Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 septembre 2019 1 02 /09 /septembre /2019 09:10
Saint Etienne, roi de Hongrie

Saint Etienne, roi de Hongrie

SAINT ETIENNE, ROI DE HONGRIE

 

Etienne était le fils du duc des Hongrois Geysa et de sa femme Sarloth. Peu de temps avant sa naissance,  ses parents se convertirent au christianisme avec plusieurs hommes et femmes de la cour.

Pendant sa grossesse, Sarloth eut une vision de Saint Etienne  qui lui assura que son fils continuerait l'œuvre de ses parents.

L'enfant naquit en 977 à Gran ou Strigonium. Il fut baptisé Etienne à cause de la vision de sa mère. Certains historiens affirment qu'il fut baptisé par Saint Adalbert, évêque de Prague qui prêcha quelques temps les Hongrois.

Le duc Geysa, son père, mourut en 997. Etienne, qui venait d'être fait waywode, c'est à dire duc et général des armées, lui succéda.

Etienne employa toutes ses ressources pour christianiser son pays; mais les fausses religions étaient tenaces. Leurs sectateurs se réunirent et formèrent une armée sous le commandement du comte Zegzard. Ils mirent le siège devant Vesprin. Cependant Etienne, invoquant Saint Martin et Saint Georges, les vainquit. Sur l'emplacement de sa victoire il fit construire un monastère sous le vocable de Saint Martin, qui depuis est connu comme La Montagne Sainte. Ce monastère relève directement du Saint Siège et porte le titre d' Archiabbaye.

Etienne fonda dix évêchés et l'archevêché de Gran ou de Strigonium. Ensuite, il envoya à Rome Astricus (ou Anastase) afin d'obtenir de Sylvestre II la confirmation de ses différentes fondations.

Etienne se fit sacrer en l'an 1000 par l'évêque qui lui avait rapporté de Rome la couronne royale. Après la cérémonie, il plaça immédiatement tous ses états sous la protection de la Sainte Vierge. Il fit bâtir sur l'Albe une magnifique église, dédiée à la Sainte Vierge, où les rois de Hongrie se font sacrer et enterrer. Depuis on la nomme Albe-La-Royale pour la distinguer d'Alba-Julia ou Wissembourg en Transylvanie.

Ses constructions continuèrent tout au long de son règne, avec un monastère à Buda (aujourd'hui Budapest), l'église Saint Etienne à Rome sur le mont Coelio, ainsi qu'un hôpital pour pèlerins, et enfin une église à Jérusalem.

 Il épousa Gisèle, la soeur de Saint Henri, roi de Germanie

Déguisé en manant afin de ne pas être reconnu, il allait souvent faire la charité aux pauvres, mais une fois, il fut malmené par des truands et faillit en mourir.

Tous ses fils moururent avant lui. Le dernier, Emeric, qui était à la tête du gouvernement, mourut lui aussi avant son père. Emeric fut canonisé par Benoît IX.

D'autres guerres auront lieu d'où Etienne sortira toujours victorieux. Fatigué de tant de guerres destinées à défendre et  soutenir ses états chrétiens, il rendit son âme à Dieu, le 15 août 1038 dans sa soixante dixième année.

Après sa mort, plusieurs miracles eurent lieu. Il fut enchâssé et déposé dans l'église Notre Dame de Buda, et par la suite canonisé, comme son fils, par le pape Benoît IX.

 

SAINT JUST

Evêque de Lyon vers 350

 

SAINT ANTONIN

Martyr, honoré à Pamiers

 

SAINT GUILLAUME

Evêque de Roschild en Zélande

 

SAINT MAWS

en Angleterre

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2019 7 01 /09 /septembre /2019 09:16
Ancienne abbaye puis collégiale de Saint Gilles du Gard

Ancienne abbaye puis collégiale de Saint Gilles du Gard

SAINT GILLES

 

Gilles ou AEgidius selon certains serait né à Athènes et, pour avoir une vie selon ses désirs, il quitta son pays pour venir s'installer en France, dans un ermitage situé dans un désert (dans le sens de non habité par l'homme) près de l'embouchure du Rhône. Ensuite il se fixa dans le Gard au diocèse de Nîmes. Il se nourrissait de peu. Les animaux sauvages venaient le voir, en particulier les cervidés. Un jour, comme Wemba, roi des Goths, poursuivait une biche à la chasse, celle-ci vint se réfugier auprès de Gilles. Ainsi fut-il découvert. Plusieurs miracles eurent lieu grâce à son intercession.

 

 

On dit aussi que Saint Césaire le nomma abbé d'un monastère près d'Arles et qu'il l'envoya à Rome en 514 auprès du pape Symmaque, pour avoir la confirmation des privilèges de son monastère.

 

 

En 541, la ville d'Arles fut conquise par les Français sur les Goths. Saint Gilles, estimé du roi de France, voulut bien fonder un autre monastère avec la règle  de Saint Benoît. Par la suite, ce fut une collégiale de chanoines séculiers. Près de là il naquit une ville qui prit le nom du saint: Saint Gilles du Gard. A cause des huguenots, ses reliques furent transférées dans l'abbatiale Saint Sernin de Toulouse.

 

 

Depuis le début du XIXè siècle de nouvelles découvertes ont été faites concernant Saint Gilles. Vous pouvez trouver une histoire du monument dans: https://www.persee.fr › doc

 

 

SAINT SIXTE et SAINT SINICE

Premiers évêques de Reims et Soissons. Saint Sixte fut envoyé en Gaule après la mort de Saint Crépin et Saint Crépinien martyrisés à Soissons en 287.

 

SAINT FIRMIN-LE-CONFESSEUR

Troisième évêque d'Amiens au IVè siècle.

 

SAINT LEU ou SAINT LOUP

Evêque de Sens. + 623

 

SAINT VICTUR en latin SAINT VICTURUS

Sixième évêque du Mans au Vè siècle

 

SAINT NIVARD ou NIVON

Evêque de Reims. + vers 673

 

LES DOUZE FRERES MARTYRS DE BENEVENT

Milieu du VIIIè siècle

 

 

Partager cet article
Repost0
31 août 2019 6 31 /08 /août /2019 06:20
Martyre de Saint Raymond par V. Carducho (musée du Prado)

Martyre de Saint Raymond par V. Carducho (musée du Prado)

SAN RAMON NONATO

 

En français, Saint Raymond Nonnat, est né en Catalogne à Portel,  diocèse d'Urgel, en 1204. Il passa sa jeunesse à la campagne jusqu'au jour où il décida de prendre l'habit chez les religieux de Notre Dame de la Merci, institués pour le rachat des chrétiens prisonniers et esclaves des Maures.

 

Il prononça ses voeux à Barcelone entre les mains de Saint Pierre Nolasque, fondateur de l'Ordre de N. D. de la Merci.

 

S'étant rendu en Barbarie, il obtint des Algériens la libération d'un grand nombre d'esclaves. Lorsqu'il n'eut plus d'argent, il se donna en otage pour la rançon d'autres chrétiens. Les mahométans se mirent en colère contre lui, et il serait mort de leurs sévices sans l'intervention d'un cadi qui donna l'ordre de le laisser tranquille. Libre de circuler, il put rendre visite aux esclaves chrétiens et à l'occasion convertir quelques musulmans et les baptiser.

