Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 août 2021 6 07 /08 /août /2021 09:10
A L'EPOQUE "PENSIONNAT SAINT VICTRICE". OU J'AI ETE EN PENSION PENDANT DEUX ANS (1961-63). SITUEE A BIHOREL Lès ROUEN

A L'EPOQUE "PENSIONNAT SAINT VICTRICE". OU J'AI ETE EN PENSION PENDANT DEUX ANS (1961-63). SITUEE A BIHOREL Lès ROUEN

SAINT VICTRICE

 

On ignore le lieu de naissance de Victrice. Saint Paulin, son contemporain, dit qu’il est né à l’une des extrémités de l’empire romain1. Il est né sous le règne de Constantin le Grand, et porta les armes dans sa jeunesse. Il eut le bonheur de connaître Jésus-Christ, et il est assez vraisemblable que l’on doit situer sa conversion à l’époque où Julien l’Apostat entreprit de rétablir la paganisme dans ses armées.

 

Un jour que toutes les troupes étaient rassemblées, il s’avança au milieu du camp et déposa ses armes aux pieds du tribun, en lui disant que dès maintenant il ne voulait plus que la paix et la justice chrétiennes. Le tribun qui était idolâtre le fit fouetter.

On jeta Victrice en prison, on le coucha sur des petites pierres aiguës ; mais rien ne lui fit changer d’avis. Alors on le présenta au général de l’armée qui le condamna à la décapitation.

 

Il marcha courageusement vers le lieu de son supplice. Le bourreau chargé de son exécution, en le menant au lieu où il devait mourir, l’insultait et lui passait régulièrement la main autour du cou à l’endroit où s’abattrait l’arme qui allait le décapiter ; mais il fut puni de son insolence en perdant la vue sur le champ. Ce miracle fut suivi d’un autre. Les chaînes qui l’entravaient étaient si serrées qu’elles entraient dans sa chair. Il demanda aux soldats qu’on les desserre, ils ne bougèrent pas. Victrice invoqua Jésus-Christ et les chaînes tombèrent. Personne n’osa les lui remettre. Les gardes allèrent trouver le général qui, prenant parti pour Victrice, fit son rapport à l’empereur, et obtint sa libération. Tous ces événement sont racontés dans une lettre échangée entre Saint Paulin et Victrice en 399.

 

Nous ne savons pas ce qu’il fit immédiatement après, sauf qu’il alla en Gaule Belgique porter le flambeau de la foi : cette région était habitée par les Morins et les Nerviens. Elle fait maintenant partie de la Picardie, du Hainaut et de la Flandre. Il convertit cette terre sablonneuse en terre chrétienne. On bâtit des églises, des monastères et toute cette région se couvrit de saints, toujours selon les récits de Saint Paulin. Victrice fut élevé au siège apostolique pendant cette période et était en liaison avec Saint Martin de Tours. Il se trouva avec lui à Vienne sur le Rhône lorsque Paulin vint le consulter sur le lieu de sa retraite en 392. A ce moment-là, Victrice était déjà évêque de Rouen. C’est la seule fois que Saint Paulin vit Victrice.

 

On peut lire aussi, selon Sulpice Sévère, que Victrice était avec Saint Martin à Chartres, lorsque ce dernier guérit une fille aveugle. Tous les deux invoquèrent Notre-Seigneur pour obtenir sa guérison, et  l’obtinrent.

 

A cette époque, la ville de Rouen était assez peu connue, mais le rayonnement de Victrice la rendit célèbre dans tout l’empire comme une nouvelle Jérusalem et son Eglise devint une des plus en vue du monde chrétien. On y voit un grand nombre d’églises (encore maintenant elle appelée la ville aux cent clochers). C’est le témoignage que Saint Paulin rendait à la ville de Rouen du fin fond de l’Italie.

 

Des troubles fomentés par les ariens ayant éclaté en Grande Bretagne, Victrice fut appelé pour les apaiser et, en toute patience,  rétablit la paix. Ceci se passait quarante ans avant que Saint Germain d’Auxerre se rende dans ce même pays pour confondre les Pélagiens.

 

De retour dans son diocèse il reçut, de la part de Saint Ambroise et d’autres évêques, une caisse de reliques de Saint Jean-Baptiste, Saint André, Saint Thomas, Saint Luc, Saint Gervais, Saint Protais et Saint Agricole ; puis encore une autre caisse contenant des reliques de Saint Jean l’Evangéliste, Saint Procule de Bologne, Saint Antonin de Plaisance, Saint Saturnin, Saint Trajan de Macédoine, Saint Nazaire de Milan, etc. Victrice lui-même  nomme  tous ces saints dans un de ses discours. C’est Saint Amboise qui découvrit toutes ces reliques après la mort de l’empereur Théodose survenue en 397. Donc l’envoi date probablement de 398.

 

Victrice fit bâtir une église spécialement pour accueillir les reliques. Il a laissé le récit de la magnifique fête de la translation des reliques dans un de ses discours. On pense que l’église que fit bâtir Victrice pour déposer les reliques est l’actuelle église de Saint Gervais à Rouen.

 

Par la suite, il prend la défense de vierges et des veuves contre l’hérésie de Jovinien, condamné peu de temps auparavant par le concile de Milan.

 

Accusé de déviation doctrinale sur la Trinité, Victrice fit un voyage à Rome en 404 sous le pontificat d’Innocent Ier, mais il n’alla pas jusqu’à Nole voir son ami Paulin, pressé de rentrer dans son diocèse pour s’occuper de la bonne santé de ses fidèles. Cette même année, ayant consulté le pape sur la discipline, il lui fut envoyé une décrétale concernant la continence demandée aux clercs. Il y avait aussi des recommandations pour les vierges qui devaient recevoir le voile sacré de la main du prêtre.

 

Saint Victrice fut le huitième évêque de Rouen et mourut en 415. On ne sait pas pourquoi, mais ses reliques se trouvent à Braine dans l’Aisne.

 

1. Qui educens nubes ab extremo. Te quoque in lucem populi sui de extremo orbis eduxit, et clarum fulgur in pluviam uberem fecit.

 

 

CHAPELLE SAINT VICTRICE DANS L'ÎLE LA CROIX A ROUEN

CHAPELLE SAINT VICTRICE DANS L'ÎLE LA CROIX A ROUEN

SAINT GAETAN DE THIENNE

Fondateur de la Congrégation des Clercs Réguliers dits, Théatins, l’an 1547

(Archives)

 

SAINT DONAT

Evêque d’Arezzo en Toscane, et

SAINT HILARIN

Martyrs en 361

 

SAINT DONAT

Evêque de Besançon, + en 660

 

SAINT LICAR ou LIZIER

Evêque de Couserans + en 548

ANNEXE

 

Le Pensionnat Saint Victrice en 1961, où j'ai été pensionnaire de 1961 à 1963

AUJOURD'HUI

AUJOURD'HUI

L'ENTREE DES PROFESSEURS. LES ELEVES ENTRAIENT PAR DERRIERE

L'ENTREE DES PROFESSEURS. LES ELEVES ENTRAIENT PAR DERRIERE

LE DORTOIR DES GRANDS

LE DORTOIR DES GRANDS

LE DORTOIR DES MOYENS AVEC AU FOND A GAUCHE LE BOX DU PION

LE DORTOIR DES MOYENS AVEC AU FOND A GAUCHE LE BOX DU PION

UNE SALLE DE CLASSE

UNE SALLE DE CLASSE

VILLA TAMARELLE

VILLA TAMARELLE

La villa Tamarelle, était une maison en dehors de la ville ou le "père" Tamarelle (je devrais dire le grand-père) nous emmenaient en "classe verte" avant la lettre, pour faire du jardinage. Il prenait au hasard, pendant les heures de classes, 5 à 6 élèves pour sarcler son jardin. Nous montions tous dans la DS et passions une après-midi de rêve, comme une grande récréation, nous qui ne sortions de la pension que le samedi matin pour y revenir le lundi (sauf les enfants de mariniers qui ne sortaient que lorsque la péniche était à quai à Rouen). Le père René Tamarelle (1900-1968) était à la retraite, député (1956-1958) et maire de Bihorel (1945-1968). D'origine limouzine, il avait gardé son accent et roulait les R... Gentil comme tout, il avait un peu un visage de père Noël (sans la barbe). Il y a toujours des Tamarelle à la tête de l'école et un réseau des anciens élèves dans les "Copains d'avant". 

7 août 2021
Partager cet article
Repost0

commentaires

Mirabelle 08/08/2021 12:10

Merci Adéodat !

C'est sympa de vous voir enfant .

Mimi

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !