Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2016 5 02 /12 /décembre /2016 17:00

 

 

 

Comme il n’est pas possible de résumer en quelques paragraphes la bataille de

Loigny, je ne parlerai ici que de l’action des Volontaires de l’Ouest (placés sous le commandement du Général de Sonis) et de la bannière qui servit de fanion

à leur régiment.

 

 

DE ST PERAVY A PATAY
 
                                       Les Volontaires de l’Ouest à la bataille de Loigny

 



2 décembre 1870

Le général Gaston de Sonis (1825-1887) se trouvait en Algérie lorsque la guerre

franco- prussienne éclata en Juillet 1870. A sa demande, il fut envoyé en France

en octobre et Gambetta lui confia alors le commandement du 17e corps

de la 2ème Armée de la Loire.


MONUMENT DE SONIS
                                               Le monument du Général de Sonis à Loigny

C’est ainsi que le 1er décembre 1870, il retrouva sur la route de Patay

les Volontaires de l’Ouest commandés par le Colonel de Charette.

Ce bataillon, composé en grande partie d’anciens Zouaves Pontificaux,

avait été incorporé dans l'Armée de la Loire et était donc passé sous

son commandement.

Sonis et Charette firent route ensemble, en compagnie du Père Doussot,

religieux dominicain,aumônier des Volontaires de l’Ouest. Ce dernier leur

 

parla notamment du seul moyen de salut qui restât à la France : redevenir

pleinement chrétienne.

Alors Sonis leur montra le fanion que portait un de ses spahis :

une croix blanche sur fond bleu, et leur dit : « Il est vrai que cette
croix héraldique ne parle pas assez de Jésus Christ. J’y avais bien fait peindre

d’abord un crucifix, mais il était si mal fait que je n’en voulus pas. »

« Eh bien, mon général, tenez, j’ai ce qu’il vous faut », lui répondit le Colonel

de Charette.

Et il lui conta l’histoire de la bannière du Sacré Cœur qu’il transportait avec lui.

Ce récit émut profondément Gaston de Sonis. Il décida que, puisqu’elle avait été

donnée aux Zouaves, c’est un zouave qui la porterait, chargeant

le Colonel de Charette de désigner lui-même le porte-fanion.

 




Leur route les amena enfin à Saint-Péravy-la-Colombe où ils firent halte

pour la nuit.

A deux heures du matin, le Père Doussot célébra la Messe dans l’église

du village.

C’était le premier vendredi du mois, jour de l’office du Sacré-Cœur.

Le Général de Sonis, le Colonel de Charette, ainsi que nombre de Zouaves

Pontificaux, y assistèrent et communièrent.

 

Cette veillée d’armes fut la dernière pour beaucoup. Le soir même la plupart

gisaient blessés ou morts sur le champ de bataille.

 


LA DERNIERE COMMUNION DES ZOUAVES DETAIL
       La communion suprême des Zouaves (tableau de Lionel Royer dans l’église de Loigny)

Après l’action de grâces, l’ordre fut donné aux troupes de se diriger vers Loigny.

La bataille faisait rage dans la plaine de Beauce entre les Allemands et l’Armée

de la Loire.

Pour repousser les troupes allemandes et les empêcher d’encercler

les 16ème et 17ème Corps, Sonis devait absolument reprendre à l’ennemi

le village de Loigny.

Malgré tous ses efforts, les soldats du 51ème régiment d’infanterie

refusèrent de poursuivre le combat et se couchèrent dans les sillons.

Il leur dit alors : « Eh bien, puisque vous ne savez pas mourir pour la France,

je vais faire déployer devant vous le drapeau de l’honneur.» Il s’élança au galop

et rejoignit les Zouaves Pontificaux. Tous voulaient le suivre. Il en prit 300 qui se

joignirent aux Mobiles des Côtes du Nord et aux francs-tireurs de Tours et de Blidah.

La nuit tombait.

Le général de Sonis dit au Colonel de Charette : « C’est le moment de faire

déployer la bannière du Sacré Coeur. » Et ils partirent à l’assaut de Loigny.

 

CHARGE DES ZOUAVES PONTIFICAUX
                                         La charge des Zouaves Pontificaux

Pour atteindre le village, les Français devaient franchir un petit bois

où les Allemands s’étaient retranchés Le Général de Sonis et le Colonel

de Charette à leur tête,

les Volontaires de l’Ouest s’élancèrent aux cris de « Vive la France !

Vive Pie IX ! ».

Henri de Verthamon les précédait, tenant haut la bannière.

Une pluie de projectiles s’abattit sur eux. Sonis fut grièvement blessé à la cuisse

et s’effondra.

 

Puis, Henri de Verthamon fut touché à mort.
Le Comte de Bouillé se précipita pour reprendre la bannière, mais il tomba à

son tour, mortellement blessé. Son fils Jacques la reprit. Quelques minutes

plus tard,il était tué.

Son gendre, Edouard Cazenove de Pradines s’en empara, fut grièvement blessé

au bras et laissa échapper la bannière. Le zouave Le Parmentier parvint à la saisir,

 

mais fut blessé à son tour.


Les Zouaves Pontificaux, grâce à leur héroïsme, parvinrent dans un

premier temps à chasser l’ennemi du bois et à atteindre les premières

maisons de Loigny.

Mais lorsque les Allemands s’aperçurent qu’ils étaient très peu nombreux,

ils les pourchassèrent et les repoussèrent.

La retraite fut sonnée. Les Zouaves se replièrent en bon ordre. Plusieurs furent

encore tués, le Colonel de Charette fut blessé. Le sergent Landeau, qui avait réussi à récupérer la bannnière, teintée du sang de tous ses défenseurs et trouée par les balles,

parvint à la rapporter à l’arrière.

Il la confia au Père Doussot qui la cacha sous sa robe blanche pour la soustraire aux
Allemands.

La bannière était sauvée.

 

LES PORTEURS DE LA BANNIERE DE LOIGNY
          Tués en portant la Bannière : Henri de Verthamon, Fernand et Jacques de Bouillé

Partis 300, les Zouaves Pontificaux laissèrent sur le champ de bataille

198 des leurs, tués ou blessés, dont 10 officiers sur 14.

Leur sacrifice ne fut pas vain.

Ils sauvèrent l’Armée de la Loire du désastre, en empêchant le mouvement

d’encerclement de l’armée allemande.

 

ROYER LA NUIT DU 2 DECEMBRE
                       La nuit du 2 décembre (tableau de Lionel Royer dans l’église de Loigny)

Partager cet article

Repost 0
Publié par : Mortimer - dans Voyages
commenter cet article

commentaires

Cécilou 02/12/2016 22:58

Durant nos 3 ans nantais, chaque fois que j'allais chez une de mes amies, née Marie de Charette, je tombais en extase devant la magnifique et imposante sculpture de son grand-oncle le colonel-baron de Charette, sabre au clair dans sa tenue de zouave pontifical.

LR 02/12/2016 18:29

Vous avez publié cet article parce que vous ne saviez pas quoi nous raconter !
Abominable LR

Mortimer 02/12/2016 18:59

Pas du tout chère petite madame !
C'est qu'en regardant les stats d'hier, j'ai vu que cet ancien article avait été
lu par plusieurs personnes dans la journée .

Cela arrive quelquefois, mais je ne comprends pas pourquoi ....

Vous en aurez d'autres comme cela extrait des archives de la Banquise !

Bonne soirée polaire !

Mortimer

Excellence Archange 02/12/2016 18:27

J'aurai préféré qu'on parle du général Bonaparte.

Mortimer 02/12/2016 18:59

Hum !
Même dans les archives du blog je n'ai rien sur ce général .....

Mortimer

Mortimer 02/12/2016 17:07

Comme vous pouvez le constater, j'ai republié cet article de madame Zouave paru le 11 décembre 2011 sur le blog .

Pourquoi ?

Je vous le dirai plus tard ......


Mortimer

gerfaut 11/12/2011 18:20


Pas facile de répondre pour la question sur le FC peut etre faut il chercher du coté de la bataille du Mans, qui sé déroula en janvier 1871 ! Et je ne peux que vous conseiller que d'aller à
Loigny voir le lieu de cette belle charge de Volontaires de l'Ouest

Téri 11/12/2011 08:43


 Merci Madame Zouave.

Augustin 11/12/2011 02:39


Merci, Madame Zouave, pour ce récit si intéressant du rôle des Zouaves des Volontaires de l'Ouest à la bataille de Loigny.


 


Salutations de la Floride,


Augustin

Cachalot 10/12/2011 20:25


Oui, vraiment passionnant!


Merci

Mirabelle 10/12/2011 19:36


L"essai a échoué !!!


Chère LR, il faut faire un copié/ collé.


Merci Madame Zouave.

Mirabelle 10/12/2011 19:30


Un essai :


http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=618466


 


Mimi


 


 


 


 

LR 10/12/2011 19:22


On ne peut pas ouvrir votre lien, Morti.


Mais le récit de Madame Zouave est passionnant !


Merci  !


LR

The Webmestre 10/12/2011 18:49


On pose une question  suite à la parution de cet article sur le FC :


http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=618466


 


Si quelqu'un peut répondre .


 


The Webmestre

Ewondo 10/12/2011 18:47


 Merci à Madame Zouave !!!


 


Un de mes arrière-grand oncles fut dans la campagne du Mexique ... puis devenu Zouave Pontifical, il a sans doute été à la bataille de Loigny ...


 


 J'essaie de retrouver son nom ... ce n'est pas gagné  je n'ai plus qu'une tante éloignée, qui aurait
peut-être quelques infos à me donner ...


 


Pierre.


 


P.S. : L'an prochain, j'espère être des vôtres, si Dieu le veut !

Ennemond 10/12/2011 14:38


Merci Mortimer de rappeler le vaillant sacrifice de ces français partis défendre le pays. Dans la famille, nous honorons la mémoire de l'un de nos oncles, volontaire de l'Ouest, mortellement
blessé à la bataille de Patay, non loin de Loigny. "Ne pleure pas, mère, lui dit-il en la quittant, si je pouvais mourir en faisant quelque chose de bien, et que mon nom dût rester honoré de
tous, je demanderais au Ciel de me reprendre tout de suite." Il est mort, en donnant son âme, à l'âge de 18 ans.

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !

Pages