 

Cependant, comme il était  otage et que la rançon ne venait pas, il subit la bastonnade. De plus, le gouverneur de la place fut mis au courant de ses efforts pour convertir ses sujets au christianisme. Il le fit arrêter et fouetter, aux quatre coins de la ville, puis on lui perça les lèvres au fer rouge pour lui mettre un cadenas.

 

Enfin, on l'enferma. Il resta huit mois en prison, jusqu'au paiement de sa rançon par les Pères de N.D. de la Merci

 

Quand il fut rentré en Espagne, Grégoire IX le nomma cardinal et l'appela à Rome pour en faire son conseiller, mais arrivé à Cardona, située à six mille de Barcelone, il tomba malade et mourut le 31 août 1240 à l'âge de 37 ans.

 

SAINTE CUTHBURGE

Reine, vierge et abbesse en Angleterre. + début du VIIIè siècle.

 

SAINT ISABELLE

Vierge, fondatrice de monastère de Longchamp. + le 22 février 1270

Partager cet article
Repost0
30 août 2019 5 30 /08 /août /2019 09:20
Sainte Rose de LIma

Sainte Rose de LIma

SAINTE ROSE DE LIMA

 

Presque un siècle après la découverte de l'Amérique (1492) naissait la première sainte de ce nouveau continent.

Isabelle Flores de Oliva naquit au Pérou en 1586, et à la fraicheur du teint de son visage on lui donna le surnom de Rose.

Dès qu'elle fut instruite dans la religion, elle prit comme modèle Sainte Catherine de Sienne.

Alors qu'elle était encore jeune, ses parents, par un revers de fortune, s'appauvrirent. Rose  fut obligée de travailler chez un trésorier, Gonsalvo. Cependant ayant fait vœu de rester vierge, elle entra dans le Tiers-Ordre de Saint Dominique. Logée dans une petite cellule à l'écart des autres, elle pratiquait la pénitence et portait une petite couronne d'épines.

Elle souffrit pendant quinze ans des persécutions de sa famille. Par la suite, elle fut atteinte d'une maladie qui dura jusqu'à sa mort le 24 août 1617 à l'âge de 31 ans. Avec ses prières et l'aide de Dieu jamais sa foi ne s'infléchit.

L'archevêque de Lima assista à ses funérailles, ainsi que le Chapitre, le Sénat et les Corps les plus distingués de la ville, pour porter, tour à tour, sa dépouille jusqu'à son tombeau. Plusieurs miracles furent attestés par son intercession, et cela par plus de cent témoins. Clément X la canonisa en 1671.

 

SAINT FELIX et SAINT ADAUCTE

 

Martyrs à Rome en 303

Leurs reliques furent demandées par Irmengarde, femme de l'empereur Lothaire, vers 850. Elles furent déposées dans l'abbaye des chanoinesses d'Eschan en Alsace. Elles y restèrent jusqu'en 1358 lorsque l'abbesse d'Erstein en fit présent à Rodolphe, archiduc d'Autriche. Elles sont dans l'église Saint Etienne de Vienne, aujourd'hui église cathédrale.

 

SAINT PAMMACHIUS

Sénateur romain. + 410

 

SAINT AILE ou AGILE

Premier abbé de Rebais. + vers 650

 

SAINT FIACRE ou FEFRE

Anachorète au diocèse de Meaux

Partager cet article
Repost0
29 août 2019 4 29 /08 /août /2019 09:10
Saint Jean Baptiste

Saint Jean Baptiste

Salomé et la tête de Saint Jean

Salomé et la tête de Saint Jean

LA DECOLLATION DE SAINT JEAN BAPTISTE

 

Dieu suscita Jean pour être le précurseur de Notre Seigneur.

Jean encore jeune se retira dans le désert de Judée au bord du Jourdain du côté de Jéricho et y resta jusqu'à l'âge de 30 ans, priant et faisant pénitence.

Trente ans était l'âge auquel les lévites et les prêtres de l'ancienne loi commençaient à exercer leurs fonctions. Jean, comme l'avaient annoncé les prophètes, serait le messager qui précéderait le Seigneur.

Le peuple le reçut comme l'ambassadeur du Très-Haut et plusieurs pharisiens vinrent l'écouter ainsi que des soldats et des publicains. Il les mit en garde contre l'orgueil et l'hypocrisie, eux qui se livraient souvent au libertinage et à la violence.

Le baptême pratiqué par Jean correspondait à la loi qui prescrivait au juifs plusieurs purifications corporelles. Cependant, il y était supérieur sans toutefois atteindre la vertu du sacrement de baptême que le Sauveur institua. Le baptême de Jean ne rendait pas les juifs chrétiens mais il les préparait à le devenir, car il n'était pas donné au nom de Jésus-Christ ou du Saint-Esprit.

Il y avait six mois que Jean prêchait et baptisait lorsque le Sauveur vint le trouver à Nazareth pour lui demander le baptême. Lorsqu'il le baptisa, Jean déclara que Jésus était le Messie et  le répéta aux juifs qui étaient venus le voir. Une autre fois, venant venir à lui le Sauveur, il l'appela l'Agneau de Dieu. Jean, par la suite, se rendit dans différents endroits: à Béthanie ou Béthabara (qui veut dire passage de l'eau) et à Ennon près de Salim.

La treizième année du règne de Tibère, le tétrarque de Galilée, Hérode-Antipas,  logea à Rome  dans la maison de son frère Hérode-Philippe et  tomba amoureux de sa belle-soeur Hérodiade. Celle-ci consentit à cet amour criminel à condition qu'il répudie sa femme, fille d'Arétas, roi des arabes. Un an après,au retour de Rome, Hérode-Antipas osa épouser sa belle-sœur. Jean lui en fit le reproche en lui disant qu'il commettait, lui et sa belle-sœur, un inceste et un adultère.

Hérode-Antipas, partagé entre la vénération pour Jean et l'amour d'Hérodiade, finit par enfermer Jean au château de Machérus près du lac Asphaltite.

Un an après, Hérode-Antipas donna une fête pour son propre anniversaire avec un festin et des danses, festin auquel étaient conviés les principaux juifs de haute naissance. Les danses étaient interdites chez les juifs, mais Hérode-Antipas était corrompu. Voyant danser  sa nièce Salomé, il en tomba amoureux et lui promit tout ce qu'elle voudrait afin d'obtenir ses faveurs. Salomé alla demander à sa mère Hérodiade ce qu'il fallait exiger. Cette dernière, voulant se venger d'Hérode-Antipas, demanda la tête de Jean : le roi accepta.

Un soldat coupa la tête de Jean dans sa prison et l'apporta à Salomé. Elle prit la tête dans ses mains pour la présenter à sa mère. Hérodiade se fit un jeu de percer la langue du saint.

 

SAINTE SABINE

Martyre à Rome sous l'empereur Adrien et le gouverneur de province Bérylle.

 

SAINT SEBBI ou SEBBA

Roi d'Angleterre. + vers 697

 

SAINT MERRI

Abbé de Saint Martin d'Autun. + vers 700

 

SAINT ADELPHE

Evêque de Metz

 

Partager cet article
Repost0
28 août 2019 3 28 /08 /août /2019 09:10
Saint Augustin

Saint Augustin

SAINT AUGUSTIN

 

Docteur de l'Eglise et philosophe.

 

 

Saint Augustin est né à Tagaste (ou Thagaste), petite ville de Numidie en Afrique, le 13 novembre 354. Aujourd'hui, cette ville s'appelle Souk Ahras ou Tagilt et est située en Algérie. Elle était proche Hippone, en latin Hippo Regius,  aujourd'hui Annaba où il existe une basilique dédiée à Saint Augustin.

 

La vie de Saint Augustin est tellement riche que  nous ne pouvons donner ici qu'un petit résumé.

 

Il est né d'un père idolâtre et violent, Patrice, et de Monique sa femme, de laquelle Augustin apprit la douceur.

 

Il commença par une vie de débauche (il eut même une concubine dont il eut un fils nommé Adeodat, baptisé en même temps que son père et qui mourut à 18 ans). Ce n'est qu'à 33 ans que, rhéteur à Milan, il se convertit. Baptisé par Saint Ambroise, il rentra en Afrique et devint évêque d'Hippone. Il mourut le 28 août 430, après un épiscopat de 16 ans. Son influence fut immense. Ame ardente et profonde, intelligence pénétrante, il a laissé des traités et des sermons qui restent encore à l'heure actuelle un des trésors de la pensée de l'Eglise. Saint Augustin est un des quatre grands auteurs latins.

 

Sa vie et ses écrits font l'objet dans certaines éditions de plus de 10 volumes.

 

 

SAINT HERMES

Martyr à Rome en 132 pendant la persécution de l'empereur Adrien.

 

 

SAINT JULIEN

Martyr à Brioude

 

Saint Julien était originaire de Vienne dans le Dauphiné. Militaire de profession, il demeurait avec le tribun Ferréol. Ils étaient tous les deux chrétiens. Cependant Crispin, gouverneur de la province viennoise, s'étant déclaré contre les chrétiens, Julien se retira en Auvergne pour ne pas être au service des infidèles. Recherché, il finit par se rendre et on lui coupa immédiatement la tête. On ignora longtemps où il avait été enterré, mais Dieu le fit découvrir miraculeusement à Saint Martin d'Auxerre lorsqu'il passa à Brioude en revenant l'Arles en 431. Son chef fut transporté à Vienne avec le corps de Saint Ferréol. Il existe à Paris une église dédiée au saint martyr qui porta successivement le nom de Saint Julien le vieux et de Saint Julien le Pauvre.

Partager cet article
Repost0
27 août 2019 2 27 /08 /août /2019 09:10
Eglise Saint Césaire à Arles

Eglise Saint Césaire à Arles

Ceinture de Saint Césaire

Ceinture de Saint Césaire

Sandales de Saint Césaire

Sandales de Saint Césaire

SAINT CESAIRE

Evêque d'Arles

 

Saint Césaire est né dans le territoire de Châlons-sur-Saône en 470. A 18 ans, il se présenta à l'évêque de Châlons pour le prier de lui couper les cheveux. Ayant revêtu l'habit clérical, il s'attacha au service de l'Eglise. Il se rendit ensuite au monastère de Lérins, dirigé par l'abbé Porcaire, où il fut nommé cellérier. Malade, il consulta un médecin à Arles. Il fit la connaissance d' Eonius, évêque de cette ville. Ce dernier lui conféra le diaconat puis la prêtrise et lui confia la conduite d'un monastère situé sur une île du Rhône, à proximité de la ville.

Avant sa mort, Eonius demanda à ce que Césaire soit son successeur. Ainsi Césaire fut élu évêque par le clergé en 501. Son premier soin fut de régler le chant de l'office divin en le faisant chanter tous les jours dans sa cathédrale. Il engagea les laïcs et les clercs à chanter les psaumes pendant l'office au lieu de s'entretenir de discours inutiles. Les uns chantaient en latin et les autres en grec, ces deux langues étant vulgaires à Arles en ce siècle. Il prêchait tous les jours, incitant les prêtres et les diacres à lire au peuple les Saintes Ecritures.

Il fit bâtir à Arles un monastère pour les religieuses avec une église divisé en trois parties dédiées à la Sainte Vierge, Saint Jean et Saint Martin. Ce monastère portant d'abord le nom de Saint Jean,  fut connu par la suite sous le nom de Césaire. Césarie, sa soeur, en fut l'abbesse. Elle avait pris le voile à Marseille au monastère de Saint Cassien.

Césaire présida le concile d'Agde en 506 ainsi que celui d'Orange en 529 (le deuxième). Il condamna l'Hérésie des semi-Pélagiens. Ses décrets furent envoyés à Rome au pape Félix IV et,depuis ce temps-là, l'Eglise considère les semi-Pélagiens comme des hérétiques.

Du temps de Césaire, Arles appartenait à Alaric, roi des Wisigoths, maître d'une grande partie de l'Espagne, du Languedoc et de presque toute la Provence. Césaire étant sujet du roi de Bourgogne, Alaric pensait qu'il voulait le dessaisir de la ville d'Arles au profit du roi de Bourgogne. Il fit exiler Césaire à Bordeaux.  Le saint ayant accompli des miracles dans cette ville, Alaric le réintégra sur son siège.

En 507, les Français alliés des Bourguignons vainquirent Alaric en Poitou où ce dernier trouva la mort. Son fils Amalaric s'enfuit en Espagne; mais Théodoric, roi des Ostrogoths en Italie, soutint Alamaric si bien que les alliés français et bourguignons durent mettre le siège devant Arles. Saint Césaire, accusé d'intelligence avec l'ennemi, fut mit en prison. Lavé de tout soupçon, il fut remis en liberté. Pour soulager le peuple meurtri  par la guerre, il vendit le trésor de son église. Théodoric, voyant la bonté de Césaire, le fit venir à Ravenne où, se décoiffant, il le salua d'une manière très obligeante en lui donnant de l'or (300 pièces) et de l'argent (60 livres). Césaire employa une partie de ces cadeaux pour racheter les captifs.

 S'étant rendu à Rome, il reçut le pallium des mains du pape Symmaque qui l'établit vicaire apostolique avec la charge d'inspecteur des affaires ecclésiastiques de l'Espagne et des Gaules. C'était en 513. L'année d'après Césaire revint dans son diocèse. Il mourut la veille de la fête de Saint Augustin en 542.

 

SAINT PEMEN ou PASTEUR

Abbé dans le désert de Scété en Egypte. + 385

 

SAINT SYAGRE

Evêque d'Autun en 560

 

SAINT EBBON

Archevêque de Sens. + vers 750

 

SAINT MALRUBE

Ermite et martyr en Ecosse

 

SAINT JOSEPH CASALANZ

Fondateur de la Congrégation des clercs-réguliers pauvres de la Mère de Dieu, des Ecoles-pies. Né à Pétralte (Aragon) 1556, mort à Rome1648 (92 ans)

 

SAINT HUGUES DE LINCOLN

Martyr en Angleterre + 1255

Partager cet article
Repost0
26 août 2019 1 26 /08 /août /2019 09:10
Saint Zéphirin

Saint Zéphirin

SAINT ZEPHIRIN

Il succéda au pape Victor  en 202, l'année de la persécution de Sévère. Il eut à lutter contre les hérétiques d'alors: Mercion, Praxéas, Valentin et les Montanistes. Il remporta la victoire sur tous selon les écrits de Saint Opta. Il mourut en 219.

 

SAINT GENES d'ARLES

Comédien, martyr à Rome.

Lors d'une représentation théâtrale devant Dioclétien, Saint Genès  reproduisit sur scène une parodie du baptême pour se moquer des chrétiens. La représentation terminée, il se tourna vers l'empereur et les spectateurs en leur disant que cette scène était vraie et qu'il fallait comme lui se convertir au christianisme. Peu de temps après il subit le martyre.

Partager cet article
Repost0
25 août 2019 7 25 /08 /août /2019 09:10
Saint Louis, roi de France (Grandes choliques du XIV è siècle)

Saint Louis, roi de France (Grandes choliques du XIV è siècle)

SAINT LOUIS ROI DE FRANCE ET CONFESSEUR

 

1214-1270, né à Poissy et mort à Tunis.

 

Sa vie est très riche en événements de toutes sortes, elle a été écrite par  Jean de Joinville (plus connu par son titre de Sire de), sénéchal ou chef de la justice de Champagne qui suivit Saint Louis à Aigues-Mortes et lors de la septième croisade en Terre Sainte. Pour les amateurs d'histoire il faut lire l'édition de M. du Cange de 1668: L'histoire de Saint Louis par Joinville. Cette édition a été écrite pour Louis XIV. Plusieurs pièces originales y sont insérées. L'épître dédicatoire adressée à Louis XIV, quoique bien écrite, prétend avoir beaucoup de ressemblance avec Saint Louis...

 

Petit résumé de sa vie.

Devenu roi de France à l'âge de douze ans, Saint Louis avait été pieusement élevé par sa mère Blanche de Castille. Il laissa le souvenir d'un roi très juste, d'une piété profonde, aimant la paix, tout entier aux affaires du royaume en même temps qu'à celles du monde chrétien. A la suite d'une maladie, il fit vœu d'entreprendre une croisade pour reconquérir Jérusalem; d'abord victorieux, il tomba ensuite dans les mains des Sarrasins. Il entreprit encore une nouvelle croisade, puis une épidémie décima son armée en Afrique et l'atteignit lui-même (on suppose maintenant qu'il ne serait pas mort de la peste mais du scorbut). Il mourut devant Tunis, couché sur la cendre, le 25 août.

 

SAINT GREGOIRE,

Abbé et administrateur du diocèse d'Utrecht. + 776

 

SAINT YRIEZ

Abbé en Limousin, né en 511 à Limoges

Il fonda le monastère d'Atane en Limousin. Cette abbaye qui maintenant porte son nom a été changée en collégiale de chanoines séculiers. + 591

 

SAINTE HUNEGONDE,

Religieuse de Homblières en Vermandois. Elle fut baptisée par Saint Eloi évêque de Noyon. Elle s'enferma dans le Homblières à une lieue de la ville de Saint Quentin. + vers 690.

 

SAINTE EBBE,

Abbesse en Angleterre, appelée par les anglais Sainte Tabbs était la soeur de Saint Oswald et d'Oswi rois des Northumbres. Elle fonda plusieurs monastères. + 685 

Partager cet article
Repost0
24 août 2019 6 24 /08 /août /2019 09:12
Saint Barthélémy, apôtre

Saint Barthélémy, apôtre

SAINT BARTHELEMY

 

Barthélémy est un nom patronymique qui signifie fils de Tholomée ou Tolmai. Plusieurs savant interprètes (Rupert, Jansénius etc.) pensent qu'il était le même que Nathanaël né à Cana en Galilée, docteur de la loi, un des soixante-douze disciples, lequel fut mené à Jésus-Christ par Saint Philippe et dont le Sauveur lui-même loua l'innocence et la simplicité (Joan I, 41.). Selon Eusèbe, il a été l'apôtre de l'Arabie, de la Perse et de l'Inde car les auteurs parlent des bracmanes philosophes et superstitieux (brahmanes). On lit dans Saint Eusèbe que Saint Pantène, s'étant rendu dans les Indes au troisième siècle, y trouva des traces de christianisme et qu'on lui montra une copie de l'évangile selon Saint Matthieu en hébren (sic).

Saint Barthélémy se rendit en Lycaonie où Saint Chrysostome assure qu'il instruisit les peuples de cette région. Il gagna aussi  la Grande Arménie où il reçut la couronne du martyre. Les Grecs disent qu'il fut condamné et, d'après certaines traditions, il a été écorché vif puis crucifié par le gouverneur d'Albanopolis. En 508, l'empereur Anastase enrichit la ville de Duras en Mésopotamie avec les reliques du saint. Ensuite elles furent transportées dans l'île de Lipari près de la Sicile au VIè siècle puis à Bénévent en 809, et enfin à Rome en 983. Depuis ce temps-là, elles reposent dans un monument de Porphyre, placé sous le grand autel de la célèbre église qui porte son nom, à Rome, située dans l'île du Tibre. Un bras du Saint Apôtre a été donné à Saint Edouard le Confesseur qui en fit présent à la cathédrale de Cantorbéry.

 

LES MARTYRS D'UTIQUE

dits de la Masse Blanche en 258

 

SAINT OUEN

Evêque de Rouen + 683

Partager cet article
Repost0
23 août 2019 5 23 /08 /août /2019 09:09
Saint Philippe Beniti

Saint Philippe Beniti

SAINT PHILIPPE BENITI ou BENZINI

 

Originaire de Florence, il vint à Paris pour faire ses études de médecine.

A cette époque seuls les religieux pratiquaient la médecine.

Le concile tenu à Reims en 1131, sous Innocent II, défendit aux moines de fréquenter les écoles de médecine, ou de pratiquer cet art hors de l'enceinte de leur monastère, à cause de la loi qui leur ordonnait la clôture. Il y eut toujours quelques moines qui exercèrent la médecine chez eux. Les clercs continuèrent de l'enseigner et de la pratiquer comme auparavant. Pierre Lombard, chanoine de Chartres, qu'il ne faut pas confondre avec l'évêque de Paris du même nom, était premier médecin du roi Louis le Jeune. Mauger, archidiacre d'Evreux, qui devint évêque de Winchester en 1199, exerçait le même emploi auprès de Richard I, roi d'Angleterre. Le concile de Latran, tenu en 1215, défendit aux clercs qui exerçaient la médecine de faire aucune opération où il fallait employer des instruments d'acier ou appliquer le feu. Ce fut au XIIIè siècle que la chirurgie devint une profession distincte de celle de médecin. Jusque là, la médecine avait été regardée comme une partie de la physique ou de la philosophie naturelle. Elle n'a pas fait de faculté à part avant 1472.

Notre saint revenu à Florence obtint le titre de docteur.

Il y avait quinze ans que des serviteurs de la Vierge Marie, appelés Servites avaient été institués. Ils s'étaient retirés dans de petites cellules à six milles de la ville de Florence sur le Monte-Senario. Ils obéissaient à Bonfilio Monaldi. Ce dernier fonda par la suite un petit couvent aux portes de Florence dédié à l'Annonciation de la Sainte Vierge. 

Comme il  entrait pour assister à la messe, Philippe fut frappé par les paroles adressées au diacre Philippe par l'Esprit-Saint: Avancez, et approchez-vous de ce chariot. Portant le même nom que le diacre, il prit cette parole de l'Ecriture pour une invitation. La nuit,   la Sainte Vierge, au cours d'une vision,  lui demanda d'enter dans ce nouvel Ordre. Il prit l'habit et fit sa profession en 1233, le 8 septembre. Il fut envoyé à Monte-Senario où il s'occupait des travaux de la campagne. Par la suite, il fut ordonné prêtre et devint général de l'Ordre en 1267. A la mort de Clément IV, les cardinaux voulurent l'élire pape mais il se cacha dans la montagne jusqu'à l'élection de Grégoire X. Pour s'abreuver, il buvait l'eau d'une source connue aujourd'hui sous le nom de bain de Saint Philippe,  située sur la montagne de Montagnate. Il nomma un vicaire pour le remplacer et  partit prêcher à Avignon, Toulouse, Paris et dans d'autres grandes villes de France, ainsi qu'en Flandre, en Frise, dans la Saxe et la Haute-Allemagne. En 1274, il assista au second concile général de Lyon présidé par le pape Grégoire X. Il obtint la confirmation de son Ordre. Rentré en Italie, il pacifia les Guelfes et les Gibelins (les uns partisans du pape et les deuxième partisans de l'empereur dans l'affaire de investitures).

Sentant la mort approcher, il entreprit la visite des couvents de son Ordre. Arrivé à Todi, il alla se prosterner devant l'autel de la Vierge  et idit: C'est là le lieu de mon repos pour toujours. La fièvre le prit le jour de l'Assomption de la Sainte Vierge. Il mourut le jour de l'octave en demandant son livre qui n'était autre que son crucifix. Clément X le canonisa en 1671. Sa fête est le 23 car le 22 est occupé par l'octave de l'Assomption.

 

SAINT CLAUDE, SAINT ASTERE, SAINT NEON, SAINTE DOMNINE, et SAINTE THEONILLE

Martyrs en Cilicie l'an 285

 

SAINT SIDOINE APOLLINAIRE, évêque de Clermont en Auvergne, l'an 482

 

SAINT THEONAS,

Archevêque d'Alexandrie en 282

 

SAINT TIMOTHEE et SAINT APOLLINAIRE

Martyrs à Reims

Partager cet article
Repost0
22 août 2019 4 22 /08 /août /2019 09:11
Le Coeur Immaculé de Marie

Le Coeur Immaculé de Marie

FETE DU COEUR IMMACULE DE MARIE

 

Après avoir, en pleine guerre mondiale, consacré tout le genre humain au Coeur Immaculé de Marie pour le mettre sous la protection toute spéciale de la mère du Sauveur, Pie XII décréta en 1944 que chaque année, l'Eglise entière célébrerait une fête en l'honneur du Coeur Immaculé de Marie le 22 août, ancien jour octave de la fête de l'Assomption. Au cours du XIXè siècle, Pie VII et Pie IX avaient accordé à plusieurs églises particulières la célébration d'une fête du Coeur très pur de Marie, fixée au dimanche après l'Assomption au samedi après la fête du Sacré-Cœur. En étendant la fête du Sacré Coeur Immaculé de Marie à l'Eglise universelle, Pie XII la plaça au 22 août et lui assigna comme but d'obtenir, par l'intercession de la très sainte Vierge la paix des nations, la liberté de l'Eglise, la conversion des pécheurs, l'amour de la pureté et la pratique des vertus.

 

On fait mémoire d'un groupe de trois martyrs:

 

SAINT TIMOTHEE

Martyr romain mort en 311.

 

SAINT HIPPOLYTE DE ROME

Docteur de l'Eglise

 

SAINT SYMPHORIEN

Martyr à Autun sous le règne de Marc-Aurèle

Partager cet article
Repost0
21 août 2019 3 21 /08 /août /2019 09:05
Sainte Jeanne Frémiot et Saint François de Sales

Sainte Jeanne Frémiot et Saint François de Sales

Jeanne de Chantal était la fille de Bénigne Frémiot, président au parlement de Bourgogne, connu pour son attachement à Henri IV, durant la ligue. Il eut trois enfants avec Marguerite de Berbisy : Marguerite qui épousa le comte d'Effran, Jeanne dont nous retraçons la vie, et André qui mourut archevêque de Bourges.

Jeanne est née à Dijon le 28 janvier 1572. Lorsqu'on lui administra le sacrement de confirmation, elle ajouta le nom de Françoise à celui de Jeanne.

Le président Frémiot devint veuf lorsque ses enfants étaient encore en bas âge.

Lorsque Jeanne atteignit sa vingtième année, on la maria au baron de Chantal, l'aîné de la Maison Rabutin [ un petit lien de famille: Marie de Rabutin-Chantal, dite marquise de Sévigné, fille de Celse-Bénigne de Rabutin baron de Chantal], officier de vingt-sept ans dans les armées du roi. Jeanne réforma, à tout points de vue, la maison de son mari, à laquelle aucun soin n'était apporté aussi bien sur le plan matériel que spirituel.

Ils formaient un très bon couple, le mari de Jeanne la laissant gérer la maison comme elle le voulait. Un jour qu'il était en convalescence dans son château de Bourbilly, ses amis lui proposèrent une partie de chasse, mais au cours de celle-ci il reçut par erreur un coup de fusil. Quelques jours après, il en mourait. Jeanne se retrouvait veuve à vingt-huit ans avec, sur six enfants, quatre encore vivants, un garçon et trois filles.

Ayant pris la résolution de ne pas se remarier et de vivre dans la dévotion, elle se rendit à un prêche de Saint François de Sales de passage à Dijon. Il prêchait le carême de l'année 1604. Emerveillée par les paroles du saint , Jeanne le prit comme directeur de conscience.

Au fil du temps et de l'instruction faite par Saint François, elle décida de fonder un Ordre religieux, mais  elle attendit que ses enfants fussent élevés. Cependant, son fils de quinze ans  fut confié à son grand-père Frémiot.

En 1610 elle rejoignit à Annecy l'évêque de Genève pour fonder son Ordre, celui de la Visitation qui essaima rapidement avec des couvents à Grenoble, Bourges, Dijon, Moulins, Nevers, Orléans et Paris….

 

SAINT BONOSE et SAINT MAXIMILIEN

Martyrs en l'an 363

 

SAINT PRIVAT,

évêque de Mende, martyr

 

SAINT RICHARD

évêque d'Andrie dans la Pouille. + fin XIIè siècle

 

SAINT BERNARD PTOLOMEE

Instituteur des Olivétains + 1348

 

Partager cet article
Repost0
20 août 2019 2 20 /08 /août /2019 09:05
Saint Bernard

Saint Bernard

SAINT BERNARD

 

Abbé de Clairvaux, docteur de l'Eglise.

 

C'est une joie, dans les jours qui suivent l'Assomption, de pouvoir célébrer la fête de Saint Bernard, dont un des titres de gloire est d'avoir chanté, avec une indicible tendresse et une ardente piété, les grandeurs de Marie. Il est né en 1091 au château de Fontaines-Lès-Dijon de son père Técelin et de sa mère Alix. Il entra à Cîteaux à 22 ans et quelques années plus tard, fonda le célèbre monastère de Clairvaux  où il  dirigea plus de sept cents moines.

 

Grand contemplatif, Saint Bernard n'en fut pas moins mêlé à toutes les questions de l'histoire de son temps; c'est lui qui prêcha la seconde croisade. Il mourut à Clairvaux le 20 août 1153. Son corps fut déposé au pied de l'autel de la Vierge. Ses écrits, pleins d'une doctrine inspirée de la sagesse divine, le firent mettre au rang des docteurs de l'Eglise. L'histoire de sa vie remplirait plusieurs volumes…

 

SAINT MESME

 

En réalité Saint Maxime vulgairement appelé Saint Mesme.

 

Solitaire à Chinon en Touraine.

Il fut élevé dans le monastère que gouvernait Saint Martin de Tours. Ordonné prêtre, il quitta son pays quelques années après pour le monastère de l'Ile-Barbe près de Lyon, dont il fut élu abbé. Devant les difficultés rencontrées, il repartit en Touraine, mais  fut obligé de prendre  la conduite d'un monastère qu'il avait fondé. On garde une partie de ses reliques à Bar-Le-Duc en Lorraine où il est connu sous le nom de Saint Maxe. Sa mort se situe au cinquième siècle.

 

SAINT PHILBERT

 

Premier abbé de Jumiége et de Nermoutier

 

Originaire de Gascogne, il naquit à Eause où il y avait alors un siège épiscopal qui fut depuis transféré à Auch. Son père Philibaud prit les Ordres Sacrés et devint évêque de Vic-Jour (Vicus Julius, peut-être aujourd'hui Vic-Fezensac) 

 

Philbert étant envoyé à la cour de Clotaire II, il suivit les cours de Saint Ouen. A vingt ans, il prit l'habit dans l'abbaye de Rébais au diocèse de Meaux. Quelque temps après il en fut nommé abbé mais devant l'indocilité des moines il quitta le monastère pour aller en Neustrie (aujourd'hui la Normandie) où Clovis II et la reine Bathilde lui donnèrent une terre. Il y fonda l'abbaye de Jumiéges en 654, qui n'est pas très éloignée de celle de Fontenelle où Saint Wandrille avait une communauté religieuse. Jumiéges compta jusqu'à neuf cents moines. [ d'importantes ruines subsistent encore aujourd'hui ].

 

Il fonda aussi un monastère de filles à Pavilly dont Sainte Austreberte  fut la première abbesse. Après avoir dénoncé les turpitudes de Ebroïn, Maire du Palais, il fut emprisonné à Rouen dans une rue qui s'appelle depuis rue de la Poterne, puis libéré sur l'ordre de Saint Ouen. Il quitta la Neustrie pour Poitiers puis dans la petite île de Her sur les côtes du Poitou, où il fonda un monastère anciennement appelé Hermoutier et aujourd'hui Nermoutier ou Noirmoutier. ( moutier ou moustier en vieux français veut dire couvent). Il y mourut en 684.

 

SAINT OSWIN

 

Roi en Angleterre. + 651

Partager cet article
Repost0
19 août 2019 1 19 /08 /août /2019 09:35
Saint Louis évêque de Toulouse

Saint Louis évêque de Toulouse

Saint Louis évêque de Toulouse

Saint Louis évêque de Toulouse

SAINT LOUIS EVEQUE DE TOULOUSE

 

Louis était le petit-neveu de Saint Louis, roi de France, et le neveu par sa mère de Sainte Elisabeth de Hongrie.

Il est né en 1274 à Brignoles en Provence. fils de Charles II, surnommé le Boiteux, roi de Naples et de Sicile, et de Marie, fille d'Etienne V, roi de Hongrie.

Lors d'un combat naval de Charles contre le roi d'Aragon, Charles fut fait prisonnier. A la mort de son père,  il fut proclamé roi de Sicile. Cependant, il était  captif. Au bout de quatre ans, on lui rendit sa liberté à condition qu'il donne en otage trois de ses fils dont notre futur saint, Louis âgé de quatorze ans, qui resta sept ans prisonnier à Barcelone. Comme nous le dirions maintenant, il était assigné à résidence :  il n'avait pas le droit de quitter Barcelone. Avec les franciscains, il priait et visitait les malades en même temps qu'il s'instruisait en théologie. Il fut libéré en 1294 lors du traité conclu entre son père et Jacques II roi d'Aragon. Lors de ce traité, des mariages princiers furent convenus et des terres redistribuées. Louis devait obtenir le Royaume de Naples mais il refusa pour se consacrer à Dieu.

Sa famille s'opposait à son dessein. Il souhaitait rentrer chez les Frères Mineurs; ces derniers lui demandèrent d'attendre quelque temps. Il prit donc les Ordres Sacrés à Naples et le pape Saint Célestin le désigna archevêque de Lyon en 1294, mais comme il n'avait pas encore la tonsure, le projet échoua. Boniface VIII lui accorda une dispense pour recevoir la prêtrise à 22 ans et, par une autre dispense, il fut nommé à l'évêché de Toulouse et obligé d'accepter par obéissance. Il se rendit à Rome chez les Frères Mineurs, où, accomplissant son vœu, il fit profession la veille de Noël 1296 dans le Couvent d'Ara Coeli. Il fut sacré évêque au commencement de février de l'année suivante.

Arrivé dans son diocèse pauvrement vêtu, il n'en fut pas moins reçu avec tous les honneurs dus à un prince de l'Eglise. Il s'occupait beaucoup des pauvres dont il  avait toujours un certain nombre à sa table. Il les servait lui-même. Il disait la messe tous les jours [ à cette époque, un prêtre célébrait rarement la messe quotidiennement ]. Il trouvait que sa charge était trop lourde pour lui, et à plusieurs reprises, il voulut s'en démettre. Peu de temps après, Dieu lui accorda ce qu'il désirait. Obligé d'aller en Provence pour des affaires ecclésiastiques, il tomba malade au château de Brignoles. Il mourut le 19 août 1297 à l'âge de 23 ans et demi. Il fut enterré chez les Franciscains de Marseille comme il l'avait demandé. Jean XXII le canonisa à Avignon en 1317 et adressa un bref à sa mère qui vivait encore.

La même année, on enferma ses reliques dans une châsse d'argent en présence de sa mère, de Robert son frère, roi de Sicile, et de la reine de France. Alphonse le Magnanime [!!!] roi d'Aragon et de Naples, ayant pris et pillé Marseille en 1423, on transporta ses reliques à Valence en Espagne, où elle sont encore aujourd'hui.

 

SAINT JEAN EUDES

 

Saint Jean Eudes né à Ry dans l'Orne, est le fondateur d'une société de prêtres, connus sous le nom d'Eudistes et d'une congrégation de religieuses, les Filles de Notre-Dame de la Charité. Il rendit d'immenses services à l'Eglise par la fondation de séminaires et par les missions qu'il prêcha dans presque toutes les provinces de France avec un succès qui tient du miracle. Il fut le grand apôtre de la dévotion aux cœurs de Jésus et Marie. Saint Jean Eudes mourut à Caen le 19 août 1680. Il fut canonisé par Pie XI en 1925.

 

SAINT MARIEN ou SAINT MARTIN dans sa province.

 

Solitaire en Berri dans le VIè siècle, il vivait à l'écart des hommes. On le voyait de temps en temps. Un jour, comme les habitants de la région ne l'avaient pas vu depuis longtemps, ils le recherchèrent. Il le trouvèrent mort dans le creux d'un tronc d'arbre. On porta son corps au bourg d'Evaû ou Esvaon dans la pays de Combrailles, situé entre le Bourbonnais, l'Auvergne, la Marche et le Berri. Les miracles opérés sur son tombeau firent instituer une fête en son honneur.

Partager cet article
Repost0
19 août 2019 1 19 /08 /août /2019 07:39
Reliquaire de Saint Gérard

Reliquaire de Saint Gérard

SAINT GERARD

 

Evêque de Chonad (Csanad) en Hongrie, martyr.

 

Vénitien de naissance, il voulait faire un pèlerinage à Jérusalem. Il traversait la Hongrie lorsqu'il fit la connaissance du roi Saint Etienne. Ne voulant pas rester à la cour du roi, en 1030 il bâtit un petit ermitage à Beel dans un désert de ce nom [ désert est à prendre dans la sens de non habité par les hommes comme le Désert de Chartreuse ] au diocèse de Vesprin. Il y passa sept années. Le roi Saint Etienne, ayant pacifié ses états, vint trouver Gérard pour lui demander d'évangéliser le pays et par la suite le plaça sur le siège épiscopal de Chonad ou Chzonad. Après la mort du roi Saint Etienne,  les païens provoquèrent de nombreux troubles. Un usurpateur s'empara du trône, puis enfin André, fils de Ladislas et cousin germain de Saint Etienne, à condition qu'il détruirait le christianisme. Plusieurs évêques vinrent à sa rencontre, mais les païens les martyrisèrent. Gérard fut accueilli à coups de pierres et percé d'une lance. D'autres évêques subirent le même sort. Les reliques de Saint Gérard furent placées dans une châsse. Les vénitiens obtinrent du roi de Hongrie leur translation. Ils les déposèrent dans l'église Notre Dame de Murano.

 

SAINT ANDOCHE prêtre, SAINT THYRSE diacre, et SAINT FELIX, martyrs et SAINT ANDEOL.

 

Saint Andéol prêcha dans le Vivarais, les autres saints sur le territoire d'Autun vers le fin du IIè siècle. Il reçurent la couronne du martyre à Saulieu.

 

SAINT RUSTIQUE

Vulgairement SAINT ROTINI, évêque ne Auvergne. + 423

 

SAINT SOULEINE, évêque de Chartres, fin du cinquième siècle. 

 

SAINT GERMER, 1er abbé de Flay en Beauvaisis. + vers 658

Partager cet article
Repost0
18 août 2019 7 18 /08 /août /2019 09:15
Notre Dame de Liesse

Notre Dame de Liesse

NOTRE DAME DE LIESSE

 

Fête le 18 août au diocèse de Soissons

 

Notre Dame de Liesse est la patronne des  Marie-Laetitia, Laetitia, ou plus simplement Marie-Liesse.

C'est un lieu de pèlerinage et une école pour jeunes filles qui, dans les années 1950-60, était tenue par les Dames de Saint Maur, ou plus exactement les Soeurs de l'Enfant Jésus.

 

QUELQUES PRECISIONS

 

La congrégation est fondée à Rouen en 1666 par le Bienheureux Nicolas Barré, lorsqu'il ouvre des écoles gratuites pour les enfants pauvres et instruit des maîtresses pour s'en occuper.

Il réunit à Rouen des jeunes femmes de la noblesse (veuves en général) et leur donne comme règle celle des Minimes. Cette union, dite de « maîtresses charitables », est approuvée par la suite par l'archevêque de Rouen, Monseigneur Harley de Champvallon comme congrégation diocésaine. Nicolas Barré ouvre en 1674 une école de formation pour les religieuses rue Saint Maur à Paris, d'où provient  leur appellation.

La congrégation est approuvée comme congrégation de droit pontifical le , et ses constitutions le sont définitivement par le Saint-Siège en 1872.

Les Sœurs sont en fédération avec les Soeurs de l'Enfant Jésus de la Providence de Rouen, congrégation de droit diocésain qui reconnaît le père Barré comme fondateur.

 

[Si je vous raconte cette histoire, c'est avec raison. 1.- Ce lieu de pèlerinage n'est pas très connu sauf localement. 2.- Anne dans sa jeunesse a été en pension à Liesse]

Dame de Saint Maur

Dame de Saint Maur

HISTOIRE

 

En 1134, trois chevaliers de l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem, français originaires de Laon, sont faits prisonniers par les musulmans dans la bourg d'Ascalon à 20 km de Jérusalem.

 

Ils sont emmenés au Caire et enfermés dans une sombre prison. Leur chef El-Afdhal se réjouit de cette capture et envoie ses marabouts pour convertir les chevaliers à l'islam, mais rien n'y fait. Alors il décide de procéder par la séduction et leur envoie sa fille Ismérie.

 

Avec diplomatie et plusieurs entretiens, elle essaye de les convertir, mais c'est le contraire qui va se produire. La jeune femme veut devenir catholique. Cependant elle demande à voir La Sainte Vierge et son fils Jésus. Les chevaliers ne peuvent les lui montrer, mais il demandant à Ismérie de leur amener des outils et un morceau de bois.

 

Ne sachant pas travailler cette matière et n'ayant pas de modèle, ils se demandèrent comment ils allaient procéder. La nuit vint, et pendant leur sommeil la Vierge déposa à leur pieds une petite statue noire, la représentant avec son Fils debout dans les bras. Ismérie se convertit et leur demanda de l'emporter. Ils y consentirent. Elle cacha la statue dans ses appartements. La nuit la Vierge lui apparut dans une clarté éblouissante en lui disant qu'elle sauverait les chevaliers.

 

Ils s'évadèrent et traversèrent le Nil dans une barque. Continuant leur course folle, épuisés, ils finirent pas s'endormir.

 

Au réveil, Ismérie levée la première ne reconnut pas les bords du Nil. Voyant une petite fontaine et un berger avec son troupeau, elle s'approcha de lui, et lui demanda où elle était. Il lui répondit: A Liance, près du château de Marchais (du mot latin mercasius qui signifie marais), non loin de Laon. Au XVè siècle Liance changea son nom pour celui de Liesse tant Marie comblait de joie les pèlerins par ses faveurs.

 

La petite troupe voulait continuer son chemin vers le château de Marchais, mais la statue se fit tellement lourde qu'ils restèrent sur place. Voyant dans ce prodige une volonté de Notre-Dame, ils décidèrent de bâtir une chapelle dans ce lieu marécageux.

 

S'il faut en croire une tradition du XVI° siècle, les chevaliers étaient fils de Guillaume Ier, sire d'Eppes (autrefois Aippes), qui fit une donation à l'abbaye de Saint-Martin de Laon. Ils avaient nom : Jean, Hector et Henri. On les appelle tour à tour les chevaliers d'Eppes, les chevaliers de saint Jean de Jérusalem ou de Malte.

 

Leur mission terminée, on croit qu'ils retournèrent dans une maison de leur Ordre. Quant à la princesse Ismérie, elle se fit instruire dans la religion chrétienne, adjura le coran, reçut, avec le nom de Marie, le baptême des mains de l'évêque de Laon, Barthélemy de Vir, le 8 septembre 1134.

Elle vécu saintement près de la mère des chevaliers à Marchais, mourut jeune et fut inhumée dans la sanctuaire. [ Le château de Marchais appartient à la Famille de Monaco. C'est là que résidait la mère du Prince Rainier III]

 

Pour plus de précisions sur les miracles et autres évènements: http://regnum-galliae.over-blog.com/notre-dame-de-liesse.html

 

Pour les pèlerinages voir le "Diocèse catholique de Soissons"

 

SAINTE HELENE

Impératrice l'an 328

 

SAINT AGAPIT ou AGAPET

Martyr en 273

 

SAINTE CLAIRE de Monte Falco,

vierge vers 1275

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 août 2019 6 17 /08 /août /2019 12:06
Saint Mammès

Saint Mammès

SAINT MAMMES 

 

Mammès ou encore Mamas était un berger de Césarée  martyrisé pour sa foi en 274-275. Au XIIIè siècle, on transporta son chef de Constantinople à Langres.

 

SAINT LIBERAT, Abbé

 

 et ses compagnons martyrs en Afrique sous Hunéric roi des Vandales Ariens. Par un édit contre les catholiques, celui-ci ordonna la desruction de tous les monastères. L'un d'eux, près de Capse dans la Byzacène, était très connu pour sa dévotion et  sa ferveur. Les sept moines furent arrêtés et transportés à Carthage: Libérat abbé; Boniface diacre; Sevus et Rusticus sous-diacres; Rogat, Septime et Maxime simples moines. Les tortionnaires les mirent dans une barque au large puis ils y mirent le feu, mais celui-ci s'éteignit à plusieurs reprises. Alors il les jetèrent à la mer en les frappant à coup de rames. Ils se noyèrent et peu après des catholiques vinrent récupérer leurs corps et les enterrèrent dans la monastère de Bigue près de l'église de Saint Célestin. Leur martyre eut lieu en 483.

 

 

Partager cet article
Repost0
16 août 2019 5 16 /08 /août /2019 06:40
Saint Joachim, père de la Sainte Vierge.

Saint Joachim, père de la Sainte Vierge.

SAINT JOACHIM

 

Autrefois sa fête se célébrait le 20 mars mais, pour l'associer à la Sainte Vierge, elle a été transférée aujourd'hui. Son nom signifie: préparation du Seigneur. L'Evangile donne la généalogie de Jésus selon Saint Matthieu. Les préparations divines viennent de loin, elles ont traversé toute l'histoire du peuple élu pour aboutir à la Sainte Vierge.

 

Saint Hyacinthe est donc normalement demain 17 août.

Partager cet article
Repost0
16 août 2019 5 16 /08 /août /2019 05:18
Saint Hyacinthe

Saint Hyacinthe

SAINT HYACINTHE

 

Religieux de l'Ordre de Saint Dominique

 

Les historiens l'appellent l'Apôtre du Nord et le Thaumaturge de son siècle. Il était originaire de Silésie, province de la Pologne. Son grand-père qui commanda les armées contre les Tartares, laissa deux fils, Eustache et Yves. Ce dernier fut évêque de Cracovie. Eustache, comte de Konski, fut le père de notre saint qui naquit en 1185 au château de Saxe, diocèse de Breslaw.

Après des études à Cracovie, Prague et Bologne Hyacinthe devint docteur en théologie. Lors d'un voyage à Rome en compagnie de son oncle Eustache, il rencontra Saint Dominique et rentra dans l'Ordre avec son frère Ceslas et deux allemands, Herman et Henri. Il reçurent l'habit des mains de Saint Dominique au Couvent Sainte Sabine en 1218. Hyacinthe fut nommé supérieur de la mission en Pologne. De retour dans leur pays, ils passèrent par Venise et entrèrent en Haute Carinthie où notre saint fonda un couvent et établit Herman comme supérieur. Puis ce fut Saltzbourg, la Stirie, l'Autriche, la Moravie et pour finir, la Silésie. Il fonda le couvent de la Sainte Trinité à Cracovie, un second à Sendomir puis un troisième à Plocsko sur la Vistule en Moravie. C'est à cet endroit que se produisit un miracle. La Vistule était en crue et aucun batelier ne voulait la traverser. Notre Saint fit le signe de la croix et la traversa en marchant sur les eaux devant une multitude qui l'attendait.

Il était sans cesse en voyage et fonda des couvents en Prusse, en Poméranie, à Cammin sur l'Oder, à Prémislan, à Culm, à Elbin, à Königsberg, dans l'île de Rugen et dans la péninsule de Gédan. Il prédit à cet endroit la fondation d'une grande ville. En 1295, Primislas, roi de Pologne, jeta les fondements de Dantzick, capitale de la Prusse royale.

Hyacinthe se rendit ensuite au Dannemarck [Danemark], en Suède, en Gothie et en Norvège. Partout il fonda des monastères. Puis ce fut la Basse-Russie ou Russie-Rouge. Il engagea son prince et le peuple à renoncer au culte des grecs pour revenir à l'Eglise catholique. Toujours en fondant des couvents, il alla jusqu'en Mer Noire, la Moscovie ou Russie-Noire. Il y convertit les infidèles et les schismatiques.

Lorsque les Tartares réduisirent Kiow (1231) en cendres, notre saint, un ciboire dans une main et une image de la Vierge dans l'autre, passa au milieu des flammes et traversa le Niéper.

Il continua à parcourir le monde jusqu'à sa mort en 1257. Ses reliques sont à Cracovie. Anne d'Autriche, mère de Louis XIV, en obtint une petite partie de Ladislas, roi de Pologne. Ces reliques furent offertes aux dominicains de la rue Saint Honoré à Paris.

 

SAINT AREY, évêque de Nevers. + vers 558

 

SAINT ELEUTHERE, , vulgairement appelé Saint Drouant ou Drouet, évêque d'Auxerre. + 565

 

SAINT ROCH

 

Un des plus illustres saints du XIVè siècle en France et en Italie. Né à Montpellier, il effectua un voyage à Rome. De retour en France, il vécut dans la piété et la charité. Il mourut à Montpellier en 1327. On assure que son intercession fit reculer la peste dans plusieurs villes. Ses reliques, dont la translation eut lieu en 1372. auraient été déposées à Venise et à Arles. De là on envoya des reliques en Espagne, en Flandre, à Rome, Turin, en Allemagne, à Paris, à Marseille etc.

Marie Leczinski, femme de Louis XV avait fait ériger une chapelle en l' honneur de Saint Roch dans l'église paroissiale de Saint Louis à Versailles. Elle demanda des reliques  à Monseigneur de Jumilhac, archevêque d'Arles, par une lettre du 11 octobre 1764. Le prélat, pour satisfaire la dévotion de la pieuse princesse, ordonna l'ouverture de la châsse qui les renferme, et en tira un os assez considérable qui fut envoyé à la reine.

 

SAINT HYACINTHE

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !