Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juillet 2021 2 13 /07 /juillet /2021 09:10
13 juillet 2021

SAINT EUGENE

 

 

A la mort de Genséric, roi des Vandales, Hunéric, son fils aîné, lui succéda. Il se montra plus doux envers les chrétiens que ne l’avait été son père. Il permit même, à la demande de l’empereur Zénon et de la princesse Placidie, dont il avait épousé la sœur, d’élire un évêque à Carthage1, qui en était privée depuis vingt-quatre ans. Il envoya donc dans cette ville le messager de l’empereur nommé Alexandre, avec un notaire qui devait lire le décret suivant :

- Le roi notre maître nous a commandé de vous dire que l’empereur Zénon et l’impératrice Placidie l’ont fait prier par Alexandre, noble personnage, que l’Eglise de Carthage eût un évêque de votre religion. C’est pourquoi permission vous est faite d’élire ici l'évêque qu’il vous plaira, à condition que les évêques de notre religion [Ariens], qui sont à Constantinople et autres provinces d’Orient, aient la liberté de prêcher en leurs églises tel langage qu’ils voudront, et d’accomplir les autres cérémonies de notre culte. Que si ceci n’est pas observé, l’évêque de Carthage avec son clergé et tous les autres évêques d’Afrique seront exilés en Mauritanie.

Cet édit fut publié le 18 juin ; il nous donna à tous une grande tristesse à cause des astuces qui y étaient cachées, lesquelles ne tendaient qu’à la persécution. Nous répondîmes ce qui suit à l’ambassadeur :

- Si vous voulez mettre en avant ces conditions, il vaut mieux que cette Eglise n’ait pas d’évêque ; Jésus-Christ la gouverne et la gouvernera à jamais.

L’ambassadeur ne tint pas compte de leur refus, et comme le peuple demandait à grands cris un évêque, on élut Eugène, homme de bien et agréable à Dieu, ce qui fit la joie des habitants de Carthage, dont les plus jeunes n’avaient jamais vu d’évêque dans une église.

 

Eugène gouverna saintement son Eglise, distribuant des aumônes et se faisant aimer de son troupeau, bien que les barbares se soient emparés des revenus de son Diocèse. Heureusement ses fidèles étaient généreux et ainsi il pouvait soulager les pauvres et vivre avec ce qui lui restait.

 

Sa renommée devint odieuse aux yeux des ariens qui le calomnièrent auprès du roi. Ils lui reprochaient de recevoir dans son église des hommes et des femmes vêtus comme des Vandales [contrairement aux vêtements romains]. Eusèbe leur répondit que la maison de Dieu était ouverte à tout le monde et qu’il ne pouvait en fermer la porte, et que les catholiques qui étaient habillés comme eux étaient ceux qui faisaient partie de la cour du roi.

Les ariens placèrent alors des gardes à la porte des églises catholiques avec des bâtons garnis de pointes en fer. Lorsqu’ils voyaient arriver un homme ou une femme vêtu à la mode des Vandales, ils lui donnaient un coup sur la tête et, comme si leur massue était un peigne, ils arrachaient les cheveux et le cuir chevelu. Plusieurs perdirent ainsi la vue et d’autres en moururent.

 

Mais voyant que ce moyen n’arriverait pas à décourager les catholiques, ils résolurent de ne plus payer ceux qui faisaient partie de la cour et de les employer comme ouvriers. Ainsi les plus hauts personnages catholiques de cette cour furent employés aux champs pour la moisson. Un de ses notables ne pouvait pas faucher le blé, car il avait une main paralysée ; mais comme on l’obligeait malgré tout, ses compagnons prièrent et il fut guéri.

 

Ainsi commença la persécution. Hunéric tourna sa fureur contre sa propre famille et tua son frère, sa femme, ses enfants et plusieurs autres neveux. Il réunit ensuite les évêques d’Afrique [ariens] à Carthage pour discuter de la foi, et prévint Eugène. Ce dernier lui répondit que pour parler d’un point qui les concernait, eux catholiques, il fallait en avertir tous les évêques catholiques.

 

- Soumets-moi le monde, répondit le Vandale, fais que je commande à tout, et je ferai ce que tu me dis.

 

- Il n’est pas nécessaire que vous soyez leur maître, reprit Eugène ; mais écrivez à tous les vôtres que de mon côté je préviendrai les évêques, et notamment l’Eglise de Rome, qui est la principale de toutes les Eglises.

 

C’est à cette époque que qu’Eusèbe guérit un aveugle nommé Félix. Mis au courant, Hunéric fit venir l’aveugle qui lui fit le récit de sa guérison. Les ariens dirent que c’était de la magie ; mais Félix était trop connu dans Carthage pour que l’on puisse cacher sa guérison. Alors ils voulurent le tuer, comme les juifs avaient fait pour Lazare.

 

Le jour de la discussion étant arrivé et afin d’effrayer les catholiques, ils firent brûler vif l’évêque Létus et bannir ceux qui pensaient être les plus savants. Cependant dix évêques catholiques furent élus pour répondre. Cyrilla, chef des ariens, assisté de ses acolytes, se fit porter sur une haute chaire qui dominait l’assemblée. Les évêques catholiques s’en plaignirent. Alors on les fit fouetter, ce qui fit s’écrier Eugène :

 

- O Dieu, je te prie de considérer la violence qu’on nous fait et la persécution que nous endurons !

 

Les députés dirent ensuite à Cyrilla :

 

- Que voulez-vous proposer ?

 

Il répondit qu’il ne saurait parler latin.

 

- Nous savons bien, répondirent les nôtres, que tu connais cette langue, et il ne faut pas t’excuser maintenant, après avoir ému cette dispute.

 

Cyrilla, voyant qu’il ne pourrait pas triompher des catholiques, essaya de dissoudre l’assemblée.

 

La persécution redoubla. Dans la ville de Typase, on coupa la langue et la main droite de plusieurs fidèles qui s’étaient réunis dans une maison pour assister à la messe ; mais par la vertu du Saint-Esprit, ils conservèrent la parole.

 

- Que si quelqu’un doute de ceci, disait Victor de Vite, évêque d’Afrique et historien de cette persécution, qu’il aille à Constantinople où il trouvera un sous-diacre nommé Réparat, qui fut de ces confesseurs de la foi, et qui parle aussi bien qu’avant son supplice. Aussi est-il tenu en grand respect à la cour de l’empereur Zénon.

 

Il y avait parmi les ariens un homme très cruel. C’est à lui qu’Hunéric confia le soin de tourmenter Eusèbe. Il le fit mettre en prison et au secret. Dans ce cachot obscur, Eusèbe se trouva atteint de paralysie et tout à sa joie l’arien en profita pour lui verser du vinaigre dans la bouche pour lui ôter la parole. Le saint évêque en mourut.

 

Cette persécution dura sept ans et dix mois, c’est-à-dire jusqu’à la fin du règne d’Hunéric, qui mourut mangé par les vers. Autant en était-il advenu d’Hérode-Agrippa, bourreau de Saint Jacques.

 

1- L'ancienne Carthage est aujourd'hui la banlieue résidentielle de Tunis. On y trouve de nombreuses ruines et le palais présidentiel, ainsi que de nombreuses ambassades.

 

CATHEDRALE DE L'ARCHIDIOCESE DE CARTHAGE EN TUNISIE
CATHEDRALE DE L'ARCHIDIOCESE DE CARTHAGE EN TUNISIE

CATHEDRALE DE L'ARCHIDIOCESE DE CARTHAGE EN TUNISIE

SAINT ANACLET

Pape et martyr en 112 (v. 2020)

 

SAINT JOËL et SAINT ESDRAS

Prophètes

 

SAINT SILAS

de Macédoine, disciple des apôtres.

 

SAINT SERAPION

Martyr sous l’empereur Sévère

 

SAINT MYROPE

Martyr dans l’île de Chio sous l’empereur Dèce.

 

SAINT TURIAF

Evêque et confesseur en Bretagne.

 

BIENHEUREUX JACQUES

Dominicain, archevêque de Gênes, + 1298

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2021 1 12 /07 /juillet /2021 09:10
12 juillet 2021

SAINTS NABOR et FELIX

 

 

Nabor et Félix furent arrêtés à Milan sur l’ordre de l’empereur Maximien. Interrogés, ils ne nièrent pas être chrétiens. Alors ils furent jetés en prison et privés de nourriture.

 

Pendant plusieurs jours ils supportèrent l’ardeur de la faim, les défaillances, la faiblesse et la puanteur de ce lieu infect. Mis au courant de leur résistance, Maximien, se les fit amener devant lui chargés de chaînes et les fit battre cruellement. Ensuite il ordonna que Nabor fût attaché sur un chevalet et lui fit subir les plus horribles tortures ; mais rien ne fit céder Nabor ni diminuer l’intrépidité de Félix. Alors Maximien ordonna de les jeter dans le feu, mais les flammes refusèrent de brûler les deux saints et pas un cheveu de leur tête ne fut atteint.

 

Rien n’attendrit le cœur de Maximien qui les accusa de magie. Il les fit reconduire en prison, puis au bout de quelques jours  ordonna qu’ils fussent décapités puis jetés dans le fleuve. Leurs corps furent récupérés et ensevelis par une femme, Sabine. Ils moururent le 12 juillet 303 sous les empereurs Dioclétien et Maximien.

 

Plus tard, sur leur tombeau, on bâtit une église. C’est là que Saint Antoine, par une révélation divine, découvrit les reliques de Saint Gervais et Saint Protais, comme il le raconte lui-même dans une lettre adressée à sa sœur Marceline. Une partie des reliques de Saint Nabor et de Saint Félix fut transportée en France au treizième siècle ; mais la plus grande partie est restée dans une église qui porte le nom de Saint François.

 

 

 

 

EGLISE SAINT NABOR A LODI

EGLISE SAINT NABOR A LODI

STATUE DE LA FONTAINE SAINT NABOR A SAINT AVOLD

STATUE DE LA FONTAINE SAINT NABOR A SAINT AVOLD

SAINT JEAN GUALBERT

(v. 2020)

 

SAINT JASON

de Chypre, ancien disciple de Notre-Seigneur

 

SAINT HERMAGORE

Disciple de Saint Marc, martyrisé à Aquilée.

 

SAINT PAUL

Premier évêque de Lucques, martyrisé sous Néron.

 

SAINT PROCLE ET SAINT HILARION

Martyrs sous Trajan

 

SAINTE EPIPHANE

Vierge, martyrisée à Lentini sous Dioclétien

 

SAINTE MARCIENNE

Vierge, martyrisée à Tolède

 

SAINT VIVENTIOLE

Evêque de Lyon

 

SAINT PATERNIEN

Evêque de Bologne

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2021 7 11 /07 /juillet /2021 09:10
L'ASSASSINAT DE SAINT JEAN DE BERGAME PAR Giovanni Battista TIEPOLO

L'ASSASSINAT DE SAINT JEAN DE BERGAME PAR Giovanni Battista TIEPOLO

SAINT JEAN

 

Evêque de Bergame

 

Saint Jean, évêque de Bergame, vécut lors de la domination des Lombards en Italie, sous le pontificat du pape Vitalien. Il travailla avec beaucoup d’acharnement à la conversion des peuples atteints par l’arianisme. Il était pour la justice et ne craignait pas de faire savoir aux princes leurs débordements lorsqu’ils ne suivaient pas les règles de la religion catholique. Un jour qu’il dînait avec le roi, il fit une remontrance paternelle au fils pour une injustice dont il s’était rendu coupable. Le jeune fils essaya de le tuer en lui donnant un cheval à moitié dompté pour rentrer chez lui ; mais à peine le saint eut-il touché l’animal que celui-ci devint tout doux, de sorte que le prince, voyant l’intervention de  Dieu, se jeta à ses pieds, lui avouant son intention criminelle, et lui demanda de lui pardonner.

 

Mais les ariens qui lui en voulaient pour ses conversions le mirent à mort le 11 juillet 683.

 

 

SAINT PIE Ier

Pape, + en 167 (v. 2020)

 

SAINT JANVIER

et

SAINTE PELAGIE

Martyrisés à Nicopolis en Arménie

 

SAINT SIDROIN

Martyr à Sens

 

SAINT MARCIEN

Martyr à Icône sous le président Pérennice

 

SAINT CINDEE

Prêtre, martyr en Pamphylie sous Dioclétien

 

SAINT SAVIN

et

SAINT CYPRIEN

Martyrs à Brescia

 

SAINT ABONDE

Prêtre, tué par les mahométans.

 

SAINT SAVIN

Dans le Poitou.

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2021 6 10 /07 /juillet /2021 09:10
SAINTE AMELBERTE DE GAND

SAINTE AMELBERTE DE GAND

 

SAINTE AMELBERGE

 

 

Née à Gand vers l'an 600 dans une famille riche et devenue orpheline très jeune, elle possédait par héritage la ville de Zanchte. Elle conserva ses biens en les gérant de son mieux ainsi que de nombreux serviteurs. A l’exemple de Sainte Marie-Madeleine, elle pouvait de temps en temps s’extraire de ses tâches pour la contemplation des choses célestes. Elle désirait en toutes choses garder sa virginité et faire une profession solennelle de foi ; mais le roi la maria contre son gré au comte Witger, un seigneur très puissant. Dieu connaissant ses désirs, Il la rendue mère de plusieurs saints. Parmi ses enfants nous comptons Saint Emebert, évêque d’Arras et de Cambrai, Sainte Gudule, patronne de Bruxelles et Sainte Renelde. Voyant tous ses enfants consacrés à Dieu, Amelberge décida avec son mari de quitter le monde pour vivre en religion. Elle passa le reste de sa vie dans le monastère de Maubeuge et rendit son âme à Dieu en 670. Sur son tombeau beaucoup de miracles se produisirent.

 

SAINTE  GUDULE

SAINTE GUDULE

SAINTE RENELDE DE SAINTES

SAINTE RENELDE DE SAINTES

SAINTE FELICITE ET SES SEPT ENFANTS MARTYRS

(v. 2020)

 

 

SAINTE RUFFINE et SAINTE SECONDE

Sœurs, vierges et martyres sous l’empereur Valérien

 

SAINT JANVIER

 

SAINT MARIN

 

SAINTS NABOR et FELIX

 

SAINT LEONCE, MAURICE et DANIEL

Martyrs sous l’empereur Licinius

 

SAINTS BIANOR et SYLVAIN

 

SAINTE APOLLONE

Martyre à Icône

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2021 5 09 /07 /juillet /2021 09:09
9 juillet 2021

SAINTE VERONIQUE GIULIANI

 

Abbesse Franciscaine

 

 

 

Véronique est née le 27 décembre 1660 à Mercatello, petite ville du duché d’Urbin dans l’Etat Pontifical. Son père s’appelait François et sa mère Benedetta Mancini. Ils faisaient partie de la bourgeoisie de la ville.

 

Véronique fut baptisée sous le nom d’Ursule. Avant l’âge d’un an elle vit, le jour de la Sainte Trinité, un tableau la représentant. Se glissant des bras de sa mère, elle rampa vers la représentation et donna des signes évidents de respect.

 

Un an après, la servante de sa mère se trouvait dans une boutique pour faire des achats.  Constatant la malhonnêteté du commerçant, la petit fille lui dit d’une voix claire et nette :

 

- Soyez juste car Dieu vous voit.

