Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juillet 2021 3 28 /07 /juillet /2021 09:10
28 juillet 2021

SAINT INNOCENT

 

Innocent, pape, succéda à Saint Anastase le 17 mai 402. Il était natif d’Albe, près de Rome. Son père s’appelait aussi Innocent.

Les persécutions avaient cessé avec l’empereur Théodose dont les fils régnaient alors, Arcade en Orient et Honorius en Occident. L’Eglise était en paix.

 

Cependant Innocent eut quand même des inquiétudes avec Alaric, roi des Goths, qui assiégea Rome, la prit de force et la saccagea, encore qu’il respectât les églises et en particulier celle du descendant de Saint Pierre. Ce saccage de Rome fut la ruine et le commencement de la décadence de l’empire Romain.

 

Lors de la prise de Rome par Alaric, Innocent se trouvait à Ravenne pour trouver un accord entre Honorius et Alaric. Ainsi il ne constata pas immédiatement le saccage de sa ville.

 

Le pape Innocent eut aussi des démêlés avec l’empereur Arcade et l’impératrice Eudoxie, sa femme, car ils avaient banni de Constantinople le patriarche Saint Jean Chrysostome sous de fausse accusations. Innocent excommunia l’empereur et l’impératrice et condamna ceux qui avaient rendu cette injuste sentence. Il prit le patriarche sous sa protection.

 

Innocent eut aussi à lutter contre l’hérésie de Pélagius, Céleste et Julien, contre lesquels Saint Jérôme et Saint Augustin écrivirent, car ils vivaient à cette époque et étaient proches du pape.

 

C’est Innocent qui confirma l’abstinence du samedi et introduisit la paix-au-peuple pendant la messe, après la consécration et avant la communion du prêtre.

 

Il déclara que l’évêque devait administrer le sacrement de la Confirmation et le prêtre celui de l’Extrême-Onction.

 

A la demande d’une dame romaine nommée Vestine, il fit bâtir une église en l’honneur de Saint Gervais et Saint Protais. Pour cela, elle donna toute sa fortune. Aujourd’hui, c’est un titre de cardinal, nommé Saint Vital.

 

Innocent célébra quatre fois les Ordres au mois de décembre et nomma cinquante-quatre évêques, ordonna trente prêtres et onze diacres. Il gouverna l’Eglise pendant quinze ans.

 

Ce saint pape écrivit plusieurs épîtres et, en particulier, une au concile de Tolède sur certains abus qui avaient cours en Espagne sur la consécration des prêtres. D’autres épîtres furent écrites lors des conciles de Carthage et de Milève.

 

Le pape Innocent Ier mourut le 28 juillet 417.

 

PIECES DE L'EMPEREUR ARCADIUS ET EUDOXIA
PIECES DE L'EMPEREUR ARCADIUS ET EUDOXIA

PIECES DE L'EMPEREUR ARCADIUS ET EUDOXIA

SAINT VICTOR

Pape et Martyr en 203 (v. 2020)

 

SAINTS NAZAIRE et CELSE

Apôtres des Gaules. Martyrs en 68

 

SAINT EUSTHATE

Martyr à Ancyre en Galatie

 

SAINT ACACE

Martyr à Milet sous l’empereur Licinius

 

SAINT SAMSON

Evêque de Dol en Bretagne + vers 564

 

SAINT PEREGRIN

Prêtre à Lyon

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2021 2 27 /07 /juillet /2021 18:26

26 Juillet, Sainte Anne.

 

Hier vous avez pensé à moi et je tiens à vous remercier tous de votre amitié à cette occasion, car j'aime particulièrement ma sainte patronne.

 

Anne

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2021 2 27 /07 /juillet /2021 09:10
27 juillet 2021

LES SEPT FRERES DORMANTS

 

Sous l’empereur Décius, l’Eglise était cruellement persécutée. Plusieurs chrétiens furent martyrisés dans la ville d’Ephèse, sous les yeux de l’empereur. Les uns renièrent et d’autres s’enfuirent pour échapper aux tourments.

 

Entre autres chrétiens martyrs furent les sept jeunes frères, fils d’un chevalier d’Ephèse. Ils se nommaient : Maximien, Malch, Martinien, Denis, Jean, Sérapion et Constantin. On les amena devant l’empereur qui essaya de les persuader d’adorer les faux dieux ; mais il ne put rien obtenir d’eux. Alors on leur enleva leurs ceintures de chevalier, et on les laissa réfléchir à ce qui devait leur arriver. Ils retournèrent chez eux, amassèrent ce qu’ils purent de leurs biens, en distribuèrent une partie aux pauvres et gardèrent le reste avec eux en suppliant Dieu de les épargner, ou de leur donner la force de vaincre. Ils se cachèrent dans une caverne proche de la ville, mais l’empereur, mis au courant, fit murer l’entrée de la caverne pour qu’ils y meurent de faim, et que ce soit leur tombeau. Pendant qu’on bouchait l’entrée de la caverne, un chrétien écrivit sur une lame de cuivre ce qui s’était passé et la jeta dans la caverne avant que le mur soit complètement achevé.

 

Longtemps après, sous l’empereur Théodose le Jeune, l’an 23 de son règne, pour une raison inconnue, on déboucha la caverne et on y trouva les sept frères vivants, sans que leurs habits ne fussent usés ni déchirés. Comme s'ils avaient dormi pendant longtemps.

 

L’évêque et le gouverneur de la ville d’Ephèse confirmèrent ce miracle suite au récit du plus jeune qui raconta leur histoire. Ce récit fut confirmé par la plaque de cuivre retrouvée dans la grotte.

 

Plusieurs auteurs grecs et latins racontèrent cette histoire en précisant que les sept frères dormirent pendant cent soixante-dix-sept années ; car Décius commença à régner en 235 et Théodose le Jeune en 407, 154 ans après et la vingt-troisième de son empire, qui était de Jésus-Christ l’an 430.

 

Les différents auteurs disent que Notre-Seigneur opéra ce miracle pour certifier la vérité sur la résurrection générale des corps. Ceci parce que, du temps de Théodose, il s’était glissé une hérésie qui niait la résurrection des corps. L’empereur Théodose lui-même vint à Ephèse pour se prosterner devant les sept frères qui lui racontèrent leur histoire.

 

Les sept frères voulurent rester dans la caverne où ils moururent par la suite. L’empereur voulait les placer dans une châsse d’or, mais il ne put le faire car les frères lui apparurent, lui disant qu’il fallait les laisser dans la grotte.

 

Cependant, le cardinal Baronius et d’autres disent que ces sept frères ne s’appellent pas "dormants" pour avoir dormi si longtemps, mais parce qu’on les avait trouvés comme endormis ; d’autant plus que la mort, dans l’Ecriture Sainte, s’appelle le sommeil. Et encore, en étudiant l’histoire de l’Eglise, on ne relève rien sur une hérésie qui aurait eu lieu du temps de Théodose le Jeune, pas plus que le concile d’Ephèse qui se déroula du vivant de cet empereur. Le concile de Céphalonie, qui s’assembla un peu après, n’en parle pas non plus. Même les auteurs de ce temps-là, comme Prosper d’Aquitaine et le comte Marcellin, ne parlent pas d’hérésie.

 

Enfin ils affirment que les témoignages des frères n’auraient pas été d’une grande efficacité pour prouver la résurrection, puisqu’ils n’étaient pas des hommes morts, ayant repris leurs corps.

 

De toute façon, quoi qu’il en soit de l’histoire, nous devons honorer et respecter ces illustres martyrs qui ont donné leur vie pour Jésus-Christ.

 

Chez les Grecs leur fête se célèbre le 4 août et le 22 octobre, qui sont le jour de leur entrée dans la caverne et celui de leur découverte.

 

 

LA GROTTE DES SEPT DORMANTS A EPHESE (TURQUIE)
LA GROTTE DES SEPT DORMANTS A EPHESE (TURQUIE)

LA GROTTE DES SEPT DORMANTS A EPHESE (TURQUIE)

SAINT PANTALEON

Martyr (v. 2020)

 

SAINT HERMOLAÜS

Prêtre à Nicomédie, acteur de la conversion de Saint Pantaléon.

 

SAINTS HERMIPPE et HERMOCRATE

Deux frères martyrs sous Maximien

 

SAINT FELIX

SAINTE JULIE

SAINTE JUCONDE

Martyrs à Nole

 

SAINT MAUR

Evêque

SAINT PANTALEON et SAINT SERGE

Martyrs à Bisegli sous Trajan

 

SAINTS MARTYRS

au pays des Homérites, dans l’Arabie Heureuse (aujourd’hui le Yémen), victimes du tyran Duncan.

 

SAINTS MARTYRS de CORDOUE

Georges, diacre,

et

Félix, Aurèle, Natalie et Liliose, martyrisés par les Arabes

 

SAINT ETHERE

Evêque et confesseur d’Auxerre

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2021 1 26 /07 /juillet /2021 09:08
26 juillet 2021

SAINT HYACINTHE

 

 

Luxurius, gouverneur de la province, avait livré Hyacinthe entre les mains du consulaire Léonce, afin qu’il soit puni pour un crime de lèse-majesté, parce qu’il était chrétien. Léonce l’interrogea et lui demanda :

 

- Qui es-tu ?

 

- Je suis serviteur du seul Maître et Seigneur, Jésus-Christ.

 

- Eh quoi, ne sais-tu pas, reprit Léonce, que les empereurs nos seigneurs ont, par un édit général, expressément ordonné de punir sévèrement et de faire misérablement mourir tous ceux qui refuseront de sacrifier aux idoles ?

 

- Vos peines peuvent être cruelles, répondit le serviteur de Dieu, mais elles ne sauraient être éternelles ; c’est pourquoi je n’en tiens aucun compte, non plus que de ton commandement et des menaces du prince. Car en peu de temps votre courroux s’enflamme et s’évanouit. Quand vous aurez quitté cette vie mortelle, votre pouvoir tombera avec vous, et vous endurerez à jamais les horribles supplices de l’enfer.

 

A ces paroles, Luxurius dit à Léonce avec dépit :

 

- Ne voyez-vous pas que cet homme se moque de vos princes et de vous aussi ? Que tardez-vous donc à la condamner à mort ?

 

- A quelle mort ? Répliqua Léonce.

 

-  Faites-le brûler tout vif, dit Luxurius, puis jetez ses cendres dans le torrent.

 

Après avoir écouté la sentence, Hyacinthe dit au tyran :

 

- Vous pouvez brûler mon corps, mais l’eau dans laquelle j’ai été régénéré le recevra comme son fils, et me fera vrai martyr, comme elle m’a fait vrai chrétien. Pour toi, Luxurius, sois assuré qu’aujourd’hui même le serpent te dévorera, afin que par ta mort tous ceux de ce pays sachent que Dieu prend vengeance de son serviteur, dont tu vas trancher les jours par l’eau et le feu.

 

Quand donc, en vertu de la sentence portée contre lui, le vénérable serviteur de Dieu eut été jeté dans les flammes, il y resta presque tout le jour sans souffrir. Ayant ensuite été précipité dans l’eau, Dieu fit qu’il revînt au bord sain et sauf, à l’endroit même où Luxurius se promenait sur la chaussée ; mais à ce moment, Dieu suscita un serpent qui se jeta du haut d’un arbre sur le gouverneur, et le fit périr d’une morsure venimeuse.

 

Léonce apprit aussitôt la mort de Luxurius. Bien loin d'être ramené  dans les voies de la justice par cette mort lamentable, il attribua ce malheur à Hyacinthe et envoya chercher le bourreau qui décapita notre saint.

 

Son corps  fut recueilli et enseveli par une pieuse veuve nommée Julie, laquelle demanda la faveur d’être enterrée auprès de lui, afin de ressusciter avec lui à la gloire éternelle. Notre- Seigneur a accompli plusieurs miracles, par l’intercession de Saint Hyacinthe, au lieu où reposaient ses reliques.

 

 

SAINTE ANNE

Mère de la sainte Vierge

 

SAINT ERASTE

Evêque et disciple de Saint Paul, martyr à Philippes en Macédoine.

 

SAINTS SYMPHRONIUS, OLYMPE, THEODULE et EXUPERE

Martyrs en Palestine. Décapités durant la persécution de Maximien-Galère.

 

SAINT PASTEUR

Prêtre et abbé, martyr à Rome sur le Mont Viminal à Sainte Prudentienne.

 

SAINT VALENCE de VERONE

Evêque

 

SAINT SIMON

Moine et ermite au monastère de Saint Benoît dans le duché de Mantoue.

 

CATHEDRALE SAINT HYACINTHE AU QUEBEC
CATHEDRALE SAINT HYACINTHE AU QUEBEC

CATHEDRALE SAINT HYACINTHE AU QUEBEC

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2021 7 25 /07 /juillet /2021 09:10
25 juillet 2021

SAINT CHRISTOPHE

 

Christophe était Chananéen. Après sa conversion, il vint en Lycie pour prêcher Jésus-Christ à ce peuple (sud-ouest de la Turquie).

 

Christophe était un homme de grande taille et de belle prestance. Il avait toujours un grand bâton à la main, et lorsqu’il le plantait en terre, il reverdissait et fleurissait soudain, ce qui entraînait  la conversion des peuples.

 

Cependant, parvenu à la tête de l’empire, Décius fit emprisonner Christophe dans la ville de Samos. Le juge essaya de lui faire adorer des idoles, mais ne réussit pas à le convaincre. Alors il lui envoya des prostituées pour le corrompre. Les femmes placées dans la cellule de Christophe  reconnurent leurs vices et se prosternèrent devant le saint homme en demandant le pardon de Dieu. Il les instruisit et les convertit avec quarante autres, qui par la suite moururent pour leur foi.

 

Devant son échec, le juge fit fouetter Christophe, lui fit mettre un casque incandescent sur la tête et le fit étendre sur un gril. Le martyr dit alors au tyran :

 

- Par la vertu de Jésus-Christ, je ne sens pas tous les tourments.

 

Il sortit indemne de cette épreuve et plusieurs   se convertirent devant ce miracle. Le juge le fit alors attacher à un poteau et les archers tirèrent des flèches contre lui, mais pas une ne l’atteignit. Au contraire, une des flèches creva l’œil d’un bourreau. Son œil fut frotté avec le sang du martyr et il fut guéri.

 

Avant d’être mis à mort, Christophe demanda à Dieu  que le lieu où il serait enterré ne subisse ni la grêle, ni l’eau, ni le feu, la famine ou la peste.

 

Saint Ambroise fait mention de Saint Christophe dans la préface de la messe du saint martyr avec ces mots : Seigneur, vous comblâtes tellement Christophe de vertus, de grâces et de sciences, que par sa doctrine et ses miracles il convertit quarante-huit mille personnes…

 

Saint Christophe mourut le 25 juillet 254 sous le règne de Décius.

On peint communément Saint Christophe portant le petit Jésus sur son épaule et traversant une rivière. On veut dire par là que Saint Christophe traversa les grandes eaux des tourments et des travaux avec la force qu’il reçut de Dieu. Si Saint Christophe est placé dans les lieux élevés, ce doit être à cause de la grâce que Notre-Seigneur lui octroya contre la grêle, la tempête et le tonnerre.

 

 

25 juillet 2021
EGLISE SAINT CHRISTOPHE DE TOURCOING

EGLISE SAINT CHRISTOPHE DE TOURCOING

SAINT JACQUES LE MAJEUR

Apôtre (v. 2020)

 

SAINT CUCUFAT

Martyr sous Dioclétien

 

SAINT PAUL

En Palestine, décapité durant la persécution de Maximilien-Galère.

 

SAINTE VALENTINE

Vierge et martyre

 

SAINT FLORENT et SAINT FELIX

Martyrs à Forconio dans l’Abruzze

 

SAINT THEODOMIR

Moine, martyr à Cordoue

 

SAINT MAGNERIE

Evêque de Trèves

 

SAINTE GLOSSINDE

Vierge, originaire de Metz

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2021 6 24 /07 /juillet /2021 09:10
SAINT PAVACE ET LA BÊTE

SAINT PAVACE ET LA BÊTE

24 juillet 2021

SAINT PAVACE

 

 

Pavace est né à Rome. Il succéda à Saint Julien, et Saint Thuribe fut son successeur, sur le siège du Mans. Pavace menait une vie exemplaire à tel point que le peuple, le clergé de la ville du Mans ainsi que les notables l’élevèrent à la dignité épiscopale vers 166.

 

Il mena une vie sainte tout au long de son épiscopat. Dieu lui accorda le don des miracles pour guérir les malades, même les incurables de naissance. Son humilité allait même à guérir des malades en les prenant à part, afin d’éviter les louanges de ses semblables.

 

Malgré tout, le peuple encore partiellement idolâtre était retombé dans les plaisirs. Dieu le châtia par la peste et par le diable envoyé sous forme de bête féroce qui dévastait le pays. Pavace fit en sorte que le peuple revienne à la foi de Jésus-Christ. Il alla à la rencontre de la bête et, lui entourant le cou de son étole, il la terrassa. Pavace enleva son étole et fit promettre au serpent de ne plus revenir. La terre s’ouvrit et le diable tomba dans la crevasse pour toujours.

 

C’est ainsi qu’il réussit à convaincre ses fidèles de l’amour de Dieu et de ne pas murmurer contre l’adversité, ni contre lui. Tous se prosternèrent à terre en demandant pardon à Dieu et promettant d'obéir à leur évêque.

 

 Evêque pendant trente-trois ans, il mourut un 9 juillet. Son corps fut enterré avec celui de Saint Thuribe. Il fut le troisième évêque du Mans.

 

EGLISE DU VILLAGE DE SAINT PAVACE (SARTHE)

EGLISE DU VILLAGE DE SAINT PAVACE (SARTHE)

24 juillet 2021
MOULIN L'EVÊQUE EST SITUE DANS LA BANLIEUE DU MANS

MOULIN L'EVÊQUE EST SITUE DANS LA BANLIEUE DU MANS

SAINTE CHRISTINE

Vierge et martyre en l’an 300 (v. 2020)

 

SAINT VINCENT

Martyr sur la voie Tiburtine.

 

SAINT VICTORIN

et quatre-vingt-trois soldats, martyrs dans les Abruzzes

 

SAINT VICTOR de MERIDA

et ses deux frères Stercace et Antinogène, martyrs sous Dioclétien.

 

SAINTES NICELE et AQUILINE

Converties par Saint Christophe, martyres.

 

SAINTS MENEE et CAPITON

Martyrs

 

SAINT URSICIN

Evêque de Sens

 

SAINT FRANCOIS SOLANO

Confesseur le l’Ordre des Frères Mineurs à Lima (1549-1610)

 

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2021 5 23 /07 /juillet /2021 09:08
SAINTE BRIGITTE

SAINTE BRIGITTE

MONASTERE DE VADSTENA EN SUEDE

MONASTERE DE VADSTENA EN SUEDE

 

SAINTE BRIGITTE

 

Brigitte était suédoise. Son père, Birger fit le pèlerinage à Saint Jacques de Compostelle. Sa mère Ingeburge fit bâtir plusieurs églises qu’elle enrichit de beaux ornements.

 

 

Pendant sa grossesse, sa mère fut prise dans une violente tempête et fut sauvée du péril par Henri, frère du roi de Suède. La nuit suivante, elle eut la vision d’un homme vénérable et richement vêtu qui lui dit :

 

- Dieu vous sauve la vie, à cause de la fille dont vous êtes enceinte; nourrissez-la pour l’amour de Lui, comme un don singulier qu’Il vous fait.

 

Quand Brigitte naquit, un saint prêtre, qui deviendra évêque, vit une grande clarté avec une vierge assise sur les nues et un livre à la main et il entendit une voix qui disait :

 

- Il est né une fille à Birger, dont la voix admirable retentira partout de par le monde.

 

L’enfant resta trois ans sans parler, puis un jour elle prit la parole comme une fille de vingt ans. Peu de temps après, sa mère mourut. Elle fut alors confiée à une de ses tantes. Agée de sept ans, une nuit, elle vit un autel  au-dessus duquel se tenait la Vierge Marie,  une couronne dans les mains, qui l’appelait. Brigitte s’approchant, la Vierge lui plaça la couronne sur la tête.

 

A l’âge de dix ans, Notre-Seigneur lui apparut tout sanglant. Il lui dit :

 

- Regarde mes plaies.

 

- Hélas !  Seigneur qui vous a ainsi blessé ?

 

- Ceux qui me méprisent, et qui ne tiennent pas compte de ma charité.

 

Brigitte continuait à grandir en charité, et en dévotion à Notre-Seigneur. Quand elle eut l’âge, son père la maria à un jeune seigneur nommé Ulphon, prince de Néricie. Tous deux vivaient saintement et eurent plusieurs enfants. Ils firent un pèlerinage à Saint Jacques de Compostelle.   Au retour, le mari de Brigitte tomba malade à Arras. Saint Denis l’Aréopagite  apparut à la sainte  en lui disant que son mari guérirait. En arrivant chez eux, ils décidèrent de se séparer pour entrer en religion. Chacun de son côté alla se retirer dans un couvent, après avoir réparti leurs biens entre leurs enfants.

 

Brigitte écrivait souvent des lettres aux religieux, aux évêques, aux princes et aux rois et au pape selon ce que Dieu lui commandait, en les avertissant de la colère de Dieu, s’ils déviaient de leurs devoirs de chrétiens.

 

Pendant qu’elle demeurait dans son couvent, Dieu lui commanda d’aller en pèlerinage à Rome, où les rues ruisselaient du sang des martyrs. Elle arriva à Rome et visita tous les lieux saints avec joie. De là, elle se rendit dans le royaume de Naples et en Sicile où elle s’embarqua pour Jérusalem, suivant le commandement du ciel. Là aussi, comme elle visitait les lieux saints, Notre-Seigneur la combla de révélation divines sur Sa naissance, Sa passion, des changements d’états et des calamités des royaumes, comme celui de Chypre, où Notre-Seigneur devait punir les Grecs, car ils s’étaient séparés de l’Eglise Romaine : ils seraient sous le joug de leurs ennemis jusqu’à ce qu’ils reviennent à la vrai foi.

 

De retour à Rome, Brigitte tomba malade et ne guérit qu’au bout d’un an. Notre-Seigneur lui révéla le jour de sa mort. Elle rendit son âme à Dieu le 23 juillet 1373.

 

Il y eut beaucoup de miracles pendant sa vie et après sa mort. Comme le rapporte Saint Antonin, elle rendait la vue aux aveugles, l’ouïe aux sourds, la parole aux muets et la santé à plusieurs malades. Dix morts furent ressuscités dans divers lieux par son intervention. A la suite de quoi le pape Boniface IX la canonisa.

 

Après sa mort, son corps fut ramené en Suède et placé dans le monastère de Walstein (Vadstena en suédois) où elle avait été religieuse. On dit à Rome que l’on garde encore une petite robe de Sainte Brigitte pour délivrer les femmes qui sont en couches.

 

Sainte Brigitte institua un Ordre, selon la règle de Saint Augustin, que l’on appelle l’Ordre de Sainte Brigitte, qui a fleuri en Suède, en Allemagne, en Angleterre et dans d’autres pays septentrionaux.

 

Elle écrivit le Livre des Révélations, qui fut approuvé lors du concile de Bâle.

 

 

 

 

 

INTERIEUR DE L'ABBATIALE

INTERIEUR DE L'ABBATIALE

STATUE DE SAINTE BRIGITTE A L'ENTREE DE VADSTENA

STATUE DE SAINTE BRIGITTE A L'ENTREE DE VADSTENA

LE LAC DE VÄTTERN (Vadstena) 120 km X 30 km.

LE LAC DE VÄTTERN (Vadstena) 120 km X 30 km.

SAINT APOLLINAIRE

Disciple de Saint Pierre et évêque de Ravenne en 140

 

SAINT ROMULE

Vierge

 

SAINT RASYPHE

Martyr

 

SAINTE PRIMITIVE

Vierge et martyre

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2021 4 22 /07 /juillet /2021 09:10
SAINT PLATON D'ANCYRE

SAINT PLATON D'ANCYRE

SAINT PLATON

 

Platon était à Ancyre de Galatie lorsqu’il fut martyrisé  sur ordre du lieutenant Agrippin, puis décapité. Le second concile de Nicée atteste des miracles que Dieu a réalisés par son intercession auprès des captifs.

 

 

SAINTE MARIE-MADELEINE

 

SAINT SYNTYQUE

de Philippe dont parle Saint Paul

 

SAINT THEOPHILE de CHYPRE

Décapité par les arabes

 

SAINT CYRILLE d’ANTIOCHE

 

SAINT MENELE

Abbé en Auvergne

 

SAINT WANDRILLE ou VANDRILLE

Fondateur et abbé du monastère de Fontenelle qui deviendra Saint Wandrille en Normandie

 

SAINT JOSEPH de SCYTHOPOLIS

Prince juif converti

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2021 3 21 /07 /juillet /2021 09:10

SAINT VICTOR DE MARSEILLE

 

 

Marseille est une ville très recommandable pour avoir été empourprée du sang d’une infinité de martyrs, et nommément celui de Saint Victor, qui a été martyrisé cinq fois.

 

Ce fut en l’an 19 de l’empire de Dioclétien qu’il sera décrété, de démolir toutes les églises de l’empire, de brûler tous les livres saints et de déclarer les chrétiens dépossédés et rendus infâmes. Puis d’autre décrets suivirent qui ordonnaient l’arrestation des chrétiens, leur mise en prison, et qu’ils seraient tourmentés s’ils ne voulaient pas adorer les faux dieux ; mais tout cela, loin d’anéantir les chrétiens, les multipliait.

 

Victor était né à Marseille de parents nobles et illustres. Le début de sa vie nous est inconnu, jusqu’à ce que Dieu lui fasse faire sa première action.

Maximien visitant les principales villes de son empire, pour contrôler la bonne exécution de ses édits, vint à Marseille. Il se fit présenter tous les chrétiens qui étaient en prison. D’elles sortirent des hommes et des femmes de tout âge et de toute condition. C’est alors que Victor un saint homme honorablement connu prit la parole et leur dit :

 

- Où est ce courage, ô Athlètes de Jésus, et cette résolution ferme que vous protestiez avoir de mourir pour celui qui était mort pour vous, avant que l’empereur vint en ce pays ? N’aviez-vous pas entendu ses édits inhumains, dont vous vous étiez moqués ? Faut-il, maintenant que le temps est venu de faire preuve de votre constance et de votre patience, que vous sembliez reculer, comme si c’était vous qui deviez combattre, et non point Dieu en vous ? Non, non, courage : affrontons fortement ce tyran, qui vient pour nous dépouiller de nos biens et de nos vies ; ne redoutons pas sa puissance, qui ne peut s’étendre que sur nos richesses et sur nos corps, et non pas sur nos âmes. Mourons, mourons constamment, puisque aussi bien, il nous faut tous mourir, et laissons à la postérité un rare exemple de notre mort. Nos peines et nos tourments seront de peu de durée : mais la gloire et la récompense de les avoir soufferts ne finira jamais.

 

Victor, fut vite dénoncé à l’empereur qui commanda à son préfet Astérius de l’arrêter. Ce préfet employa toute sa science devant cet homme plein de fougue, afin de le raisonner et de lui faire adorer les idoles ; mais Victor répondit qu’il ne reconnaissait qu’un Dieu et que les protecteurs de l’empire n’étaient que des démons cachés dans des pierres ou des statues. Que les rois et les empereurs ne l’étaient que par la grâce de Dieu, car Lui, il régnait dans le ciel et sur la terre, et toute chose se faisait selon Sa volonté.

 

Aussitôt, le peuple demanda sa mort et les lieutenants de l’empereur, Astérius et Eustichius, en colère, auraient bien voulu le mettre à mort ; mais ils n’osèrent à cause du crédit et de l’autorité que Victor avait acquise. Ils en remirent leur jugement à l’empereur. Ce dernier fut étonné d’apprendre que Victor était chrétien car il le croyait un de ses plus fidèles serviteurs. Il le fit comparaître devant lui et de menaces alternées en pardons, Victor resta insensible aux propositions de Maximien. Au contraire, il se mit à parler de la majesté de Dieu de sa toute puissance, de sa bonté, de sa charité, et qu’il avait envoyé son fils pour nous racheter par son sang :

 

 - Sang, disait-il, ô empereur, qui est plus que capable d’expier tes forfaits et ceux de tes sujets infidèles, si  tant est que tu veuilles qu’il te soit appliqué, et que tu sois prêt de quitter le culte des idoles.

 

A peine, Victor peut-il fini de prononcer ces paroles qu’il fut attaché à la queue d’un cheval et traîné dans les rues de la ville. Une trainée sanguinolente attestait de son passage vers les faubourgs de la ville. Malgré tout, Victor ne mourut pas de son premier supplice et fut de nouveau présenté à l’empereur qui le menaça encore. Alors notre saint continua d’insulter les idoles et de magnifier Dieu. Maximien le remit entre les mains de ses bourreaux Astérius et Eustichius qui le firent fouetter puis attacher à une croix qui disloqua ses membres ; mais malgré tout il continuait à glorifier Dieu. Notre Seigneur lui apparut portant l’étendard de la croix et lui dit :

 

- Courage, Victor ; accomplis ce que marque ton nom ; soit fidèle jusqu’à la mort. Je suis Jésus-Christ, qui t’aiderai dans tes afflictions, et te protégerai en tous tes combats ; ne  craint point, car je suis avec toi, et je te donnerai une telle force et magnanimité, que tes ennemis diront publiquement, qu’en toi il y a quelque chose qui surpasse le commun des hommes.

 

/…/

 

Victor après plusieurs autres souffrances fut décapité. Il fut le dernier martyr car l’empereur Constantin arriva pour investir Marseille et Maximien craignant de tomber dans les mains de son ennemi se donna la mort.

 

 

SAINTE PRAXEDE

Vierge, l’an 154 (v. 2020)

 

 

LE SAINT PROPHETE DANIEL

 

SAINTE JULIE de TROYE

Vierge et martyre

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2021 2 20 /07 /juillet /2021 09:10
20 juillet 2021

LE SAINT PROPHETE ELIE

 

 

Elie était de la noble race d’Aaron. Il est né en Arabie. Lorsque sa mère le portait en son sein, son père crut voir une grande troupe d’hommes vêtus de blanc, qui l’enveloppaient de bandelettes flamboyantes, dont les flammes entraient dans sa bouche. Le père raconta ce songe à des prêtres, qui lui prédirent que cet enfant serait la lumière d’Israël. C’est pourquoi il fut appelé Thesbite, parce qu’il devait être un guide pour le peuple d’Israël et défendre sa loi.

 

En ce temps-là Achab et sa femme Jézabel faisaient la guerre aux serviteurs de Dieu. Le peuple inconstant et volage se laissa gagner par les adorateurs des idoles, les imitant dans leur luxure. Elie alla trouver Achab et lui annonça que, pour le punir de tous les maux dont il était l’auteur, le ciel ne répandrait plus ni pluie ni rosée sur les champs d’Israël.

 

Dieu enregistra la parole du prophète, et une grande sécheresse survint avec la famine qui s’ensuivit. Sur l'ordre du Seigneur, Elie se retira au torrent de Carith, près du Jourdain, où les corbeaux le nourrissaient chaque jour. Quand le torrent fut à sec, il alla vivre chez une veuve de Sarepta, dont Dieu multiplia les provisions de farine et d’huile, et dont Elie ressuscita l’enfant.

 

Au bout de trois ans la colère de Dieu cessa.

 

- Va, dit le Seigneur à son prophète, montre-toi à Achab, afin que j’envoie de la pluie sur la terre.

 

La famine sévissait alors en Samarie où régnait Achab.

 

- Elie dit au roi : Rassemble tous les prophètes de Baal, que Jézabel nourrit de sa table, et mène-les avec le peuple d’Israël sur la montagne du Carmel.

 

Là, Elie parla au peuple, et lui proposa de choisir entre Dieu et Baal.

 

- Qu’on élève des autels, qu’on fasse un sacrifice : celui sur lequel tombera le feu du ciel sera le sacrifice du vrai Dieu.

 

Les prophètes de Baal y consentirent. Et de la pointe du jour au coucher du soleil, ils invoquaient Baal d’envoyer le feu ; mais Baal était sourd.

 

- Criez plus fort, leur dit Elie, votre dieu est sans doute en voyage, ou peut-être qu’il dort  : réveillez-le.

 

Alors ils poussèrent de grands cris et s’incisèrent le corps de sorte qu’ils étaient couverts de sang ; mais Baal resta muet.

Vers le soir, Elie éleva un autel avec douze pierres en souvenir des douze tribus d’Israël et l’entoura d’un fossé, il plaça dessus du bois et le bœuf du sacrifice; il fit arroser le tout de douze mesures d’eau jusqu’à remplir le fossé ; puis il invoqua le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob ; à sa voix, le feu descendit du ciel dévora le bœuf, le bois, les pierres de l’autel et jusqu’à l’eau qui remplissait le fossé.

 

- Le Seigneur est le vrai Dieu, s’écria le peuple.

 

Alors les faux prophètes furent tués et jetés dans le torrent du Cisson.

 

Cependant, Elie regardait le lac de Tibériade, que l’on appelle la Mer de Galilée. Une nuée s’éleva, qui prit la forme d’un homme. Le ciel s’obscurcit, le vent devint violent, et une grande pluie rafraîchit la terre altérée.

 

La reine Jézabel voulut venger les faux prophètes, mais le Seigneur ordonna à Elie de se réfugier sur la montagne d’Horeb où un ange le nourrit pendant quarante jours et quarante nuits. Il sacra ensuite, par ordre de Dieu, Hazaël roi de Syrie, Jéhu roi d’Israël et Elisée qui devait lui succéder dans le ministère prophétique.

 

Jézabel fit tuer Naboth pour donner sa vigne au roi Achab et le prophète les avertit tout de suite de la vengeance de Dieu :

 

- Les chiens, dit-il, mangeront Jézabel dans le champ de Naboth1.

 

Et la reine fut dévorée par ses chiens.

 

Ochozias, fils d’Achab, suivit les traces de son père ; mais il tomba malade. Alors il alla voir Béelzébub, dieu d’Accaron. Elie s’interposa en lui disant : le Seigneur a dit qu’il n’y a pas d’autre Dieu en Israël que lui, et qu’en punition tu ne pourras plus te lever de ton lit et que tu mourras.

 

Le roi envoya cinquante soldats chercher Elie. Quand ils arrivèrent, ils lui demandèrent : es-tu l’homme de Dieu ?

 

- Oui, répondit-il. Si je suis l’homme de Dieu, que le feu vous dévore.

 

Et le feu descendit du ciel et dévora les cinquante soldats et leur chef. Ochozias renvoya un autre contingent qui subit le même sort. Au troisième, leur chef se mit à genoux et pria Elie de venir. Il alla voir le roi et lui rappela la prédiction. Ochozias mourut peu après.

 

/…/

 

Le Saint Prophète Elie est honoré par l’Ordre des Carmes, qui le regarde comme son chef et son père. Ces moines vécurent selon Elie jusqu’au début du treizième siècle, où le Bienheureux Albert, patriarche de Jérusalem, leur donna une nouvelle Règle.

 

1.- Extrait l’Athalie de Racine, vers magnifiques :

 

Ma mère Jézabel devant moi s'est montrée,
Comme au jour de sa mort pompeusement parée.
Ses malheurs n'avaient point abattu sa fierté ;
Même elle avait encore cet éclat emprunté
Dont elle eut soin de peindre et d'orner son visage,
Pour réparer des ans l'irréparable outrage.
Tremble, m'a-t-elle dit, fille digne de moi ;
Le cruel Dieu des Juifs l'emporte aussi sur toi.
Je te plains de tomber dans ses mains redoutables,
« Ma fille ». En achevant ces mots épouvantables,
Son ombre vers mon lit a paru se baisser ;
Et moi je lui tendais les mains pour l'embrasser,
Mais je n'ai plus trouvé qu'un horrible mélange
D'os et de chairs meurtris et traînés dans la fange,
Des lambeaux pleins de sang et des membres affreux
Que des chiens dévorants se disputaient entre eux.

 

20 juillet 2021
DEFENESTRATION DE JEZABEL

DEFENESTRATION DE JEZABEL

SAINTE MARGUERITE

Vierge et martyre en l’an 253

(v. 2020)

 

SAINT JEROME EMILIANI

Confesseur, fondateur de la congrégation des Somaques, 1481-1537

 

SAINT SABIN de DAMAS

 

SAINT PAUL de CORDOUE

Diacre et Martyr des mahométans

 

SAINTE WILGEFORTE

Vierge et martyre au Portugal

 

SAINT VILMER

Abbé au pays de Boulogne

 

SAINTE SEVERE de TREVES

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2021 1 19 /07 /juillet /2021 09:10
SAINTE MACRINE

SAINTE MACRINE

SAINTE MACRINE DISTRIBUANT LE PAIN AUX PAUVRES

SAINTE MACRINE DISTRIBUANT LE PAIN AUX PAUVRES

SAINTE MACRINE1

 

 

Macrine était la sœur de Saint Basile et de Saint Grégoire de Nysse qui a écrit sa vie dans une épître adressée à Olympe.

 

Son père s’appelait Basile et sa mère Emélie. Ils étaient nobles et riches et eurent dix enfants, qui furent presque tous des saints. Macrine était l’aînée. Lorsqu’elle était enceinte, sa mère eut l’apparition d’un ange sous la forme d’un homme qui lui dit que sa fille devrait s’appeler Thècle en souvenir de la sainteté de Thècle, fille et disciple de Saint Paul apôtre. On la nomma Macrine lors de son baptême en mémoire de son aïeule paternelle, femme et disciple du grand évêque de Césarée, Grégoire le Thaumaturge. Celle-là est l’appelée Macrine l’Aînée.

 

Macrine étudia particulièrement le Livre de la Sagesse de Salomon et les Psaumes.  Elle les récitait à tout moment de la journée ; avant et après les repas ; au début et à la fin du travail.

En grandissant, Macrine devint très belle. De nombreux prétendants se présentèrent pour la demander en mariage. Sans le lui dire, son père en choisit un ; mais, par une volonté de Notre-Seigneur, celui-ci mourut, et elle fut ainsi dégagée de toute contrainte. Apprenant la volonté de son père, elle décida de rester vierge et de ne pas se marier, pour devenir l’épouse du Christ.

 

Elle servit de mère à tous ses frères, en les instruisant dans la perfection. Son père étant décédé, sa mère la persuada d’entrer en religion, pour être entièrement au service de Dieu. Elles se mirent toutes les deux en religion pour mener une vie angélique.

 

Macrine fut atteinte d’une tumeur au sein, qui grossissait et devenait dure. Sa mère lui conseilla de voir un chirurgien, mais Macrine refusa par pudeur, pour ne pas montrer son corps. Un jour qu’elle était dans l’oratoire pour prier, elle dit à sa mère que, si elle faisait un signe de croix sur sa tumeur, elle serait guérie. Sa mère fit le signe de croix et la tumeur disparut. Il ne resta, toute sa vie, qu’une petite marque en souvenir de cette guérison miraculeuse.

 

Un jour, Saint Grégoire de Nysse, son frère, fut chassé de son Eglise, après le concile d’Antioche,  par les ariens soutenus par l’empereur Valens. Il eut alors l’idée de visiter sa sœur qu’il n’avait pas vue depuis huit ans. Il la trouva sur son lit de mort, et reconnut là, la main de Notre-Seigneur qui l’avait fait venir pour lui administrer les derniers sacrements. Après plusieurs signes de croix tracés sur son corps, elle rendit l’esprit en l’an 354. Saint Grégoire et un autre évêque portaient le cercueil avec deux autres ecclésiastiques. Une grande foule assista aux obsèques de la sainte.

 

Notre-Seigneur permit plusieurs miracles à cette sainte durant sa vie : elle guérit une fille qui perdait un œil, en l’embrassant ; elle chassa les démons ; elle rendit la santé à plusieurs malades et eut des paroles prophétiques sur les choses à venir ; plusieurs fois, lorsqu’elle distribuait du blé aux pauvres, celui-ci ne diminuait pas.

 

Saint Grégoire de Nysse dit dans ses écrits que sa sœur a été sa principale enseignante et qu’elle lui a appris les plus secrets mystères de la théologie chrétienne.

 

1.- Il existe un pèlerinage à  Sainte Macrine de Magné, près de Niort. Elle est la patronne du Marais Poitevin.

 

CHAPELLE SAINTE MACRINE DE MAGNE, PRES DE NIORT

CHAPELLE SAINTE MACRINE DE MAGNE, PRES DE NIORT

SAINT VINCENT DE PAUL

(v. 2020)

 

 

 

SAINT ARSENE

Abbé et confesseur l’an 449

 

SAINTE JUSTE et SAINTE RUFINE

Vierges et martyres à Séville en Espagne

 

SAINT EPAPHRAS

Ordonné évêque de Colosse par Saint Paul apôtre.

 

SAINTE AURE

Vierge et martyre à Cordoue

 

SAINT MARTIN DE TREVES

Evêque et martyr

 

SAINT SYMMAQUE

Pape + 514

 

SAINT FELIX de VERONE

 

BIENHEUREUX JEAN DE DUKLA

Disciple de Saint Jean de Capistran. Apôtre de la Pologne, franciscain,+ en 1484

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2021 7 18 /07 /juillet /2021 09:11
18 juillet 2021

SAINTE SYMPHOROSE

 

et ses sept enfants, martyrs.

 

 

En l’an 140, sous l’empereur Adrien, l’an vingt de l’empire, furent martyrisés à Rome un grand nombre de chrétiens dont Saints Gétule et Zotique en compagnie de Céréal d’Amance et de Primitif. Gétule avait épousé une sainte femme, Symphorose, dont il eut sept enfants, a savoir : Cerscent, Julien, Nèmèse, Primitif, Justin, Eustache et Eugène, lesquels se cachèrent avec leur mère dans la ville de Tivoli. Ils furent pris, et la mère, ne voulant confesser que Jésus-Christ fut attachée en l’air par les cheveux. La mère exhorta ses enfants à garder leur foi en Notre-Seigneur. Devant ces refus, le tyran se mit en colère et fit battre la femme et, lui faisant attacher une grosse pierre au cou, il la fit jeter dans la rivière où elle se noya. Eugène son frère, un des principaux de Tivoli, la fit ensevelir.

 

Le lendemain, l’empereur fit attacher les sept frères, à sept poteaux, et les fit massacrer de diverses manières. Crescent mourut d’un coup de lance dans la gorge, Julien fut frappé à l’estomac, Némèse au cœur, Primitif dans le ventre, Justin fut dépecé, Eustache mourut de ses blessures et Eugène coupé en deux à mi-corps. Leurs corps furent jetés dans une fosse.

 

Il y a encore aujourd’hui sur la voie Tiburtine une ancienne mémoire de Sainte Symphorose. Ses reliques et celles de ses enfants furent par la suite transférées à Rome : et du temps de Pie IV l’on trouva au doyenné de Saint-Ange de la Pècherie, ces paroles écrites sur une lame de plomb : Ici reposent les saints martyrs Symphorose, Gétule son mari, et de leurs enfants, qui furent transportés par le pape Etienne.

 

18 juillet 2021

SAINT CAMILLE DE LELLIS

(v. 2020)

 

SAINT CLAIR-SUR-EPTE

(en Normandie)

Martyr en 894

 

SAINTE GONDENE

Martyre à Carthage sous le proconsul Ruffin

 

SAINT EMILIEN

Martyr à Dorostore en Mysie sous Julien l’Apostat

 

SAINT FREDERIC

Evêque d’Utrecht, martyr en 838

 

SAINT MATERNE

Evêque, mort en prison, sous Maximien

 

SAINT PHILASTRE

Evêque de Brescia

 

SAINT ARNOUL

Evêque de Metz

 

SAINT BRUNON

Evêque de Ségni

 

SAINT ROGUIL

Evêque de Forlimpopoli en Emilie

 

BIENHEUREUX SIMON DE LIPNIEZA

De l’Ordre de Saint François, + en 1482

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2021 6 17 /07 /juillet /2021 09:10
17 juillet 2021

SAINTE MARINE

 

On célèbre aujourd’hui les translations des reliques de Sainte Marine qui furent rapportées en 1230 par un riche vénitien dont la sainte sauva le navire dans la tempête.

 

A Alexandrie, vivait un homme qui avait une fille et qui désirait se convertir. Il confia sa fille à ses parents et se rendit dans un monastère situé à environ cinquante kilomètre. Il y fut admis et accomplit ses fonctions avec zèle ; puis il se souvint qu’il avait une fille et tomba dans une tristesse qui fut remarquée par l’abbé. Ce dernier, à qui il avoua qu’il s’ennuyait de son enfant, mais en ne lui disant pas que c’était une fille. L’abbé lui dit qu’il pouvait l’amener pour que l’enfant vive avec lui.

 

L’homme alla chercher sa fille, la déguisa en garçon et la ramena avec lui au monastère. Personne ne s’aperçut de la transformation et tout le monde l'appelait le petit frère Marin. Quand elle eut quatorze ans, son père lui enseigna les voies du Seigneur en lui disant :

 

- Prends bien garde, ma fille, que personne ne découvre jamais le secret de ton sexe ; soit vigilante contre les pièges du démon, de peur qu’il ne te séduise et que ce saint monastère ne soit détruit par nous, afin que nous méritions d’être couronnés par notre Seigneur en présence de ses saints anges, au lieu d’encourir une éternelle damnation avec les impies.

 

Marine avait dix-sept lorsque son père mourut. Elle continua sa vie dans le monastère où l’abbé et les autres frères l’avaient en considération.

 

Le monastère était près de la mer où les frères allaient récupérer ce qui pouvait leur servir. Un jour l'abbé demanda à Marine pourquoi elle n’allait jamais avec ses frères pour les aider ?

 

Alors elle alla au marché.

A proximité se trouvait une hostellerie, où frère Marin allait souvent avec son char, et lorsqu’il était trop tard, elle restait pour y dormir avec les autres frères.

 

L’hôtelier avait une fille qui se laissa séduire par les soldats. Ses parents lui dirent:" Dis-nous au moins qui t’a séduite !"  La malheureuse fille désigna le frère Marin. Ses parents coururent au monastère et révélèrent à l’abbé que frère Marin avait séduit leur fille.

 

- Permettez, dit l’abbé, que nous examinions sérieusement la chose. Et comme la sainte arrivait en ce moment, il lui dit : Frère Marin, est-ce toi qui as commis le crime dont ces gens se plaignent au sujet de leur fille ?

 

Le frère resta longtemps sans répondre ; enfin il dit en gémissant :

 

- J’ai péché mon père, mais je veux faire pénitence de ce crime : priez pour moi.

 

L’abbé fit battre Marine et la mit dehors. Cependant elle demeura à la porte du monastère en mendiant son pain aux autres frères, et resta ainsi pendant trois ans. A la même époque, la fille de l’hôtelier se lassa de son enfant et le confia à sa mère qui se rendit au monastère et dit à Marine :

 

- Voici ton fils, Frère Marin, nourris-le puisque tu l’as reconnu.

 

Elle laissa l’enfant et s’en alla. Le frère Marin garda l’enfant et resta ainsi, à le nourrir pauvrement des aumônes, pendant deux ans. Cependant, pris de pitié, les frères qui voyaient sa misère et sa pénitence allèrent trouver l’abbé pour lui demander de réintégrer le frère Marin. Ils insistèrent tellement que le père abbé finit par accepter et faisant entrer le frère il lui dit :

 

- Ton père était un saint homme, c’est lui qui t’introduisit tout petit dans ce monastère ; jamais il n’aurait soupçonné ce que tu as osé faire. Maintenant il faut penser à faire pénitence. Tu as commis un grand crime, c’est pour cela que maintenant tu seras chargé d’emporter tous les immondices du monastère, de faire la corvée d’eau et de nettoyer les souliers des frères et de tous les servir, c’est à ce prix que je te reçois en grâce.

 

Marine accepta, mais quelques jours après elle s’endormit dans le Seigneur. Les frères allèrent l’annoncer à l’abbé : Frère Marin est mort.

 

- Voyez mes frères, répondit l’abbé, combien était grand le crime qu’il a commis, puisque Dieu ne lui a pas laissé le temps d’en faire pénitence. Cependant allez laver le corps et enterrez-le loin du monastère.

 

Alors il se rendirent compte que le corps était celui d’une femme et se dirent :

 

- Quelle vie admirable, quelle sainte patience, quelle force pour garder son secret au milieu de tant d’afflictions dont nous l’avons accablée !

 

Ils allèrent voir l’abbé et lui dirent :

 

- Mon père venez voir frère Marin, venez voir les prodiges de Dieu, venez voir ce que vous avez fait.

 

L’abbé voyant le corps, se mit à genoux et se frappant la tête par terre , disait :

 

- Par Notre-Seigneur Jésus Christ je vous en conjure, ne me condamnez pas au tribunal de Dieu, pour tous les chagrins que je vous ai faits, car j’ai agi par ignorance. Hélas Madame, pourquoi ne m'avez-vous pas dit votre secret et comment n’ai-je pas découvert la vérité de votre vie admirable ?

 

Et il ordonna que ce corps saint fût inhumé avec honneur dans l’oratoire du monastère.

 

Le même jour, la fille de l’hôtelier fut possédée par le démon. Elle vint au monastère avouer son crime et donner le nom de son séducteur. Cette fille fut délivrée du démon dans l’oratoire où était enterrée Sainte Marine.

 

Bientôt l’histoire se répandit dans tout le pays et même au-delà.  On oragnisa un pèlerinage sur le tombeau de la sainte. Depuis, beaucoup de miracles eurent lieu sur sa sépulture. Sainte Marine est décédée en 750.

CHAPELLE SAINTE MARINE A COMBRIT (29)

CHAPELLE SAINTE MARINE A COMBRIT (29)

SAINT ALEXIS

(v. 2020)

 

SAINT GENEREUX

Martyr à Tivoli

 

SAINT THEODOTE

Martyr à Constantinople sous Léon l’Iconoclaste.

 

SAINT LEON

Pape

 

SAINT ENNODE

Evêque de Pavie

 

SAINT THEODOSE

Evêque d’Auxerre

 

SAINT MARCELLINE

A Milan

 

SAINTE MARIE-MADELEINE DE POSTEL

Vierge, canonisée sous Pie XI en 1925

Fondatrice des Sœurs de la Miséricorde, + en 1846

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2021 5 16 /07 /juillet /2021 09:10
SAINTE RENELDE, SURPLOMBANT LE PUITS DE SAINTE RENELDE A SAINTES

SAINTE RENELDE, SURPLOMBANT LE PUITS DE SAINTE RENELDE A SAINTES

SAINTE RENELDE DE SAINTES

 

Renelde est née à Condé sur l’Escaut, ville du Hainaut. Elle était issue d’une noble et sainte famille. Son père était le comte Witger et sa mère, Amelbergue  a été comptée au nombre des saints par l'Eglise. Elle était aussi la sœur de Saint Emebert, évêque d’Arras et de Sainte Gudule, vierge.

 

Renelde, voyant son père et sa mère entrer en religion, décida de les imiter, bien qu’elle fût recherchée par plusieurs grands personnages en vue d’un mariage. Elle demeura quelque temps chez elle menant déjà une vie cloitrée ; mais elle et sa sœur Gudule, souvent importunées par des prétendants, allèrent voir Saint Aubert évêque de Cambrai devant lequel elles prononcèrent des vœux de virginité ; puis elles intégrèrent le monastère de Lobe placé sous le patronat de Saint Pierre. Elles lui promirent de lui donner tous leurs biens en en réservant une partie aux pauvres ; mais on leur précisa que le monastère était interdit aux femmes. Gudule s’en alla, mais Renelde resta à prier pendant trois nuits et trois jours devant la porte. Alors la porte s’ouvrit miraculeusement et elle entra dans l’abbatiale pour prier.

Le matin, les cloches se mirent à sonner pour l’office. Les religieux, pénétrant dans l’église, trouvèrent Renelde étendue sur le sol, les bras en croix devant le crucifix. Alors, elle déclara son intention de donner la ville de Saintes et cinq métairies à Saint Pierre, patron du monastère, ce qu’elle fit. Puis ayant reçu la bénédiction de l’abbé, elle se rendit à Jérusalem visiter les lieux saints, accompagnée d’un valet et d’une servante. Elle y demeura neuf ans à visiter les lieux saints, à rassembler des reliques de saints et un morceau du Saint Sépulcre, de Sa croix, des vêtements de la très Sainte Vierge. Puis elle revint à Saintes où elle fut accueillie avec beaucoup d’allégresse par les habitants. Elle mena dès lors une vie de prières et de contemplation des choses célestes.

 

Cependant Dieu permit en punition des péchés du peuple que les Huns pénètrent en France vers l’an 680 et qu’ils ravagent à feu et à sang la Gaule Belgique. Alors que tout le monde se sauvait dans les forêts, rien ne put persuader  Renelde de fuir et elle resta dans l’église de Saint Quentin, attendant la mort. Pendant qu’elle était en prière avec Saint Grimoald, sous-diacre, et Saint Gondulphe son serviteur, les barbares entèrent en furie dans l’église et, la voyant prosternée à terre en forme de croix devant l’autel, ils la tirèrent par les cheveux et la traînèrent jusqu’au lieu de son supplice où ils la décapitèrent le seize juillet. Ses compagnons subirent le même sort. Les Huns voulurent brûler l’église mais Dieu ne permit pas cette profanation et les barbares se retirèrent.

Le corps de Sainte Renelde fut inhumé en ce lieu près de la ville de Halle, ou Notre Dame-de-Haut, entre le Brabant et le Hainaut, ainsi que les corps des deux autres martyrs.

En 866, le corps de Sainte Renelde fut levé de terre et placé dans une châsse en argent par trois évêques. Dieu opéra plusieurs miracles sur son tombeau, en particulier la guérison de malades atteints de fièvres.

Renelde est inscrite dans le martyrologe romain et mention est faite d’elle par le cardinal Baronius dans ses Annontiations sur le martyrologe. Molanus et Surius ont écrit sa vie.

 

 

NOTRE DAME DU MONT CARMEL

(v. 2020)

 

 

SAINT FAUSTE

Martyr sous Dèce

 

SAINT ATHENOGENE

Martyr à Sébaste en Arménie sous Dioclétien

 

SAINT EUSTATHE

Evêque à Antioche en Syrie

 

SAINT HILARIN

Moine et martyr à Arezzo en Toscane sous la persécution de Julien.

 

SAINT VALENTIN

Evêque et martyr à Trèves

 

SAINT SISENAUD

Etranglé par les Sarrasins à Cordoue

 

SAINT DOMNION

Martyr à Bergame

 

SAINT VITALIEN

Evêque de Capoue

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2021 4 15 /07 /juillet /2021 09:10
SAINT HENRI II, EMPEREUR

SAINT HENRI II, EMPEREUR

SAINT HENRI

 

Successivement duc de Bavière, roi de Germanie et empereur, Henri II, surnommé le Pieux, s’appliqua à étendre sa religion en relevant les églises détruites et en fondant des monastères. Jusqu’à la fin de sa vie il montra sur le trône les vertus d’un grand saint. Il mourut en 1024 et fut inhumé dans la cathédrale de Bamberg, à laquelle il avait légué tous ses biens.

 

CATHEDRALE DE BAMBERG EN HAUTE FRANCONIE

CATHEDRALE DE BAMBERG EN HAUTE FRANCONIE

SAINT JACQUES

Evêque de Nisibe, confesseur, l’an 650 (v. 2020)

 

SAINTE ROSALIE

Vierge de Palerme (1130-1160)

 

 

SAINT EUTROPE de PORTO

SAINTE ZOZIME

et SAINT BONOSE sa soeur

 

SAINT CATULIN

Diacre à Carthage avec les martyrs:

SAINT JANVIER

SAINT FLORENT

SAINTE JULIE

SAINTE JUSTE

dont les corps furent déposés dans la Basilique de Fauste.

 

SAINTS PHILIPPE, ZENON, NARSEE

et dix enfants, martyrs à Alexandrie.

 

SAINT ABUDEME

Martyr dans l'île de Ténédos sous Dioclétien

 

SAINT ANTIOQUE

Médecin, décapité à Sébaste

 

SAINT FELIX de PAVIE

Evêque et Martyr

 

SAINT ANASTASE

Evêque de Naples, détrôné par son neveu Sergius. Il mourut de chagrin à Véroli sous Charles-le-Chauve.

 

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2021 3 14 /07 /juillet /2021 09:10
14  juillet

SAINT JUST

 

Just était un soldat romain ayant vécu sous l’empereur Claude. Un jour, il eut l’apparition d’une croix dans le ciel. Il se convertit, fut baptisé et donna ses biens aux pauvres.

Par la suite, il fut arrêté par le préfet Magnèce qui le fit battre à coups de nerfs de bœuf ; il lui fit mettre sur la tête un casque en feu pour ensuite le jeter dans un brasier, mais Notre-Seigneur l’épargna et il n’eut aucune brûlure. Il rendit l’esprit en confessant le nom du Seigneur.

 

SAINT BONAVENTURE

(v. 2020)

 

SAINT PHOCAS

Martyr à Synope dans la province du Pont-Euxin sous l’empereur Trajan

 

SAINT HERACLAS

Evêque d’Alexandrie

 

SAINT CYR

Evêque de Carthage

 

SAINT FELIX

Evêque de Côme

 

SAINT OPTATIEN

Evêque de Brescia

 

SAINT MARCELLIN

Prêtre à Deventer en Belgique

 

BIENHEUREUX GASPARD BON

Disciple de Saint François de Paule, + 1604

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2021 2 13 /07 /juillet /2021 09:10
13 juillet 2021

SAINT EUGENE

 

 

A la mort de Genséric, roi des Vandales, Hunéric, son fils aîné, lui succéda. Il se montra plus doux envers les chrétiens que ne l’avait été son père. Il permit même, à la demande de l’empereur Zénon et de la princesse Placidie, dont il avait épousé la sœur, d’élire un évêque à Carthage1, qui en était privée depuis vingt-quatre ans. Il envoya donc dans cette ville le messager de l’empereur nommé Alexandre, avec un notaire qui devait lire le décret suivant :

- Le roi notre maître nous a commandé de vous dire que l’empereur Zénon et l’impératrice Placidie l’ont fait prier par Alexandre, noble personnage, que l’Eglise de Carthage eût un évêque de votre religion. C’est pourquoi permission vous est faite d’élire ici l'évêque qu’il vous plaira, à condition que les évêques de notre religion [Ariens], qui sont à Constantinople et autres provinces d’Orient, aient la liberté de prêcher en leurs églises tel langage qu’ils voudront, et d’accomplir les autres cérémonies de notre culte. Que si ceci n’est pas observé, l’évêque de Carthage avec son clergé et tous les autres évêques d’Afrique seront exilés en Mauritanie.

Cet édit fut publié le 18 juin ; il nous donna à tous une grande tristesse à cause des astuces qui y étaient cachées, lesquelles ne tendaient qu’à la persécution. Nous répondîmes ce qui suit à l’ambassadeur :

- Si vous voulez mettre en avant ces conditions, il vaut mieux que cette Eglise n’ait pas d’évêque ; Jésus-Christ la gouverne et la gouvernera à jamais.

L’ambassadeur ne tint pas compte de leur refus, et comme le peuple demandait à grands cris un évêque, on élut Eugène, homme de bien et agréable à Dieu, ce qui fit la joie des habitants de Carthage, dont les plus jeunes n’avaient jamais vu d’évêque dans une église.

 

Eugène gouverna saintement son Eglise, distribuant des aumônes et se faisant aimer de son troupeau, bien que les barbares se soient emparés des revenus de son Diocèse. Heureusement ses fidèles étaient généreux et ainsi il pouvait soulager les pauvres et vivre avec ce qui lui restait.

 

Sa renommée devint odieuse aux yeux des ariens qui le calomnièrent auprès du roi. Ils lui reprochaient de recevoir dans son église des hommes et des femmes vêtus comme des Vandales [contrairement aux vêtements romains]. Eusèbe leur répondit que la maison de Dieu était ouverte à tout le monde et qu’il ne pouvait en fermer la porte, et que les catholiques qui étaient habillés comme eux étaient ceux qui faisaient partie de la cour du roi.

Les ariens placèrent alors des gardes à la porte des églises catholiques avec des bâtons garnis de pointes en fer. Lorsqu’ils voyaient arriver un homme ou une femme vêtu à la mode des Vandales, ils lui donnaient un coup sur la tête et, comme si leur massue était un peigne, ils arrachaient les cheveux et le cuir chevelu. Plusieurs perdirent ainsi la vue et d’autres en moururent.

 

Mais voyant que ce moyen n’arriverait pas à décourager les catholiques, ils résolurent de ne plus payer ceux qui faisaient partie de la cour et de les employer comme ouvriers. Ainsi les plus hauts personnages catholiques de cette cour furent employés aux champs pour la moisson. Un de ses notables ne pouvait pas faucher le blé, car il avait une main paralysée ; mais comme on l’obligeait malgré tout, ses compagnons prièrent et il fut guéri.

 

Ainsi commença la persécution. Hunéric tourna sa fureur contre sa propre famille et tua son frère, sa femme, ses enfants et plusieurs autres neveux. Il réunit ensuite les évêques d’Afrique [ariens] à Carthage pour discuter de la foi, et prévint Eugène. Ce dernier lui répondit que pour parler d’un point qui les concernait, eux catholiques, il fallait en avertir tous les évêques catholiques.

 

- Soumets-moi le monde, répondit le Vandale, fais que je commande à tout, et je ferai ce que tu me dis.

 

- Il n’est pas nécessaire que vous soyez leur maître, reprit Eugène ; mais écrivez à tous les vôtres que de mon côté je préviendrai les évêques, et notamment l’Eglise de Rome, qui est la principale de toutes les Eglises.

 

C’est à cette époque que qu’Eusèbe guérit un aveugle nommé Félix. Mis au courant, Hunéric fit venir l’aveugle qui lui fit le récit de sa guérison. Les ariens dirent que c’était de la magie ; mais Félix était trop connu dans Carthage pour que l’on puisse cacher sa guérison. Alors ils voulurent le tuer, comme les juifs avaient fait pour Lazare.

 

Le jour de la discussion étant arrivé et afin d’effrayer les catholiques, ils firent brûler vif l’évêque Létus et bannir ceux qui pensaient être les plus savants. Cependant dix évêques catholiques furent élus pour répondre. Cyrilla, chef des ariens, assisté de ses acolytes, se fit porter sur une haute chaire qui dominait l’assemblée. Les évêques catholiques s’en plaignirent. Alors on les fit fouetter, ce qui fit s’écrier Eugène :

 

- O Dieu, je te prie de considérer la violence qu’on nous fait et la persécution que nous endurons !

 

Les députés dirent ensuite à Cyrilla :

 

- Que voulez-vous proposer ?

 

Il répondit qu’il ne saurait parler latin.

 

- Nous savons bien, répondirent les nôtres, que tu connais cette langue, et il ne faut pas t’excuser maintenant, après avoir ému cette dispute.

 

Cyrilla, voyant qu’il ne pourrait pas triompher des catholiques, essaya de dissoudre l’assemblée.

 

La persécution redoubla. Dans la ville de Typase, on coupa la langue et la main droite de plusieurs fidèles qui s’étaient réunis dans une maison pour assister à la messe ; mais par la vertu du Saint-Esprit, ils conservèrent la parole.

 

- Que si quelqu’un doute de ceci, disait Victor de Vite, évêque d’Afrique et historien de cette persécution, qu’il aille à Constantinople où il trouvera un sous-diacre nommé Réparat, qui fut de ces confesseurs de la foi, et qui parle aussi bien qu’avant son supplice. Aussi est-il tenu en grand respect à la cour de l’empereur Zénon.

 

Il y avait parmi les ariens un homme très cruel. C’est à lui qu’Hunéric confia le soin de tourmenter Eusèbe. Il le fit mettre en prison et au secret. Dans ce cachot obscur, Eusèbe se trouva atteint de paralysie et tout à sa joie l’arien en profita pour lui verser du vinaigre dans la bouche pour lui ôter la parole. Le saint évêque en mourut.

 

Cette persécution dura sept ans et dix mois, c’est-à-dire jusqu’à la fin du règne d’Hunéric, qui mourut mangé par les vers. Autant en était-il advenu d’Hérode-Agrippa, bourreau de Saint Jacques.

 

1- L'ancienne Carthage est aujourd'hui la banlieue résidentielle de Tunis. On y trouve de nombreuses ruines et le palais présidentiel, ainsi que de nombreuses ambassades.

 

CATHEDRALE DE L'ARCHIDIOCESE DE CARTHAGE EN TUNISIE
CATHEDRALE DE L'ARCHIDIOCESE DE CARTHAGE EN TUNISIE

CATHEDRALE DE L'ARCHIDIOCESE DE CARTHAGE EN TUNISIE

SAINT ANACLET

Pape et martyr en 112 (v. 2020)

 

SAINT JOËL et SAINT ESDRAS

Prophètes

 

SAINT SILAS

de Macédoine, disciple des apôtres.

 

SAINT SERAPION

Martyr sous l’empereur Sévère

 

SAINT MYROPE

Martyr dans l’île de Chio sous l’empereur Dèce.

 

SAINT TURIAF

Evêque et confesseur en Bretagne.

 

BIENHEUREUX JACQUES

Dominicain, archevêque de Gênes, + 1298

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2021 1 12 /07 /juillet /2021 09:10
12 juillet 2021

SAINTS NABOR et FELIX

 

 

Nabor et Félix furent arrêtés à Milan sur l’ordre de l’empereur Maximien. Interrogés, ils ne nièrent pas être chrétiens. Alors ils furent jetés en prison et privés de nourriture.

 

Pendant plusieurs jours ils supportèrent l’ardeur de la faim, les défaillances, la faiblesse et la puanteur de ce lieu infect. Mis au courant de leur résistance, Maximien, se les fit amener devant lui chargés de chaînes et les fit battre cruellement. Ensuite il ordonna que Nabor fût attaché sur un chevalet et lui fit subir les plus horribles tortures ; mais rien ne fit céder Nabor ni diminuer l’intrépidité de Félix. Alors Maximien ordonna de les jeter dans le feu, mais les flammes refusèrent de brûler les deux saints et pas un cheveu de leur tête ne fut atteint.

 

Rien n’attendrit le cœur de Maximien qui les accusa de magie. Il les fit reconduire en prison, puis au bout de quelques jours  ordonna qu’ils fussent décapités puis jetés dans le fleuve. Leurs corps furent récupérés et ensevelis par une femme, Sabine. Ils moururent le 12 juillet 303 sous les empereurs Dioclétien et Maximien.

 

Plus tard, sur leur tombeau, on bâtit une église. C’est là que Saint Antoine, par une révélation divine, découvrit les reliques de Saint Gervais et Saint Protais, comme il le raconte lui-même dans une lettre adressée à sa sœur Marceline. Une partie des reliques de Saint Nabor et de Saint Félix fut transportée en France au treizième siècle ; mais la plus grande partie est restée dans une église qui porte le nom de Saint François.

 

 

 

 

EGLISE SAINT NABOR A LODI

EGLISE SAINT NABOR A LODI

STATUE DE LA FONTAINE SAINT NABOR A SAINT AVOLD

STATUE DE LA FONTAINE SAINT NABOR A SAINT AVOLD

SAINT JEAN GUALBERT

(v. 2020)

 

SAINT JASON

de Chypre, ancien disciple de Notre-Seigneur

 

SAINT HERMAGORE

Disciple de Saint Marc, martyrisé à Aquilée.

 

SAINT PAUL

Premier évêque de Lucques, martyrisé sous Néron.

 

SAINT PROCLE ET SAINT HILARION

Martyrs sous Trajan

 

SAINTE EPIPHANE

Vierge, martyrisée à Lentini sous Dioclétien

 

SAINTE MARCIENNE

Vierge, martyrisée à Tolède

 

SAINT VIVENTIOLE

Evêque de Lyon

 

SAINT PATERNIEN

Evêque de Bologne

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2021 7 11 /07 /juillet /2021 09:10
L'ASSASSINAT DE SAINT JEAN DE BERGAME PAR Giovanni Battista TIEPOLO

L'ASSASSINAT DE SAINT JEAN DE BERGAME PAR Giovanni Battista TIEPOLO

SAINT JEAN

 

Evêque de Bergame

 

Saint Jean, évêque de Bergame, vécut lors de la domination des Lombards en Italie, sous le pontificat du pape Vitalien. Il travailla avec beaucoup d’acharnement à la conversion des peuples atteints par l’arianisme. Il était pour la justice et ne craignait pas de faire savoir aux princes leurs débordements lorsqu’ils ne suivaient pas les règles de la religion catholique. Un jour qu’il dînait avec le roi, il fit une remontrance paternelle au fils pour une injustice dont il s’était rendu coupable. Le jeune fils essaya de le tuer en lui donnant un cheval à moitié dompté pour rentrer chez lui ; mais à peine le saint eut-il touché l’animal que celui-ci devint tout doux, de sorte que le prince, voyant l’intervention de  Dieu, se jeta à ses pieds, lui avouant son intention criminelle, et lui demanda de lui pardonner.

 

Mais les ariens qui lui en voulaient pour ses conversions le mirent à mort le 11 juillet 683.

 

 

SAINT PIE Ier

Pape, + en 167 (v. 2020)

 

SAINT JANVIER

et

SAINTE PELAGIE

Martyrisés à Nicopolis en Arménie

 

SAINT SIDROIN

Martyr à Sens

 

SAINT MARCIEN

Martyr à Icône sous le président Pérennice

 

SAINT CINDEE

Prêtre, martyr en Pamphylie sous Dioclétien

 

SAINT SAVIN

et

SAINT CYPRIEN

Martyrs à Brescia

 

SAINT ABONDE

Prêtre, tué par les mahométans.

 

SAINT SAVIN

Dans le Poitou.

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2021 6 10 /07 /juillet /2021 09:10
SAINTE AMELBERTE DE GAND

SAINTE AMELBERTE DE GAND

 

SAINTE AMELBERGE

 

 

Née à Gand vers l'an 600 dans une famille riche et devenue orpheline très jeune, elle possédait par héritage la ville de Zanchte. Elle conserva ses biens en les gérant de son mieux ainsi que de nombreux serviteurs. A l’exemple de Sainte Marie-Madeleine, elle pouvait de temps en temps s’extraire de ses tâches pour la contemplation des choses célestes. Elle désirait en toutes choses garder sa virginité et faire une profession solennelle de foi ; mais le roi la maria contre son gré au comte Witger, un seigneur très puissant. Dieu connaissant ses désirs, Il la rendue mère de plusieurs saints. Parmi ses enfants nous comptons Saint Emebert, évêque d’Arras et de Cambrai, Sainte Gudule, patronne de Bruxelles et Sainte Renelde. Voyant tous ses enfants consacrés à Dieu, Amelberge décida avec son mari de quitter le monde pour vivre en religion. Elle passa le reste de sa vie dans le monastère de Maubeuge et rendit son âme à Dieu en 670. Sur son tombeau beaucoup de miracles se produisirent.

 

SAINTE  GUDULE

SAINTE GUDULE

SAINTE RENELDE DE SAINTES

SAINTE RENELDE DE SAINTES

SAINTE FELICITE ET SES SEPT ENFANTS MARTYRS

(v. 2020)

 

 

SAINTE RUFFINE et SAINTE SECONDE

Sœurs, vierges et martyres sous l’empereur Valérien

 

SAINT JANVIER

 

SAINT MARIN

 

SAINTS NABOR et FELIX

 

SAINT LEONCE, MAURICE et DANIEL

Martyrs sous l’empereur Licinius

 

SAINTS BIANOR et SYLVAIN

 

SAINTE APOLLONE

Martyre à Icône

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !