Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 octobre 2021 4 07 /10 /octobre /2021 09:10
ABBAYE SAINTE JUSTINE DE PADOUE

ABBAYE SAINTE JUSTINE DE PADOUE

CHÂSSE DE SAINTE JUSTINE DE PADOUE

CHÂSSE DE SAINTE JUSTINE DE PADOUE

SAINT JUSTINE de PADOUE

 

 

Justine souffrit à Padoue en 304 sous l’empereur Dioclétien, ou selon d’autres auteurs sous Néron.

Fortunat dit qu’elle fut la gloire de Padoue comme Saint(e) Euphémie  en Calcédoine et Sainte Eulalie de Mérida en Espagne. Dans son poème sur Saint Martin, il recommande à ceux qui vont visiter Padoue d’aller baiser respectueusement le tombeau de la bienheureuse martyre. Vers le milieu du cinquième siècle, Opilion, préfet du prétoire, et honoré de la dignité de consul en 453, fit bâtir dans la même ville une église en l’honneur de Sainte Justine. Ses reliques qui s’étaient perdues (on les avait cachées durant la guerre d’Attila, qui détruisit l’Aquilée et Padoue), furent retrouvées en 1177, et on les garde en grande vénération dans l’église à son nom. Cette église fut rebâtie en 1501 ; elle est, avec le monastère des Bénédictins auxquels elle appartient, un des plus beaux édifices en ce genre.

 

En 1417, il s’établit dans ce monastère une réforme de l’Ordre de Saint Benoît, qui s’étendit dans diverses contrées d’Italie sous le titre de Congrégation de Sainte Justine de Padoue. Celui du Mont Cassin ayant embrassé la réforme dont il s’agit, devint le chef-lieu de la congrégation ; et le pape Jules II transféra de Sainte Justine au Mont Cassin, la dignité avec la juridiction de Président ou de Général. Depuis ce temps-là la congrégation porte le nom du Mont Cassin et est divisée en sept provinces. Le monastère de Sainte Justine est le second en rang de toute cette réforme. Saint Justine est, conjointement avec Saint Marc, patronne de Venise, et son image est gravée sur la monnaie de la république.

 

On trouve près du tombeau de cette sainte les reliques de plusieurs autres martyrs qui souffrirent avec elle suivant ses actes propres et ceux de Saint Prosdecime, et d’autres encore. Les reliques de Sainte Justine, renfermées dans une châsse, furent placées en 1502 sous le grand autel de l’église que l’on venait de bâtir. Quand le nouveau chœur fut achevé, on les transféra en 1627, avec beaucoup de solennité, dans une voûte magnifique pratiquée sous le maître autel aussi nouvellement construit.

 

 A Venise une église célèbre  porte le nom de Sainte Justine. Elle était anciennement collégiale ; mais elle appartient présentement à un monastère de religieuses [début XIXè siècle]. Le sénat y allait en procession le 7 octobre, en action de grâce de la victoire remportée sur les Turcs dans le golfe de Lépante [c’est peut-être toujours le cas aujourd’hui].

 

MARTYRE DE SAINTE JUSTINE

MARTYRE DE SAINTE JUSTINE

EGLISE SAINTE JUSTINE DE VENISE. SANTA GIUSTINA (DESACRALISEE)

EGLISE SAINTE JUSTINE DE VENISE. SANTA GIUSTINA (DESACRALISEE)

MONASTERE DU MONT CASSIN

MONASTERE DU MONT CASSIN

SAINT MARC

Pape, l’an 336

(Archives)

 

SAINT SERGE et SAINT BACQUE

Martyrs sous Maximien.

 

SAINT AOUT

Prêtre en Berry, + vers 560

 

SAINT PALLADE ou PALAIS

Evêque de Saintes, fin sixième siècle

 

SAINTE OSITHE

Martyre en Angleterre vers 870

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2021 4 07 /10 /octobre /2021 07:49
FETE LE 2 AOÜT. PRIEZ POUR NOUS

FETE LE 2 AOÜT. PRIEZ POUR NOUS

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2021 4 07 /10 /octobre /2021 06:35
Bonjour à tous !

Que vous dire ?  Le vent fait courber les arbres  et

 

le ciel est nuageux .

 

 

"Comme c'est bien de ne pas avoir à sortir de bon matin ."

 

 

Il fait 12° et nous aurons 22° dans la journée .

 

 

Si nous avons du soleil , dans quelques jours 

 

nous irons voir si nous trouvons des champignons .

 

 

Passez une belle journée et prenez soin de vous

 

et des vôtres !

Bonjour à tous !

Mirabelle

Bonjour à tous !

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2021 3 06 /10 /octobre /2021 20:15
Bonne nuit polaire !

 

Il est des forteresses qu'on ne détruit jamais ....

 

 

Et personne sur Terre ne détruira l'Eglise que

 

Notre Seigneur a voulue .

 

Et quelles que soient les attaques ..........

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par contre, que les traîtres et salauds qui

 

ont fait cela subissent le châtiment !

 

Ce n'est que justice .

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour Florence .

 

 

Pour Claude .

 

 

Pour Sam .

 

Pour l'abbé Guillaume de Tanoüarn .

 

 

 

 

 

 

 

Pour toutes les autres intentions de la

 

Banquise .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pierre - Ewondo

Pierre - Ewondo

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nos petits anges au Ciel

 

 

Bonne Nuit Polaire à tous !

 

 

Et nos Banquisards partis trop tôt ...

 

Bonne nuit polaire à tous !       

 

Elsasser

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonne nuit polaire à tous !

Le Camarguais 

 

Bonne nuit polaire à tous !

Granny

 

 

 

 

Pour  Fleur de Lys    Le drapeau breton flottera bientôt sur la mairie de Nantes - Sorties à  Nantes

 

 

 

 

 

 

 

Et pour Catherine  Drapeau Corse - tissu - 90 x 150 cm - Décors du monde

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BONNE NUIT POLAIRE à TOUS !

 

Et Oriane .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IN CHRISTO PER MARIAM

 

 

 

 

 

 

 

Mortimer 

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2021 3 06 /10 /octobre /2021 09:10
RELIQUAIRE DE SAINTE FOY A L'ABBAYE DE CONQUES

RELIQUAIRE DE SAINTE FOY A L'ABBAYE DE CONQUES

SAINTE FOI ou FOY

 

et ses compagnons martyrs

 

 

Foi est née à Agen d’’une famille chrétienne. D’une rare beauté, elle fut insensible aux charmes du monde.

 

L’empire était alors gouverné par Dioclétien et Maximien. Dacien  gouvernait les Gaules. Ce terrible ennemi des chrétiens alluma une persécution. Lorsqu’il fut arrivé à Agen, il ordonna que l’on fît paraître Foi devant lui. La jeune épouse de Jésus-Christ suivit docilement ceux qui la conduisaient en faisant des signes de croix sur son corps. Elle dit aussi cette prière :

 

- Seigneur Jésus, qui assistez toujours vos serviteurs, secourez-moi, fortifiez-moi, et daignez m’accorder la grâce de répondre d’une manière digne de Vous.

 

Dacien prit un ton plein de douceur et lui demanda :

 

- Quel est votre nom ?

 

- Foi. Je me nomme Foi, et je tâche d’être dans la réalité de ce que signifie ce nom.

 

- Quelle est votre religion ?

 

- Depuis mon enfance, je sers le Seigneur Jésus-Christ, en lui consacrant toute mon âme.

 

- Croyez-moi ma fille, ayez égard à votre jeunesse et votre beauté. Abandonnez la religion que vous professez, et sacrifiez à Diane, qui est une divinité convenable à votre sexe, et qui vous comblera des plus précieuses faveurs.

 

- Les dieux des nations sont des démons ; comment pouvez-vous me demander de leur offrir des sacrifices ?

 

- Vous osez appeler nos dieux des démons ? Il faut vous déterminer à leur offrir des sacrifices ou à périr dans les tortures.

 

Foi résista jusqu’à la fin.

 

- Non seulement s’écria-t-elle, je suis prête à souffrir toutes sortes de supplices pour mon Dieu, mais j’ai hâte de mourir pour Lui.

 

En colère, Dacien fit apporter un sommier en fer sur lequel il fit attacher Foi . Puis on y mit le feu et on versa de l’huile. Les spectateurs furent saisis de compassion et d’horreur.

 

- Comment peut-on traiter ainsi une jeune vierge innocente dont le seul crime est d’adorer Dieu ?

 

Dacien  fit arrêter plusieurs chrétiens. Comme ils refusaient de sacrifier dans le temple, il les fit décapiter avec Sainte Foi.

 

Saint Dulcidius, évêque d’Agen qu’on donne pour successeur à Saint Phébabe et mourut à la fin du quatrième siècle, transféra les reliques de Sainte Foi dans la nouvelle église qu’il avait fait bâtir dans l’enceinte de la ville. Quant à celles de Saint Caprais et des compagnons de son martyre, il les transféra dans une autre église. L’histoire de cette translation, racontée par un témoin oculaire, se trouve dans les actes de Sainte Foi que Surius et Labbe ont publiés. On vénère encore le lieu où les corps des saints martyrs avaient été cachés lors des persécutions.

 

Vers l’an 886, les reliques de Saint Vincent d’Agen, martyr, et celles de Sainte Foi, furent portés à l’abbaye de Conques dans le Rouergue. On les transféra dans la nouvelle abbatiale en 1050. Le pape Urbain V fit donner une partie des reliques de Sainte Foi aux moines de Cucufat en Catalogne, vers 1365, probablement pour les dédommager d’avoir donné à Montpellier un bras de Saint Louis de Toulouse. On honorait autrefois un bras de Sainte Foi à Glastenbury.

 

Il y a en France un grand nombre d’églises qui portent le nom de Sainte Foi. On distingue celle de Longueville en Normandie, qui fut considérablement enrichie par Walter ou Gautier Giffard, comte de Buckingham en Angleterre. Sainte Foi est la patronne du prieuré d’ Horsham dans la province de Norfolk, auquel Henri Ier accorda de grands privilèges. L’église souterraine de la même sainte, bâtie sous celle de Saint Paul de Londres, était aussi fort célèbre (Pardulfus).

 

SAN CUCUFA A CUGAT DEL VALLES EN CATALOGNE

SAN CUCUFA A CUGAT DEL VALLES EN CATALOGNE

RELIQUAIRE DU BRAS DE SAINT LOUIS DE TOULOUSE. COLLECTION DU LOUVRE

RELIQUAIRE DU BRAS DE SAINT LOUIS DE TOULOUSE. COLLECTION DU LOUVRE

ABBAYE SAINTE FOY DE CONQUES

ABBAYE SAINTE FOY DE CONQUES

SAINT BRUNO

Fondateur de l’Ordre des Chartreux

(Archives)

 

SAINT PARDOU

Abbé de Guéret dans la Marche, + en 738

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2021 3 06 /10 /octobre /2021 08:10

L’HOMME DE LA NUIT

Suite

La religion aurait-elle suffit à faire garder ses premiers principes d’honnêteté ? Il se le demandait en mâchant son fromage et ses biscuits, les yeux toujours sur le texte sacré.

Ayant trouvé du lait, il en but un peu, puis se leva. A la place où il était assis s’étalaient deux petites mares, l’une sur le sol, l’autre sur la table où il avait posé ses bras. Il éteignit la lumière, traversa doucement la boutique, écouta, puis ouvrit la porte. Il n’y avait personne  en vue. Il sortit, refermant la porte à clef derrière lui. Il remit la clef sur le rebord où il l’avait trouvée, et regagna rapidement la rue principale. Le lourd couteau, pointu et fraichement aiguisé, enfoui dans sa poche, heurtait sa cuisse à chaque pas.

Se sentant en proie à un malaise, il essaya d’analyser d’où cela provenait. Il songea que c’était sans doute le verset, et sourit à cette pensée ; mais aussitôt son sourire s’évanouit. Il n’était plus seul !

Un homme avait surgi de l’obscurité, rapidement, silencieusement, et marchait auprès de lui, à son pas.

Thomas s’arrêta net. Sa main descendit vers la poche où se trouvait le couteau.

«  Que voulez-vous ? » demanda-t-il violemment.

L’autre ne répondit rien. Son visage restait dans l’ombre. Comment était-il habillé, quel genre d’homme était-ce ? Thomas ne pouvait s’en rendre compte. Il voyait seulement qu’il était grand, élégamment proportionné, à l’aise dans ses mouvements.

Il y eut un silence, puis l’homme dit : «  Venez ! » Aussitôt, le cambrioleur le suivit sans mot dire.

Ils avancèrent sans échanger un mot, et Thomas se rendit compte que la direction que suivait l’homme était celle qu’il avait décidé lui-même de prendre.

«  J’irai me livrer… après cela, dit-il en parlant fiévreusement. Il faut en finir… en finir avec ce genre de vie… en finir ! »

Il ne trouvait pas bizarre de découvrir ainsi les plus secrètes pensées de son cœur ; il acceptait sans aucune surprise l’idée que l’étranger savait tout.

«  C’est elle qui m’a fait tomber de plus en plus bas, sanglota Thomas, comme ils parcouraient côte à côte les rue étroites qui menaient au fleuve. J’en souffrais au début, mais elle a jugulé ma conscience… elle se moquait de mes scrupules. C’est le démon en personne, je vous le dit !

- D’autres hommes ont dit : «  La femme m’a tenté », prononça doucement l’étranger. Cependant, l’homme a son propre cerveau et sa propre volonté.

Thomas secoua la tête avec obstination.

«  Je n’avais pas de volonté devant elle. Quand je l’aurai tuée, je serais de nouveau un homme. »

Il tâta sa poche où se trouvait toujours le couteau. «  Si nous avions eu des enfants, poursuivit-il, les choses auraient été différentes, mais elle détestait les enfants.

- Si vous étiez dégagé d’elle, vous pourriez être un homme », dit l’étranger.

Sa voix était douce, grave et triste.

Thomas se tourna avidement vers lui.

«  Oui, oui ! C’est bien ce qu je veux dire. Elle est un obstacle dans ma vie. Si je la tue, je pourrai recommencer une autre vie, n’est-ce-pas ? Je pourrai revenir me présenter parmi les hommes en disant : «  J’ai tué ce qu’il y avait de mauvais en moi, donnez-moi une autre chance. » Regardez ! »

Il fouilla dans sa poche et en retira le couteau. La pluie cinglait le papier, ses mains tremblaient dans son agitation à montrer la forte lame, toute brillante et pointue.

«  je ne pourrai pas la tuer de mes seules mains, dit-il en respirant rapidement. Mais je sens qu’il faut que je le fasse, quoique je déteste tuer .J’ai étranglé un lapin une fois, quand j’étais enfant, et cela m’a hanté pendant des jours et des jours.

- Si vous étiez dégagé d’elle, vous pourriez être un homme, dit l’étranger.

- Oui, oui, acquiesça le voleur en inclinant la tête. C’est bien ce que je dis. Je retournerai… vers mes vieux… mes vieux ! Ils ne savent pas où j’en suis venu. »

Sa voix se brisa.

Ils tournaient de ruelle en ruelle, traversant des artères plus importantes, passant devant les impasses où étaient rangées des voitures de marchands de quatre-saisons, les roues enchaînées l’une à l’autre. Ils parcouraient des terrains vagues.

A un certain moment, au bout d’une ruelle, ils aperçurent le fleuve et virent trois chalands amarrés l’un contre l’autre qui s’élevaient et retombaient suivant le mouvement du flot. En plein courant, un vapeur était ancré, dont on voyait luire faiblement trois feux.

«  J’entrerai dans la maison par la cour de derrière, dit Thomas. Il n’y a personne d’autre dans la maison qu’une vieille femme, ou du moins il ne doit y avoir personne. Ma femme couche sur le devant de la maison.

- Si vous étiez dégagé d’elle, vous pourriez être un homme, répéta l’étranger.

-  Oui, oui, oui, dit impatiemment le forçat. Je sais… Quand je serai libre. »

Il rit joyeusement.

«  Elle vous a fait tomber trop bas, dit l’étranger avec douceur. Chaque fois que vous vouliez faire effort pour remonter, elle vous en empêchait.

- C’est vrai, c’est la vérité ! dit Thomas.

- Cependant vous ne pouviez vous débarrasser d’elle. Vous êtes loyal, fidèle et bon.

- Dieu m’est témoin que c’est la vérité, gémit-il. Dans le bien comme dans le mal, dans le richesse comme dans la pauvreté », dit Thomas avec l’impression que l’étranger prononçait ces mots en même temps que lui.

Enfin ils atteignirent une rue plus sombre, plus misérable encore, semblait-il, que toutes les autres. Thomas s’arrêta devant une impasse qui menait à une série de petites maisons.

«  J’entre maintenant, dit-il simplement. Attendez-moi ici, et quand je reviendrai, nous recommencerons une nouvelle existence. Je vais la tuer rapidement. »

L’homme ne répondit rien. Thomas suivit l’impasse, tourna sur sa droite dans un passage encore plus étroit, entre des barrières de bois, et atteignit ainsi une grille toute démantibulée.

Il poussa le grille et entra dans une petite cour très sale, remplie de déchets ménagers. Il y avait là un poulailler à demi démoli et, tandis que Thomas passait, un coq chanta bruyamment.

Il n’y avait personne dans la pièce qui donnait sur la cour. Il souleva la fenêtre qui grinça un peu. Il attendit que le coq chantât de nouveau pour étouffer le bruit de la fenêtre. puis se hissa dans la pièce.

La pointe du couteau pénétra dans sa jambe, lui faisant un mal cuisant.

Il prit le couteau et tâta la lame… Brusquement, il se rendit compte qu’il n’était pas seul dans la pièce.

Tenant fortement le couteau, il essaya de sonder les ténèbres.

« Qui est là ? murmura-t-il.

- C’est moi, dit la voix qu’il connaissait, celle de l’homme qui lui était apparu dans la nuit.

- Comment… comment êtes-vous entré ? »

Il était stupéfait et troublé.

«  Je vous ai suivi, dit le voix. Débarrassons-nous de cette femme. C’est la mauvaise graine qui étouffe votre âme.

- Oui, oui », dit Thomas tout bas, en cherchant à tâtons la main de l’étranger.

La main dans la main, ils entrèrent dans la chambre de la femme.

Une veilleuse brûlait sur la cheminée.

Elle était étendue sur le lit, un bras nu rejeté au dehors, tandis que sa poitrine se soulevait régulièrement.

Il avait vu une autre chose se soulever et s’abaisser d’un mouvement aussi monotone. Qu’était-ce donc ? Ah ! oui, les chalands du fleuve…

Elle était belle, quoique vulgaire, et, en dormant, elle souriait. Elle bougea en prononçant un nom – mais ce n’était pas celui de l’homme qui se tenait penché sur elle, un couteau dans la main tremblante,

«  L’aimez-vous ? »

La voix de l’étranger était très douce.

Le mari secoua la tête.

«  Je croyais… autrefois. Maintenant… »

Il secoua de nouveau la tête.

«  La haïssez-vous ? »

Le voleur regardait gravement la femme.

«  Je ne la hais pas, dit-il avec simplicité. Je veillais sur elle parce que c’était mon devoir…

- Venez », dit l’étranger.

Et ils quittèrent la chambre ensemble.

Thomas déverrouilla la porte d’entrée, puis ils s’enfoncèrent de nouveau dans la nuit morne.

«  Je ne l’aime pas, je ne la hais pas, dit-il encore. Je retournais vers elle parce que c’était mon devoir. J’ai travaillé, j’ai volé, et elle m’a trahi… Alors, j’ai pensé à la tuer ! »

Il tenait encore le couteau.

En silence, ils suivirent le chemin qu’ils avaient pris pour venir, jusqu’à ce qu’ils atteignissent la ruelle qui menait au fleuve.

Ils suivirent cette ruelle.

Au bout ils trouvèrent quelques marches et entendirent le clapotis de l’eau.

Alors, Thomas leva le bras et lança le couteau dans l’eau. A cet instant, une voix appela du bas des marches.

«  C’est toi, Cole ? »

Thomas sentit son cœur s’arrêter de battre.

La voix était dure et métallique. Il cligna des yeux comme s’il se réveillait.

«  C’est toi, Cole… Qui est là ? »

Thomas aperçut alors un bateau au bas des marches. Quatre hommes s’y tenaient, dont l’un avait saisi un anneau scellé dans le mur, à l’aide d’une gaffe.

«  C’est moi, dit le voleur.

- C’est pas Cole, prononça une autre voix avec dégoût. Cole ne viendra pas, il est soûl. »

Il y eut un conciliabule dans le bateau, puis une voix autoritaire demanda.

« Tu veux du travail, mon gars ? »

Thomas descendit deux marches et se pencha en avant.

«  Oui… je veux du travail. »

Une voix agitée déclara qu’on allait manquer la marée.

«  Tu sais faire la cuisine ?

- Oui… je sais. »

C’était son emploi à la prison.

« Alors saute ! On t’inscrira demain. On va à Valparaiso… Vapeur. Ça te va ? »

Thomas ne répondit pas tout de suite.

«  Je ne veux pas revenir ici, dit-il enfin.

- On en trouvera un meilleur que toi pour le voyage de retour. Allons ! saute là-dedans. »

Il entra maladroitement dans le bateau. Aussitôt, l’officier à l’avant donna un ordre.

La barque s’écarta du bord et le voleur songea alors à l’homme qui lui était apparu dans la nuit.

Il ne voyait mieux qu’il ne l’avait encore jamais vu. C’était une radieuse silhouette qui se tenait au bord de l’eau, la main tendue en signe d’adieu.

Thomas vit son visage, si beau, si bienveillant. Une vague lueur semblait l’encadrer.

«  Voici… murmura celui qui était descendu dans le bateau. C’est étrange, comme ce verset…. Adieu, adieu, monsieur.

-A qui tu causes, camarade ? demanda le marin qui ramait.

- A… l’homme qui était avec moi, dit Thomas.

- Y avait personne avec toi, rétorqua l’autre, méprisant. T’étais seul. »

 

                                                                            Edgar Wallace

 

                                                                                  1920

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2021 3 06 /10 /octobre /2021 06:23
Port du Lauragais en automne .

Port du Lauragais en automne .

Il fait 12°, ressentie 9° et nous aurons 19° dans

 

la journée avec du mistral qui va souffler très fort .

 

L'automne s'installe ...

 

 

 

Ne vous étonnez pas si la Banquise ouvre tardivement

 

mais comme je ne suis plus pressée d'aller travailler

 

je n'ai pas d'heure pour me lever .

 

A part mardi prochain  où ce sera vraiment le dernier

 

jour de travail de ma vie .

 

 

Bonne fête à tous les Bruno !

 

 

 

 

Nous n'oublions pas notre chère Catherine qui

 

fêterait son anniversaire ce jour  et nous embrassons

 

bien fort sa soeur et son frère .

 

 

 

 

 

Bon mercredi à tous !

 

Prenez soin de vous et des vôtres !

Bon mercredi à tous !

Mirabelle

Bon mercredi à tous !

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2021 2 05 /10 /octobre /2021 20:14
Bonne nuit polaire !

Pour Florence .

 

 

Pour Claude .

 

 

Pour Sam .

 

Pour l'abbé Guillaume de Tanoüarn .

 

 

 

 

 

 

 

Pour toutes les autres intentions de la

 

Banquise .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pierre - Ewondo

Pierre - Ewondo

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nos petits anges au Ciel

 

 

Bonne Nuit Polaire à tous !

 

 

Et nos Banquisards partis trop tôt ...

 

Bonne nuit polaire à tous !       

 

Elsasser

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonne nuit polaire à tous !

Le Camarguais 

 

Bonne nuit polaire à tous !

Granny

 

 

 

 

Pour  Fleur de Lys    Le drapeau breton flottera bientôt sur la mairie de Nantes - Sorties à  Nantes

 

 

 

 

 

 

 

Et pour Catherine  Drapeau Corse - tissu - 90 x 150 cm - Décors du monde

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BONNE NUIT POLAIRE à TOUS !

 

Et Oriane .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IN CHRISTO PER MARIAM

 

 

 

 

 

 

 

Mortimer 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2021 2 05 /10 /octobre /2021 10:14

CHAPELET NOTRE DAME DU SUFFRAGE

L'ENVERS DE LA CROIX

L'ENVERS DE LA CROIX

LES PRIERES

LES PRIERES

Chapelet du jour : Chapelet des morts

Le chapelet des morts de l'Archiconfrérie Notre Dame du Suffrage se compose de quatre dizaines, c'est à dire de quarante grains, en souvenir des quarante heures qui ont précédé la Résurrection et en rappel des quatre fins dernières des Evangiles. Les quarante grains sont également en mémoire des 40 heures que le Christ aurait passées dans les Limbes pour délivrer et conduire au Ciel toutes les âmes des saints, morts avant Lui.

Le chapelet des morts est composé de 44 grains, 1 gros grain après le crucifix et une médaille, ensuite 4 dizaines séparées par trois gros grains. Il peut se réciter sur un chapelet normal en mettant de côté la cinquième dizaine et les 5 grains du début.

Les quatre dizaines tout comme les quatre gros grains sont un rappel des quatre Evangiles source de notre foi en Christ et sa résurrection.

Ce chapelet est récité en mémoire d’un défunt proche, pour le repos de son âme, ou tout simplement pour toutes les âmes du purgatoire.

Voici la manière de le réciter:

On fait le signe de croix

Sur le premier gros grain on récite le psaume 130,

«De Profundis»

Du fond de l’abîme je crie vers toi, Seigneur ; Seigneur, écoute ma voix.

Que tes oreilles soient attentives au cri de ma supplication.

Si tu prends garde aux fautes, Seigneur, Seigneur, qui pourra subsister ?

Mais le pardon se trouve en toi, afin qu’on te révère.

J'espère en le Seigneur; en le Seigneur mon âme espère ; je compte sur ta parole

Plus qu’un veilleur sur l’aurore, mon âme compte sur le Seigneur

Car auprès du Seigneur est la grâce ; auprès de lui abonde le salut.

C'est lui qui délivrera Israël de toutes ses fautes

Donne-leur Seigneur le repos éternel.

 

Sur les quatre dizaines,

 

On médite (voir les exemples)

Et on récite sur chaque grain :

 

 «Doux cœur de Marie, consolation de ceux qui souffrent, Priez pour nous et pour les âmes abandonnées du purgatoire»

 

A chaque dizaine, on médite en parallèle sur un épisode de la mort du Christ et de la nôtre:

 

1ère dizaine: La mort de Jésus

Exemples :

Mt 27,50: Or Jésus, poussant de nouveau un grand cri, rendit l'esprit.

Mc 15,37: Or Jésus, jetant un grand cri, expira.

Lc 23,46: Et, jetant un grand cri, Jésus dit: «Père, en tes mains je remets mon esprit». Ayant dit cela, il expira.

Jn 19,30: Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit: «Tout 'est accompli» et, inclinant la tête, il remit l'esprit.

Notre Mort

Ap 14,13: Puis j'entendis une voix me dire, du ciel: «Ecris: Heureux les morts qui meurent dans le Seigneur dès maintenant - oui, dit l'Esprit - qu'ils se reposent de leurs fatigues, car leurs œuvres les accompagnent

 

VITRAIL LA CHAPELLE DE N.D. DU SUFFRAGE DE LA COLLEGIALE SAINT ANDRE DE GRENOBLE

VITRAIL LA CHAPELLE DE N.D. DU SUFFRAGE DE LA COLLEGIALE SAINT ANDRE DE GRENOBLE

Pour plus d'info voir: http://www.collegiale-saint-andre.fr/

Confrérie Notre Dame du Suffrage

 

Messe tous les lundis à 18 h 30 dans la chapelle du Suffrage

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2021 2 05 /10 /octobre /2021 09:10
5 octobre 2021

SAINT THRACEAS

 

Polycrate présente Thracéas comme une des plus brillantes figures de l’Eglise d’Asie Mineure de la fin du deuxième siècle. D’après Appolonius, il fut un de ceux qui s’élevèrent avec plus de force contre les Montanistes ou prophétesses de Montan, quelques années avant 211, date des écrits d’Appolonius, dont des fragments nous sont parvenus par Eusèbe. D’autres fragments écrits par Urbanus sur le même sujet, évêque en Asie Mineure, nous sont aussi parvenus par la même voie.

 

Selon les mêmes sources, Thracéas souffrit à Smyrne vers l’an 177 et fut enterré près de cette ville. Il est nommé dans le martyrologe Romain, dans celui d’Usuard et d’Adon.

 

 

 

SAINT PLACIDE

Et ses compagnons martyrs en 546

(Archives)

 

SAINT APOLLINAIRE

Evêque de Valence en Dauphiné, + en 525

 

SAINTE GALLA

Veuve, milieu du sixième siècle.

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2021 2 05 /10 /octobre /2021 08:03

suite

 

L’HOMME DE LA NUIT

 

Suite

 

Dehors, il pleuvait doucement. Les rues semblaient abandonnées ; la longue ligne des réverbères qui s’étendait à l’Est et à l’Ouest accentuait cet étrange sentiment de solitude.

 

« Tic-tac, tic-tac », reprit l’appareil avec une sorte de frénésie.

 

L’inspecteur se redressa, attentif. Son fauteuil gémit. Un constable qui se tenait près de la porte avait également entendu cet appel précipité.

 

« Qu’est-ce que c’est, Gil ? » demanda l’inspecteur avec mauvaise humeur.

 

Le constable s’approcha et prit le message.

 

« Ordre à tous les postes d’arrêter Georges Thomas, libéré du bagne : âge, trente-cinq ans ; taille cinq pieds huit pouces ; teint et cheveux foncés ; yeux bruns ; allure distinguée. Soupçonné d’avoir pris part au vol entrepôt Walthamstow et Canning Town, spécialement ; prendre note et accuser réception.

 

                                                                        « Scotland Yard. »

 

«  En pleine nuit ! s’exclama l’inspecteur avec contrariété. Ils m’appellent pour me dire ce que je leur ai dit il y a des heures ! Quelle organisation ! »

 

Il secoua la tête désespérément. Dehors, dans la rue, un homme approchait, sous la pluie fine, les mains enfoncées dans les poches, le col de son pardessus relevé, la tête penchée sur la poitrine. Il traînait ses bottines trempées et ralentit le pas en approchant du poste. L’agent de police qu’il s’attendait à trouver devant la poste était absent.

 

L’homme hésita au pied des marches, puis serra les mâchoires et monta lentement.

 

Il s’arrêta encore dans le couloir qui précédait l’entrée de la salle de garde.

 

« Ça m’étonne de Thomas, prononça la voix de l’inspecteur. Je croyais qu’il essayait de se réformer.

 

- C’est sa femme, monsieur » dit le constable.

 

Il y eut un long silence que rompait seul le bruit du balancier.

 

« Alors, pourquoi sa femme l’a-t-elle dénoncé ? demanda l’inspecteur.

 

- Ah ! c’est elle qui a donné ? »

 

Il y avait de la stupeur dans la voix du constable, mais l’homme dans le couloir nes’en rendit pas compte. Il était appuyé au mur, se tenant la gorge ; son visage maigre, non rasé, était livide, ses mains tremblaient.

 

« C’est elle qui l’a vendu », dit l’inspecteur.

 

Il parlait comme un homme satisfait de divulguer des nouvelles que lui seul savait.

 

« Vous le connaissez ?

- Un peu monsieur, répondit la voix du constable.

 

- Belle créature… Elle aurait pu choisir mieux que Thomas.

 

- Je crois bien que c’est ce qu’elle a fait », déclara sèchement l’agent de police.

 

On les entendit rire tous les deux.

 

«C’est donc pour ça ! Elle veut le savoir sous les verrous ! J’ai connu des cas de ce genre. »

 

L’homme du couloir se glissa dehors. Il tremblait de tout son corps. Il faillit tomber à la dernière marche et se raccrocha à la grille qui longeait l’immeuble.

 

La pluie tombait à verse, mais il ne la sentait pas. Il était assommé, anéanti par ce qu’il venait d’apprendre. Il avait, en effet, cambriolé un entrepôt parce qu’elle s’était moquée de sa tentative de s’amender. Il voulait redevenir honnête, et elle l’avait poussé hors de son chemin… et puis, lorsqu’il avait accompli son vol avec toute sa vieille habileté, sans laisser aucune trace de son identité, voilà qu’elle avait été tout droit à la police pour le dénoncer ! Mais ce n’était rien. Des femmes ont fait ça, déjà par jalousie, dans un accès de rage, se croyant, à tort ou à raison, lésées ; mais elle, elle avait fait cela délibérément parce qu’elle aimait un autre homme.

 

Il avait retrouvé son sang-froid maintenant, voyant les choses très nettement. Il hâta le pas, marchant rapidement et légèrement, la tête haute, comme au temps où il était associé à un coulissier et qu’elle n’était encore qu’une aimable jeune fille qui se délectait à lire des romans.

 

La pluie coulait sur son visage, les manchettes de  sa chemise collaient à ses poignets, son pantalon était trempé des cuisses aux chevilles. Il songeait à une petite boutique de la rue du Commerce, où l’on vendait du beurre, du fromage et du bois de chauffage. Il y avait acheté, pour un penny, du fromage et du pain, et se rappelait que la femme, derrière le comptoir, avait coupé le fromage avec un grand couteau pointu, nouvellement aiguisé… Il réfléchissait tout en se dirigeant vers la boutique. Ces couteaux sont généralement rangés dans un tiroir près e la caisse, avec la scie à jambon et le pèse-lait. Il savait que la boutique était fermée, les volets mis, et il n’avait rien pour forcer la porte. Ses outils avaient été raflés par la police. Il s’était demandé comment elle les avait découverts ; maintenant il savait.

 

Il retint un sanglot.

 

Cependant, il fallait trouver un moyen. Le couteau était nécessaire. Il était encore affaibli par sa dernière période d’incarcération ; il ne pouvait pas la tuer avec ses seules mains… elle était si forte et si belle, oh ! si belle !

 

Ses pensées sans suite se heurtaient dans sa tête, il arriva bientôt devant la boutique. Elle se trouvait dans une petite rue qu’éclairait un seul réverbère. Pas d’autre bruit que celui de la pluie. Personne  en vue. On voyait une imposte au-dessus de la porte ; il constata tout de suite qu’il n’y avait pas d’autre moyen pour enter. Il se hissa sur la plante des pieds pour tâter le bas de l’imposte. Ses doigts rencontrèrent alors un objet sur le rebord. Son cœur bondit. C’était une clé… Il avait bien supposé que la boutique ne comportait pas d’habitation, et il connaissait trop les habitudes de négligence de ces petits boutiquiers pour être surpris de la facilité avec laquelle on pouvait pénétrer sans effraction. Il glissa la clé dans le serrure, la fit tourner et entra, refermant la porte doucement derrière lui.

 

Il faisait chaud à l’intérieur ; cela sentait le renfermé et une odeur de victuailles : de fromage, de jambon et aussi de bois résineux. Il avait des allumettes dans les poches, mais elles étaient trop humides et ne pouvaient pas prendre. Alors tâtonnant sur les étagères, il finit par en trouver une boîte neuve. Il en alluma une, protégeant la flamme d’une main. La boutique avait été balayée et rangée pour la nuit. Un morceau de mousseline enveloppait le beurre posé sur le marbre. Sur le comptoir d’étalait, bien en vue, une feuille de bloc-notes. Des instructions concernant un certain « Fred » y étaient écrites ‘une main malhabile. Il devait allumer le feu, mettre de l’eau à bouillir, prendre le lait et servir Mrs. Smith.

 

Fred était évidemment le garçon qui arrivait le premier, le matin, et pour lequel on laissait la clé au-dessus de la porte. Il était assez surprenant que Thomas réfléchit à ses détails, tout en allumant ses allumettes l’une après l’autre afin de découvrir le couteau pointu fraîchement aiguisé. Il éprouvait une certaine exaltation à se rappeler l’aisance avec laquelle il avait pu s’introduire dans la boutique. Il avait même une folle envie de siffler et de parler.

 

Enfin, il trouva le couteau sous le comptoir, avec une planche à découper fortement entaillée et un « fusil » à aiguiser. Il enveloppa soigneusement le couteau dans un morceau de journal, puis sentit qu’il avait faim. Il détacha un morceau de fromage. Il ne trouva pas de pain, mais s’empara d’une boîte de biscuits entamée. Tenant ses provisions à la main, le couteau en sûreté dans sa poche, il continua son exploration. Il découvrit une arrière-boutique dont la porte n’était pas fermée à clef. Il entra.

 

Après avoir frotté plusieurs allumettes, il se décida à allumer le bec de gaz. Il se trouvait dans une toute petite pièce meublée à bon marché, mais gentiment. Quelques bibelots chinois sans valeur étaient posés sur la cheminée, des lithographies étaient accrochées au mur ; une horloge faisait entendre un tic-tac bruyant. Au poste de police, il y avait aussi une horloge… Il grimaça comme  sous l’effet d’une douleur, puis tâta son couteau et sourit.

 

Il s’assit ensuite devant la petite table, au milieu de la pièce, et mangea machinalement, les yeux fixés sur le mur en face de lui.

 

Il avait tout accompli pour elle ; son premier vol… quelques souverains extraits de la caisse… Elle en avait été l’instigatrice. S’il avait été poussé sur la pente fatale, c’était grâce aux petites folies, aux petites extravagances, à la coquetterie de sa femme. Les yeux fixés au mur, il dévalait cette pente en souvenir.

 

Sur le mur s’étalait un verset de la Bible. Les yeux de Thomas n’avaient pas quitté ses mots mal imprimés, aux lettres noires, dorées, vertes, rouges, irrégulièrement alignées.

 

Ses pensées s’évadaient en tous sens, quoiqu’il s’efforçât inconsciemment, les yeux sur le verset, de les concentrer sur un point unique. Une moitié de son cerveau poursuivait la mortelle route de l’introspection ; l’autre, à contrecœur, jouait avec les mots fixés au mur.Il ne lisait que ceux écrits en majuscules :

 

« Voici… L’Agneau… Dieu… Efface… Péchés… Monde… »

 

Trois années de bagne pour cambriolage, deux périodes de six mois pour effraction… Poussé par elle, toujours. Bien des années avant, il allait à l’église, faisait partie du chœur, s’intéressait aux choses de la religion. C’est étrange comme un homme peut d’éloigner de cette voie, comme la fraîcheur de la foi s’efface… Il l’avait épousée par licence spéciale, à Marylebone, et ils étaient allés à Brighton pour leur voyage de noces. Elle savait bien qu’il ne gagnait pas suffisamment pour leur train de vie ; il ne se doutait pas qu’elle avait deviné  qu »il volait son patron. Aussi lorsque, froidement et non sans amusement, elle lui avait révélé qu’elle n’en ignorait rien, il avait été confondu et bouleversé…

 

« Voici… L’Agneau… »

 

A suivre

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2021 2 05 /10 /octobre /2021 06:19
Bonjour à tous !
Bonjour à tous !

Merci à Dame LR d'avoir ouvert la Banquise, hier.

 

Avec la pluie qui tombait hier matin, j'avais d'autres 

 

préoccupations que d'ouvrir mon ordinateur.  Nous

 

n'avons pas eu de dégâts mais les habitants du

 

11ème arrondissement  ne peuvent malheureusement

 

pas en dire autant .

 

 

Merci à Adeodat d'avoir mis un article sur

 

la littérature que je vous invite à aller lire .

 

 

Il fait 12° et nous aurons 22° dans la journée avec

 

encore quelques averses .

 

 

 

Prenez soin de vous et des vôtres !

 

 

 

Bonjour à tous !

Mirabelle

Bonjour à tous !

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2021 1 04 /10 /octobre /2021 20:15
Bonne nuit polaire à tous !

 

Non, non !

 

Marseille ne va pas se figer parce que Tapie

 

est mort !

 

 

 

On dirait que la ville va s'arrêter !

 

N'importe quoi .

 

Rien à fiche du décès de celui qui voulait

 

casser la gueule à tous ses détracteurs sur

 

les plateaux TV .

 

 

Autrement dit, à la marseillaise, on s'en bat les

 

c...... ! 😁

 

 

 

 

Cette marionnette de Mitterrand, escroc, grande

 

gueule, voyou, n'a rien fait pour Marseille .

 

Et moi, contrairement à lui, je suis né à Marseille .

 

La coupe d'Europe ?  Une grosse magouille

 

avec beaucoup d'argent ......

 

Comme le match contre Valenciennes !

 

 

Nanar a passé plus de temps devant la justice

 

que sur les bancs du stade .

 

 

 

Son ego surdimensionné lui faisait faire

 

n'importe quoi .

 

Mais fallait qu'on parle de lui !

 

A Marseille, on appelle ces gens des pipeaux !

 

 

Alors, c'est pour cela qu'on ne parlera plus

 

de ce triste sir ici .

 

Et si, comme j'ai pu le lire sur un site, c'était

 

un bon chrétien, alors tout va bien !

 

 

 

Marseille est mouillée, mais ce n'est qu'une pluie

 

diluvienne .

 

Et pas des larmes !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour Florence .

 

 

Pour Claude .

 

 

Pour Sam .

 

Pour l'abbé Guillaume de Tanoüarn .

 

 

 

 

 

 

 

Pour toutes les autres intentions de la

 

Banquise .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pierre - Ewondo

Pierre - Ewondo

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nos petits anges au Ciel

 

 

Bonne Nuit Polaire à tous !

 

 

Et nos Banquisards partis trop tôt ...

 

Bonne nuit polaire à tous !       

 

Elsasser

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonne nuit polaire à tous !

Le Camarguais 

 

Bonne nuit polaire à tous !

Granny

 

 

 

 

Pour  Fleur de Lys    Le drapeau breton flottera bientôt sur la mairie de Nantes - Sorties à  Nantes

 

 

 

 

 

 

 

Et pour Catherine  Drapeau Corse - tissu - 90 x 150 cm - Décors du monde

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BONNE NUIT POLAIRE à TOUS !

 

Et Oriane .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IN CHRISTO PER MARIAM

 

 

 

 

 

 

 

Mortimer 

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2021 1 04 /10 /octobre /2021 11:07

Bonjour

 

Hier nous fêtions Notre-Dame-du-Rosaire. Cela me fait penser à nos chapelet que nous gardons précieusement soit dans un tiroir à portée de main, soit dans notre poche.

 

Le mot chapelet est typiquement français, les espagnols n'on qu'un seul mot: rosario. 

 

Pour que notre précieux instrument de prière ne s'abime pas,(qui ne représente qu'un tiers du rosaire), nous le gardon parfois dans des petites boîtes ou des étuis, comme ceux que vous voyez sur les photos. Ils sont parfois en argent, nickelés, chromés etc. ou en cuir, bois... voici les miens.

 

Mais; en troisième partie je vous montre un chapelet. Il faut me dire comment il s'appelle et à quoi il sert. A prier, bien sûr ! Dans quelle occasion ? La course à la réponse commence !

APPARITION ND de LOURDES 30 X 35 mm
APPARITION ND de LOURDES 30 X 35 mm

APPARITION ND de LOURDES 30 X 35 mm

ND de LOURDES AVEC SON CHAPELET EN ALUMINIUM

ND de LOURDES AVEC SON CHAPELET EN ALUMINIUM

LA SCALA SANTA 50 X 60 METAL ARGENTE

LA SCALA SANTA 50 X 60 METAL ARGENTE

LA BASILIQUE DE LOURDES

LA BASILIQUE DE LOURDES

et l'énigme du jour

NOTRE DAME DU ROSAIRE

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2021 1 04 /10 /octobre /2021 09:10
4 octobre 2021

SAINT MARC et SAINT MARCIEN

 

et leurs compagnons martyrs.

 

 

En 304 ou 305, le quatrième édit de Dioclétien fit couler le sang d’un grand nombre de chrétiens en Egypte, et surtout dans la Thébaïde. Après les avoir cruellement fait souffrir par d’atroces tortures, on les décapitait, on les brûlait pour ensuite les jeter à la mer. Quelquefois, on les crucifiait la tête en bas et on les attachait à des gibets. Enfin toute l’Egypte était le théâtre de cruautés les plus affreuses les unes que les autres.

 

Marc et Marcien figurèrent au nombre de ces victimes. Les anciens disent qu’ils étaient frères. Eusèbe, qui était alors enThébaïde et qui fut un témoin oculaire, entre dans les détails des tourments. Plusieurs étaient attachés à des branches qu’on avait rapprochées de force, et ensuite on lâchait les branches qui déchiraient les corps… et d’autres supplices qui finissaient par entraîner la mort. Des centaines mouraient pas jour, sans distinction de fortune ou de condition sociale.

 

4 octobre 2021

SAINT FRANCOIS D’ASSISE

Fondateur de l’Ordre des Frères Mineurs, + en 1226

(Archives)

 

SAINTE DOMNINE et des filles

Martyres à Hiéraple en Syrie

 

SAINT PETRONE

Evêque de Bologne, + en 450

 

SAINT AMMON

Fondateur des Ermitages de Nitrie en Egypte, contemporain de Saint Antoine.

 

SAINT EDWIN

Roi des Angles et des Bretons, martyr en Angleterre, + en 633

 

SAINT QUINTIN

Martyr en Touraine, milieu du sixième siècle

 

SAINTE AURE

Abbesse à Paris, + en 666

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2021 1 04 /10 /octobre /2021 06:49

Mimi vient de me dire que la rue est une rivière...

Espérons que cet épisode ne fera pas trop de dégâts !

 

 

Ici, rien, nous avons eu une petite averse hier mais sans

 

plus.

 

Il faisait très chaud, nous aurons donc encore des

 

champignons...

C'est le déluge à Marseille !

Passez une bonne journée malgré tout.

 

LR

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2021 1 04 /10 /octobre /2021 06:13

BONJOUR !

 

Un genre nouveau ! Inédit c'est le cas de le dire.

 

J'ai toujours aimé lire, et je lis toujours beaucoup, au moins un livre par semaine. De tous les genres ? Non mais, très variés: auteurs classiques, religion, aventures, sciences (initiation), archéologie...

 

En ce moment je suis en train de relire un de mes auteurs préférés dans la série romans policiers. C'est une détente et en même temps il faut se creuser la cervelle pour essayer de découvrir la fin avant d'avoir lu tout le roman.

 

Si dans ce style de littérature, il a un maître incontesté c'est bien Agatha Christie; mais il y d'autres auteurs moins connus, peut-être éclipsés par elle, qui sont tout aussi bons; Je pense à Edgar Wallace (1875-1932) qui est un auteur anglais, né à Londres, extrêmement prolifique et dans plusieurs domaines; littérature, théâtre, cinéma: metteur en scène et scénariste. On dit qu'il était tellement prolifique qu'il dictait à deux de ses dactylographes, deux romans en même temps ! Vous pouvez lire sa vie sur wikimachin.

 

Un de ses écrits les plus célèbres est L'Archer vert, mais il a aussi Le train d'or. Ces romans écrits au début du XXè siècle, nous donnent un aperçu de la société anglaise de cette époque. Ses oeuvres ne sont plus éditées ou presque; mais dernièrement un de ses ouvrages a été réédité en 2018, avec sa couverture originale, à la La Librairie des Champs Elysées, JC Lattès, sous un titre à faire peur: La Mélodie de la Mort.

 

Alors si vous voulez lire, rendez-vous chez vos bouquinistes favoris. Pour deux ou trois € vous en aurez certainement un !

 

Si j'ai pensé à la Banquise, car vous vous demandez la relation entre le "crime organisé" et notre site, c'est qu'il y a un petit récit d'Edgar Wallace qui m'a intrigué.

Je vais vous en faire part, et j'attends bien entendu vos points de vue et non seulement sur l'auteur et son texte mais également vos rapports avec la lecture. Que lisez-vous ? Quels sont les ouvrages que vous commentez ou nous recommandez ? Etc.

 

Nouvelle d'Edgar Wallace

 

L'HOMME DE LA NUIT

1930

 

Le petit appareil posé sur le bureau de l'inspecteur résonna: "Tic-tac". Puis il s'arrêta, comme s'il réfléchissait avant de former son message.

 

Tout était si calme dans la pièce, que l'on entendait seulement le va et vient régulier du balancier de l'horloge suspendue au-dessus de la cheminée et le grincement de la plume de l'inspecteur courant sur la papier jaune placé devant lui. C'étaient là les seuls bruits dans le poste de police.

 

La suite à demain

Littérature
Partager cet article
Repost0
3 octobre 2021 7 03 /10 /octobre /2021 20:15
Bonne nuit polaire à tous !

 

Histoire de se préparer à la hausse scandaleuse

 

du gaz et de l'électricité . 🤢

 

 

Ce gouvernement est une grosse m.... !

 

Comme ceux d'avant du reste .

 

 

 

 

 

D'ailleurs, je vais aller me réinscrire sur

 

les listes électorales .

 

 

Je ne vote plus depuis que le sinistre Sarko a

 

changé le résultat du référendum .........

 

Cet escroc ramène encore sa science !

 

 

 

 

 

 

 

 

Si on laissait les français voter régulièrement

 

sans truquer les résultats, on aurait de bonnes

 

surprises ! 🤠

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour Florence .

 

 

Pour Claude .

 

 

Pour Sam .

 

Pour l'abbé Guillaume de Tanoüarn .

 

 

 

 

 

 

 

Pour toutes les autres intentions de la

 

Banquise .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pierre - Ewondo

Pierre - Ewondo

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nos petits anges au Ciel

 

 

Bonne Nuit Polaire à tous !

 

 

Et nos Banquisards partis trop tôt ...

 

Bonne nuit polaire à tous !       

 

Elsasser

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonne nuit polaire à tous !

Le Camarguais 

 

Bonne nuit polaire à tous !

Granny

 

 

 

 

Pour  Fleur de Lys    Le drapeau breton flottera bientôt sur la mairie de Nantes - Sorties à  Nantes

 

 

 

 

 

 

 

Et pour Catherine  Drapeau Corse - tissu - 90 x 150 cm - Décors du monde

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BONNE NUIT POLAIRE à TOUS !

 

Et Oriane .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IN CHRISTO PER MARIAM

 

 

 

 

 

 

 

Mortimer 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2021 7 03 /10 /octobre /2021 09:10
3 octobre 2021

SAINT CYPRIEN


Cyprien fut élevé dans l’abbaye Saint Victor de Marseille.

ABBAYE SAINT VICTOR DE MARSEILLEABBAYE SAINT VICTOR DE MARSEILLE
ABBAYE SAINT VICTOR DE MARSEILLE

ABBAYE SAINT VICTOR DE MARSEILLE

 

Informé de son savoir et de sa vertu, Saint Césaire d’Arles le fit venir dans son diocèse, l’ordonna diacre, et l’emmena avec lui au concile d’Agde en 506. Depuis, il lui fut redevable du rétablissement de son siège.

 

Saint Césaire le sacra évêque de Toulon vers 516. Cyprien assista aux différents conciles auxquels présida Saint Césaire et eut beaucoup d’influence sur tout ce qui se fit pour la conservation de la foi et de la discipline. La Provence étant passée sous la domination des Français, il y eut plus de facilité pour extirper l’arianisme dont les Ostrogoths avaient infecté son diocèse.

 

Il mourut au milieu du sixième siècle quelques années après Saint Césaire d’Arles, dont il écrivit la vie. On l’enterra dans son église, où l’on bâtit une chapelle sous son invocation. Il est le second patron de la ville de Toulon.

RELIQUAIRE DE SAINT CYPRIEN

RELIQUAIRE DE SAINT CYPRIEN

FETE DU ROSAIRE

1er Dimanche d’Octobre

(Archives)

 

SAINT DENYS L’AEROPAGITE

Evêque d’Athènes, martyr

(Archives)

 

LES DEUX SAINTS EWALD

Martyrs vers 690-700

 

SAINT GERARD

Abbé de Brogne dans le comté de Namur, + en 959

 

SAINT GILBERT

1er abbé de Neuffonds ou Neuffontaines en Auvergne, + en 1152, et

SAINTE PERONNELLE

Sa femme, première abbesse d’Aubeterre

 

SAINTE THERESE DE L’ENFANT JESUS

Carmélite à Lisieux 1873-1897

Patronne secondaire de la France

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2021 7 03 /10 /octobre /2021 07:08
Bon et saint dimanche à tous !

 

Octobre, mois du Rosaire
 
«Récite ton chapelet, dit DIEU,
et ne te soucie pas de ce que raconte tel écervelé :
que c'est une dévotion passée et qu'on va abandonner.
Cette prière-là, je te le dis
est un rayon de l'Évangile :
on ne me le changera pas.
Ce que j'aime dans le chapelet, dit Dieu,
c'est qu'il est simple et qu'il est humble.
Comme fut mon Fils.
Comme fut ma Mère.
Récite ton chapelet : tu trouveras à tes côtés
toute la compagnie rassemblée en l'Évangile :
la pauvre veuve qui n'a pas fait d'études
et le publicain repentant qui ne sait plus son catéchisme,
la pécheresse effrayée qu'on voudrait accabler,
et tous les éclopés que leur foi a sauvés,
et les bons vieux bergers, comme ceux de Bethléem,
qui découvrent mon Fils et sa Mère...
Récite ton chapelet, dit Dieu,
il faut que votre prière tourne, tourne et retourne,
comme font entre vos doigts les grains du chapelet.
Alors, quand je voudrai, je vous l'assure,
vous recevrez la bonne nourriture, qui affermit le cœur
et rassure l'âme.
Allons, dit Dieu, récitez votre chapelet
et gardez l'esprit en paix.»
Charles Péguy
Bon et saint dimanche à tous !

 

 

Je l'ai lu et découvert hier, alors en ce mois du rosaire

 

je veux le partager avec vous .

 

 

 

 

Prenez soin de vous et des vôtres!

Bon et saint dimanche à tous !

Mirabelle

Bon et saint dimanche à tous !
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Mortimer
  • : Chrétienne et catholique . La Banquise est une force de prières .
  • Contact

Visites depuis le 14/01/2009

 

religion et spiritualite

Pingouin de la Banquise

 

A copier-coller pour les PPP !