 

A l’âge de trois ans, elle dressa un petit autel avec une image de la Vierge à l’Enfant, que sa mère et ses sœurs lui décoraient, où elle allait placer des fruits en offrande. Ses prières étaient tellement ferventes que Marie lui mettait parfois l’enfant Jésus dans les bras pour qu’elle l’embrasse. D’autres fois, l’Enfant Jésus prenait des fruits et les partageait avec Ursule. Ces faits sont le témoignage des sœurs d’Ursule et sont rapportés par ses premiers confesseurs. Pourquoi ne pas y croire. Ce sont les simplicités de l’amour divin.

 

Un jour qu’elle priait devant la Vierge, celle-ci lui dit :

 

Ma fille, si tu savais combien mon Fils t’aime ! Prépare-toi à devenir son épouse.

 

Et une autre fois :

 

- Garde-moi ton amour, qu’il soit tout à moi.

 

- Cher Seigneur, répondit-elle, je vous aime tant ! Enseignez-moi comment je dois me conduire pour vous plaire.

 

Notre-Seigneur se tourna alors vers sa Mère et lui dit :

 

- Je veux que notre amie soit guidée par vous.

 

A l’âge de quatre ans, Ursule perdit sa mère. Lorsqu’on  apporta le saint viatique à la mourante, Ursule voulut communier également. Alors, sur son insistance, on la laissa s’approcher de l’hostie. Oh ! Quel parfum dit-elle, quelle odeur du ciel. Avant de mourir, cette pieuse mère réunit ses cinq filles et leur fit promettre d’honorer les cinq plaies de Jésus-Christ. Ursule reçut la plaie du côté du Christ, la plus proche du cœur et de l’amour.

 

Son père ayant été nommé surintendant des finances, la famille emménagea à Plaisance dans un palais. Ursule  subit toute l’agitation des domestiques et des réceptions. Finie la vie tranquille de Mercatello.

 

Cependant elle était toujours aussi pieuse et cherchait à imiter Sainte Catherine de Sienne et Sainte Rose de Lima. A l’âge de huit ans, elle eut le bonheur de pouvoir faire sa première communion. En grandissant, elle devint très belle : elle était un peu la fille favorite de son père qui mettait de grands espoirs de la garder auprès de lui. Il lui dit même qu’il ne voulait pas qu’elle se fasse religieuse. Alors Ursule se mettait à pleurer, affirmant qu’être religieuse était son vœu le plus cher.

 

Lorsqu’elle fut en âge d’être mariée, son père donna des fêtes somptueuses en espérant la détourner de sa vocation, mais son cœur appartenait déjà à Jésus. Après maintes discussions, son père finit par accepter qu’elle se fasse religieuse et lui promit toute son aide à réaliser ce vœu.

 

Mais loin de tenir sa promesse, le père envoya ses filles à Mercatello chez leur oncle, espérant que celui-ci réussirait mieux que lui. Le combat recommençant, Ursule tomba malade et les médecins n’y comprenaient rien; mais dès qu’on lui parlait du couvent, elle se sentait mieux. Alors pour ne pas perdre sa fille définitivement, le seigneur Giuliani accepta qu’elle entre au couvent. A l’annonce de cette nouvelle, elle fut instantanément guérie.

 

Alors qu’elle était déjà religieuse, elle vit un jour en songe son père malade, puis la nuit suivante en train de mourir. Les religieuses lui disaient de ne pas prêter attention à ses rêves ; mais c’était la triste réalité. Notre-Seigneur lui montra dans quels tourments se trouvait son père, alors elle redoubla de prières pour l’en sortir. A la fête de Sainte Claire, il allait mieux, et à Noël il fut complètement délivré. Enfin Notre-Seigneur  montra à Ursule son père dans une grande lumière et elle sut qu’il était sauvé.

 

Ursule voulait entrer au couvent des Capucines de Città del Castello : elle y fut emmenée par son oncle, mais l’évêque leur dit qu’il n’y avait plus de place. Il demanda à l’oncle si la jeune fille savait le latin. "Non," répondit-il. Mais Ursule, saisissant le bréviaire du prélat, se mit à le lire couramment. Alors l’évêque, dérogeant à la Règle, la fit entrer au couvent. Le 28 octobre 1677, Ursule reçut l’habit sous le nom de Véronique.

 

Le démon se déchaîna contre elle, essayant de la faire renvoyer en prenant l’aspect de la maîtresse des novices ; mais la fourberie de Satan fut découverte. Alors il décida de se venger en la frappant régulièrement ; mais Notre-Seigneur venait toujours soulager Véronique.

Véronique fit sa profession solennelle en 1678 à l’âge de dix-huit ans. Au bout de dix-sept ans, elle devint maîtresse des novices, et ce pendant vingt-deux ans, et abbesse pendant onze ans jusqu’à sa mort.

 

Sa vie est pleine de miracles. Lorsqu’elle était à la cuisine, les vivres ne manquaient jamais, et s’ils venaient à manquer, elle priait et Dieu les multipliait.

 

/…/

 

Elle fut béatifiée par Pie VII et canonisée par Grégoire XVI.

9 juillet 2021
9 juillet 2021

SAINTE ANATOLIE

Vierge et martyre en 250 (v. 2020)

 

SAINT ZENON et  de nombreux autres MARTYRS

A Rome

 

SAINT CYRILLE DE CRETE

Evêque, martyrisé sous Dèce

 

SAINTS PATERMUTHE, COPRES et ALEXANDRE

Martyrs à Alexandrie sous Julien l’Apostat.

 

LES MARTYRS DE GORCUM

Pendus pour leur foi à la Présence Réelle en 1572 en Hollande

 

SAINT BRICE

Evêque de Martole, et martyr sous le juge Marcien.

 

BIENHEUREUSE JEANNE SCOPELLO

Carmélite + en 1491

  

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2021 4 08 /07 /juillet /2021 09:10
SAINT KILLIAN ET SES DEUX COMPAGNONS, COLMAN ET TOTMAN

SAINT KILLIAN ET SES DEUX COMPAGNONS, COLMAN ET TOTMAN

SAINT KILLIAN

 

 

Killian était originaire d’Irlande. Après avoir reçu une éducation chrétienne, il prit l’habit religieux et fut ordonné prêtre. Comme sa réputation de sainteté attirait beaucoup de monde, il voulut fuir et se rendit en France et de là en Allemagne pour y combattre l’idolâtrie qui y régnait encore; mais voulant obtenir l’approbation du pape et l’absolution de la censure apostolique, il gagna  Rome, car l'Irlande était infestée de l’hérésie pélagienne. Le pape l’accueillit favorablement et le nomma évêque, l’envoyant en Allemagne avec deux compagnons.

 

Ils allèrent à Wutzbourg où Killian convertit le duc et son peuple. Ce duc, Gosbert, avait épousé sa belle-sœur. Killian lui fit comprendre que ce mariage était contre la loi de Dieu. Gosbert promit de répudier sa femme; mais le duc ayant été appelé à la guerre, sa femme en profita pour faire massacrer Killian et ses deux compagnons. Dieu punit aussitôt le crime ; car l’un des deux meurtriers fut possédé du démon et se déchira de ses propres mains ; l’autre se suicida avec son épée. Cette femme criminelle fut tourmentée par les démons et perdit la vie au milieu d’atroces souffrances en révélant son crime. Les reliques des saints martyrs furent découvertes plus tard, par révélation divine, dans l’étable où on les avait enterrées. Elles furent transportées avec tous les honneurs dans la cathédrale de Wurtzbourg.

 

 

CATHEDRALE SAINT KLILLIAN DE WURTZBOURG

CATHEDRALE SAINT KLILLIAN DE WURTZBOURG

SAINT PROCOPE

Martyr en 290 (v. 2020)

 

SAINT AQUILA et SAINTE PRISCILLE

Mari et femme

 

LES CINQUANTE SOLDATS

A Porto au Portugal, convertis lors du martyre de Saint Bonose et martyrisés lors de la persécution d’Aurélien.

 

LES SAINTS MOINES ABRAHAMITES

Martyrisés à Constantinople par les iconoclastes, sous l’empereur Théophile.

 

SAINT AUSPICE

Evêque et confesseur à Trèves

 

SAINTE ELISABETH DU PORTUGAL

Petite-nièce de Sainte Elisabeth de Hongrie.

+ en 1336

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2021 3 07 /07 /juillet /2021 09:10
7 juillet 2021

SAINT CYRILLE

et

SAINT METHODE

 

 

 Tous deux originaires de Macédoine, ils sont les évangélisateurs des peuples slaves de l’Europe Orientale. Ils mirent au point un alphabet slave (russe) et traduisirent la liturgie pour les populations qu’ils abordaient. Saint Cyrille mourut à Rome en 869 et Saint Méthode en Moravie en 885.

 

SAINT CYRILLE ET SAINT METHODE DEVANT LE PAPE

SAINT CYRILLE ET SAINT METHODE DEVANT LE PAPE

SAINT ILLIDE

Evêque de Clermont en Auvergne, l’an 388 (v. 2020)

 

BIENHEUREUX PIERRE FOURIER

Curé de Mattaincourt dans les Vosges, chanoine régulier du Saint Sauveur (1565-1640)

 

SAINTS, CLAUDE, NICOSTRASTE, CASTORIE, VICTORIN et SYMPHORIEN

Disciples de Saint Sébastien, martyrs à Rome.

 

SAINTS, PEREGRIN, LUCIEN, POMPEE, HESIQUE, PAPIUS, SATURNIN et GERMAIN, martyrisés à Durazzo en Albanie sous Trajan.

 

BIENHEUREUX BENOIT XI

+ en 1304

 

BIENHEUREUX LAURENT DE BRINDES

+ en 1618

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2021 2 06 /07 /juillet /2021 09:10
SAINT MARC ET SAINT MARCELLIN EMMENES AU MARTYRE

SAINT MARC ET SAINT MARCELLIN EMMENES AU MARTYRE

SAINT TRANQUILLIN

 

 

Tranquillin était le père de Saint Marc et de Saint Marcellin, lequel converti à la foi de Jésus-Christ par Saint Sébastien et baptisé par Saint Polycarpe, fut ordonné prêtre par Saint Caïus pape. Lors de l’octave de Saint Paul, il assistait aux Saints Mystères lorsqu’il fut arrêté, et lapidé par les païens sous l’empereur Dioclétien.

 

SAINT GOAR

Prêtre et confesseur l’an 580 (v. 2020)

 

OCTAVE DE SAINT PIERRE et SAINT PAUL

 

SAINT ISAÏE

Prophète en Judée sous le roi Manassès

 

SAINT ROMULE

Evêque de Fiesole en Toscane (petit évêché près de Florence et de l’ICRSP). Disciple de l’apôtre Saint Pierre et martyr.

 

SAINTE DOMINIQUE

Vierge et martyre en Campanie sous Dioclétien.

 

SAINTE LUCIE

Née en Campanie, martyrisée avec Antonin, Séverin, Diodore, Dion et dix-sept autres chrétiens.

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2021 1 05 /07 /juillet /2021 09:10
5 juillet 2021

SAINTE ZOE

 

Zoé vivait à Rome et était l’épouse de Nicostrat.

 

Marc et Marcellin et plusieurs autres fidèles étaient prisonniers chez son mari. Zoé entendit tout de que Saint Sébastien disait aux saints martyrs pour les encourager contre les assauts menés contre leurs familles. Ayant vu les anges descendre dans la prison avec une lumière éclatante qui les environnait, elle se prosterna aux pieds de Saint Sébastien, voulant lui faire comprendre par signes qu’elle voulait être chrétienne, car elle était muette depuis six ans à cause d’une maladie. Constatant son infirmité, Saint Sébastien lui rendit la parole en traçant un signe de croix sur sa bouche. Présent lors de ce miracle, Nicostrat reçut le baptême avec Zoé et toute la maisonnée qui comprenait trente-trois personnes.

 

Zoé fut arrêtée lors de la persécution de Dioclétien alors qu’elle priait devant Saint Pierre. D’abord jetée en prison, elle fut par la suite suspendue à un arbre par les cheveux et par le cou puis enfumée. Asphyxiée elle rendit son âme à Dieu.

 

 

5 juillet 2021

SAINT DOMITIEN

Martyr

 

SAINTE CYRILLE

Martyre à Cyrène en Lybie sous Dioclétien

 

SAINT ATHANASE

Diacre à Jérusalem, martyrisé par les hérétiques.

 

SAINT AGATHON et SAINTE TRIPHINE

Martyrs en Sicile

 

SAINT ANTOINE-MARIE ZACCARIA

Confesseur, fondateur des Clercs Réguliers de Saint Paul ou Barnabites + en 1539

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2021 7 04 /07 /juillet /2021 09:10
4 juillet 2021

 

SAINT LAURIAN1

 

 

Laurian (en espagnol : Laureano) est issu d’une noble famille hongroise mais païenne. Jeune, il quitta son pays pour Milan où il se fit catholique. Après avoir étudié la théologie, il fut ordonné diacre à l’âge de trente-cinq ans. Il se rendit ensuite en Espagne à Séville. A la mort de Maxime, archevêque de cette ville, Laurian fut élu pour le remplacer. Il gouverna son diocèse pendant dix-sept ans.

 

Il défendit la religion contre les hérétiques Ariens, alors très puissants en Espagne. C’est pourquoi le roi des Wisigoths, hérétique Arien, homme féroce et brutal, sachant la résistance de Laurian par sa prédication de la vraie foi, commença à le persécuter dans l’idée de la mettre à mort et il envoya des gens pour l’assassiner.

 

Mais Dieu aida Laurian en lui faisant éviter les pièges du roi. Une fois, il ordonna à un ange de prévenir Laurian,  lui ordonnant de sortir de la ville pour éviter d’être arrêté, mais il lui prédit qu’il finirait martyr en lui disant :

 

- Ne t’arrête pas ici, parce que Dieu châtiera les péchés de cette ville par la sécheresse, la famine et la pestilence, jusqu’à ce qu’elle ait eu le regret de l’avoir offensé, et qu’étant enrichie de tes reliques, Dieu retirera sa pesante main de dessus.

 

 

Laurian, après avoir célébré la messe, assembla le peuple, prêcha la pénitence, le jeûne et les aumônes jusqu’à trois heures de l’après-midi. Après quoi il prit son bâton et parcourant la ville en pleurant et en criant :

 

- Faites pénitence et considérez que Dieu est irrité et qu’Il lève le bras pour nous frapper.

 

En sortant de Séville, il guérit un aveugle sur son chemin. S’étant embarqué, il accosta à Marseille, où il ressuscita l’enfant d’un notable de la ville. De là il passa en Italie et se rendit à Rome, guérissant plusieurs malades sur son parcours. Il fit son rapport au pape sur l’état de la ville de Séville et  put célébrer la messe devant le pape le jour de la fête de la Chaire de Saint Pierre. Après il guérit encore un vieillard qui était estropié des mains et des pieds depuis son enfance.

 

Laurian continua sa route pour aller visiter le tombeau de Saint Martin de Tours. S’étant mis en prière, il eut la révélation que le roi avait envoyé des hommes pour le tuer. Au lieu de fuir, il alla à leur rencontre. L’ayant reconnu, les sbires le décapitèrent dans le village de Vatan non loin de Bourges. Comme ses meurtriers s’enfuyaient, bien que déjà mort, il leur cria :

 

- Venez prendre ma tête pour la porter au roi, comme il vous l’a demandé !

 

Ils revinrent sur leurs pas prendre la tête du saint martyr, la présentèrent au tyran qui envoya la sainte relique à Séville. Dès lors la sécheresse, la famine et la peste cessèrent dans la ville. Eusèbe inhuma le corps du saint dans l’église de Bourges, suite à une révélation divine.

 

Valée dit que la mort de Saint Laurian eut lieu en 544. Il est fait mention de ce saint dans les martyrologes de Bède et d’Adon.

 

1. Ce nom a plusieurs orthographes.

 

 

 

 

EGLISE SAINT LAURIAN DE VATAN

EGLISE SAINT LAURIAN DE VATAN

 

SAINTE ELISABETH

Reine du Portugal, l’an 1336 (v. 2020)

 

SAINT ULRIC ou UDALRIC

Evêque d’Augsbourg, confesseur, l’an 973

 

LES SAINTS PROPHETES OSEE et AGGEE

 

SAINT JUCONDIEN

 

SAINT INNOCENT et SAINTE SEBASTE

Martyrs à Sirmich

 

SAINT NAMPHANION

Martyr à Madaure en Afrique

 

SAINT THEODORE

Martyr à Cyrène en Lybie sous Dioclétien

 

Etc.

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2021 6 03 /07 /juillet /2021 09:15
3 juillet 2021

SAINT ANATOLE

 

  Natif d’Alexandrie, Anatole succéda à Eusèbe dans le gouvernement de l’évêché de Laodicée1. Il y fonda des écoles de philosophie ainsi que l’enseignement des Lettres. Il était admiré et regardé comme un des principaux personnages de la ville.

 

A cette époque, Alexandrie était assiégée par les Romains, et les habitants mouraient de faim, car la ville ne voulait pas se rendre. Anatole décida de sauver son malheureux peuple et pour cela demanda l’aide d’Eusèbe. Il alla voir le commandant des Romains et obtint de lui la grâce pour tous ceux qui sortiraient de la ville et iraient au camp se soumettre à sa miséricorde.

 

Anatole essaya encore d’amener le sénat à des idées de paix ; il lui montra qu’il serait plus utile de faire un bon traité avec les Romains pour le bien du peuple que de continuer un siège où règnait la famine ; mais voyant que le sénat s'obstinait dans les hasards de la guerre, il leur dit :

 

- Au moins, permettez que les vieillards et les enfants, les malades, les estropiés et les autres personnes qui ne sont d’aucune défense sortent de la ville et se sauvent où ils pourront. Car pourquoi les retenez-vous ici, où ils mangent inutilement les provisions de la ville, qu’il vaudrait mieux conserver pour les gens de guerre ? N’est-il pas plus expédient que vous reteniez seulement avec vous les jeunes gens et ceux qui sont propres au service militaire ?

 

Le sénat écouta sa proposition et donna permission aux vieillards, aux enfants et aux infirmes de quitter la ville quand ils le voudraient. Dès qu’ils sortirent en foule, ils furent accueillis par Eusèbe qui les nourrit et les consola. C’est ainsi qu’Anatole et Eusèbe se montrèrent de véritables enfants de Dieu, sauvant la vie de nombreux malheureux qui seraient morts de faim.

 

Saint Anatole passa le reste de sa vie dans les études des  Saintes Lettres, les exercices de piété, des écrits sur les mathématiques et la théologie. De ce dernier figure le traité de la Pâque dont parle Saint Jérôme au catalogue des écrivains ecclésiastiques. Il assista au concile qui condamna Paul de Samosate et se fit remarquer par son éloquence et sa saine doctrine.

 

Anatole mourut à Laodicée peu avant la grande persécution de Dioclétien.

 

1. Laodicée du Lycos: actuellement petit village de Goncali près de Denizli en Turquie. Ruines célèbres.

Ruines de Laodicée

Ruines de Laodicée

Travaux mathématiques de Saint Anatole

Travaux mathématiques de Saint Anatole

SAINT LEON II

Pape et confesseur (682-683)

 

SAINTS IRENEE et MUSTIOLA

(v. 2020)

 

SAINT TRYPHON et douze autres

Martyrs à Alexandrie

 

SAINT EULOGE et SES COMPAGNONS

Martyrs à Constantinople

 

SAINT HYACINTHE

Chambellan de l’empereur Trajan à Césarée en Cappadoce.

 

SAINT MARC et MURCIEN

 

SAINT HELIODORE d’ALTINO

Evêque

 

SAINT DATH de RAVENNES

Evêque et confesseur

 

TRANSLATION DES RELIQUES DE SAINT THOMAS

Des Indes à Edesse puis à Ortone

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2021 5 02 /07 /juillet /2021 09:10
2 juillet 2021
2 juillet 2021

SAINTS PROCESSE et MARTINIEN

 

Parmi les soldats qui gardaient les glorieux apôtres Saint Pierre et Saint Paul, lorsque par le commandement de Néron, ils étaient détenus à Rome en la prison Mamertine, on comptait Processe et Martinien . Constatant les miracles que les saints apôtres opéraient devant eux, par la guérison de plusieurs malades et démoniaques, entendant leur céleste et admirable doctrine, ces deux hommes, éclairés et fortifiés par la lumière divine, se résolurent à être chrétiens et se prosternèrent aux pieds des apôtres pour déclarer leur désir, les suppliant de les baptiser. Ils dirent encore aux apôtres qu’ils pouvaient s’en aller, qu’ils étaient libres et qu' eux payeraient la peine à laquelle ils seraient condamnés pour les avoir laissés s’échapper.

 

Saint Pierre les reçut et les confirma dans leurs bonnes intentions ; mais lorsqu’il voulut les baptiser, il ne trouva pas d’eau. Il fit alors le signe de la croix sur le rocher de la paroi de la prison d'où instantanément  sortit une source d’eau vive, si abondante qu’elle coule encore aujourd’hui. Processe et Martinien furent donc baptisés et les soldats de Néron devinrent disciples de Jésus-Christ. Quarante-sept autres hommes furent baptisés en même temps qu’eux.

 

Ayant appris que Processe et Martinien s’étaient faits chrétiens, le juge Paulin les fit comparaître devant lui pour tâcher de les raisonner et essaya de les convaincre d’adorer les idoles. Ainsi ils ne courraient plus aucun danger de perdre la vie. N’ayant rien pu obtenir d’eux, il leur fit casser les dents et la mâchoire. Levant les yeux au ciel, les Saints disaient :

 

- Gloire soit à Dieu dans les lieux hauts.

 

 Paulin fit ensuite apporter une statue de Jupiter qu’il plaça sur l’autel pour que les deux hommes l’adorent mais ils crachèrent dessus. Paulin en colère leur fit brûler la poitrine avec des plaques de fer rougies au feu; mais les martyrs chantaient joyeusement :

 

- Que votre nom, Seigneur, soit à jamais béni ; que les anges vous louent et que toutes les créatures vous bénissent.

 

On leur déchiqueta la peau avec des instruments appelés scorpions, on leur infligea d’autres supplices ; mais ils restaient paisibles.

 

Cependant Paulin perdit un œil qui lui sortit de la tête. Il commença à sentir les douleurs de l’enfer où il fut emporté trois jours après. Pour venger la mort de Paulin, Pompone, son fils, avertit Néron de ce qui se passait, affimant que Processe et Martinien étaient des magiciens qui, par leurs sortilèges, avaient tué son père. L’empereur ordonna au préfet de la ville de les faire décapiter, ce qui fut aussitôt exécuté sur la voie Aurélienne, hors la ville de Rome.

 

On abandonna leurs corps pour qu’ils soient dévorés par les chiens ; mais une sainte et noble romaine, Lucine, les enleva, les embauma d’onguents puis les enterra. Après ils furent transportés dans une église qui porte leurs noms, qui par la suite fut démolie. Ils furent de nouveau transportés dans l’église du prince des apôtres, Saint Pierre. Leur martyre arriva le 2 juillet 63 et la treizième année du règne de Néron.

 

De nombreux miracles se produisirent sur leurs tombeaux.

2 juillet 2021

VISITATION DE NOTRE DAME

(v.2020)

 

TROIS SOLDATS ROMAINS

Martyrs

 

SAINT ARISTON

et ses compagnons martyrs sous Dioclétien

 

SAINT WUITHUN

Evêque de Winchester

 

SAINT OTHON

Evêque de Bamberg

 

SAINTE MONEGONDE

Abbesse à Tours

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2021 4 01 /07 /juillet /2021 09:10
SAINT CYBARD D'ANGOULÊME

SAINT CYBARD D'ANGOULÊME

RUINES DE L'ABBAYE SAINT CYBARD
RUINES DE L'ABBAYE SAINT CYBARD

RUINES DE L'ABBAYE SAINT CYBARD

RUINES DE L'ABBAYE SAINT CYBARD D'ANGOULÊME

RUINES DE L'ABBAYE SAINT CYBARD D'ANGOULÊME

SAINT EPARQUE ou CYBARD

 

Eparque est né à Périgueux de Félix et Principia qui lui firent étudier les bonnes lettres. Il était très bon élève à tel point que son oncle, le comte Félicissime, lui fit tenir sa chancellerie à l’âge de quinze ans. Ayant une grande dévotion envers Dieu et voyant que son emploi l’en éloignait, il décida de quitter le monde. Pour cela il alla trouver l’abbé Martin en son monastère de Sédaciae pour être reçu au nombre des religieux.

 

Pour l’éprouver, l’abbé lui fit bêcher les vignes du couvent, labourer la terre, l’employa à la cuisine comme un pauvre ouvrier. Aucune tâche ne la rebuta et il fit joyeusement son travail, admiré par l’abbé et les religieux.

 

Eparque jeûnait continuellement, donnant une partie de sa nourriture aux pauvres. Il visitait les malades, les guérissant par ses prières en traçant sur eux un signe de croix. Sa bonté touchait même les animaux. Un jour, il délivra un chevreuil de ses poursuivants. Les bêtes obéissaient à sa voix comme s'il était revêtu d’une puissance divine.

 

Pendant la prière des moines, il ressuscita un enfant, Gratulfe, qui passait ce jour-là dans Bordeaux, puis un autre jeune homme dont la famille était dans la désolation ; mais dès qu’il opérait un miracle, il s’enfuyait afin d’éviter les louanges des hommes. C’est pour cette raison qu’il se rendit au diocèse d’Angoulême où, avec la permission de l’abbé et de l’évêque, il bâtit quelques cellules avec d’autres moines. Notre- Seigneur lui apparut et lui demanda de ne plus quitter ce lieu. Son petit couvent fabriquait du pain avec les aumônes qu’il recevait et trouvait ainsi le moyen de nourrir les pauvres et de racheter les captifs aux infidèles.

 

Il délivrait aussi les prisonniers : on lui reprochait que des crimes étaient commis à cause de lui ; mais ceux qui étaient libérés menaient par la suite une vie exemplaire.

 

Voici deux faits remarquables de sa vie :

 

On lui apprit un jour que les  prisons d’Angoulême étaient pleines de misérables. Il pria Dieu de le charger de leurs crimes. Aussitôt, les portes de la prison s’ouvrirent et les prisonniers, voyant leurs fers brisés, s’en vinrent au monastère pour remercier leur libérateur et rendre grâce à Dieu. Le peuple courut en foule pour voir le prodige.

 

L’autre fait est encore plus merveilleux. Eparque fut averti qu’un homme allait être pendu pour le vol qu’il avait commis. Il envoya auprès du juge un religieux pour lui demander de lui donner le criminel. Le juge refusa ainsi que le peuple car l’homme avait commis d’autres crimes. "S’il est libéré, disait-il, nous ne serons plus en sûreté dans nos maisons."

Après avoir été fouetté, le criminel fut mené au gibet pour être pendu. Eparque qui dormait se réveilla pour écouter le récit de son moine et  lui dit :

 

 - Dès que l’homme tombera au bas du gibet, charge-le sur tes épaules et apporte–le ici, car Dieu me donnera ce que les hommes ont refusé.

 

Pendant que le moine retournait au gibet, Eparque priait en disant :

 

 Seigneur ,si vous regardez de si près aux fautes des hommes, hélas ! Qui pourra comparaître devant vous ?

 

 Comme il finissait sa prière, le moine arriva avec le corps dont la chaîne qui l’entravait tomba par terre. Chose merveilleuse, cet homme que l’on croyait mort était maintenant plein de vie. L’homme remercia son sauveur et vécut une nouvelle vie saintement.

 

Parmi les malades que guérit Eparque, il y avait une noble et riche femme  toute courbée car elle avait les membres contractés. Elle se fit porter au monastère où le saint la guérit. Elle gardait plusieurs lettres de Saint Eparque en témoignage de sa guérison. Un jour, au bord de la mer, un marin en perdition à cause de la tempête allait sombrer avec son bateau. Elle déploya une lettre d’Eparque qu’elle avait toujours sur elle et s’écria :

 

- O bon serviteur de Dieu, Saint Eparque, je te prie de sauver par Jésus-Christ ce pauvre nautonier, en respect de ces lettres que je garde comme gage de ton crédit envers Dieu.

 

Dès la fin de sa prière la tempête cessa, le navire aborda, comme conduit par la main d’un ange, sur le rivage où se trouvait cette dame.

 

Il y eut bien d’autres miracles qu’il serait trop long de raconter ici : la guérison de lépreux, et de démoniaques. Un jour que les moines se plaignaient qu’ils mouraient de faim, le saint se mit en prières et les aumônes abondèrent vers le monastère.

 

Ce saint abbé Eparque mourut le 1er juillet 581 après trente-neuf ans de vie monastique

EGLISE SAINT CYBARD D'ANGOULÊME

EGLISE SAINT CYBARD D'ANGOULÊME

FÊTE DU PRECIEUX SANG DE NOTRE SEIGNEUR

 

SAINT THIERRY DE REIMS

(v. 2020)

 

SAINT AARON

Du mont Hor, premier évêque de l’Ordre Lévitique

 

SAINT JULES et SAINT AARON

Martyrs en Grande Bretagne sous Dioclétien

 

SAINT RUMOLD

Martyr, évêque de Dublin

 

SAINT CHASTE et SAINT SECONDIN

Evêques et martyrs à Sinuesse

 

SAINT MARTIN

Evêque de Vienne, disciple des apôtres

 

SAINT GAL

Evêque de Clermont, + en 553

 

SAINT DOMITIEN

Abbé dans le Lyonnais

 

SAINT SIMEON surnommé SALUS

Confesseur à Emesse

 

SAINT THIBAUT

Ermite à Vicence XIè siècle

Partager cet article
Repost0
29 juin 2021 2 29 /06 /juin /2021 09:10
29 juin 2021

SAINTE MARIE DU TIANSHI

et

SAINTE MADELEINE DU FENGJU

 

Marie avait 51 ans et Madeleine 19 ans, elles furent massacrées par les Boxers et canonisées le 1er octobre 2000 avec Saint Augustin Zhao-Rong et les martyrs de Chine.

En 1900, à Dujuiadun, dans la province chinoise de Hebei,  Marie et sa fille Madeleine s’étaient cachées dans les roseaux, mais repérées elles furent abattues à coup de fusil car elles étaient chrétiennes. Madeleine vivait encore lorsqu’elle fut jetée dans la fosse.

29 juin 2021

LES APOTRES SAINT PIERRE ET SAINT PAUL

 

SAINTE HEMME

Veuve (v. 2020)

 

Partager cet article
Repost0
28 juin 2021 1 28 /06 /juin /2021 09:10
ORIGENE, PERE DE L'EGLISE. UN DES PLUS GRANDS GENIES DU CHRISTIANISME AVEC SAINT AUGUSTIN

ORIGENE, PERE DE L'EGLISE. UN DES PLUS GRANDS GENIES DU CHRISTIANISME AVEC SAINT AUGUSTIN

SAINT PLUTARQUE

et

SES COMPAGNONS MARTYRS

 

 

Ayant ouvert une école à Alexandrie, Origène ne se contenta point d’y enseigner les sciences ; il s’appliqua surtout à pénétrer ses disciples des maximes sublimes de la perfection chrétienne ; aussi eut-il la consolation d’en avoir plusieurs qui versèrent leur sang pour Jésus-Christ durant les ravages de la persécution que l’empereur Sévère avait excitée, et qui dura de l’an 202 à 211. Parmi les héros chrétiens qui se signalèrent à cette occasion, on compte Saint Plutarque, frère de Saint Héraclas, qui fut depuis évêque d’Alexandrie. Ces deux grands hommes s’étaient convertis en même temps, et Origène  avait été l’instrument dont Dieu s’était servi pour les amener à la connaissance de la vérité. Plutarque se prépara par une vie saine à confesser sa foi. Comme c’était un homme très connu dans la ville, il fut un des premiers que l’on arrêta. Pendant son séjour en prison, Origène allait le voir pour l’exhorter à la persévérance ; il l’accompagna même au lieu de l’exécution. Son zèle pensa lui coûter la vie, parce que la famille de Plutarque, païenne, lui attribuait la mort de celui qu’elle regrettait.

 

Voici les noms des autres martyrs qui sortirent de la même école : SERENUS, que l’on condamna au feu ; HERACLIDE, encore catéchumène et HIERON nouvellement baptisé, qui furent tous deux décapités ; un autre SERENUS auquel on trancha aussi la tête après lui avoir fait subir diverses tortures ; une fille nommée HERAÏS qui n’était que catéchumène, mais qui fut purifiée par le baptême de feu : elle était aussi du nombre des disciples d’Origène, qui enseignait les mystères de la foi aux personnes des deux sexes.

 

SAINT IRENEE

Evêque de Lyon, martyr en 202 (v.2020)

 

SAINTE POTAMIENE

et

SAINT BASILIDE

Martyrs à Alexandrie instruits par Origène

 

SAINT LEON II

Pape, + en 683

 

VIGILE DES APÔTRES PIERRE ET PAUL

Partager cet article
Repost0
27 juin 2021 7 27 /06 /juin /2021 09:10
27 juin 2021

BIENHEUREUSE MARIE-MADELEINE FONTAINE

et

SES COMPAGNES, FILLES DE LA CHARITE D’ARRAS.

 

Marie-Madeleine Fontaine, Marie-Françoise Lanel, Thérèse Fantou et Jeanne Gérard, Filles de la Charité à Arras au moment de la Révolution, refusèrent de prêter serment de liberté-égalité. Après leur refus réitéré, elles furent expulsées de leur couvent en février 1794 et jetées en prison. Transférées à Cambrai, les quatre religieuses périrent sur l’échafaud le 26 juin 1794. Elles furent béatifiées par Benoît XV en 1920.

27 juin 2021

NOTRE DAME DU PERPETUEL SECOURS

 

SAINT LADISLAS Ier

Roi de Hongrie l’an 1095 (v. 2020)

 

SAINT JEAN dit de MOUTIER ou de CHINON

Prêtre, VIè siècle

Partager cet article
Repost0
26 juin 2021 6 26 /06 /juin /2021 09:10
26 juin 2021

SAINT VIGILE

 

 

Vigile fut élevé sur le siège épiscopal de Trente en 385. Ayant écrit à Saint Ambroise, son évêque métropolitain, pour lui demander les règles de conduite, ce grand prélat lui répondit par une lettre, dans laquelle il lui prescrivait ce qu’il devait faire ; il l’y exhortait surtout à s’opposer avec vigueur aux pratiques des usuriers et à empêcher les mariages entre des chrétiens et des infidèles.

 

Comme il y avait encore beaucoup de païens dans le diocèse de Trente, Vigile chargea Sisinnius, Martyrius et Alexandre, d’aller leur prêcher l’Evangile. Lorsque ces trois ouvriers apostoliques eurent versé leur sang pour Jésus-Christ, il envoya la relation de leur martyre à Saint Simplicien, successeur de Saint Ambroise et à Saint Chrysostome. Il envisageait leur gloire avec une sainte envie et se regardait comme un lâche. Le bonheur de verser son sang lui fut enfin accordé. Fortunat dit qu’il fut massacré pour sa foi par un groupe de paysans idolâtres.  Selon Usuard qui situe son martyre sous le consulat de Stilicon, c’est-à-dire, dans les années 400-403, il fut lapidé. Sirius confond Saint Vigile avec un autre saint du même nom qui vécut cent ans plus tard.

CATHEDRALE SAINT VIGILE DE TRENTE

CATHEDRALE SAINT VIGILE DE TRENTE

SAINT JEAN ET SAINT PAUL

Martyrs à Rome en 362 (v. 2020)

 

SAINT MAIXENT  ou MAXENCE

Abbé en Poitou, + vers 515

 

SAINT BABOLEIN

Abbé de Saint Maur les Fossés, VIIè siècle

 

SAINT LAMBERT

Evêque de Vence en Provence, + en 1154

 

SAINT ANTHELME

Evêque de Belley, + en 1178

 

VENERABLE RAINGARDE

Veuve, + en 1135

Partager cet article
Repost0
25 juin 2021 5 25 /06 /juin /2021 09:10
CRYPTE DE L'EGLISE SAINT CHRISTOPHE DE CRETEIL CONTENANT LA CHÂSSE DE NOS SAINTS

CRYPTE DE L'EGLISE SAINT CHRISTOPHE DE CRETEIL CONTENANT LA CHÂSSE DE NOS SAINTS

CHÂSSE DES RELIQUES DE SAINT AGOARD ET SAINT AGLIBERT

CHÂSSE DES RELIQUES DE SAINT AGOARD ET SAINT AGLIBERT

SAINT AGOARD et  SAINT AGLIBERT

 

 

Ces deux saints étaient des étrangers venus des bords du Rhin. Ils s’étaient établis dans le village de Créteil à dix kilomètres de Paris. Ils furent convertis à la foi ainsi que beaucoup d’autres par les Bienheureux Altin et Eoald. Ayant renversé le temple des idoles, ils furent mis à mort ainsi que d’autres chrétiens sur ordre du gouverneur ; d’autres disent que c’est par les Vandales. Ils furent martyrisés vers l’an 400. On éleva une église sur leurs tombeaux et leurs reliques y furent déposées dans des châsses. Elles se trouvent actuellement dans l'église Saint Christophe de Créteil1. Leur fête ce célèbre en ce jour à Créteil et dans tout le diocèse de Paris.

 

1. Aujourd'hui Créteil est un nouveau diocèse érigé en 1966 par Paul VI

 

EGLISE SAINT CHRISTOPHE DE CRETEIL. MI GOTHIQUE, MI ROMANE

EGLISE SAINT CHRISTOPHE DE CRETEIL. MI GOTHIQUE, MI ROMANE

SAINT PROSPER D’AQUITAINE

(v. 2020)

 

SAINT MAXIME

Evêque de Turin, + peu de temps après 463

 

SAINT ADELBERT D’EGMOND

+ vers 740

 

SAINT MOLOCK

Evêque en Ecosse, VIIè siècle

 

SAINT GUILLAUME de Monte-Vergine

Fondateur de la Congrégation religieuse de ce nom, + en 1142

Partager cet article
Repost0
24 juin 2021 4 24 /06 /juin /2021 09:10
LES SAINTS MARTYRS DE ROME
LES SAINTS MARTYRS DE ROME

LES SAINTS MARTYRS DE ROME

INCENDIE DE ROME PAR NERON

INCENDIE DE ROME PAR NERON

LES SAINTS MARTYRS DE ROME

 

 

Tertulien nous dit que Néron a été le premier empereur à déclarer la guerre au christianisme. La pureté des mœurs de ces premiers chrétiens fut un motif suffisant à ce monstre de cruauté et d’infamie pour exciter sa rage.

 

Le feu ayant pris à la ville de Rome en 64, elle brûla pendant neuf jours. Des quatorze quartiers dont elle était composée il n’en resta que quatre ayant échappé aux flammes. Trois furent réduits en cendre et sept furent très endommagés. Durant ce désastre, Néron vint d’Antium à Rome, et du haut d’une tour bâtie sur la colline voisine il se mit à chanter, déguisé en acteur de théâtre, un poème qu’il avait composé sur l’’incendie de Troie. Le peuple l’accusa d’être l’incendiaire. La vérité de cette accusation est confirmée par des témoignages de plusieurs auteurs dignes de foi1.

 

Néron voyant qu’il était regardé comme l’auteur de l’incendie,  rejeta la faute sur les chrétiens, tant pour sa réputation que pour la haine qu’il portait à la vertu et étancher sa soif barbare de sang humain ; mais personne n’y a cru car il n’avait pas de preuves, selon Tacite. Cela réjouit les idolâtres qui avaient une aversion pour le christianisme.

 

De toutes parts on arrêta des chrétiens victimes de la haine publique, en les insultant lorsqu’ils mouraient, en servant de jouet et d’amusement au peuple. On en vêtit de peaux de bêtes pour ensuite les jeter aux chiens ; d’autres furent crucifiés ou brûlés la nuit  pour servir de flambeaux (voir les écrits de Tacite, Sénèque et Juvenal). Néron appelait les chrétiens des magiciens. Cet horrible carnage eut lieu dans les jardins de l’empereur.

 

Le martyrologe Romain fait ici mémoire de tous les chrétiens qui périrent en cette occasion. Ils étaient les disciples des apôtres et furent les prémices de la multitude des martyrs qui allaient suivre.

 

Puis des édits apparurent qui interdisaient le christianisme, sous les peines les plus sévères, y compris la mort (Sulpice-Sévère). A peine ces édits furent-ils publiés que tout l’empire se retourna contre les chrétiens (Origène) ; mais il en fut comme des Juifs captifs en Egypte, le nombre des chrétiens ne cessait d’augmenter.

 

1. Suétone, Dion Casius et Tacite affirment même que les flammes furent entretenues sur ordre de Néron. Le feu même s’étant éteint du côté du grand cirque et jusqu’au quartier d’Esquilia, il fut rallumé et brûla les bâtiments des jardins de Tigellinus pendant plusieurs jours.

 

Outre que Néron enviait le sort de Priam, qui avait vu son pays réduit en cendres, il avait la passion extravagante d'édifier une nouvelle Rome, plus magnifique, et voulait agrandir son palais. Comme il avait brûlé, il en fit construire un neuf encore plus grand. L’or, les pierres précieuses et les curiosités de toute espèce ne furent pas épargnés. Ce nouveau palais reçut le nom de Palais d’or. Il fut démoli après la mort de Néron.

 

NATIVITE DE SAINT JEAN BAPTISTE

(v. 2020)

 

 

SAINT SIMPLICE

Evêque d’Autun, IVè
siècle.

Partager cet article
Repost0
23 juin 2021 3 23 /06 /juin /2021 09:10
23 juin 2021
23 juin 2021

SAINTE MARIE D’OIGNIES1

 

 

Marie est née à Nivelle, en Brabant, d’une famille très riche. Lorsqu’elle eut atteint l’âge de quatorze ans, on lui fit épouser un jeune seigneur recommandable par sa vertu. Tous deux, en parfait accord sur la charité chrétienne,  se retirèrent dans le quartier des lépreux nommé Villembroke, au service des lépreux. La vie qu’ils avaient adoptée les exposa aux railleries du monde qu’ils venaient de quitter, mais ils méprisèrent les jugements des hommes.

 

Ils méditaient souvent sur les souffrances de Jésus-Christ afin d’apprendre de plus en plus à mourir entièrement à eux-mêmes. Marie, surtout, ne pouvait vaquer à cet exercice sans pleurer à chaudes larmes qui, loin de l’affaiblir, étaient pour elle un principe de force et de consolation (paroles rapportées par le pieux cardinal de Vitry dans sa vie de la sainte). Elle ne faisait qu’un repas par jour constitué de légumes et de pain. Pendant son travail, elle mettait devant elle un psautier ouvert et en lisait quelques passages de temps en temps afin de pouvoir prier. Elle avait une sainte dévotion pour la Sainte Vierge et faisait tous les ans deux pèlerinages à Notre Dame d’Oignies qui se trouvait à environ cinq kilomètres de Nivelle.

 

Le cardinal de Vitry raconte dans sa vie de la sainte qu’elle avait souvent, lors de ses oraisons, des extases et des ravissements et qu’on ne pouvait l’entendre parler de Dieu sans la sentir enflammée d’amour et consolée :

 

- Je sais, disait-il, que certaines gents se moqueront de ce que je rapporte ; mais ceux qui ont reçu de pareilles faveurs me croiront et me comprendront.

 

Une personne venue de loin pour voir la servante de Dieu fut consolée par ses discours et fut pénétrée de charité jusqu’à la fin de ses jours.

 

Un autre se moquait de ses compagnons qui se détournaient de leur chemin pour aller voir la sainte, alors que lui restait sur place à les attendre. Il fut lui aussi entièrement changé. Ne voyant pas ses compagnons revenir, il alla les chercher et, entendant les discours de Marie, il fondit en larmes et ne voulait plus repartir.

 

La sainte possédait à un degré supérieur l’esprit de conseil et de discernement, et elle avait même le don de prophétie. Ces grâces lui venaient en récompense, car elle se considérait comme une misérable pécheresse.

 

Quelques années avant sa mort, elle fixa sa demeure auprès de l’église Notre-Dame d’Oignies, s’étant par-là libérée des visites que lui faisaient les habitants de Nivelle et pouvant ainsi être moins distraite pendant ses exercices de piété. Elle communiait souvent et à chaque fois son visage se trouvait transformé et rayonnant de bonheur.

 

Lors de sa dernière maladie, elle fut visité par plusieurs personnages illustres dont l’archevêque de Toulouse et la duchesse de Louvain qui, après la mort de son mari, entra dans l’Ordre de Cîteaux. Marie mourut en 1213 à l’âge de trente-trois ou trente-six ans. Ses reliques, dans une châsse d’argent, sont derrière le maître-autel de Notre-Dame d’Oignies qui appartenait aux chanoines réguliers du diocèse de Namur. Son nom est dans les calendriers de l’Eglise des Flandres avec un office particulier.

 

1. Oignies se situe en Belgique à 50 kilomètres de Nivelle. A ne pas confondre avec Oignies en France dans le Pas de Calais.

 

 

 

 

PROCESSION AVEC LE RELIQUAIRE DE SAINTE MARIE D'OIGNIES

PROCESSION AVEC LE RELIQUAIRE DE SAINTE MARIE D'OIGNIES

CARDINAL DE VIRY. GUIDE SPIRITUEL DE SAINTE MARIE

CARDINAL DE VIRY. GUIDE SPIRITUEL DE SAINTE MARIE

23 juin 2021

C’était en 2010: le Trésor d’Oignies, l’une des sept merveilles de Belgique, quittait le couvent des Sœurs de Notre-Dame de Namur pour s’installer au Musée provincial des Arts anciens du Namurois. Un ensemble prestigieux à admirer sur place – rue de Fer à Namur – et, depuis quelque temps, via le site Internet qui lui est entièrement consacré.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !