Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juillet 2016 1 11 /07 /juillet /2016 16:15

Voilà, enfin.... Un petit article sur mon séjour outre Manche.

 

Londres, fascinante et si proche. Pour les Parisiens il n'a pas beaucoup de dépaysement ! A part peut-être la langue, et la conduite à gauche (!), ce qui peut être dangereux lorsqu'on traverse une rue ! Surtout que les Londoniens font comme les Parisiens, ils traversent n'importe où et n'importe quand.

Londres est une ville agréable et très verte. On trouve des grands, très grands parcs en pleine ville.

 

Hyde Park / Kensington Garden avec le lac, la Serpentine.
Hyde Park / Kensington Garden avec le lac, la Serpentine.

Hyde Park / Kensington Garden avec le lac, la Serpentine.

Hyde Park fut donc l'objet de ma première promenade, le temps s'y prêtant (j'ai eu de la chance !).

Après avoir traversé Kensington Gardens je me retrouve à Kensington et décide de me rendre à la Tour de Londres en bus. Heureusement que je n'étais pas pressé, j'ai mis à peu près deux heures... Un premier bus pour aller jusqu'à Trafalgar puis un deuxième pour aller à la Tour de Londres. La deuxième ligne de bus est la seule ligne qui utilise encore quelques célèbres bus rouges, les Route Masters. Les autres lignes ont bien des bus à deux étages, mais plus modernes (avec la clim !!).

Route Master

Route Master

Après cet épuisant trajet, j'ai vu la Tour de Londres et le célèbre Tower Bridge, j'y suis retourné le lendemain matin pour visiter tout cela.

Donc le lendemain me voilà reparti vers la Tour de Londres. Ce n'était pas forcément très simple, car le métro avait beaucoup de lignes fermées pour travaux ce week-end là et il y avait un événement à Trafalgar ce qui gênait les bus...

J'ai donc pris le train de banlieue pour 3 arrêts afin de rejoindre une ligne de métro qui fonctionnait partiellement.

La Tour de Londres
La Tour de Londres
La Tour de Londres
La Tour de Londres

La Tour de Londres

L'entrée des monuments peut être très chère car il n'y a pas ou peu de subvention de la part de l'Etat, de plus la Tour est un bien de la Couronne Britannique et non de l'Etat, donc 25 £ l'entrée (soit 32 € environ).

Vous pouvez effectuer une visite conduite par un des célèbres gardes les yeomen. L'ayant déjà faite (il y a bien quinze ans...) et surtout vu le monde, j'ai préféré visiter tranquillement. J'ai donc aussi vu les célèbres corbeaux.

 

Un des corbeaux de la Tour de Londres

Un des corbeaux de la Tour de Londres

La légende veut que, s'il n'y a plus de corbeaux à la Tour de Londres, la monarchie tombera. Les mauvais sujets peuvent être exilés pendant plusieurs mois dans une autre résidence royale.

Après la Tour, je n'avais qu'à faire quelques mètres pour voir et visiter le Tower Bridge.

Tower Bridge

Tower Bridge

Le Tower Bridge, construit fin XIXème, permet le passage des bateaux grâce à une partie basculante du tablier central.

On peut monter (en payant !) sur les passerelles hautes et avoir une vue magnifique sur la Tamise et Londres.

Vue vers le centre de Londres et le West End

Vue vers le centre de Londres et le West End

Vue vers le quartier des docks et l'East End

Vue vers le quartier des docks et l'East End

Mon après-midi fut consacré à quelque chose de plus terre à terre : le shopping !!

Ce que je ne savais pas c'est que c'était le début des soldes.Et là-bas c'est pire que chez nous, c'est une religion !

Voulant me rendre dans un certains magasin du centre de Londres, j'avais décidé de prendre un bus devant mon hôtel qui m'amenait directement à l'endroit désiré : Oxford Circus. Avec une circulation intense cauchemardesque sur Oxford Street... (la fameuse taxe pour rentrer dans le centre ne semble pas très efficace). Mais j'ai compris pourquoi en voyant le monde dans la rue... le début des soldes.

Personnellement je suis allé dans le plus grand magasin de jouets du monde: Hamley's ! Et j'en suis ressorti avec ça :

Précision le gros Nounours est pour mon filleul !

Précision le gros Nounours est pour mon filleul !

Et après Oxford Circus je suis allé à South Kensington pour aller dans le plus célèbre des magasins londoniens :

Week-end à Londres

Eh oui, chez Harrod's. Magasin très surprenant, et surtout un vrai labyrinthe ! Avec un escalier égyptien surprenant (comprenez : déco hyper lourde) et des ascenseurs du même style.

Intérieur d'un ascenseur chez Harrod's

Intérieur d'un ascenseur chez Harrod's

Après cette après-midi fatigante je suis rentré à l'hôtel...

 

Ah, si, j'oubliais je suis ressorti en début de soirée pour voir ceci :

Le Tower Bridge ouvert

Le Tower Bridge ouvert

Enfin si j'avais bien lu l'horaire je l'aurais vu complètement ouvert, mais je m'étais trompé de  10 minutes...

 

La suite dans un autre article !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Julien 11/07/2016 23:49

Vous racontez toujours aussi bien.

Londres est la ville la plus chère d'Europe. Avec une coupure très nette entre le centre ville et la banlieue, les travailleurs de la city et d'ailleurs étant rejetés de plus en plus loin hors de la ville. Une ville agréable à visiter, mais où il ne fait pas bon vivre. Agréable pour l'omniprésence de la musique : Covergarden, les orchestres dans la rue, les chœurs anglais, mélangeant volontiers pour les sopranes les femmes et les enfants, ce qui est plus subtil que notre manière de figurer que les petits garçons ont des voix d'anges et de castras qu'ils ne deviendront jamais. (cf. "La ville dont le prince est un enfant" de Montherlan ou "Les choristes" de Christophe Baratier: ceréalisateur vient de sortir un film sur l'histoire de Jérôme Kerviel).

Facilité de trouver des taxis dans le chœur de Londres, c'est une autre affaire en banlieue, où tout est organisé pour que le touriste n'aille pas se perdre et reste au centre, tandis que le travailleur londonien ne doit pas s'attarder à down town, excepté au pub après le boulot, où il peut boire ses 9 ou 10 bières quotidiennes, à condition de les payer au fur et à mesure: pas de défaut de grivèlerie dans la capitale britannique! C'est la convivialité londonienne.

Au fait, vous ne nous avez rien dit de la bière, ni de la cuisine anglaise... N'avez-vous pas aimé les somptueux petits déjeuners qu'on sert dans les hôtels et qui rendent le déjeuner superflu?

N'avez-vous pas trouvé que la société anglaise est à la fois plus explosive et plus ouverte que la nôtre? Explosive du fait d'un pouvoir d'achat qui éloigne le travailleur anglais des biens de consommation qui sont sous son nez tout le jour sans qu'ily ait accès. Mais plus libre pour autant que, s'il ne commet pas de délit (et il est surveillé, Londres fut la première ville à installer partout des caméras de surveillance, et comme ce qui se pratique aux Etats->Unis est importé chez nous dix ans plus tard -voyez l'interdiction de fumer-, Londres donne le la aux autres capitales européennes pour la flambée des prix de l'immobilier, la gentryfication et les caméras de surveillance), le travailleur londonien peut s'exprimer à son gré. J'étais à Londres au moment de la première affaire des "cartons" (les premières caricatures de Mohamed, publiées par un canard danois). Londoniens de vieille souche ou installés de fraîche date y défendaient à la radio tous les points de vue, qui la liberté d'expression absolue, qui le respect du sacré des autres (comme dirait notre aumônier), en faisant une digression sur le port du voile. La radio londonienne était très intéressante à écouter. Chaque opinion était proférée avec un mélange de fermeté et de respect, sans que le modérateur du débat done l'impression de surveiller l'intervenant de la libre antenne, toujours présumé, en France, préparer un dérapaage incontrôlé. La radio regorgeait de ces débats étrangement phlegmatiques et enflammés, cette liberté de ton étant due au fait que les Anglais, comme les Romains -à l'exception de la persécution chrétienne parce que le christianisme tendait à devenir la religion dominante comme l'islam pourrait le devenir en Europe, doivent leur empire à ce qu'ils n'ont pas voulu imposer leurs valeurs à leur dominions, protectorats et colonies, au contraire de nous qui en fûmes chassés sans que le commerce reprenne malgré les accords d'"indépendance association", comme on disait pendant la crise calédonienne. Le relativisme britanique n'a pas empêché Londres d'avoir son "Charlie" bien avant nous, mais sans faire le cirque international que nous avons fait avec le nôtre. Les attentats du métro londonien n'ont eu aucun effet sur la politique britannique. Ceux de Madrid ont entraîné un changement de majorité dans le pays, à croire que le parti socialiste espagnol qui en avait profité en était le commanditaire... Nous avons fait pleurer le monde entier avec notre "Charlie" en aggravant notre politique internationale.

Les informations de la BBC font vraiment le partage du fait et du commentaire, théoriquement recommandé dans les écoles de journalisme, alors que les Français ne cessent d'éditorialiser en présentant les faits pour confondre l'opinion.

Lorsque je me suis cassé mon premier bras en tombant dans des travaux au début d'une nuit de Chine, j'ai partagé la chambre d'un correspondant culturel russe en France de la BBC, Sacha (!alexandre) Dankin, qui s'était vu défoncer le plateau tibien par une vague du Pacifique où il ne faisait que tremper les pieds, après un week-end en Polinésie où il était allé enregistrer des musiques du monde entier dans un festival dédié à la world music. Il passait de la musique toute la journée, même à mon retour de la salle de réveil. Ca pouvait devenir fatigant. Mais Dieu, que la musique malgache était belle!

Londres est une ville vraiment cosmopolite, où les Russes n'ont plus à être des dissidents. D'une manière générale, personne ne doit se cacher du jour où il est accueilli. Mais Londres filtre ceux qu'elle laisse entrer et s'installer. Dans l'espèce d'aérogare (sans piste d'aviation, mais non pas sans portique) qu'est le terminaal d'enregistrement de l'Eurostar et qui détonne dans la marée humaine de la gare du Nord, les services des migrations anglais sont inflexibles: les Anglais n'ont jamais eu schengen. Au contraire, au retour en France, on rentrait comme dans un moulin. On sortait de son train, on parcourait le quai sans encontrer un représentant des forces de l'ordre et retour dans la marée humaine!

Ce qui maintient Londres dans une "pax britannica" relative, c'est que cette ville essaie de s'organiser. Le libéralisme économique et les libertés civiles y vont de paire avec une surveillance des frontières et une chasse à la délinquance.

Pourquoi répute-t-on les anglais n'avoir pas de cœur et servir Dieu sans grâce? Au contraire, nous sommes des cartésiens dégoulinant de bons sentiments et qui laissons aller notre pays a volo. Lequel de nos deux modèles est préférable à l'autre ET POURQUOI? Pourquoi Jeanne d'Arc était-elle française et en avait-elle si fort contre les Anglais?

Et que dites-vous du brexit ? "Messieurs les AAnglais se tirent les premiers" et m'est avis qu'ils n'y perdront rien. Non seulement leur empire protège leur commerce, mais ils ne perdront aucun marché européen. Ils avaient déjà tellement de dérogation qu'ils étaient dans l'Europe sans en avoir les contraintes. Ils avaient peu à pâtir de cette Union de bric et de broc surveillée par des commissaires économiques. On entendait dire qu'ils tempêtaient surtout contre les "travailleurs détachés" européens: du plombier polonais à l'expatrié français qui ne faisait pas de Londres le siège social de son entreprise pour y être fiscalisé plus légèrement, mais non pas sans profit pour la deuxième place boursière du monde, qui n'a pas attendu l'Europe ni même Wall street pour inventer la City, aussi vieille que le puritanisme, Cromwell et la monarchie régicide et parlementaire. Que l'on sache, il n'y aura pas de Cityxit. Londres ouvre-t-elle la voie aux autres nations d'Europe pour sortir d'un "machin" qui reposait sur une belle idée de "paix perpétuelle"? Tout le monde n'a pas la zone de repli de cette ville insulaire ayant une influence directe sur "la moitié du monde connu". Londres a pris la place de Rome dans l'Europe libérale et matérialiste. Quelle est l'influence de Paris?

Cécilou 11/07/2016 17:48

Superbe !!! Merci pour les photos qui me font dévouvrir une ville où j'ai failli aller passer un WE entre copines en 95, via l'eurostar et auquel j'ai du renoncer. Devinez pourquoi ???? Les grèves. Entre temps j'avais rencontré mon promis et j'avais moins de temps pour les virées filles, forcément ;-) Pour l'architecture orientale de chez Harrod's n'est-ce pas du au fait que le propriétaire est Mohammed Al Fayed, père du fameux Doddi de feue la princesse Diana ?? Enfin, à une époque, il l'était, je crois. Il a peut-être revendu mais l'architecture, elle, est restée.
Cécilou qui fond !!!

Cécilou 11/07/2016 17:59

Désolée, je n'ai pas pris la peine de vérifier l'orthographe des prénoms orientaux. En l'occurrence, ici, Mohamed s'écrit avec un seul M et Dodi avec un seul D. Et, après vérification, Mohamed est bien égyptien et Harrods a été revendu à des Qatari en 2010.

LR 11/07/2016 17:42

J'aime beaucoup Londres.
La prochaine fois, Archanginouchet, ramenez-moi des torchons imprimés !

LR

Excellence Archange 11/07/2016 17:27

J'aurais dû y aller après, j'aurais fait des économies (si on fait le calcul, ça doit faire 10 €, l'économie anglaise ayant encaissé le choc pour le moment...)

Mortimer 11/07/2016 17:23

Je précise que c'est suite au voyage à Londres d'Archange, que le Brexit est passé !!!

Je sens que son Excellence va pas mal voyager en Europe ......

Merci pour ce bel article .


Mortimer

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !