Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mai 2020 6 23 /05 /mai /2020 09:10

SAINTE JULIE

23 mai

Genséric, roi des Vandales et des Alains, s'étant emparé de Carthage en 439, la vierge Julie (Giulia en italien) fut vendue comme esclave à un marchand païen de Syrie nommé Eusèbe. Armée de patience et de résignation, elle subit son état par amour pour Jésus-Christ. Elle  profitait de ses moments libres pour prier et jeûnait régulièrement en semaine, sauf le dimanche. Son maître qui l'aimait à cause de ses vertus, l'exhortait à prendre plus de soin de son corps.

 

Pour son commerce, Eusèbe l'embarqua avec lui à destination de la Gaule emmenant de précieuses marchandises du Levant. Arrivé au Cap-Corse, il donna l'ordre de jeter l'ancre et, après avoir débarqué, il se joignit aux habitants de l'île qui fêtaient leurs dieux en leur offrant un taureau. Julie, elle, se tenait à l'écart mais ne put s'empêcher de critiquer l'impiété de cette religion païenne.

 

Ayant entendu ces critiques, Le gouverneur de l'île, Félix, demanda au marchand qui était cette femme qui osait parler contre les dieux. Eusèbe répondit qu'elle était chrétienne, qu'il n'avait jamais pu lui faire changer de religion, mais  très fidèle et  très bonne servante dans l'accomplissement de ses tâches, il pensait la garder toujours à son service.

 

Félix proposa à Eusèbe un échange en lui donnant quatre de ses meilleurs esclaves, mais il lui répondit: Tout votre bien ne suffirait pas à payer ce qu'elle vaut; je me déferai de tout ce que j'ai de plus cher et de plus précieux pour la garder. Alors Félix invita Eusèbe à manger et au cours du repas il l'enivra.

Eusèbe s'endormit, Félix en profita et ordonna qu'on lui amène Julie. Si elle consentait à sacrifier aux dieux, il lui donnerait la liberté. Julie refusa : Je suis libre, tant que je sers Jésus-Christ et, quoi qu'il puisse m'arriver, jamais je n'achèterai ma liberté par une lâche apostasie.

Le gouverneur, se sentant outragé par cette réponse, la frappa au visage, lui fit arracher les cheveux et ordonna qu'elle soit attachée au gibet.

Les moines de l'île de Gorgona (située entre la Corse et Livourne) vinrent enlever son corps pour l'enterrer. Didier roi des Lombards le fit transférer à Brescia en 763.

 

L'ancien Couvent Bénédictin de Santa Giulia de Brescia, fondé par Didier roi des Lombard, est actuellement le Museo di Santa Giulia.

 

 

 

Fête de Sainte Julie à Livourne

Fête de Sainte Julie à Livourne

SAINT DIDIER

Evêque de Langres, martyr en 411

 

SAINT DIDIER

Evêque de Vienne en Dauphiné, martyr en 612

Partager cet article

Repost0
21 mai 2020 4 21 /05 /mai /2020 09:10

SAINT FELIX DE CANTALICE

21 mai

Félix est né en 1513 à Cantalice près de la Citta-Ducale (près de Rieti dans le Latium) dans l'Etat Ecclésiastique, de parents pauvres mais remplis de vertu.

 

Dès son enfance, on lui donna le surnom de Saint devant sa piété. Après avoir été berger, à l'âge adulte, il se mit au service du seigneur du lieu. Lorsqu'il travaillait dans la campagne, il avait gravé une croix sur un arbre afin d'y réciter les prières de base, les seules qu'il connaissait avec celles de la messe à laquelle il assistait tous les jours. A force de prier, il acquit le don de la contemplation qui enflamme les cœurs.

 

Une âme aussi pure, Dieu ne pouvait que la faire monter plus haut et entrer dans un Ordre religieux. Deux incidents décidèrent de cette vocation. Un jour qu'il labourait avec deux bœufs, soudainement la maître se présenta et effraya les bêtes qui affolées piétinèrent Félix sans qu'il n'eut aucune blessure. Peu de temps après, il entendit lire la vie des pères du désert et touché par ce témoignage d'austérité et de pénitence, il décida de se faire religieux.

 

Il choisit les Capucins et se rendit au couvent de la Citta Ducale en demandant à être reçu comme frère convers. Le père gardien,en lui donnant l'habit et en lui montrant un crucifix, lui dit que le religieux devait imiter le Sauveur.

 

Pendant son noviciat à Anticoli-Corrado il fut pénétré de l'esprit de son Ordre par la pauvreté, la pénitence et l'humilité. Bientôt arrivant à une éminente perfection de saint, il pronoça ses voeux en 1545.

 

Quatre ans après, ses supérieurs l'envoyèrent à Rome comme quêteur pour le couvent. Il était le plus heureux des hommes lorsqu'il souffrait du mépris et des refus. Ses supérieurs qui connaissaient sa sagesse lui permirent de distribuer aux pauvres une partie de la quête. Cela le réjouit car il pouvait soulager les pauvres et les malades. Saint Philippe Néri qui s'entretint plusieurs fois avec lui admirait son éminente sainteté.

 

Toujours austère pour lui-même, il marchait toujours nu-pieds, portait un cilice, jeûnait au pain et à l'eau et ne dormait que trois ou quatre heures par nuit, jamais complètement allongé et souvent à genoux appuyé sur une branche. Il obéissait toujours avec promptitude aux ordres et se regardait comme le dernier des religieux. Même s'il n'était pas d'accord sur certains sujets il ne discutait jamais.

 

Lorsqu'il servait la messe, les larmes l'empêchaient parfois de répondre au prêtre. Son union avec Dieu était tellement forte que parfois il ne voyait même pas son entourage. Un jour qu'un frère lui demandait comment il pouvait rester dans un recueillement aussi parfait, Félix répondit: Toutes les créatures servent à nous élever à Dieu quand nous les regardons du bon œil. 

Il composa des cantiques simples qu'il chantait dans une espère d'extase, tout absorbé de Dieu. Telle fut la vie qu'il mena pendant les quarante ans qu'il exerça à Rome l'office de quêteur. Lorsqu'il fut devenu très vieux, le cardinal protecteur demanda à ce qu'il soit déchargé de faire la quête, mais Félix demanda instamment de rester dans son emploi de peur que les grâces célestes ne se tarissent.

 

A l'âge de soixante-douze ans, il prédit sa mort à plusieurs de ses frères. Durant sa maladie, il fut consolé par une vision et peu de temps après il rendit l'esprit le 18 mai 1587.

Vision de Saint Félix par Carlo Ceresa

Vision de Saint Félix par Carlo Ceresa

Plusieurs miracles eurent lieu par son intercession et Urbain VIII le béatifia en 1625. Il fut canonisé par Clément XI en 1712. La bulle ne fut publiée qu'en 1724 par Benoît XIII. Son corps repose dans l'église des Capucins de Rome.

 

SAINT HOSPICE

Reclus en Provence à Villefranche-sur-Mer dans une presqu'île qui porte son nom: Santo-Sospis. (aujourd'hui presqu'île du Cap-Ferrat) + 681.

 

SAINT GODRICK ou GORRY

Ermite en Angleterre + 1170

Partager cet article

Repost0
20 mai 2020 3 20 /05 /mai /2020 09:10

SAINT BERNARDIN DE SIENNE

20 mai

Bernardin Albizeschi est né à Massa en 1380 dans la République de Sienne. Orphelin à sept ans, il fut élevé par sa tante Diane, une femme très pieuse. A l'âge de onze ans ses oncles le firent venir à Sienne pour ses études. Il avait presque toutes les qualités d'un bon étudiant et d'un chrétien, et était bel homme; mais cela ne l'empêchait pas d'avoir une grande humilité.

 

A dix-sept ans, il entra dans la Confrérie de Notre-Dame à l'hôpital de Sienne pour servir les malades. En 1400, quatre ans après son entrée à l'hôpital, la peste se déclara. Chaque jour il mourait entre dix-huit et vingt pestiférés. Pendant quatre mois, jour et nuit il soulagea les malades. Rentré chez lui épuisé, il tomba malade à son tour mais  guérit. Pendant un peu plus d'un an, il s'occupa d'une tante aveugle et malade. A sa mort, il se retira dans une maison du faubourg et en fit sa clôture. Ses prières et ses méditations le conduisirent au couvent franciscain de la Colombière non loin de Sienne. Il y fit sa profession le 8 septembre (1404). A cette même date il prit  l'habit et fut ordonné prêtre.

 

Ses supérieurs lui demandèrent de prêcher, et pendant quatorze ans il prêcha la bonne parole dans la République de Sienne.

 

Un jour qu'on lui demandait le secret de sa réussite et de tant de conversions opérées par ses sermons, il répondit: Ayez soin dans toutes vos actions de rechercher premièrement le royaume de Dieu. Ne proposez en tout que la sanctification de son Nom. Conservez la charité fraternelle et pratiquez en premier ce que vous voulez enseigner aux autres: par là l'Esprit-Saint deviendra votre maître; il vous donnera cette sagesse et cette force auxquelles personne ne peut résister.

 

Mais des personnes mal intentionnées le calomnièrent auprès du pape Martin V qui  lui ordonna de se taire à jamais. Bernardin obéit. Bientôt le pape s'aperçut de son erreur, convoqua Bernardin, le combla d'éloges et lui permit de prêcher partout où il voudrait. Il lui offrit même en 1427 l'évêché de Sienne, puis ceux de Ferrare et d'Urbin (par le pape Eugène IV), mais Bernardin refusa successivement les trois.

 

Comme il prêchait à Milan, le duc se mit en colère contre lui parce qu'il disait des vérités. Menacé de mort par lui, Bernardin répondit que ce serait un honneur de mourir pour la vérité. Alors le duc lui donna par trois fois une bourse pleine de ducats. Bernardin les refusa sauf la troisième qu'il alla donner aux prisonniers enfermés pour dettes. Le duc conçut alors une grande estime pour lui.

 

Par ses sermons, il vint à bout de la querelle entre les Guelfes et les Gibelins. à la demande de l'empereur A la demande de l'empereur Sigismond, Bernardin assista à son couronnement à Rome en 1433, puis il revint à Sienne où il se remit à écrire ses ouvrages. Il fut honoré du don de prophétie et des miracles. Il guérit plusieurs malades incurables et ressuscita quatre morts.

 

En 1438, il fut élu vicaire général de son Ordre et le réforma dans l'étroite observance. Il demeura cinq ans à ce poste et demanda à continuer à prêcher en Romagne et en Lombardie, puis en 1444 il revint à Sienne. Se rendant un jour de Massa à Aquila, il tomba malade et mourut le 20 mai 1444, il avait soixante-treize ans. Son corps est conservé dans une double châsse en cristal et en argent chez les Franciscain d'Aquila.

 

SAINT BAUDELE ou BAUDILLE

Martyr à Nîmes au IIIè ou IVè siècle

 

SAINT AUSTREGISILE, OUTRILLE, ou AUSTRILLE

Evêque de Bourges + 624

 

SAINT ETHELBERT

Roi des Est-Angles, martyr en 793

 

BIENHEUREUX IVES

Evêque de Chartres + 1115

Partager cet article

Repost0
19 mai 2020 2 19 /05 /mai /2020 09:10

SAINT PIERRE CELESTIN

19 mai

Pierre est né en 1221 dans les Pouilles. Après ses études, il se sentit un attrait pour le vie érémitique et se retira dans le désert de la montagne. Durant trois ans, il resta caché au monde, mais sa vie de pénitence et de contemplation fut découverte. Bientôt ils furent nombreux à venir le consulter.

 

On le força à entrer dans les Ordres et à se rendre à Rome pour les recevoir.

 

En 1246, il retourna dans les Abruzzes où il passa cinq ans dans une caverne du Monte-Morrone près de Sulmona. Pendant cette période il eut beaucoup à lutter contre les tentations. Ayant du mal à les surmonter, il résolut d'aller à Rome consulter le pape, mais en route, une apparition d'un saint abbé  l'apaisa. Cet homme de Dieu lui signifia que ce n'était plus la peine d'aller à Rome. Pierre se retira sur le Monte Mugello avec deux solitaires et mena une vie des plus austères, faisant trois carêmes et jeûnant les mercredis et vendredis.

 

Le nombre de visiteurs sollicitant des conseils augmentait de jour en jour, alors il s'enfuit plus haut dans la montagne, mais cette décision de fit que renforcer sa célébrité. Alors il retourna sur le Monte-Morrone avec quelques solitaires où il fonda un monastère selon la Règle de Saint Benoît et l'austérité primitive. En 1274, le pape Grégoire X approuva son Ordre. Pierre a pu voir de son vivant trente-six monastères et jusqu'à six cents moines des deux sexes. (l'Ordre des Célestins fut supprimé à la Révolution).

A la mort du pape Nicolas en 1292, les cardinaux décidèrent d'élire Pierre comme successeur. S'estimant indigne de la charge, il s'enfuit avec un de ses moines, mais fut bientôt rattrapé.

Pierre fut sacré dans la cathédrale d'Aquila le 29 août et prit le nom de Célestin V. Depuis, ses moines portent ce nom. 

Malgré sa nouvelle fonction, Pierre continuait à vivre sa vie de solitaire à l'intérieur même des appartements pontificaux. Il consulta les canonistes pour pouvoir abdiquer, sa charge lui paraissant trop lourde. Quelques jours après, il abdiqua devant un consistoire et reprit ses habits de religieux. Il avait siégé quatre mois. Le cardinal Cajetan fut élu à sa place et couronné à Rome l'année suivante le 16 janvier sous le nom de Boniface VIII. Mais une cabale se monta contre Boniface. On l'accusait d'avoir intrigué pour prendre la place. Averti, Pierre arriva à Rome pour soutenir le nouveau pape. Après une nouvelle ratification de son abdication, Pierre était prêt à repartir mais Boniface le garda avec lui en prison dans une cellule, de peur que sa remise en liberté ne provoquât un schisme.

 

A la Pentecôte 1296, après la messe, Pierre prédit à ses gardes qu'il mourrait avant la fin de la semaine. On lui administra l'Extrême-onction et le samedi suivant, le 19 Mai, il rendit l'esprit. Il avait soixante-quinze ans. Le pape célébra pour son enterrement un service solennel. Son corps se trouve à Aquila dans l'église des Célestins. Il fut canonisé en 1313 par Clément XI.

 

SAINTE PUDENTIENNE

Vierge et soeur de SAINTE PRAXEDE, filles du sénateur romain Pudens, converti par Saint Pierre.

 

SAINT DUNSTAN

Archevêque de Cantorbéry +988

Partager cet article

Repost0
18 mai 2020 1 18 /05 /mai /2020 09:10

SAINT ERIC ROI DE SUEDE

18 mai

Eric, issu d'une des plus grandes familles de Suède, épousa la princesse Christine, fille du roi de Suède Ingon IV.

Après la mort de Smercker II, les Suédois, touchés par la vertu d'Eric, l'élirent selon les conventions des états, et le placèrent sur le trône. Son peuple trouva en lui un père imprégné des vertus chrétiennes et un serviteur de tous ses sujets. Il rendait la justice, les pauvres et les malheureux étaient sous sa protection. Se contentant de son patrimoine, il ne levait aucune taxe. Plusieurs églises furent bâties et il conçut des lois pour assurer la tranquillité publique.

 

Bien que pacifique, il fut obligé de faire la guerre aux Finlandais, peuple livré à la superstition et au paganisme, qui venait régulièrement piller les terres suédoises. Il remporta sur eux la victoire mais ne put s'empêcher de pleurer devant tant de désolation.

 

Lorsqu'il eut entièrement soumis la Finlande, il chargea Saint Henri, évêque d'Upsal, d'aller y prêcher la foi. Il y fit bâtir un grand nombre d'églises.

 

Mais la piété d'Eric devint bientôt l'objet de railleries de la part des Suédois restés païens. La haine succéda aux railleries.

 

Magnus, fils du roi du Danemark, qui avait des vues sur la couronne de Suède, rallia les Suédois mécontents pour lutter contre Eric. Le lendemain de l'Ascension, alors qu'il assistait à la messe, on vint lui apprendre que les rebelles avaient pris les armes. Il répondit avec tranquillité: Achevons au moins le sacrifice; le reste de la fête se passera ailleurs.

 

Comme il allait à l'ennemi à la tête des ses troupes, les conjurés se jetèrent sur lui et, le blessant à plusieurs endroits, finirent par le décapiter en haine de la religion chrétienne. Son martyre eut lieu le 18 mai 1151.

 

Dieu glorifia son tombeau de plusieurs miracles. Son corps se trouve encore à Upsal. 

18 mai

Il fut le principal patron de la Suède jusqu'à l'arrivée du luthérianisme.

 

Saint Eric fit recueillir les anciennes lois et constitutions de Suède en un volume qui porte le titre de Lois du roi Eric. Ce recueil fut confirmé au treizième siècle par le roi Magnus Ladulas qui le publia en 1285 sous le titre de Garasrette.

 

La cathédrale de Stockholm a pour patron Saint Eric.

 

SAINT VENANT

Martyr sous Dèce en 250

 

SAINT THEODOTE

Cabaretier et les sept vierges ses compagnes, martyrs à Ancyre en Galatie en 303.

 

SAINT POTAMON

Evêque d'Héraclée en Egypte, martyr en 341

Partager cet article

Repost0
17 mai 2020 7 17 /05 /mai /2020 09:10

SAINT TROPEZ

 

 

Buste de Saint Tropez

Buste de Saint Tropez

Tête de Saint Tropez à Pise

Tête de Saint Tropez à Pise

 

Caïus Torpetius vulgairement appelé Torpès, Tropès ou Tropez, brillant officier, fut choisi par l'empereur Néron comme intendant de son palais. Converti par saint Paul dont il disait dans son épître aux Philippiens: Les saints vous saluent tous, et principalement ceux qui sont de la maison de César.

 

A Pise,Tropez proclama ouvertement sa foi chrétienne lors d'une fête organisée par l'empereur en l'honneur de la déesse Diane. Déconcerté, Néron insista pour qu’il se rétracte. Tropez refusa. L’Empereur lui donna à choisir jusqu’au lendemain, entre le sacrifice aux dieux ou la mort. C’est Satellicus qui avait été chargé par l’Empereur de l’exécution de la sentence. Tropez fut livré aux bêtes féroces, mais dans l'arène, les fauves se couchèrent à ses pieds. Irrité, Néron le fit flageller, mais la colonne à laquelle il était attaché pour l'exécution de la sentence se brisa et tua Satellicus. Finalement, c'est le fils de Satellicus qui le fit décapiter pour venger son père. Son corps fut jeté dans une barque avec un coq et un chien à l'embouchure de l'Arno, selon la loi Pompeia contre les parricides. Cela se passait le 29 avril de l'an 68 de notre ère. Sa fête le 17 mai est le jour de la translation de son corps.

 

Recueillie par les habitants, la tête de Saint Tropez est conservée à Pise dans une chapelle qui lui est dédiée.

Portée par le courant Ligure, la barque contenant son corps dériva et s'échoua sur les rivages du comptoir grec d'Athénopolis dans le golfe Grimaud qui deviendra Saint Tropez.

 

En souvenir du martyre de Tropez, les moines de l'abbaye Saint-Victor de Marseille, propriétaires de la presqu'île, firent élever une chapelle "Ecclesia Sancti Torpetis".

 

Saint Tropez est le protecteur des pêcheurs.

 

SAINT PASCAL BEYLON

Moine franciscain + 1592

 

SAINT POSSIDIUS

Evêque de Calame en Numidie (Guelma en Algérie) + 430

Partager cet article

Repost0
16 mai 2020 6 16 /05 /mai /2020 09:10

SAINT JEAN NEPOMUCENE

16 mai

Jean est né en 1350 à Nepomuck en Bohème près de Prague. Il fit ses études de latin, ses humanités et la rhétorique à Staaze, une grande ville du pays.

 

Charles IV, empereur l'Allemagne et roi de Bohème (qui publia la fameuse Bulle d'Or réglementant le pays) fonda la fameuse université de Prague où Jean fut envoyé pour étudier la philosophie, la théologie et le droit canonique. Il fut nommé docteur dans ces deux universités.

Ordonné prêtre, il eut la charge de la chaire de Notre Dame de Tein. Toute la ville étudiante venait écouter ses enseignements, y compris les libertins. L'archevêque édifié lui donna le canonicat qui était vacant.

Avant sa mort en 1378, Charles IV fit élire son fils Wenceslas roi des Romains en 1376 pour lui succéder. A la mort de son père, il n'avait que seize ans, mais corrompu par la flatterie il s'attira les surnoms de fainéant et d'ivrogne.

Wenceslas fit venir Jean pour prêcher à la cour et parut un certain temps arrêter ses mauvaises passions.

On offrit à Jean un archevêché puis une prévôté, mais il les refusa l'un et l'autre, bien que ces positions jouissent d'un confortable revenu. Cependant il accepta la place d'aumônier de l'empereur afin de mieux l'instruire. Avec cette place, il pouvait s'occuper des pauvres qu'il recevait dans son appartement. Il était devenu leur avocat et leur père dans beaucoup de procès.

 

L'impératrice Jeanne, fille d'Albert de Bavière, le choisit comme directeur de conscience, car elle avait besoin d'un guide face à la vie tumultueuse et tyrannique de son mari Wenceslas.

L'impératrice devint très pieuse. Elle passait tout son temps dans les églises en priant pour les pauvres qu'elle servait de ses propres mains. Mais la piété de l'impératrice ne fit qu'aigrir le caractère de Wenceslas. Il croyait que ses marques de tendresse répétées vis à vis de lui dissimulaient quelque chose.

Il convoqua Jean dans l'espoir qu'il lui dévoile les secrets de la confession de la princesse. Devant l'indignation et le refus fait à l'empereur, Jean s'attendait à tout.

16 mai

Un jour, sous prétexte d'une volaille mal rôtie, Wenceslas convoqua le rôtisseur et ordonna tel un Caligula, qu'on le fît rôtir. Jean prévenu, intervint. L'homme fut sauvé, mais Jean se retrouva au cachot et on lui dit qu'il n'en sortirait que s'il révélait le secret de la confession de l'impératrice.

Quelques jours après, il fut libéré et invité à la table de l'empereur. Lors du banquet, Wenceslas renvoya tous les invités et encore une fois essaya de pénétrer le secret de la confession. Devant un nouveau refus, il menaça Jean de mort. Jean fut remis en prison et martyrisé :  on le brûla à petit feu. Alors qu'il était presque mort Notre-Seigneur lui apparut pour le consoler.

 

Mise au courant, l'impératrice plaida la cause de Jean et il fut libéré. Il reparut à la cour en se doutant que Wenceslas n'en resterait pas là. Un jour dans un discours, il affirma: Encore un peu de temps, et vous ne me verrez plus et aussi Je n'ai plus guère de temps à m'entretenir avec vous. Tout le monde compris que sa mort était proche. Les larmes aux yeux, il prédit les malheurs de la Bohème, qui sera effectivement envahie par les Hussites.

 

Ayant toujours cru à la protection de la Vierge, il se rendit à Bontzel voir son image sainte placée là par Saint Cyrille et Saint Méthode, apôtres des Esclavons. De retour à Prague Jean passa sous les fenêtres de l'empereur. Celui-ci l'aperçut et plein de colère ordonna qu'on l'arrête et qu'on le noie. Les serviteurs de l'empereur lui attachèrent les mains dans le dos et il fut précipité dans la Muldaw au-dessus du pont qui joint la petite et la grande Prague. Cela arriva la veille de l'Ascension de 1383.

 

Le corps de Saint Jean flottant sur la rivière fut entouré d'une clarté céleste. Une grande foule regardait ce miracle. L'impératrice prévenue alla trouver Wenceslas pour lui demander ce qu'il se passait, mais celui-ci ne répondit pas et alla secrètement s'enfermer à la campagne. Quelques jours après les bourreaux révélèrent le secret.

 

Alors toute la ville accourut pour voir le corps de saint. Il fut conduit en procession à l'église Sainte Croix des Pénitents où chacun venait baiser le saint. Il est enterré dans l'église métropolitaine. Sur sa pierre tombale sont gravés le motif de sa mort et le nom de l'empereur assassin. Plusieurs miracles eurent lieu sur son tombeau.

16 mai

 Craignant une révolte, Wenceslas vécut quelque temps cloîtré dans son château de Zébrack près de Prague, le coeur sec et endurci. De retour à Prague il vit son pays déchiré par la guerre civile.

 

SAINT SIMON STOCK

Sixième général de Carmes + 1265

 

SAINT UBALD

Evêque de Gubio en Ombrie + 1160

 

SAINT PEREGRIN

Premier évêque d'Auxerre martyr en 304

 

SAINT ABDJESUS ou HEBEDJESUS et SAINT ABAS

Evêque de Cascar et leurs compagnons martyrs sous le roi Perse Isdegerde et sous le roi Sapor.

 

SAINT FALE

Abbé en Champagne VIè siècle

 

SAINT GERMER

Evêque de Toulouse + 560

 

SAINT HONORE évêque d'Amiens

SAINT RENOBERT évêque de Bayeux

SAINT ANOBERT évêque de Sées

 

SAINT BRENDAN L'ANCIEN

Abbé en Irlande

 

 

Partager cet article

Repost0
15 mai 2020 5 15 /05 /mai /2020 09:10

SAINT PIERRE de Lampsaque, SAINT ANDRE et leurs compagnons.

 

SAINTE DENYSE

Saint Pierre de Lampsaque

Saint Pierre de Lampsaque

Pendant la persécution de l'empereur Dèce, on arrêta dans le voisinage de Lampsaque près de l'Hellespont (détroit des Dardanelles), un jeune homme nommé Pierre, très bien de sa personne et recommandable par sa foi et sa vertu.

Il fut arrêté et conduit devant le proconsul Optimus qui lui dit:

 

- Vous savez ce que contiennent les édits de nos invincibles princes; hâtez-vous donc d'obéir en sacrifiant à la grande Vénus.

 

- Je suis étonné, répondit Pierre,  que vous me proposiez de sacrifier à une femme décriée pour ses impudicités, et dont les actions que la décence ne me permet pas de nommer, seraient punissables par vos propres lois.

 

Le proconsul l'attacha à la roue qui devait lui briser les os petit à petit. Pierre s'écria:

 

- Je vous rends grâce, Seigneur Jésus, de ce que vous me donnez le courage de vaincre le tyran. Le voyant inébranlable Optimus le fit décapiter.

 

Après l'exécution, le proconsul se préparait à partir pour la ville de Troade en Phrygie (près de l'ancienne ville de Troie), lorsqu'on lui amena trois autres chrétiens: André, Paul et Nicomaque. Le proconsul leur demanda qui ils étaient et d'où ils venaient. Nicomaque cria qu'il était chrétien et les autres l'approuvèrent.

Sacrifiez aux dieux, leur ordonna Optimus, mais un des trois répliqua qu'ils ne devaient pas sacrifier aux démons. Alors le proconsul les mit au chevalet. Nicomaque, vaincu par la douleur, perdit sa couronne de martyr en reniant son état de chrétien, et sacrifia aux démons. A peine eut-il terminé que le démon s'empara de lui, le fit tomber à terre dans d'horribles contorsions; il se coupa la langue avec les dents et mourut sur le champ. C'est ainsi que le démon récompense les renégats. Dieu consola les deux autres serviteurs qui avaient résisté.

Sainte Denyse

Sainte Denyse

Sur ses entrefaites, une jeune vierge  âgée de seize ans, Denyse, témoin de la déplorable fin de Nicomaque s'écria tout à coup: Fallait-il, malheureux, te précipiter dans les supplices éternels, pour te procurer un instant de repos ?

 

Le proconsul l'ayant entendue lui demanda si elle était chrétienne.

 

Oui, répondit-elle, je suis chrétienne.

 

Sacrifiez, reprit Optimus, autrement vous serez prostituée, puis brûlée vive.

 

Les menaces restant vaines, il la remit entre les mains de jeunes débauchés qui l'emmenèrent chez eux, mais se elle débattit avec succès et fut sauvée par l'apparition d'un jeune homme resplendissant de lumière. Terrorisés les deux débauchés se jetèrent à ses pieds, mais elle les rassura en disant: - Vous avez vu mon gardien et mon protecteur ! Alors il lui demandèrent de les protéger.

 

Le lendemain la populace assemblée devant la maison du proconsul demanda qu'on leur livrât Paul et André. Pour apaiser le tumulte, Optimus se fit amener les deux chrétiens, et après les avoir fait fouetter, il les livra à la populace pour être lapidés. Par la suite, attachés par les pieds, ils furent traînés dans toute la ville.

 

 Apprenant ce qui se passait, Denyse courut vers le lieu du martyre et s'adressant au peuple elle dit: - Je veux mourir sur cette terre, afin de pouvoir vivre éternellement avec eux dans le ciel. Le proconsul ayant appris qu' elle avait gardé sa chasteté la fit décapiter. Ces événements eurent lieu en 250.

 

LES SAINTS CASSIUS, VICTORIN, MAXIME, ANTOLIEN, LINGUIN et plusieurs autres martyrs en Auvergne lors de l'invasion de Chrocus roi des Alamans (selon les chroniques de Saint Grégoire de Tours). Chrocus fut vaincu par Clovis et retourna dans le Jura-Souabe.

 

SAINT EUFRAISE

Evêque de Clermont en Auvergne + 514

 

SAINTE DYMPNE

Vierge et martyre aux pays-Bas. VIIè siècle.

Partager cet article

Repost0
13 mai 2020 3 13 /05 /mai /2020 09:10

SAINT JEAN LE SILENCIAIRE

13 mai

Jean est né en 454 à Nicopolis en Arménie (nord-ouest de la Turquie actuelle : Kuyulhisar). Il était surnommé le silenciaire à cause de son silence et de son recueillement. Ses aïeux avaient été des généraux et des gouverneurs de province. Ses parents lui donnèrent une éducation chrétienne.

Orphelin de bonne heure, à dix-huit ans il consacra sa fortune aux oeuvres pieuses en bâtissant une église à Nicopolis en l'honneur de la Sainte Vierge et un monastère dans lequel il vécut avec dix autres personnes. La pratique du silence et la méditation lui paraissaient une excellente chose. Le reste du temps, lui et ses compagnons exécutaient des travaux pénibles et utiles. Il était doux et sage, ce qui lui valait l'estime et l'affection de tous.

 

L'archevêque de Sébaste (Sivas en Turquie) au courant de ses vertus l'éleva au siège épiscopal de Colonie en Arménie (colonie grecque fondée au Vè siècle aujourd'hui Gymri) à l'âge de vingt-huit ans en 482. Son frère et son neveu qui avaient de hautes fonctions à la cour furent touchés par ses exemples. Il en fit deux hommes vertueux. Il n'en était pas de même de son beau-frère gouverneur d'Arménie qui oppressait l'Eglise. Jean fut obligé d'en appeler à l'empereur Zénon qui lui assura sa protection.

 

Jean était toujours épris de solitude, mais il ne pouvait abandonner son troupeau. Alors il entra en méditation pour demander à Dieu le chemin à suivre. Une nuit qu'il était en méditation, il vit une croix entourée de lumière et entendit une voix lui dire: Si vous voulez être sauvé, vous n'avez qu'à suivre cette lumière. Il sembla que la lumière le conduisait à la laure de Saint Sabas (monastère de Mar Saba à quelque distance de Jérusalem). Alors n'ayant plus de doute il se démit de l'épiscopat et s'embarqua pour la Palestine. Il y visita les lieux saint de Jérusalem et s'établit dans la laure de Saint Sabas qui comptait cent-cinquante solitaires. Il avait 38 ans.

 

Saint Sabas le confia à l'économe qui l'envoyait chercher de l'eau et porter des pierres pour les ouvriers bâtisseurs. Comme il avait supporté cette épreuve, on le chargea d'accueillir les étrangers et de servir les hôtes. Il accomplissait ses devoirs avec zèle. Saint Sabas l'envoya dans un ermitage, ce qui était le plus grand désir de Jean. Il y resta trois ans et fut nommé économe  de la laure. Cela ne l'empêchait pas de continuer ses méditations et ses prières entre deux activités liées à sa fonction. Ses prières sont connues sous le nom de jaculatoires. Il resta quatre ans économe. Edifié par ses vertus, son abbé alla trouver Elie, patriarche de Jérusalem, qui consentit à l'ordonner prêtre, mais Jean, dans un entretien particulier avec la patriarche, lui avoua que ses fautes passées ne lui permettaient pas de recevoir les Ordres. Sabas mis au courant en fut grandement étonné, mais garda quand même Jean à la laure.

 

Des moines séditieux obligèrent Saint Sabas à quitter la laure en 503. Ne voulant pas se mêler à ces troubles; Jean se retira dans le désert où il passa six ans dans un silence absolu. Rappelé en 510, Saint Sabas  alla chercher Jean et  le réintégra dans la laure. De sa cellule, Jean continua sa vie angélique pendant quarante ans. Un grand nombre de personnes venaient s'instruire auprès de lui. Parmi elles  Saint Cyrille qui écrivit par la suite la vie de Jean. Quand Cyrille consultait Jean il n'avait que seize ans et Jean quatre-vingt-dix. Le vénérable vieillard lui conseilla d'aller au monastère de saint Euthyme, mais Cyrille alla dans un autre monastère près du Jourdain. Là, il tomba malade et Jean lui apparut en lui disant que, dès qu'il serait dans le monastère de Saint Euthyme, il guérirait. A peine entré au monastère, Cyrille fut guéri sur le champ.

 

Saint Jean mourut en 558.

 

SAINT SERVAIS

Evêque de Tongres + 384

 

SAINT PIERRE REGALATI

Franciscain + 1456

 

SAINT ROBERT BELLARMIN

Evêque, confesseur et docteur + 1621 

Partager cet article

Repost0
12 mai 2020 2 12 /05 /mai /2020 09:10

SAINTS NEREE et ACHILLEE ou Achille

Saints Nérée et Achillée et Sainte Flavie-Domitille

Saints Nérée et Achillée et Sainte Flavie-Domitille

Ces saints furent exilés par Domitien dans la petite île de Pontia (Ponza) au large de Naples avec Sainte Flavie-Domitille dont ils étaient les chambellans. Ils furent décapités sous le règne de Trajan.

 

SAINTE FLAVIE-DOMITILLE

 

Elle était la soeur du consul Flavius-Clemens, martyrisée pour la foi. Fille de Domitille-l'Ancienne, de la famille impériale.

 

SAINT PANCRACE

Martyr en 304 à Rome

 

SAINT EPIPHANE

Archevêque de Salamine à Chypre. Père et docteur de l'Eglise + 403

 

SAINT MODOALD

Evêque de Trèves + vers 640

 

SAINTE RICTRUDE

Abbesse de Marchiennes en Flandre + 688

 

SAINT GERMAIN

Patriarche de Constantinople + 733

Partager cet article

Repost0
11 mai 2020 1 11 /05 /mai /2020 09:10

SAINT MAMERT

11 mai

Mamert succéda à Simplice sur le siège archiépiscopal de Vienne en Dauphiné. Il fut dans le Vè siècle une des plus brillantes figures de l'Eglise gallicane. On lui doit l'établissement des supplications publiques connues sous le nom de Rogations.

11 mai

Elles furent mises en place pour supplier Dieu d'arrêter de punir les hommes pour leurs péchés: la guerre, les tremblements de terre, les invasions de bêtes sauvages lors des famines etc. Les païens attribuaient cela au hasard, mais une calamité n'arrive jamais seule, souvent l'une suit l'autre; mais les chrétiens savaient que c'était la punition de Dieu. (Nous en aurions bien besoin en ce moment).

 

Un jour, un terrible incendie menaçant de détruire la ville de Vienne, Saint Mamert se mit en prière et le feu s'éteignit aussitôt. Il exhorta les pécheurs à cesser leurs désordres et à faire pénitence. La nuit de Pâques, arriva un deuxième incendie. Saint Mamert se prosterna devant l'autel et les flammes s'arrêtèrent. Ce fut cette même nuit qu'il établit les supplications publiques qui se feraient tous les ans pendant trois jours.

L'église Saint Pierre de Vienne. Vè siècle. Epoque de Saint Mamert. Aujourd'hui musée archéologique
L'église Saint Pierre de Vienne. Vè siècle. Epoque de Saint Mamert. Aujourd'hui musée archéologique

L'église Saint Pierre de Vienne. Vè siècle. Epoque de Saint Mamert. Aujourd'hui musée archéologique

Elles consisteraient dans le chant des psaumes, la confession, la prière, le jeûne et le repentir.  Cette pieuse institution fut adoptée également par le diocèse de Clermont dont Saint Sidoine Apollinaire était évêque. Bientôt les Rogations devinrent universelles. Elles se célèbrent le 37è 38è et 39è jour après Pâques avant le jeudi de l'Ascension.

 

Saint Mamert avait un frère, Mamert-Claudien, un savant universellement connu, qu'il ordonna prêtre. Il mourut vers l'an 474. Il est l'auteur du Pange, lingua gloriosi praelium certaminis. Il a composé également plusieurs hymnes à l'usage du diocèse de Vienne, ainsi qu'un traité de la nature de l'âme pour contredire Faust de Riez qui disait que seul Dieu était incorporel et que les anges et les hommes étaient uniquement des substances matérielles.

Saint Mamert  mourut en 477.

 

Note historique :

 

La ville de Vienne était une des villes les plus importantes de la Gaule romaine et l'archidiocèse de Vienne un des plus anciens. Il incluait les diocèses de Grenoble, Genève, Valence, la Tarentaise, Viviers, Die et la Maurienne, qui n'étaient que des évêchés. Seule la Tarentaise sera élevée en archidiocèse en 794. La Révolution a supprimé l'archidiocèse de Vienne. 

 Faisant partie du département de l'Isère, Vienne est rattachée au diocèse de Grenoble.

Le nom du diocèse est: Grenoble-Vienne

 

Tourisme.

Vienne est actuellement un musée à ciel ouvert avec sa cathédrale gothique, de nombreuses églises primitives ainsi que d'importantes ruines romaines des deux côtés du Rhône.

 

SAINT MAIEUL

Abbé de Cluny + 994

 

SAINT GENGOUL

Martyr en Bourgogne, + en mai 760

 

SAINT GAUTIER

Abbé des Chanoines Réguliers de Lesterps Bénévent et Aurel en Limousin en 1032. + en 1070 

Partager cet article

Repost0
10 mai 2020 7 10 /05 /mai /2020 09:10

SAINT ANTONIN DE FLORENCE

10 mai

Antonin est né à Florence en 1389. Il était fils unique de Nicolas Bierrozi et de Thomissine. D'une nature pieuse et studieuse il excella dans ses études et était en avance pour son âge.

 

Un jour il entendit le père Dominicain Dominici  prêcher à Fiesole, petit évêché à côté de Florence, où il faisait bâtir un couvent.(à côté de Fiesole se trouve le séminaire de l'ICRSP). Ce père sera plus tard archevêque-cardinal de Raguse. Antonin eut plusieurs entretiens avec lui et demanda à entrer dans l'Ordre des Dominicains, mais le père, le trouvant trop jeune et de faible constitution, le retarda en lui disant qu'il ne l'accepterait que lorsqu'il aurait appris par coeur le décret de Gratien. Un an après Antonin se présenta au prieur du couvent de Fiesole et y prit l'habit. Il n'avait que 16 ans.

 

Ordonné prêtre, il ne montait jamais à l'autel sans avoir les yeux baignés de larmes. Quand il fut plus âgé, on lui confia la direction du grand couvent de Minerve à Rome. Il fut ensuite successivement prieur à Naples, Gaeta, Cortone, Sienne, Fiesole et Florence. Selon le cardinal de Luca il fut un des juges les plus distingués de la Rote. Enfin, il fut nommé vicaire général de son Ordre.

 

Sur ordre du pape Eugène IV il participa au concile de Florence en qualité de théologien et assista à toutes les cessions de dispute entre Latins et Grecs. Durant ce même séjour il fut élu prieur du couvent de Saint Marc à Florence pour lequel Côme de Médicis, surnommé le père de sa patrie, faisait alors bâtir une magnifique église consacrée par le pape Eugène IV. Ensuite Antonin parcourut la Toscane pour visiter ses couvents.

 

A la mort de l'archevêque de Florence, Barthelemi Zarabella, Antonin fut nommé à sa place, mais il essaya de s'enfuir en Sardaigne. Rattrapé à Sienne, il écrivit une lettre au pape pour lui demander de le décharger de ce fardeau; mais le pape fut inflexible et lui ordonna de se rendre au couvent de Fiesole. Côme de Médicis et l'aristocratie de Florence allèrent à Fiesole pour le complimenter, mais Antonin refusa de prendre son poste. Alors le pape se fâcha et le menaça d'excommunication s'il n'obéissait pas. Antonin se laissa sacrer et prit possession de son archevêché en mars 1446.

 

Malgré sa position, il restait pauvre et menait une vie austère. Il nomma un grand vicaire pour le seconder,  s'occupait de presque toutes les charges spirituelles, laissant le temporel à une personne digne de confiance.

Il donnait audience tous les jours et  se fit protecteur des pauvres en leur donnant parfois des meubles ou des habits. Il ne possédait rien, ni chiens ni chevaux mais seulement une mule. Il vendait parfois les objets précieux qui lui restaient pour soulager les indigents, mais ces objets étaient rachetés par des riches qui les lui rendaient.

Le saint archevêque fonda l'œuvre de Saint Martin pour secourir les miséreux qui entretenait au début du XIXè siècle plus de six-cents familles.

 Antonin était d'une patience admirable. Un jour, un nommé Ciardi, à qui l'on imputait plusieurs crimes, fut amené à comparaître devant l'archevêque pour répondre à ses accusations. Ce malheureux eut l'idée de tuer son pasteur et lui porta un coup de poignard qui heureusement n'atteignit point le prélat. Ce dernier lui pardonna, le coupable reconnut ses crimes, fit pénitence et entra dans l'Ordre de Saint François.

 

Antonin supprima les jeux de hasard et réforma les abus qui s'étaient glissés dans les Ordres. Il prêchait tous les dimanches et tous les ans visitait  son diocèse. Il avait une réputation de sagesse et d'intégrité et on venait de toutes parts pour le consulter. On lui donna le surnom d'Antonin le conseiller. Malade, le pape Eugène IV   le fit venir pour qu'il le confesse et lui donne les derniers sacrements; il expira le 25 février 1447.

 

L'année suivante, le diocèse de Florence fut ravagé par la peste. Beaucoup de religieux moururent en allant secourir les malades. Il fallut alors en faire venir de Lombardie pour repeupler les couvents de Saint Marc et de Fiesole. Après la peste, comme toujours on connut la famine. A la demande de notre saint les bourses des riches s'ouvrirent et on fit venir des secours de Rome.

Le Pape Nicolas V tenant Antonin en  haute estime  ordonna que ses sentences n'aient plus besoin de l'accord de Rome.

Malgré ses succès, Antonin restait humble et refusait les honneurs. Lors de ses visites apostoliques il soignait lui-même les lépreux et pansait leurs plaies.

Au cours de l'année 1453 et les deux suivantes Florence fut agitée de tremblements de terre. Tout un quartier fut détruit. Le saint porta secours à ses habitants et fit rebâtir leurs maisons. Côme de Médicis reconnaissait que la République de Florence était redevable de sa conservation à Antonin.

10 mai

Dieu rappela à lui son serviteur le 2 mai 1459, il avait soixante-dix ans, dont treize ans d'épiscopat. A ses derniers moments il répétait: Servir Dieu, c'est régner. Il fut enterré dans l'église des Dominicains de Saint Marc. Le Pape Pie II assista à ses funérailles et plusieurs miracles s'opérèrent sur ses reliques. Adrien IV le canonisa en 1525. Son corps encore entier fut transféré dans une chapelle de l'église Saint Marc décorée par les frères Salviati.

Nous avons plusieurs écrits de Saint Antonin: Une somme théologique, un Abrégé d'histoire, des sermons et un traité de l'abnégation de soi-même.

 

SAINT GORDIEN et SAINT EPIMAQUE

Martyrs en 362 à Rome et en 250 à Alexandrie

 

SAINT COMGALL

Abbé en Irlande + mai 601

 

SAINTE SOLANGE

Vierge et martyre près de Bourges vers 880

 

SAIT ISIDORE

Laboureur, patron de la ville de Madrid + 1175

Partager cet article

Repost0
9 mai 2020 6 09 /05 /mai /2020 09:10

SAINT GREGOIRE DE NAZIANCE

 

Docteur de l'Eglise surnommé Le Théologien par les Grecs.

9 mai

Il est surnommé Le Théologien pour sa très grande connaissance de la religion. Il est né à Arianze, dans la contrée de Naziance, petite ville proche de Césarée de Cappadoce.

 

Grégoire son père et Nonna sa mère sont honorés d'un culte public dans l'Eglise, l'un le 1er janvier et l'autre le 1er août.

 

 Sa mère était chrétienne, mais son père païen, de ceux que l'on appelait Hipsistaires ainsi nommés car ils adoraient le très-haut et en même temps le feu comme les Perses et le sabbat comme les Juifs (c'est Saint Grégoire lui-même qui le dit). Il était magistrat de la ville et homme honnête.  A force de prières Nonna réussit à le convertir et il se fit baptiser. Peu de temps après il fut nommé évêque de Naziance qu'il gouverna pendant quarante-cinq ans. Il mourut à l'âge de quatre-vingt-dix-huit ans.

 

Avant d'entrer dans les Ordres, Grégoire père eut trois enfants, une fille Gorgonie et deux garçons, le futur Saint Grégoire et Césaire. Grégoire, le fils que nous fêtons aujourd'hui, fit vœu de chasteté et donna à la violation d'un tel vœu les noms de mort, de sacrilège et de perfidie. Il fit ses études de rhétorique à Césarée en Palestine puis à Alexandrie pour aller ensuite à Athènes pour se former à l'éloquence. Pendant son voyage, il séjourna à Césarée de Cappadoce où il se lia d'amitié avec Saint Basile.

 

Après plusieurs années à Athènes, Grégoire acquit une grande réputation tant par la parole que par ses écrits. Avant d'être empereur, Julien séjourna avec Grégoire et Basile dans cette ville, mais les deux hommes découvrirent en lui des dérèglements qui plus tard s'avèreront néfastes pour l'empire.

 

De retour dans son pays, Grégoire passa par Constantinople où il croisa son frère Césaire devenu médecin et estimé de l'empereur Constance. Il soignait indifféremment les riches et les pauvres. Arrivé à Naziance, il se fit baptiser par son père, se donna entièrement au service de Dieu et commença à vivre comme un pauvre. Il abandonna tous les livres classiques aux vers et aux teignes comme il le disait lui-même. Cela ne l'empêcha pas de gérer les affaires de son père.

Grégoire était souvent malade et malgré ses maux il ne cessait de glorifier Dieu. En 358, épris de solitude, il alla rejoindre Saint Basile et  resta avec lui quelques années jusqu'à ce que son père le rappelle à lui. Pour qu'il puisse l'assister, son père l'ordonna prêtre contre sa volonté en 361. En colère, il alla se confier à son ami Basile qui l'apaisa et lui fit comprendre que c'était la volonté de Dieu. Grégoire retourna à Naziance et à Pâques il prêcha pour la première fois. Ce prêche fut suivi d'un second sermon qui porte le titre d'Apologie où il traite de la dignité, des dangers, des devoirs, etc.. du sacerdoce.

 

En 372, la Cappadoce fut divisée en deux provinces, ce qui provoqua des tensions car il y avait désormais deux sièges épiscopaux. L'évêque de Tyane voulait avoir une juridiction archiépiscopale pour dominer l'autre partie de l'ancienne province.  En tant qu'archevêque de Césarée, Saint Basile s'y opposa en déclarant que la division n'était que civile. Pendant ce conflit, Saint Basile nomma Grégoire évêque de Sasimes et le sacra en 372, mais il ne put rejoindre son diocèse car Anthime, évêque de Tyane, l'en empêcha.

 

A la mort de l'empereur Valens en 378, l'Eglise de Constantinople gémissait sous le poids de l'Arianisme et les catholiques s'adressèrent à Grégoire pour les soutenir.

Vêtu comme un pauvre, Grégoire fut mal accueilli par les Ariens qui se moquaient d'un vieillard chauve et mal habillé. Il logea dans une maison de parents qu'il transforma en église et lui donna le nom d' Anastasie ou "résurrection". Le nom de cette église fut confirmé par un miracle. Une femme enceinte s'y était tuée en tombant d'une galerie. Elle revint à la vie grâce aux prières des fidèles. Depuis, y repose le corps de Sainte Anastasie rapporté de Sirmièk (en 460).

Grégoire prêchait sans relâche malgré les embûches de toutes sortes des Ariens: coups de sifflets, coups de pierres, moqueries etc. Malgré tout, le nombre de catholiques augmentait chaque jour et même les hérétiques les plus farouches ne pouvaient s'empêcher de venir l'entendre; mais le démon veillait et à travers Maxime, un faux chrétien, il réussit à retourner plusieurs personnes y compris Grégoire qui en 379 prononça une éloge de Maxime.

Maxime, ce loup affamé, se fit élire clandestinement évêque de Constantinople par des évêques ignorant les événements. Ce scandale parvint au pape Damase qui déclara l'élection nulle.

 

L'empereur Théodose-le-Grand, revenu à Constantinople, remit tout en ordre et donna de grandes marques d'affection à Grégoire. Les Ariens furent chassés des églises et Grégoire prit possession de Sainte Sophie; mais le siège de Constantinople ne pouvait être occupé que par décision d'un concile. Heureusement les évêques étaient à ce moment là assemblés dans la ville, ce qui fit que Grégoire fut canoniquement évêque de cette ville.

 

Mais les querelles ne s'arrêtèrent pas là; des troubles dus aux investitures des évêques éclatèrent et les ennemis de Grégoire allèrent jusqu'à payer un assassin pour le tuer; mais ce dernier, à l'approche du saint homme, se repentit et avoua son crime. Grégoire pardonna et les fidèles approuvèrent sa mansuétude y compris les Ariens.

D'autres troubles éclatèrent encore sur les investitures, tant et si bien que Grégoire, las de toutes ces querelles, démissionna. Les évêques interloqués acceptèrent cependant sa décision. Il alla se présenter à l'empereur pour lui demander la permission de se retirer et avec beaucoup de peine, l'empereur accepta.

 

Grégoire fit ses adieux en présence des pères du concile et d'une foule nombreuse assemblée dans une grande église. Il rendit grâce à Dieu du rétablissement de la foi catholique et reprocha au pouvoir les fêtes et la pompe mondaine des consuls, généraux et gouverneurs qui dépensaient l'argent du peuple. Si je vous ai offensés la faute est faite et j'espère que vous me la pardonnerez. On peut être étonné de l'attitude vis à vis de Grégoire, lui qui avait éradiqué l'Arianisme de la ville par la douceur et la patience; mais si les vrais fidèles étaient consolés ils ne le furent pas longtemps avec la nomination de Nectaire, sénateur romain et préteur de Constantinople. Non seulement il était laïc  mais même pas baptisé et on procéda à son élection...

 

Grégoire retourna à Naziance où il composa le poème de sa vie. Son but était de détruire toutes les calomnies que l'on portait sur lui et il mit toutes ses forces à faire nommer un évêque à Naziance sans y réussir à cause des oppositions du clergé.

 

Sa mauvaise santé le fit se retirer à Arianze en 381 où il écrivit encore son poème parénétique à Sainte Olympiade concernant la conduite des femmes mariées. Jusqu'à sa mort il composa des poèmes sur les différents aspects de la piété, où il raconte ses luttes contre l'orgueil et la tentation de la chair, et sollicite le secours de Jésus-Christ.

Saint Grégoire mourut dans sa retraite en 389 à l'âge de soixante ans. En 950 l'empereur Constantin Porphyrogenète fit transporter ses reliques de Naziance à Constantinople dans l'église des apôtres. Elles furent apportées à Rome au temps des croisades.

 

SAINT HERMAS

Disciple des apôtres

Provinde turque d'Aksarey où se trouve Bakarlar anciennement Naziance

Provinde turque d'Aksarey où se trouve Bakarlar anciennement Naziance

Partager cet article

Repost0
8 mai 2020 5 08 /05 /mai /2020 09:10

L'APPARITION DE L'ARCHANGE SAINT MICHEL

8 mai

Dieu dans son infinie et divine perfection a créé les êtres célestes qui sont les anges et qui de par leur sainteté sont dignes d'habiter au ciel.

 

La nature des purs esprits est supérieure à celle des hommes qui n'occupent que la seconde place dans la classe des êtres raisonnables, car par leur âme ils font partie des intelligences célestes, mais par leur corps ils sont rattachés à la matière. Mais les hommes peuvent parfois être élevés au-dessus des premiers, comme par exemple la très Sainte Vierge Marie.

 

Dieu en créant les purs esprits les fit également libres et c'est ainsi que le plus beau des anges, Lucifer (qui signifie porteur de lumière du latin lux lumière et ferre porter) rongé d'orgueil se révolta. Dieu le précipita du haut du ciel pour devenir avec ceux qui le suivirent les esprits malfaisants ou démons.

 

Les décrets de la Providence furent souvent exécutés par les anges qui prirent le nom d'envoyés, qui désigne leur office.

Les pères, d'après les livres saints désignent neuf Ordres d'esprits bienheureux, les:

 

Séraphins

Chérubins

Trônes

Dominations

Principautés

Puissances

Vertus

Archanges

Anges

 

Chaque Ordre est divisé en trois hiérarchies et chaque hiérarchie en trois cœurs. Ces Ordres ont des fonctions qui leur sont propres. Les Chérubins glorifient toute la science de Dieu, les Séraphins son amour infini, etc. Les Archanges sont ceux que Dieu envoie pour exécuter ses desseins importants. Le nombre de ces esprits est innombrable: Qui pourrait, dit le saint homme Job, compter les soldats de l'armée céleste ?

 

Les anges n'ayant pas de corps ne sont pas "freinés" comme nous. Ils sont subtils, ont la promptitude de la réflexion, des connaissances illimitées et communiquent entre eux par la pensée. Leurs déplacement sont immédiats.

Dieu leur communique nos actions par la pensée qui peut s'apparenter à la vitesse de la lumière pour en faire une image, car dit-on dans l'évangile: les anges se réjouissent dans le ciel lorsqu'un pécheur fait pénitence (Luc XV, 7,10).

 

Les livres saints nous disent que les anges peuvent agir sur nos corps, les bons comme les mauvais. Les démons heureusement sont limités par Dieu. Cependant ils tuèrent les sept premiers maris de Sara; ils précipitèrent dans la mer un troupeau de pourceaux et enlevèrent Jésus-Christ dans les airs. Ils agissent également sur nos esprits en étudiant notre comportement et en nous donnant des tentations. Mais les bons anges sont là pour nous assister et participeront à notre bonheur lorsque nous irons au ciel. Quant aux pécheurs ils seront précipités en enfer sous la puissance des démons.

 

Les archanges qui se sont révélés à nous sont trois. Saint Michel, Saint Gabriel et Saint Raphaël. Saint Michel honoré ce jour est le prince des anges fidèles qui s'opposa à Lucifer, son nom en hébreu signifie: qui est semblable à Dieu ? Ce Saint archange est le protecteur de l'Eglise contre les attaques du démon. C'est lui qui défendit la synagogue des Juifs comme le dit le prophète Daniel, qui conduisit le peuple hébreu en terre promise et lui apporta la loi.

 

Une des plus célèbres apparitions de Saint Michel est celle faite à l'évêque Siponto au Mont Gargan dans la royaume de Naples où une église a été bâtie en l'honneur de Saint Michel. En France, en 708, l'évêque d'Avranches Aubert, sur l'ordre de Saint Michel, érigea une église située sur une île entre la Normandie et la Bretagne: Le Mont Saint Michel. L'église devint abbaye au Xè siècle. (Le Mont est en Normandie car comme disent les bretons: Le Couesnon en sa folie a mis le Mont en Normandie)

 

Il y avait autrefois en Cornouaille une église, située dans une île, dédiée à Saint Michel, fondée par Guillaume comte de Moreton sous le règne de Guillaume le Conquérant.

 

Les Grecs dans leur Ménée parlent d'une apparition du même archange à Chone en Phrygie (Chone, ancienne ville de Colosses)

 

A la fin du monde, dit le prophète Daniel: Dans ce temps là on verra s'élever Michel le grand prince, qui est le protecteur des enfants de Dieu.

8 mai

SAINT PIERRE

Evêque de Tarantaise en Savoie + 1174

 

SAINT AMEDEE DE CHATTE

Abbé de Hautecombe qui renferme les tombeaux des ducs de Savoie + 1158

(Chatte du latin castrum, village de l'Isère)

 

SAINT VICTOR

Martyr à Milan + 305

 

SAINT ELADE

Quatrième évêque d'Auxerre + vers 385

 

SAINT BEAT

Anachorète près de Vendôme Vè siècle

 

SAINT DESIRE

Evêque de Bourges + 550

 

SAINT WIRON

Evêque irlandais VIIè siècle

Partager cet article

Repost0
7 mai 2020 4 07 /05 /mai /2020 09:10

SAINT STANISLAS

 

Patron de la Pologne

Saint Stanislas évêque de Cracovie

Saint Stanislas évêque de Cracovie

Stanislas Sezepanowski, fils de Wielislas et de Bogna, tous deux issus des plus illustres familles de Pologne, est né le 26 juillet 1030 à Sezepanow au diocèse de Cracovie. Il vint au monde au bout de trente ans de mariage et ses parents le considérèrent comme un don du ciel.

 

Il était doué pour les études et d'une piété naturelle, faisant souvent l'aumône aux pauvres. Il alla étudier à l'université de Gnèsne, première du royaume, puis ensuite le droit canonique et la théologie à Paris pendant sept ans. Malgré ses réussites il refusa le grade de docteur et retourna en Pologne. La mort de ses parents lui laissait une grande fortune qu'il distribua aux pauvres afin de servir Dieu avec plus de liberté.

 

Lampert Zula, évêque de Cracovie, l'ordonna prêtre et le fit chanoine de la cathédrale, puis lui demanda de prêcher. Il eut un grand succès et convertit de nombreuses personnes. Stanislas devint célèbre dans toute la Pologne et on venait le consulter de loin. L'évêque Lampert était prêt à démissionner pour lui laisser sa place, mais Stanislas refusa. Peu de temps après Lampert mourut et le siège devint vacant. Stanislas fut élu pour le remplacer mais ne voulait pas prendre ses fonctions par humilité. Il fallut l'ordre du pape Alexandre II pour qu'il accepte. Son sacre eut lieu en 1072.

 

Stanislas accepta de vivre selon sa nouvelle dignité. Il vint au secours des pauvres et des veuves dans le besoin en se faisant établir une liste.

Tous les ans il faisait le tour de son diocèse pour régler les problèmes tant religieux que laïcs.

 

Boleslas II,  alors roi de Pologne, avait acquis la gloire par les armes, mais il était tyrannique et injuste, si bien qu'on lui donna le surnom de Cruel. Marié, il n'hésitait pas à forcer les femmes, même en public, sans aucune pudeur. Personne n'osait lui reprocher quoi que ce soit.

Seul Stanislas eut le courage de reprocher au roi l'énormité de ses crimes. Devant l'insistance de l'évêque le roi fit semblant de se repentir et de se corriger, mais cela ne dura pas. Le roi en voulut à Stanislas qui n'avait pas craint de le braver et de lui dire la vérité en face.

 

Un jour le roi tomba amoureux d'une dame d'une très grande beauté. Elle était la femme de Miécislas, gentilhomme du Palatinat de Sirad. N'ayant pu la séduire, il la fit enlever de force et lui fit plusieurs enfants. La noblesse indignée demanda à l'archevêque de Gnèsne et aux autres évêques bien en cour de faire cesser ce scandale, mais personne n'osa affronter le roi. Les nobles se vengèrent en disant que les évêques étaient des mercenaires uniquement là pour leur fortune sans égards pour la cause de Dieu.

 

Accompagné de plusieurs gentilhommes Stanislas eut le courage d'aller trouver le roi. Il lui adressa un discours pour le raisonner mais voyant que le roi ne fléchissait pas, il  menaça de l'excommunier. Se sentant menacé, Boleslas fut pris d'une grande colère et jura de se venger.

 

Après de fervente prières pour le retour du roi à la sagesse, Stanislas parvint enfin à obtenir une nouvelle entrevue mais sans plus de succès que la première. A la quatrième entrevue, Stanislas excommunia le roi. Malgré tout, le roi continuait à assister aux offices, alors l'évêque ordonna qu'on interrompît les offices dès l'entrée du roi dans une église.

 

Un jour que Stanislas allait prier à la chapelle Saint Michel en dehors de la ville, le roi le suivit avec ses gardes et ordonna de le massacrer; mais les gardes, frappés de respect à la vue du saint évêque, n'osèrent pas y toucher. Cela se renouvela trois fois. A la dernière le roi en rage se jeta sur Stanislas et le tua de sa propre main. Les soldats enhardis coupèrent le corps en morceaux et les dispersèrent pour qu'ils soient mangés par les bêtes; mais ses restes furent épargnés. Trois jours après, les chanoines de la cathédrale les enterrèrent devant la porte de la chapelle Saint Michel. Le roi alla jusqu'à interdire que l'on se rendît sur les restes du saint pour prier.

Cet assassinat arriva le 8 mai 1079.

 

Le pape Grégoire VII excommunia Boleslas et tous ses complices. Pris de remords et détesté de tous ses sujets, le roi se sauva en Hongrie où il finit tristement ses jours.

En 1088, les restes du saint évêque furent transférés dans la cathédrale de Cracovie et honorés d'un grand nombre de miracles. Innocent IV le canonisa en 1253.

Ordre de Saint Stanislas

Ordre de Saint Stanislas

SAINT VALERIEN

Troisième évêque d'Auxerre

 

SAINT GIBRIEN

Prêtre au Vè siècle

 

SAINT CERENIC et SAINT SERENE

Frères de sang, reclus au diocèse de Sées + 669

 

SAINT BENOIT II

Pape + 685

 

SAINT JEAN DE BEVERLEY

Evêque d'York + 721

Partager cet article

Repost0
6 mai 2020 3 06 /05 /mai /2020 09:11

SAINT JEAN DEVANT LA PORTE LATINE

Saint Jean est hissé vers le chaudron d'huile bouillante

Saint Jean est hissé vers le chaudron d'huile bouillante

Les fils de Zébédée, Jacques et Jean, ne connaissaient encore ni le mystère de la croix, ni la nature du royaume de Jésus-Christ lorsque,  encore dans le ventre de leur mère, ils Le priaient de les faire asseoir l'un à sa droite, et l'autre à sa gauche, c'est à dire de leur donner les deux premières places de Son Royaume.

 

Pouvez-vous, leur dit le Sauveur, boire le calice que je dois boire ? Pouvez-vous participer à mes opprobres et à mes souffrances ? Les deux disciples répondirent affirmativement et qu'ils étaient prêts à tout endurer pour lui. Alors Jésus leur dit qu'ils auraient à souffrir pour la vérité de l'évangile. Cette prédiction s'accomplit lorsque Hérode fit mourir Saint Jacques.

 

Quant à Jean qui aimait tendrement son divin maître et qui était aussi aimé en retour, comme le dit le texte sacré, il but l'amertume du calice lors du crucifiement; mais ce n'était qu'un prélude car après la descente du Saint-Esprit il eut à souffrir comme les autres apôtres, la prison et le fouet et reçut la couronne du martyre sous Domitien.

 

Domitien, plus cruel que Néron, selon Tacite, inonda Rome dans un bain de sang. Il bannit tous ceux qui avaient la réputation d'être vertueux comme Dion Chrysostome et le philosophe Epictète (auteur païen de l'Enchiridion, le plus parfait abrégé de morale); mais ce fut sur les chrétiens qu'il s'acharna le plus.

 

Saint Jean l'évangéliste, chargé du gouvernement des Eglises d'Asie, avait été arrêté à Ephèse puis conduit à Rome en 95 et jeté dans un chaudron d'huile bouillante, comme le racontent Tertullien, Eusèbe et Saint Jérôme. Mais Dieu veillait, le bain se transforma en un rafraîchissement et Jean en sortit plus fort.

 

 Sur les avis d'Apollonius de Tyrane l'empereur attribua cela à de la magie et ce miracle ne l'impressionna pas. Il fit bannir Jean dans l'île de Pathmos.

Domitien fut assassiné l'année suivante en 96. Avec l'accession au trône de Nerva, d'un caractère pacifique, Jean put sortir de son exil et retourner à Ephèse.

 

Ce fut auprès de la porte appelée Latine par les Romains, car elle conduisait au pays connu sous le nom de Latium, que Jean emporta son triomphe. A l'endroit de ce miracle on construisit une église qui fut elle-même rebâtie en 772 par le pape Adrien Ier.

 

Cette fête de Saint Jean devant la porte latine a été longtemps chômée dans plusieurs Eglises et était d'obligation en Angleterre jusqu'à la réforme.

 

SAINT JEAN DAMASCENE

Père de l'Eglise + 780

 

SAINT EADBERT

Evêque de Lindisfarme en Angleterre + 688

Partager cet article

Repost0
5 mai 2020 2 05 /05 /mai /2020 09:10

SAINT PIE V

5 mai

Michel Ghisleri, qui sera pape sous le nom de Pie V, est né le 27 janvier 1504 dans la petite ville de Bosco au diocèse de Tortone. Il était d'une famille noble mais pauvre. Il étudia la grammaire chez les Dominicains de Voghera et c'est à quinze ans qu'il décida d'y entrer. Il fut ordonné prêtre à Gênes en 1528 et chargé par ses supérieurs d'enseigner la philosophie et la théologie, ce qu'il fit pendant seize ans.  Il fut également pendant longtemps maître des novices et élu prieur de plusieurs couvents assidu à ses devoirs avec une rigueur exemplaire.

 

Un jour qu'on l'exhortait à s'acheter un manteau pour aller confesser le marquis de Guast, gouverneur du Milanais, il répondit: Des pauvres disciples de Jésus-Christ doivent se contenter d'une seule tunique; il allait à pied dans ses voyages et gardait un profond silence sauf pour s'entretenir des choses de Dieu.

 

En 1556, le pape Paul IV le nomma évêque de Nepi et de Sutri qui ne formaient qu'un seul diocèse. Dès qu'il fut en place, il releva très vite son diocèse. L'année suivante, il fut fait cardinal du titre de Sainte Marie sur la Mineure et il prit le nom de cardinal Alexandrin, de la ville d'Alexandrie en Lombardie, proche de sa ville natale.

Il réduisit au minimum le nombre de ses serviteurs et les traitait comme ses enfants.

A la mort du pape Paul IV en 1559, ce fut Pie IV (Médicis) qui lui succéda. Le futur Pie V fut transféré à l'évêché de Mondovi en Piémont. Il releva son nouveau diocèse qui avait subi les ravages de plusieurs guerres.

 

Le pape l'appela à Rome comme conseiller. Il s'éleva contre le mariage des prêtres prôné par l'empereur Maximilien II, qui voulait ainsi intégrer les hérétiques dans la religion catholique.

Après la mort de Pie IV, le 9 décembre 1565, le cardinal Sirlet fut proposé comme successeur, mais Saint Charles Borromée s'y opposa et réunit tous les suffrages en faveur de l'évêque de Mondovi. Il donna son consentement le 7 janvier 1566 sous le nom de Pie V. A leur élection, les papes avaient coutume de faire de grandes fêtes. Or Pie V distribua l'argent aux pauvres et donna ce qui était destiné à l'entretien des cardinaux et ambassadeurs aux couvents de la ville.

 

Il réglementa la vie des cardinaux, interdit les combats de bêtes, lutta contre la débauche des cabarets, remit au goût du jour les châtiments corporels pour les prostituées et parqua les irréductibles dans un quartier avec interdiction de se montrer.

Un jour, un protestant anglais se convertit en le voyant embrasser les pieds d'un pauvre.

Pour réformer l'Eglise, il publia les décrets du concile de Trente et travailla de toutes ses forces à les faire exécuter ainsi que le catéchisme du même concile. Il étendit ses préceptes jusqu'en Inde, en Amérique et jusqu'aux extrémités de la terre en envoyant des missionnaires.

Il employa aussi son énergie à soutenir les chevaliers de Malte assiégés par les Turcs. Il fit reconstruire la capitale qui prit le nom de La Valette. Il vint aussi en aide à la France lors des troubles sous le règne de Charles IX et sauva Avignon des stratagèmes de Coligny. Il était parfois sévère mais toujours pour assurer la tranquillité publique. Pie V était empreint de douceur.

Michel Baïus, docteur de Louvain, dogmatisait sur la grâce. Mis au courant, PieV proscrivit ses écrits par une bulle le 1er octobre 1567.

 

Il interdit de mendier et de donner l'aumône dans les églises, mais il permit aux pauvres de se tenir à la porte. Ainsi les fidèles ne seraient plus distraits et le lieu saint retrouverait sa sérénité; la France comptait le plus grand nombre de mendiants.

Pie V visitait souvent les hôpitaux, lavait et baisait les pieds des malades et leur administrait souvent les derniers sacrements.

Les économies réalisées dans le train de vie des prélats lui permit de fonder des établissements  pour l'instruction de la jeunesse par une bulle datée de 1571. Il dota aussi de pauvres filles afin qu'elles puissent se marier. C'est aussi à lui qu'on doit l'édition des oeuvres de Saint Thomas qui parut en 1570.

 

Mais le plus grave fut la volonté de Sélim II, fils de Soliman empereur des Turcs, de vouloir conquérir toute la chrétienté.

En 1570 il commença par vouloir conquérir l'île de Chypre, qui appartenait à Venise. L'année suivante, le pacha Mustapha attaqua Famagouste sa capitale et malgré le traité de paix qui s'ensuivit, il fit couper les oreilles et le nez à tous les officiers et au gouverneur qui fut par le suite écorché vif.

 

 Alarmé, Pie V forma une ligue avec les Vénitiens et Philippe II roi d'Espagne pour s'opposer à l'avance des Mahométans. Les autres princes chrétiens refusèrent l'aide pour des raisons diverses ! Le traité d'alliance fut ratifié en 1571 et on déclara le pape chef de la ligue. Il nomma Marc-Antoine Colonna général des galères et Don Juan d'Autriche généralissime. L'armée chrétienne partie de Corfou trouva la flotte turque à l'ancre dans le port de Lépante. La bataille fut livrée le 7 octobre 1571 et dura de six heures du matin jusqu'au soir. Nous ne pouvons décrire ici toutes les phases de la bataille gagnée par les chrétiens, mais les turcs perdirent trente mille hommes, leur général Ali, plus de deux cents galères et vaisseaux, sans compter les quatre-vingt-dix qui échouèrent ou furent brûlés. Les chrétien firent quinze mille captifs.

 

Depuis ce temps là, les Turcs ne cessèrent de s'affaiblir, réalisant qu'ils n'étaient plus invincibles.

 

Dès le commencement de l'expédition, Pie V avait demandé des prières publiques. Au moment de la bataille le pape, en réunion avec ses cardinaux, se retourna brusquement vers la fenêtre, regarda le ciel et dit: Il ne s'agit plus de parler d'affaires; nous ne devons plus penser qu'à rendre grâce à Dieu, pour la victoire qu'Il vient d'accorder à l'armée chrétienne. (authentique, cela figure dans son procès de canonisation).

 

En reconnaissance de cette victoire, Pie V voulût que l'on célébrât la fête du Rosaire le premier dimanche d'octobre et inséra le mot secours des chrétiens dans les litanies de la Sainte Vierge.

 

L'année suivante, il se préparait à profiter de la victoire remportée sur les infidèles; mais il mourut le premier mai 1572 à l'âge de soixante-huit ans. Il fut béatifié par Clément X en 1672 et canonisé par Clément XI en 1712. Son corps repose dans l'église Sainte Marie Majeure.

 

Les papes sont habillés en blanc depuis Saint Pie V qui était dominicain et avait gardé sa robe de moine.

 

SAINT HILAIRE

Evêque d'Arles + 449

 

SAINT MAURONT

Abbé de Brueil au doicèse de Térouane + 706

 

SAINT SARDOS

Evêque de Limoges vers 711

 

SAINT AVERTIN

Diacre + 1189

 

SAINT ANGE

Carme et martyr en Sicile + 1225

 

Vue partielle de la bataille de Lépante

Vue partielle de la bataille de Lépante

Partager cet article

Repost0
4 mai 2020 1 04 /05 /mai /2020 09:10

SAINTE MONIQUE

 

Veuve

4 mai

Monique est née en 332 à Tagaste en Numidie, alors la province romaine d' Africa Nova dont la capitale était Constantine (aujourd'hui Souk-Ahras ou Tagilt en Algérie).

Ses soeurs et elle sont élevées et instruites  par leur gouvernante qui leur inculque toutes les vertus de la religion. Elle les maintenait dans le sobriété du boire et du manger comme le rapporte son fils Augustin: Vous ne boirez présentement que de l'eau, parce que le vin n'est pas à votre disposition; mais quand vous serez mariées, et que vous vous vous verrez maîtresse de la cave, vous ne vous en tiendrez pas à l'eau, et vous contracterez l'habitude de boire.

 

Malgré ces précautions, lorsque Monique descendait à la cave chercher du vin, elle ne dédaignait pas d'en boire quelques gorgées jusqu'à aimer boire du vin, sans toutefois aller jusqu'à s'enivrer. Un jour une querelle éclata entre Monique et la servante qui l'accompagnait à la cave. La domestique la traita d'ivrognesse. Monique piquée au vif sentit qu'elle était sur une mauvaise pente et s'arrêta de boire du vin.

 

Lorsqu'elle fut en âge de se marier, ses parents lui firent épouser Patrice, bourgeois de Tagaste, homme d'honneur mais païen. Elle fut toujours pour lui une épouse aimante, essayant de le convertir. Pour le gagner à elle, malgré ses vices et ses infidélités, elle resta d'une conduite irréprochable et d'un amour parfait. Patrice avait bon caractère mais il était violent et emporté. Alors elle lui parlait toujours avec douceur. S'ils se disputaient, le soir ils étaient toujours réconciliés, et toutes les femmes qui suivaient son exemple s'en trouvaient bien.

Monique en fut récompensée car un an avant sa mort son mari se convertit en renonçant à ses débauches.

 

Monique pratiquait tous ses devoirs de chrétienne, en allant aux offices, en soulageant les pauvres et en priant sur le tombeau des martyrs; mais rien ne l'empêchait de veiller au soins de sa maison et à l'éducation de ses enfants.

Elle avait deux fils, Augustin et Navigius, et une fille. Augustin fit souvent pleurer sa mère. Né en novembre 354 et malgré une éducation chrétienne il rejeta pratiquement tout et ne voulut même pas être baptisé. Il se passionna pour les sciences ce qui lui prit tout son temps. Sa mère au début n'y voyait aucun mal. Son père en était heureux car il voyait son fils se préparer un bel avenir.

 Après la mort de son père en 371, alors âgé de dix-sept ans, Augustin continua ses études à Carthage et fut séduit par les Manichéens qui l'entraînèrent dans l'erreur. Monique pleura la mort spirituelle de son fils.

Dans un songe du ciel, elle se vit sur une longue règle en bois avec, à ses côtés, un jeune homme baigné de lumière qui lui ordonna d'arrêter de pleurer en lui disant: Votre fils est avec vous. Alors baissant les yeux elle vit Augustin avec elle sur la règle.

Au cours d'un repas où Augustin lui disait qu'il fallait qu'elle se voie comme lui:

Non, non, cela ne peut-être; il ne m'a pas été dit que j'étais où tu étais, mais que tu étais où je suis.

Augustin le prit toujours comme un avertissement du ciel.

 

Malgré tout, Augustin continuait dans ses désordres, mais Monique fut consolée par un évêque qui lui dit: Le coeur de votre fils n'est pas encore disposé, mais le moment marqué par le Seigneur arrivera, et il ajouta: Allez, continuez à faire ce que vous faites; il impossible qu'un fils pour lequel on a tant pleuré périsse.

 

A l'âge de vingt-neuf ans, Augustin décida d'aller à Rome pour enseigner la rhétorique. Sa mère ne voulait pas qu'il parte; il fit semblant d'être de son avis, mais lui mentit et s'embarqua quand même. Arrivé à Rome, il tomba malade et après son rétablissement quitta Rome en 384 pour se rendre à Milan. Suite aux entretiens avec Saint Ambroise, il renonça au manichéisme, mais continua ses errements.

N'y tenant plus, Monique alla rejoindre son fils à Milan où elle suivit les instructions de Saint Ambroise alors évêque de cette ville. Quelque temps après, elle eut la joie de voir son fils revenir à la vraei religion. Augustin fut baptisé à Pâques de l'année 387 et continua à vivre quelque temps avec sa mère et ses amis récemment baptisés. C'est à cette époque que Monique tomba malade et mourut à Ostie juste avant son retour en Afrique.

 

SAINT GODARD

Evêque d'Hildesheim en Allemagne + 1038

Partager cet article

Repost0
3 mai 2020 7 03 /05 /mai /2020 10:27

INVENTION ou la DECOUVERTE DE LA SAINTE CROIX

3 mai

L'Eglise jouissait d'une paix profonde sous l'empereur Constantin-le-Grand. La croix par son pouvoir miraculeux l'avait aidé à triompher de ses ennemis. Il conservait pour Jésus-Christ la plus vive reconnaissance.

 

Sainte Hélène, sa mère, avait une grande dévotion pour les lieux saints. Ce fut pour la satisfaire qu'elle alla en Palestine en 326 alors qu'elle avait près de quatre-vingts ans.

 

A son arrivée à Jérusalem elle se sentit animée d'un ardent désir de trouver la croix sur laquelle Jésus avait souffert pour nos pêchés, mais la tradition ne donnait aucun indice sur l'endroit où elle pouvait être.

 

Les païens en haine de Jésus-Christ avaient même bâti un temple à Vénus sur le tombeau de Jésus, et une statue de Jupiter sur le lieu de la résurrection qui subsista depuis le règne d'Adrien jusqu'à Constantin (Saint Jérôme).

 

Hélène qui se renseignait auprès des habitants apprit que si elle trouvait le sépulcre du Sauveur, elle trouverait certainement les instruments de son supplice; les juifs ayant coutume de creuser une fosse auprès du lieu de l'enterrement pour y mettre tout ce qui avait servi à l'exécution.

 

La pieuse impératrice fit démolir le temple de Vénus et abattre sa statue. On nettoya la place et on trouva le sépulcre. Il y avait trois croix avec les clous qui avaient percé le corps du Sauveur, ainsi que le titre ou panneau de Pilate. Cependant on ne savait pas laquelle des trois croix était celle de Jésus.

 

Alors on consulta Saint Macaire évêque de Jérusalem. Celui-ci dit de porter les croix chez une dame qui était malade. Ayant fait une prière à Dieu, il appliqua successivement les croix sur la malade. A la troisième imposition la dame fut guérie dès qu'elle la toucha (Sozomène, Théodoret et Rufin).

 

Sainte Hélène transportée de joie fit construire une église à l'endroit de la découverte et y déposa la croix enfermée dans une châsse richement ornementée. Elle donna une partie de la croix à son fils qui la reçut avec beaucoup de respect. A partir de ce jour les crucifixions furent interdites dans l'empire. Une autre partie fut envoyée à Rome et placée dans une église qu'elle fonda et qui porte le nom de La Sainte Croix de Jérusalem.  Elle fit présent aussi du panneau de Pilate dit le titre qui fut placé en haut d'une arche et retrouvé en 1492 dans une boîte de plomb (fait relaté dans le traité de Bozius sur la croix). L'inscription du titre était en hébreu en grec et en latin en lettres rouges sur du bois blanc. Ces couleurs sont devenues ternes depuis 1492 et les mots Jesus et Judaeorum sont effacés. La planche mesure neuf pouces de long (~27 cm) mais elle devait en avoir douze à l'origine (~36 cm).C'était la coutume chez les romains de faire porter au criminel une panneau avec l'objet des ses crimes. Ont également été retrouvés l'éponge, la lance et la couronne d'épines.

3 mai
3 mai

Par Saint Cyrille nous savons que l'on venait de toutes part pour vénérer la croix et que souvent on en coupait des morceaux sans que le bois sacré diminua (fait également rapporté par Saint Paulin dans une lettre à Sévère). Vingt-cinq ans après le découverte le même Saint Cyrille disait que les morceaux étaient répandus par toute la terre et compara ce miracle à celui qu'opéra Jésus-Christ lors de la multiplication des pains.

 

L'église dont nous avons parlé s'appelait La Basilique de la Sainte Croix ou Eglise du Sépulcre ou encore de la Résurection. On doit croire que cette église était immense s'étendant du sépulcre au Mont Calvaire et renferment le roc du Golgotha. Cette description nous laisse perplexes. En réalité l'ensemble des bâtiments était séparé par une cour dite plateolam. Il y avait deux églises, l'une dite Anastasis  et l'autre Martyrium.

 

3 mai

Cet ensemble fut inséré dans Jérusalem lors de sa reconstruction. Constance fit aussi bâtir une église sur le lieu où Jésus était monté au ciel.

 

Cette fête de l'Invention de la Sainte-Croix est très ancienne et remonte au Vè siècle.

 

Ce fut en 326 que Sainte Hélène découvrit le bois sacré, dans la vingt et unième année du règne de Constantin et dans la treizième du pontificat de Saint Sylvestre. Ces faits ont été rapportés par plusieurs auteurs contemporains dont principalement Saint Cyrille de Jérusalem.

 

SAINT ALEXANDRE

Pape + 119

 

SAINT JUVENAL

Premier évêque de Narni en Ombrie + vers 377

Partager cet article

Repost0
2 mai 2020 6 02 /05 /mai /2020 09:10

SAINT ATHANASE d'ALEXANDRIE

 

Evêque, confesseur et docteur de l'Eglise

2 mai

Il faudrait tout un livre pour relater la vie de Saint Athanase, aussi nous nous contenterons de transcrire ce que disait de lui Saint Jérôme (in Chron. an. 338),

...que Constantin avait du penchant pour l'arianisme; mais Saint Athanase et tous les autres auteurs, à l'exception de Lucifer de Cagliari, reconnaissent qu'il professa toujours la foi de Nicée. Personne n'osa s'attaquer ouvertement à Constantin tandis qu'il vécut. Arius et Eusèbe ne le trompèrent qu'en protestant qu'ils étaient orthodoxes, et dans la disposition de maintenir les décrets du concile de Nicée. Si quelquefois il lui arriva de persécuter Saint Athanase, ce ne fut jamais pour la doctrine: on a vu les calomnies dont les Ariens se servirent pour l'animer contre ce patriarche.

 

Evêque d'Alexandrie, grand défenseur de l'orthodoxie, Saint Athanase combattit toute sa vie l'hérésie arienne. En niant la divinité du Verbe, les ariens faisaient du Christ un homme sans plus, simplement élevé en grâce plus que les autres aux yeux de Dieu. Saint Athanase participa au concile de Nicée en 325 et resta jusqu'au bout le champion de la foi définie par le concile. L'Eglise vénère en lui un des plus grands docteurs. L'épître et l'évangile de la messe évoquent à souhait les persécutions qu'il eut à subir pour maintenir la vrai foi.

 Il est mort à Alexandrie le 2 mai 373.

 

Il a laissé de nombreux écrits:

Les Discours contre les païens

Le Discours sur l'incarnation

L'exposition de la foi

4° Le traité sur ces paroles: Toutes choses m'ont été données par mon Père.

etc. Au total 26 ouvrages.

 

SAINT GERMAIN d'AUXERRE

Evêque régionnaire, martyr, fin Vè siècle

 

SAINT WALBERT ou GAUBERT

Troisième abbé de Luxeuil en Franche-Comté + 665

 

SAINTE GUIBORAT

Vierge religieuse et martyre en Suisse et

SAINTE RACHILDE sa compagne + 925

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !