

 

André était de Bethsaïde, petit village de pêcheurs en Galilée, situé au bord du lac de Génésareth. Son père Jonas y était pêcheur. Avec son frère Simon, ils logeaient Jésus lorsqu'Il résidait dans cette ville.

 

En dehors de la pêche, qui était son métier, il suivait les enseignements de Saint Jean Baptiste et devint son disciple. Il était présent lors du baptême du Christ lorsque Jean s'écria: Voici l'Agneau de Dieu.

 

Il quitta Jean avec un autre disciple pour suivre Jésus. Alors qu'ils étaient derrière Lui, le Sauveur leur demanda ce qu'ils cherchaient. Ils répondirent qu'ils voulaient savoir où Il demeurait. Jésus leur répondit qu'ils pouvaient venir et voir. Ils passèrent avec lui un jour et une nuit. Après ces heures bénies en compagnie du Christ, l'apôtre comprit que Jésus était le Messie. André prit la résolution de s'attacher à Lui pour toujours. Il fut le premier des apôtres. Par la suite il fit part à Simon, son frère, de sa découverte et l'amena à Jésus qui lui donna le nom de Pierre.

 

Les deux frères allaient fréquemment voir Jésus pour ses enseignements, mais ce n'est que plus tard qu'ils restèrent continuellement avec Lui.

 

André et Pierre étaient présents aux noces de Cana et assistèrent au premier miracle.

 

Allant célébrer la Pâque à Jérusalem, Jésus s'arrêta quelques jours en Judée. C'est à ce moment là que Notre-Seigneur baptisa dans le Jourdain. Pierre et André baptisèrent aussi.

 

Jésus les voyant pêcher dans le lac leur dit qu'il en ferait des pêcheurs d'hommes. Dès cet instant les deux frères ne quittèrent plus le Sauveur.

 

Logeant à Capharnaüm chez Pierre et André, Jésus guérit la belle-mère de Pierre.

 

Lors de la multiplication des pains, c'est encore André qui dit au Seigneur que Philippe avait cinq pains d'orge et deux petits poissons.

 

Lorsque Jésus était à Béthanie dans la maison de Lazare, les Grecs voulant voir Jésus, c'est André qui prévint le Seigneur, qui alors leur accorda la grâce qu'ils demandaient. Ainsi le vénérable Bède donne-t-il à André le titre d'introducteur auprès de Jésus-Christ.

 

Après la mort du Christ, André prêcha l'évangile en Scythie, dans la Sogdiane et la Colchide, ensuite  en Epire en Grèce, en Achaïe, Argos, Le Pont et la ville de Sinope. Les Moscovites disent qu'André évangélisa leur pays jusqu'à l'embouchure du Boristhène, la ville de Kiow et jusqu'à la frontière de la Pologne.

 

Plusieurs calendriers parlent de la chaire de Saint André à Patras, en Achaïe. C'est dans cette ville que le Saint apôtre donna sa vie pour Jésus-Christ.

 

Selon certains auteurs, Saint André fut crucifié sur un olivier, mais l'opinion la plus commune est qu'il fut crucifié sur deux pièces de bois formant un X. On faisait usage quelquefois de ce genre de croix.

 

Suivant les archives du duché de Bourgogne, la croix de Saint André fut rapportée d'Achaïe et déposée dans le monastère de Weaune, près de Marseille. Elle en fut retirée en 1250 pour être placée dans l'abbaye Saint Victor dans la même ville. Philippe-le-Bon, duc de Bourgogne et de Brabant, obtint une partie de cette relique et la fit porter à Bruxelles. Ce prince instaura les chevaliers de la Toison d'or qui ont pour insigne distinctif la croix dite de Saint André, ou de Bourgogne.

 

 Saint André est le principal patron de l'Ecosse. Un certain Regulus apporta de Patras en 369 des reliques de l'apôtre. Pour les garder, on construisit un monastère connu sous le nom d'Abbernethy à l'endroit où se trouve actuellement la ville de Saint André.

 

 

SAINT NARSES

Evêque de Sciaharcadat en Perse, et ses compagnons martyrs + 343

 

SAINT SAPOR Evêque de Beth-Nictor,

 

SAINT ISAAC, évêque de Carcha,

 

SAINTS MAHANES, ABRAHAM et SIMEON martyrs sous Sapor II en Perse

 

SAINT TUGDUAL ou TUGAL

Evêque de Tréguier en Bretagne + 553

 

 

SAINT TROJAN

Evêque de Saintes en 511

Partager cet article

Repost0
29 novembre 2019 5 29 /11 /novembre /2019 10:05
Eglise Saint Sernin de Toulouse

Eglise Saint Sernin de Toulouse

 

SAINT SATURNIN dit SERNIN

 

Saturnin fut envoyé par le pape Fabien en Gaule pour prêcher la foi peu de temps après Saint Trophime, premier évêque d'Arles. Ce fut en 250 qu'il fixa son siège épiscopal à Toulouse, capitale des Tectosages. C'était une colonie romaine fondée par Jules César. A l'arrivée de Saturnin, Gratus et Dèce en étaient les consuls.

 

Saturnin convertit beaucoup de païens. Pour aller de sa maison à son église, où il les rassemblait, il prenait toujours le même chemin qui passait devant le Capitole. C'était dans ce temple qu'étaient rendus les oracles, mais le passage du saint rendit les démons muets. Les prêtres des idoles, persuadés que c'était la faute de Saturnin, se saisirent de lui et l'obligèrent à sacrifier dans le Capitole pour réparer sa prétendue impiété, ou alors il l'expierait par son sang.

 

- Que me proposez-vous, répondit le saint, avec une généreuse liberté ? J'adore un seul Dieu et je suis prêt à lui offrir un sacrifice de louange. Vos dieux ne sont que des démons: ils sont bien plus jaloux du sacrifice de vos âmes, que de celui de vos victimes. Pourrais-je les craindre, eux que je fais trembler devant un chrétien ?

 

Les prêtres firent souffrir le saint, puis il l'attachèrent à un taureau qu'on avait amené pour le sacrifice. L'animal que l'on avait excité traîna le martyr avec une telle violence que son crâne éclata, et ses entrailles lui sortaient du corps. Son âme s'envola, mais le taureau continua à le traîner jusqu'à ce qu'il fût entièrement déchiqueté et démembré. Les rues en étaient rouges de sang.

 

La corde s'étant rompue, le buste du saint resta dans une plaine au-delà de la porte de la ville. Deux femmes ramassèrent les restes et les mirent dans une fosse profonde pour éviter les profanations. Les reliques y restèrent jusqu'au règne de Constantin-le-Grand.

 

Hilaire alors évêque de Toulouse fit bâtir une chapelle pour y déposer le corps du saint. L'évêque Sylvins fit construire une église magnifique pour y placer Saint Saturnin. Elle fut achevée par son successeur Exupère.

 

Le martyrologe romain fait mention d'un autre Saint Saturnin décapité à Rome en 304 sous Dioclétien. Il fut enterré sur la voie Nomentane.

 

SAINT RADBOD

Evêque d'Utrecht + 918

 

SAINT BRANDON

Abbé en Irlande

Partager cet article

Repost0
28 novembre 2019 4 28 /11 /novembre /2019 10:10
Saint Etienne le Jeune

Saint Etienne le Jeune

SAINT ETIENNE LE JEUNE

 

Etienne, surnommé Le Jeune ou du Mont Saint Auxence, versa son sang pour la foi durant la persécution des iconoclastes. Il est né à Constantinople en 714, de parents aisés et très chrétiens et reçut une instruction dans ce sens.

 

Léon l'Isaurien, tombé dans l'hérésie, pilla plusieurs églises en s'attaquant aux images. Pour parvenir à ses fins il excita le peuple contre les catholiques, tant et si bien que les parents d'Etienne prirent la fuite. Pour des raisons de sécurité ils placèrent leur fils dans le monastère de Saint Auxence. Il avait alors quinze ans.

 

Quelque temps après, Etienne perdit son père. Il vendit ses biens, les distribua aux pauvres et retourna à Constantinople. De ses deux soeurs religieuses, l'une resta à Constantinople; il emmena l'autre en Bithynie avec sa mère, puis il retourna à son monastère, où il fut, à la mort de l'abbé Jean, élu à sa place. Il n'avait que trente ans. Pour subsister les moines étaient copistes.

 

Etienne vivait dans le plus grand dénuement simplement vêtu d'une peau de bête et d'un cilice. Sa sainteté naissante attira beaucoup de disciples et même une veuve fortunée nommé Anne qui fonda un monastère de femmes au pied du Mont Saint Auxence. A l'âge de quarante-deux ans, Etienne confia le gouvernement de sa communauté à Marin pour se retirer dans une petite cellule.

 

L'empereur Constantin Copronyme, à l'exemple de son père Léon, continua à s'attaquer aux images. En 754 il fit rassembler un soi disant concile composé d'évêques iconoclastes qui condamnèrent les saintes images comme étant un reste d'idolâtrie, et on persécuta dans tout l'empire tous les catholique ne voulant pas se soumettre au décret impérial.

 

L'empereur envoya le patrice Calliste au monastère d'Etienne pour essayer de le persuader d'adhérer à leur hérésie, mais ce fut peine perdue. Constantin, outré par cet échec, envoya une troupe pour arrêter Etienne. Ce dernier étant trop faible, ils le portèrent au pied de la montagne et le mirent en prison.

 

On l'accusa, à l'aide de faux témoins, d'avoir des relations intimes avec Anne. Celle-ci nia en disant qu'Etienne était un saint homme. Comme elle ne voulait pas être de l'avis de l'empereur on la flagella et on l'enferma dans un monastère à Constantinople où elle mourut.

 

L'empereur avait interdit aux monastères de recevoir des novices. Aussi il tendit un piège à Etienne en lui envoyant un nommé Georges Synclet qui, soi-disant, voulait prendre l'habit, mais Etienne constatant qu'il n'avait pas de barbe, se douta qu'il venait de la cour et refusa de lui donner l'habit. Mais devant l'insistance de Georges, qui se disait persécuté, Etienne lui donna quand même l'habit.

 

Aussitôt, Georges alla à la cour pour se montrer à l'empereur. Ce dernier assembla le peuple dans l'amphithéâtre pour que tout le monde puisse se rendre compte de la désobéissance d'Etienne. La populace déchaînée mit l'habit de Georges en pièces. L'empereur en profita pour envoyer une troupe de soldats au Mont Saint Auxence pour chasser les moines et brûler le monastère.

 

Etienne fut sorti de sa prison et emmené au port de Calcédoine pour être embarqué direction Chrysopolis, près de Constantinople. Là, il subit plusieurs interrogatoires au cours d'une parodie de concile, mais il ne céda pas en démontrant la fausseté de leurs raisonnements. L'empereur furieux exila Etienne dans l'île de Proconnèse en Propontide avec plusieurs autres moines.

 

Les miracles que Etienne opéra augmentèrent le nombre de défenseurs des images. Au bout de deux ans l'empereur fit transférer Etienne à Constantinople.

 

Quelques jours après son arrivée, l'empereur fit venir Etienne devant son assemblée et, prenant une pièce d'argent à son effigie, il demanda quel châtiment mériterait celui qui foulerait aux pieds la face de l'empereur. Il faudrait le punir, répondit l'assemblée. Sur quoi Etienne s'écria: Et quoi ! C'est un crime énorme d'outrager l'image d'un prince mortel, et on pourra jeter au feu celle du Roi du Ciel ?

 

Constantin condamna Etienne à être décapité en l'ayant toutefois martyrisé avant, mais changeant d'avis, il ordonna de le faire fouetter à mort. Cependant les bourreaux eurent pitié du Saint. Alors l'empereur envoya une troupe d'hommes sans foi ni loi qui saisirent Etienne, l'attachèrent avec des cordes et le traînèrent dans les rues de la ville jusqu'à ce qu'il  meure. Ces faits eurent lieu en 764.

 

 

SAINT JACQUES DE LA MARCHE

Religieux de Saint François + Naples en 1479

Partager cet article

Repost0
27 novembre 2019 3 27 /11 /novembre /2019 11:43
Tableau de la médaille miraculeuse vue par les anglophones

Tableau de la médaille miraculeuse vue par les anglophones

Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous.

Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous.

 

MANIFESTATION DE LA MEDAILLE MIRACULEUSE

 

En 1830, une novice des Filles de la Charité, Catherine Labouré, favorisée de plusieurs apparitions de la Sainte Vierge dans la chapelle de son couvent, rue du Bac à Paris, s'est vu confier la mission de faire frapper cette médaille, aujourd'hui célèbre.

 

L'histoire des apparitions est merveilleuse dans sa simplicité: une jeune fille, réveillée vers onze heures du soir par son ange gardien, le suit à la chapelle et là, voit la Sainte Vierge assise dans le fauteuil de l'aumônier; elle se jette à ses pieds, pose les mains sur ses genoux pour recevoir ses confidences et ses conseils.

 

C'est lors d'une deuxième apparition, le 27 novembre, que la Sainte Vierge donna le modèle de la médaille sous la forme d'un tableau. L'histoire de la médaille, dite miraculeuse en raison des grâces insignes qui lui sont attribuées, est une suite de bienfaits qui ne cesse d'augmenter.

 

Les médailles miraculeuses sont données gratuitement en écrivant à:

 

Association de la Médaille Miraculeuse
95 rue de Sèvres – 75006 Paris – France

 

P.S. Assurez-vous que la médaille a été bénie.

 

SAINT MAXIME

Evêque de Riez + 462

 

SAINT JACQUES L'INTERCIS

Martyr en Perse + 421

 

SAINT MAHARSAPOR

Martyr en Perse

 

SAINT EUSICE

Ermite, puis abbé de La Celle en Berry + 542

 

SAINT ACAIRE

Evêque de Noyon + 639

 

SAINT VIRGILE

Evêque de Saltzbourg + 780

 

 

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2019 2 26 /11 /novembre /2019 10:09
Saint Pierre d'Alexandrie

Saint Pierre d'Alexandrie

SAINT PIERRE d'ALEXANDRIE

 

Pierre fut placé sur le siège d'Alexandrie après la mort de Théomas en 300. Etaient placées sous sa juridiction  toutes les églises d'Egypte de la Thébaïde et de la Lybie. Lui et ses fidèles eurent à subir une première persécution sous Dioclétien.

 

Certains chrétiens   ne résistaient pas devant les supplices et trahissaient leur religion, d'autres allèrent même jusqu'à faire des dénonciations. Certains envoyèrent des païens pour sacrifier à leur place, ou alors ils achetaient un billet à des magistrats corrompus.

 

Quand la persécution cessa, Pierre imposa une pénitence pour chacune des différentes apostasies. Tous les anciens apostats furent pardonnés sans avoir provoqué de scandale.

 

Cependant un seul, Mélèce de Lycopolis en Thébaïde, se rendit coupable de crimes d'apostasie et ne voulut pas obéir à Pierre sous prétexte que ce dernier s'était caché pendant la persécution. Pierre assembla un concile et Mélèce fut déposé.

 

Loin de l'apaiser, cela l'excita et il fonda un parti contre Pierre et les décisions du concile, avec lequel il calomniait sans cesse le saint évêque.

 

Tout cela donna naissance à un schisme qui prit le nom de son auteur et dura cent-cinquante ans. Mélèce ordonna des évêques contre les dispositions des canons et en plaça certains dans le diocèse d'Alexandrie. C'est alors qu'un diacre du clergé d'Alexandrie prit parti pour Mélèce, il se nommait Arius...

 

D'autres persécutions arrivèrent sous Galère-Maximien puis en 311 celle de Maximin-Daïa César d'Orient. Cette dernière fut moins violente car Galère écrivit une lettre en faveur des chrétiens, mais cela n'empêcha pas Maximin, de passage à Alexandrie, de faire arrêter Pierre et de le faire mettre à mort. Avec lui furent décapités les prêtres Fauste, Dion et Ammonius.

 

On possède quatorze canons publiés par Pierre. Ils ont été ratifiés par le concile de Trullo et sont ainsi devenus une partie du droit canon de l'Eglise orientale. C'est dans ces canons que les différents lapsi (renégats chrétien) ont été traités.

 

 

SAINT BASLE ou BASOLE

Ermite en Champagne + 620

 

SAINT CONRAD

Evêque de Constance + 976

 

SAINT NICON

Surnommé Mélanoïde + 998

 

SAINT SYLVESTRE GOZZOLINI

Abbé Osimo, Instituteur des Sylvestrins + 1267

 

 

Partager cet article

Repost0
24 novembre 2019 7 24 /11 /novembre /2019 10:32
Saint Jean de la Croix, Confesseur et Docteur de l'Eglise

Saint Jean de la Croix, Confesseur et Docteur de l'Eglise

SAINT JEAN DE LA CROIX

 

Jean d'Yepez est né à Fontibère près d'Avila en 1542 en Castille. A son veuvage, sa mère  se retira avec ses enfants à Médina. Jean fut envoyé au collège où il se révéla un élève brillant. Le directeur de l'hôpital l'ayant remarqué l'employa au service des malades. En même temps, il continua ses études au collège des Jésuites.

 

A vingt ans, il prit l'habit des Carmes de Médina. Par la suite, il étudia la théologie à Salamanque tout en vivant d'une façon austère dans une petite cellule. Dans ses écrits, il dit vouloir atteindre la perfection à l'imitation de Notre Seigneur Jésus-Christ. A vingt-cinq ans, ses études terminées, il est ordonné prêtre.

 

 Au cours d' un voyage à Médina-del-Campo, Sainte Thérèse rencontra Jean. Tous deux travaillèrent à la réforme du Carmel. Peu de temps après, elle fonda un premier monastère d'hommes à Durvelle où Jean se retira en 1568. Telle fut l'origine des Carmes Déchaussés approuvés par Saint Pie V et confirmés par Grégoire XIII en 1580. Le succès de cette entreprise obligea Sainte Thérèse à fonder trois autres monastères.

 

Jean se mortifiait de plus en plus dans l'imitation de Jésus-Christ et l'amour de la Croix, mais vint une sécheresse spirituelle et un dégoût de la prière, ainsi que de nombreuses tentations diaboliques. Dans son livre Nuit obscure il décrit ses angoisses qui sont connues de la plupart des âmes contemplatives.

 

 

Sainte Thérèse avait de grandes difficultés avec son couvent d'Avila où elle avait prononcé ses voeux. Elle fit donc appel, avec l'accord de l'évêque, à Jean de la Croix pour en être le directeur spirituel et remettre les religieuses dans le droit chemin.

 

D'un autre côté, les frères Carmes de Jean se révoltèrent et s'opposèrent à la réforme. Ainsi au chapitre de Plasencia, il condamnèrent Jean comme fugitif et apostat. Des officiers de justice le traînèrent en prison à Tolède pour éviter une émeute du peuple local. Il y resta neuf mois, vivant de pain et d'eau et consolé par Notre-Seigneur.

 

A sa remise en liberté, il fonda le petit couvent du Calvaire dans un désert, puis en 1579 celui de Baeza. Deux ans après, il devint directeur de celui de Grenade. En 1579, il fut élu vicaire provincial d'Andalousie et premier définiteur de l'Ordre en 1588. En même temps, il fonda le couvent de Ségovie. 

 

Jean était très sévère avec lui-même mais aussi avec les autres, tant et si bien que comme, dans un chapitre tenu à Madrid en 1591, il s'en prenait aux abus des chefs,il fut dépouillé de ses fonctions et  réduit à la condition d'un simple religieux dans le couvent de Pegnuela en Sierra Morena.

 

C'est là qu'il termina son traité mystique, le second de ses ouvrages, après Exposition des Cantiques et La vie flamme d'amour. Mais ses ennemis, parmi ses propres frères, s'acharnaient contre lui et voulaient le chasser de l'Ordre en répandant des calomnies sur sa conduite.

 

Jean se réfugia dans la contemplation, mais bientôt il tomba malade et pour pouvoir se soigner il fut muté à Ubeda. Mais son mal empira, car de plus, il ne bénéficia d'aucune indulgence  de la part de son prieur. Heureusement, lors d'une visite au couvent, le Provincial  s'aperçut de l'état d'abandon où se trouvait Jean.

 

Il le rétablit dans ses fonctions et condamna le prieur malhonnête. Cependant Jean sentait venir la mort, il se fit lire le Cantique des Cantiques et pendant cette lecture il s'écria: Gloire à Dieu ! puis, pressant le crucifix sur son coeur, il dit: Seigneur, je remets mon âme entre vos mains  et expira le 14 décembre 1591 à 49 ans après 28 ans de vie religieuse 

 

Plusieurs miracles eurent lieu après sa mort, par exemple, en 1705 une religieuse paralysée  retrouva l'usage de ses membres après une neuvaine à Saint Jean de la Croix. Saint Jean fut canonisé en 1726 par Benoît XIII. Son corps est gardé à Ségovie. Il est confesseur et docteur de L'Eglise.

 

 

SAINT CHRYSOGONE

Martyr sous Dioclétien

 

 

SAINTE FLORE et  SAINTE MARIE

Vierges, martyres en Espagne par les Sarrasins en 851

Partager cet article

Repost0
23 novembre 2019 6 23 /11 /novembre /2019 10:06
Epîtres du pape Saint Clément 1

Epîtres du pape Saint Clément 1

SAINT CLEMENT Ier

 

Clément, fils de Faustin, était Romain de naissance mais juif d'extraction de la race de Jacob, comme il le dit lui-même. Il fut converti à la foi par Saint Pierre et Saint Paul. Saint Jérôme lui donne le titre d' homme apostolique. C'était selon Rufin presqu'un apôtre.

 

Clément suivit Saint Paul à Philippes en 62 et fut le compagnon de ses nombreux voyages ainsi que de ses travaux. C'est à Rome, lorsqu'il s'y rendit avec Saint Paul, qu'il fut ordonné évêque par Saint Pierre

 

Il succéda comme pape à Saint Lin et Saint Clet et devint pape en 91. Il siégea neuf ans. Il est l'auteur d'une lettre aux Corinthiens écrite en 96 restée célèbre qui est parvenue jusqu'à nous. Cette lettre a été envoyée aux habitants de Corinthe en révolte contre les prêtres saints et irréprochables.

 

On la plaçait juste après les lectures canoniques et on la lisait dans les églises. Clément écrivit également une deuxième épître aux Corinthiens qui était aussi estimée que la première, puis encore deux autres adressées aux vierges

 

Saint Clément fut martyrisé sous Trajan en l'an 100. L'empereur Louis-le-Débonnaire fonda en 872 l'abbaye de Cava dans les Abruzzes et l'enrichit de reliques de Saint Clément. Il y a également des reliques de Saint Clément dans l'église Saint Marcel, Saint Séverin et au Val e Grâce à Paris. Il est le titulaire de Saint Marcel et le second patron de Saint Séverin.

 

SAINT AMPHILOQUE

Evêque d'Icône en Lycaonie (Konya en Turquie) + 373

 

SAINT TROND

Prêtre à Hesbaye en Brabant + 693

 

SAINT DANIEL

Evêque au Pays de Galles + 545

 

 

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2019 4 21 /11 /novembre /2019 10:10

PRESENTATION DE LA SAINTE VIERGE AU TEMPLE

Présentation de la Sainte Vierge

Présentation de la Sainte Vierge

PRESENTATION DE LA SAINTE VIERGE AU TEMPLE

 

Les trois fêtes de la Nativité de la Sainte Vierge, du Saint nom de Marie et de sa Présentation sont l'écho, dans le cercle marial, des trois premières fêtes du cycle christologique: Noël, le Saint nom de Jésus, la présentation de Jésus au Temple. L'offrande de la Sainte Vierge au Temple ne fait qu'un avec celle de Jésus; que la nôtre se joigne aussi à la leur.

 

SAINT GELASE

pape + 496

 

SAINT COLOMBAN

Abbé + 615

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2019 3 20 /11 /novembre /2019 10:12

SAINT EDMOND

Saint Edmond

Saint Edmond

SAINT EDMOND

 

Depuis Egbert, c'est à dire depuis 802, les rois des Saxons-Occidentaux étaient monarques de toute l'Angleterre. Edmond fut couronné à Noël 855 au château de Burum sur la Stour  (Bures), par Saint Humbert, évêque des Est-Angles. Ce dernier fut martyrisé en même temps qu' Edmond par les Danois en 870.

On bâtit une église en bois sur sa sépulture, où l'on constata plusieurs miracles. En 920, la crainte des Barbares fit transporter les reliques à Londres dans l'église de Saint Grégoire puis ensuite à Saint Edmondsbury.

L'église en bois subsista jusqu'au roi Knute ou Canut qui fit bâtir, pour les reliques de Saint Edmond, une abbaye et une église en 1020,  magnifique et aussi grande qu'une ville. Ce dernier détail a été rapporté par Leland, chargé par Henri VIII de faire le recensement des églises d'Angleterre.

 

SAINTE MAYENCE ou MAXANCE

Vierge et martyre en Beauvaisis. Originaire d'Ecosse, elle vécut dans l'Oise et le culte de ses reliques a donné naissance à la ville de Pont-Sainte-Maxance au diocèse de Beauvais.

 

SAINT SYLVESTRE

Evêque de Chalon-sur-Saône. 490

 

SAINT BERNWARD ou BERNARD

Evêque de Hildesheim en Basse-Saxe. + 1021

 

SAINT FELIX DE VALOIS

Collègue de Saint Jean-de-Matha, instituteur de l'Ordre de la Sainte Trinité pour le rédemption des captifs. + 1212

Partager cet article

Repost0
19 novembre 2019 2 19 /11 /novembre /2019 10:10

SAINTE ELISABETH DE HONGRIE

Sainte Elisabeth de Hongrie

Sainte Elisabeth de Hongrie

SAINTE ELISABETH DE HONGRIE

 

Fille d'André II, roi de Hongrie, et mariée au duc Louis IV de Thuringe, veuve à 20 ans avec trois enfants, morte à 24 ans, Sainte Elisabeth est restée célèbre par sa bonté et son inépuisable charité envers les pauvres et les malades. Abandonnée à elle-même, sans ressources, après la mort de son mari, elle offrit ses services à un hôpital pour soigner les lépreux. Elle mourut le 16 novembre 1231. Elle était tertiaire de Saint François.

 

SAINT PONTIEN

Pape et martyr +235

 

SAINT BARLAAM

Martyr durant la première persécution de Dioclétien.

 

SAINT PATROCLE

Reclus en Berry +577

 

SAINT JACQUES

Ermite en Berry + 865

IO

Partager cet article

Repost0
18 novembre 2019 1 18 /11 /novembre /2019 10:05
Sainte Rose-Philippine. Evangélisation des indiens Patawatomi.
Sainte Rose-Philippine. Evangélisation des indiens Patawatomi.

Sainte Rose-Philippine. Evangélisation des indiens Patawatomi.

Autel de Sainte Rose-Philippine. Collégiale Saint André. Grenoble

Autel de Sainte Rose-Philippine. Collégiale Saint André. Grenoble

SAINTE ROSE-PHILIPPINE DUCHESNE*

 

Née le 29 août à Grenoble et décédée le 18 novembre 1852 à Saint Charles du Missouri, elle a été canonisée par le pape Jean-Paul II le 3 août 1988 à Rome.

 

Son Eminence le Cardinal Raymond Burke, archevêque de Saint Louis du Missouri, a en personne intronisé une relique de Sainte Rose-Philippine en la collégiale Saint André de Grenoble, où une chapelle lui a été consacrée.

 

Cette cérémonie s'est déroulée le 12 novembre 2011 en présence de Monseigneur Guy de Kérimel évêque de Grenoble et du chanoine Jean-Paul Trézières (ICRSP) desservant de la collégiale1.

 

* Voir la vie complète de Sainte Rose-Philippine sur wikipedia et la cérémonie d'intronisation sur le site: Collégiale Saint André: Sainte Philippine Duchesne.

 

1. Cérémonies en rite traditionnel.

 

DEDICACE DES BASILIQUES SAINT PIERRE et SAINT PAUL à Rome.

 

L'Eglise entière fête aujourd'hui la dédicace des deux grandes basiliques romaines de Saint-Pierre-du-Vatican et de Saint-Paul-hors-les-murs.

 

La basilique Saint-Pierre s'élève sur le tombeau du prince des apôtres, non loin du cirque de Néron où il fut exécuté.

 

Des fouilles récentes ont fait la preuve que la basilique actuelle, qui, au XVIIè siècle, a remplacé l'antique basilique constantinienne, a été construite comme elle sur la tombe de Saint Pierre

 

. Elle fut consacrée par Urbain VIII le 18 novembre 1626. La basilique Saint-Paul, située à l'autre extrémité de la ville, est également construite sur le tombeau de l'apôtre.

 

Presque complètement détruite par un incendie en 1823, elle fut reconstruite avec magnificence par Grégoire XVI et Pie IX, et consacrée par ce dernier le 10 décembre 1854.

 

  On a cependant maintenu la célébration anniversaire des deux dédicaces à la date du 18 novembre.

 

 

SAINT ALPHEE, SAINT ZACHEE, SAINT ROMAIN et SAINT BARULAS

Martyrs, la dix-neuvième année du règne de Dioclétien

 

SAINT ODON

Abbé de Cluny + 942

 

SAINTE HILDE

Abbesse en Angleterre + 680

Partager cet article

Repost0
17 novembre 2019 7 17 /11 /novembre /2019 10:37
Saint Grégoire arrête la crue avec son bâton

Saint Grégoire arrête la crue avec son bâton

SAINT GREGOIRE THAUMATURGE

 

Théodore, appelé depuis Grégoire, est surnommé le thaumaturge à cause de ses miracles.

Il est né à Néocésarée dans le royaume du Pont (le Pont-Euxin, aujourd'hui, la Mer Noire. Néocésarée, aujourd'hui Niksar en Turquie). Ses parents étaient païens. Dès la mort de son père il commença  à l'âge de quatorze ans, à découvrir des faiblesses dans l'idolâtrie, et au fur et à mesure de son instruction, il douta de plus en plus, et reconnaissait que le Dieu unique des chrétiens devait être la vérité.

Malgré tout, sa mère lui fit continuer le cursus que son père avait tracé, c'est à dire le barreau, où l'art oratoire était nécessaire. Il accumula les succès en rhétorique, et il était à prévoir qu'il serait certainement un des plus grands orateurs de son siècle. Il apprit le latin et le droit romain.

La soeur de Grégoire, épouse du gouverneur de Césarée, le fit venir en cette ville avec son frère Athénodore, qui fut par la suite évêque.

En l'an 231, les deux frères se rendirent à Béryte (Beyrouth) dans une école de droit romain puis revinrent à Césarée. Origène y tenait une école réputée, et reconnaissant l'intelligence des deux frères, il les instruisit dans la connaissance du bien, de la philosophie, dans le sens de la sagesse.

Devant un maître tel qu'Origène les deux frères  oublièrent leur patrie et les buts qu'ils s'étaient fixés au départ.

Origène, après des cours magistraux sur les différents aspect de la philosophie, leur apprit la philosophie naturelle qui expose la puissance et la sagesse infinie de Dieu, raisons pour lesquelles on adore Dieu dans l'œuvre admirable de la Création. Puis vinrent les mathématiques et l'astronomie. Le but d'Origène était d'élever ses disciples à la recherche de la vérité à travers la morale qui les porterait nécessairement à la vertu et à la théologie.

Grégoire et Athénodore, frappés par la lumière, voulaient tout abandonner pour ne plus s'occuper que de Dieu. Mais la persécution de Maximien dispersa tout le monde. Origène quitta Césarée en 235 et Grégoire se retira à Alexandrie pour continuer son enseignement. Des étudiants jaloux, alors qu'il était en pleine discussion avec des amis, lui envoyèrent une prostituée  qui demanda à Grégoire de lui payer ce qu'il lui devait. Ses amis furent indignés, mais Grégoire dit qu'il fallait lui donner ce qu'elle demandait. A peine avait-elle reçu la somme demandée, la femme fut  possédée du démon, se roulant par terre, poussant des hurlements, la bouche pleine d'écume,  s'arrachant les cheveux. Grégoire invoqua le ciel en sa faveur, la femme fut délivrée sur le champ.

La persécution ayant cessé, Grégoire retourna auprès d'Origène avec qui il passa encore cinq ans. A son départ, Grégoire prononça un discours élogieux sur Origène, affirmant que son enseignement était clair sur la divinité du Verbe, le péché originel et d'autres dogmes.

Ensuite Grégoire retourna au Pont où il fut vite remarqué par Phédine, archevêque d'Amarée. Ce dernier voulait le nommer évêque de Néocésarée. Grégoire commença par s'enfuir, puis au bout de quelque temps revint au Pont et accepta l'onction épiscopale.

Grégoire eut une vision de la Sainte Vierge qui lui expliqua, selon le dire de Saint Grégoire de Nysse, le mystère de la Sainte Trinité. Aussitôt il écrivit le récit complet de cette vision et la mit dans les instructions de son Eglise qui sera toujours préservée de l'hérésie des Ariens et semi-Ariens

La ville de Néocésarée était corrompue, superstitieuse et idolâtre. Grégoire mit tout en œuvre pour la purifier. Il réussit,  grâce à ses miracles.

Un jour, s'arrêtant dans un temple païen et y restant la nuit en prières, il en chassa les démons. Il garda ce pouvoir tout au long de sa vie. Une autre fois, à la demande d'un prêtre païen, il déplaça des blocs de pierre… C'est ainsi que le peuple de Néocésarée, au vu de ses miracles, se décida à écouter Grégoire et à se convertir. Grégoire commanda même aux eaux du fleuve Lycus qui inondait régulièrement les cultures, de ne pas dépasser une certaine borne que le fleuve ne franchit plus jamais. Bien d'autres miracles sont les faits de Grégoire et un livre pourrait en être rempli...

Saint Grégoire le thaumaturge mourut en 270 ou 271 un 17 novembre. S'informant avant de mourir s'il y avait encore des païens dans sa ville, il lui fut répondu qu'il n'en restait que dix-sept. Il demanda leur conversion, et voulut aussi qu'aucun lieu ne porte son nom et que sa sépulture soit ordinaire.

 

SAINT DENYS

Evêque d'Alexandrie + 265

 

SAINT AGNAN

Evêque d'Orléans + 453

 

SAINT GREGOIRE

Evêque de Tours + 595

 

SAINT HUGUES

Evêque de Lincoln en Angleterre

 

Partager cet article

Repost0
16 novembre 2019 6 16 /11 /novembre /2019 07:11
Saint Edmond Rich, archevêque de Cantorbéry.

Saint Edmond Rich, archevêque de Cantorbéry.

Châsse de Saint Edond

Châsse de Saint Edond

SAINT EDMOND

 

Edmond Rich était le fils de Raymond Rich et de Mabile. Fils de marchand, il est né à Abingdon dans le Berkshire.

 

De parents très chrétiens, Edmond fut vite familiarisé avec la pratique de la religion. Il fit ses études à Oxford, puis fut envoyé à Paris avec son frère Robert pour les achever.

 

Sa mère à l'agonie le fit revenir en Angleterre et lui demanda de s'occuper de ses frères et soeurs. Ces dernières voulant entrer en religion, il leur choisit le couvent des Bénédictines de Catesby dans le Northampton, puis retourna à Paris continuer ses études.

 

Tous les jours, il assistait à l'office de nuit dans l'église de Saint Merri et entendait la messe tous les matins. Il venait souvent au secours des étudiants pauvres qui étaient malades, allant parfois passer plusieurs semaines avec eux jusqu'à leur guérison complète.

 

Edmond était très sévère avec lui-même, portant un cilice et les mêmes habits toute l'année. Il dormait rarement dans son lit, mais souvent par terre ou carrément dans la rue.

 

Ses études terminées avec le titre de Maître-ès-arts, il enseigna les mathématiques. Une nuit,  sa mère, au cours d'une vision, lui conseilla d'orienter sa vie vers la théologie. Il suivit son avis et fut bientôt reçu docteur dans cette nouvelle discipline.

 

Professeur, il expliquait l'Ecriture Sainte. Il fut ordonné prêtre et se mit à prêcher avec tant de talent qu'il suscita de nombreuses vocations parmi ses élèves dont certains entrèrent à l'abbaye de Cîteaux. Parmi eux, Etienne qui, par la suite sera abbé de Clairvaux et qui fondera le Collège des Bernardins à Paris. 

 

Edmond, de retour en Angleterre se fixa à Oxford et y resta de 1219 à 1226. Il y enseigna la logique d'Aristote, sans que cela ne l'empêche de continuer à prêcher dans les autres provinces comme Gloucester et Worcester. Il accepta le canonicat de la cathédrale de Salisbury, mais en distribua les revenus aux pauvres.

 

Peu de temps après, le pape le désigna pour prêcher la croisade contre les Sarrasins dans les provinces où il était habitué à le faire. Un jour qu'il prêchait en plein air, un orage violent tomba sur la ville, tout en épargnant Edmond et ceux qui l'écoutaient. Il réussit à ramener à la pratique de la religion Guillaume-longue-épée, comte de Salisbury qui menait une vie dissolue. 

 

Le pape Grégoire IX le nomma au Siège de Cantorbéry et le chapitre de cette église l'élut à l'unanimité, le roi Henri III ayant donné son consentement. Edmond, ignorant ces événements, voulut refuser, mais l'évêque de Salisbury réussit à le convaincre d'accepter. Il fut sacré le 2 avril 1234.

 

Il gouverna avec zèle et vint à bout des abus en publiant ses Constituttions divisées en trente-six canons. Mais la corruption était telle qu'une partie de son clergé se déclara contre lui, l'accusant d'être trop scrupuleux, ce qui au yeux de tous, était une faiblesse, voir un vice contraire à la perfection, car empreint de faiblesse.

 

Edmond était loin d'être faible, mais il préférait être persécuté que de tolérer des abus et se montrer complaisant vis à vis du relâchement des moeurs.

 

Le roi Henri III, ruiné par une mauvaise gestion du trésor, accapara  plusieurs revenus d'évêchés qu'il laissait volontairement vacants. Edmond en référa au pape, mais le roi ne tint pas compte des avis du pape ni de ceux d'Edmond. Alors ce dernier pour protester passa en France où il fut reçu par Saint Louis. De Paris, Edmond se rendit à l'abbaye de Pontigny, de l'Ordre de Cîteaux, dans le diocèse d'Auxerre où avaient été reçus par le passé Saint Thomas et Etienne Langton.

 

Allant prêcher dans les villages, sa santé commença à se dégrader. Les médecins lui dirent qu'il devait changer d'air. Alors il se rendit à leur avis et passa chez les chanoines réguliers de Soissy (Soisy-sous-Montmorency)  près de Provins en Champagne. Devant la tristesse des moines de Pontigny, il leur assura qu'il reviendrait chez eux à la fête de Saint Edmond martyr. Il entendait par là que son corps serait reporté à Pontigny, ce que l'événement justifia.

 

Comme sa maladie s'aggravait, il reçut le Saint Viatique, puis le lendemain l'Extrême-onction. Il expira à Soissy le 16 novembre 1242, ayant été huit ans archevêque de Cantorbéry. On enterra ses entrailles à Provins et son corps à Pontigny. Plusieurs guérisons miraculeuses eurent lieu et Innocent IV le canonisa en 1247.

 

L'année suivante, on fit solennellement la translation de ses reliques en présence de Saint Louis, de la reine Blanche, des princes ses frères, des princesses, d'un légat du Saint Siège, et de plusieurs évêques et abbés.

 

Les reliques sont toujours à Pontigny, qui a prit le nom de Saint Edmond de Pontigny.

 

L'abbatiale de Pontigny est la plus grande église cistercienne du monde.

 

Elle est la cathédrale de la Mission de France.

 

 

SAINT EUCHER

Evêque de Lyon en 441 

SAINT EDMOND ou EDME

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !