Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 janvier 2022 4 13 /01 /janvier /2022 13:00

MEYER AMSCHEL

 

Ce nom ne vous dit rien, et pourtant ! Si je vous dis Rothschild, là oui, vous connaissez.

 

Alors lisez:

 

Au XVIIIè siècle une des plus ancienne famille qui résidait à Francfort s'appelait Meyer, et comme beaucoup de familles juives de cette époque sa maison était surmontée d'un écusson rouge qui servait à distinguer sa demeure d'où le nom de Roth Schild  en allemand.

 

En 1755,  Meyer Amschel, du Roth Schild (écusson rouge) devint le chef de famille alors qu'il n'avait que 11 ans. Les divers états de l'Allemagne possédaient leur propre monnaie, ce qui obligeait les voyageurs à changer constamment leur argent. Meyer ayant appris à connaitre dans son enfance l'équivalence des diverses monnaies et, en les changeant, il se ménagea un petit bénéfice. En outre il s'intéressa à la numismatique et collectionna les pièces rares; il aida de ses conseils un autre collectionneur le prince Guillaume de Hanau, qui lui octroya le titre d' "agent de la couronne", ce qui lui rendit service pour les affaires de Francfort. En 1770, il se maria et eut, de ce mariage, cinq fils qui par la suite devaient développer des succursales de la maison Rothschild à Vienne, Naples, Londres et Paris.

 

Ayant de plus en plus d'affaires à la cour, en 1790 son revenu annuel était de trois mille écus. Six cents de plus que celui de son père. les biens de la famille s'accrurent rapidement pendant la Révolution Française; Meyer se chargea des fournitures aux armées et on lui confia la sécutrité des fortunes princières, parfois leur placement.

 

/.../ 

 

Extrait d'Histoire des civilisations de Will et Ariel Durant

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2021 1 13 /12 /décembre /2021 15:00
 
© The Met/domaine public Sainte Lucie et sa mère Eutychie sur le tombeau de sainte Agathe, Giovanni di Bartolommeo Cristiani, 1366-1388, Metropolitan Museum of Art, New York.
Sainte Lucie, témoin de la guérison de sa mère.

 

Sainte Lucie de Syracuse est une chrétienne de Sicile (Italie), née à Syracuse, morte en martyre au début du IVe siècle.

Sa mère, Eutychie, souffre d’hémorragies sanguines et d’une inflammation digestive. Avec sa fille, elle vénère sainte Agathe de Catane, autre chrétienne sicilienne cinquante ans auparavant.

Un jour, les deux femmes se rendent sur sa tombe, où, croient-elles, Dieu accordera la santé à Eutychie.

Après un périple dangereux - les chrétiens sont alors persécutés -, elles parviennent au tombeau où elles prient ardemment pendant des heures.

La nuit suivante, sainte Agathe apparaît à Lucie et lui dit :

« Lucie, ma soeur, pourquoi viens-tu me demander ce que tu pourras bientôt accorder toi-même à ta mère ? Comme j’ai été établie par Dieu gardienne de la ville de Catane, tu seras établie à ton tour gardienne de Syracuse. »

Lucie est stupéfaite. Est-ce possible ? S’agit-il d’une illusion provoquée par l’ambiance du pèlerinage ?

Le lendemain, elle réveille sa mère et lui raconte sa visite nocturne. Eutychie lève les yeux au ciel et lui apprend qu’elle est guérie. Cette nuit-même, elle a perçu dans son sommeil la présence d’une jeune chrétienne inconnue à ses côtés...

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2021 7 12 /12 /décembre /2021 15:00
 
 
© iStock/Getty Images Plus/bennymarty Vue de Lucerne, Suisse.
Le Saint-Sacrement guérit Johannes Joergensen

 

Lorsqu’il vient au monde le 6 novembre 1866, rien ne laisse supposer que Johannes Joergensen, écrivain danois qui allait écrire des vies de saints parmi les plus remarquables du XIXe siècle, deviendrait un jour catholique. Né dans une famille protestante mais non pratiquante, il grandit éloigné de la spiritualité. A 17 ans, il s’intéresse à l’ésotérisme. Il est alors athée et revendique des idées anarchistes. Deux ans plus tard, il publie ses premiers poèmes.

En 1894, une rencontre change le cours de sa vie. Il devient l’ami du peintre Mogens Ballin, juif converti au catholicisme, avec qui il se rend à Assise en Italie. A partir de là, commence un chemin de conversion dans lequel saint François a joué un grand rôle. Deux amis, Mogens Ballin et Verkade, lui font découvrir les merveilles de l’art chrétien.

En 1895, Johannes séjourne à Lucerne (Suisse). Il y visite les églises, comme il a pris l’habitude de le faire à chaque endroit où il se rend. Un jour, entrée dans l’une d’elles, il est surpris par ce qu’il voit :

« Un prêtre avait pris sur l’autel l’ostensoir d’or, l’avait soulevé et avait béni la foule agenouillée. Et moi je m’étais trouvé à genoux au milieu de cette foule, comme poussé à cela par une force irrésistible et, dans le profond silence du recueillement et de la prière, j’avais senti que, à cette minute, quelqu’un était près de moi. »

Johannes ne parle pas d’apparition. Le phénomène qu’il vit est davantage ce que saint Augustin et sainte Thérèse d’Avila appellent une ‘vision intellectuelle’ : sans voir Jésus avec ses yeux de chair, avec son corps, sa physionomie, Dieu infuse dans tout son être la certitude de sa présence dans l’hostie consacrée. C’est à la fois une douce brûlure par ce que Johannes appelle la « flamme de l’amour » divin et la connaissance (théologique, doctrinale)) de la vérité de la Présence réelle.

C’est un homme retourné qui sort de l’église helvétique ce soir-là.Dans les années suivantes, Johannes traduit les Fioretti de saint François en danois et publie une magnifique biographie du Poverello d’Assise.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2021 6 11 /12 /décembre /2021 15:00
 
© domaine public/wikimedia commons. Daniel le Stylite dans Le Ménologe de Basil II, XIe siècle.
Siméon le Stylite apparaît à saint Daniel (+493)

 

Vers 450, Daniel, humble moine originaire de Marathe (Turquie), issu d’une famille de chrétiens syriaques, accompagne son supérieur à Antioche (Syrie). En route, les deux hommes font étape à Télanissos (Syrie, à 30 km d’Alep), non loin de la colonne au sommet de laquelle vit saint Siméon depuis des années.

Daniel grimpe jusqu’au sommet de cette colonne à l’aide d’une échelle. Le bienheureux lui dit : « Courage, Daniel, car tu auras à supporter pour Dieu bien des fatigues. Mais j’ai confiance dans le Seigneur que je sers. Il te fortifiera. »

A compter de ce jour, Daniel veut devenir stylite à son tour.

En 459, il tombe en extase. Siméon lui apparaît au sommet d’une grande « colonne de nuée », magnifique, comme transfiguré, entouré de deux hommes immergés dans une belle lumière.

Siméon leur demande de porter Daniel jusqu’à lui. Aussitôt, sans faire le moindre mouvement, le moine se retrouve face à Siméon, au sommet de la mystérieuse colonne.

Le saint ne dit mot mais son regard est celui d’un père à son enfant. Daniel sait qu’il est temps pour lui de lui succéder dans la voie ascétique.

Puis la scène disparaît. Daniel recouvre l’usage de ses sens.

Il reçoit alors la visite de Serge, disciple de Siméon, qui le prévient : son maître vient de mourir, soit au moment où il apparaissait transfiguré.

Peu après, Daniel s’installe au sommet d’une colonne « haute de la taille de deux hommes », sur les hauteurs d’Anaplous (Turquie), sur la rive européenne du Bosphore, où, en 491, l’empereur Anastase fera transporter les reliques de saint Siméon.

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2021 5 10 /12 /décembre /2021 15:00
 
© iStock/Getty Images Plus/Tramont_ana. Procession des vierges martyres de Ravenne dans laquelle sainte Eulalie de Mérida apparaît.
La colombe de sainte Eulalie (+304)

 

L’empereur Dioclétien, mort en 305, mène la vie dure aux chrétiens d’Espagne. Sainte Eulalie est l’une de ses victimes.

Originaire de Mérida (Espagne, Estrémadure), elle naît dans une famille chrétienne prospère. A l’âge de treize ans, on la force à comparaître devant un juge impérial, chargé d’appliquer les mesures les plus coercitives à l'encontre des chrétiens. Un édit a donné l’ordre aux chrétiens de participer à un sacrifice public aux dieux païens, de brûler de l’encens en leur honneur avec le foie d’animaux sacrifiés.

Son accusateur presse Eulalie de questions et la prévient : son sort est scellé d’avance. Contre toute attente, l’adolescente, chrétienne fervente, ne se démonte pas. Elle l’interpelle dans les termes suivants : « Quelle fureur vous anime ? Vous perdez vos âmes en les abaissant devant des pierres taillées par le ciseau. Isis, Apollon et Vénus ne sont rien car ces statues ont été faites de main d’homme. Et l’empereur aussi n’est rien puisqu’il adore les choses faites de main d’homme. »

Le juge, ivre de colère, ordonne qu’on se saisisse de cette « furieuse » et qu’on la soumette à la torture. Et de dire à Eulalie : « Daigne seulement toucher du bout de tes doigts un peu de sel et quelques grains d’encens. »

Elle refuse à nouveau.

Son corps est lacéré avec des pointes métalliques puis elle est dévêtue brutalement et amenée sur un bûcher où elle doit mourir brûlée vive.

Elle est sur le point de rendre son âme à Dieu, les bras en croix, au milieu d’un foyer qui va l’engloutir à jamais.

Soudain, une colombe « plus blanche que la neige » apparaît mystérieusement au niveau de son visage, sans craindre la chaleur et les flammes. Après un court moment, l’oiseau immaculé se pose au-dessus de la tête de sainte Eulalie, puis, en un éclair, monte vers les cieux.

Saint Augustin et d’autres ont évoqué ce miracle.

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2021 4 09 /12 /décembre /2021 15:00
 
© domaine public/Wellcome. Collection Gravure de sainte Léocadie, 1770, Wellcome Library.
Sainte Léocadie et la croix mystérieuse

 

Née vers 287, sainte Léocalie est issue d’une famille chrétienne de la noblesse de Tolède (Espagne, Nouvelle-Castille). La fillette est un exemple de piété et de sagesse.

Mais elle vit sous le règne de l’empereur Dioclétien et, à cette époque, les chrétiens sont déconsidérés et pourchassés. En décembre 303, le gouverneur Dacien l’oblige à comparaître devant un tribunal d’exception.

Il reproche à Léocalie d’épouser une religion « vile et méprisable », et de troubler l’ordre public en refusant de sacrifier aux dieux du panthéon romain.

La jeune fille n’est nullement impressionnée par le ton vindicatif de son accusateur auquel elle répond ainsi : « Rien, ni les supplices ni vos menaces, ne me feront apostasier. »

Dacien a reçu mission de pacifier la région en réduisant en silence les communautés chrétiennes. Dans sa colère, il fait dénuder Léocalie devant tout le monde, puis demande à ses hommes de la fouetter. Elle est jetée dans un cachot sombre, le corps ensanglanté.

Des chrétiens, croisés sur le chemin de la prison, l’ont assuré de leurs prières. Elle a le temps de leur dire : « Réjouissez-vous plutôt car c’est une grande grâce que d’endurer ce que j’endure pour Jésus. »

Mais elle apprend par ses geôliers que les chrétiens espagnols vont subir des tortures bien plus douloureuses que les siennes. A bout de force, elle demande alors à Dieu de la retirer du monde.

Puis sa main effleure le sol en pierre dure de sa prison sur lequel son pouce trace machinalement une croix.

Que s’est-il passé ? La forme de la croix est incrustée dans le minéral, comme si Léocalie était parvenu à graver le roc avec son ongle.

« Des profondeurs, je crie vers toi… » (Psaume 130). Pour elle, c’est un signe céleste, une réponse à son appel.

Elle se penche au-dessus de la croix, l’embrasse et meurt.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2021 6 11 /09 /septembre /2021 10:06
Le Hamster !

 

Voici un animal charmant non ? 😍

 

 

Au fait, savez vous reconnaître très facilement

 

le sexe d'un Hamster ? 😎

 

 

Prenez délicatement l'animal et portez le à

 

votre oreille .

 

Si vous n'entendez rien, c'est un mâle .

 

Si vous entendez de la musique, c'est une

 

femelle ! 😁

 

 

 

Parce que dans " Le corps d'Hamster- Dame,

 

y'a des marins qui chantent ....." 🤣

 

 

 

 

 

 

Désolé .....

 

 

 

Mortimer  

Partager cet article
Repost0
2 août 2021 1 02 /08 /août /2021 14:00
12-16 JUILLET 2021

12-16 JUILLET 2021

1er jour dans la matinée, monastère Notre Dame de Nourieh

1er jour dans la matinée, monastère Notre Dame de Nourieh

Fin de matinée, la forêt des cèdres de Dieu
Fin de matinée, la forêt des cèdres de Dieu
Fin de matinée, la forêt des cèdres de Dieu

Fin de matinée, la forêt des cèdres de Dieu

La forêt des Cèdres de Dieu est l'un des derniers vestiges de l'ancienne forêt de cèdres du Liban qui recouvrait l'étage végétal supérieur du Mont-Liban. Certains cèdres sont âgés de plus de 3000 ans.

Marché de Byblos et le coucher de soleil.
Marché de Byblos et le coucher de soleil.

Marché de Byblos et le coucher de soleil.

Les Grecs la nommèrent Byblos, car c'est de Gebal que le papyrus était importé en Grèce.

2e jour Notre Dame du Liban Harissa
2e jour Notre Dame du Liban Harissa

2e jour Notre Dame du Liban Harissa

Le sanctuaire de Notre-Dame du Liban est catholique de l'Eglise maronite.

La statue, coulée en bronze, vient de France. Elle mesure 8,5 mètres de haut, 5 mètres de diamètre et pèse 15 tonnes.

La Vierge tend ses bras vers Beyrouth, comme si elle disait : "Venez, vous qui aspirez à moi, et rassasiez-vous de mes dons".

Après-midi, mariage de mon neveu et filleul

Après-midi, mariage de mon neveu et filleul

Pour des raisons privées,familiales, je ne puis diffuser de photos.

 

 

 

3e jour, baptême de Naélie.
3e jour, baptême de Naélie.

3e jour, baptême de Naélie.

Naélie, ma petite nièce, eh oui, je suis montée en grade, a été baptisée dans le rite maronite.

Elle a reçu, aussi, le sacrement de confirmation.

4e jour, retour en France
4e jour, retour en France

4e jour, retour en France

Tout a une fin, ce séjour fut merveilleux.

Une splendide organisation.

 

 

Bonne fin d'après-midi à vous.

 

Caro.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2021 5 21 /05 /mai /2021 15:31

Non, pas le prince Charmant mais internet qui nous a lâchés depuis hier...Heureusement nous avons été avertis par texto, ainsi nous avons attendu sagement.
 

Nous devions retrouver la connexion ce matin, mais re-texto pour dire que, blabla, on est désolé, blabla, mais nous rencontrons des difficultés, blablabla...

Vous l'aurez demain le 21.

 

Comme je suis optimiste de nature, j'ai laissé l'ordinateur allumé et coucou, revoilà internet qui arrive en avance.

 

Eh bien, tant mieux.

 

Mimi a mal au dos, pensez bien à elle.

 

LR

Partager cet article
Repost0
15 février 2021 1 15 /02 /février /2021 09:29
LES CRÊPES EN INDE !!!

LES CRÊPES EN INDE !!!

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2021 3 20 /01 /janvier /2021 13:22
Bouchon pour machine de Cécilou

Dépannage longue distance en plus !!!

 

Adeodat

Partager cet article
Repost0
31 mars 2020 2 31 /03 /mars /2020 11:43
Pour ceux qui ont un jardin !

 

La création d'un bassin artificiel n'est pour le

 

moment pas réglementé par le grand Timonier . cool

 

 

 

 

 

 

 

Alors, au lieu de regarder Micron en charlotte,

 

masque, blouse, et protèges- pétons,

 

créez de vos propres* mains, un merveilleux petit lieu

 

de retrouvailles pour toute la famille . cheeky

 

 

 

 

 

 

 

Que Dieu nous bénisse .

 

 

 

 

 

 

 

 

Mortimer  ( désolé, mais c'est les nerfs ....)

 

 

 

 

 

* Lavez vous les mains !!!

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2020 3 08 /01 /janvier /2020 09:57
Pingouin au repos le mercredi

Pingouin au repos le mercredi

Pingouins volant le jeudi

Pingouins volant le jeudi

On ne voit pas souvent des pingouins en plein vol sur la Banquise, alors en voilà quelques-uns

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2019 3 20 /11 /novembre /2019 11:31
Huile Sainte ...

 

 

Lors du dernier pèlerinage à Lourdes de Lourdes Cancer Espérance, le père Viot qui nous fait l’honneur de joindre notre délégation LCE 28 de Chartres Eure et Loir est très apprécié par notre petite délégation d’environ trente-cinq participants.

La veille du Sacrement des Malades auquel beaucoup ont recours à la Basilique Saint-Pie X, il a insisté sur l’importance symbolique de l’Huile Sainte de ce sacrement comme dans d’autres, et sa valeur thérapeutique dans la médecine traditionnelle. 

Ayant pour violon d’Ingres la paléographie des écritures non alphabétiques, je me suis rappelé une réflexion que je m’étais faite voici longtemps sur la ressemblance étonnante entre le hiéroglyphe égyptien du médecin et son homologue caractère chinois (caractère « Han » encore utilisé aujourd’hui sous sa forme traditionnelle à Taiwan, Hongkong et dans toute la diaspora chinoise hors Singapour où ils utilisent les formes simplifiées comme en République Populaire de Chine – les Japonais l’utilisent également sous les deux formes car la forme simplifiée était déjà admise avant les réformes imposées par le gouvernement communiste chinois après 1949.).

Dans l’Antiquité, deux grandes médecines prédominèrent aux deux extrémités du continent eurasiatique : autour du Bassin Méditerranéen, l’égyptienne qui nous a laissé d’importants écrits (dont le fameux papyrus Ebers) et la grande figure d’Imhotep et en Extrême Orient, rayonnant aussi dans le Sud-Est Asiatique, la Chinoise avec Nü Xi (pour les plantes) et surtout le mythique Huangdi, l’Empereur Jaune et son fondamental Huandi Neijing Suwen sans parler des traités d’acupuncture …

Sounou est le nom donné en égyptien au médecin. Peut-être certains d’entre vous ont déjà lu l’ancien et très intéressant ouvrage « Sinouhé  l’Egyptien » (dans les langues sémitiques, hébreu, arabe etc. dont l’ancien égyptien faisait partie, plus exactement chamito-sémitique, les voyelles ne sont pas notées), roman écrit de la vie d’un médecin qui pratiquait notamment des trépanations, signé Mika Waltari qui vient également de publier « l’Etrusque ».

En haut, à gauche, une flèche pour tuer les démons, et en dessous, à gauche, un pot à huiles parfumées pour traiter les malades, à droite la spirale est alphabétique et se prononce « nou » .

A droite, un homme fustige de son bâton les démons.

Y eut-il des contacts entre la Chine et l’Egypte dans l’Antiquité ? Cela est fort possible mais tardivement quand on sait qu’une des Routes de la Soie passait par Alep en Syrie avant que les biens soient embarqués pour sillonner la Méditerranée vers diverses destinations dont le très commercial port d’Alexandrie (on a retrouvé des poteries chinoises dans des tombes égyptiennes de la basse époque). Des hommes savants se trouvaient également dans les convois, mais il est invraisemblable que l’influence culturelle en cette Basse Epoque ait pu influencer ce parallèle entre les écritures du médecin. Mais il faut dire qu’il est étonnant !

Comparons maintenant avec le caractère chinois Yi du médecin avec sa décomposition à droite :

A gauche,  le caractère traditionnel complet et suivant les pointillés, le descriptif à droite :

  • En haut à gauche, un carquois et toutes ses flèches (qui devint le caractère simplifié du médecin),

  • En haut à droite, une main qui tient un bâton avec laquelle elle donne des coups.

 

  • En bas à gauche, un vase, un pot (de bronze) dans lequel de l’huile parfumée était mélangé un alcool (de riz ou de raisin, les Chinois ayant découvert le vin en même temps que les Gaulois). En effet, si l’huile ne se mélange pas à l’eau, elle est miscible à l’alcool pour donner une sorte d’onguent ayant la consistance d’une mayonnaise.

  • En bas à droite, on voit que ce caractère a donné le caractère de l’alcool à boire par ajout de la clé ou radical de l’eau (trois gouttes de liquide qui tombent).

Sources :

  • Ernest Alfred Thomson Wallis Budge, An Egyptian Hieroglyphic Dictionary, with an Index of English Words, King List etc., John Murray, London,

  • Dictionnaire Français de la Langue Chinoise, Institut Ricci, Kuangchi Press,

  • Père Wieger, SJ, Caractères Chinois (le meilleur sur l’étymologie et plein d’humour), Taichung.

Pierre



 

 

 

Un grand merci à Pierre . smiley

 

C'est toujours fort intéressant et très bien rédigé !

 

 

 

Mortimer 

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2019 2 19 /11 /novembre /2019 13:58
Un magnifique pingouin

Un magnifique pingouin

Quel est le prix de ce pingouin vendu dans un magasin de peluches Place Navone à Rome ?

 

 

Bonne après-midi à vous.

 

Caro.

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2019 2 22 /10 /octobre /2019 07:13
GRENOBLE: UNE EGLISE EN VENTE

Le diocèse a annoncé par communiqué sur son site internet qu’il lançait le processus de vente de l’église Saint-Luc (quartier de l’Île Verte).

 

Plusieurs éléments l’expliquent selon le père Patrick Gaso et son équipe paroissiale : « la diminution de la fréquentation depuis quelques années, le coût financier de fonctionnement important qui n’est plus supportable par la paroisse, de nombreux services plus assurés depuis le départ du père Delmas »…

L’évêque, précise le communiqué, a autorisé la vente. « En lien avec les services diocésains, une étude doit être diligentée pour trouver un acquéreur. Le Diocèse sera attentif à la destination du projet qui ne doit pas être inconvenante » (sans plus de précisions).

Cette église place docteur Girard, avait été inaugurée le 25 décembre 1967

Source: Le Dauphiné

 

Malheureusement après l'incendie de l'église Saint-Jacques et l'abandon de l'ancienne chapelle  des Pénitents blancs de la Rue Voltaire, cela fait trois lieux de culte qui disparaissent. Il y aurait encore une autre église concernée construite comme Saint-Luc dans les années 1960

 

 

Partager cet article
Repost0
24 août 2019 6 24 /08 /août /2019 17:15
LE NOUVEAU TAG
LE NOUVEAU TAG

C'EST UN SCANDALE

 

UN TAG SUR LA COLLEGIALE SAINT ANDRE DE GRENOBLE

 

Personne de dit rien, la feuille de chou locale en parle mais ne prend pas parti, bien entendu. Nous allons faire une action concertée et en parler à la mairie. En attendant ce dessin horrible est là.

Après les vols d'objets de culte… de cloches, les violations de tabernacles, les incendies, voici une nouvelle agression.

Partager cet article
Repost0
10 mai 2019 5 10 /05 /mai /2019 10:02

J'ai acheté mon nouvel appareil photo et j'ai fait une bonne affaire !

J'ai eu à 50% un Canon tout neuf.

Il est petit, facile à utiliser, j'ai fait un essai avec Balthazar.

 

Eh bien, la photo n'est pas floue !

 

Balthazar et sa cour

Balthazar et sa cour

J'entends déjà se gausser les mauvaises langues qui vont prétendre que c'est le pur effet du hasard....

 

Riez, bonnes gens, nous verrons bien !cheeky

 

Bonne continuation

 

LR

Partager cet article
Repost0
25 avril 2019 4 25 /04 /avril /2019 10:00
Marie en son Assomption.

Marie en son Assomption.

Cette statue a une étrange histoire :

 

Elle était dans la cave d'une paroisse lyonnaise, recouverte de peinture verte. Pourquoi ? Nul ne le sait et la réponse ne sera jamais connue.

 

Toujours est-il qu'une bénévole l'a récupérée, nettoyée.

 

Depuis quelques semaines, elle trône en belle place dans l'église.

 

Elle est belle n'est-ce pas ?

 

 

 

 

Saint Joseph et l'Enfant Jésus.

Saint Joseph et l'Enfant Jésus.

Je trouve cette statue amusante.

 

Voyez-vous Jésus gratouillant la barbe de Saint Joseph ?

 

C'est au pied de cette statue que j'ai mis un lumignon en remerciement à Saint Joseph pour le beau cadeau qu'il nous a fait ce 19 mars.

 

 

 

Bonne journée.

 

Caro.

Partager cet article
Repost0
22 avril 2019 1 22 /04 /avril /2019 10:00
L'espérance.

L'espérance.

Le père Fournier

 

Où étiez-vous au moment de l'incendie ?

 

 

 

 

 

 

Nous sommes le Lundi Saint. Comme chaque année à cette date, les aumôniers militaires se réunissent autour de leur évêque pour honorer leurs grands anciens à l’Arc de Triomphe, ce que nous avons fait. Ensuite, l’évêque, Mgr Antoine de Romanet, devait nous recevoir pour un dîner confraternel à l’Ecole militaire. Nous prenons nos voitures et plus nous approchons de l’Ecole Militaire, plus nous voyons une sorte de panache noir de mauvais augure qui surplombe la capitale. Je rallume mon téléphone et vois de nombreux appels en absence du centre opérationnel qui m’annonce que la cathédrale est en feu.

Quelle heure était-il ?

Je ne sais pas. Peut-être 19h30. A ce moment-là, je suis attendu sur le parvis de la cathédrale par le général. Je m’y rends et je suis réceptionné par un lieutenant-colonel qui me conduit au poste de commandement des personnalités importantes. Je salue rapidement Emmanuel Macron et son épouse, le Premier ministre, Mgr Aupetit ou encore Mgr Chauvet. Vite nous nous concentrons sur la priorité :  les Reliques de la Passion et le Saint Sacrement. 

Une première difficulté intervient. La Couronne d’épines se trouve dans un coffre. Il faut trouver des clés et surtout le code. Or, nous ne trouvions personne qui pouvait nous le communiquer. Pendant que je m’occupe de cette recherche, une partie de l’équipe travaille dans la cathédrale pour sauver les œuvres selon un plan préétabli.

Y-a-t-il un sentiment de panique à cet instant ?

Pas du tout. Personne ne panique. Jamais ! Simplement, il y a un stress un peu plus important car on sait que le temps joue contre nous. Un stress qui est bon car il permet de prendre des décisions à l’instant. A un moment, le sacristain nous donne un jeu de clés avec le pass de la cathédrale. Nous nous précipitons. Au moment où nous rentrons, nous comprenons que l’autre partie de l’équipe, pendant nos recherches, a pris la décision de casser le reliquaire et a extrait la fausse couronne de présentation en or. Les pompiers avaient par ailleurs trouvé un intendant qui avait le code. Il a pu ouvrir le coffre et a sorti la couronne d’épines. Le premier objectif était rempli.

 

Le deuxième objectif était de préserver le Saint Sacrement ?

Absolument. Je rentre dans la cathédrale. La flèche s’est déjà effondrée. A chaque instant, la nef peut s’effondrer. Il y a deux brasiers ardents au sol. Un devant l’autel principal. Un autre devant le Maître-autel, dans le chœur des chanoines. Il y a des pluies de feu qui ne cessent de tomber du toit. Dans la cathédrale, l’ambiance est très particulière. Il n’y a pas de fumée, pas de chaleur excessive. Nous circulons en longeant les murs. Je me tourne vers l’intendant pour lui demander s’il y a d’autres trésors à sauver. Il me dit de récupérer une vierge à l’enfant dans la deuxième chapelle. Avec un adjudant-chef, nous partons rejoindre la chapelle et récupérons cette grande peinture. C’est la première œuvre que nous extrayons. Ensuite nous rationalisons notre action.

C'est-à-dire ?

Au lieu de piocher au coup par coup, nous décidons d’agir de manière rationnelle : l’adjudant-chef qui commande et qui a un éclairage puissant, moi pour l’expertise technique et une dizaine d’hommes pour transporter les œuvres. De manière systématique, nous faisons les chapelles les unes après les autres. Dans chaque chapelle nous balayons avec l’éclairage et j’estime qu’il faut absolument sortir. Au fur et à mesure qu’on récupère les œuvres, nous les envoyons dans la zone-vie des ouvriers du chantier de Notre Dame, sous la protection des fonctionnaires de la préfecture de police. Arrivés dans la chapelle où il y a les deux grandes maquettes, comme il est impossible de les sortir, nous les faisons bâcher pour les protéger de l’eau. Nous poursuivons le tour, récupérons toutes les garnitures d’autel, Notre-Dame de Częstochowa, un tableau des martyrs de Corée, une très belle icône, une très grande toile pour laquelle nous devons être quatre pour la porter. Nous ne pouvons pas aller plus loin, l’officier expliquant qu’il est trop dangereux de poursuivre.

 

Vous aviez l’impression de risquer votre vie ?

Comme à chaque fois que nous entrons dans un bâtiment en flammes ! Et ce n’est pas une impression. C’est une réalité !

Revenons au Saint Sacrement. Que faites-vous ensuite ?

Effectivement il est temps de sortir Jésus de cette cathédrale en flammes. Le sacristain m’explique qu’il y a deux endroits où réside la Présence Réelle. D’abord, sur l’autel des Chanoines, avec plusieurs milliers d’hosties à transporter. Le problème est qu’il se situe à un endroit où il y a un enchevêtrement de poutres qui brûlent. Et les gouttelettes de plomb fondu continuent de tomber. C’est absolument impossible de l’atteindre ! Je fais le deuil de cette réserve [qui n’a sans doute pas été touchée finalement Ndlr]. Il y a une deuxième réserve qui se situe à l’autel de Saint Georges. Nous trouvons les clés. Je récupère Jésus. Et je bénis avec le Saint Sacrement la cathédrale. C’est un acte de foi. Je demande à Jésus – que je crois réellement présent dans ces hosties – de combattre les flammes et de préserver l’édifice dédié à sa mère. Cette bénédiction coïncide avec le début d’incendie dans la tour nord. Et en même temps son extinction ! Sans doute la Providence…  Les deux beffrois sont sauvés.

 

Vous ressortez avec la Présence Réelle ?

Non, je la laisse dans la sacristie qui n’est pas menacée par l’incendie, tout comme le trésor. Des lances à incendies se sont efforcées dès le début de les protéger. La Couronne d’Épines qui était dans un reliquaire situé dans la chapelle du Chevet, a été conduite dans l’espace-vie des ouvriers.

Vous êtes ensuite allé dans les tours de Notre-Dame ?

Oui, un sergent-chef qui était là au tout début de l’intervention me propose de monter par la tour sud qui était accessible. Nous arrivons tous les deux en haut. Je vois la toiture qui n’est plus et la cathédrale qui se consume.

 

Quels sentiments vous traversent à ce moment-là ?

Nous venions d’entrer dans la Semaine sainte. Nous avions commencé le Carême par l’imposition des Cendres et cette phrase : « Souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras à la poussière ». Cette condition de la poussière est étroitement liée à notre humanité. Mais en plus, elle est nécessaire dans la perspective de la Résurrection. J’avais à la fois cette grande tristesse de la perte d’un bien extraordinaire, cette forêt de la charpente de la cathédrale. Et en même temps, cette joie indicible liée à l’espérance de la Résurrection. Je savais que la cathédrale allait être rebâtie plus belle, plus forte et plus vivante !

Plus vivante ? Que voulez-vous dire ?

Oui car beaucoup d’édifices sont des coquilles un peu mortes. Il existe pour ces monuments religieux le risque de se transformer en sépulcre blanchi. Dans l’histoire de la chrétienté occidentale, ces édifices brûlaient, s’effondraient, étaient attaqués. Que se passait-il ? Tout le monde se retroussait les manches et reconstruisait. Il y a une sorte de vie inhérente aux bâtiments qui accompagnait la vie du quotidien des chrétiens. Aujourd’hui, il peut y avoir une sclérose qui empêche de faire vivre ces bâtiments. Alors que ces édifices doivent être le reflet de nos vies. Avec les joies et les peines. La mort et la vie.

 

Vous êtes également membre de l’ordre du Saint Sépulcre…

Oui, et c’est pour cela que mon attention s’est vite concentrée sur la Sainte Couronne. Je la porte tous les Vendredis saints. J’ai un lien particulier avec elle ! C’est un soulagement énorme que de la savoir sauve. L’Humanité n’a pas été amputée d’un de ses trésors les plus précieux.

Vous éprouvez de la fierté ?

Comme à chaque fois qu’on fait quelque chose de bien. C’est en contre-pied à la lettre de Saint Paul. On fait tellement de fois le mal qu’on ne voudrait pas et on a tellement de mal à faire le bien qu’on voudrait faire que, lorsqu’on collabore à faire du bien, on éprouve une légitime fierté. Sans oublier cependant que ce bien ne vient pas de nous qui ne sommes que des serviteurs inutiles de la grâce du Seigneur.

 

 
 

 

 
 

 

 
 
 

 

 

  •  
    • Actuellement 2 sur 5 étoiles
    • 1
    • 2
    • 3
    • 4
    • 5
     

     

     
  •  
    • Actuellement 3 sur 5 étoiles
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !