Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2020 3 29 /01 /janvier /2020 10:10
Saint François de Sales

Saint François de Sales

SAINT FRANCOIS DE SALES

 

Prince et évêque de Genève

 

François naquit au château de Sales à trois lieues d'Annecy. Son père était François comte de Sales et sa mère Françoise de Sionas (Sion). Dès les premiers mois de sa grossesse, elle offrit son enfant au Seigneur.

Il commença ses études au collège de la Roche puis à celui d'Annecy. Comme il était doué dans toutes les matières, son père décida qu'il devait poursuivre ses études à Paris. Sa mère, se voyant séparée de son fils, lui dit: Mon fils j'aimerais mieux vous voir mort, que d'apprendre que vous ayez commis un seul péché mortel.

A Paris, il fit ses études chez les jésuites, puis à l'Académie pour apprendre les usages du monde.

Voulant obéir à ses parents, il approfondit ses études en apprenant l'hébreu, le grec et la théologie enseignée par Génébard et Maldonat, pères jésuites. Il suivait aussi le père Ange de Joyeuse qui, de duc et maréchal de France, s'était fait capucin.

En 1584, son père l'envoya à Padoue étudier le droit sous la férule de Guy de Pancirole. Il  les acheva avec le titre de docteur. Comme il  était prêt à rentrer chez lui, son père lui donna l'ordre de voyager en Italie. Il se rendit à Ferrare puis à Rome.

Rentré enfin chez lui, il fit l'admiration de Claude de Granier, évêque de Genève. François voulait embrasser l'état ecclésiastique et non une charge quelconque comme aîné de la famille. Il fit appel à son cousin, Louis de Sales, pour convaincre son père. Il y réussit et François fut nommé prévôt de l'église de Genève et  ordonné diacre chargé du ministère de la Parole. Ses sermons acquirent tout de suite une grande réputation. Il convertit soixante douze milles calvinistes.

Après avoir été ordonné prêtre, il s'établit à Annecy où il monta la Confrérie de la Croix pour instruire les ignorants.

Le contexte de l'époque n'était pas facile: les calvinistes de Genève refusèrent d'obéir au duc de Savoie et à leur évêque en fondant une république qui s'empara du duché de Chablais, des baillages de Gex, Terni et Gaillard et du pays de Vaud. La religion catholique en fut bannie au profit de Calvin. Mais Charles-Emmanuel, duc de Savoie, réussit à reconquérir les pays perdus. Cependant il fallait reconvertir les habitants. François fut envoyé en mission à Thonon capitale du Chablais. Tous les jours il risquait sa vie, mais il réussit à faire de nombreux retours à la foi catholique entre autres le baron d'Avuli qui avait une grande réputation parmi les calvinistes.

A Noël 1597, François put dire la messe dans l'église Saint Hippolyte de Thonon devant huit cents personnes. Enfin, en 1598, l'hérésie calviniste fut éradiquée du Chablais.

De retour à Annecy, François fut nommé coadjuteur de l'évêque du lieu et évêque de Nicopolis par le pape. Le baillage de Gex ayant été cédé à Henri IV, François se rendit à Paris où le roi lui demanda de prêcher le carême à la Cour dans la chapelle du Louvre. Des calvinistes assistants à ses prêches furent convertis par ses paroles.

François aida le cardinal de Bérulle à établir les carmélites en France ainsi que la Confrérie de L'Oratoire.

Henri IV estimait beaucoup François, et voulait lui offrir un évêché avec quatre milles livres de pension, mais le saint refusa en disant que son devoir était d'être évêque de Genève. Cependant les ennemis veillaient et  l'accusèrent d'être un espion du duc de Savoie. Le roi n'y crut pas un instant et le combla de remerciements pour ses bonnes actions à la Cour de France.

Après avoir passé un mois à Paris et sur la route du retour pour Annecy, il apprit la mort de l'évêque de Genève et se prépara à prendre sa succession. Il reçut l'onction le 8 décembre 1602. Il publia rapidement un règlement de vie pour lui et tout le clergé de son diocèse, ainsi qu'un nouveau rituel. Il s'attacha à rétablir les églises et les prêtres dans la baillage de Gex et aussi les monastères comme celui de Sixt (commune de Sixt-Fer-à-Cheval, 74). C'est là qu'il apprit l'ensevelissement de plusieurs villages suite à l'effondrement d'une partie d'une montagne. Il obtint du duc de Savoie l'exemption des taxes.

Les habitants de Dijon lui demandèrent de venir prêcher le carême.  De retour à Annecy, il apprit que le roi Henri IV voulait lui donner les revenus d'une grande abbaye et que le pape voulait le faire cardinal, mais il refusa ces honneurs.

Peu de temps après, François écrivit le Traité de l'amour de Dieu et l' Introduction à la vie dévote.

Jean-Pierre Camus, ayant été nommé à l'évêché de Bellay, demanda à Saint François de venir célébrer la cérémonie de son sacre. Il accepta. Nous sommes redevables à Monseigneur Camus du livre l'Esprit de Saint François de Sales.

En 1610, Saint François fonda l'Ordre de la Visitation avec Sainte Jeanne de Chantal, mais c'est une autre histoire.

Saint François de Sales et Sainte Jeanne de Chantal

Saint François de Sales et Sainte Jeanne de Chantal

Sa santé déclinant, Frédéric Borromée, archevêque de Milan, nomma Jean-François de Sales, son frère, coadjuteur qui fut sacré évêque de Calcédoine en 1618. C'est cette année-là que saint François prêcha le carême à Grenoble, comme l'année précédente, et c'est à cette occasion qu'il convertit plusieurs calvinistes dont le célèbre duc de Lesdiguières, qui deviendra connétable de France.

Saint François s'étant rendu en Avignon à la demande du duc de Savoie afin de rencontrer Louis XIII, suivit la Cour jusqu'à Lyon où il prêchait encore le jour de Noël, malgré une santé de plus en plus mauvaise. L'après-midi, victime d'une apoplexie, il dut lêtre alité. Il mourut quelques jours plus tard, le 28 décembre 1622, à l'âge de cinquante-six ans.

Après son enterrement, son corps fut embaumé, son coeur enfermé dans une boîte de plomb et déposé en l'église de la Visitation de Bellecour à Lyon. Par la suite, il sera placé dans un reliquaire en or offert par Louis XIII. Son corps fut transporté à Annecy.

Il fut béatifié par Alexandre VII en 1661 et canonisé en 1665. Le pape Alexandre VII, Louis XIII et Louis XIV sont persuadés d'avoir été guéris de leurs maladies par notre saint évêque François.

Eglise Saint François d'Annecy

Eglise Saint François d'Annecy

SAINT SULPICE SEVERE

Disciple de Saint Martin vers 410

 

SAINT SAVINIEN

de Troye en Champagne, martyr au IIIè siècle

 

SAINT VALERE

Second évêque de Trèves fin IIIè siècle

 

SAINT GILDAS

Abbé de Ruhys au diocèse de Vannes + 570

 

SAINT GILDAS L'ALBANIEN

ou l'écossais, fils de Caunus roi des Bretons + 512

 

SAINT SULPICE

Evêque de Bourges + 591

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !